CRITIQUE, opéra. NANCY, le 24 juin 2022. Salome Jicia, …PAOLI / ALLEMANDI.

tosca puccini nancy opera paoli allemandi critique opera classiquenews.gifCRITIQUE, opéra. NANCY, le 24 juin 2022. PAOLI / ALLEMANDI. Voilà une Tosca efficace, carrée, prenante qui doit surtout sa force expressive à la tenue de l’Orchestre, d’une séduction et d’une plasticité irrésistibles, sous la baguette d’un familier de Puccini et du répertoire italien en général, Antonello Allemandi. Ce que le maestro obtient des instrumentistes relève de la leçon de direction autant par l’éloquence musicale que l’approche des climats, avec la poésie et la suspension qu’il faut, l’ivresse comme le démonisme. Voilà qui restitue le relief d’un opéra parmi les plus symphoniques qui soient.
La production (Silvia Paoli, mise en scène) est assez sobre visuellement et son point fort, assurément le dernier tableau du I : quand Scarpia déploie son emprise sur le collectif dans l’église San Andrea della Valle, où le tableau vivant que compose l’assemblée des croyants (une crucifixion de Saint-André à la façon par Mattia Preti, composition qui se trouve in situ), fixe un moment d’exaltation et de terreur, à la fois mystique et politique. Le parallèle est très juste. L’expressionnisme croissant de la scène cristallise alors toutes les aspirations : ivresse d’un pouvoir rehaussé par la victoire des monarchistes contre Bonaparte (défait à Marengo), emprise du préfet de Rome sur une population manipulée, soumise à ses lois et son sadisme organisé.

 

 

Une distribution solide
portée par le dramatisme nuancé du chef Antonello Allemandi

 

 

 

tosca-allemandi-paoli-nancy-juin22-critique-opea-classiquenews-crucifixion-sant-andre-croix-en-X

 

 

 

 

Côté solistes, on reste déçu par le ténor né au Kossovo Rame Lahaj qui certes a un beau timbre mais chante à l’économie et parfois de façon totalement étrangère à la situation. Les rôles de Scarpia et de Tosca sont autrement mieux incarnés, diversement caractérisés, brûlant chacun les planches ; lui [Daniel Miroslaw] par un format puissant qui gagnerait cependant à être davantage nuancé ; elle [la soprano gerogienne Salome Jicia], gagnant une assurance et une intensité dramatique, progressives en cours de soirée ; leur confrontation au II est un moment de théâtre fort, d’un sadisme tragique sans dilution, un duel jusqu’à la mort, bien dans la veine de la pièce hautement cynique de Victorien Sardou. Le “Vissi d’arte, vissi d’amore” de Tosca confirme l’opulence d’un timbre rayonnant qui a gommé peu à peu les duretés du début et s’immerge alors dans une prière désespérée, pour mieux se reprendre ensuite.

 

 

TOSCA-salome-jicia-opera-nancy-allemandi-paoli-critique-tosca-vissi-amore-vissi-arte-critique-classiquenews

 

 

 

Les cloches matinales dans la brume romaine qui ouvre le III, est un grand moment d’évocation poétique : là encore le chef, orfèvre de la palette orchestrale, démontre un sens des couleurs et de la conception spatiale, une sensibilité dramatique et atmosphérique, admirable. Idem pour le duo amoureux des amants maudits, Cavaradossi et Tosca, exprimant en une parabole universelle, l’absolu de l’amour, avant de périr chacun leur tour. On reste moins convaincus par les options de décor qui marquent la mort des artistes ; ce tas de squelettes et le suicide de la cantatrice qui se tire une balle dans la tempe…

Resserré, contrasté, radical, le drame de Tosca gagne chez Puccini, un réalisme cinématographique souvent saisissant. Il appartient aux chefs d’en exprimer le souffle et l’urgence. C’est évidement le cas ce soir. A voir absolument à l’Opéra National de Lorraine, jusqu’au 2 juillet 2022. Encore 4 représentations : dimanche 26 juin 2022 à 15h, mardi 28 juin 2022 à 20h; jeudi 30 juin 2022 à 20h, samedi 2 juillet 2022 à 20h. INFOS, RÉSAS : https://www.opera-national-lorraine.fr/fr/

 

 

 

tosca-nancy-opera-national-de-lorraine-critique-opera-classiquenews-allemandi-paoli-suicide-revolver-de-tosca-classiquenews
 

 

_______________________________

Les amateurs retrouveront une nouvelle mise en scène de Silvia Paoli pour Iphigénie au Tauride de Gluck à Nancy, Opéra National de Lorraine, du 15 au 21 mars 2023 : https://www.opera-national-lorraine.fr/fr/activity/526-iphigenie-en-tauride-gluck

Photos TOSCA  © JL Fernandez / Opéra National de Lorraine, juin 2022

______________

Comments are closed.