Compte rendu, festival. Lisbonne, Verão Clássico, juillet 2015, 1ère édition.

verao classico lisboa lisbonne festival presentation classiquenews 2015Compte rendu, festival. Lisbonne, Verão Clássico, juillet 2015, 1ère édition.  Ex élève du Conservatoire Tchaikovsky de Moscou (et depuis ses années d’apprentissage grand amateur de musique russe), le pianiste Filipe Pinto-Ribeiro a fondé fin juillet 2015, un nouveau festival estival Verão Clássico (Été Classique), au rayonnement déjà international, grâce à la qualité des artistes-intervenants et aussi le principe de l’académie musicale qu’il porte désormais chaque été à Lisbonne. C’est un festival chambriste et surtout une expérience pédagogique forte qui favorise la transmission et la professionnalisation des jeunes instrumentistes venus apprendre et jouer à Lisbonne. Les salles modernes du Centre Cultural de Belém offre un lieu idéal pour les répétitions et le partage, ce au plus haut niveau.

 

 

 

Verão Clássico : premier été musical à Lisbonne

Filipe Pinto-Ribeiro réinvente la magie des masterclasses et des concerts de musique de chambre

 

 

verao-classico-lisbone-public-juillet-2015

 

 

Aux côtés du bouillonnant pianiste, pédagogue chevronné autant qu’interprète subtil, on a pu compter des personnalités artistiques soucieuses dès la première édition 2015 de défendre exigence et générosité, qu’il s’agisse de leur travail au sein des masterclasses ou comme interprètes enflammés, inspirés au moment des concerts publics : Pavel Nersessian (pianiste russe enseignant à l’Université de Boston), Benjamin Schmid (violoniste viennois enseignant au Mozarteum de Salzburg), Gérard Caussé (altiste français, professeur au CNSM de Paris et à l’École Supérieure Reina Sofia de Madrid), Gary Hoffman (violoncelliste américain natif de Vancouver, installé à Paris et professeur à la Chapelle Reine Elisabeth de Bruxelles), Pascal Moraguès (clarinettiste français, professeur au CNSM de Paris), Abel Pereira (corniste portugais, 1er Cor solo du National Symphony Orchestra de Washington D.C.).
Répondant à leurs conseils avisés, les jeunes étudiants de cette première académie musicale d’été à Lisbonne (pas moins de 90 jeunes apprentis ont déjà répondu présents en 2015) viennent des quatre coins de la planète, attestant la crédibilité et la notoriété de l’initiative : originaires du Portugal, Espagne, Angleterre, Japon, Allemagne, France, Autriche Hollande, Suisse, Italie, Colombie, Slovénie, Irlande Lituanie, République Tchèque, Norvège et jusqu’à la Russie, l’Iran et le Japon…

 

 

verao-classico-lisbonne-felipe-pinto-ribeiro-juillet-2015-presentation-classiquenews-masterclass-review-compte-rendu-account-of-festival-VERAO-classico-in-lisbonne

 

 

L’esprit d’équipe produit ici lors des concerts proposés en prolongement des masterclasses (ouvertes au public), plusieurs performances dans un esprit de famille, où loin des effets médiatiques des grands concerts avec têtes d’affiche, c’est essentiellement le travail en partage et la complicité apprise à Lisbonne qui permettent d’indiscutables accomplissements (en particulier le concert de clôture, le 1er août dernier). Dédié à Brahms, Schumann, Tchaikovsky, les maîtres offrent pour le public et pour leurs élèves de l’été, des leçons d’interprétation particulièrement captivantes.  L’apport des masterclasses est aussi essentiel dans cette expérience qui place public et jeunes musiciens au cœur de la fabrique musicale : Filipe Pinto-Ribeiro transmet l’importance de la fluidité du poignet, le souci des dynamiques d’une note à l’autre, autant de détail et d’analyse minutieuse qui permettent d’articuler et de projeter une partition. Sur le métier mozartien, le pédagogue n’hésite pas à souligner par exemple l’importance du contexte à l’époque en particulier, l’essor de l’esthétique Sturm une Drang ; il ne faut donc pas hésiter à jouer Mozart comme un auteur romantique… Chaque étudiant y vit l’épreuve de l’analyse, de la coopération, du jeu complice ; chacun stimulé par les encouragements des « maîtres », est appelé à se dépasser : heureuse finalité qui s’offre en fin de parcours au public particulièrement comblé lors du cycle des concerts.

 

 

verao-classico-pinto-ribeiro-moragues-hoffmann-festival-juillet-lisbonne-2015

 
 
 

filipe-pinto-ribeiroCD. D’ailleurs, le pianiste fondateur du festival  Verão Clássico, vient de publier chez Paraty un disque original et très personnel au diapason de sa personnalité hors normes. « Piano seasons » (Tchaikovky, Piazolla, Carrapatoso…). Sur le clavier d’un Steinway, le pianiste explore les climats de plusieurs compositeurs avec ce don versatile et caractérisé dont il cultive le secret. Son Tchaikovsky déploie mille nuances intimes voire nostalgiques (Les Saisons opus 37 bis) ; son Piazzola, révélé dans une nouvelle transcription ose un jeu totalement régénéré, libre, proche de l’improvisation… Enfin, Eurico Carrapatoso (né en 1962) lui permet de revenir en des terres plus personnelles encore, celle de Lisbonne (Quatre dernières saisons). En concert à Paris, salle Gaveau, le 4 novembre 2015.

 
 
 
LIRE aussi notre présentation du festival Verao classica 2015 à Lisbonne
 
 
 
Illustrations : le public du premier festival Verao classico 2015 ; Filipe Pinto-Ribeiro” en concert avec Pascal Moraguès et Gary Hoffmann © F.Pereira 2015

 
 

Comments are closed.