CD, annonce. Coffret Maria Callas : The Complete Studio Recordings Remastered (69 cd Warner classics).

CD, annonce. Coffret Maria Callas : The Complete Studio Recordings Remastered (69 cd Warner classics). Presque 40 ans après sa mort, la sublime et inatteignable Marias Callas continue de nous fasciner par son art divin… L’icĂ´ne suprĂŞme de l’opĂ©ra : tragĂ©dienne, bel cantiste, perfectionniste comme personne, actrice subtile d’une hypersensibilitĂ© admirable, Maria Callas ressuscite en septembre 2014 grâce au coffret Ă©vĂ©nement que Warner classics Ă©dite, synthĂ©tisant l’apport interprĂ©tatif de la divina, en une sĂ©lection de ses meilleurs enregistrements, remastĂ©risĂ©s pour l’occasion. Le coffret intĂ©gral comprend 69 cd, regroupant toutes les bandes enregistrĂ©es en studio par Maria Callas entre 1949 et 1969, pour EMI/Columbia et le label italien Cetra. Chaque document a bĂ©nĂ©ficiĂ© d’une restauration minutieuse en 24-bit/96kHz, rĂ©alisĂ©e par les Studios Abbey Road durant plus d’un an, Ă  partir des sources d’origine. PrĂ©sentĂ© avec un soin scientifique, artistique, Ă©ditorial tout particulier, le coffret rassemble 26 intĂ©grales d’opĂ©ras ainsi que  13 rĂ©citals gravĂ©s par Maria Callas.

Callas ressuscitée

Callas Maria+Callas+i71531L’ «Edition Collector», intitulĂ©e CALLAS REMASTERED prĂ©sente chaque enregistrement d’opĂ©ra ou chaque rĂ©cital avec sa couverture originale. Elle contient Ă©galement un livre reliĂ© de 132 pages, qui comprend de nombreux articles, une biographie, une chronologie de la vie de l’artiste, des photographies ainsi que des lettres de Maria Callas elle-mĂŞme, du producteur Walter Legge ou d’autres responsables d’EMI. Les livrets complets des opĂ©ras ainsi que les textes des airs pour les rĂ©citals sont disponibles intĂ©gralement sur un CD-ROM. Les bandes gagnent un relief, une prĂ©cision, une prĂ©sence renforcĂ©e dans le sens de la sensibilitĂ© et de l’émotivitĂ© : jamais Maria Callas interprète n’aura Ă©tĂ© aussi mieux dĂ©fendue, rĂ©vĂ©lĂ©e, restituĂ©e. VoilĂ  qui accentue l’immense valeur de son legs lyrique.  Contre les adeptes d’un beau chant dĂ©sincarnĂ© ne s’exprimant que par la pure agilitĂ© technicienne, La Callas rĂ©alise de façon unique, la rĂ©ussite d’un chant lyrique intense, expressif, « laid » diront ses dĂ©tracteurs qui avaient oubliĂ© que l’opĂ©ra c’est aussi du théâtre. Peu Ă  peu, et dès la vingtaine, Maria Callas observe un choix judicieux de prises de rĂ´les qui lui assure longĂ©vitĂ© et pertinence artistique : la mezzo soprano dramatique Ă  la tessiture Ă©tonnamment Ă©tendue s’impose dans plusieurs caractères, exigeant drame et puretĂ© vocale : Gioconda (Ponchielli), Turandot (Puccini), BrĂĽnnhilde et Isolde (Wagner). Mais aussi, diamants du rĂ©pertoire belcantiste italien : Norma et Amina (La Somnambule) de Bellini, Violetta (La Traviata) de Verdi, Lucia et Anna Bolena de Donizetti, MĂ©dĂ©e de Cherubini et Tosca de Puccini. Son sens du théâtre, sa musicalitĂ© et son art du phrasĂ© fondent un nouvel art du chant. Après elle, chaque cantatrice digne de ce nom recherche et la musicalitĂ© et la prĂ©sence dramatique, sans jamais sacrifier la finesse ni le subtilitĂ© d’un chant incarnĂ©. Ainsi en tĂ©moigne aussi son approche du rĂ´le de Carmen (Bizet) dont Warner classics dĂ©voile dans la box 2014, une nouvelle version remastĂ©risĂ©e, d’autant plus prĂ©cieuse qu’elle dĂ©coule du master original jamais utilisĂ© et miraculeusement retrouvĂ© Ă  Saint-Ouen !

Le legs Warner classics 2014 correspond ainsi aux années 1950 c’est à dire à l’apogée de la carrière de Maria Callas. Principalement attachée aux maisons d’opéra d’Italie, elle devient la prima donna assoluta de la Scala de Milan, en participant notamment aux productions de Luchino Visconti, un partenaire et un mentor avec lequel elle partageait la même exigence esthétique. Elle apparaît également au Royal Opera House (Covent Garden) de Londres, au Metropolitan Opera de New York, à l’Opéra de Paris, à l’Opéra de Vienne, et dans les maisons d’opéra de Chicago, Dallas, Houston, Lisbonne, et au début des années 1950, de Mexico, São Paolo, Rio de Janeiro.

Warner classics Maria callas complete recordings remastered box coffret

A partir de 1959, quand débute sa tumultueuse histoire d’amour avec l’armateur grec Aristote Onassis, sa carrière scénique se fait plus rare, sa voix plus fragile. Son ultime apparition sur une scène d’opéra remonte à 1965 : elle avait seulement 42 ans. Malgré quelques projets de retour à la scène, et en studio de nouvelles intégrales d’opéras,  Maria Callas s’efface peu à peu de la scène. Elle donne cependant en 1974 une série de récitals en Europe, à Paris, aux Etats-Unis et au Japon avec le ténor Giuseppe di Stefano, l’un de ses plus fidèles partenaires (leur légendaire Tosca de 1953, sous la direction du chef d’orchestre Victor de Sabata demeure une version insurpassée dans l’histoire de l’enregistrement). Si l’actrice saisit l’audience, la chanteuse n’avait plus toutes ses facultés, affichant désormais une voix usée et instable. Maria Callas meurt, seule, en septembre 1977, dans son appartement parisien.

Maria Callas : The Complete Studio Recordings Remastered, coffret de 69 cd Warner classics. Parution : le 22 septembre 2014. Prochaine compte rendu critique complet dans le mag cd de classiquenews.com.

callas_Callas_credits Sotheby's_free to use for promo

Illustration : Maria Callas divina © Sothebys

Comments are closed.