ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE : Beethoven, Wagner, Schoenberg

Rafal_Blechacz_orchestre national de lille classiquenewsLILLE, ON LILLE : Romantisme allemand, 23 et 24 fĂ©v 2022. LaurĂ©at du Concours Chopin de Varsovie en 2005, le pianiste RafaƂ Blechacz fait escale ces 23 et 24 fĂ©v Ă  l’Auditorium du Nouveau SiĂšcle Ă  Lille. Le Polonais aborde en complicitĂ© avec les instrumentistes de l’Orchestre National de Lille, l’une des partitions les plus majestueuses du rĂ©pertoire romantique : le Concerto n°5 (dit « l’Empereur ») de Beethoven. DĂ©diĂ© Ă  l’Archiduc Rodolphe d’Autriche, la partition Ă  la fois grandiose et tendre, Ă©voque en filigrane NapolĂ©on Bonaparte, dont Beethoven disait crĂąnement : « Dommage que je ne m’y connaisse pas autant dans l’art de la guerre qu’en musique, sinon je le vaincrais ! ».

Dans l’amoureuse nuit

La jeune cheffe norvĂ©gienne Tabita Berglund dirige Ă©galement deux chefs-d’Ɠuvre du romantisme allemand : le sublime PrĂ©lude de Tristan et Iseult, puis la frissonnante Nuit transfigurĂ©e de Schoenberg (1899): une nuit d’inquiĂ©tude et d’hallucinations oĂč un couple erre Ă  travers la nuit, cheminement qui rĂ©capitule leur relation passionnelle. Avant d’inventer le dodĂ©caphoisme, le jeune Schoenberg (25 ans) fusionne Brahms et Wagner, dissout la tonalitĂ©, exprime les espĂ©rances et les vertiges d’une traversĂ©e incertaine, intranquille entre cauchemar et rĂȘve. A l’étĂ© 1899, Schoenberg a rencontrĂ© Mathilde, sƓur de Zemlinsky : il tombe amoureux de celle qui deviendra son Ă©pouse. Transcription amoureuse et du dĂ©sir pour l’ĂȘtre aimĂ©, Tabita_Berglund_orchestre national de lille classiquenewsLa Nuit transfigurĂ©e / VerklĂ€rte Nacht lui est dĂ©diĂ©e. Pour sextuor de cordes, l’Ɠuvre cite Wagner (Tristan), semble mĂȘme un prolongement et un commentaire exacerbĂ© des possibilitĂ©s du climat wagnĂ©rien. Dramatique, tendu, le poĂšme musical pour cordes seules saisit par la palette sonore, ses sublimes effets de texture instrumentale ; Schoenberg s’inspire du poĂšme de son ami, Richard Dehmel (La Femme et le monde (Weib und Welt) qui imagine un couple en promenade nocturne oĂč la femme avoue Ă  son amant qu’elle attend l’enfant d’un autre
 le prĂ©texte thĂ©Ăątral, dense sur le plan psychologique offre au compositeur viennois, une formidable action qui devient course effrĂ©nĂ©e, mĂ©tamorphose Ă  deux, effroi de la future mĂšre, pardon du jeune homme
 sous la lueur lunaire qui enveloppe les deux personnages.

 

 

 

DĂ©but du poĂšme de Dehmel :
« Deux personnes vont dans la forĂȘt, chauve et froide.
La lune les accompagne, ils regardent en soi.
La lune passe aux dessus des hauts chĂȘnes,
Pas un nuage ne trouble la lumiÚre céleste
Vers laquelle les fagots noirs s’Ă©tendent;
La voix d’une femme parle. »

 

 

 

boutonreservationMercredi 23 fĂ©vrier 2022 — 20h
Jeudi 24 fĂ©vrier 2022 — 20h
LILLE – Auditorium du Nouveau Siùcle
± 1h40 avec entracte

RÉSERVEZ VOS PLACES directement sur le site de l’ON LILLE
/ ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
https://www.onlille.com/saison_21-22/concert/le-romantisme-allemand/

 

 

 

BEETHOVEN
Concerto pour piano n° 5, « l’Empereur »

WAGNER
Tristan et Iseult, PrĂ©lude de l’acte I

SCHOENBERG
La Nuit transfigurée

Tabita Berglund, direction
RafaƂ Blechacz, piano
Orchestre National de Lille

 

 

 

_______________
Orchestre National de Lille
30 Place MendĂšs France BP 70119 / 59027 Lille cedex
+33 (0)3 20 12 82 40

Accueil-billetterie : 3 place MendĂšs France
La billetterie est ouverte au public :
du lundi au vendredi, de 10h Ă  18h
par téléphone de 10h à 13h et de 14h à 17h30
au 03 20 12 82 40

 

 

 

_______________________

Programme repris en région Hauts de France

Vendredi 25 fĂ©vrier 2022— 20h
Boulogne-sur-Mer, Salle Damrémont

 

 

 

 

 

 

TOP CD 3 PREVIEW fév-mars 2022. BRUCKNER par Thielemann, WEINBERG par Kremer, SIBELIUS par MÀkelÀ

TOP CD 3 PREVIEW fév-mars 2022. BRUCKNER par Thielemann, WEINBERG par Kremer, SIBELIUS par MÀkelÀ...

CLASSIQUENEWS scrute l’horizon discographique et distingue parmi les nombreuses sorties annoncĂ©es, les prochaines publications incontournables. Pour ne pas manquer les sorties majeures. Les 3 rĂ©alisations importantes Ă  venir sont :

 

 

1  -  SONY classical : BRUCKNER / WIENER PHIL : 4 fév 2022Bruckner-Symphonie-2 thielemann wiener classiquenews critique review
Suite de l’intĂ©grale en cours des Symphonies de Bruckner par un orchestre plus lĂ©gitime que d’autres pour le compositeur nĂ© Ă  Linz, grand admirateur de Wagner : les Wiener Philharmoniker / Orchestre Philharmonique de Vienne. AprĂšs les symphonies n°4 et 8, la Symphonie n°2 WAB 102 (version 1877, Ă©dition Carrigan) est publiĂ©e chez SONY CLASSICAL le 4 fĂ©vrier 2022. Dans ce nouvel opus, au dĂ©but du cycle brucknĂ©rien, la texture orchestrale affirme une densitĂ© de plus en plus grandiose qui ne doit pas sonner Ă©paisse
 Puissance, Ă©lĂ©gance, subtile dialogue entre les cuivres grandioses voire martiaux, et l’échappĂ©e pastorale des bois
 la sonoritĂ© souple et aĂ©rĂ©e des Viennois fait la diffĂ©rence.

_____________________________________________________________

 

 

2  -  ECM New series : GIDON KREMER : 22 fév 2022
Pour les 75 ans du violoniste letton Gidon KREMER (27 fĂ©v 2022) dont lesweinberg sonates gidon kremer 75 ans anniversaire classiquenews critique cd ecm mots devraient ĂȘtre inscrits au fronton de tous les gouvernements : « la musique ne tolĂšre pas la haine : elle suscite l’énergie et l’espoir ». Vision puissante et lumineuse. Celui qui a marquĂ© l’enregistrement grĂące Ă  son approche saisissante de Fratres (version longue piano violon) de Arvo PĂ€rt, sort (Ă©galement chez ECM ce 18 fĂ©v 2022), les Sonates pour violon seul de MieczysƂaw Weinberg / Sortie le 18 fĂ©vrier 2022. MieczysƂaw Weinberg – Les trois sonates du polonais MieczysƂaw Weinberg, Ă©crites en 1964, 1967 et 1979, comptent parmi les plus difficiles du rĂ©pertoire, comme celle de Bartok – EnregistrĂ© au Festival de musique de chambre de Lockenhaus et au Studio Residence Palesius (Lituanie).

_____________________________________________________________

 

 

3  -  DECCA : MÄKELÄ / SIBELIUS : fin mars 2022
decca makela sibelius symphonies classiquenews reviewA la tĂȘte de l’OSLO PHILHARMONIC / Orchestre Philharmonique d’OSLO, le jeune maestro finnois Klaus MĂ€kelĂ€ (actuel directeur musical de l’Orchestre de Paris) « ose » malgrĂ© son Ăąge une premiĂšre intĂ©grale des 7 symphonies de Sibelius, en complĂ©ment du coffret annoncĂ© chez Decca, Tapiola, Trois derniers fragments. D’abord conçu comme une cycle de concerts de 9 mois avec le Philhar d’Oslo, l’intĂ©grale – covid oblige, s’est muĂ©e en projet discographique de grande envergure (avec tournĂ©e europĂ©enne dans la foulĂ©e en avril et mai 2022). La phalange d’Oslo est d’autant plus lĂ©gitime Ă  jouer Sibelius que ce dernier la dirigeait dĂ©jĂ  pour 3 concerts en 1921. L’écriture de Sibelius livre Ă  la Finlande sa propre identitĂ© symphonique jusque lĂ  dominĂ©e par les allemands et les russes. MÄKELÄ soigne en particulier la puissance, la noirceur et la profondeur des cordes selon une vision transmise par le chef Mariss Jansons. AprĂšs Solti (1948), Chailly (1978), Klaus MÄKELÄ est le 3Ăš maestro Ă  signer un contrat chez Decca. Filiation prestigieuse et souhaitons-le prometteuse. A suivre.
_____________________________________________________________

 

 

—————————————————

PLUS de coups de coeur et de CLICS de classiquenews, dans le mag cd dvd livres de CLASSIQUENEWS ici

 

PARIS, Gaveau. RĂ©cital CHOPIN, A la Mazur par GASPARD DEHAENE, piano

gaspard-dehaene-piano-concert-gaveau-9-fevrier-piano-classiquenews-1001-NOTES-CHOPINPARIS, Salle Gaveau, Mer 9 fĂ©v 2022. RĂ©cital Gaspard Dehaene, piano. Chopin : Mazurkas, PolonaisesGaspard Dehaene a mis de cĂŽtĂ© sa carriĂšre de Champion de Tennis pour Ă©pouser l’habit de concertiste (comme sa mĂšre Anne Queffelec), aprĂšs avoir eu le choc de Chopin, un compositeur qui a dĂ©cidĂ© ainsi de sa vocation artistique. Le pianiste nous avait fait partager sa sensibilitĂ© Ă  part ; riche de filiations intimes. En un geste explorateur, osant des passerelles enivrantes entre Schubert, Liszt et la piĂšce contemporaine de Rodolphe Bruneau-Boulmier, dans son prĂ©cĂ©dent cd au titre emblĂ©matique « Vers l’Ailleurs ». Son dernier cd (juin 2021, intitulĂ© « À la Mazur » ) est dĂ©diĂ© au Polonais. Le concert de Gaveau ce 9 fĂ©vrier 2022 prolonge la promesse et la rĂ©ussite de cet album discographique. L’artiste sait nous surprendre car pour lui, l’expĂ©rience de la scĂšne, stimulĂ© par la prĂ©sence du public, amĂšne l’interprĂšte Ă  se libĂ©rer de la rĂ©pĂ©tition solitaire ; face au public, il s’agit de se libĂ©rer et de s’affranchir de toutes les contraintes liĂ©es Ă  la prĂ©paration du pianiste.

 

 

 

PARIS, Salle Gaveauboutonreservation
Mercredi 9 février 2021, 20h

Gaspard Dehaene, piano

 

 

Frédéric CHOPIN
Nocturne op. posthume en do diĂšse mineur
Mazurkas op. 24, Barcarolle op. 60, 4 Mazurkas op. 30
Polonaise op. 44, 3 Mazurkas op. 63, Ballade n° 4 op. 52
Fantaisie-impromptu op. 66, Berceuse op. 57

 

 

INFOS et RÉSERVATIONS
https://festival1001notes.com/agenda/evenement/gaspard-dehaene-salle-gaveau

 

 

 

 

 

APPROFONDIR
Lire l’entretien avec Gaspard Dehaene sur le site du Festival 1001 NOTES dont le pianiste est un complice depuis de longues annĂ©es. Le pianiste y dĂ©voile sa passion de la musique et du tennis (son admiration pour Nadal, pour sa probitĂ©, sa dĂ©fense de l’éducation – son yacht s’appelle « le Beethoven », 
), ses livres prĂ©fĂ©rĂ©s, ses derniĂšres Ă©coutes musicales saisissantes (Chopin par Cortot, PellĂ©as et MĂ©lisande de Debussy, Symphonie n°5 de Mahler par Abbado), 

https://festival1001notes.com/blog/linterview-dilemme-gaspard-dehaene

 

CD A la Mazur. Chopin par Gaspard Dehaene (juin 2021, label 1001 NOTES).
VISITEZ la Boutique 1001 NOTES
https://festival1001notes.com/collection

 

gaspard-dehaene-piano-concert-gaveau-9-fevrier-piano-classiquenews-1001-NOTES-CHOPIN

 

 

 

LIRE notre critique du CD A LA MAZUR / CHOPIN : Mazurkas par Gaspard Dehaene :

dehaene-gaspard-cd-piano-chopin-critique-cd-concert-classiquenewsCRITIQUE, cd Ă©vĂ©nement. GASPARD DEHAENE : CHOPIN, « A la mazur » (1 cd 1001 Notes) – Entre ombre et lumiĂšre, sur l’aile de phrasĂ©s pudiquement expressifs, Gaspard Dehaene livre son Chopin, Ă  l’énoncĂ© sobre et clair, d’une vivacitĂ© immĂ©diatement touchante. Ce qu’apporte le pianiste, c’est une comprĂ©hension naturel et libre de l’élĂ©gance passionnĂ©e du grand exilĂ©, de sa pudeur secrĂšte, de ses miroirs crĂ©pusculaires (Nocturne en do diĂšse mineur), de ses soupirs suspendus tels qu’ils se dĂ©ploient avec toute la noblesse de l’intimitĂ© prĂ©servĂ©e dĂšs la Ballade premiĂšre (opus 52 n°4), celle qui a dĂ©cidĂ© le tennisman Dehaene Ă  se dĂ©dier dĂ©sormais au piano. La piĂšce saisit par son ampleur enivrĂ©e, sobrement dĂ©ployĂ©e tel le manifeste personnel d’une passion indĂ©fectible pour la musique. CLIC de CLASSIQUENEWS janvier 2022.

