CRITIQUE, concert. MAZAN, dim 31 oct 2021. RAMEAU : Suite symphonique « Guerre et Paix » (création), JOR Jeune Orchestre Rameau, Brun Procopio, direction.

JOR Jeune Orchestre Rameau Bruno Proocopio annonce critique concert académieCRITIQUE, concert. MAZAN, dim 31 oct 2021. RAMEAU : Suite symphonique « Guerre et Paix » (création), JOR Jeune Orchestre Rameau, Brun Procopio, direction. Il est né le divin JOR ! De concert et dans une entente toute en complicité, le chef franco-bréslien Bruno Procopio et la musicologue Sylvie Bouissou ont conçu un programme éminemment symphonique qui sélectionne plusieurs extraits d’opéras de Jean-Philippe Rameau : ouvertures, danses, intermèdes divers (tempête,…), mais avec la cohérence d’une dramaturgie dont le titre éclaire les caractères successifs « guerre et paix ». Ce diptyque est un vrai défi pour les instrumentistes réunis sous la baguette du maestro, fondateur ainsi de son propre orchestre : le JOR pour Jeune Orchestre Rameau : une nouvelle phalange dédiée uniquement à l’interprétation des œuvres du Dijonais et qui ce dimanche 31 octobre vit son baptême officiel.

JOR-jeune-orchestre-Rameau-bruno-procopio-affiche-concert-31-oct21Sur scène, 23 nationalités différentes ont appris à jouer ensemble, une Babylone musicale qui pourtant sans les voix, font parler et chanter l’orchestre ; soit 50 instrumentistes qui ont suivi dans l’esprit d’une académie, plusieurs « partielles » encadrés par un coach (professeur de conservatoire) d’autant plus que les séquences enchaînées rappellent le génie orchestrateur d’un Rameau, maître des situations dramatiques, capables d’évoquer tempêtes et fureur martiales, ivresse sensuelles, sons de la nature, langueurs amoureuses… la science et la puissance suggestive de Rameau se déversent sans contrainte retrouvant dans le geste libre, à la fois précis et ample de Bruno Procopio, l’allant et la classe rythmiques qui font de Rameau, cet orfèvre des couleurs mais aussi ce « maître à danser » dont l’excellence des ballets annonce les Tchaikovsky, Prokofiev, Stravinksy à venir.

L’écriture ramélienne fourmille d’idées et d’audaces qui composent dans le déroulement de la musique, un vaste chantier expérimental. L’inouï s’invite au festin de la surprise et Sylvie Bouissou en concoctant ce programme inédit pour le maestro, a su jouer des effets de contrastes, tout en assurant aussi la cohérence des enchaînements. La Suite opère un cheminement logique et naturel, ouvert par l’exceptionnelle vitalité de Naïs (ouverture), fermé par la chaconne de Dardanus (son abandon nostalgique), l’une des plus belles de Rameau qui semble alors revivifier le modèle du siècle qui le précède, Lully.

 
 

 
 

Baptême de feu pour le JOR Jeune Orchestre Rameau

23 nationalités édifient une Babylone musicale
dédiée exclusivement à la musique de RAMEAU

 

 

 JOR-JEUNE-ORCHESTRE-RAMEAU-BRUNO-PROCOPIO-jean-philippe-rameau-classiquenews

 

 

Pour réussir un tel défi, les musiciens ont suivi un stage intensif de préparation, pendant toute une semaine, encadrés par des professeurs de conservatoire à l’expertise avérée, questionnant le placement de l’archet sur les cordes (en boyau), la réalisation des ornements, la souplesse des passages entre extraits, l’esprit de la danse dans la musique de Rameau… L’énergie et la plénitude s’appuient ici sur la présence de jeunes musiciens vénézueliens, enfants du Sistema qui diffusent dans l’orchestre de Maestro Procopio, cette étincelle et cette joie permanente dans le geste et l’attitude.

