CRITIQUE. CD événement. DURÓN : Coronis (Le Poème Harmonique, 2 cd Alpha – PARIS, avril 2021)

sebastian-duron-coronis-alpha788 poeme harmonique druet bunel opera critique review cd review critique classiquenews CLIC de classiquenewsCRITIQUE. CD événement. DURÓN : Coronis (Le Poème Harmonique, 2 cd Alpha – PARIS, avril 2021) – Formidable production pour sa vitalité rayonnante, ses contrastes opulents, ses situations truculentes qui mêlent grâce à la seule inspiration de Sebastian Durón (1660-1716), langueur extatique, rage guerrière, réalisme satirique. Le Poème Harmonique, chanteurs et instrumentistes relèvent tous les défis de cette action mythologique certes, surtout carnavalesque et bouffone, aux airs de tendresse grave, en particulier au II (Jornada Segunda) où s’imposent dans la fresque délirante, la prière et la plainte bouleversante de Protée (si peu respecté malgré ses alertes et prédictions) et Triton (soupirant démuni, colérique, éconduit par la voluptueuse Coronis). Les solistes concernés ici, Cyril Auvity et Isabelle Druet composent de superbes tempéraments vocaux, doués de puissance et de justesse humaine, de profondeur comme de sincérité émotionnelle. A leurs côtés, rien à dire aux épatantes Ana Quintans dans le rôle-titre : sa plasticité diamantine incarne à la perfection la beauté langoureuse et active qui finalement décide du sort de la Thrace et arbitre la guerre amorcée entre Neptune et son impérial époux, Apollon. Idem pour les deux Menandro et Sirene, couple secondaire (et plein de bon sens populaire) : Anthéa Pichanick et surtout Victoire Bunel, souple, articulée, expressive mais nuancée : remarquable duo de bout en bout.

 

 

Le Poème Harmonique ressuscite Coronis…
MADRID, 1705 : DURÓN invente l’opéra espagnol

 

 

CLIC_macaron_2014A travers la victoire du souverain solaire, ce sont les Bourbons qui annoncent leur victoire en pleine guerre de succession d’Espagne ; la zarzuela représentée en déc 1705 devant la Cour de Philippe V à Madrid, porte haut les espoirs et la certitude d’une nation prête à s’engager et à rire. Durón pour se faire, réussit une fusion saisissante entre truculence espagnole et beau chant italien, en une langue d’une volupté incandescente dont la continuité suave rappelle l’immense vénitien Cavalli. Toute la maîtrise de Sebastian Durón qui pourtant incompris, et malévalué alors, finira en exil quelques années après (1716), explose ici grâce au geste virtuose des interprètes. Aucun doute, le père de l’opéra espagnol, c’est lui. CLIC de CLASSIQUENEWS pour ce superbe opéra révélé. Dommage que la prise de son, acide et aigre dès le début, et qui lisse les plans, contredise constamment l’opulence voluptueuse de Durón, son écriture flamboyante et sensuelle.

 

 

 

 

__________________________
CRITIQUE. CD événement. DURÓN : Coronis (Le Poème Harmonique, 2 cd Alpha – PARIS, avril 2021). L’enregistrement en studio recueille les représentations de la recréation scénique en 2019. PLUS D’INFOS sur le site ALPHA : https://outhere-music.com/fr/albums/sebastian-duron-coronis

 
 

 

CRITIQUE SPECTACLE...  LIRE aussi notre critique complète de CORONIS, production présentée à CAEN, en novembre 2019 : CORONIS de DURON, la politique des muses... par Pedro Octavo DIAZ

 
 
 

Comments are closed.