Compte-rendu, concert. Toulouse. Halle-aux-grains, le 15 mai 2017. Bach, Schumann, Villa-Lobos, Chopin. Nelson Freire, piano

Compte-rendu, concert. Toulouse. Halle-aux-grains, le 15 mai 2017. Bach, Schumann, Villa-Lobos, Chopin. Nelson Freire, piano. Quelle chance : en un mois pouvoir entendre, et voir, Martha Argerich et Stefen Kovacevich en duo de rĂȘve puis un concert de l’ami le plus proche de Martha, son quasi jumeau : Nelson Freire, grĂące aux Grands-InterprĂštes. Dans une maturitĂ© jupitĂ©rienne et fraternelle, Nelson Freire prend possession de son piano avec calme et dĂ©termination. Il chante quatre adaptations pour le piano de musiques de Jean-SĂ©bastien Bach. SimplicitĂ©, clartĂ© des ligne superposĂ©es, Ă©lĂ©gance des phrasĂ©s et dĂ©licatesse du toucher. Cet art lĂ  est enchanteur. Un baume pour les oreilles, le cƓur et l’ñme.

Un musicien suprĂȘme

freire nelson piano sublime par classiquenews201504291644-fullPuis avec une dĂ©termination de chaque instant, l’interprĂšte rend Ă  la Fantaisie en ut majeur de Schumann, toute la beautĂ© pure des formes, des phrases et des mĂ©lodies. Point de spectre de folie mais au contraire une invincible certitude de nous confier la plus belle musique qui soit. Schumann retrouve sa grandeur de sublime musicien qui offre Ă  l’instrument confident,  tout l’amour de son cƓur pour Clara. Jamais la beautĂ© formelle de cette piĂšce ne m’avait autant frappĂ©e. Le gĂ©nie de Nelson Freire est celui d’un musicien qui fait de son piano ce qu’il veut.
Pour les piĂšces de Villa-Lobos, il utilise la mĂȘme transcendance. Le piano lui appartient et lui permet, sans la moindre caractĂ©risation folklorique surajoutĂ©e, de rĂ©vĂ©ler l’élĂ©gance et la noblesse de ce compositeur en ces courtes piĂšces.
C’est en forme d’apothĂ©ose que le pianiste brĂ©silien termine son rĂ©cital. La troisiĂšme Sonate de Chopin est elle aussi portĂ©e Ă  un sommet de beautĂ©. La classe, la tenue de ce Chopin est prĂ©cieuse. Depuis ces premiers rĂ©citals, chacun sait combien Chopin et Freire sont proches. Avec le temps, la facilitĂ© du jeu est simple majestĂ©. La parfaite construction de la sonate permet un dĂ©ploiement harmonieux de ces vastes proportions sous des doigts si fĂ©lins. Jamais de duretĂ© mĂȘme dans les forte tonitruants, une rapiditĂ© de fusĂ©e dans le scherzo, mais surtout le moelleux du largo est tout Ă  fait voluptueux. Le final lui est absolument grandiose mais reste Ă©lĂ©gant avec ce prince du piano au souffle gĂ©nĂ©reux. Un grand moment de musique !
Avec bienveillance et grĂące Nelson Freire offre en bis Ă  son public conquis deux admirables Intermezzi de Brahms auquel personne ne peut rĂ©sister tant ils sont l’expression de la bontĂ© mĂȘme.

______________________

Compte-rendu concert. Toulouse. Halle-aux-grains, le 15 mai 2017.Johann Sebastian Bach(1685-1750)/Alexander Siloti : PrĂ©lude en sol mineur pour orgue, BWV 535 ; J. S. Bach/Ferruccio Busoni : Ich ruf zu Dir, Herr Jesu Christ, BWV 639 ; Komm, Gott Schöpfer, heiliger Geist, BWV 667 ; J. S. Bach / Myra Hess : « JĂ©sus que ma joie demeure » ; Robert Schumann(1810-1856) : Fantaisie en ut majeur, opus 17 ; Heitor Villa-Lobos ( 1887-1957) : Bachianas Brasileiras nÂș 4, PrelĂșdio ; 3 piĂšces de A Prole do BebĂȘ : Branquinha, Pobrezinha, Moreninha ;  FrĂ©dĂ©ric Chopin (1810-1849) :  Sonate n°3 en si mineur, opus 58 ; Nelson Freire, piano.

One thought on “Compte-rendu, concert. Toulouse. Halle-aux-grains, le 15 mai 2017. Bach, Schumann, Villa-Lobos, Chopin. Nelson Freire, piano

  1. Pingback: Nelson Freire patte de félin charmant