 

____________________________________________________

Précédent cd de Gaspard Dehaene, critiqué sur CLASSIQUENEWS
« Vers l’Ailleurs »
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-piano-poetique-de-gaspard-dehaene-1-cd-1001-notes-vers-lailleurs/

PIANO POÉTIQUECD, critique. VERS L’AILLEURS. GASPARD DEHAENE, piano. Schubert, Liszt, Bruneau-Boulmier (1 cd Collection 1001 Notes – nov 2018). ITINERANCES POETIQUES
 Le pianiste Gaspard Dehaene confirme une sensibilitĂ© Ă  part ; riche de filiations intimes. C’est un geste explorateur, qui ose des passerelles enivrantes entre Schubert, Liszt et la piĂšce contemporaine de Rodolphe Bruneau-Boulmier. Ce 2Ăš cd est une belle rĂ©ussite. AprĂšs son premier (Fantaisie – Ă©galement Ă©ditĂ© par 1001 Notes), le pianiste français rĂ©cidive dans la poĂ©sie et l’originalitĂ©. Il aime prendre son temps ; un temps intĂ©rieur pour concevoir chaque programme ; pour mesurer aussi dans quelle mesure chaque piĂšce choisie signifie autant que les autres, dans une continuitĂ© qui fait sens. La cohĂ©rence poĂ©tique de ce second cd Ă©blouit immĂ©diatement par sa justesse, sa sobre profondeur et dans l’éloquence du clavier maĂźtrisĂ©, sa souple Ă©lĂ©gance. Les filiations inspirent son jeu allusif : la premiĂšre relie ainsi Schubert cĂ©lĂ©brĂ© par Liszt. La seconde engage le pianiste lui-mĂȘme dans le sillon qui le mĂšne Ă  son grand pĂšre, Henri QueffĂ©lec, Ă©crivain de la mer, et figure inspirant ce cheminement entre terre et mer, « vers l’Ailleurs ». En somme, c’est le songe mobile de Schubert, – le wanderer / voyageur, dont l’errance est comme rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©e et superbement rĂ©investis, sous des doigts complices et fraternels.

DIJON : Le Cosi fan tutte du duo Tourniaire et Pitoiset

cosi fan tutte tourniaire mozart opera dijon pitoisetDIJON, opĂ©ra. MOZART : Cosi fan tutte, 6 – 12 fĂ©v 2022. Deux jeunes vantards sont sĂ»rs de leurs fiancĂ©es respectives, car chacun pense que sa bien-aimĂ©e lui est indĂ©fectiblement fidĂšle. Mais il croise le chemin d’un vieux malin roublard qui connaĂźt le cƓur humain, et les intermittences de l’amour
 dĂ©cidĂ© Ă  leur donner une leçon, il leur lance un pari. Les deux amants vaniteux en auront pour leur compte

Cosi fan tutte est la 3Ú comédies (drama giocoso) conçu par le légendaire duo Lorenzo da Ponte (livret) et Mozart (musique)

AprĂšs Le Nozze di Figaro et Don Giovanni, Cosi fan tutte, l’opĂ©ra adorĂ© de Richard Strauss qui fut l’un des premiers Ă  le dĂ©fendre, – et Ă  le diriger, Ă©gratigne certes l’inconstance des femmes (cosi fan tutte / ainsi font-elles toutes, ainsi font les femmes), mais se moque de la naĂŻvetĂ© humaine, celle de jeunes hommes trop orgueilleux. Les 4 amants (Ferrando et Guglielmo et leurs fiancĂ©es, Dorabella et Fiordiligi) sont ainsi la proie des machinations et dĂ©guisements de deux complices qui ont roulĂ© leur bosse : Alfonso et la servante piquante, facĂ©tieuse des deux Ă©cervelĂ©es napolitaines, Despina.

COSI FAN TUTTE / MOZARTboutonreservation
Les 6 (15h) / 8, 10 et 12 fév 2022 à 20h
Auditorium de Dijon
Nouvelle production de l’OpĂ©ra de Dijon

Durée 3h30
Direction musicale : Guillaume Tourniaire
Mise en scÚne et scénographie : Dominique Pitoiset

Orchestre Dijon Bourgogne
ChƓur de l’OpĂ©ra de Dijon

_________________________________

RÉSERVEZ VOS PLACES directement sur le site de l’OpĂ©ra de Dijon
https://opera-dijon.fr/fr/au-programme/calendrier/saison-21-22/cosi-fan-tutte/

Fiordiligi : Andreea Soare
Dorabella : Fiona Mc Gown
Despina : Andrea Hill
Ferrando : Maciej Kwaƛnikowski
Guglielmo : Timothée Varon
Alfonso : David Bizic

Rigoletto en direct du MET. Kelsey, Beczala, Rustioni

CINEMA, OpĂ©ra en direct. VERDI : Rigoletto. Le 29 janv 2022, 18h55. Enfin un nouveau direct du Met (New York Metropolitan Opera), la nouvelle production de l’opĂ©ra que Verdi a conçu d’aprĂšs Victor Hugo (Le Roi s’amuse) : Rigoletto. La production de Bartlett Sher transpose l’action dans la RĂ©publique de Weimar (dĂ©cors et costumes crĂ©ant une ambiance d’inspiration Art DĂ©co, propre aux annĂ©es 1920).  Le baryton Quinn Kelsey incarne pour la premiĂšre fois au Met le rĂŽle-titre, celui du nain sarcastique et acide qui sera pris Ă  son propre piĂšge (formidable emploi pour un baryton soucieux de jouer autant que chanter)
 entourĂ© de la soprano Rosa Feola (Gilda, fille sacrifiĂ©e du nain) et du tĂ©nor Piotr Beczala, familier du rĂŽle du Duc de Mantoue, prince Ă  l’insouciance barbare, sous la direction de Daniele Rustioni, directeur musical de l’OpĂ©ra de Lyon.

 

 

Met-opera-direct-du-MET-cinema-Rigoletto-Rustioni-beczala-critique-opera-classiquenews

 

 

Lors d’un bal costumĂ©, le bouffon Rigoletto humilie les invitĂ©s victimes des manƓuvres du duc de Mantoue, sĂ©ducteur sans vergogne. Pour lui faire payer ses moqueries, les ennemis de Rigoletto imaginent une entreprise de destruction pernicieuse, prenant en otage sa fille Gilda, qu’ils pensent ĂȘtre sa maĂźtresse. Quand le bouffon rĂ©alise avoir Ă©tĂ© la cible d’un mauvais tour, il dĂ©cide de se venger avec l’aide du brigand Sparafucile. Mais l’issue ne sera pas celle qu’espĂ©rait le bouffon dĂ©masqué 

VERDI : Rigoletto en direct du Met / Durée: 3h26
2 entractes

PLUS D’INFOS sur le site de PathĂ©
https://www.pathelive.com/rigoletto-21-22

Cast / distribution
Live in HD du Metropolitan Opera de New-York :

« RIGOLETTO » de Giuseppe Verdi
Samedi 29 janvier à 18h55 dans plus de 150 cinémas en France
Direction musicale: Daniele Rustioni
Mise en scÚne:  Bartlett Sher
Distribution : Quinn Kelsey ( Rigoletto), Rosa Feola (Gilda), Piotr Beczala (Duc de Mantoue), Andrea Mastroni (Sparafucile), Varduhi Abrahamyan (Maddalena)

 

 

beczala-Kelsey-rigoletto-MET-opera-annonce-critique-classiquenews

 

TirĂ© de la cĂ©lĂšbre piĂšce de Victor Hugo, Le Roi s’amuse, Rigoletto est l’un des piliers du rĂ©pertoire lyrique. Le Met accueille une nouvelle production de cette impitoyable tragĂ©die oĂč la victime finale n’est pas celle que l’on croit…

 

 

 

 

LILLE, ON LILLE : 3, 4 et 5 fév 2022. SCINTILLEMENTS : Boulanger, Parra, Liszt, Stravinsky


ANGELICH nicholas-angelich-cjean-franois-leclercq---eratojpgLILLE, ON LILLE : 3, 4 et 5 fĂ©v 2022. SCINTILLEMENTS : Boulanger, Parra, Liszt, Stravinsky
 Programme copieux et scintillant au Nouveau SiĂšcle Ă  Lille pour lequel l’Orchestre National de Lille invite le pianiste Nicholas Angelich dans le Concerto n°2 de Liszt et joue aussi Boulanger et L’Oiseau de feu du flamboyant et fĂ©erique Stravinksy (version 1919) 
 tout en assurant la crĂ©ation française de la nouvelle partition d’Hector Parra, ex compositeur en rĂ©sidence : « Avant la fin 
 Vers oĂč? », commande de l’Orchestre et dont le titre serait-il annonciateur du futur de l’humanitĂ© ?

AmĂ©ricain de naissance mais français de cƓur, Nicholas Angelich relĂšve les dĂ©fis du Concerto pour piano n°2 de Liszt dont sa prodigieuse digitalitĂ© expressive et caressante devrait rĂ©vĂ©ler et le gĂ©nie mĂ©lodique et l’intelligence de l’architecture! Ce grand moment de musique est prĂ©cĂ©dĂ© par le lumineux et pastorale « D’un matin de printemps » de Lili Boulanger, sƓur cadette de Nadia, hĂ©las fauchĂ©e trop tĂŽt ; la musique scintillante pour le ballet l’Oiseau de feu rĂ©vĂ©la le jeune Stravinsky sur la scĂšne mondiale : aprĂšs Petrouchka et avant Le Sacre du Printemps, Stravinsky façonne ainsi la musique moderne dont l’urgence rythmique, le lyrisme mĂ©lodique offrent une claire rĂ©sonance visionaire Ă  la guerre mondiale Ă  venir. Poursuivant une carriĂšre internationale (ancien directeur musical de La Monnaie et de l’Orchestre de Seattle), le chef Ludovic Morlot rĂ©alise aussi la crĂ©ation de la nouvelle piĂšce d’ HĂšctor Parra, ancien compositeur en rĂ©sidence au sein de l’Orchestre Lillois. AprĂšs « Inscape », immersion aux confins de l’univers, « Avant la fin 
 Vers oĂč? » s’inspire d’un texte de l’écrivaine Marie N’Diaye (Prix Goncourt 2009) qui questionne et explore la psychologie humaine : « un voyage tout aussi fou qu’inĂ©dit ».

Concert SCINTILLEMENTS
Nicholas Angelich dans un concerto à sa (dé)mesure.

Lille – Auditorium du Nouveau Siùcleboutonreservation
Jeudi 3 fĂ©vrier 2022 — 20h
± 1h45 avec entracte

RÉSERVEZ VOS PLACES directement sur le site de l’ON LILLE
/ ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE :
https://www.onlille.com/saison_21-22/concert/scintillements/

Orchestre National de Lille
30 Place MendĂšs France BP 70119 / 59027 Lille cedex
+33 (0)3 20 12 82 40
Accueil-billetterie : 3 place MendĂšs France
Billetterie est ouverte au public :
du lundi au vendredi, de 10h Ă  18h
par téléphone de 10h à 13h et de 14h à 17h30
au 03 20 12 82 40

Programme repris en région
(Pas de billetterie O.N.L / billetterie extérieure)

Vendredi 4 fĂ©vrier 2022 — 20h
Valenciennes, le phénix
—

Samedi 5 fĂ©vrier 2022— 20h
Comines, Lys Arena

BOULANGER
D’un matin de printemps

PARRA
Avant la fin
Vers oĂč ?
[Co-commande de l’ONL et de la Orquesta
SinfĂłnica de España – CrĂ©ation française]

LISZT
Concerto pour piano n°2

STRAVINSKY
L’Oiseau de feu, version 1919

Ludovic Morlot, direction
Nicholas Angelich, piano
Orchestre National de Lille

PARIS, Gaveau. RĂ©cital les Femmes dansent par Axia Marinescu, piano

marinescu piano elles dansent piano cd critique review cd classiquenewsPARIS, Gaveau, le 30 janv 2022. Les femmes dansent. RĂ©cital AXIA MARINESCU piano. Eclectique, dĂ©fricheuse, toujours inspirĂ©e, la pianiste Axia Marinescu « ose » l’inĂ©dit et l’exploration. Les Ɠuvres ainsi dĂ©voilĂ©es fourmillent dans ce programme riche en joyaux mĂ©connus ; de la Gigue de Jacquet de la Guerre Ă  la danse sacrĂ©e de Mel Bonis, aux Larghetto, Valse lente, Sicilienne de Germaine Tailleferre, bouillonne chez toutes, une claire Ă©nergie, et chez l’interprĂšte la volontĂ© exclamative de faire danser le clavier. Ce sont 3 siĂšcles (XVIIĂš – XXĂš) qui dialoguent ici, affirmant pour chaque partition, le tempĂ©rament bien trempĂ© de compositrices aussi convaincantes et argumentĂ©es que mĂ©sestimĂ©es ou carrĂ©ment oubliĂ©es. A l’écoute des imaginaires inconnus, Axia Marinescu, ballerine devenu pianiste, s’entend Ă  dĂ©voiler l’écriture de femmes audacieuses, que l’esprit et les rythmes de la danse, ont superbement inspirĂ©es. Le programme paru en octobre 2021 (format numĂ©rique) souligne la sortie du cd physqiue en janvier 2022.

