DOSSIER BEETHOVEN 2020 : les 250 ans de la naissance (1770 – 2020)

beethoven 1803 apres Symphonie 1 creation symphonies romantiques classiquenews review compte rendu cd critique 800px-Beethoven_3DOSSIER BEETHOVEN 2020 : 250 ans de la naissance de Beethoven. L’anniversaire du plus grand compositeur romantique (avec Berlioz puis Wagner évidemment) sera célébré tout au long de la saison 2020. Mettant en avant le génie de la forme symphonique, le chercheur et l’expérimentateur dans le cadre du Quatuor à cordes, sans omettre la puissance de son invention, dans le genre concertant : Concerto pour piano, pour violon, lieder et sonates pour piano, seul ou en dialogue avec violon, violoncelle… Le génie de Ludwig van Beethoven né en 1770, mort en 1827) accompagne et éblouit l’essor du premier romantisme, quand à Vienne se disperse l’héritage de Haydn (qui deviendra son maître fin 1792) et de Mozart, quand Schubert aussi s’intéresse mais si différemment aux genres symphonique et chambriste. Venu tard à la musique, génie tardif donc (n’ayant rien composé de très convaincant avant ses cantates écrites en 1790 à 20 ans), Beethoven, avant Wagner, incarne le profil de l’artiste messianique, venu sur terre tel un élu sachant transmettre un message spirituel à l’humanité. Le fait qu’il devienne sourd, accrédite davantage la figure du solitaire maudit, habité et rongé par son imagination créative. Pourtant l’homme sut par la puissance et la sincérité de son génie, par l’intelligence de son caractère pourtant peu facile, à séduire et cultiver les amitiés. Ses rencontres se montrent souvent décisives pour l’évolution de sa carrière et de sa reconnaissance. Pour souligner combien le génie de Beethoven est inclassable, singulier, CLASSIQUENEWS dresse le portrait de la vie de Beethoven (en 4 volets), puis distingue 4 épisodes de sa vie, particulièrement décisifs…

_____________________________________

 
 

Volet 1 : dossier Beethoven 2020

JEUNESSE Ă  BONN : 1770 – 1792
Les 12 premières années de la vie de Ludwig

 
 

Beethoven jeune 1012554_1151146791564340_4447833172979903169_nA Bonn, le père et le grand père de Beethoven se destinent à servir l’archevèque-électeur de Cologne, comme musiciens. Le jeune Ludwig né le 16 décembre 1770 suivra leurs pas. Agé de 12 ans, Ludwig rencontre l’étudiant en médecine Franz Gerhard Wegeler (1782) qui l’introduit au sein de la famille von Breuning : c’est dans ce milieu raffiné qu’il reçoit une formation musicale digne de ses aptitudes. Goethe, Schiller… sont ses lectures régulières, distillant dans l’esprit déjà très imaginatif de l’adolescent les idées de l’Aufklärung et de l’esthétique Sturm und Drang… Passionné, transporté par les Lumières et l’esprit révolutionnaire, Ludwig suit avec attention l’actualité française ; il se passionnera bientôt pour Bonaparte, mais ce dernier devenu Napoléon, Beethoven reniera sa première adoration.
A 13 ans, – 1783-, Beethoven est nommĂ© organiste de la cour, rĂ©pĂ©titeur pour l’orchestre et le théâtre. Son père alcoolique perd ses Ă©lèves… que Ludwig rĂ©cupère.
En 1774, le Comte Waldstein, chambellan du nouvel archevêque (le frère de l’Empereur Leopold, l’archiduc Maximilien Franz) remarque au sein de la cour, le jeune tempérament de Beethoven. Il l’envoie à Vienne dès 1787, pour y rencontrer Mozart et suivre les conseils de ce dernier. Mais Wolfgang n’est guère captivé par le jeune génie mélancolique : de leur rencontre, ne sort aucune coopération d’envergure. C’est un échec. Beethoven rentre à Bonn en septembre 1787 pour le décès de sa mère.
Avant Schubert, Schumann, Wolf, Wagner et Strauss, le jeune Beethoven inscrit à l’Université de Bonn en 1789 (19 ans) s’intéresse aux écrivains, se passionne pour la littérature. Comme Berlioz, Ludwig lit Shakespeare, Homère… C’est un rêveur qui nourrit sa prochaine inspiration de créateur. A l’Université, il suit aussi les cours du libertaire Euloge Schneider, aux idées clairement révolutionnaires.

haydn joseph-crop-412x332En 1790, Ludwig, 20 ans compose une cantate funèbre pour la mort de Joseph II, puis une autre pour l’avènement de Leopold II : bien que trempĂ©es dans l’acier d’une Ă©criture farouche et dĂ©jĂ  vĂ©hĂ©mente, les deux Ĺ“uvres ne sont pas jouĂ©es. L’immense et cĂ©lĂ©brisime Joseph Haydn venu de Vienne croise son chemin : il remarque Ă  peine le jeune homme qui bien qu’introspectif, a dĂ©cidĂ© du fond de son âme, de trouver les Ă©lĂ©ments d’un nouveau langage musical, qui passe par l’orchestre et la musique de chambre. Le rĂŞveur se languit avec dĂ©sespoir : elle aime ElĂ©onore von Breuning, mais n’est pas aimĂ© en retour. VoilĂ  une catastrophe intime qui inaugure le roman Ă©pineux et trouble de Beethoven et les femmes. En 1792, deux ans après leur première rencontre, Haydn, examinant l’une des cantates de 1790, cĂ©lèbre sans rĂ©serve le gĂ©nie prometteur de Ludwig. Grâce Ă  Waldstein, Beethoven payĂ© par l’Electeur de Cologne, peut rejoindre Haydn Ă  Vienne pour y suivre ses leçons. Ludwig deviendra Beethoven Ă  Vienne oĂą il reste jusqu’à sa mort.

 
 

 
 

Prochain volet (2) : Premiers accomplissement viennois (1793 – 1802)

 
 

Comments are closed.