Compte-rendu, Festival de Royaumont 2018, le 29 sept, Aline Zylberajch, Manuel Weber, Jean-Luc Ho, la CRITIQUE CONCERT sur @CLASSIQUENEWS

Compte-rendu Festival de Royaumont 2018, concerts du 29 septembre, Aline Zylberajch et Manuel Weber, Jean-Luc Ho, Violaine Cochard, Marianne Muller, Emily Audouin, ensemble Le Caravansérail, autour de Couperin.

Visuel_ROYAUMONT festival 2018 Festival_2018Commencer une journĂ©e consacrĂ©e Ă  François Couperin par des piĂšces de clavecin, cela tombe sous le sens. En confier l’interprĂ©tation Ă  Aline Zylberajch relĂšve de l’Ă©vidence. C’est un bien dĂ©licieux dĂ©but d’aprĂšs-midi qu’elle nous fit savourer, avec son partenaire de scĂšne le comĂ©dien Manuel Weber. Le programme mariant textes de Couperin, Louis XIV, Racine, Boileau, et d’autres avec la musique pour clavecin du compositeur français, extraite de ses quatre Livres, avait tout pour sĂ©duire et convaincre. Art de la conversation, la musique de Couperin l’est dans sa proximitĂ© avec le langage parlĂ©, par la dĂ©clamation, le rythme, et sa respiration.

2-COUPERIN LE GRAND

François_Couperin___[d'aprĂšs]_Bouys_[...]_btv1b8432122fCe fut le propos de ce spectacle, imbriquant intimement les textes dits et accompagnĂ©s de pas de danses, et les piĂšces de clavecin, parfois interrompues, parfois faisant irruption au cƓur des mots. Une façon originale et particuliĂšrement Ă©loquente de mettre en Ă©vidence ce lien Ă©troit entre musique et verbe. « Touchant » un superbe clavecin au son lumineux et doux (copie RĂŒckers), Aline Zylberajch nous a charmĂ©s par son jeu souple et expressif, teintĂ© parfois d’humour, ou de cette mĂ©lancolie si particuliĂšre en filigrane de l’Ɠuvre de Couperin, maniant avec un goĂ»t sĂ»r et raffinĂ© une forme de licence dans la conduite mĂ©lodique. Il Ă©mane de son art une force de conviction naturelle qui se passe de grandiloquence, mais joue la carte de la tendre confidence. Nulle musicienne ne sait donner mieux qu’elle ce temps Ă  chaque phrase, et au discours lui-mĂȘme, cette respiration gĂ©nĂ©reuse sans qu’elle ne paraisse excessive. Belle harmonie avec les textes savoureux dans la diction Ă  l’ancienne mais nĂ©anmoins vivante et captivante de Manuel Weber, tout cela dans un dĂ©cor Ă©tudiĂ© avec soin et minutie dans des teintes parfaitement assorties.

Autre clavecin, autre interprĂšte, autre grand moment: celui de l’inauguration du clavecin commandĂ© par la Fondation Royaumont au facteur Emile Jobin. Copie du clavecin Antoine Vater 1732 du MusĂ©e de la Musique de Paris, Emile Jobin nous en dĂ©crit toutes les Ă©tapes de sa fabrication. Le rĂ©sultat est somptueux, aussi bien dans l’apparence que dans le son, dans le ramage que dans le plumage oserions-nous dire! HabillĂ© de noir, et de rouge, et soulignĂ© d’or, il livre sous les doigts cette fois de Jean-Luc Ho un timbre opulent et puissant, qui sied admirablement au caractĂšre noble et parfois solennel des piĂšces choisies par l’interprĂšte. Concert en deux temps, sur le thĂšme des Nations: « La Françoise et la PiĂ©montoise », Jean-Luc Ho a donnĂ© pour sa premiĂšre partie un rĂ©cital mĂȘlant musique allemande (Bach, Buxtehude, Telemann) et française (Couperin, Lully, D’Anglebert et Duphly). On a apprĂ©ciĂ© le jeu structurĂ© et l’excellente tenue dans la conduite du discours du musicien, qui n’a pas son pareil pour faire sonner l’instrument, notamment dans son registre grave souvent privilĂ©giĂ© dans ces Ɠuvres et mettre en valeur leur dimension harmonique. La deuxiĂšme partie du concert rassemblait en formation de chambre les musiciens parmi les plus talentueux de la sphĂšre baroque (Alice PiĂ©rot, Nima Ben David, BĂ©rangĂšre Maillard, Olivier Riehl, Neven Lesage, Alejandro Perez, AurĂ©lien Delage et Jean-Luc Ho). Une formation Ă©toffĂ©e choisie par Jean-Luc Ho, pour interprĂ©ter deux extraits des « Nations », inspirĂ©es des sonates en trio de Corelli. C’est un Couperin coloriste que l’on dĂ©couvre grĂące Ă  l’instrumentarium choisi, chaque timbre mis tour Ă  tour en valeur, soit en « soliste », soit dans de gouteux assemblages au sein de l’ensemble. Au fil de ces suites de danses, Ă  la lĂ©gĂšretĂ© enjouĂ©e, des moments de grĂące, avec l’émouvante expressivitĂ© de la viole de Nima Ben David, et un duo de traversos fondant de douceur dans la PiĂ©montoise.

