DOSSIER BEETHOVEN 2020 : les 250 ans de la naissance (1770 – 2020)

beethoven 1803 apres Symphonie 1 creation symphonies romantiques classiquenews review compte rendu cd critique 800px-Beethoven_3DOSSIER BEETHOVEN 2020 : 250 ans de la naissance de Beethoven. L’anniversaire du plus grand compositeur romantique (avec Berlioz puis Wagner évidemment) sera célébré tout au long de la saison 2020. Mettant en avant le génie de la forme symphonique, le chercheur et l’expérimentateur dans le cadre du Quatuor à cordes, sans omettre la puissance de son invention, dans le genre concertant : Concerto pour piano, pour violon, lieder et sonates pour piano, seul ou en dialogue avec violon, violoncelle… Le génie de Ludwig van Beethoven né en 1770, mort en 1827) accompagne et éblouit l’essor du premier romantisme, quand à Vienne se disperse l’héritage de Haydn (qui deviendra son maître fin 1792) et de Mozart, quand Schubert aussi s’intéresse mais si différemment aux genres symphonique et chambriste. Venu tard à la musique, génie tardif donc (n’ayant rien composé de très convaincant avant ses cantates écrites en 1790 à 20 ans), Beethoven, avant Wagner, incarne le profil de l’artiste messianique, venu sur terre tel un élu sachant transmettre un message spirituel à l’humanité. Le fait qu’il devienne sourd, accrédite davantage la figure du solitaire maudit, habité et rongé par son imagination créative. Pourtant l’homme sut par la puissance et la sincérité de son génie, par l’intelligence de son caractère pourtant peu facile, à séduire et cultiver les amitiés. Ses rencontres se montrent souvent décisives pour l’évolution de sa carrière et de sa reconnaissance. Pour souligner combien le génie de Beethoven est inclassable, singulier, CLASSIQUENEWS dresse le portrait de la vie de Beethoven (en 4 volets), puis distingue 4 épisodes de sa vie, particulièrement décisifs…

 

 

 

 

_____________________________________

Volet 1 : dossier Beethoven 2020

JEUNESSE Ă  BONN : 1770 – 1792
Les 12 premières années de la vie de Ludwig

 

 

Beethoven jeune 1012554_1151146791564340_4447833172979903169_nA Bonn, le père et le grand père de Beethoven se destinent à servir l’archevèque-électeur de Cologne, comme musiciens. Le jeune Ludwig né le 16 décembre 1770 suivra leurs pas. Agé de 12 ans, Ludwig rencontre l’étudiant en médecine Franz Gerhard Wegeler (1782) qui l’introduit au sein de la famille von Breuning : c’est dans ce milieu raffiné qu’il reçoit une formation musicale digne de ses aptitudes. Goethe, Schiller… sont ses lectures régulières, distillant dans l’esprit déjà très imaginatif de l’adolescent les idées de l’Aufklärung et de l’esthétique Sturm und Drang… Passionné, transporté par les Lumières et l’esprit révolutionnaire, Ludwig suit avec attention l’actualité française ; il se passionnera bientôt pour Bonaparte, mais ce dernier devenu Napoléon, Beethoven reniera sa première adoration.
A 13 ans, – 1783-, Beethoven est nommĂ© organiste de la cour, rĂ©pĂ©titeur pour l’orchestre et le théâtre. Son père alcoolique perd ses Ă©lèves… que Ludwig rĂ©cupère.
En 1774, le Comte Waldstein, chambellan du nouvel archevêque (le frère de l’Empereur Leopold, l’archiduc Maximilien Franz) remarque au sein de la cour, le jeune tempérament de Beethoven. Il l’envoie à Vienne dès 1787, pour y rencontrer Mozart et suivre les conseils de ce dernier. Mais Wolfgang n’est guère captivé par le jeune génie mélancolique : de leur rencontre, ne sort aucune coopération d’envergure. C’est un échec. Beethoven rentre à Bonn en septembre 1787 pour le décès de sa mère.
Avant Schubert, Schumann, Wolf, Wagner et Strauss, le jeune Beethoven inscrit à l’Université de Bonn en 1789 (19 ans) s’intéresse aux écrivains, se passionne pour la littérature. Comme Berlioz, Ludwig lit Shakespeare, Homère… C’est un rêveur qui nourrit sa prochaine inspiration de créateur. A l’Université, il suit aussi les cours du libertaire Euloge Schneider, aux idées clairement révolutionnaires.

