Dossier CADEAUX DE NOËL 2020 : cd, dvd, livres pour les fêtes

MOZART-NOEL-2016-joyeux-noel-2016-avec-mozart-classiquenews-record-coffret-cd-musique-classique-classiquenews CADEAUX DE NOËL 2020 : notre sélection cd, dvd, livres. Nous avons passé au crible les réalisations événements parus récemment ; voici donc nos meilleurs cd, dvd, livres à offrir et à partager pour les fêtes de Noël 2020 et pour célébrer l’an neuf 2021. Quels titres édités pendant l’année 2020 ou plus récemment sont-ils absolument à offrir et à partager ? La Rédaction de classiquenews a sélectionné le meilleur pour des instants hautement musicaux… Et là encore, notre label “CLIC” de CLASSIQUENEWS distingue l’exceptionnel parmi la multitude d’éditions… Consultez ce dossier régulièrement d’ici fin décembre et après : nous actualisons notre sélection au fur et à mesure des titres reçus et distingués. Cette année, offrez l’opéra romantique français, revenez à la source mozartienne, partagez les meilleurs interprètes pianistes dans des programmes enchanteurs… succombez à Beethoven, vibrez au diapason du grand frisson symphonique… Nous distinguons ici le meilleur des enregistrements parus sur l’année : de quoi ravir vos amis, proches pour des instants de magie dont nous avons tous grand besoin actuellement.

CADEAUX DE NOËL 2020 : qu'offrir pour les fêtes ?

 

 

CD : rééditions et nouveautés miraculeuses

 

 

A deux voix

deux-mezzos-sinon-rien-cd-concert-critique-classiquenews-CLIC-de-classiquenews-compte-rendu-annonce-KLARTHE-recordsCD événement, critique. Karine Deshayes, Delphine Haidan. Deux mezzos sinon rien (1 cd Klarthe records) – Il revient ainsi à Klarthe de fixer l’entente et la douce complicité de deux mezzos françaises particulièrement bien associées. Le programme est à la hauteur de la promesse : habilement équilibré, lieder de Brahms et de Mendelssohn auxquels répondent plusieurs mélodies également en duo, de Gounod, Saint-Saëns, Fauré, Massenet… parmi les moins connues et les plus évocatrices. Le jeu du compositeur et chef Johan Farjot apporte un tapis pianistique des plus articulés, opérant dans le registre que les deux voix déploient sans peine : l’écoute complice, la complémentarité poétique.

 

 

Vertiges symphoniques

Symphonie 7 MAHLER, Alexandre BLOCH, Orchestre National de LilleCd événement, critique. MAHLER : Symphonie n°7 (Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch) – 1 cd Alpha. Dans le prolongement de leur « épopée » symphonique dédiée au Symphonies de Mahler et qui occupait une grande partie de leur année 2019, les musiciens de l’Orchestre National de Lille, et leur directeur musical (depuis 2016) Alexandre Bloch proposent ici la moins enregistrée des symphonies mahlériennes, l’une des plus personnelles aussi, et qui repousse toujours plus loin les limites expressives de l’orchestre, dans un format inédit (5 mouvements où le Scherzo « axial / central » est entouré de deux mouvements lents « Nachtmusik). Mystérieux, et presque énigmatique, le premier mouvement de plus de 20 mn se développe avec une expertise rare des étagements et des atmosphères. Cette séquence initiale pourrait tourner indépendamment des autres qui suivent tant son développement repose sur un plan architectural à la fois ample et fermé. L’Orchestre joue heureusement des timbres des cuivres, cordes, bois et vents, dans un équilibre sonore constant, où brillent aussi des accents parfaitement maîtrisés.

