CD événement, critique. LAURENT CABASSO : Toccatas de Jean-Sébastien BACH (1 cd PARATY records, 2019)

CABASSO laurent JS BACH Toccatas PARATY records cd reviex critique CLASSIQUENEWS teaser reviewCD événement, critique. LAURENT CABASSO : Toccatas de Jean-Sébastien BACH (1 cd PARATY records, 2019)Laurent Cabasso trace un chemin de vie de maître. Ses enregistrements de Schumann, Prokofiev, Beethoven, Schubert, Liszt, accumulent les plus prestigieuses distinctions. Sous la tutelle spirituelle de ses maîtres (Désiré N’Kaoua, Yvonne Loriod, Jean Hubeau, Ventsislav Yankoff, Christian Ivaldi. Nikita Magaloff, György Sebok, György Sandor et Norbert Braïnin, Maria Curcio-Diamand), le pianiste aborde sereinement les 7 Toccatas de Jean-Sébastien Bach, comme on revient habiter une forteresse médiévale que tous les pianistes visitent, mais que peu parviennent à prendre. De même que la doctrine luthérienne, assimilée de manière naturelle, a permis à Bach d’exprimer sa foi à travers une lecture et une interprétation autonome des Écritures, il semble que Laurent Cabasso s’exprime dans une langue vernaculaire. Son secret? On n’interprète pas Bach, c’est Bach qui s’accommode d’une direction pour dégager sa dimension, se faisant ainsi père des siècles. Dans cet enregistrement remarquable édité par Paraty, il vient encore une fois illuminer nos vies.

Dans ses 7 toccate (BWV 910-916), œuvres de jeunesse, J. S. Bach fait alterner des sections courtes, cultivant une écriture virtuose mêlant gammes rapides, trilles, usant librement du fugato, à la manière d’un ricercare. La Toccata est une forme stylistique qui vise à mettre en valeur les caractéristiques de l’instrument dans un geste improvisé. A ce jeu, Laurent Cabasso sait dépeindre toute l’impétuosité du jeune J. S. Bach, parvenant à extirper les multiples qualités étonnantes de l’instrument qu’il a choisi, l’”opus 102” de Stephen Paulello. Son disque s’ouvre magistralement par la Toccata en sol majeur BWV 916, offrant un ciselage lumineux, plein de fraîcheur. Après l’éclat, la clarté et la longueur unique des sons de cet instrument fabuleux nous révèlent la présence de la voix humaine. L’interprète semble ainsi relayer une parole profonde. C’est notamment dans l’Adagio de la Toccata en do mineur BWV 911 qu’on reste subjugué par cette cantabilità.

Les cordes parallèles de l’instrument lui permettent de faire sonner le médium grave sans battements, ce qui confère une présence immédiate à l’harmonie. Du reste, on peut se demander si certains maîtres du passé, telles Rosalyn Tureck ou Tatiana Nikolaïeva, auraient conservé leur choix délibéré de donner tant de puissance compacte aux valeurs longues dans les pages contrapuntiques de J. S. Bach, si elles avaient bénéficié des possibilités d’un tel piano. A l’écoute de Laurent Cabasso, les registres se répondent comme danse et contredanse, sans insistance, de manière aérienne. La fugue de la Toccata en sol mineur BWV 915 est remarquable de ce point de vue. Défait d’une austérité surajoutée, son jeu s’enrichit des libertés héritées des clavecinistes, variant rythmes, phrasés de deux en deux, ornementations et articulations mobiles, lui permettant de préluder de manière ailée, comme les instruments à archet, ce que les théoriciens de l’époque appelaient l’imitatio violonistica. Ses choix audacieux révèlent une lecture authentique. Tandis qu’il propose un trait accéléré, typique du cembalo, pour conclure brillamment la fugue magistrale de la Toccata en mi mineur BWV 914 et prendre ainsi congé de ses auditeurs, il fait au contraire le choix de détendre le dernier trait en triples croches du récitatif de la toccata en fa# mineur BWV 910, que d’autres joueraient en rafales zébrantes et échevelées, démontrant que c’est bien l’évasion de l’esprit évanescent qui doit introduire la profonde méditation dans l’Adagio qui suit immédiatement.

Dans ce disque, Laurent Cabasso catalyse la fièvre créatrice du jeune J. S.Bach, explorant toute la diversité qui germe dans l’esprit du jeune génie, tout en rassemblant chaque Toccata dans une réflexion sonore et formelle. Il répond ainsi à l’idée leibnizienne de l’identitas in varietate. Critique par notre rédacteur Arnaud Péresse

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

 

CD événement, critique. LAURENT CABASSO : Toccatas de Jean-Sébastien BACH (1 cd PARATY records, 2019)

 

 

 

 

_____________________________________________________________________________________

 

LIRE aussi notre annonce du CD JS BACH / Laurent Cabasso : 7 Toccatas (1 cd Paraty)

https://www.classiquenews.com/cd-evenement-critique-laurent-cabasso-toccatas-de-jean-sebastien-bach-1-cd-paraty-records-2019/

Comments are closed.