GRAND ENTRETIEN : BENOIT BABEL joue Louis et François Couperin (nouveau cd Paraty, printemps 2022)

Louis-François-Couperin-300x300GRAND ENTRETIEN : BENOIT BABEL joue Louis et François Couperin (nouveau cd Paraty, printemps 2022). Pour PARATY, le claveciniste Benoît BABEL qui nous avait tant convaincu à la tête de son ensemble Zaïs dans un premier disque très original, dédié à Rameau et Haendel, sort en juin 2022, un nouvel enregistrement, seul, comme claveciniste. Jouant son propre instrument, Benoît Babel explore les mondes imaginaires des Couperin, oncle et neveu. 2 tempéraments baroques dont l’intensité et l’expressivité inspirent un programme abouti, personnel, particulièrement saisissant. Louis c’est le feu, l’impatience à peine développée à cause d’une vie fauchée trop tôt ; François son neveu exalte comme personne avant lui, les vertus des « Goûts Réunis » ; les deux sont inspirés par un sens de l’économie, de la poésie, de la danse aussi, surtout… Entretien exclusif avec Benoît Babel à propos de Louis et de François Couperin.

___________________________________________________

 

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Le fait de jouer en un même programme les œuvres des deux Couperin dévoile-t-il les caractères distinctifs ou les éléments communs entre Louis et François ? Lesquels justement.

Benoit-Babel-300x200Benoît BABEL : La première raison qui m’a fait choisir de jouer ces deux compositeurs est très simple : j’aime leur musique. Je n’ai pas souhaité dans ce programme démontrer une filiation, une continuité de style, pour la simple raison qu’il n’en existe pas. Louis et François Couperin n’appartiennent pas à la même époque. S’ils ne portaient pas le même nom, ces deux compositeurs seraient étrangers l’un à l’autre à nos yeux d’aujourd’hui. Néanmoins, outre leur lien du sang, ils ont en commun de symboliser une forme d’idéal dans leur genre, deux personnalités musicales suffisamment fortes et innovantes pour marquer de leur talent une étape dans la composition et la manière de faire sonner un instrument. Tous deux étaient à mes yeux des esprits curieux, arrivant à capter le meilleur de leur temps et des autres compositeurs pour se l’approprier dans leur langage musical.

Chez Louis Couperin, la danse et le mouvement sont dans son ADN. Il maîtrise également parfaitement les règles de la polyphonie, du contrepoint et de l’écriture en imitation. On retrouve également dans son œuvre un élément fondamental de la période baroque : le plaisir du son, des couleurs et des contrastes. J’imagine un jeune homme brillant et modeste qui ne tombe jamais dans la facilité et qui a une approche intuitive de la composition. Ses pièces les plus simples “chantent” toujours. Il sait jouer des enchaînements harmoniques, être méditatif ou plein de fougue.

François Couperin, dont la vie fut plus longue que celle de son oncle (Louis mourut à 35 ans, son neveu à l’âge de 65 ans), eut le temps de pousser plus loin son esprit curieux et précis. Son temps était celui de la diffusion des savoirs, ses responsabilités à la Cour lui permirent d’acquérir une solide réputation d’interprète, de compositeur et de pédagogue. Sa musique fait indéniablement preuve d’une inventivité remarquable et de toute évidence, d’un sens du détail inégalé. François Couperin se donna bien des peines pour éditer ses compositions et les écrire suffisamment précisément pour qu’elles soient jouées avec fidélité par le public. Chez François aussi, la danse et la mise en musique du mouvement sont un élément essentiel de son langage musical. À cela s’ajoute une recherche poussée de la technique de jeu du clavier (palette d’articulations et d’ornements, virtuosité, style luthé, etc…)
J’ai sélectionné les pièces de ces deux compositeurs de manière à tracer un chemin musical d’une heure, qui doit idéalement s’écouter d’une seule traite.

 

 BENOIT-BABEL-couperin-clavecin-582-UNE

 

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Pour chacun, quelle œuvre vous paraît-elle particulièrement représentative ? Pour quelles raisons ?

BENOIT BABEL : Question difficile car exclusive, les deux Couperin nous ont laissé des pièces si contrastées !

Pour Louis Couperin, je sélectionnerais la première piste de l’album, le “prélude à l’imitation de Monsieur Froberger”. Ce prélude dit “non-mesuré” est en trois parties : une partie justement “non-mesurée”, une partie centrale bien mesurée, sorte de fugue dansante, et une troisième partie “non-mesurée”. Cette longue pièce introductive est une citation d’une toccata d’un grand maître du 17ème siècle : Johann Jacob Froberger (1616-1667). Ces parties “non-mesurées” sont belles à voir sur une partition : seules des rondes sont notées, plus ou moins espacées ou regroupées, sans barre de mesure, sans rythme. Seules quelques lignes ou liaisons plus ou moins approximatives nous indiquent parfois qu’il faut tenir certaines notes ou les regrouper. L’intention est évidente : tenter de traduire sur le papier une improvisation, un jeu spontané, un exercice de style libre où l’on explore les harmonies, les formules, l’étendue du clavier. C’est typiquement le genre de pièce que l’on joue pour laisser son oreille se porter sur le son, le timbre d’un instrument et l’explorer.

