ENTRETIEN avec Sébastien Llinares, guitare. RECRÉER SATIE

Paraty_logo_rouge_582ENTRETIEN avec Sébastien Llinares, guitare. RECRÉER SATIE. Tout en élargissant considérablement le répertoire de la guitare, jusque là dévolu aux transcriptions d’airs d’opéras…, le guitariste Sébastien Llinarès édite son déjà 4è cd chez PARATY. Il en découle un programme enchanteur où l’art de la transcription sublime le matériau originel, prenant en compte l’esthétique suspendue, introspective, essentiellement rêveuse de Satie, et la particularité technique et sonore qu’apporte dans ce souci de cohérence, le timbre de la guitare. Le jeune guitariste a d’autant plus de mérite qu’il n’hésite pas à transcrire les pièces pour piano seul comme celles pour orchestre (donc très délicate à transposer pour une seule guitare)… Du jamais vu ni écouté jusque là. Entretien exclusif pour CLASSIQUENEWS à l’occasion du cd SATIE de SEBASTIEN LLINARES chez PARATY, en mai 2017.

 

 

Pour PARATY, le guitariste Sébastien Llinarès sublime ERIK SATIE

Quels ont été les critères qui ont conduit votre sélection de pièces de Satie ?

Tout d’abord, j’ai fait une première sélection des pièces qui m’intéressaient, musicalement, sans à priori. Et je les ai toutes lues et jouées. J’ai donc fait de nombreux essais et ensuite, naturellement il y a eu le critère technique : j’ai choisi à l’intérieur de cette première sélection  les pièces qui sonnaient le mieux,  qui étaient les plus réussies à la guitare. Les pièces où la guitare avait aussi quelque chose à dire en plus.

 

 

En comparaison avec le piano qu’apporte la guitare de différent dans la compréhension et la réception des partitions ?

La guitare apporte un nouvel éclairage à ces pièces tout en restant fidèle tant à l’esprit qu’à la lettre. Elle est l’instrument de l’intime, de l’humain, et elle sait donc mettre en lumière, je pense, l’intériorité fragile, hypersensible de Satie. La guitare se sent bien dans les formes courtes et ramassées, dans des textes pas ou peu développés, qui vont droit au but, dans des mélodies aux lignes claires et simples, elle sait toucher aux sentiments avec peu de matière. Je pense qu’elle s’approche donc au plus près de l’homme et de sa musique.

 

 

Vous avez transcrit et arrangé vous même les pièces originalement pour piano. Quels ont été les défis de ce transfert d’un instrument l’autre ?

Si ces pièces ont la réputation d’être relativement simples à jouer au piano, elles le sont beaucoup moins à la guitare. Le premier défi a donc été de donner l’illusion de la simplicité, comme de la facilité. Je voulais que l’on ait l’impression que les pièces aient été écrites directement, et simplement pour la guitare.
Le disque contient en grande partie des pièces pour piano seul, jouées à la guitare seule. Et il y a également le ballet Parade, que j’ai écrit pour deux guitares. Là, j’ai essayé de traduire aussi les couleurs orchestrales et les différents effets. C’est pour cela que j’ai choisi d’enregistrer moi-même les deux guitares en re-recording (1), pour maîtriser pleinement les timbres et les registres sonores.

 

 

Quel est le portrait de Satie que vous souhaitez transmettre dans cet album très personnel et pour le moins original?

Un Satie janusien, paradoxal, tout en cassures, tout en contrastes, intensément triste, et exprimant cette intense tristesse par une musique qui ne l’est pas toujours, parfois loin de là !
Un Satie que l’on ne peut pas saisir si on cherche à le faire, mais que l’on peut approcher si on se laisse habiter par sa musique.

 

 

Quelle est votre pièce préférée dans cet album ? Pour quelles raisons ?

J’aime particulièrement la pièce Acrobates, car c’est une partition que je me suis beaucoup approprié, quitte à faire quelques écarts par rapport à la partition orchestrale, et pourtant je trouve que c’est là que je m’approche le plus du texte, de la musique, et donc de l’homme.

 

 

 

____________________

(1) le LABEL PARATY a déjà cultiver ce principe du double recording où un même interprète joue deux lignes/voies différentes qui sont ensuite assemblées au montage. Ce fut le cas, avant le cd Satie de Sébastien Llinarès, du cd VILLA LOBOS par le guitariste Mickael Viegas, autre réalisation éblouissante / complete works for guitar d’HEITOR VILLA-LOBOS, 2 cd PARATY, 2015 / CLIC de classiquenews de mars 2016