Souvenez-vous de Caracas 2012, presque 10 ans déjà : l’Orchestre symphonique Simón Bolívar et son chef Gustavo Dudamel invitaient Bruno Procopio à diriger un programme tout Rameau. Le feu latin au service du génie français des Lumières. Le résultat fut au delà des promesses : 1 cd (« Rameau in Caracas », Paraty) d’une éloquence furieuse et nuancée jamais écoutée auparavant. L’Orchestre Baroque Simón Bolívar qui a découlé de cette rencontre inespérée a permis le transfert à l’automne 2021, de certains de ses instrumentistes vénézuéliens au sein du JOR…

Car la maturité ayant fait son œuvre, Bruno Procopio a ainsi constitué son propre orchestre, le JOR, JEUNE ORCHESTRE RAMEAU, nouveau laboratoire orchestral sollicitant le potentiel de métissages inespérés.
Côté Europe, les instrumentistes réunis sont issus des conservatoires de Bruxelles, Paris, Aix-en-Provence et Avignon. C’est donc outre une formidable expérience artistique, un atelier pédagogique de première qualité où la transmission et l’apprentissage des bons réflexes, adaptés à l’interprétation ramélienne, sont au centre du travail.

 

 

La forge orchestrale des Lumières,
à l’origine de l’orchestre moderne…

 

 
RAMEAU-ORCHESTRE-JOR-BRUNO-PROCOPIO-critique-classiquenews-opera
 

 

procopio-bruno-maestro-concert-orchestre-national-des-pays-de-la-loire-maestro-rameau-gossec- A Mazan, l’activité du collectif ainsi constitué évoque la forge orchestrale inédite pourtant première, qui prend corps dès le XVIIIè, dans l’orchestre de Rameau, dans ses opéras dont la séquence accompagne l’émergence de l’esprit des Lumières. Aux côtés de Mannheim et de Vienne, Paris / Versailles deviennent par le génie de Rameau, un centre essentiel dans l’essor de la musique symphonique : il n’y a aucun doute sur le fait que Rameau dans ses opéras, des années 1730 à 1760, a fait progresser considérablement l’écriture orchestrale. Par conséquent oser programmer un concert de sa musique purement instrumentale, est pertinent, éclairant même.

GetFileAttachment-6On comprend que l’orfèvre Saint-Saëns à la fin du XIXè ait été passionné par l’écriture de Rameau ; et dans les alliages de timbres, Rameau préfigure Ravel. C’est dire la subtilité musicale qui est ici en jeu. A 50 instrumentistes soit un effectif très proche de ce que le Dijonais a connu dans la fosse de l’Opéra de Paris (Académie royale de musique), son génie orchestrateur se dévoile enfin : hautbois, bassons, flûtes (par 4), clavecins (par 2), et surtout, pilier assurant l’assise et la puissance, 10 violoncelles positionnés à la droite du chef : immédiatement, la sensation de souffle et d’ampleur est saisissante. Evidemment l’orchestre joue debout (violoncelles compris !) pour Les Indes Galantes… les mouvements de la danse, l’esprit chorégraphique du morceau en sont vivifiés. Serait-ce bientôt qu’en une prochaine étape, le JOR s’associe à une compagnie de danse ? On rêve d’applaudir au futur spectacle. Car tout est rythmes, couleurs et danse chez Rameau.

 

 

GetFileAttachment-8

 

 

Saluons la Mairie de Mazan (Vaucluse) de soutenir ce lancement historique. Le JOR est désormais né, flamboyant et scintillant, initiative unique au monde, osant ce que personne avant lui n’avait imaginé : se dévouer au plus grand compositeur du XVIIIè. Dans un programme inédit, le jeune orchestre a pu sans contraintes relever le défi de son objet et convaincre par ses exceptionnelles qualités musicales. Le témoignage vidéo et audio de ce concert miraculeux sera bientôt accessible (annoncé pour Noël, comme un cadeau providentiel). Rameau n’a jamais semblé plus moderne, régénéré par une approche souple et vivifiante. Pour l’heure, porté par son orchestre juvénile et fougueux, affûté et sensible, Bruno Procopio est un chef heureux, appelé désormais à de futures réalisations jubilatoires. A suivre.

 

 
 

 

___________________________________________________________________________________________________

bruno procopioLIRE aussi notre présentation du concert inaugural du JOR Jeune Orchestre Rameau, Mazan, le 31 oct 2021 / Bruno Procopio, direction – Entretiens exclusifs avec Sylvie Bouissou et Bruno Procopio : Comment interpréter Rameau ? Qu’apporte le Jeune Orchestre Rameau en 2021 ?

 

 

 

 

 

 JOR-Jeune-orchestre-rameau-orchestre-bruno-procopio-concert-critique-rameau-classiquenews

 

 
 

 
 

Comments are closed.