CRITIQUE, CD événement. Molière / Lully : musiques pour la comédie-ballet LE BOURGEOIS GENTILHOMME. Le Poème Harmonique (1 cd Château de Versailles Spectacles – avril 2021)

Le-Bourgeois-gentilhomme poeme harmonique lully 400 ans de moliere critique cd review clic de classiquenewsCRITIQUE, CD événement. Molière / Lully : musiques pour la comédie-ballet LE BOURGEOIS GENTILHOMME. Le Poème Harmonique (1 cd Château de Versailles Spectacles – avril 2021) – Intercalées dans la pièce de Molière, les musiques de scènes (ballets, divertissements, airs…) de Lully soulignent le génie facétieux du surintendant de la musique depuis 1661 ; sa verve n’a de limite que le génie de Molière ; chacun semble même rivaliser d’astuces expressives, de finesse parodique sur le thème d’un Bourgeois désireux d’être anobli… à l’heure où la Cour ne parle que des Turcs en audience près du Roi-Soleil. Les 2 Baptistes ont précédemment présenté (également à Chambord, devant la Roi) Monsieur de Pourceaugnac (1669). Pour cette restitution des parties intégrales que Lully a alors façonnées, le Poème Harmonique met en lumière l’articulation langoureuse des jeunes tempéraments du chant baroque actuel ; le Bourgeois Gentilhomme s’il moque l’exotisme des moeurs du Grand Turc à travers une charge contre son ambassade alors à Versailles pour une réception attendue, reportée auprès de Louis XIV, exprime d’abord au I, l’empire de l’amour sur des cœurs enivrés ; se distingue avant tout, l’essor poétique des premières scènes du drame de 1670, la flamme désirante de l’élève du Maître de musique, de la musicienne, du 2è musicien, trio vocal en extase que la musique sublime par ses élans nostalgiques et caressants. Déjà, Lully et Molière élaborent le futur opéra français à venir, 3 ans plus tard.

 

 

 

Délire poétique, verve satirique…
Molière & Lully : un génie théâtral à 4 mains

 

Mr Jourdain veut être gentilhomme certes : il devra d’abord passer par plusieurs rites / « apprentissages », dont celui de la musique amoureuse. Ce que nous fait entendre Le Poème Harmonique non sans un sens de l’ivresse la plus enchantée dans les accents et les inflexions du chant accompagné. Même les intermèdes (airs des « garçons tailleurs » puis « entrée des cuisiniers » qui suit), s’ils n’ont pas l’ampleur de l’orchestre de Lully qui fut plus nombreux et étoffé, dansent avec une belle vivacité ; caractérisent suffisamment les chansons à boire (véritable apologie du vin!).
 Le point d’orgue reste la cérémonie turque en 9 séquences (finale grandiose et farcesque de l’acte IV) que les musiciens inscrivent avec justesse entre parodie et sincérité, tension dramatique et recréation exotique, truculence et joie ironique, irrévérencieuse voire sacrilège… ; l’entrée accorde les gestes en une vaste supercherie collective où le Mufti, les 12 turcs, les 4 dervis exposent leur foi ; Molière explore toutes les nuances du délire d’une critique libre et déjantée des croyances orientales. Pas sûr aujourd’hui, que tel affront railleur ne passe inaperçu chez certains : la verve insolente de Molière annonce celle de Voltaire et la musique de Lully se montre d’une géniale énergie, prête à enflammer le jeu des mots, la gastronomie des allitérations en fête. De sorte que dans l’élan de la satire enjouée, ce rituel qui intronise le vaniteux Jourdain, pourtant heureux de se voir glorifié ici en vrai mahométan, se termine en belle bastonnade : l’orgueil de Jourdain est châtié. Et sa naïveté épinglée : dindon rhabillé, il donne finalement la main de sa fille au fils du grand turc !
Tout autre est le Ballet des nations où des gens d’origine (et de langues accentuées) diverse(s) : gascons, suisses, espagnols, italiens,… se disputent, s’énervent franchement, réclamant « le livre du ballet » dont il est question (comme si les acteurs fixaient alors la question que se pose le spectateur à ce moment du drame : de quoi est-il question ? Quel est l’enjeu de ce tableau ?) ; en maîtres des foules et des ensembles ciselés, Molière et Lully s’entendent à portraiturer une humanité contrastée, bariolée, là aussi déjantée ; bel effet de leurs talents accordés où musique et chant, danses et textes exacerbent toutes les possibilités et ressources poétiques sur les planches. Il n’est que la musique, divine, noble, élégantissime, versatile comme les séquences théâtrales (sublime chaconne des comédiens bouffes italiens, …), qui puisse unifier tout cela, au son d’un élan qui pointe le but CLIC_macaron_2014ultime (et l’un des derniers mot du livret) : l’Amour. A la cacophonie répond ainsi des stances subtilement langoureuses (lamento et plainte dans la 3è entrées des « Espagnols chantant », idéalement / douloureusement, amoureux…). Fin et engagé, Le Poème Harmonique exprime cette surenchère drôlatique et dramatique, ce grand chaos poétique et satirique, à la fois libre et délirant qui est à la source du Baroque français. Irrésistible. D’autant mieux apprécié et bienvenu pour les 400 ans de la naissance de Molière en janvier 2022.

 

 

 

__________________________________________

CLIC_macaron_2014CRITIQUE, CD événement. Molière / Lully : musiques pour la comédie-ballet LE BOURGEOIS GENTILHOMME (1670). Le Poème Harmonique (1 cd Château de Versailles Spectacles – avril 2021). Prise de son parfois confuse, dans les choeurs et les tutti.
CLIC de CLASSIQUENEWS de janvier 2022.

 

 

 

 

 

__________________________________________

Autre CD MOLIERE sur CLASSIQUENEWS :

 

 

 

cd-george-dandin-grotte-de-versailles-jarry-marguerite-louise-cd-critique-classiquenews-Versailles-cd-critiqueCD Georges Dandin par l’Ensemble Marguerite Louise / Gaétan Jarry (1 cd Château de Versailles Spectacles – fev 2020 – CLIC de CLASSIQUENEWS)  –  Les musiques des intermèdes et de la Pastorale pour la comédie Georges Dandin de Molière précise l’ambition de Lully sur le plan lyrique avant l’élaboration d’un modèle pour l’opéra français. Ici rayonnent déjà la puissance onirique des instruments, habiles à suggérer cet accord rêvé, harmonieux entre Nature et bergers ; a contrario de la peine de Dandin, les bergères disent par leur chant, l’empire de l’amour et ce flux tragique qu’il peut susciter (leurs amants semblent noyés)

 

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.