haydn joseph-crop-412x332En 1790, Ludwig, 20 ans compose une cantate funèbre pour la mort de Joseph II, puis une autre pour l’avènement de Leopold II : bien que trempĂ©es dans l’acier d’une Ă©criture farouche et dĂ©jĂ  vĂ©hĂ©mente, les deux Ĺ“uvres ne sont pas jouĂ©es. L’immense et cĂ©lĂ©brisime Joseph Haydn venu de Vienne croise son chemin : il remarque Ă  peine le jeune homme qui bien qu’introspectif, a dĂ©cidĂ© du fond de son âme, de trouver les Ă©lĂ©ments d’un nouveau langage musical, qui passe par l’orchestre et la musique de chambre. Le rĂŞveur se languit avec dĂ©sespoir : elle aime ElĂ©onore von Breuning, mais n’est pas aimĂ© en retour. VoilĂ  une catastrophe intime qui inaugure le roman Ă©pineux et trouble de Beethoven et les femmes. En 1792, deux ans après leur première rencontre, Haydn, examinant l’une des cantates de 1790, cĂ©lèbre sans rĂ©serve le gĂ©nie prometteur de Ludwig. Grâce Ă  Waldstein, Beethoven payĂ© par l’Electeur de Cologne, peut rejoindre Haydn Ă  Vienne pour y suivre ses leçons. Ludwig deviendra Beethoven Ă  Vienne oĂą il reste jusqu’à sa mort.

 

 

 

 

 

 

 

_____________________________________

Volet 2 : dossier Beethoven 2020

Premiers accomplissement viennois (1793 – 1802)
Les méditations de Ludwig

 

 

Fidelio de BeethovenA VIENNE, L’ELEVE DEPASSE SES MAÎTRES… Haydn reçoit à Vienne le jeune Beethoven de 22 ans, intrépide et fougueux dont la soif de formation et de dépassement, submerge très vite la disponibilité pédagogique de son mentor. S’il recherche aussi les conseils et leçons d’autres professeurs tels Albrechtsberger (composition), Salieri (chant)… Ludwig perd patience et absorbe ces apports pour les dépasser. Il reste un solitaire indépendant. Sans la validation de ses professeurs, le jeune compositeur affirme donc son tempérament irréductible en publiant en 1795, ses Trois Trios, (opus 1) suivi des Trois Sonates (opus 2) pour piano. Sa virtuosité comme pianiste improvisateur subjugue les Viennois, dès mars 1795. Grâce au premier protecteur, le comte Waldstein, Ludwig conquiert les cénacles aristocratiques de Vienne : les protecteurs se déclarent tels Lichnowsky, Lobkowitz, Razoumovski, Fries, Van Swieten… dont les noms sont inscrits dans l’Histoire grâce à la dédicace que leur destine Ludwig. Pourtant, loin de se borner au confort et à l’agrément des princes, Beethoven voit large et sa conscience artistique se double d’une intelligence politique affûtée : il suit la Révolution française ; admire l’élan démocratique et se rapproche des Jacobins (Jacob von Sonnenfels déjà proche de Mozart), ne serait ce que dans sa mise et sa coiffure qui s’écarte de la queue de cheval et du bas de soie. Le profil du musicien révolutionnaire se précise peu à peu.

 

 

L’OMBRE DE LA SURDITÉ… Mais en 1796, la surdité se présente, affectant désormais la quête du compositeur. Beethoven cache à tous ce terrible mal ; il en avoue la gêne à certains proches en 1801 ; puis confesse le handicap en 1806, à l’époque du 9è Quatuor. Si l’homme mondain, sentimentale, relationnel en souffre, le compositeur continuera de produire dans une qualité de concentration admirable, bénéfique pour son travail. La surdité a aussi affirmé le génie beethovénien. Sans l’entraver, elle l’a fortifié. Confirmé dans son unicité exceptionnelle : quoiqu’on le dise, Beethoven n’est pas plus cérébral que sensuel ; il est les deux : un architecte et un hédoniste, capable de couleurs inédites alors comme de conception orchestrale d’un impérieux équilibre. Beethoven conçoit un son qui lui est propre, associé à une quête de plus en plus explicite du timbre, comme il redéfinit la syntaxe même du langage musical.