 

 

 

 

PARIS, Salle GAVEAUboutonreservation
Dim 30 janvier 2022, 11h
https://www.sallegaveau.com/spectacles/axia-marinescu
Concert de sortie du cd Les femmes dansent
(1 cd Klarthe records)
https://www.klarthe.com/index.php/fr/enregistrements/les-femmes-dansent-detail

Plus d’information sur le site d’Axia Marinescu
http://www.axiamarinescu.com/index.html

 

 

_____________________________________

VOIR le teaser du cd Les femmes dansent par Axia Marinescu (1 cd Klarthe records)

 

 

 

 

 

 

Programme du cd et du concert Les Femmes dansent …
_____________________________________

MARIE JAËLL (1846-1925)
Valses mélancoliques no.1, 2, 4, 5
Valses mignonnes no. 1-3

PAULINE VIARDOT (1821-1910)
Mazurka

ELISABETH JACQUET DE LA GUERRE (1665-1729)
Suite no.5 (extraits):
Gigue no.2
Sarabande
Rigaudon
Rigaudon no.2

GERMAINE TAILLEFERRE (1892-1983)
Larghetto et Valse lente
Sicilienne

CÉCILE CHAMINADE (1857-1944)
Mazurk’ suĂ©doise
Danse créole
Valse d’automne

LOUISE FARRENC (1804-1875)
Valse brillante op.48

MEL BONIS (1858-1937)
Danse sacrée op.35-38
Bourrée op. 62
Los gitanos (grande valse espagnole) op.15

 

 

 

 

CULTUREBOX. Le Malade imaginaire version comédie-ballet

CULTUREBOX : 31 janv 2022. MOLIERE : Le Malade imaginaire. Pour son premier anniversaire, du 31 janvier au 6 février 2022 redécouvrez Le Malade imaginaire, dans sa forme originale de comédie-ballet, piÚce de MoliÚre (400 ans en 2022), musiques et ballets de Marc-Antoine Charpentier.

 

 

malade-imaginaire-moliere-charpentier-replay-classiquenews-vod-critique-ballet-opera-classiquenews-tavernier-masse

 

 

Synopsis
Argan s’écoute un peu trop, son corps et son Ăąme sont en souffrance : il se croit gravement malade — toute sa famille doit vivre sous la gouverne de cette tyrannique imagination. Les uns voient tout le profit Ă  en tirer : BĂ©line, sa seconde Ă©pouse, aidĂ©e du notaire Bonnefoi, spĂ©culent sur une mort prochaine pour capter l’hĂ©ritage ; le mĂ©decin Purgon et l’apothicaire Fleurant attendent au contraire de leur client une inĂ©puisable source de larges revenus ; le docteur Diafoirus compte bien tirer le meilleur profit d’un mariage entre son mĂ©decin de fils (Thomas) et AngĂ©lique, fille d’Argan, principale victime de la monomanie paternelle. Toujours les femmes subissent l’arrogance des mĂąles en puissance. D’autres cherchent Ă  ouvrir les yeux au prĂ©tendu malade : BĂ©ralde, son frĂšre, et Toinette, sa fidĂšle servante. Avec la toute prochaine annonce du mariage, tous les ressorts ainsi tendus se mettent soudain Ă  jouer — pendant qu’en ville le carnaval se dĂ©chaĂźne


Le Malade imaginaire est nĂ© de l’imagination du gĂ©nial MoliĂšre, alors au terme de sa carriĂšre. Le brio du texte, la vĂ©ritĂ© brĂ»lante des tirades ne reflĂštent en rien l’angoisse d’un auteur en semi-disgrĂące, minĂ© par la maladie, conscient de sa mort prochaine. Au contraire, la comĂ©die-ballet, Ă©crite Ă  l’occasion des traditionnelles fĂȘtes du dĂ©but d’annĂ©e, expose le triomphe progressif du carnaval sur la neurasthĂ©nie d’Argan et la tristesse qui ronge toute sa maisonnĂ©e. EcartĂ© par Lully, surintendant de la musique avec lequel MoliĂšre avait pourtant Ă©laborĂ© pas Ă  pas l’opĂ©ra français, Poquelin expose en rĂ©alitĂ© une splendide leçon de vie qui s ‘appuie avant Balzac ou Zola, sur une Ă©loquente connaissance de la nature humaine. Dans une lecture contrastĂ©e, thĂ©Ăątralement magistrale, MoliĂšre arrache les masques tristes — BĂ©line, Bonnefoi, Diafoirus, Fleurant et autres Purgon — pour exalter les masques joyeux — Toinette en mĂ©decin, ClĂ©ante en maĂźtre de musique, Argan lui-mĂȘme en faux mort — jusqu’au dĂ©lire final,
l’immense et folle cĂ©rĂ©monie finale. Du pain bĂ©ni pour le compositeur qui relĂšve le dĂ©fi de cette vĂ©ritable comĂ©die humaine mi comique mi tragique.

400 ANS de MOLIERE : 1622 – 2022. Le Malade imaginaire
Captation 29 janvier 2022 au Théùtre Graslin à Nantes
2h30mn

Musique : Marc-Antoine Charpentier

Mise en scĂšne : Vincent Tavernier

Chorégraphies : Marie-GeneviÚve Massé

Avec les comĂ©diens des Malins Plaisirs, les solistes et les musiciens du Concert Spirituel et les danseurs de la Compagnie L’Éventail

 

 

________________________________________

VOIR sur culturebox dĂšs le 31 janv
EN REPLAY jusqu’au 6 fĂ©v 2022
https://www.france.tv/spectacles-et-culture/

 

 

 

PARIS, BAL BLOMET. Récital de Gaëlle SOLAL : La Grande Traversée

solel-gaelle-guitare-bal-blomet-annonce-concert-critique-cd-tuhu-classiquenewsPARIS, le 2 fĂ©v 2022. GaĂ«lle SOLAL : guitare enchantĂ©e. RĂ©cital Ă©vĂ©nement ce 2 fĂ©vrier 2022 Ă  Paris au BAL BLOMET. L’ex professeure de guitare aux Conservatoires de SĂ©ville et Cordoue, a repris sa carriĂšre de rĂ©citaliste en 2006. En 2009, c’était un voyage formateur et dĂ©cisif au BrĂ©sil qui enrichit davantage sa formidable sensibilitĂ© artistique. Aujourd’hui professeure invitĂ©e au Conservatoire Royal de Gand, GaĂ«lle SOLAL a rĂ©cemment publiĂ© un album Ă©blouissant, intitulĂ© « TUHU », petite flamme, en hommage Ă  Villa-Lobos dont GaĂ«lle a transcrit nombre de mĂ©lodies. Le swing, l’élĂ©gance, la respiration font du jeu de GaĂ«lle SOLAL un hymne Ă  la finesse heureuse. La palette des nuances expressives est large, le geste onirique et l’esprit de la danse, souverain. Pour son rĂ©cital parisien, GaĂ«lle Solal invite Ă  une Grande TraversĂ©e, rĂ©fĂ©rence Ă  ses voyages fraternels, ses rencontres mĂ©tissĂ©es ; c’est une soirĂ©e Ă©clectique en compagnie de ses complices Sarah ThĂ©ry (mezzo-soprano) et NoĂ«mi Waysfeld (chanteuse), « vagabondant » de l’Europe Ă  l’AmĂ©rique Latine sans omettre le rĂ©pertoire et l’ñme Yiddish.

 

 

Récital Gaëlle Solal, guitareboutonreservation
Mercredi 2 février 2022 à 20h
PARIS, Bal Blomet – Paris 15e

 

 

 

RÉSERVEZ VOS PLACES directement sur le site du BAL BLOMET :
http://www.balblomet.fr/evenement/gaelle-solal/edate/2022-02-02/

 

 

LIRE aussi notre critique complĂšte du cd TUHU de GaĂ«lle SOLAL, CLIC de CLASSIQUENEWS – paru en dĂ©cembre 2020.
CD Ă©vĂ©nement, critique. «  TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019). QuelleSOLAL gaelle guitare TUHU villa lobos review cd critique classiquenews audora serait la quintessence du spleen brĂ©silien ? En voici un remarquable proposition. L’album concrĂ©tise tout une dĂ©marche personnelle et intime cultivĂ©e autour des partitions de Villa-Lobos ; la guitariste GaĂ«lle SOLAL est mĂȘme parti au BrĂ©sil pour y dĂ©couvrir comment est vĂ©cue la musique du compositeur brĂ©silien, comment elle est jouĂ©e (entre autres au sein des « roda », ces rondes de musiciens que se forment par affinitĂ©s autour d’une table Ă  Rio
) et ce qui perpĂ©tue son hĂ©ritage. Il en dĂ©coule cet album « Tuhu », (prononcer tou-hou / et qui signifie « petite flamme »), surnom donnĂ© Ă  Villa-Lobos par sa mĂšre (par ce que l’enfant avait la passion des trains) ; et aussi dernier mouvement de la Suite composĂ©e par Roland Dyens en hommage au BrĂ©silien
.

 

 

PARIS, Le Bal Blomet – 33 r Blomet 75015 PARIS
http://www.balblomet.fr/evenement/gaelle-solal/edate/2022-02-02/
Le café du Bal Blomet ouvert à partir de 18h45

 

 

 

 

LILLE, ON LILLE. A l’EST, du nouveau ! Bartok, Chostakovitch

LILLE ON LILLE, le 27 janvier 2022. Á L’EST, DU NOUVEAU ! Le chef nĂ©erlandais Antony Hermus (rĂ©cemment nommĂ© chef principal du National de Belgique) dirige l’Orchestre National de Lille. Le programme annoncĂ© promet un passionnant pĂ©riple musical. CrĂ©Ă© en 1929, l’opĂ©ra Nouvelles du jour de Hindemith scandalisa Hitler qui quitta bruyamment la salle.
Boris_Giltburg_orchestre national de lille - classiquenews pianoLe Concerto n°3 est l’une des Ɠuvres les plus lumineuses de BartĂłk. Son mouvement lent, sublime musique nocturne, est portĂ© ici par l’immense pianiste Boris Giltburg.
Partition libĂ©ratrice, la Symphonie n°10 de Chostakovitch, un autre tĂ©moignage historique. AprĂšs la mort de Staline (1953), Chostakovitch accĂšde Ă  des fonctions officielles. Auparavant pour exorciser la pression et les tensions passĂ©es, il compose sa DixiĂšme symphonie, Ɠuvre cathartique tant il a souffert de la dictature et de la terreur imposĂ©es par Staline. Le Scherzo brosse le portrait critique du dictateur dĂ©cĂ©dĂ©. Le compositeur rĂšgle ses comptes sous le masque musical. La piĂšce retrace les heures les plus sombres du communisme soviĂ©tique. Le terrible climat tragique de l’Ɠuvre ne se lĂšve que dans le Finale, oĂč le compositeur rĂ©pĂšte les initiales de son nom D-S-C-H (tirĂ©s de son prĂ©nom et de son nom : Dmitri Chostakovitch ), signature magistralement assumĂ©e qui affirme la victoire du compositeur sur le dictateur !

A l’Est, du nouveau !boutonreservation
Jeudi 27 janvier — 20h
Lille – Auditorium du Nouveau Siùcle
± 1h50 avec entracte

HINDEMITH
Nouvelles du jour – ouverture

BARTÓK
Concerto pour piano n°3
Boris Giltburg, piano

CHOSTAKOVITCH
Symphonie n°10

Orchestre National de Lille
Anthony Hermus, direction

RÉSERVEZ VOS PLACES directement sur le site de l’ON LILLE
ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
https://www.onlille.com/saison_21-22/concert/a-l-est-du-nouveau/

Concert repris en région
Vendredi 28 janvier 2022 — 20h‹Ypres, Het Perron

TOURS, OpĂ©ra. DOULCE MÉMOIRE : La roulotte d’Arlequin, crĂ©ation

roulotte-arlequin-doulce memoire creation classiquenewsTOURS, OpĂ©ra, les 22, 23 fĂ©v 2022 : La Roulotte d’Arlequin. Doulce MĂ©moire. 1560-1960 : de la Commedia dell’arte Ă  la Dolce Vita – crĂ©ation de la nouvelle production concoctĂ©e par Doulce MĂ©moire soit une comĂ©die musicale Renaissance, d’un nouveau genre, mĂ©tissĂ©e et burlesque qui puise Ă  une double source : d’abord, la comĂ©die madrigalesque La Pazzio Senile (La Folie SĂ©nile) d’Adriano Banchieri (1568-1634) ; puis les chansons italiennes des annĂ©es 1960. Ici et lĂ , mĂȘme effusion et vertiges amoureux, mĂȘme vitalitĂ© et sĂ©duction mĂ©lodiques, mĂȘmes situations piquantes et sensuelles Ă  plusieurs sens


 

 

LA ROULOTTE D’ARLEQUINboutonreservation
DOULCE MEMOIRE
Mardi 22 / Mercredi 23 février 2022, 20h
TOURS, Grand Théùtre
PremiÚre mondiale / Création

RÉSERVEZ VOTRE PLACE directement sur le site de l’OpĂ©ra de TOURS
https://operadetours.fr/fr/programmation/la-roulotte-d-arlequin

PLUS D’INFOS sur le site de DOULCE MEMOIRE
http://www.doulcememoire.com/agenda/roulotte-22012022/

 

 

La Roulotte d’Arlequin, se situe en Italie en plein miracle Ă©conomique, dans les annĂ©es 1960. Heureuse et joyeuse Ă©poque oĂč l’on roule en Fiat 500 et en Vespa ! Une troupe d’artistes chemine sur les routes en roulotte pour donner, de village en village, La Pazzia Senile, une comĂ©die madrigalesque du compositeur de la Renaissance, Adriano Banchieri.

