CD, événement. SAINT-SAËNS : la Princesse jaune (Leo Hussain, 1 cd Pal Bru-Zane, fév 2021)

saint saens princesse jaune cd critique clic de classiquenews opera critique melodies persanes critique operaCD, événement. SAINT-SAËNS : la Princesse jaune (Leo Hussain, 1 cd Pal Bru-Zane, fév 2021)  -  Encore jeune compositeur, Saint-Saëns s’essaye ici en 1872, à l’exotisme japonisant avec une exquise élégance : sa Princesse jaune démontre non seulement une inspiration première des mélodies mais aussi un sens du drame et une orchestration très solides. L’opéra en un acte n’a pas les dimensions hollywoodiennes de Samson et Dalila, ni la puissance expressive ni l’ampleur des scènes collectives historicisantes d’Ascanio. Chef d’œuvres postérieurs, aujourd’hui justement évalués. L’orientalisme de Saint-Saëns, après la Commune et le Second Empire s’inscrit entre les Pêcheurs de perles de Bizet(1864) et Lakmé de Delibes (1883) ; D’ailleurs Bizet a créé quelques semaines avant La princesse Jaune, son drame égyptianisant Djamileh.

La séduction comme la subtilité sont ses valeurs essentielles et l’histoire mince est prétexte à un duo en huis clos entre deux cœurs ardents, au début indifférents et éloignés, à la fin passionnément étreints ; une séquence dramatique amoureuse qui rappelle l’intrigue de Béatrice et Bénédicte de Berlioz (1862) quand ce dernier s’inspirait de Shakespeare (Beaucoup de bruit pour rien).  Les deux chanteurs réunis ici expriment la délicatesse d’une partition très inspirée ; dommage que la soprano qui incarne Léna demeure de bout en bout inintelligible : son français est tout sauf précis et naturel. Le prodige a lieu à l’orchestre, grâce à la direction à la fois détaillée, naturelle, aérée, claire et transparente du chef Léo Hussain, exploitant à volonté et idéalement les possibilités étonnantes de l’Orchestre du Capitole de Toulouse. Tant de finesse doit être reconnue. On y détecte une même intelligence expressive, une même sensibilité miraculeuse comparable à celle de Guillaume Tourniaire, heureux pilote de la résurrection d’Ascanio du même Saint-Saëns (1890) : sommet discographique paru en oct 2018 – CLIC de CLASSIQUENEWS oct 2018. LIRE notre critique d’Ascanio de Saint-Saëns :

https://www.classiquenews.com/cd-evenement-critique-saint-saens-ascanio-1890-tourniaire-3-cd-b-records-geneve-2017/

 

SAINT-SAENS-portrait-compositeur-bicentenaire-naissance-camille-saint-saens-classiquenews-1821-2021RÉVÉLATION DU CYCLE PERSAN… La délicatesse et le raffinement dont est capable Saint-Saëns se retrouve dans le cycle complémentaire à l’opéra ainsi révélé : les 6 mélodies persanes pour voix et orchestre dont l’activité comme la justesse expressive, le raffinement orchestral égalent les Nuits d’été de Berlioz. IL est évident que ce cycle ainsi restitué dans sa cohérence orchestrale devienne un pilier du répertoire musical pour les chanteurs passionnés par la mélodie française. Les airs éblouissent par leur sincérité sensible, leur exquise délicatesse là encore (mention spéciale pour la première « La Brise » par le baryton Philippe Estèphe, « Au Cimetière », sublimé par l’excellente Anaïs Constans – dont la langueur létale, extatique rappelle Au Cimetière des Nuits d’été de Berlioz, mais lui sur le texte de Théophile Gautier-, l’enivrant « Tournoiement » par Axelle Fanyo)… Chacun partage le souci du texte, accordé à un orchestre scintillant et dramatiquement précis et détaillé. Voici une génération d’interprètes francophones de première valeur et pour certains fins diseurs, idéalement ajustés aux équilibres conçus par l’orfèvre Saint-Saëns. Ce cycle persan est la seconde révélation du cd, porté par l’indéfectible instinct artistique du Palazzetto Bru-Zane, centre de musique romantique française à Venise. L’année du Centenaire SAINT-SAËNS ne pouvait trouver meilleure réalisation commémorative. LIRE aussi notre dossier CENTENAIRE SAINT-SAËNS 1921-2021.

 

 

 

CLIC D'OR macaron 200CD, événement. SAINT-SAËNS : la Princesse jaune (Leo Hussain, 1 cd Pal Bru-Zane, fév 2021) – Livre 104 pages – enregistré à Toulouse en fév 2021 – CLIC de CLASSIQUENEWS Automne 2021

 

https://bru-zane.com/en/pubblicazione/la-princesse-jaune/

 

ORCHESTRE NATIONAL DU CAPITOLE DE TOULOUSE
Leo Hussain, direction

 

La Princesse jaune, 1872
Judith van Wanroij, Mathias Vidal, Anaïs Constans

 

Mélodies persanes

Philippe Estèphe, Jérôme Boutillier, Éléonore Pancrazi,
Artavazd Sargsyan, Anaïs Constans, Axelle Fanyo

‘French opera’ series | collection Opéra Français / Palazzetto Bru Zane

Volume 29

Sommaire du livre La Princesse jaune de Saint-Saëns

Alexandre Dratwicki, In the shadow of Samson / Dans l’ombre de Samson

Vincent Giroud, La Princesse jaune: orientalism and artificial paradises / Orientalisme et paradis artificiels

Stéphane Leteuré, The misfortunes of La Princesse jaune / infortunes de la Princesse Jaune

Ernest Reyer, The evening of the premiere / Le soir de la première

Synopsis

Libretto

 

Comments are closed.