 

 

 

 

 

10 perles baroques pour Noël

________________________________________________________________________________________________

war peace guerre et paix jordi savall alia vox 2015 cd critique classiquenewsCD critique. GUERRE et PAIX : WAR AND PEACE : 1614 – 1714 (2 cd Alia Vox) – Dans ce coffret de 2 cd enregistré en 2014 (pour le plus récentes sessions), Jordi Savall pointait du doigt un fléau malheureusement et honteusement emblématique de l’histoire humaine : l’essor des guerres produisant atrocités, barbaries, traumatismes chez les peuples qui en sont les victimes, des deux côtés, vainqueurs et vaincus. La Guerre de Trente Ans, jusqu’en 1648, marque la première moitié du XVIIè, siècle des guerres de religions (catholiques / protestants) auxquelles politiques en opportunistes cyniques apportent leur soutien selon leur intérêt et leur volonté de puissance. Les musiques de ce siècle martyrisé, et du suivant (XVIIIè) illustrent à la fois la majesté dérisoire des grandes nations belliqueuses (dont la France évidemment, puis les Habsbourg autrichiens comme espagnols) mais aussi la vanité et les misères terrestres. Y rayonnent solennité et puissance de Biber (Missa Bruxellensis, Requiem) et Lully, musiques autant fastueuses que ferventes, auxquelles Marc Antoine Charpentier offre sa profondeur non moins éclatante. Pourtant serviteur de la solennité française, Lully compose un remarquable Motet (concerto) pour la Paix ; une espérance prolongée par le Te Deum de Charpentier) et le Jubilate Deo de Handel ; ils sont les formes usuelles pour célébrer la fin d’une guerre en une action de grâce collective et ouverte.

 

 

cd-george-dandin-grotte-de-versailles-jarry-marguerite-louise-cd-critique-classiquenews-Versailles-cd-critiqueCD, critique. LULLY : La Grotte de Versailles, Georges Dandin (Marguerite Louise, 1 cd Château de Versailles, fév 2020). Dès 1669, Madeleine de Scudéry témoignait de l’enchantement de Versailles, les charmes et éblouissements de son parc, bosquets à surprise, palais de verdure et autres grottes enchantées. Avait-elle en tête la Grotte de Thétis, construite en dur dans les jardins (là où se trouve actuellement le vestibule de la Chapelle royale) et qui servit d’écrin comme de décor naturel au divertissement de Lully : La grotte de Versailles, ici restitué dans son état originel de 1667 / 1668? La galanterie pastorale règne sans partage : née de la première coopération Lully / Quinault, la partition évoque l’accueil par la Titanide Thétys, d’Apollon (le Soleil) le soir, harassé par sa course diurne. L’eau coulante, le décor de coquillages et de nacre, l’orgue jouant des chants d’oiseaux recréent un univers poétique dédié au repos, au sommeil, à l’abandon vers le rêve et la langueur… Girardon a sculpté le fameux groupe d’Apollon servi par les nymphes (1670). A Lully revenait déjà le privilège d’exprimer musicalement ce rêve absolu qui ajoute au mythe solaire de Louis XIV.

 

 

polifemo bononcini ensemble 1700 CD, critique. BONONCINI : Polifemo (Ensemble 1700, Dorothee Oberlinger, 2 cd DHM 2019). Enregistré live à Postdam (Sans Souci) en juin 2019, la recréation tient d’une révélation tant l’écriture y paraît aussi peu convenue qu’expressive, économe, sachant exprimer avec une force poétique le désarroi sentimental et le désir souverain des individus (superbe air d’Acis : « Partir vorrei », déchirante plainte sublimée par le soprano clair de Bruno de Sá, assurément l’un des temps forts d’une partition sertie de nombreux diamants vocaux). Lui répondent l’incandescence et la vitalité émotionnelle des airs de Galatée et de Silla auxquelles les voix de Roberta Invernizzi et Roberta Mameli insufflent une vérité criante, en féminité, dignité, flexibilité articulée. L’opéra a été créé en 1702 à la Cour de Lützenburg, joué par des musiciens professionnels et les commanditaires patriciens eux mêmes musiciens dilettenti.