La Roulotte au dĂ©but du spectacle a l’aspect d’un CHARIOT sur lequel on transporte les objets du quotidien et de thĂ©Ăątre. On fait halte, on rĂ©pare les costumes, on installe des tables, on joue, on mange la pasta, on chante le fameux rĂ©pertoire du Festival de San Remo dans les annĂ©es 1960 : Come prima, Volare, Parole parole, Mambo italiano dansĂ© par Sophia Loren, Tu vuoi far l’americano, par les stars de l’époque : Ornella Vanoni, Mina, Peppino di Capri, Dalida
 mais on chante aussi des villanelles d’inspiration populaire du XVIĂšme siĂšcle.

Puis la joyeuse troupe dĂ©ploie la ROULOTTE qui devient, sous les yeux du public, un thĂ©Ăątre ambulant. Sur son plateau, les artistes de la troupe reprĂ©sentent la comĂ©die madrigalesque de Banchieri (1568-1634) la plus fameuse de son temps : La Pazzia Senile (La Folie SĂ©nile), une mise en musique dĂ©jantĂ©e d’un canevas de Commedia dell’Arte. Un Docteur de commedia bedonnant et pĂ©rorant entend marier sa fille au vieux marchand libidineux de Murano, Pantalon. La fille, elle, prĂ©fĂšre bien sĂ»r le jeune bellĂątre qui soupire, mais est incapable de prendre une initiative. Heureusement, le valet de Pantalon, Pantalon, vif, souvent balourd, mais ĂŽ combien malicieux, prend les choses en mains
 une comĂ©die dĂ©lirante, farcesque et mordante qui compte aussi sur le tempĂ©rament de Laureta, courtisane, haute en couleurs !

 

 

 

FARCE AMOUREUSE ET DOLCE VITA

 

Entre chaque acte de La Pazzia Senile, Banchieri avait Ă©crit des intermĂšdes musicaux, modifiĂ©s librement Ă  chaque rĂ©Ă©dition. La troupe de joyeux lurons dĂ©cide elle aussi, en toute libertĂ©, de remplacer les intermĂšdes par des chansons et des chorĂ©graphies de leur temps vues Ă  la RAI, la tĂ©lĂ©vision italienne. Les personnages des chansons y sont proches des types de la Commedia. Des Sixtie’s Ă  La Folie SĂ©nile s’écoule une mĂȘme verve enjouĂ©e, satirique et poĂ©tique.

La Roulotte d’Arlequin diffuse l’esprit des trĂ©teaux en itinĂ©rance, sur les places des villages. Joyeuse, irrĂ©vĂ©rencieuse, libre et dĂ©jantĂ©e, elle incarne l’invention du thĂ©Ăątre satirique, d’autant plus fantaisiste et juste dans ce dialogue fertile avec les chansons populaires italiennes des annĂ©es 1960, de la Dolce Vita, de la redĂ©couverte de la commedia dell’arte et de la Renaissance. DOULCE MEMOIRE rend hommage Ă  la musique italienne d’essence populaire, qu’elle soit de 1560 ou de 1960 : d’une Ă©poque, l’autre, un mĂȘme charme immĂ©diat, une mĂȘme Ă©nergie, une mĂȘme Ă©motion son rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©es, diverses mais pourtant semblables.

 

 DOULCE-MEMOIRE-ROULOTTE-D-ARLEQUIN-critique-annonce-classiquenews

 

 

Direction artistique et musicale, Denis Raisin Dadre
Mise en scĂšne, Philippe Vallepin

La Servante, Franchescina / La Courtisane, Lauretta (soprano), VĂ©ronique Bourin.
L’Amoureuse, Doralice (soprano), Camille Fritsch.
Le Zanni, Arlequin (ténor), Hugues Primard.
L’Amoureux, Fulvio (tĂ©nor), Almeno Gonçalves.
Le Docteur, Graziano / Le Capitaine, Spavento (baryton), Matthieu Le Levreur.
Un marchand de Murano, Pantalone (baryton – basse), Antoine Pluche

Flûtes, Denis : Raisin Dadre
Luth, guitares : Miguel Henry
Pianino, clavecin : CĂ©dric Piromalli

 

 

 

 

_____________________

VOIR LE TEASER VIDEO :
https://www.youtube.com/watch?v=7LcvWTArGVM&t=2s

 

 

 

 

En direct ARTE : LA FOLLE JOURNÉE SCHUBERT le Voyageur, concert de clîture

Schuebrt-folle-journee-concerts-2022-schubert-janvier-2022-critique-concerts-presentation-elmire--orchestre-consuelo-VJ-LaferriereARTE, en direct de Nantes : dim 30 janv 2022, 17h30. La Folle JournĂ©e de Nantes : spĂ©ciale “Franz Schubert der Wanderer / Le Voyageur”… LE GÉNIE DISCRET
 AprĂšs avoir pris son indĂ©pendance en 1818, Schubert mĂšne une vie nomade et bohĂšme. Vivant modestement de sa musique, il peut compter sur le soutien de ses fidĂšles et gĂ©nĂ©reux amis, qu’ils soient musiciens, artistes peintres, poĂštes etc. Tous le surnomment « schwĂ€mmerl » / champignon, ou petite Ă©ponge, car sa petite taille (1m57) qui l’a dispensĂ© de service militaire, est inversement proportionnel Ă  son gĂ©nie musical ; Ă  Vienne, aprĂšs Haydn et Mozart, dans l’ombre de Beethoven (figure Ă©crasante et admirĂ©e), Schubert compose Ă  sa façon quatuors et lieder, mais aussi, des symphonies d’un souffle et d’une profondeur aussi impressionnantes que celle de Ludwig. Timide, encore peu cĂ©lĂ©brĂ© Ă  la mesure de son talent, Schubert aura l’honneur du seul concert des Ɠuvres jouĂ©es de son vivant, en 1828, mais pourtant mis en avant, il refuse de monter sur scĂšne car il n’aime pas le monde ni la foule. ARTE diffuse le concert de clĂŽture de la Folle JournĂ©e 2022 dĂ©diĂ©e au tempĂ©rament d’un SCHUBERT sincĂšre et bouleversant, entre autres ici rĂ©vĂ©lĂ© par ses piĂšces maĂźtresses chambristes et aussi plusieurs versions inĂ©dites de lieder pour voix et orchestre par le nouveau Collectif (“Consuelo”) fondĂ© / dirigĂ© par le violoncelliste inspirĂ© Victor JULIEN-LAFERRIERE… Incontournable.

17h30-19h
Concert de clÎture de la Folle Journée à Nantes
en direct avec Arte

Franz Schubert
Fantaisie en fa mineur op. posth. 103 D. 940 pour piano Ă  quatre mains
Geister Duo duo de piano
Adam Laloum piano

Trio pour violon, violoncelle et piano n°2 en mi bĂ©mol majeur op. 100 D. 929 (extrait) – Quintette pour violon alto violoncelle contrebasse et piano en la majeur op. posth. 114 D 667 «Die Forelle» (La Truite) (extrait) : Andantino – Rosamunde op. 26 D 797 (extraits) : Musique de scĂšne en une ouverture et dix parties pour soprano, chƓur et orchestre – Symphonie n°5 en si bĂ©mol majeur D 485 (extrait) : Allegro – Sonate Arpeggione en la mineur D 821pour arpeggione et piano – version pour violoncelle et orchestre Ă  cordes

Mi-Sa Yang violon
Anastasia Kobekina violoncelle
Guillaume Chilemme violon
Manuel Vioque-Judde alto
Astrig Siranossian violoncelle
Lorraine Campet contrebasse
Nathanaël Gouin piano

Transcription pour voix et orchestre :arte_logo_2013
Gretchen am Spinnrade D 118
An Sylvia op. 106 n°4 D 891
An die Musik op. 88 n°4 D 547
Erlkönig op. 1 D 328
Marion Tassou soprano
Orchestre Consuelo
Victor Julien-LaferriĂšre direction
Diverses Ɠuvres de Schubert

LILLE et LYON, les 20 et 21 janv 2022. L’ON LILLE joue Schumann et Brahms

Frank_Peter_Zimmermann_328px_21-22ON LILLE, LYON. Les 20 et 21 janv 2022. SCHUMANN, BRAHMS
 L’Orchestre et son directeur musical Alexandre Bloch invitent le violoniste allemand Frank Peter Zimmermann (et son Stradivarius de 1711, “Lady Inchiquin ») pour jouer le Concerto pour violon de Schumann, crĂ©Ă© par Yehudi Menuhin en 
 1933. En seconde partie de concert : Brahms et sa 2Ăšme Symphonie, composĂ©e dans les Alpes autrichiennes.
Avant de nouveaux troubles psychiques, Robert Schumann s’enthousiasme aprĂšs sa rencontre avec le violoniste Joseph Joachim (Ă©tĂ© 1853) pour l’écriture d’un Concerto pour violon. Accommodant, le compositeur gĂ©nial dĂ©clare Ă  son dĂ©dicataire : « Dites-moi tout ce qui ne vous paraĂźt pas trop difficile (.
) Rayez tout ce qui a le goĂ»t de l’inexĂ©cutable »  HĂ©las Schumann en proie au dĂ©rĂšglement mental, s’enfonce dans la nuit : il en mourra en 1856. Brahms, ami des Schumann propose de reporter sine die la crĂ©ation du Concerto.

 

 

LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcleboutonreservation
Jeudi 20 janvier 2022 — 20h

à LILLE / sur internet / par téléphone du lundi au vendredi 10h-18h : 03 20 12 82 40
PASS SANITAIRE REQUIS

Repris Ă  LYON
Auditorium de l’Orchestre National de Lyon
Vendredi 21 janvier 2022 – 20h

 

 Programme “BONHEUR ORCHESTRAL”

SCHUMANN
Concerto pour violon
Frank Peter Zimmermann, violon

BRAHMS
Symphonie n° 2

Orchestre National de Lile
Alexandre Bloch, direction

 

 

Schumann_robert_570DĂ©posĂ© dans les archives nationales prussiennes, le manuscrit est exhumĂ© par la petite niĂšce de Joachim, Jelly d’ArĂĄnyi ; mais du fait de son origine juive, le pouvoir nazi organise la crĂ©ation le 19 octobre 1933 avec le violoniste “aryen” Georg Kulenkampff, avant que 
 d’opiniĂątre et lĂ©gitime, Jelly d’ArĂĄnyi ne redonne la piĂšce le lendemain et que Yehudi Menuhin n’interprĂšte le concerto aux États-Unis en novembre 1933, soulignant combien la partition est un trĂ©sor schumannien, “chaĂźnon manquant entre Beethoven et Brahms”.

Brahms johannes concertos pianos orchestre par adam laloum nelson freire critique annonce par classiquenewsSYMPHONIE N°2 de BRAHMS
 ÉtĂ© 1877, Brahms sĂ©journe Ă  Pörtschach, station balnĂ©aire prĂšs de la Wörthersee (Alpes Autrichiennes). Le cadre alpestre l’inspire ; les mĂ©lodies pleuvent
 il n’a qu’« Ă  se pencher pour les ramasser ». La Symphonie n°2 de Brahms est l’une de ses plus heureuses (les deuxiĂšme et troisiĂšme mouvements diffusent une paix recouvrĂ©e), en lien avec sa villĂ©giature heureuse ; c’est une « petite symphonie gaie, tout Ă  fait innocente » dit son auteur qui Ă©crit simultanĂ©ment Ă  l’éditeur Simrock : « Je n’ai encore rien Ă©crit d’aussi triste [...] : la partition devrait ĂȘtre Ă©ditĂ©e avec un cadre noir ». L’ambiguitĂ© brahmsienne est lĂ , dans cette double nature, dĂ©jĂ  incarnĂ©e par son modĂšle, Schumann. Profonde et tendre, langoureuse, inquiĂšte et Ă©trangement apaisĂ©e comme lumineuse, la symphonie n°3 de Brahms est d’une richesse indicible.

