CRITIQUE, CD, opéra événement. SAINT-SAËNS : Phryné (Valiquette, Dubois, Dolié – 1 cd Palazzetto Bru Zane – 2021)

phryne-saint-saens-niquet-cd-palazzetto-bru-zane-critique-cd-review-classiquenewsCRITIQUE, CD, opéra événement. SAINT-SAËNS : Phryné (Valiquette, Dubois, Dolié – 1 cd Palazzetto Bru Zane – 2021)  -  En composant Phryné en 1893, Saint-Saëns égale Thaïs de Massenet (livrée un an plus tard), dans l’évocation d’une Antiquité vivante où rayonne le timbre agile éclatant d’une jeune beauté féminine aux charmes voluptueux. En outre, la diva d’alors (aux 3 octaves) Sybil Sanderson (née californienne en 1864) chante les héroïnes de Massenet : Esclarmonde, 1889 / Thaïs, 1894. La cantatrice américaine, trentenaire, est alors au sommet de sa (trop courte) carrière. D’une partition dont le chef souligne surtout comme à son habitude le souffle pompier, un rien maniéré par une direction souvent (trop) enflammée – au détriment de la finesse et de la subtilité orchestrale, distinguons d’emblée, après plusieurs scènes d’exposition puis de foule au I, le superbe duo ténor / basse au I (Nicias / Dicéphale).

Puis l’irrésistible sensualité des duos Phryné / Nicias (début du II) dont la tension s’érotise à mesure de son déroulement selon le souvenir qui persiste alors dans l’imaginaire de Saint-Saëns… car la partition est comme marquée par la peinture d’histoire du peintre académique Gérôme (proche de Massenet), sur le même thème : Phryné devant l’aroépage de 1861, qui est un nu dévoilé, devenu le sommet de l’érotisme académique français, fixant sans pudeur le voyeurisme d’hommes mûrs sur le corps laiteux d’une jeune beauté sculpturale.

 

 

Sensuelle, malicieuse Phryné : l'opéra dévoilé de Saint-Saëns (1893)

 

 

Quelle opportune révélation grâce à ce disque qui prologne ainsi l’année Saint-Saëns 2021. Saint-Saëns se montre digne des meilleurs Gounod et de Massenet, avec une attention supérieure comparé à ce dernier, pour la couleur et la transparence (dans ses volutes inaccessibles, -fin du II, Phryné prolonge la virtuosité d’une Olympia (Hoffmann d’Offenbach).

 

 

Avant Thaïs de Massenet,
la Phryné de Saint-Saëns
éblouit par sa sensualité grecque, son exquise volupté…

 

 

Le II approfondit la relation Nicias / Phryné; il perce la carapace marmoréenne de la belle hétaïre qui suscite la protection de la Aphrodite (superbe trio, scène 2), et offre la transcription musicale et théâtrale du fameux tableau de Gérôme (scène 4) dont Saint-Saëns a bien compris les enjeux érotiques : l’excitation du vieil archonte Dicéphile, face au corps convoité qui lui est fermé.

L’enchaînement des scènes du II est captivante, théâtralement resserré et plutôt efficace : l’imploration de Phryné (scène 5) pour obtenir la clémence de Dicéphile (arbitre de l’aréopage athénien) ; la jeune beauté se fait incarnation éblouissante d’Aphrodite pour mieux tromper le vieux barbon qui cède ainsi à Phryné et son amant endetté, Nicias.

CLIC_macaron_2014Sœur de la Manon de Massenet, Phryné est ici une (fausse) fragile coquette, parfaite feinte innocente, ingénue canaille qui sait le trouble que provoque son indécente beauté. Le coloratoure de l’héroïne de Saint-Saêns exprime tout cela. La distribution réunit ici demeure convaincante : preste et agile Florie Valiquette (Phryné de haut vol) devant laquelle s’inclinent Nicias, l’amant tendre et ardent (Cyrille Dubois) et Dicéphile, le vieillard excité et trompé (honnête mais un peu trop linéaire Thomas Dolié). La Lampito (suivante de Phryné) d’Anaïs Constans est souple, articulé, présente. Dommage que la direction du chef recherche toujours l’éclat et le brillant, au risque de caricaturer l’écriture de Saint-Saëns qui elle, au diapason de sa Bacchanale de Samson, est d’une subtilité instrumentale… digne de Rameau et Berlioz. La découverte est cependant totale et l’enregistrement suscite l’enthousiasme. CLIC de CLASSIQUENEWS Hiver 2022.

 

 

_________________________________________________________________

CRITIQUE, CD, opéra événement. SAINT-SAËNS : Phryné (Valiquette, Dubois, Dolié – 1 cd Palazzetto Bru Zane – 2021) – CLIC de CLASSIQUENEWS hiver 2022 – enregistré en avril 2021 à ROUEN.

 

 

 

 

Comments are closed.