KEIN LICHT de Philippe Manoury, création française

Kein Licht 2 de Philippe ManouryStrasbourg, Paris. KEIN LICHT de PHILIPPE MANOURY, les 22 sept, 18 oct 2017. Opéra préapocalyptique, Pénombre annonciatrice … A 65 ans, Philippe Manoury dont nous avions beaucoup apprécié son opéra « K » (2001), poétique, efficace, tout en grisaille colorée, en nuances orchestrales d’un rare raffinement (avc un sentiment d’étuve sonore), présente en 2017, son nouvel opéra, engagé, mordant, …inspiré par la catastrophe nucléaire de Fukushima (2011). Créé en avant-première à la Ruhrtriennale le 25 août dernier, KEIN LICHT occupe l’affiche de l’Opéra national du Rhin ce 22 septembre 2017 (à Strasbbourg, Manoury avait précédemment créé son ouvrage lyrique antérieur La nuit de Gutenberg, 2011), puis occupera la scène de l’Opéra-Comique le 18 octobre suivant.

 
 
 

Opéra préapocalyptique, Pénombre annonciatrice …

 
 

En réalité c’est l’Opéra-Comique qui passe commande au compositeur d’un ouvrage lyrique inspiré de l’écrivaine autrichienne Elfriede Jelinek qui a écrit un texte sur la catastrophe nucléaire de Fukushima (mars 2011). L’opéra reprend à son compte la dénonciation d’un monde inféodé à la technologique énergétique, oubliant ce qui peut provoquer sa propre fin. L’humanité est fragile mais les citoyens et surtout les politiques s’emmurent dans un déni collectif : impossible d’envisager l’impensable : l’apocalypse. Sans vraiment prendre parti, pour ou contre le nucléaire (l’Allemagne elle a tranché), Manoury exploite le prétexte dramatique de l’idée de catastrophe. Le compositeur réalise aussi ce qui lui tient à coeur : réinventer la forme lyrique par un nouveau dispositif, libre, ouvert (en particulier aux formes théâtrales contemporaines), et qui peut en cours de représentation, toujours évoluer : en somme une forme inachevée et mouvante, a work in progress… 12 instrumentistes réalisent la musique électronique en temps réel, aux côtés de chanteurs et d’acteurs car la voix parlée comme le chant codifié sont présents, imbriqués, affrontés, confrontés… L’informatique permet au compositeur d’inventer des séquences au moment de la création et pour chaque représentation, alternant, complétant un schéma structurel qui lui est composé de tableaux qui eux ont été préalablement écrits et finalisés. Le déraison et la folie gouvernent le monde. Ici pas de personnages au sens d’incarnations fortes et de caractères identifiables et expressifs, mais comme à son habitude, des climats, des sensations qui aiguillonnent notre conscience, paniquent notre discernement… Philippe Manoury nous alerte – même s’il ne se dit pas engagé : sa musique vivante, connectée, appelle à la prise de conscience, tout en développant une suite de lamentos poignant où il s’agit de recouvrer notre humanité ; celle véritable qui retrouve la voie d’une alliance harmonique avec la nature. Défi perdu d’avance. Et si Kein Licht (aucune lumière) était le chant ultime avant la catastrophe ?

 

 

 

——————————

 

 

KEIN LICHT de PHILIPPE MANOURY
Thinkspiel, création française
Strasbourg, les 22, 23, 24 et 25 septembre 2017
Réservez

Paris, Opéra-Comique
Mercredi 18 octobre 2017, 20h
Réservez

 
 
 

Comments are closed.