 

 

 

 

ARTE. Thielemann joue la 7Ăšme Symphonie de Bruckner (Sazlbourg 2021)

VERTIGES SYMPHONIQUESARTE, Lundi 31 janv 2022, 00h50. MAHLER, BRUCKNER. Thielemann, Wiener Philh. En 2021, Christian Thieleman poursuit son intĂ©grale des symphonies de Bruckner, work in porogress qui devrait trouver apothĂ©ose pour 2023, (bicentenaire de la naissance de Bruckner). Au Festival de Salzbourg (Ă©tĂ© 2021), le chef et les Wiener Philharmoniker, Orch Philharmonique de Vienne, jouent la 7Ăš de Bruckner en mi majeur. CrĂ©Ă©e en 1884 Ă  Leipzig, la partition grandiose et grave, rend hommage au compositeur que vĂ©nĂšre Bruckner : Wagner (Adagio), dĂ©cĂ©dĂ© deux annĂ©es auparavant. Depuis Visconti a rendu cĂ©lĂšbre la 7Ăš en l’utilisant pour son film Senso. CouplĂ©s Ă  la Symphonie n°7 de Bruckner, les RĂŒckertlieder de Mahler chantĂ©s par Elina Garance, avec laquelle Thielemans Ă  Salzbourg Ă©galement, avait interprĂ©tĂ© les Wesendonck lieder de Wagner.

 

EN REPLAY sur ARTEconcert, jusqu’au 29 avril 2022

 

 

 

 

 

 

Approfondir

——————————————————————————————————–

Les autres symphonies de Bruckner jouées enregistrées par Christian Thielemann :

 

bruckner symph 4_thielemann wiener philharmoniker cd critique review classiquenews 500x500CD Ă©vĂ©nement critique. BRUCKNER symphonie n°4 / WAB 104 (Edition Haas – Thielemann, Wiener Philh. 2020, Salzbourg, 1 cd SONY) – VoilĂ  dĂ©jĂ  le 3Ăš volume d’une future intĂ©grale Bruckner par Christian Thielemann, Ă  la tĂȘte des Wiener Philharmoniker. L’orchestre autrichien semble comprendre naturellement l’écriture brucknĂ©rienne puisqu’il la joue depuis 1873 : une continuitĂ© et une histoire qui explique d’évidentes affinitĂ©s. La 4Ăš, crĂ©Ă©e en 1881, est un sommet entre puissance, spiritualitĂ© et tendresse pastorale.
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-critique-bruckner-symphonie-n4-wab-104-edition-haas-thielemann-wiener-philh-2020-salzbourg-1-cd-sony/

 

 

bruckner 8 symphony review critique thielemann wiener philharmoniker classiquenews review critique cdCD Ă©vĂ©nement. BRUCKNER : Symphonie n°8 (Wiener Philharmoniker, Christian Thielemann, 1 cd SONY classical) – Au cƓur de cette symphonie testament, aux dimensions impressionnantes, – la plus monumentale en rĂ©alitĂ© de tout le corpus brucknĂ©rien, avec pour sommet, le finale, ample Ă©difice aux allures de cathĂ©drale symphonique, se dresse aussi la solennitĂ© sensuelle de l’Adagio, lui aussi dĂ©veloppĂ© (290 mesures !) qui Ă©largit la rĂ©sonance des tubas et des cordes (traitĂ©es en vastes chorals) auquel l’appel final est Ă©noncĂ© par le cor dans le rĂ© bĂ©mol le plus serein, rassĂ©rĂ©nĂ©. Peut-ĂȘtre certains instrumentistes dans les rangs du Philharmonique de Vienne, se souviennent du temps (1996) oĂč ils Ă©taient dirigĂ©s dans cette mĂȘme Ɠuvre par Pierre Boulez et dans l’église de Saint-Florian Ă  Linz, lĂ  mĂȘme oĂč Bruckner tenait l’orgue ? La tradition brucknĂ©rienne remonte Ă  loin et explique ce naturel sonore propre aux viennois, cet Ă©clat organique et l’allant de la transparence dans la texture si riche de l’orchestre de Bruckner.
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-bruckner-symphonie-n8-wiener-philharmoniker-christian-thielemann-1-cd-sony-classical/

 

 

Critique du CD WAGNER : Wesendonck lieder par Elina Garanca (DG)
https://www.classiquenews.com/cd-evenement-annonce-pour-dg-elina-garanca-chante-wagner-et-mahler-salzbourg-2020-2021-1-cd-dg/

 

 

 

 

 

 

MUNICH. STRAUSS : Die Schweigsame Frau, 29 janv, 1er, 4 fév 2022

richard-strauss.jpgMUNICH, OpĂ©ra. STRAUSS : Die SCHWEIGSAME FRAU. 29 janv, 1er, 4 FĂ©v 22. ComposĂ©e sur le livret de Stefan Zweig, La Femme silencieuse est une comĂ©die buffa en 3 actes, crĂ©Ă©e Ă  Dresde le 24 juin 1935 sous la direction du chef (straussien) Karl Boehm. Hitler au pouvoir depuis 1933 interdit de jouer des Ɠuvres produites par des juifs, hors Stefan Zweig Ă©tait juif. CĂ©lĂ©brĂ© comme le plus grand compositeur vivant, Strauss qui prĂ©sidait alors la Chambre de la musique du Reich, obtint d’Hitler que l’opĂ©ra soit affichĂ© et maintenu, en rĂ©alitĂ© pour seulement 
 2 reprĂ©sentations (!). L’ouvrage ne put ĂȘtre redonnĂ© qu’aprĂšs la fin de la guerre.
Le rĂŽle-titre est tenu par une basse, dindon de la farce, mais aussi comme Don Pasquale de Donizetti, cƓur tendre. Car l’action est celle d’un drame comique, alliant facĂ©tie grinçante et profondeur touchante. L’histoire a lieu en Angleterre au XVIIIĂš, comme son opĂ©ra prĂ©cĂ©dent : Le Chevalier Ă  la rose (1911) qui se dĂ©roule dans la Vienne de Marie-ThĂ©rĂšse ; comme Capriccio qui se passe au XVIIIĂš Ă©galement, mais
 Ă  Paris. La Femme silencieuse elle se dĂ©roule dans la Londres de 1760. (I) : MOROSUS. L’Amiral anglais Sir Morosus ne souffre aucun bruit. Ni sa gouvernante ni son voisinage. Son barbier lui confirme qu’il doit prendre femme, mais une femme « silencieuse ». Son neveu Henry et sa femme Aminta, sont chanteurs d’opĂ©ra ; illico Morosus le dĂ©shĂ©rite et les chasse de chez lui ; (II) : LA VENGEANCE. Henry aidĂ© du barbier entend se venger; aux cĂŽtĂ©s des prĂ©tendantes au mariage (la prĂ©tentieuse Isotta et la sotte Carlotta), Aminta dĂ©guisĂ©e en « Timida » est la femme silencieuse qui sĂ©duit Morosus par sa beautĂ© soumise. Un faux mariage (avec de faux prĂȘtre et notaire , s’en suit – Strauss recycle l’idĂ©e de Mozart dans Cosi fan tutte). Mais aussitĂŽt Ă©pousĂ©e, Timida redevient Aminta qui avec les membres de la troupe de chanteurs, produit un tapage qui choque Morosus. Henry survient et chasse tout le monde. (III) : DÉNOUEMENT : Aminta et ses amis redĂ©corent toute la maison avec grand fracas ; tandis que Henry dĂ©guisĂ© donne un leçon de chant Ă  son Ă©pouse. Morosus veut divorcer. Henry dĂ©voile la farce organisĂ©e et Morosus souffle enfin, soulagĂ© ; il rĂ©cupĂšre l’hĂ©ritage promettant Ă  son oncle d’éviter tout bruit excessif. Morosus, redevenu maĂźtre chez lui, savoure la paix recouvrĂ©e.
Vieux barbon vaniteux, voire misogyne, rĂŽles travestis et dĂ©guisements trompeurs, la comĂ©die de Strauss retrouve le piquant et la verve des opĂ©ras de Mozart comme l’esprit buffa du Donizetti de Don Pasquale. Son Morosus recueille la sagesse d’un compositeur parvenu au terme de sa carriĂšre et de sa propre vie dont le personnage central certes obtus et autoritaire n’en est pas moins portraiturĂ© avec une certaine tendresse. Sous la baguette de Böhm Ă  la crĂ©ation, Hans Hotter, fin diseur, incarnait l’Amiral avec panache et subtilitĂ©. Du pain bĂ©ni pour tout chanteur. La mise en scĂšne de Barrie Kosky explore tous les ressorts dĂ©lirants de la comĂ©die piquante de Strauss, entre drĂŽlerie et pathĂ©tique.

 

 

MUNICH, Opéraboutonreservation
R STRAUSS : DIE SCHWEIGSAME Frau (La femme silencieuse)
Conductor / direction : Stefan Soltesz
Production, mise en scĂšne : Barrie Kosky

Samedi 29 janvier 2022, 18h
Puis les 1er, 4 février 2022, reprise le 22 juillet à 19h

RÉSERVEZ VOS PLACES directement sur le site de l’OpĂ©ra de Munich
https://www.staatsoper.de/en/productions/die-schweigsame-frau-the-silent-woman/2022-01-29-1800-12761

 

 

Cast / distribution :

Conductor / direction : Stefan Soltesz
Production, mise en scĂšne : Barrie Kosky

Sir Morosus : Franz Hawlata
HaushÀlterin : Christa Mayer
Der Barbier : Björn BĂŒrger
Henry Morosus : Daniel Behle
Aminta : Brenda Rae
Isotta : Lavinia Dames
Carlotta : Daria Proszek
Morbio
Christian Rieger
Vanuzzi
Tijl Faveyts
Farfallo
Tareq Nazmi

 

 

TOURCOING. THE FAIRY QUEEN, nouvelle production

VISUEL-FAIRY-QUEENTOURCOING. PURCELL : Fairy Queen, les 24, 25, 27 fev 2022. Purcell conçoit avec cette Ɠuvre fĂ©Ă©rique son plus grand succĂšs. InspirĂ© du Songe d’une nuit d’étĂ© de Shakespeare, The Fairy Queen est un semi-opĂ©ra. Il s’agit d’une forme hybride mĂȘlant habilement thĂ©Ăątre, musique, chant et danse. L’envoĂ»tement de Titania, la reine des fĂ©es, sera Ă  l’origine de bien des tourments, pour les couples d’amoureux et pour la troupe d’artisans qui prĂ©parent la tragĂ©die Pyrame et ThisbĂ©. Tout cela dans une forĂȘt enchantĂ©e peuplĂ©e de fĂ©es et d’elfes. AprĂšs L’Étoile de Chabrier, Jean-Philippe Desrousseaux (mise en scĂšne) et Alexis Kossenko (direction musicale), abordent un autre univers onirique, loufoque, fantaisiste, fĂ©Ă©rique ! EnsorcelĂ©e, Titania conduit Ă  une fantaisie amoureuse, dĂ©lirante oĂč l’illusion et le rĂȘve dĂ©fient la rĂ©alitĂ©. Une scĂšne thĂ©Ăątrale hors normes en dĂ©coule et un expĂ©rience inĂ©dite pour le spectateur.

TOURCOING, Théùtre Municipal R. Devosboutonreservation
Jeudi 24 fĂ©vrier 2022 – 20h
Vendredi 25 fĂ©vrier 2022 – 20h
Dimanche 27 fĂ©vrier 2022 – 15h30
INFOS : https://www.atelierlyriquedetourcoing.fr/the-fairy-queen-24-25-27-fevrie-2022/

RÉSERVEZ VOS PLACES directement sur le site de l’Atelier Lyrique de Tourcoing
https://web.digitick.com/the-fairy-queen-spectacle-opera-css5-atelierlyriquedetourcoingweb-pg51-ei817795.html

PURCELL Henry (1659-1695)
The Fairy queen (La reine des fées)
Semi-opéra en cinq actes
Créé le 2 mai 1692 au Dorset Garden Theatre (Théùtre de la Reine) à Londres
Livret anonyme d’aprĂšs Le Songe d’une nuit d’étĂ© de Shakespeare

Direction musicale: Alexis Kossenko
Mise en scĂšne: Jean-Philippe Desrousseaux
Chorégraphies, danseur et guitariste: Steven Player
DĂ©cor: Jean-Philippe Desrousseaux
Scénographie, lumiÚres: François-Xavier Guinnepain
CrĂ©ation des marionnettes : Petr et Katia Ƙezáč

Un professeur d’Oxford, ObĂ©ron : Robert Getchell, alto
La bonne : Rachel Redmond, soprano
Steven Player : danseur et guitariste
Une Ă©tudiante d’Oxford / Titania : Coline Dutilleul, mezzo-soprano
Boris Johnson / Egeus : Alain Buet, basse
Lady Di / Puck : Benedict Hymas, ténor
Elizabeth II, reine d’Angleterre : Chantal Cousin, mezzo
Coing / Démétrius : Vincent Violette, comédien
DerriĂšre / Lysandre : Victor Duclos, baryton
Mortdefaim / Hermia : Linfeng Zhu baryton

Les Ambassadeurs ~ La Grande Écurie
Nouvelle production Atelier Lyrique de Tourcoing
Durée : env. 2H30 (+ entracte 20mn)