 

 

 

 

MARIN-MARAIS-CD-ALCIONE-jordi-Savall-concert-des-nations-cd-classiquenews-critique-dossier-noel-classiquenews-critique-cd-Cd événement, critique. MARAIS : Alcione – Jordi Savall (3cd Alia Vox, 2017). En 1706, Marin Marais, chef d’orchestre à l’Académie royale, adulé pour ses dons de violiste et depuis toujours favorisé par le Roi, livre Alcione, ultime tragédie en musique du règne de Louis XIV. Il y a peu d’effusion amoureuse et heureuse dans une partition qui touche par son éloquence instrumentale, sa progression tragique, ses rares duos sublimes (Alcione / Pelée au IV et V), ses évocations maritimes et sa tempête, mêlée au songe qui frappe Alcione. Jordi Savall accomplit en 2007 l’une des meilleures contributions au genre lyrique du Grand Siècle, éclairant même cette modernité poétique de Marais, en particulier dans le flux irrépressible qui mène le drame vers son dénuement finalement heureux quand Neptune touché, ressuscite les amants éprouvés afin qu’ils engendrent les Alcions, protecteurs des marins, chasseurs de tempêtes et donc de naufrages.

 

 

 

 

Lévitations funèbres de Victoria 

VICTORIA requiem defunctorum la grande chapelle alber recasens critique cd review classiquenews CLIC de classiquenews hiver 2020CD événement, critique. VICTORIA : Officium defunctorum (La Grande Chapelle, Albert Recasens, 2 cd Lauda). L’Officium defunctorum de Tomás Luis de Victoria est le chant du cygne d’un auteur profondément original qui à l’opposé d’un Palestrina et ses perfections classiques romaines, atteint par son écriture ascensionnelle et imprévisible, à ce premier romantisme, sublimé alors à la fin de la Renaissance et en ce début du XVIIè où se construisent les compositions baroque d’un Rubens, après le réalisme mystique du Caravage (d’ailleurs le visuel de couverture de ce double coffret est d’un peintre caravagesque : fine et opportune référence). Apôtre de visions mystiques inclassables en réalité, Tomás Luis de Victoria (1548 – 1611), témoin mûr de l’humanisme caravagesque, interroge les limites de la foi confrontée aux vanités du monde qu’incarne la matière périssable des souverains espagnols. Ce regard poétique sur la fragilité de la condition terrestre concentre la question d’une époque traversée d’épreuves et de menaces (les turcs aux portes de l’Europe provoquent la Chrétienté occidentale). Outre la justesse du geste interprétatif, la réalisation est éditorialement exemplaire et apporte une nouvel éclairage sur ce decorum funèbre, à la fois spectaculaire et introspectif propre au début du XVIIè en Espagne.

 

 

 

 

les-timbres-buxtehude-cd--trios-critique-review-cd-classiquenews-CLIC-de-noel-2020CD événement critique. BUXTEHUDE : Sonate (Les Timbres, 2017, 2018 1 cd Flora). Propres aux années 1690 (l’Opus I est publié à Hambourg en 1694 ; l’Opus II, en 1696, et dans la foulée du succès du précédent), les deux recueils de «  Sonate à due, violino et violadagamba con cembalo ») s’inscrivent parfaitement dans l’esthétique phantasticus de cette fin de siècle qui en terres germaniques, fusionne les écritures italiennes (de Corelli à Monteverdi…) et nordiques (sans omettre la touche d’élégance lullyste, marque d’une assimilation de la mode française. cf Sonata 5 de l’Opus I) : ici règne la liberté d’une écriture virtuose, sans prétexte dramatique ni suite de danses (à l’exception de la seule gigue finale de la Sonate 3 Opus II). Une première offrande majeure à l’essor de la musique pure et abstraite.