Pour François Couperin, je choisirais le Turbulent, pièce en fa majeur du Troisième Livre. C’est pour moi une pièce pleine d’esprit et d’humour. Pour le dire familièrement, elle porte bien son nom. La battue est à 2/4 dans la première partie et à 6/8 dans la seconde. J’imagine sans peine un enfant qui ne tient pas en place, qui va à droite, à gauche, qui court et qui s’arrête, qu’on a du mal à saisir et à faire tenir en place. C’est une pièce assez virtuose pour la précision d’exécution qu’elle demande et qui nécessite en même temps un détachement et une légèreté dans l’interprétation. Cet alliage de précision et de détachement est pour moi la difficulté principale de la musique de Couperin. À vouloir trop bien faire et avec minutie les détails de cette musique, on peut parfois en perdre la ligne, le souffle, le caractère. Je dis souvent à mes élèves de ne pas hésiter à enlever un ornement qui les entrave et pour lequel on ne trouve pas de solution technique. Après tout, si un ornement n’orne plus, autant l’enlever et retrouver la fraîcheur d’une phrase musicale ! Mais rassurez-vous, ma version est urtext ; et tous les ornements de Couperin sont bien présents de mon album.

 

 

 

 

CLASSIQUENEWS : En quoi l’instrument que vous avez choisi permet-il cette confrontation / ce dialogue entre les deux compositeurs / entre leurs deux univers ?

BENOIT BABEL : C’est un instrument vraiment particulier que j’ai la chance de posséder depuis plus de dix ans. J’avais eu un coup de foudre pour ce petit clavecin plein de caractère que j’avais entendu sous les doigts d’Olivier Baumont et de Laurent Stewart. Il devait même être joué par Gustav Leonhardt mais hélas ce concert fut annulé… Mais il ne sonne plus comme au début ! Bien-sûr, il a “mûri” à force d’être joué. Puis nous avons changé le diapason, les cordes, l’harmonisation … et il a enfin reçu sa peinture intérieure de couvercle en 2020, travail remarquable de Florence Humeau. Tout était donc prêt, il ne manquait plus qu’à l’enregistrer. Je me permets d’inviter les lecteurs à aller consulter le livret du CD, dans lequel le facteur, Guillaume Rebinguet Sudre, donne de nombreuses informations sur les détails de la structure de cet instrument et ces spécificités. À ma connaissance, il n’y a pas d’autre copie de cet instrument en France, et très peu dans le monde. L’original daté de 1667, se trouve actuellement à Boston.

C’est un instrument qui réunit plusieurs esthétiques, françaises, italiennes et flamandes. Il a des aigus chantants et des basses précises. Son médium est bien présent également, ce qui permet d’obtenir une grande clarté pour les pièces polyphoniques. Son timbre convient aussi bien à Frescobaldi qu’à Byrd. En somme, tout le répertoire 17ème sonne sur cet instrument.
Il m’a semblé intéressant de jouer quelques pièces de François Couperin sur ce clavecin pour proposer une esthétique sonore un peu différente de celle que l’on entend habituellement pour ce répertoire. En effet, on a coutume de jouer François Couperin sur des clavecins plus gros, comme ceux de Blanchet, Taskin, ou des instruments du 17ème qui ont subi un agrandissement au 18ème siècle, que l’on nomme “ravalement”. Hors François Couperin étant né en 1668, il a connu, joué, entendu dans sa jeunesse des instruments similaires à celui que je joue ici. L’esthétique d’un compositeur étant plutôt la somme des timbres qu’il a pu entendre toute sa vie, il m’a semblé intéressant de faire entendre cette musique sur un instrument qui peut sembler un peu “archaïque” pour ce répertoire, mais qui je trouve, est très convaincant ; avec en plus le tempérament très inégal que nous avons réalisé.

 

clavecin-benoit-babel-couperin-luis-francois-critique-cd-review-classiquenews-entretien-interview-benoit-babel

 

 

CLASSIQUENEWS : Sur le plan technique quels sont les défis majeurs pour jouer les deux compositeurs ?

BENOIT BABEL : Pour être très pragmatique, il y a beaucoup, beaucoup d’ornements. Comme François Couperin est très précis dans ses indications, il faut porter une attention particulière au texte. Le toucher doit être précis et souple. Le choix des tempi est important aussi, il faut donner du mouvement sans précipitation mais sans immobilisme non plus. On est toujours un peu sur le fil dans ce répertoire. Tel un funambule on doit jongler entre la détente, la vigueur, le mouvement, la vocalité. S’approprier les caractères si contrastés des pièces demande un investissement total et une présence musicale constante. On ne peut pas jouer cette musique en “pilotage automatique”, sinon, quel ennui !
Comme les pièces sont généralement courtes, on n’a pas le temps de profiter du développement de la musique pour trouver le caractère. Il faut le donner tout de suite, dès la première note.