POITIERS, TAP. PURCELL : Odes et Welcomes songs par Le Banquet CĂ©leste (28 mars 2022)

banquet-celeste-damien-guillon-odes-welcome-songs-purcell-classiquenews-critique-concertPOITIERS, TAP. Le 28 mars 2022. PURCELL : Le Banquet CĂ©leste. Odes et Welcomes songs. Henry Purcell demeure le gĂ©nie du Baroque anglais dans la 2Ăš moitiĂ© du XVIIĂš (1659-1695) : il exprime mieux que personne les passions humaines. Organiste Ă  Westminster (Ă  la suite de Blow son maĂźtre) et de la Chapelle royale, Purcell se rapproche du cercle royal. L’OrphĂ©e britannique (Orpheus Britannicus) a composĂ© les premiers opĂ©ras dignes de ce nom, souvent en variant les styles (français, anglais, italien,
) du spectacle lyrique (Tyrannick Love de 1687, Didon et EnĂ©e de 1688, musiques pour La TempĂȘte de Shakespeare de 1690 – Shakespeare Ă©tant mort depuis 1616, surtout King Arthur de 1691et la musique de scĂšne pour Fairy Queen en 1692, d’aprĂšs A Midsummer Night’s Dream — Le Songe d’une nuit d’Ă©tĂ© — de Shakespeare ,
) mais aussi quantitĂ© d’Ɠuvres variĂ©es (anthems / motets), dont plusieurs purcell Henry-Purcell-400-250airs festifs et commĂ©moratifs comme le fera au siĂšcle suivant (XVIIIĂš) le non moins talentueux Haendel. Les Odes & Welcome Songs sont de petits bijoux qui savent flatter et cĂ©lĂ©brer sur une musique aussi savoureuse qu’inventive. Purcell qui a tant chanter l’amour, ses vertiges comme ses ravages, exprime ainsi les fastes et le raffinement de la Cour royale anglaise, celle des Stuart (Charles II, roi de 1660 Ă  1685, Jacques II de 1685 Ă  1688 (le roi pro français et catholique qui mourra Ă  la Cour de Louis XIV, puis  Guillaume III et la Reine Marie dont il compose la musique des funĂ©railles en 1694)


Damien Guillon et son ensemble d’instrumentistes et de chanteurs Le Banquet CĂ©leste, ont enregistrĂ© ces Ɠuvres en fĂ©vrier 2021 au TAP, et les jouent pour le public en mars 2022.

 

 

musique baroque (17Ăš)boutonreservation
ODES & WELCOME SONGS
Lundi 28 mars 2022, 20h30
POITIERS, TAP Auditorium

Henry PURCELL : Odes & Welcome Songs
Fly Bold Rebellion Z. 324,
Why are all the muses mute ? Z. 343,
From those serene and rapturous joys Z. 326

Le banquet CĂ©leste / Damien Guillon
CĂ©line Scheen, Suzanne Jerosme, sopranos
MĂ©lodie Ruvio, Paul Figuier, altos
Thomas Hobbs, ténor
Edward Grint, Nicolas Brooymans, basses
Le Banquet CĂ©leste
Damien Guillon, direction musicale, alto

Tarif M
https://www.tap-poitiers.com/infos-pratiques/infos-pratiques-spectacles/tarifs-spectacle/

Places numérotées
Durée : 1h30 avec entracte

RÉSERVEZ VOS PLACES DIRECTEMENT sur le site du TAP POITIERS
https://www.tap-poitiers.com/spectacle/le-banquet-celeste/

 

 

PrĂ©sentation du programme et des Ɠuvres
Purcell compose entre 1680 et 1695 Ă  peu prĂšs 24 Odes et Welcome Songs (Chants de bienvenue) : 4 cĂ©lĂšbrent la Sainte CĂ©cile, 6 souhaitent la bienvenue Ă  la royautĂ© (les Stuart, qui rĂšgneront jusqu’en 1714, quand meurt la Reine Anne, premiĂšre souveraine d’Angleterre et d’ecosse, formant le Royaume Uni), 3 fĂȘtent l’anniversaire du Roi Jacques II et 6 celui de la reine Marie (de 1684 Ă  1694) ; les autres accompagnent des Ă©vĂšnements prĂ©cis– mariage royal, fĂȘte du Yorkshire, anniversaire du duc de Gloucester, centenaire du Trinity College de Dublin, etc.

 

 

jacques-II-angleterre-largilliere-purcell-odes-opera-classiquenews

 

Le Roi Jacques II vers 1686 (DR)

  

Les Odes renseignent sur l’écriture du Purcell reconnu et cĂ©lĂ©brĂ©, heureux disciple de John Blow. La musique en est incroyablement imaginative, de grande facture, rĂ©servant mĂȘme ses plus belles partitions Ă  certains des textes les moins remarquables souvent platement complaisants envers la royautĂ©. Les registres mentionnent des effectifs plutĂŽt rĂ©duits lors des Ă©vĂšnements spĂ©ciaux. Les plus vastes Odes (notamment Come Ye sons of Art et Hail ! bright Cecilia) semblent avoir Ă©tĂ© conçues pour une douzaine d’instruments et un quatuor de chanteurs (pour solos et chƓurs).

PrĂ©servant l’intimitĂ© et le caractĂšre chambriste des partitions, le Banquet CĂ©leste aborde ce rĂ©pertoire avec un sens assumĂ© de la caractĂ©risation car il s’agit sur le plan musical, de piĂšces hautement dramatiques dont l’invention dĂ©passe l’occurrence cĂ©rĂ©monielle et souvent la platitude des textes. L’art du musicien poĂšte se rĂ©vĂšle alors. Le Banquet CĂ©leste annonce le cd du programme « Odes & Welcome Songs » de Purcell, au printemps 2022. Illustration : portrait de Jacques II par LargilliĂšre vers 1686 (DR)

 

    

NANCY : Nouvelle Ariane de Dukas, Ă  l’OpĂ©ra National de Lorraine (28 janv-3 fĂ©v 2022)

ARINE-ET-BARBE-BLEUE-paul-DUKAS-opera-dossier-enjeux-critique-opera-national-de-Lorraine-nancy-catherine-hunold-classiquenewsNANCY, OpĂ©ra. DUKAS : ARIANE et BARBE-BLEUE, 28 janv-3 fĂ©v 2022. Nouvelle production incontournable d’Ariane de Paul Dukas (1907) en 4 reprĂ©sentations seulement, s’agissant d’une Ɠuvre forte, complĂ©mentaire aux opĂ©ras prĂ©cĂ©dent de Debussy (PellĂ©as et MĂ©lisande, 1902) et de Bartok (Le ChĂąteau de Barbe-Bleue, 1918).  A Nancy, le choix des interprĂštes dont surtout l’Ariane prometteuse de Catherine Hunold devrait aider Ă  la rĂ©habilitation d’une partition injustement mĂ©connue, trop absente encore des scĂšnes lyriques.

 

 

 

ARIANE et MÉLISANDE

L’action d’Ariane de Dukas se dĂ©roule en rĂ©alitĂ© AVANT celle de PellĂ©as et MĂ©lisande de Debussy. Les deux figures fĂ©minines renvoient au mystĂšre fĂ©minin absolu, Ă  la fois fragile et puissante, chacune, surtout Ariane, tentant d’extraire l’homme, l’époux, de sa gangue primitive et maudite. Les HĂ©roĂŻnes ont en commun le texte thĂ©Ăątral de Maurice Maeterlinck. L’opĂ©ra de Dukas est une Ɠuvre Ă  la fois classique et symboliste oĂč MĂ©lisande parmi d’autres princesses Maeterlinckiennes (SĂ©lysette, Alladine, BellangĂšre et Ygraine) se battent pour leur libĂ©ration ; car elles sont prisonniĂšres au chĂąteau de Barbe-Bleue oĂč Ariane est venue vivre, avec la mission de les dĂ©livrer du monstre. Sa nourrice la guide ; enquĂȘtant partout dans le chĂąteau, ouvrant des portes interdites, elle rĂ©ussit sa tĂąche. Mais les prisonniĂšres ne veulent pas la liberté 

« De ce cÎté, se trouve une eau stagnante et trÚs profonde ».

Au coeur de l’OpĂ©ra Ariane, le texte, sa dĂ©clamation sont essentiels. La phrase prononcĂ©e autant chez Debussy que Ducas indique un sens cachĂ© dont la musique laisse espĂ©rer le dĂ©cryptage et l’élucidation. a travers le conte lĂ©guĂ© par Perrault au XVIIĂš, Ă  l’époque oĂč perce les premiers Ă©clairs lumineux de la psychanalyse, la matiĂšre musicale et lyrique tĂ©moignent d’une conscience nouvelle : la rĂ©alitĂ© peut ĂȘtre dĂ©voilĂ©e et comprise grĂące Ă  l’action dictĂ©e par le psychique, Ă  condition qu’on en connaisse les codes.

 

 

 

LE FIL D’ARIANE
 un cheminement vers la conscience

DUKAS paul portrait classiquenews  Paul_DukasSi Ariane a tenu le fil pour sauver ThĂ©sĂ©e (lequel l’abandonna Ă  Naxos, d’om l’opĂ©ra de Richard Strauss), Paul Dukas brosse le portrait de la femme forte et courageuse, maĂźtresse de son destin, qui abandonne Barbe-Bleue, en tenant le fil pour sortir les prisonniĂšres de leur cage fortifiĂ©e. En Ariane, figure psychopompe, rĂ©alise le passage de l’inconscient Ă  la conscience, de l’ombre Ă  la lumiĂšre. Tout en interrogeant le rapport du fĂ©minin au masculin, Dukas questionne aussi la condition de la victime capable de pardonner Ă  son bourreau : les princesse libĂ©rĂ©es font le choix de rester aux cĂŽtĂ©s de leur Ă©poux que sa vulnĂ©rabilitĂ© dĂ©voilĂ©e, rend humain, comme plus adorable. La musique de Dukas rend audible le chant de l’inconscient et du dĂ©sir cachĂ©, profond.
Au carrefour des styles,opĂ©rant la synthĂšse musicale que son perfectionnisme a rendu possible, Dukas Ă©labore une nouvelle prosodie de la langue, sorte d’ivresse – française- Ă  la maniĂšre de Strauss, mais qui se souvient de Bayreuth oĂč le compositeur s’est rendu admiratif et convaincu,  tout en dĂ©ployant le gĂ©nie orchestral et instrumental de Ravel, le sens de la dĂ©clamation debussyste


 

Paul Dukas : Ariane et Barbe-Bleue
Opéra National de Lorraine, NANCY

vendredi 28 janvier 2022 Ă  20hboutonreservation
dimanche 30 janvier 2022 Ă  15h
mardi 1er février 2022 à 20h
jeudi 3 février 2022 à 20h

Ariane, Catherine Hunold
Barbe-Bleue, Vincent Le Texier
La Nourrice, AnaĂŻk Morel
SĂ©lysette, HĂ©loĂŻse Mas
Ygraine, Clara Guillon
MĂ©lisande, Samantha Louis-Jean
BellangĂšre, Tamara Bounazou
Alladine, Nine d’Urso

Orchestre et ChƓur de l’OpĂ©ra national de Lorraine
Jean-Marie Zeitouni, direction
Mikaël Serre, mise en scÚne

 

 

Ouvrage chanté en français, surtitré
Durée : 2h avec entracte

Tarifs : de 5 à 75€
Enfants –12 ans : 5€ quelle que soit la catĂ©gorie
Tarif derniĂšre minute : 8€**rĂ©servĂ© aux jeunes (–30 ans), Ă©tudiants, demandeurs d’emploi, bĂ©nĂ©ficiaires de la C.M.U et porteurs de la carte d’invaliditĂ© / une demi-heure avant le dĂ©but de chaque reprĂ©sentation, sous rĂ©serve de places disponibles

Conférence 1h avant le début du spectacle sur chaque représentation(gratuit, sur présentation du billet)

 

 

 

RÉSERVEZ VOS PLACES DIRECTEMENT sur le site de l’OpĂ©ra national de LORRAINE :

https://indiv.themisweb.fr/0458/fChoixSeance.aspx?idstructure=0458&EventId=401&request=QcE+w0WHSuCAMC+Zl9Nsackx8tqQHuYZtbRYK818roOW52XnQdNm9+/TRMLm/sz8GAafUUTtVPAUorZKnPv9Gw== 

 

 

 

 

 

 

APPROFONDIR
_______________________________

 

LIRE aussi nos critiques d’Ariane et Barbe-Bleue,
Ă  l’OpĂ©ra de Nice, fĂ©v 2006 / PE Fourny / avec Hedwig Fassbender et Marie Devellereau

https://www.classiquenews.com/nice-opera-le-1er-juin-2006-ariane-et-barbe-bleue/

Ariane et Barbe-Bleue au Liceu de Barcelone, 2011
https://www.classiquenews.com/dukas-ariane-et-barbe-bleue-denve-liceu-2011/

Ariane et Barbe-Bleue Ă  l’OpĂ©ra Nat du Rhin, avril 2015. Olivier Py, Daniele Callegari
https://www.classiquenews.com/tag/ariane-et-barbe-bleue/

Ariane et Barbe-Bleue au Capitole de Toulouse, avril 2019 - Stefano Posa, Pascal RophĂ© / Sophie Koch, Vincent Le Texier… https://www.classiquenews.com/compte-rendu-opera-toulouse-capitole-le-7-avril-2019-dukas-ariane-et-barbe-bleue-koch-le-texier-rophe/

 

 

 

 

 

