LIVRE événement. KAROL BEFFA : Diabolus in opera (éditions Alma nuvis)

BEFFA KAROL diabolus in opera livre critique par classiquenews pourquoi lire absolument ce livre de Karol Beffa sur l opera par classiquenews CLIC de classiquenews de fevrier 2018LIVRE événement. KAROL BEFFA : Diabolus in opera (éditions Alma nuvis). Passionnant regard d’un compositeur contemporain sur un genre que l’on s’entête à penser « incohérent, dépassé poussiéreux ». Combien de croisés zélés, faux prophètes autodéclarés avaient prédit la mort du genre opéra … Loin de tirer sur l’ambulance (qui au demeurant se porte à merveille : il suffit de constater le nombre régulier de créations et le taux de remplissage des théâtres lyriques en France), l’auteur exprime à travers les chapîtres de son livre, un amour légitime et bien argumenté pour le genre. En démontrant la richesse critique des compositeurs du passé sur un genre déjà convenu, comptant ses règles et ses poncifs ; en démêlant de même tout ce qui en vérité relève d’une déconstruction intelligente et consciente, volontaire et organisé réalisé en interne, dans l’architecture des partitions, malgré une apparence bourgeoise et conforme… (lire le chapître éblouissant par sa pertinence et l’intelligence de l’analyse consacré à la violence et aux ruptures essentielles dans La Traviata de Verdi par exemple), Karol Beffa nous dit sa croyance dans l’opéra : un cadre esthétique qui inspire et stimule toujours.
Osons extraire un fragment qui à notre sens donne la mesure d’un texte de haute qualité : « «Il me semble que l’opéra joue de l’écart entre livret et musique pour imposer un prisme mimétique qui lui est entièrement propre et auquel chaque compositeur donne sa propre orientation. C’est en somme la vision sociologique que nous avons de l’opéra comme rituel social qui nous fait méconnaître les enjeux esthétiques véritables auxquels les compositeurs se sont confrontés. Grâce à un exercice supposé mimétique, ils ont exploré les voies d’une remise en question de toute mimésis et envisagé la possibilité d’une abstraction musicale et narrative porteuse d’un sens plus fécond» expose l’auteur dans son postlude. Les thématiques ainsi exposées prennent un relief spécifique à la lecture de l’analyse développée sur La Traviata, opéra en apparence des plus bourgeois, véritable icône des saisons lyriques conformes,… mais en réalité partition d’une invention et d’une modernité poétique et dramatique, sans équivalent alors et depuis.

CLIC_macaron_2014Du reste, ce sont bien les 12 essais sur les opéras et les compositeurs qui font la haute valeur de ce texte d’un compositeur sur les compositeurs. Outre des propos très justes sur La Gioconda de Ponchielli, L’Enfant et les Sortilèges de Ravel (entre autres, aux côtés de l’approche nous le soulignons éblouissante dédié à La Traviata), le lecteur se nourrit des « Trajectoires croisées » ainsi parcourant les destins et les oeuvres de Ligeti / Mahler, Liszt / Wagner, Gorecki / Penderecki… On reproche souvent aux « musicos » de ne s’intéresser qu’à leur petite personne et leurs petits projets, noyés dans leur bulle narcissique : rien de tel chez Karol Beffa dont la culture, le goût et la sensibilité renouvelle le profil du musicien dans son époque. Un sens de la poésie, le souci du sens dramatique, de l’essence même de la musique (sur les traces du questionnement de Ligeti justement ; LIGETI dont l’auteur a dédié un texte bibliographique d’importance chez Fayard) font de ce livre remarquablement écrit par ailleurs, la bible qu’il faut avoir lue en ce début d’année 2018. CLIC de classiquenews de février 2018.

______________

LIVRE événement. KAROL BEFFA : Diabolus in opera (éditions Alma nuis) -

Collection Concerto

20 € / 184 pages

Date de parution : 18 janvier 2018

Livre physique : ISBN : 978-2-36279-253-3

Livre numérique : ISBN : 978-2-36279-254-0

 

Comments are closed.