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Livres

 

 

fosse-notes jean noel CROCQ livre clic de classiquenewsLIVRE événement, critique. Jean-Noël Crocq : FOSSE NOTES : une autre histoire de l’opéra (Editions Premières Loges). Musicien de l’Orchestre de l’Opéra de Paris, Jean-Noël Crocq s’intéresse à un volet inédit de la fosse d’orchestre. Que se passe-t-il pendant les répétitions et les soirs de représentation sous la conduite des chefs ? A l’Opéra de Paris, la partition manipulée par quantité de musiciens qui se succèdent aux pupitres devient au fil des représentations (et des humeurs), support de graphies plus ou moins habiles, révélant parfois de vrais dessinateurs au crayon acéré : elle est aussi moyen de communication pour des remerciements, des voeux, des commentaires, de confrères à confrères. Tout ce qui passe par la tête des musiciens s’y concrétise, en marge des mesures et des notes, sur la page de garde et directement sur les manuscrits d’époque : croquis et portraits d’instrumentistes jouant, portraits charges voire caricatures des compositeurs venus diriger leurs œuvres : Meyerbeer, Offenbach, Rossini dont le nez crochu semble être l’appendice générique (!) ; Verdi aussi, plus classicisé qui pourtant au moment des répétitions de Rigoletto, …

 

 

 

 

livre-histoire-de-l-opera-herve-lacombe-fayard-critique-presentation-classiquenews-livres-clic-de-classiquenewsLIVRE événement, critique. FAYARD : Histoire de l’opéra français, du Consulat au début de la IIIè Répubique (Hervé Lacombe). Voici le premier volume d’une Histoire en 3 volumes, prometteuses et particulièrement enrichissante dès ce premier volume (parution : 14 octobre 2020). L’opéra est en France est depuis sa structuration sous Louis XIV, une institution d’état, richement subventionnée. A Paris, ses deux scènes en témoignent : palais Garnier et Opéra Bastille, voulu par le président Mitterand en 1989 pour le bicentenaire de la Révolution française.  Dans ce volume I – premier d’une trilogie éclairante, le spectre s’interroge en 21 chapitres, sur la période du Consulat au début de la IIIè République. Soit la séquence historique et chronologique qui a produit les oeuvres aujourd’hui les plus célèbres  : Guillaume Tell, Lakmé et Les Huguenots, Orphée aux Enfers et Les Contes d’Hoffmann, Carmen et Manon…

 

 

 

 

BORODINE-andre-lischke-bio-bleu-nuit-editeur-critique-analyse-classiquenewsLivre événement : BORODINE par André Lischke (Bleu Nuit éditeur). Excellente bio dédiée à l’un des plus importants membres du « Groupe des Cinq », fondateur (avec ses pairs) de la musique symphonique russe, sans omettre la musique de chambre : Alexandre Borodine (1833 – 1887) a su mêler en un équilibre puissant et solaire les trois influences majeures en Russie : l’identité slave, l’orientalisme, la musique occidentale, celle des germaniques Schumann et surtout dans son cas, Mendelssohn (comme l’atteste sa Première Symphonie). Mort jeune, auteur lent et finalement rare, Borodine fut surtout un… chimiste, reconnu dont l’activité comme compositeur devait s’accommoder d’une vie scientifique déjà bien remplie…

 

BRITTEN Benjamin Francois PORCILE Bleu nuit éditeur critique livre classiquenewsLIVRE événement, critique. François Porcile : BRITTEN (Bleu Nuit éditeur). La biographie de François Porcile récapitule les événements marquants de la vie du compositeur britannique Benjamin Britten (1913 – 1976), né devant la mer du Nord, soit « la mer d’Allemagne », un milieu qui s’avère fécond pour lui, comme en témoignent les opéras marins, Peter Grimes qui le révéla, ou Billy Budd, d’abord boudé par un public refroidi mais depuis quelques années, réestimé, à juste titre. Le collégien se montre particulièrement inspiré (déjà une centaine d’oeuvres à 14 ans !) ; puis l’apprentissage chez Frank bridge (1928-1930) ; … tout indique très vite une pensée musicale qui s’interroge sur le sens de la forme, l’efficacité et la synthèse, loin des effluves « boursouflées et soporifiques » du victorien Elgar… Britten apprend ce souci du développement musical à l’école du cinéma et du documentaire, quand il travaille pour le GPO Film Unit de 1935 à 1939, épisode souvent négligé.
En couple avec le ténor Peter Pears, rencontré en 1937 et dont le timbre lui rappelait étrangement celui de sa mère, Britten collectionne les épreuves et les expériences dont l’exil aux USA de 1939 à 1942 ; à son retour en Grande-Bretagne, le compositeur n’est plus le même : il se consacre presque exclusivement à l’opéra.
________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

