GIUSTINO de VIVALDI (1724)

vivaldi classiquenews concert dossier special contents classiquenewsFrance Musique, le 27 juillet 2018,21h. VIVALDI: Giustino. En direct. POURSUITE DU CYCLE LYRIQUE VIVALDI Ă  Beaune. Une tempĂȘte en mer, plusieurs batailles, un couronnement spectaculaire
, Giustino de Vivaldi affirme la maturitĂ© accomplie du compositeur vĂ©nitien, inspirĂ© par l’histoire de Byzance. La partition crĂ©Ă©e Ă  Rome en 1724, n’en met pas moins en scĂšne des situations psychologiques d’une rare intensitĂ©, permettant Ă  Vivaldi d’exprimer vertiges, Ă©garements, dĂ©sir des passions humaines. D’acte en acte, doute, suspicion, jalousie font leur oeuvre dans un cycle d’arias particuliĂšrement ciselĂ©s dont l’écriture exige autant de virtuositĂ© que de souffle dramatique, et de justesse Ă©motionnelle. Stravinsky claironnant que Vivaldi se rĂ©pĂ©tait, Ă©crivant toujours le mĂȘme Concerto (avait-il rĂ©ellement bien mesurĂ© le gĂ©nie des Quatre Saisons ?) aura durablement empĂȘchĂ© la juste estimation de l’oeuvre du Pretre Rosso. C’est aussi vrai de son catalogue opĂ©ratique dont malgrĂ© une Ă©bauche de rĂ©surrection (par le disque), le grand public a semblĂ© apprĂ©cier la valeur
 Aujourd’hui qui affiche les opĂ©ras du VĂ©nitien, tout en jugeant objectivement de leur apport et de leur intĂ©rĂȘt ? La mode a produit ses effets. Bien rares, les nouvelles productions d’un opĂ©ra de Vivaldi. Heureusement France Musique met l’accent sur Giustino grĂące Ă  cette soirĂ©e en direct de Beaune, rĂ©surrection attendue sous la baguette fine et musclĂ©e d’Ottavio Dantone.
Le plateau de solistes devrait incarner et caractĂ©riser chacun des personnages et leurs parties. C’est vrai des airs “VedrĂČ con mio diletto“ (acte 1) et “Sento in seno“ (acte 2) chantĂ©s par Anastasio ; “Ho nel petto“ avec psaltĂ©rion solo chantĂ© par Giustino (acte 2), ou encore “Or che cinto ho il crin d’alloro“ chantĂ© par Amanzio, “Sventurata navicella“ et “Senti l’aura“ par Leocasta, sans oublier l’invraisemblable “Per noi soave e bella“, constellĂ© de mĂ©lismes et vocalises en diable, par Arianna
 l’agilitĂ© et le sens du drame sont au coeur d’une partition musicalement prenante, aussi intense et exigeante qu’un drame haendĂ©lien. Le grand dĂ©fi de l’opĂ©ra vivaldien est de s’affirmer malgrĂ© la concurrence de plus en plus sĂ©vĂšre de l’opĂ©ra napolitain. Il met son sens du drame au service d’une conception Ă  la fois efficace et poĂ©tique de l’action.

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

 

vivaldi opera giustinoANTONIO VIVALDI 1678- 1741
(1678 – 1741)
Giustino

DRAMMA PER MUSICA EN 3 ACTES, CRÉÉ DURANT LE CARNAVAL DE 1724 AU TEATRO CAPRANICA DE ROME.
LIVRET DE PARIATI D’APRÈS NICOLÒ BEREGAN

ACCADEMIA  BIZANTINA
Direction musicale : OTTAVIO  DANTONE

Anastasio : Silke GÀng, mezzo-soprano
Arianna : Emöke Barath, soprano
Leocasta : Ana Maria Labin, soprano
Amantio : Ariana Vendittelli, soprano
Giustino : Delphine Galou, mezzo-soprano
Vitaliano : Emiliano Gonzalez Toro, ténor
Andronico, Polidarte : Alessandro Giangrande, ténor

Diffusion en direct

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

 

Comments are closed.