CRITIQUE, concert. GSTAAD, le 28 août 2021 (10h30). Récital de NICOLAS NAMORADZE, piano. JS Bach, Busoni, Liszt…

CRITIQUE, concert. GSTAAD, le 28 août 2021 (10h30). Récital de NICOLAS NAMORADZE, piano. JS Bach, Busoni, Liszt… La petite chapelle de Gstaad est le temps du festival MENUHIN, le tremplin des « jeunes étoiles » du piano. Dans cet écrin plutôt intimiste, Christoph MÜLLER, intendant du festival suisse, sélectionne les jeunes tempéraments du clavier. Ce matin, le jeune pianiste géorgien Nicolas Namoradze né en 1992, croise JS Bach et ses propres compositions ; de la Suite française BWV 812, il échafaude avec un scrupule incisif, une lecture critique des 6 danses enchaînées (de la gravité secrète de l’Allemande initiale… à la Gigue finale, plus affirmative) soulignant la rigueur, l’équilibre, le caractère de chaque pièce; puis dans ses propres œuvres, défend son questionnement comme en miroir, en courtes pièces syncopées contrastées sur le sens du contrepoint d’où surgit un très fort imaginaire ; lequel n’hésite pas à s’affirmer en particulier dans un jeu structuré, carré, très construit qui n’écarte pas les pointes véhémentes, voire sarcastiques, interrogeant surtout la forme et le sens du discours musical selon le point de vue d’un interprète qui analyse comme un… compositeur.

 

Namoradze-nicolas-piano-concert-gstaad-critique-concert-piano-classiquenews-GSTAAD-2021-LONDON

 

 

La conception du programme est tout autant originale partant de Bach et basculant dans un jeu formel qui questionne la sonorité même du piano et toutes les possibilités du clavier.
À cela Namoradze ajoute une quête spirituelle où la place de la mort et de la finitude paraissent immanquablement comme semblent l’indiquer les deux dernières pièces qui se complètent et se répondent.
L’air de la cantate de Bach BWV 639 (« Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ ») arrangé par Busoni exprime la douceur de la mort idéale, délivrance et porte d’espérance. Le pianiste semble à travers ce choix nous dire « j’ai fait l’ultime voyage et j’en reviens : ni panique ni peur, mais une sérénité qui réconforte ». A contrario l’ultime pièce, Totentanz de Liszt (s 525) exprime la terrifiante faucheuse telle une machine vorace à l’irrépressible geste destructeur. Le clavier exprime les cris et les hurlements des trépassés saisis par le souffle de la mort. Liszt conçoit un piano orchestre, un clavier cathédrale qui terrasse et terrifie. Une telle palette de séquences aussi contrastées, renforce le jeu tendu et virtuose, déterminé et exacerbé du pianiste conteur, inspiré par le grand macabre, qui se montre le digne élève d’Andreas Schiff. Ce dernier est l’un des piliers du festival à Gstaad comme interprète mais aussi comme pédagogue, pilotant l’académie de piano qui a lieu chaque été. Le concert tient lui aussi ses promesses en révélant l’indiscutable tempérament du jeune interprète et compositeur.

 

https://www.gstaaddigitalfestival.ch/

CRITIQUE, concert. GSTAAD, le 28 août 2021 (10h30). Récital de NICOLAS NAMORADZE, piano. JS Bach, Busoni, Liszt… / Photo : Nicolas Namoradze © Christina Ruloff / Gstaad Menuhin Festival 2021

 

 

 

2B3EfqAVAzlmGSoUjjpmdaSTREAMING & VOTE : il est possible de revoir le concert de Nicolas Namoradze sur la plateforme digitale du GSTAAD MENUHIN FESTIVAL, intitulée GSTAAD DIGITAL FESTIVAL : dès ce soir, lundi 30 août 2021, 19h30. L’offre numérique du Festival est l’une des plus riches qui soient. Il est possible désormais de (re)voir les temps forts de chaque édition dont les concerts, mais aussi les sessions passionnantes des académies : la « conducting academy » / Académie de direction d’orchestre, entre autres, y est présentée à travers 3 videos synthétiques d’1h et aussi le concert final où a lieu la remise du fameux prix Neeme Järvi, lequel distingue les jeunes chefs les plus prometteurs… En outre les internautes sont invités à voter pour leur pianiste favori, programmé ainsi dans le cycle “Matinée des Jeunes Etoiles”…

Programme complet du récital de Nicolas NAMORADZE :
Le programme complet du STREAMING de ce soir:

NICOLAS NAMORADZE, piano
«Building Bridges»: un cycle de piano patronné par Sir András Schiff

Jean-Sébastien Bach (1685-1750)
Suite française en ré mineur BWV 812
extraits de «L’Art de la fugue» BWV 1080: Contrapuncti VI & VII

Nicolas Namoradze (1992)
Etudes I-VI

Johann Sebastian Bach (1685-1750) / Ferruccio Busoni (1866-1924)
«Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ» BWV 639 (arr.)

Franz Liszt (1811-1886)
Totentanz S. 525

VOTEZ du 9 au 30 sept 2021 sur le site du GSTAAD MENUHIN FESTIVAL / GSTAAD DIGITAL FESTIVAL : À l’issue de l’ensemble des concerts du cycle «Jeunes Etoiles», vous avez la possibilité de voter en ligne pour votre favori(te), entre le 9 et le 30 septembre 2021.

Comments are closed.