Sélection spéciale 250 ans LUDWIG VAN BEETHOVEN

 

 

beethoven 1803 apres Symphonie 1 creation symphonies romantiques classiquenews review compte rendu cd critique 800px-Beethoven_3DOSSIER BEETHOVEN 2020 : 250 ans de la naissance de Beethoven. L’anniversaire du plus grand compositeur romantique (avec Berlioz puis Wagner évidemment) a été célébré tout au long de la saison 2020. Mettant en avant le génie de la forme symphonique, le chercheur et l’expérimentateur dans le cadre du Quatuor à cordes, sans omettre la puissance de son invention, dans le genre concertant : Concerto pour piano, pour violon, lieder et sonates pour piano, seul ou en dialogue avec violon, violoncelle… Le génie de Ludwig van Beethoven né en 1770, mort en 1827) accompagne et éblouit l’essor du premier romantisme, … retrouvez ici notre dossier spécial BEETHOVEN 2020 et aussi notre sélection cd, dvd, livres à connaître absolument.

 

 

 

 

 

 

 

dvd

 

 

 à l’école des petits rats

Kalioujny-alexandre-sacha-danse-opera-paris-etoiles-dvd-belair-danse-critique-danse-ballet-classiquenews-dvdDVD événement, critique. La CLASSE d’Alexandre Kalioujny (1 DVD BelAir classiques) – Le film passe les portes de l’École de Danse du Ballet de l’Opéra de Paris pour une immersion exceptionnellement vivante dans les coulisses et le laboratoire des jeunes danseurs en apprentissage ; les fameux « petits rats », ici pilotés par leur mentors et pédagogues les danseurs Étoiles Élisabeth Platel (directrice de l’École de Danse) et Charles Jude, transmetteurs du « style Alexandre Kalioujny », génial et légendaire pédagogue dont la leçon a marqué de façon indélébile le propre style de l’Opéra français.
Alexandre Kalioujny dit « Sacha », naît à Prague en 1923 de parents russes émigrés. Danseur Étoile au sein du Ballet de l’Opéra national de Paris alors dirigé par Serge Lifar, Kalioujny est nommé professeur de danse au Conservatoire de Nice. L’Opéra de Paris le rappelle en 1970, plébiscité par l’ensemble des Étoiles parisiennes pour qu’il poursuive la transmission de son art. Sa méthode de travail est d’autant plus appréciée des danseurs qu’elle cultive très haute technique et fluidité du mouvement.

 

 

 

bac182-bayadere duato  BELAIR dvd classiquenews critique dvdDVD, critique. La Bayadère : Théâtre Mikhailovsky (1 dvd nov 2019 BelAir classiques). A la suite de ces lectures des grands classiques (La Belle au bois dormant et Casse-Noisette), le chorégraphe Nacho Duato, directeur artistique du Ballet du Théâtre Mikhailovsky à Saint-Petersbourg, aborde à son tour La Bayadère, mythe amoureux légendaire qui associe passion et malédiction. Ainsi dans une Inde fantasmée, la prêtresse et le guerrier ne peuvent réaliser leur amour ni sur cette terre ni dans l’au-delà. La lecture de Duato reste respectueuse de la conception originelle de Marius Petipa et Ludwig Minkus : néanmoins l’espagnol fluidifie l’action, écarte les lourdeurs et poncifes antérieurs; pour une évocation élucidée, clarifiée des tableaux orientalistes (exit les pantomimes statiques) où la reconstitution de la cour des Maharajas offre une nouvelle conception de la danse classique, à la fois élastique et acrobatique. Un défi réussi pour le Ballet du Théâtre Mikhailovsky dont l’écalt et l’assurance s’appuient sur les étoiles de la troupe : Angelina Vorontsova, Victor Lebedev, Andrea Laššáková, ce dernier…

 

 

 

 

Comments are closed.