CRITIQUE CD événement. GEORGE ROCHBERG : Caprice Variations pour violon seul. Léo MARILLIER, violon (1 cd Albany)

rochberg-georg-leo-marillier-violon-violin-caprice-variations-critique-cd-review-classiquenews-CLIC-de-classiquenews-entretien-interview-leo-marillierCRITIQUE CD événement. GEORGE ROCHBERG : Caprice Variations pour violon seul. Léo MARILLIER, violon (1 cd Albany) – Le propos tient du marathon ; d’une gageure en réalité inimaginable pour un seul soliste. C’est peu dire que les 51 Variations ici enchaînées (et jouées pour l’enregistrement d’une traite) composent un défi et une performance hors normes ; il ne dépend que de l’endurance et de la concentration de l’interprète, son aptitude à traverser chaque épisode contrasté de ce cheminement aux surprises incessantes qui outre leur exigence pour l’instrumentiste, questionnent le matériau musical, la forme, l’écriture, le sens et la direction d’un développement.
A la façon de James Joyce, celui d’Ulysse, George Rochberg en 1970 dessine tout un parcours d’un constant renouvellement, qui semble ouvrir de multiples portes, chacune jouant des styles, des effets, des caractères, des nuances les plus extrêmes… La palette des émotions est infinie, mais toujours dans le geste unitaire du violoniste se précise peu à peu une volonté indéfectible ; de ce questionnement en forme de labyrinthe, serpente et prend forme la réponse jusqu’à l’élucidation finale (51è variation, qui est en réalité, la source du périple : le 24è Caprice de Paganini, celui là même que Rachmaninov a célébré lui aussi dans sa fameuse Rhapsodie de 1934), une course contre le temps et la nécessité temporelle qui se fait pensée, célébration de la liberté.
CLIC_macaron_2014Le 24è Caprice, produit d’un rituel de passages et de métamorphoses, cristallise ainsi toutes les tensions et les détentes accumulées, en produit une libération salvatrice. L’effet est saisissant : solaire. Ainsi le chemin s’élève dans la lumière ; de la matière à l’abstraction. A la fois technicien et poète de la matière, le virtuose Léo Marillier n’a pas seulement l’instinct sûr grâce à une technique éloquente et précise ; il comprend et éclaire de l’intérieur chaque séquence, unifiant les 50 jalons vers l’apothéose finale. De sorte que ce qui compte absolument c’est autant la ciselure formelle du cheminement que l’expérience musicale, esthétique, spirituelle qui naît de son déroulement.

__________________________________

GEORGE ROCHBERG (1918 – 2005) : Caprice Variations pour violon seul (1970). Léo MARILLIER, violon (1 cd Albany) – enregistré en août 2021 – CLIC de CLASSIQUENEWS

APPROFONDIR
___________________________

LIRE aussi notre entretien avec Léo Marillier à propos des 51 Caprice Variations de George ROCHBERG :

Léo Marillier joue les 51 caprice variations de George ROCHBERGLe violoniste Léo Marillier dévoile la force et la puissance poétique des « Caprice Variations » composés en 1970 par George Rochberg (1918-2005), compositeur américain d’autant plus méconnu que son écriture opère une réflexion fondamentale sur la musique et les formes musicales. En témoignent ses 51 Variations inspirées de Paganini, point de départ d’un labyrinthe foisonnant, flamboyant qui mêle et interroge tous les styles, en un parcours dont l’architecture échappant à l’évidence, exprime le tumulte même d’une vie tragique, celle précipitée de l’auteur lui-même, foudroyé par une catastrophe personnelle… Léo Marillier, qui est aussi membre du Quatuor Diotima depuis déc 2021, est le premier violoniste français à enregistrer l’intégrale des “Caprice Variations” qui paraît en mars 2022 (après avoir réalisé la création française de l’oeuvre en concert à Paris en 2017). L’interprète en éclaire les incertitudes critiques comme le cheminement allusif.
http://www.classiquenews.com/entretien-avec-leo-marillier-a-propos-des-caprice-variations-de-georg-rochberg/

Comments are closed.