CD. Myslivecek : Medonte (Ehrhardt, 2010)

Myslivecek: Medonte (Ehrhardt, 2010) 1 cd DHM

Medonte_myslivecekLe choix du visuel de couverture se dĂ©fend. Mars par David correspond Ă  l’esthĂ©tique de Myslivecek: ce nĂ©oclassicisme qui dans le sillon tracĂ© par Gluck rĂ©oriente toutes les dĂ©marches lyriques des annĂ©es 1780. A la rigueur parfois ascĂ©tique du sujet antique rĂ©pond une nouvelle inflexion dramatique qui favorise l’Ă©mergence du sentiment (prĂ©romantique?). A l’Ă©poque de sa dĂ©couverte en 1928, la partition de Medonte fut attribuĂ©e comme un oratorio oubliĂ© de Mozart, Ă  l’instar de l’ouvrage autographe de La Betulia Liberata, oratorio du jeune Wolfgang sur le thĂšme de la geste de Judith; il est vrai que le style nĂ©oclassique, sa coupe nerveuse et dramatique n’est pas sans rappeler Mitridate et Lucio Silla mais Myslivecek appartient bien encore Ă  l’Ă©lĂ©gance haendĂ©lienne et aux derniers feux de l’opĂ©ra seria napolitain tel que fixĂ© par les Jommelli ou Traetta. Ceci n’ĂŽte rien Ă  la valeur de cette premiĂšre mondiale, fruit d’une captation live rĂ©alisĂ©e Ă  Leverkusen, en dĂ©cembre 2010. Gravure heureuse et opportunĂ©ment publiĂ©e par DHM dont l’intĂ©rĂȘt revivifie le catalogue du label dĂ©diĂ© aux perles baroques oubliĂ©es dans le giron de Sony classical.

les amants d’Argos

A l’heure oĂč la France de Marie-Antoinette enchaĂźne au thĂ©Ăątre lyrique les essais tragiques et dramatiques des Italiens (Piccinni puis Sacchini, sans compter d’autres Ă©trangers comme GrĂ©try, Gossec ou mĂȘme Jean-ChrĂ©tien Bach dont Amadis est contemporain de Medonte de 1780), Myslivecek cultive lui aussi le style mesurĂ© nĂ©oclassique du seria italien europĂ©anisĂ© oĂč rien ne compte plus que l’articulation des passions moralisatrices et le verbe Ă©difiant. Voici donc Selene d’Argos amoureuse du prince Arsace de Dodona. Mais surgit l’instrument du destin, Medonte, cruel roi de la province romaine d’Epire qui s’Ă©prend lui aussi de la belle Selene et l’emmĂšne avec lui Ă  Epire. L’opĂ©ra met en scĂšne les amours Ă©prouvĂ©s de Selene et d’Arsace Ă  la cour d’Epire sous le joug barbare d’un Medonte plus tyranique et jaloux que comprĂ©hensif et vertueux. GrĂące Ă  l’aide d’Evandro, capitaine de la garde royale de Medonte et de la Thessalienne Zelinda, les deux cƓurs douloureux parviennent Ă  vaincre Medonte, mais opera seria oblige et esprit des LumiĂšres aigu, Arsace fait montre d’une clĂ©mence exemplaire Ă  l’endroit du cruel Medonte. AprĂšs avoir pardonnĂ© Ă  leur bourreau en Epire, Arsace et Selene se retrouvent heureux, apaisĂ©s Ă  Argos.

Myslivecek, précurseur de Mozart

CrĂ©Ă© lors du carnaval de 1780 au Teatro a Torre Argentina de Rome, Medonte affirme la maĂźtrise d’un Joseph Myslivecek au terme de sa carriĂšre lyrique dont l’Ă©criture ardente, affĂ»tĂ©e dans l’expression des passions (dĂšs le premier air d’Evandro chantĂ© par un castrat ici distribuĂ© Ă  une soprano) influence directement le jeune Mozart lors de ses nombreux voyages Ă  travers l’Europe : leur rencontre remonte dĂšs 1770 Ă  Bologne et produit une amitiĂ© jamais interrompue. Wolfgang se montre en particulier trĂšs curieux et connaisseur des symphonies du compositeur tchĂšque. Il est Ă©vident que par sa plume vivante et palpitante, vocalement virtuose, explicitement frappĂ© par la rĂ©forme de Gluck, douĂ© d’une orchestration fine et contrastĂ©e, Myslivecek a marquĂ© et inspirĂ© les avancĂ©es du jeune Mozart dans l’Ă©criture lyrique (oratorios et opĂ©ras).

La distribution est dominĂ©e par des emplois aigus : soprano (Selene, Evandro), tĂ©nor (Medonte) et mezzo (Arsace). L’interprĂ©tation mĂ©rite le meilleur accueil: voix justes, stylistiquement engagĂ©es, chacune caractĂ©risant avec naturel et parfois nuance, son caractĂšre. Medonte s’inscrit dans le vaste catalogue des 26 opĂ©ras composĂ©s par Myslivecek: depuis Bellerofonte Ă  Venise en 1763 alors commandĂ© par son patron le Comte Vinzenz von Waldstein… jusqu’Ă  Armida (Milan, 1780) et Medonte Ă©crit pour Rome Ă  la mĂȘme pĂ©riode. Ni Armide ni Medonte ne suscitĂšrent l’enthousiasme Ă  leur crĂ©ation. Pourtant de nombreux Ă©pisodes militent en faveur de Myslivecek: l’air en forme de rondo d’Arsace (Luci belli, se piangete) ou surtout le trio Selene, Arsace, Medonte, concluant le II (Stelle tiranne omai…)… Au tempĂ©rament des jeunes chanteurs rĂ©pond le relief jamais rĂ©pĂ©titif de l’orchestre L’arte del mondo sous la direction sanguine de Werner Ehrhardt. Pour une prise live et au regard des risques encourrus s’agissant d’une premiĂšre mondiale, le rĂ©sultat est particuliĂšrement convaincant. RecrĂ©ation et premiĂšre discographique, rĂ©ussies.

Josef Myslivecek (1737–1781) : Medonte (Rome, 1780). premiĂšre mondiale, recrĂ©ation. Juanita Lascarro (Selene), Thomas Michael Allen (Medonte), Susanne Bernhard (Arsace), StĂ©phanie Elliott (Evandro), Lorina Castellano (Zelinda)… L’Arte del Mondo. Werner Erhardt, direction. 2 cd DHM enregistrĂ© en 2010. 8 86978 61242 7.

One thought on “CD. Myslivecek : Medonte (Ehrhardt, 2010)

  1. Pingback: CD. Gluck : La Clemenza di Tito (Ehrhardt, 2013) | Classique News