CD, critique. Cecilia Bartoli: Sacrificium (2 cd Decca, 2009)

sacrificium cecilia bartoli cd critique annonce classiquenews dossier castrats par cecilia bartoli salzbourg pentecote 2018 withsun 2019CD critique. Cecilia Bartoli: Sacrificium (2 cd DECCA, 2009). En un double album particulièrement soignĂ© sur le plan Ă©ditorial, les enregistrements rĂ©alisĂ©s en fĂ©vrier et mars 2009 en Espagne Ă  Valladolid Ă©clairent en particulier l’acrobatie vocale coloratura de l’Ă©criture de Nicola Porpora (1686-1768), maĂ®tre essentiel de la musique pour castrats au XVIIIè siècle. Ambassadrice de choc et de charme pour la cause des castrĂ©s devenus chanteurs, Cecilia Bartoli ajoute les manières d’autres compositeurs dont les opĂ©ras sĂ©rias mettaient en scène les divins “musici” dans des airs de virtuositĂ© dramatique, taillĂ©s pour leur divin gosier… ainsi 2 airs de Carl Heinrich Graun (circa 1703-1759), extraits de ses ouvrages Demofoonte et Adriano in Siria (1746) qui touchent par leur tendresse digne et blessĂ©e; mais aussi paraissent Leonardo Leo (1694-1744), Leonardo Vinci (circa 1696-1730), Francesco Araia (1709-1770)… soit 11 airs enflammĂ©s entre tendresse hallucinĂ©e et rage expressionniste, atteignant des cimes vocales vertigineuses.

La diva romaine ajoute Ă©galement en un 2è cd, les 3 airs les plus significatifs et les plus intenses de la littĂ©rature pour castrati/musici: l’Ă©poustouflant “Son qual nave” extrait d’Artaserse (1734) du frère de Farinelli, Riccardo Broschi (circa 1698-1756), monument de vocalises tissĂ© pour la voix lĂ©gendaire de… Farinelli… enfin, le nom moins cĂ©lèbre “Ombra mai fu (Serse de Haendel, 1738) et “Sposa, non mi consci”, de Merope de Geminiano Giacomelli (circa 1692-1740): sombre prière d’Epitide frappĂ© par le destin, proche de l’accablement et de l’anĂ©antissement des forces vitales… En plus d’une Ă©tendue de registres surprenante, ayant gagnĂ© de superbes graves aux cĂ´tĂ©s de ses aigus dĂ©cochĂ©s et brillantissimes (Ă©couter ici les extrĂŞmes des registres dans Qual farfalla de Porpora), Cecilia Bartoli apporte une science nuancĂ©e du verbe qui lui permet de colorer par le sentiment autant que par la puissance et l’agilitĂ©, chacun des airs sĂ©lectionnĂ©s.

En presque 1h40 de rĂŞve vocal et de voyage parthĂ©nopĂ©en Ă  remonter le temps, la magicienne Bartoli, Ă  l’agilitĂ© de souffle et d’expression souveraine, s’impose sans rivale. Son beau chant devient aussi architecture du sentiment et du sens: c’est lĂ  que se glisse et s’affirme l’apport capital de la cantatrice, rĂ©flĂ©chie, dĂ©terminĂ©e, pugnace, outre son habituel tempĂ©rament dramatique pour dĂ©fricher, surprendre… sĂ©duire et convaincre. Si le chant des castrats demeure un mythe, l’approche de la diva assoluta Bartoli rĂ©alise un tour de force qui ajoute Ă  la fascination de ce phĂ©nomène d’ivresse lyrique.

CLIC D'OR macaron 200L’Ă©dition dite “deluxe” en 2 cd comprend une notice documentaire très argumentĂ©e qui permet de comprendre la dĂ©marche de la cantatrice admirative de ses prĂ©dĂ©cesseurs baroques Ă  Naples. L’album en hommage aux castrats sacrifiĂ©s sur l’autel de la perfection vocale, contient ainsi “le prĂ©cis du castrat”, vĂ©ritable somme encyclopĂ©dique qui prĂ©sente classĂ©s par entrĂ©es alphabĂ©tiques, de très nombreux articles sur le monde des castrats: compositeurs, villes, opĂ©ration, anecdotes, Ă©videmment chanteurs parmi les plus lĂ©gendaires dont Caffarelli, Farinelli, Senesino… mais aussi Porporino, Carestini, Balatri… auquel un article biographique est dĂ©diĂ©.

Gravure Ă©vĂ©nement (donc Ă©lue ” CLIC ” de CLASSIQUENEWS) dont la sortie officielle est annoncĂ©e au 5 octobre 2009.

One thought on “CD, critique. Cecilia Bartoli: Sacrificium (2 cd Decca, 2009)

  1. Pingback: CD. St Petersburg par Cecilia Bartoli. Feuilleton 2/3 : Araia et Raupach à la Cour impériale de Russie | Classique News