D’un point de vue de l’écriture musicale, la musique des Couperin, particulièrement François, est un assemblage de cellules, petites phrases, formules inventives. Cela donne l’impression d’une juxtaposition d’effets, tout le contraire des grands développements de phrase que l’on connaît chez J. S. Bach. Le piège, il me semble est de tomber dans une sorte de maniérisme de jeu. J’ai tâché d’interpréter comme je le ressens, sans rubato maniéré ou effets exagérés.

 

 

 

 

CLASSIQUENEWS : A travers les œuvres choisies, quelle image vous faîtes-vous de Louis et de François Couperin ?

BENOIT BABEL : J’imagine que François Couperin était un travailleur, un homme exigeant, conscient de ses qualités et de son talent. Il ne rechignait probablement pas à la reconnaissance et à la lumière. Mais sans illusion, il reste lucide et philosophe à l’approche de la mort, puisqu’il écrit dans la préface de son Quatrième Livre de pièces de clavecin : ” j’espère que ma famille trouvera dans mes portefeuilles de quoi me faire regretter, si les regrets servent à quelque chose après la vie ; mais il faut du moins avoir cette idée pour tâcher de mériter une immortalité chimérique où presque tous les hommes aspirent”. On le sait, il était également soucieux de la transmission de son savoir dans un esprit didactique et pédagogique. Ce n’était pas un artiste de clan, de chapelle, qui s’imaginait faire tout mieux que tout le monde. Il est mort trop tôt pour assister à la querelle des bouffons des années 1750, mais il n’a eu de cesse de conjuguer l’esprit et le style des grands maîtres français et italiens en construisant l’union des nations musicales grâce à son concept des “Gouts-réunis” et des Apothéoses de Lully (le plus italien des grands maîtres français) et de Corelli.

Louis-François-Couperin-300x300De Louis Couperin, nous n’avons que peu de documents nous permettant de retracer son parcours et de dresser un portrait fidèle du personnage. Ce qui m’a toujours interpelé dans sa musique c’est l’intensité, la force du discours musical. Il y a un feu qui brûle, presque une impatience. De manière tout à fait subjective, j’imagine un jeune homme brillant, sensible, modeste et désireux d’apprendre de ses maîtres, à la recherche du meilleur sans jamais tomber dans la flatterie de l’auditeur. Si son existence ne fut pas si brève, il aurait pu devenir le grand musicien français du 17ème siècle français. Il est de ces musiciens dont les œuvres qui ont survécu, font fantasmer celles qu’il n’a jamais écrites ou publiées.

Propos recueillis en juin 2022
______________________________________________________

 

 

 

 

CLIC D'OR macaron 200CD événement : Louis et François COUPERIN : Benoît BABEL,babel-benoit-cd-louis-francois-couperin-cd-paraty-critique-review-cd-classiquenews-clic-de-classiquenews clavecin (1 cd PARATY) – CLIC de CLASSIQUENEWS printemps été 2022 – LIRE notre critique complète dans le mag cd dvd livres de classiquenews / lien direct vers la critique ici : http://www.classiquenews.com/critique-cd-evenement-benoit-babel-les-deux-couperin-louis-couperin-1626-1661-francois-couperin-1668-1733-1-cd-paraty-records/… “François rayonne par une imagination qui atteint le prodige, tant la variété des couleurs, le nuancier millimétré des accents, l’euphorie rythmique (tendresse féerique, enivrante de « tic-toc-choc ») aussi témoignent d’une acuité suggestive hors normes ; un tel raffinement exprime la sensibilité du second Couperin, orfèvre des moindres inflexions sonores”…

 

clavecin-benoit-babel-louis-francois-couperin-cd-paraty-critique-entretien-classiquenews-clic-de-classiquenews-critique-cd-review

 

 

 

 

___________________________

VISITEZ le site de Benoît BABEL
https://www.benoitbabel.com/

 

 

TEASER vidéo : Benoit Babel joue Louis et François COUPERIN

 

 

 

 

_______________________________________

VOIR aussi ENSEMBLE ZAÏS / Benoît Babel : La Forqueray – Rameau
Journées musicales d’Automne, Souvigny, France

https://www.youtube.com/watch?v=NfsW15BbVq8

 

 

 

 

_____________________

Autre CD de Benoît Babel : Rameau & Handel / Zaïs (Paraty, oct 2014) – CLIC de CLASSIQUENEWS :
PARATY rameau handel babel benoit zais concertos pieces pour clavecin et orgueD’abord au service du premier Concerto pour orgue de Haendel (HWV 309), la gravité (couleurs sombres d’un lugubre solennel grâce aux bassons vrombissants) de l’Adagio & organo ad libitum captive dès le début ; la précision mordante, -pulsionnellement pertinente de l’Allegro qui suit montre à quel point la musicalité rayonnante de l’ensemble Zaïs (Benoît Babel, direction) sait s’affirmer avec une exceptionnelle volupté assurée, complice à chaque mesure de l’orgue bordelais, royal, et même impérial dans sa démesure réellement impressionnante.

https://www.classiquenews.com/cd-rameau-handel-concertos-pour-orgue-pieces-pour-clavecin-zais-paul-goussot-paraty-2013/

 

 

 

 

Comments are closed.