Cd, critique.. MOSZOWSKI / Etsuko Hirose, piano (1 cd dana cord, 2019)

hirose-etsuko-piano-moszkowski-piano-cd-review-critique-classiquenews-280-finalCd, critique.. MOSZOWSKI / Etsuko Hirose, piano (1 cd dana cord, 2019) – Martha Argerich ne s’est pas trompée en lui remettant le premier prix de sa compétition en 1999 : élégance, style, musicalité, et surtout, qualité rare, mesure et nuances : la japonaise née à Nagoya, Etsuko Hirose réalise dans ce récital Moszkowski un somptueux parcours romantique et post romantique où ensorcèlent sa science allusive, son toucher de velours, sa technique magistrale, une intelligence expressive superlative …capables de faire surgir de l’ombre, l’essence enivrée, extatique des pièces choisies (vertigineux « Caprice espagnol » ; Isoldens Tod / Mort d’Isolde, publiée en 1924, dédicace à Busoni, ici idéalement exprimée, vraie esquisse de l’ombre dans l’ombre).

 

 

Sur les pas du magicien Moszkowski
Etsuko HIROSE captive et ensorcèle…

 

 

Soucieuse du détail, des infimes nuances, Hirose suit les pas de son prédécesseur polonais Moritz Moszkowski (1854 – 1925), pianiste virtuose dès ses 19 ans à Berlin, célébré pour sa pudeur et son esprit suggestif à la Chopin, mais aussi violoniste et chef d’orchestre. A Paris, il épouse la sÅ“ur de Cécile Cheminade, Henriette (1884) : l’union ne durera pas plus de 8 ans, soldée par un divorce en 1892.

moszkowski-moritz-piano-etsuko-irose-cd-review-cd-critique-classiquenews-clic-de-classiquenews-cd-critique-pianoComme compositeur, le plus parisien des Polonais (comme Chopin), Moszkowski déploie une sensibilité qui revivifie la grande leçon de Liszt (avec lequel il joua et qui l’admirait) mais avec un surcroît d’âme et d’intériorité (Valse opus 34 d’ouverture ; la somptueuse Etude opus 72-13…). En acrobate et poétesse, à l’imagination ciselée, Etsuko Hirose sait faire scintiller chaque accent, l’inscrivant dans une architecture mélodique et harmonique idéalement structurée ; aucun effet démonstratif ici, mais l’éclosion et l’essor d’une virtuosité naturelle qui chante et parle (écoutez enchaînés : les caprices de « Guitare » opus 45-2 ; la cadence frénétique et souple du déjà cité « Caprice espagnol » opus 37), sertie de couleurs intimes énoncées précisément et sans heurts (flexibilité jaillissante et océane de « En automne »), sachant caractériser sans épaisseur (marche noble de la Polonaise opus 17-1).
CLIC D'OR macaron 200La pianiste a bien raison d’inscrire les œuvres du Polonais mort à Paris, qu’il s’agisse de transcriptions ou d’oeuvres originelles : elle en cristallise la passion romantique et aussi dans un jeu articulé et sobre, l’éloquence intérieure. Serguei Rachmaninoff ou Vladimir Horowitz choisissaient eux aussi Moszkowski pour compléter leur récital ; de sorte qu’à travers ses choix et filiations, Etsuko Hirose s’inscrit elle-même dans une tradition prestigieuse du clavier, une certaine conception sonore et esthétique qui est celle des plus grands pianistes poètes (transcription de Carmen de Bizet, riche d’arrières plans et contre chants superbement agencés dans un sentiment d’urgence et de finesse). Magistral, donc CLIC de classiquenews du printemps 2020.

_________________________________________________________________________________________________

Cd, critique.. MOSZOWSKI / Etsuko Hirose, piano (1 cd dana cord, – enregistré à PARIS, oct et nov 2019 – piano grand concert Bechstein) – CLIC de CLASSIQUENEWS – prise de son détaillée avec relief et profondeur.

 

 

Comments are closed.