Candide de Bernstein par David Stern, Opera Fuoco

Chine. David Stern dirige le Festival Baroque de ShanghaiParis, Mona Bismarck AC. Vendredi 29 janvier 2016. Bernstein : Candide. Le Centre AmĂ©ricain Mona Bismark accueille aprĂšs Kiss me Kate de Porter en octobre dernier, l’opĂ©ra de Bernstein d’aprĂšs Voltaire : Candide. Le chef David Stern prĂ©sente, commente chaque scĂšne de l’opĂ©ra ; il guide les spectateurs pour mieux saisir l’enjeu dramatique des situations et aussi le formidable travail d’interprĂ©tation rĂ©alisĂ© alors (pendant la semaine qui prĂ©cĂšde la reprĂ©sentation du vendredi) par la jeune (et fine) Ă©quipe des jeunes chanteurs qui composent aujourd’hui, l’Atelier Lyrique d’Opera Fuoco. Comme il existe Le jardin des Voix de William Christie, David Stern a fondĂ© sa propre troupe de jeunes talents dont les tempĂ©raments en plein apprentissage se retrouvent autour de diffĂ©rentes productions. Avec l’excellent continuiste Jay Bernfeld, partenaire privilĂ©giĂ© du maestro (et conseiller pĂ©dagogique pour chaque session), et pour cet “atelier Bernstein”, David Charles Abell, les jeunes chanteurs acteurs apprennent toutes les nuances de leurs rĂŽles respectifs.

opera-fuoco-logo-2015Depuis plusieurs annĂ©es, le Mona Bismark American Center accompagne le travail exemplaire d’Opera Fuoco sur l’opĂ©ra, en particulier autour des Ɠuvres du rĂ©pertoire lyrique amĂ©ricain (d’oĂč le principe d’une saison amĂ©ricaine Ă  Paris…). AprĂšs Kiss me kate (VIDEO. Voir notre clip vidĂ©o de Kiss me Kate par les jeunes chanteurs de l’Atelier Lyrique d’Opera Fuoco), toute l’Ă©quipe s’intĂ©resse au drame voltairien mis en musique par Leonard Bernstein. C’est outre le travail sur l’articulation fluide et naturelle de l’amĂ©ricain (un vrai dĂ©fi pour de jeunes chanteurs français), une approche sensible, millimĂ©trĂ©e sur l’incarnation dramatique de chaque personnage, sur l’enjeu de chaque situation dramatique…

 

 

Bernstein : le legs Sibelius remastĂ©risĂ©L’Ă©crivain Lilian Hellman adapte entre comĂ©die, opĂ©rette et opĂ©ra, le texte  philosophique / satirique de Voltaire (1758). Cynique, rĂ©aliste, fataliste, le drame voltairien est mordant par sa charge satirique sur la sociĂ©tĂ© des hommes mais il conserve aussi jusqu’Ă  son dĂ©nouement, une indĂ©fectible espĂ©rance. L’Ă©criture de Bernstein cultive comme personne avant lui, l’Ă©lĂ©gance et la subtilitĂ© comique (parfois dĂ©lirante comme l’atteste l’Ă©poustouflant air pour soprano coloratoure : « Glitter and Be Gay » ),  tout en soulignant aussi les accents d’un noir rĂ©alisme. CrĂ©Ă© en 1956, – rĂ©visĂ© en 1988, la justesse expressive et la richesse mĂ©lodique comme la prĂ©cision de l’orchestration de Candide, annoncent directement le sommet lyrique de Bernstein : West side story, crĂ©Ă© l’annĂ©e suivante en 1957. C’est peu de dire aujourd’hui que grĂące Ă  l’intelligence poĂ©tique d’un Bernstein, le Musical de Broadway atteint le souffle et la noblesse de l’opĂ©ra.

 

 

Au cours du XXĂš, la partition de Bernstein dont on apprend peu Ă  peu Ă  mesurer le gĂ©nie lyrique, s’est imposĂ©e Ă  Broadway en 1956, au West End Theatre de Londres, au Metropolitan de New York, Ă  la Scala de Milan, Ă  l’English national Opera de Londres et rĂ©cemment au ThĂ©Ăątre du ChĂątelet Ă  Paris en 2006. Candide est devenu un culte du genre avec des airs tels que connus de tous.

 

 

 

boutonreservationBernstein : Candide
Paris, Mona Bismark American Center
Le 27 janvier 2016, 15h : répétition publique
Le 29 janvier 2016, 20h : représentation
Opera Fuoco
David Stern, direction

RĂ©servations conseillĂ©es par tĂ©lĂ©phone au 01 53 11 08 99 ou sur l’email : production@operafuoco.fr

 

 

La Compagnie Lyrique fondĂ©e par David Stern poursuit son exploration des oeuvres du rĂ©pertoire lyrique avec l’engagement que l’on sait, alliant, complicitĂ©, finesse, expressivitĂ©. Suivis, coachĂ©s, encouragĂ©s par l’Ă©quipe de l’Atelier Lyrique d’Opera Fuoco, les jeunes chanteurs gagnent pas Ă  pas, en sĂ»retĂ©, maturitĂ©, finesse de jeu et de technique… Des progrĂšs que les spectateurs lĂ©gitimement sĂ©duits par l’initiative d’Opera Fuoco, suivent de production en programme, de concert-rencontre en nouvelles productions d’opĂ©ras…

 

 

voltaireLIRE AUSSI notre dossier spĂ©cial / prĂ©sentation de Candide de Bernstein d’aprĂšs Voltaire (1956)… EditĂ© en 1759, Candide de Voltaire (qui fut mis Ă  l’Index par le Vatican), suscita un immense succĂšs. Son humanisme cynique qui se montre anticlĂ©rical, pessimiste, anti-romantique, a pour sujet (en façade), la critique du monde harmonique et positiviste de Leibniz, incarnĂ© par la figure de Panglos dont Candide est le disciple forcenĂ©. “Non, tout ne va si bien dans le meilleur des mondes”, semble proclamer en retour Voltaire, avec ce rĂ©alisme libertaire qui tout en soulignant les tĂ©nĂšbres de notre civilisation, capte et encense toujours les bonnes volontĂ©s pour la rendre meilleure. Candide est bien en ce sens un pamphlet, mais Voltaire en fait aussi un roman philosophique qui outrepasse son utilitĂ© et son occurrence polĂ©mique. L’auteur n’épargne en rien ses personnages: tout s’ingĂ©nie Ă  contrarier leur plan, Ă  corrompre leur fragile et pourtant infatigable espĂ©rance, leur vaine volontĂ©. Tout conspire Ă  tuer leur aspiration, Ă  vaincre toute idĂ©e de bonheur. RĂ©alisme, cruditĂ© mĂȘme cruautĂ©. Partout la barbarie rĂšgne et se dĂ©ploie… Cependant, l’écrivain philosophe souligne a contrario non sans admiration, la rĂ©sistance et le courage que ses hĂ©ros dĂ©ploient coĂ»te que coĂ»te pour se maintenir et dĂ©fendre une certaine idĂ©e d’humanitĂ©. L’invention foisonnante de l’écriture valorise encore le texte et ses portĂ©es critiques. Conte philosophique, Candide est Ă©galement un superbe drame littĂ©raire qui revisite les formes connues du roman: Ă©popĂ©e picaresque et verve rabelaisienne, orientalisme, Ă©vasion et marivaudage, leçon de vie et de sagesse
 du pain bĂ©ni pour compositeurs et dramaturges.

Comments are closed.