Le soir venu, fut proposĂ©e une nuit Couperin, avec Ă  nouveau un concert en deux temps: le premier nous fit entendre la viole selon le compositeur. Dans ces piĂšces tardives (Les GoĂ»ts rĂ©unis, et la Suite en mi mineur pour viole et basse continue), Marianne Muller et Emily Audouin font des merveilles de l’écriture dĂ©licatement ornementĂ©e qu’il transpose au soir de sa vie du clavecin aux cordes. Dans le grand rĂ©fectoire des Moines, on se serait plutĂŽt crus au coin de l’ñtre d’une chambre, dans l’intimitĂ© de ces deux instruments. Quelques piĂšces piochĂ©es par Violaine Cochard dans les premiers et quatriĂšme Livres mettent en valeur le clavecin Goujon 1749 de Jean-Luc Ho: la Florentine, Les IdĂ©es heureuses, les Tours de passe-passe, toutes jouĂ©es cette fois avec un art de l’éloquence et de la thĂ©ĂątralitĂ© prononcĂ©. En seconde partie l’émotion de la voix mise en musique par Couperin, avec les Trois leçons de tĂ©nĂšbres, par l’ensemble le CaravansĂ©rail dirigĂ© du clavecin et de l’orgue positif, par Bertrand Cuiller. Maylis de Villoutreys et Rachel Redmond forment un duo parfait, en dĂ©pit, non, plutĂŽt grĂące Ă  leurs personnalitĂ©s si diffĂ©rentes.  On est touchĂ© par le timbre pur et la plasticitĂ©, la souplesse du chant de Maylis de Villoutreys, la finesse et la justesse de l’expression avec laquelle elle donne sens Ă  l’affliction, au contexte dramatique, sans verser dans l’effondrement pathĂ©tique. Rachel Redmond apporte le rĂ©confort d’une voix solaire, trĂšs homogĂšne, et stable. Son timbre lumineux et chaleureux vient, dans un soutien parfait de la ligne de chant, ajouter la pointe d’espĂ©rance, de clartĂ© Ă  la dĂ©ploration tragique. De la combinaison des deux voix Ă©mane une grande douceur et cette tendresse contenue dans tout l’Ɠuvre de Couperin.

Une journĂ©e entiĂšre avec ce vieux monsieur Couperin: qui aurait cru cela pensable trois siĂšcles plus tard? Musicien du sensible et de l’intime, il parvient Ă  nous convaincre que le diamant de l’émotion demeure inaltĂ©rable, et la fraĂźcheur de l’expression toujours authentique. Eternel Couperin!

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

Compte-rendu Festival de Royaumont 2018, concerts du 29 septembre, Aline Zylberajch et Manuel Weber, Jean-Luc Ho, Violaine Cochard, Marianne Muller, Emily Audouin, ensemble Le Caravansérail, autour de Couperin.

Comments are closed.