 

 

LES MÉDITATIONS DE LUDWIG…

D’autant qu’en septembre 1802, dans le fameux testament d’Heiligenstatdt, Ludwig qui a eu la tentation libĂ©ratrice du suicide, s’accroche finalement indĂ©fectiblement Ă  la vie, Ă  l’accomplissement de son Ĺ“uvre : les forces de l’esprit contre l’anĂ©antissement. A 31 ans – âge oĂą meurt Schubert, Ludwig affirme une Ă©criture qui fait la synthèse de ce qui l’a prĂ©cĂ©dĂ© ; une vision et un format, une conscience et un langage qui envisagent dĂ©sormais l’avenir. Beethoven plus qu’aucun autre lance des ponts vers l’avenir.
A son crĂ©dit surtout, son Ĺ“uvre comme pianiste exceptionnel : les 3 premiers Concertos pour piano ; puis aux cĂ´tĂ©s des Trios Ă  cordes opus 9, des 6 Quatuors Lobkowitz opus 18, la Sonate PathĂ©tique opus 13 ; la Clair de lune opus 27, la TempĂŞte opus 31… Haydn et Mozart restent dans l’équilibre, le jeu formel, la surprise ; pour Wolfgang, l’expression ineffable des sentiments amoureux avec – prĂ©romantisme, des visions foudroyantes de la mort ; Beethoven conduit dans le trĂ©fond d’une immersion intime comme une mĂ©ditation musicale. Son Ă©criture ne cesse de marquer les jalons de ce parcours inĂ©dit oĂą la conscience pilote l’itinĂ©raire expressif et laisse se dessiner libre, le profil de l’être Ă  accomplir. Pour l’encourager Ă  se dĂ©velopper et s’incarner, Beethoven utilise avec une rare intuition, le silence : il en dĂ©coule une Ă©coute intĂ©rieure, une activitĂ© souterraine neuve, et surtout un temps musical nouveau qui ne suit plus la logique conceptuelle de la forme (sonate ou autres) mais reste infĂ©odĂ© aux rythmes de cette nouvelle introspection : Beethoven fait de la musique, une expĂ©rience sensorielle essentiellement psychique. Avec lui, le romantisme qui couve avec dĂ©licatesse, effusion, suggestion, onirisme chez Mozart et Schubert, se dĂ©voile victorieux, lĂ©onin, jaillissant, expĂ©rimental… C’est la rĂ©volution Beethoven qui ne cesse aujourd’hui de nous saisir en nous rappelant Ă  notre humanitĂ© la plus intime et la plus personnelle.

Prochain feuilleton, volet 3 :
Le BEETHOVEN ACCOMPLI : un souffle Ă©pique (1802 – 1812)

 

beethoven

 

_____________________________________

BEETHOVEN 2020
nos feuilletons pour l’annĂ©e BEETHOVEN 2020

 

 

 

Ludwig-Van-Beethoven

BEETHOVEN 2020, volet 3 : Ludwig Ă©pique (1802 – 1812) – HEILINGENSTATD, 1802 : une nouvelle naissance. FinancĂ© par l’aristocratie viennoise, Beethoven croit un moment qu’il peut prĂ©tendre rejoindre la classe supĂ©rieure ; nenni, musicien, il reste un ĂŞtre infĂ©rieur car il n’est pas noble. BientĂ´t en 1806, le prince Lichnowski qui le dotait d’une rente confortable lui enjoint de jouer pour ses invitĂ©s selon son plaisir : Beethoven se rebiffe ; il n’est pas un serviteur : fièrement, après qu’il ait Ă©tĂ© congĂ©diĂ© par son protecteur, le compositeur Ă©crit : « des nobles il y aura toujours ; mais il n’y aura jamais qu’un seul Beethoven ». Le voilĂ  comme Mozart quittant Salzbourg, en artiste crĂ©ateur misĂ©rable mais libre. LIRE notre feuilleton BEETHOVEN 2020, volet 3 : Ludwig Ă©pique, le testament d’HEILIGENSTATD

 

 

 

 

 

 

_____________________________________

 

 

 

 

 

 

discographie BEETHOVEN 2020

Retrouvez ici notre sĂ©lection des meilleurs enregistrements parus dès octobre 2019 et pendant l’annĂ©e 2020, qui mĂ©ritent d’ĂŞtre Ă©coutĂ©s absolument :