Le Chùteau de Barbe-Bleue de Bartok (1918) : dossier spécial
Bartok coffret grand visuel review critique cd classiquenewsTout en renouvelant l’approche d’un mythe dĂ©jĂ  traitĂ© musicalement par Dukas en 1907, Bela Bartok, d’aprĂšs le livret de Balazs suit l’Ɠuvre symboliste de son prĂ©dĂ©cesseur : la musique du ChĂąteau de Barbe-Bleue, crĂ©Ă© en 1918, est l’une des plus Ă©vocatoires, offrant le sentiment d’une activitĂ© souterraine qui permet de multiples lectures. En dĂ©finitive, que gagne Judith Ă  rompre le cycle du secret et du cachĂ© ? Que veut-elle prouver en forçant l’intimitĂ© de son Ă©poux ? En exigeant d’ouvrir les sept portes, n’accomplit-elle pas plutĂŽt l’Ɠuvre du doute et du soupçon, c’est-Ă -dire la ruine du couple ?
https://www.classiquenews.com/bartok-le-chateau-de-barbe-bleue-1918/

 

 

 

 

 

 

 

 

Lieder de Schubert

fischer dieskau dietrich portraitFrance Musique, Dim 30 janv 22 : La Tribune des critiques de disques / Lieder de Schubert - UN LIED, DES LIEDER
 Le lied est un poÚme chanté sur un texte en langue germanique, à une ou plusieurs voix, généralement accompagné par un piano ou un ensemble instrumental. PiÚce courte, le lied met en avant les nuances expressives de la voix en dialogue étroit avec le piano ; chacun explore toutes les ressources visant à exprimer les images et les sentiments du texte ainsi choisi. Grand amateur et connaisseur de poésie, Schubert met souvent en musique les vers de Goethe.
Schubert est le maĂźtre incontestĂ© du lied, dont l’esthĂ©tique minimaliste et intime correspond Ă  sa nature intime, pudique voire secrĂšte. MalgrĂ© sa courte vie (il est mort Ă  31 ans), sur les 1000 oeuvres qu’il a composĂ©es, plus de 600 sont des lieds. Schubert compose l’un de ses tout premiers lieder (pluriel de lied), Erlkönig – Le Roi des Aulnes, en 1815, sur le poĂšme de Goethe. Pour Schubert, le lied est une maniĂšre d’exprimer son art et de peindre le reflet de son Ăąme, sur des thĂ©matiques souvent graves et sombres (le deuil, la mort, la souffrance
). Sa rencontre avec le baryton et fidĂšle ami Vogel favorise le rayonnement de son art ; Vogel chante ses lieders en public et les fait connaĂźtre. Les barytons Herman Prey (fondateur en 1976 du Festival Schubert) et Dietrich Fisher-Dieskau demeurent les plus grands interprĂštes, diseurs capables de ciseler les textes, restituer l’accord sensible, hautement suggestif entre le chant et le piano ; faire parler la musique, Ă©voquer et susciter le sentiment, entre rĂȘve et mĂ©lancolie.

________________________________________________

France Musique, Dim 30 janv 22 : La Tribune des critiques de disques / Lieder de Schubert

La Folle Journée 2022, Schubert, le Wanderer sur France Musique (29 et 30 janv 2022)

France Musique, sam 29 et dim 30 janv 22 : Folle JournĂ©e Ă  NANTES – Week-end « autour de Schubert », conformĂ©ment Ă  la thĂ©matique gĂ©nĂ©rale de cette Ă©dition de la Folle JournĂ©e nantaise 2022. Au programme, de nombreux concerts dont la plupart en direct et dim 30 janv 22, Ă  17h30, concert en direct avec Arte.
Schuebrt-folle-journee-concerts-2022-schubert-janvier-2022-critique-concerts-presentation-elmire--orchestre-consuelo-VJ-LaferriereLE GÉNIE DISCRET
 AprĂšs avoir pris son indĂ©pendance en 1818, Schubert mĂšne une vie nomade et bohĂšme. Vivant modestement de sa musique, il peut compter sur le soutien indĂ©niable de ses fidĂšles et gĂ©nĂ©reux amis, qu’ils soient musiciens, artistes peintres, poĂštes etc. Tous le surnomment « schwĂ€mmerl » / champignon, ou petite Ă©ponge, car sa petite taille (1m57) qui l’a dispensĂ© de service militaire, est inversement proportionnel Ă  son gĂ©nie musical ; Ă  Vienne, aprĂšs Haydn et Mozart, dans l’ombre de Beethoven (figure Ă©crasante et admirĂ©e), Schubert compose Ă  sa façon quatuors et lieder, mais aussi, des symphonies d’un souffle et d’une profondeur aussi impressionnantes que celle de Ludwig. Timide, encore peu cĂ©lĂ©brĂ© Ă  la mesure de son talent, Schubert aura l’honneur du seul concert des Ɠuvres jouĂ©es de son vivant, en 1828, mais pourtant mis en avant, il refuse de monter sur scĂšne car il n’aime pas le monde ni la foule.
tubeuf andre l ami franz schubert actes sud critique livre classiquenews 9782330157562Il est hĂ©bergĂ© et peut compter sur ses amis pour lui passer des commandes d’oeuvres et ils se rĂ©unissent rĂ©guliĂšrement dans des cercles privĂ©s et amicaux oĂč la musique, les poĂšmes et l’art sont au coeur des rĂ©unions. C’est dans ce cadre que les oeuvres de Schubert sont jouĂ©es et se font connaitre. TrĂšs rapidement ces rencontres s’institutionnalisent Ă  partir de 1821, ce sont les « Schubertiades ». Aujourd’hui, les Schubertiades perdurent en Allemagne Ă©videmment, mais aussi en France comme en tĂ©moigne La SCHUBERTIADE de SCEAUX (92), cycle de concerts incontournables qui ont lieu les samedis Ă  17h30 dans l’HĂŽtel de Ville de Sceaux
 Chaque programme comprend une Ɠuvre de Franz Schubert.

 

 

Programme samedi 29 janvier 2022

9h30-10h30
Concert en direct
Romain Leleu Sextet : Le voyage intérieur de Schubert
Quatuor à cordes n°14 en ré mineur D. 810 «La Jeune Fille et la Mort» (extrait) : III. ScherzoQuintette pour piano et cordes en la majeur op. 114 D. 667 «La Truite» (extrait) : IV. Andantin

11h15-12h15
Concert en direct : Schubert, Schumann, Brahms
Ensemble vocal de Lausanne
Pierre-Fabien Roubaty direction

13h-14h
Concert en direct
Anne Queffélec, piano
Beethoven (Sonate pour piano n°30 en mi majeur op. 109)
Schubert (Six moments musicaux op. 94 D. 780 (extrait) : 2. Andantino en la bémol majeur)

16h30-17h30
Concert en direct Adam Laloum, piano
Schubert :
Six moments musicaux op. 94 D. 780 (extraits)
Sonate n°21 en ut mineur D. 958

20h-23h
Concert Trio Wanderer
SCHUBERT
Trio pour violon, violoncelle et piano n°2 en mi bémol majeur op. 100 D. 929
A 21h : « Schubert au XXÚme siÚcle »
Quatre impromptus op.90 D.899 (extraits)
Transcription pour clarinette, basson, mandoline, guitare et quatuor à cordes : Version orchestrée pour deux clarinettes et cordes du lied «Die Forelle»
Tanguy de Williencourt piano
Nicolas Baldeyrou clarinette
Gaëlle Habert basson
Julien Martineau mandoline
Michel Grizard guitare
Raphaël SévÚre clarinette
Yann Dubost contrebasse
Quatuor Elmire quatuor Ă  cordes

 

 

Programme dim 30 janvier 2022

17h30-19h
Concert de clÎture de la Folle Journée à Nantes
en direct avec Arte

Franz Schubert
Fantaisie en fa mineur op. posth. 103 D. 940 pour piano Ă  quatre mains
Geister Duo duo de piano
Adam Laloum piano

Trio pour violon, violoncelle et piano n°2 en mi bĂ©mol majeur op. 100 D. 929 (extrait) – Quintette pour violon alto violoncelle contrebasse et piano en la majeur op. posth. 114 D 667 «Die Forelle» (La Truite) (extrait) : Andantino – Rosamunde op. 26 D 797 (extraits)Musique de scĂšne en une ouverture et dix parties pour soprano, chƓur et orchestre – Symphonie n°5 en si bĂ©mol majeur D 485 (extrait) : Allegro – Sonate Arpeggione en la mineur D 821pour arpeggione et piano – version pour violoncelle et orchestre Ă  cordes

Mi-Sa Yang violon
Anastasia Kobekina violoncelle
Guillaume Chilemme violon
Manuel Vioque-Judde alto
Astrig Siranossian violoncelle
Lorraine Campet contrebasse
Nathanaël Gouin piano

Transcription pour voix et orchestre :
Gretchen am Spinnrade D 118
An Sylvia op. 106 n°4 D 891
An die Musik op. 88 n°4 D 547
Erlkönig op. 1 D 328
Marion Tassou soprano
Orchestre Consuelo
Victor Julien-LaferriĂšre direction
Diverses Ɠuvres de Schubert

 

 

_____________________________________________________________________________

LA FOLLE NOURNEE 2022 : Franz SCHUBERT, « Le Wanderer / Le Voyageur » , NANTES, CitĂ© des congrĂšs du 26 au 30 janvier 2022 : tous les programmes, les artistes, les dates, 
 : http://www.follejournee.fr/

 

 

 

 

PARIS (Gaveau). Gaspard Dehaene joue Chopin, le 9 fév 2022

dehaene-gaspard-cd-piano-chopin-critique-cd-concert-classiquenewsPARIS, Gaveau, le 9 fĂ©v 2022. GASPARD DEHAENE joue CHOPIN – Le pianiste Gaspard Dehaene, derniĂšrement remarquĂ© par CLASSIQUENEWS pour son disque Schubert (cd « Vers l’Ailleurs, fĂ©v 2019 – CLIC de CLASSIQUENEWS), publie en janvier (28 janvier 2022) son nouvel album dĂ©diĂ© Ă  FrĂ©dĂ©ric Chopin, intitulĂ© « A la Mazur ». Gaspard Dehaene joue aussi le programme de ce nouvel enregistrement, en CONCERT, Ă  PARIS, Salle Gaveau, le 9 fĂ©vrier 2022 (20h30 : encore quelques places disponibles). C’est la musique de Chopin qui dĂ©termina le pianiste Ă  suivre sa voie musicale. Joueur professionnel de tennis, Gaspard Dehaene en Ă©coutant la Ballade n°4 de Chopin reçoit un choc qui l’amĂšne Ă  cesser son activitĂ© sportive pour se consacrer au jeu pianistique. Depuis lors, le pianiste n’a cessĂ© de ciseler son approche des compositeurs et s’agissant de Chopin, d’aiguiser sa proximitĂ© intime avec l’écriture du Polonais. La boucle est bouclĂ©e quand fin 2019, le pianiste reprend la raquette, retrouve le plaisir du tennis en compĂ©tition tout en questionnant sa relation Ă  la musique et la passion qu’a suscitĂ© l’écoute de Chopin. En reprenant « A la Mazur », titre que Chopin lui-mĂȘme, donna Ă  un Rondo de jeunesse, Gaspard Dehaene met en parallĂšle sa double activitĂ©, de pianiste et de tennisman professionnel. Les Mazurkas de Chopin, prĂšs de 60 opus de ce type, constituent comme le journal intime du compositeur romantique. La prĂ©sence de motifs folkloriques polonais dans la musique de Chopin exprime un dĂ©sir inextinguible d’un retour Ă  la terre natale, Ă  l’enfance que l’ExilĂ© inconsolable n’a cessĂ© de ressentir sa vie durant. Musique de la nostalgie, musique surtout d’un chant lumineux, bellinien et crĂ©pusculaire qui porte vers le rĂȘve et la vie. En jouant Chopin, Gaspard Dehaene retrouve lui aussi le bonheur d’un temps oĂč sa vie a basculĂ©. Comment passer du tennis au piano,et vice versa, simultanĂ©ment, sans perdre son identitĂ© ? En vĂ©ritĂ© les deux activitĂ©s sont les deux faces d’une singuliĂšre Ă©popĂ©e personnelle qui enrichit aujourd’hui l’art de Gaspard Dehaene
 cd et concert Ă©vĂ©nements.

 

 

Au piano athlétique, rayonnant de Chopin
répond la souplesse suggestive du sportif Gaspard Dehaene


 

 

dehaene-gaspard-chopin-a-la-mazur-cd-concert-annonce-critique-classiquenews

 

 

« Chopin constitue toujours une rĂ©vĂ©lation pour qui se rend disponible aux rĂ©vĂ©lations. D’oĂč vient sa puissance sur nous ? De sa fragilitĂ©. Chopin ne crie pas, il parle ; mieux, il murmure : si ce n’est pas l’idĂ©al pour se faire entendre, c’est le vrai moyen d’ĂȘtre Ă©coutĂ©. La musique de Chopin s’insinue en nous, simplement, souplement, quasi silencieusement, atteignant le plus intime de l’intime. Quiconque pĂ©nĂštre jusque-lĂ  nous laisse non seulement une trace, mais un feu. Et ce feu nous transforme. Si Chopin rĂ©vĂ©la sa vocation musicale Ă  Gaspard Dehaene, il me rĂ©vĂ©la le piano (
). Le piano constitua la santĂ© de Chopin. Et l’interprĂšte parfait de Chopin reste un sportif dotĂ© d’une Ăąme », ainsi s’exprime Éric-Emmanuel Schmitt qui signe aussi le livret du cd «  A la Mazur » de Gaspard Dehaene (1 cd 1001 NOTES) – parution du cd le 28 janvier 2022.

