DVD, compte rendu critique. MASSENET, L’histoire de Manon. Aurélie Dupont (Bel Air classiques)

DVD, compte rendu critique. MASSENET, L’histoire de Manon. Aurélie Dupont (Bel Air classiques). L’Histoire de Manon de Massenet chorégraphié par Kenneth MacMillan, en mai 2015, est la soirée d’adieux d’Aurélie Dupont, danseuse étoile devenue après la démission de Millepied, nouvelle directrice de la danse de l’Opéra de Paris. La danseuse a choisi L’Histoire de Manon de Kenneth MacMillan, où elle dansait le rôle principal de Manon Lescaut pour faire ses adieux à la scène.
histoire de manon aurelie dupont macmillan critique dvd par classiquenews BAC135Pilier du répertoire anglais, d’une facture plutôt néo classique, le ballet de Kenneth MacMillan (qui aime tant les pas de deux) est régulièrement dansé à l’Opéra de Paris. Aurélie Dupont y avait fait son retour d’Etoile après une blessure éprouvante ; la figure tragique de la jeune écervelée du XVIIIè, au début promise au couvent puis émoustillée par les illusions éphémères de la capitale… offre bien des qualités et un vrai potentiel pour une danseuse qui aime danser..; et jouer. Le parcours de la jeune héroïne s’achève enfin en Louisianne où elle est déportée en compagnie de son fiancé du début, le jeune Desgrieux. Manon la sublime sirène finira épuisée, morte, abandonnée dans le désert américain. Puccini à l’opéra (1893) a su immortaliser le personnage devenu mythe, comme Massenet avant lui (1884) Le réalisateur veille habillement aux plans rapprochés pour capter et sublimer une expression, un regard : le jeu de l’actrice s’en affirme que mieux.
Aux côtés de l’héroïne, se précise aussi le profil des protagonistes qui enrichissent aussi le tableau général de la tragédie annoncée : le ballet offre une belle galerie de portraits, dessinant en arrière fond, la société parfaitement inique et jouissive du XVIIIè : Manon se grille les ailes, meurt par naïveté et insouciance… Se distingue évidemment le superbe et très plastique Roberto Bolle (Des grieux de grande classe), invité vedette en provenance de la Scala comme les plus sombres et cynique Benjamin Pech, ou Karl Paquette (qui fait un glaçant geôlier).
Le ballet de l’Opéra de Paris épaissit le réalisme du drame, sans écarté l’élégance et la précision technique qui composent le style de la Maison parisienne. Il était légitime de conserver la trace des adieux d’une figure majeure du Ballet et qui dans sa retraite, marquait aussi la fin de toute une ère chorégraphique à Paris. A présent qu’elle est nommée Directrice de la Danse de l’Opéra de paris, Aurélie Dupont peut compter avec cette réalisation qui souligne l’équation exemplaire entre la haute technicité de la danseuse, et la finesse digne et blessée de l’actrice.

——————–

DVD, compte rendu critique. MASSENET, L’histoire de Manon. Aurélie Dupont (Bel Air classiques)

Comments are closed.