 

 

 

L’intĂ©grale BEETHOVEN 2020 

 

 

beethoven-complete-edition-2020-review-presentation-file-classiquenews-critique-coffret-beethoven-2020CD, coffret Ă©vĂ©nement. The New Complete Edition BEETHOVEN 2020 (118 cd, 2 dvd, 3 bluray, DG Deutsche Grammophon). Pour les 250 ans de la naissance de Beethoven, la firme Deutsche Grammophon renoue avec l’époque des somptueuses intĂ©grales discographiques et crĂ©e l’évĂ©nement en cette fin d’annĂ©e 2019, en Ă©ditant un coffret remarquable Ă  tout point de vue : autant pour la qualitĂ© des versions choisies que la prĂ©sentation et le soin Ă©ditorial rĂ©alisĂ© pour cette Ă©dition saluĂ©e par un CLIC de CLASSIQUENEWS. Difficile de trouver sur le marchĂ© intĂ©grale mieux conçue : en partenariat avec la Beethoven Haus Bonn et la fondation officielle Beethoven 2020. En dĂ©coulent dans cette boĂ®te magique 175 heures de musique en 118 cd, 2 dvd (Fidelio par Bernstein / Symphonies 4 et 7 par C Kleiber) et 3 blu-ray audios (Symphonies Karajan / Sonates pour piano par W Kempff / Quatuors par le Quatuor Amadeus). Ainsi Deutsche Grammophon prĂ©sente l’intĂ©grale la plus complète et remarquablement Ă©ditĂ©e. La richesse du contenu musical a Ă©Ă© possible grâce au travail en partenariat entre DG et 10 autres labels. LIRE notre prĂ©sentation complète de l’intĂ©grale BEETHOVEN 2020 Ă©ditĂ© par Deustche Grammophon pour les 250 ans de Ludwig van Beethoven

 

 beethoven-complete-edition-2020-review-presentation-file-classiquenews-critique-coffret-beethoven-2020

 

 

 

 

 

 

 

 

CD coffret événement : BEETHOVEN. Wiener symphoniker / Philippe Jordan. Symphonies 1 – 9 (5 cd – 2017 – 6h)  -  Pour l’année BEETHOVEN 2020, et souligner les 250 ans de la naissance du génie romantique germanique, entre Allemagne et Autriche, Bonn et Vienne, l’Orch Symphonique de Vienne / Wiener Symphoniker fête l’événement, et dès nov 2019, comme en préambule d’une année mémorable en célébrations et réalisations diverses, éditait ce superbe coffret de 5 cd soit les 9 symphonies, récapitulant le geste du maestro Philippe Jordan, directeur musical depuis 2014.

BEETHOVEN JORDAN philippe symphonie symphoniker wiener cd SOny classiquenews critique review classiquenewsLa phalange viennoise n’a rien à envier à sa sœur ainée, l’Orchestre Philharmonique / Wiener Philharmoniker, à l’histoire glorieuse et l’actualité médiatique demeurée intacte (entre autres grâce chaque début d’année nouvelle au Concert du Nouvel An retransmis à l’échelle planétaire). Souplesse, élégance, entrain… les instrumentistes du Symphonique de Vienne ont pour eux la familiarité avec les répertoires classiques et romantiques, depuis des décennies. Il suffit de citer quelques uns des chefs les plus importants, pour mesurer la tradition musicale cultivée depuis le début du XXè (sa création remonte à 1900), et évaluer ce goût des répertoires pour inscrire la phalange parmi les meilleures d’Europe : Wilhelm Furtwängler, Herbert von Karajan, Carlo Maria Giulini, surtout Georges Prêtre, chef lyrique autant que symphonique qui aura marqué l’évolution de la phalange…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BEETHOVEN andris nelsons 9 symphonies wiener philharmoniker 5 cd blu ray DG Deutsche GrammophonCD coffret, Ă©vĂ©nement, annonce. ANDRIS NELSONS / BEETHOVEN : Complete symphonies / intĂ©grale des 9 symphonies : Wiener Philharm (2017 – 2019 – 5 cd + blueray-audio DG Deutsche Grammophon). Le chef Andris Nelsons se taille un part de lion au sein de l’écurie DG Deutsche Grammophon, sachant rĂ©ussir rĂ©cemment dans une intĂ©grale des symphonies de Bruckner et de Chostakovitch, saluĂ©es par classiquenews. Pour l’annĂ©e Beethoven 2020, voici en prĂ©ambule attendu, prometteur, l’intĂ©grale des 9 symphonies de Ludwig van Beethoven avec les Wiener Philharmoniker, histoire de constater lors des sessions d’enregistrements de 2017 Ă  2019, la tenue de l’orchestre le plus prestigieux au monde, et la pertinence d’une lecture observĂ©e. La finesse de la sonoritĂ© et le dĂ©tail comme l’énergie prĂ©servĂ©es par le chef devraient marquer cette nouvelle intĂ©grale par la phalange viennoise. VoilĂ  qui Ă©clairera la subtilitĂ© et la couleur mozartiennes dans la grande marmite bouillonnante du grand Ludwig. Une once de finesse couplĂ©e aux contrastes Ă©ruptifs, volcaniques d’un Beethoven Ă  jamais rĂ©volutionnaire. On attendait pas vĂ©ritablement le maestro letton chez Beethoven, alors que tant de baguettes antĂ©rieures et plus charismatiques existent dĂ©jĂ  ; mais dirigeant les Wiener Philharmoniker, l’affiche Ă©tait trop belle et les promesses, rĂ©elles… Avouons que notre avis est mi figue mi raisin…  LIRE notre critique dans le mg cd dvd livres de classiquenews. Parution annoncĂ©e : le 4 octobre 2019.

