E-CONCERT, STREAMING, critique. LILLE, Nouveau Siècle, le 3 avril 2021. « Enchantements », Wagner, Sibelius / I. Brimberg / Orchestre National de Lille, D. Stasevska

E-CONCERT, STREAMING, critique. LILLE, Nouveau Siècle, le 3 avril 2021. « Enchantements », Wagner, Sibelius / I. Brimberg / Orchestre National de Lille, D. Stasevska, direction. Après le nerf impétueux, vif argent du chef néerlandais Jan Willem De Vriend (concert Beethoven du 13 mars dernier), voici un nouveau volet de l’offre digitale du National de Lille ; ce programme diffusé sur internet du 3 avril 2021, dévoile la sensibilité de la chef invitée Dalia Stasevska, tempérament intérieur en communion avec les instrumentistes lillois ; d’abord précise aux éclats intérieurs mi enivrés mi tragiques de la (lente) Valse triste de Sibelius ; c’est un préambule tout en finesse suspendue pour le Prélude de Tristan : en kimono, la maestra ukrainienne recherche le sens derrière le son ; la résonance intime qui étire chaque accord, en sa tension irrésolue ; l’incandescence du sentiment amoureux, celui des amants maudits Tristan et Yseult se consume ainsi dans la clarté et la transparence ; une urgence intérieure qui creuse l’exaspération de désirs insatisfaits. La cheffe déploie des sortilèges de langueur sensuelle, toujours très soucieuse du son comme de la balance sonore.

 

 

ON-LILLE-concert-streaming-dalia-stasevska-concert-sibelius-wagner-critique-concert-critique-opera

 

 

A 24’50 : seconde partie du concert avec la Symphonie n°3 de Jean Sibelius (1907). Les instrumentistes plongent, cœurs ardents et volontaires dans la suractivité de l’ample portique trépidant dès le début porté par les cordes auquel répond la danse des bois ; transe collective initiale que les cuivres portent vers une plénitude sonore elle aussi à bien des égards… enivrée. L’opus exprime ce sentiment d’appartenance cher au compositeur, appartenance au motif naturel, au moindre de ses élans, proche dans l’âme à chaque sursaut de vitalité. Tous les pupitres s’exaltent et se répondent dans un dialogue contrasté, parfois âpre mais superbement fluide dans lequel Sibelius exprime la sauvagerie des forces naturelles comme saisi sur le vif ; ainsi témoigne-t-il de la de la découverte et de la proximité immédiate avec le lieu de sa nouvelle résidence, un havre de paix bucolique, à la fois sauvage et rassurant près d’un lac (Tuusulanjärvi) : Ainola, en hommage au prénom de sa femme, Aino. Le cycle des variations populaire et naïves (d’une franchise primitive qui rappelle tout l’esprit du premier mouvement) caractérisent le Scherzo ; tandis que l’Andante déploie son lied sobre et ciselé formant intermezzo. Dans cette texture dense, souvent exacerbée et trépidante, la cheffe soigne toujours la direction du flux, l’éloquence de cette construction ambitieuse, impérieuse, incandescente (dont l’unité découle d’une grande continuité organique). Toute la difficulté de l’écriture tient à la réalisation d’un souci de structure (car Sibelius n’aime pas développer pour rien, quitte à s’économiser vers épure « classique ») tout en ciselant le raffinement de l’orchestration particulièrement scintillante.
Malgré la densité sonore, la baguette sait soigner la clarté et la transparence ; comme le chant sourd d’une vérité plus insaisissable et mystérieuse ; tout rugit, s’exaspère et s’organise peu à peu vers la noblesse sereine et lumineuse du finale : grandiose et raffinée. Noces de l’intime et du flamboiement, de la tendresse sobre et de la grandeur mystérieuse du motif naturel, le seul sujet qui inspira Sibelius. En cela Dalia Stasevska se révèle à la fois engagée, mieux habitée. Baguette à suivre. REVOIR le concert sur la chaîne YOUTUBE de l’ON LILLE / Orchestre National de Lille ICI :
https://www.youtube.com/watch?v=PEZ7NpHt71E

 

dalia-stakevska-concert-orchestre-national-lille-sibelius-wagner-streaming-concert-critique-concert-annonce

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre critique du concert « L’Héroïque » / Orchestre National de Lille / Jan Willem De Vrirend, direction (Cherubini / Beethoven). ICI :

http://www.classiquenews.com/compte-rendu-streaming-concert-on-lille-le-13-mars-2021-orch-national-de-lille-jan-willem-de-vriend-direction-beethoven-symphonie-n3-heroique/

 

 

 

 

Comments are closed.