ode an die freiheit bernstein in berlin leonard bernstein 2 cd dg deutsche grammophon 1989 30 ans mur de berlin cd review critique cd classiquenews 4837441CD, critique. BEETHOVEN : Symph n°9 – Bernstein, Berlin 1989 (2 cd DG Deutsche Grammophon). REEDITION HISTORIQUE… Pour commĂ©morer les 30 ans de la chute du Mur de Berlin, DG rĂ©Ă©dite une très belle lecture de la 9è de Beethoven, devenue hymne de l’Europe progressiste, dĂ©sormais indissociable des grandes heures et cĂ©lĂ©brations de l’histoire europĂ©enne. Evidemment contexte oblige, les interprètes venus cĂ©lĂ©brer la fin de l’Allemagne divisĂ©e, dĂ©sunie en chantant l’ode fraternelle conçue par Beethoven comme l’appel Ă  changer de monde, sont hautement inspirĂ©s par l’urgence et la joie collective de la Chute du mur. D’autant que la direction organique, instinctive, très investie du chef d’origine juive, Leonard Bernstein restitue toute la profondeur et l’humanitĂ© de la partition et du contexte dans lequel elle est ainsi rĂ©alisĂ©e en dĂ©cembre 1989.  LIRE la critique intĂ©grale du cd BEETHOVEN : Symph n°9 – Bernstein, Berlin 1989 (2 cd DG Deutsche Grammophon).

_____________________________________

Bibliographie BEETHOVEN 2020

Retrouvez ici notre sĂ©lection des meilleurs livres et publications parus dès octobre 2019 et pendant l’annĂ©e 2020, qui mĂ©ritent d’ĂŞtre consultĂ©s absolument :

 

Beethoven par lui mĂŞme bĂ»cher chastel classiquenews 9782283033623-aafbbLIVRE Ă©vĂ©nement. BEETHOVEN PAR LUI-MĂŠME (Buchet Chastel). Sur l’échelle des extrĂŞmes, Ă  coup sĂ»r, Ludwig occuperait la place la plus haute. L’éditeur avait dĂ©jĂ  publiĂ© le cycle de la correspondance suscitĂ©e par le compositeur en raison de sa surditĂ© : ses fameux « cahiers de conversation », lesquels lui permettaient par l’écrit de communiquer avec son entourage (2015) : un procĂ©dĂ© astucieux qui a le mĂ©rite de consigner ainsi, jusqu’à l’anecdotique, le quotidien d’un combattant par l’art. Ici l’auteure, Ă  l’occasion du 250è anniversaire de sa naissance en 2020, s’intĂ©resse Ă  un choix de lettres et dĂ©clarations (elles mĂŞmes tirĂ©es de ses carnets intimes et des cahiers de conversation), scrupuleusement reproduites … En lire +

 

 

Comments are closed.