 

 

Gaspard Dehaene joue Chopin

Mercredi 9 février 2022, 20h30boutonreservation
PARIS, Salle Gaveau

A l’occasion de la sortie de son nouvel album, dĂ©diĂ© Ă  Chopin et intitulĂ© “A La Mazur“, Gaspard Dehaene joue le programme suivant :

Nocturne op. posthume en do diĂšse mineur

Mazurkas op. 24, Barcarolle op. 60,
4 Mazurkas op. 30

Polonaise op. 44

3 Mazurkas op. 63

Ballade n° 4 op. 52
Fantaisie-impromptu op. 66

Berceuse op. 57

 

RÉSERVEZ VOS PLACES
directement sur le site de la Salle Gaveau, PARIS
https://indiv.themisweb.fr/0565/fChoixSeance.aspx?idstructure=0565&EventId=349&request=QcE+w0WHSuAfkaqamO1+JeCW3J3/OguvA/O22i8rNRh48f4kWdug26eiv3lTyc2BWQM1RANXFbAkOXaflHUiEg==

 

 _________________________________________________

 

 

 LIRE LA CRITIQUE DU CD “A la Mazur” :

dehaene-gaspard-cd-piano-chopin-critique-cd-concert-classiquenewsCRITIQUE, cd Ă©vĂ©nement. GASPARD DEHAENE : CHOPIN, « A la mazur » (1 cd 1001 Notes) – Entre ombre et lumiĂšre, sur l’aile de phrasĂ©s pudiquement expressifs, Gaspard Dehaene livre son Chopin, Ă  l’énoncĂ© sobre et clair, d’une vivacitĂ© immĂ©diatement touchante. Ce qu’apporte le pianiste, c’est une comprĂ©hension naturel et libre de l’élĂ©gance passionnĂ©e du grand exilĂ©, de sa pudeur secrĂšte, de ses miroirs crĂ©pusculaires (Nocturne en do diĂšse mineur), de ses soupirs suspendus tels qu’ils se dĂ©ploient avec toute la noblesse de l’intimitĂ© prĂ©servĂ©e dĂšs la Ballade premiĂšre (opus 52 n°4), celle qui a dĂ©cidĂ© le tennisman Dehaene Ă  se dĂ©dier dĂ©sormais au piano. La piĂšce saisit par son ampleur enivrĂ©e, sobrement dĂ©ployĂ©e tel le manifeste personnel d’une passion indĂ©fectible pour la musique.

 

 

 

 

 

DEHAENE-Gaspard-piano-chopin-ala-mazur-annonce-UNE

 

 

VOIR LE CLIP VIDEO La Valse de l’ADIEU / Gaspard Dehaene joue FrĂ©dĂ©ric Chopin :
https://www.youtube.com/watch?v=ynpmWrFxBqs

 

En traversant un champs d’Oliviers, tout en Ă©coutant Chopon, Gaspard Dehaene retrouve la joie de jouer au tennis
 Eternellement, la musique hypntique de Chopin questionne la passion du tennisman pour la musique
 En Ă©cho, comme un miroir, se rĂ©pondent le geste du sportif, la puissance canalisĂ©e du pianiste
 rĂ©unis sur le terrain

 

 

 

 

_________________________________________________

 

 

LIRE aussi la critique du cd SCHUBERT : Vers l’Ailleurs (fev 2019) par Gaspard Dehaene / CLIC de CLASSIQUENEWS :

Vers-lailleurs-Gaspard-Dehaene-Collection-1001-NotesCD, critique. VERS L’AILLEURS. GASPARD DEHAENE, piano. Schubert, Liszt, Bruneau-Boulmier (1 cd Collection 1001 Notes – nov 2018). ITINERANCES POETIQUES
 Le pianiste Gaspard Dehaene confirme une sensibilitĂ© Ă  part ; riche de filiations intimes. C’est un geste explorateur, qui ose des passerelles enivrantes entre Schubert, Liszt et la piĂšce contemporaine de Rodolphe Bruneau-Boulmier. Ce 2Ăš cd est une belle rĂ©ussite. AprĂšs son premier (Fantaisie – Ă©galement Ă©ditĂ© par 1001 Notes), le pianiste français rĂ©cidive dans la poĂ©sie et l’originalitĂ©. Il aime prendre son temps ; un temps intĂ©rieur pour concevoir chaque programme ; pour mesurer aussi dans quelle mesure chaque piĂšce choisie signifie autant que les autres, dans une continuitĂ© qui fait sens. La cohĂ©rence poĂ©tique de ce second cd Ă©blouit immĂ©diatement par sa justesse, sa sobre profondeur et dans l’éloquence du clavier maĂźtrisĂ©, sa souple Ă©lĂ©gance. Les filiations inspirent son jeu allusif : la premiĂšre relie ainsi Schubert cĂ©lĂ©brĂ© par Liszt. La seconde engage le pianiste lui-CLIC_macaron_2014mĂȘme dans le sillon qui le mĂšne Ă  son grand pĂšre, Henri QueffĂ©lec, Ă©crivain de la mer, et figure inspirant ce cheminement entre terre et mer, « vers l’Ailleurs ». En somme, c’est le songe mobile de Schubert, – le wanderer / voyageur, dont l’errance est comme rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©e et superbement rĂ©investis, sous des doigts complices et fraternels.

 

 

 

_________________________________________________

 

 

CLERMONT-FERRAND, Opéra. BELLINI : la nouvelle Sonnambula de Francesca Lattuada

VENDÔME : CONCOURS BELLINI 2017CLERMONT-FERRAND, OpĂ©ra. BELLINI : La Sonnambula, 23 et 25 janv 2022. Deux femmes assurent la nouvelle production bellinienne Ă  Clermont-Ferrand : Francesca LATTUADA pour la mise en scĂšne et BĂ©atrice VENEZI Ă  la direction musicale, avec sur scĂšne 5 solistes en provenance du 27Ăšme concours international de chant de Clermont-Ferrand. A partir d’un livret simple, – un couple d’amoureux s’apprĂȘte Ă  se marier mais la jalousie du fiancĂ© retarde les noces -, Vincenzo Bellini compose en 1831? au moment oĂč Berlioz a livrĂ© sa Fantastique, l’un des sommets du bel canto italien, superbe illustration de l’opĂ©ra romantique italien. Le chant virtuose, Ă©thĂ©rĂ©, tendre, surtout nuancĂ©, rayonne, au service de l’expression des passions humaines. Ainsi Bellini brosse le portrait inĂ©dit d’une jeune femme, Amina, victime innocente, dont le Somnambulisme traduit un mal ĂȘtre, lui-mĂȘme symptĂŽme du statut indigne de la femme dans la sociĂ©tĂ© humaine. « C’est dans le cadre d’un village suisse que La Sonnambula est censĂ©e se dĂ©rouler, sans prĂ©cision de date. Pour un Sicilien tel que Bellini, un village suisse ne saurait mieux dĂ©finir un non-lieu. A moins d’un « ailleurs », en outre marquĂ© d’une inquiĂ©tante Ă©trangetĂ©. Autant dire que cet espace mental onirique — si peu rĂ©aliste — doit se dĂ©ployer hors tout naturalisme. L’espace y prend forme sous la conduite du rĂȘve lui-mĂȘme. Car on y parle aux fleurs, on y parle aux Ă©toiles, dans une relation quasi animiste au monde. Comme pour tout rĂȘve, le sens en est codĂ©. Comme en tout rĂȘve, la clĂ© du code a nom DĂ©sir, et les deux manifestations de somnambulisme sont la forme spectaculaire de son incarnation », indique la metteure en scĂšne, Francesca Lattuada.

Dimanche 23 janvier 2022 – 15hsonnambula-clermont-ferrand-Julia-Muzychenko-opera-critique-classiquenews-Francesca-Lattuada-
Mardi 25 janvier 2022 – 20h
CLERMONT-FERRAND, Opéra-Théùtre

RÉSERVEZ VOS PLACES
directement sur le site de l’OpĂ©ra ThĂ©Ăątre de CLERMONT-FERRAND :
https://clermont-auvergne-opera.com/evenement/la-sonnambula/

Opéra en deux actes
Livret de Felice Romani, d’aprùs une intrigue d’Eugùne Scribe
Musique de Vincenzo Bellini
Création : Milan, le 6 mars 1831

3h entracte compris
ChantĂ© en italien – SurtitrĂ© en français
De 12 à 50 €

Nouvelle production de Clermont Auvergne Opéra
Direction musicale : Beatrice Venezi
Mise en scÚne, chorégraphie et décors : Francesca Lattuada

Amina : Julia Muzychenko*
Elvino : Marco Ciaponi
Lisa Francesca : Pia Vitale*
Teresa : Olga Syniakova*
Le Comte Rodolfo : Alexey Birkus*
Alessio : Clarke Ruth*
Le notaire : Gentin Ngjela

ChƓur de l’OpĂ©ra Grand Avignon
Orchestre national d’Auvergne

*Lauréats du 27Úme Concours international de chant de Clermont-Ferrand (juillet 2021)

Clermont-Ferrand inaugure ainsi la nouvelle production de La Sonnambula, en tournĂ©e ensuite dans 6 maisons d’opĂ©ras, jusqu’au 25 mai 2022
En tournée :
OpĂ©ra du Grand Avignon – 25 et 27 fĂ©vrier 2022 / OpĂ©ra de Metz – 27, 29 et 31 mars 2022 / OpĂ©ra de Reims – 13 et 15 mai 2022 / OpĂ©ra de Limoges – 7 et 9 avril 2023 / OpĂ©ra de Massy – 12 et 14 mai 2023 / ThĂ©Ăątre ImpĂ©rial – OpĂ©ra de CompiĂšgne – 25 mai 2023

HAYDN, MOZART par le Concert de la loge

Mozart-portrait-chevalier-clemence-de-titus-idomeneo-mozartFrance Musique, en direct, ven 7 janv 2022, 18h. Les Viennois et Paris
. Joseph Haydn, inventeur et ambassadeur majeur de la forme symphonique comme du quatuor Ă  cordes, ne sĂ©journa jamais en France, mais ses Ɠuvres y furent rapidement publiĂ©es et sa renommĂ©e y fut immense de son vivant. À l’opposĂ©, son cadet Wolfgang Amadeus Mozart fit trois sĂ©jours Ă  Paris, mais n’accĂ©da vraiment Ă  la gloire en France qu’aprĂšs son dĂ©cĂšs. Le concert propose les symphonies de Haydn « La Passione » (Ă©ditĂ©e Ă  Paris du vivant de Haydn) et « La Poule » (commandĂ©e par le Comte d’Ogny pour le concert de la Loge olympique) ainsi que des airs de Haydn et Mozart dont la BnF conserve les manuscrits autographes. La Marseillaise rĂ©sonnera au dĂ©but du concert au sein de la Symphonie concertante mĂȘlĂ©e d’airs patriotiques de Jean-Baptiste Davaux. La BNF conserve le manuscrit autographe de l’opĂ©ra Don Giovanni de Mozart (lĂ©guĂ© par la cantatrice Pauline Viardot)


France Musique, en direct, ven 7 janv 2022, 18h. En direct depuis
la BnF I François-Mitterrand I Grand auditorium
Davaux, Haydn, Mozart – Concert diffusĂ© en direct sur France Musique et francemusique.fr
https://www.francemusique.fr/programmes

Wolgang Amadeus Mozart
Symphonie n°41 «Jupiter» en ut majeur K.551 (Allegro Vivace)
Don Giovanni, RĂ©cit et air : « Mi tradi quell’alma ingrata » (Donna Elvira)

Jean-Baptiste Davaux
Symphonie concertante
mĂȘlĂ©e d’airs patriotiques pour deux violons principaux

Joseph Haydn
Air de concert « solo e pensoso »
Symphonie n°49 « La Passione » : I. Adagio. II. Allegro di molto. III. Menuet – Trio. IV. Finale. Presto

Wolgang Amadeus Mozart
Cosi fan tutte : « Come scoglio» (Fiordiligi)

Joseph Haydn
Symphonie n°83 en sol mineur « La Poule » : I. Allegro spirituoso. II. Andante. III. Menuet – Allegretto. IV. Vivace

Chantal Santon Jeffery, soprano
Concert de la Loge,
Julien Chauvin (direction)

MONDONVILLE : 1772 – 2022, les 250 ans de la mort

MONDONVILLE (1711 – 1772) : 250 ans de la mort de MONDONVILLE  -  La carriĂšre de l’aristocrate narbonnais (nĂ© le 25 dĂ©cembre 1711) Jean-Joseph CassanĂ©a de Mondonville se dĂ©voile au cours des annĂ©es 1730, quand son ainĂ© Rameau perce sur la scĂšne lyrique avec Hippolyte et Aricie, chef d’Ɠuvre scandaleux de 1733.

Jean-Joseph_CassanĂ©a_de_Mondonville_(original_replica)_by_Maurice_Quentin_de_La_TourCadet de Rameau, de 30 ans, Mondonville s’impose d’abord au Concert Spirituel  qu’il a rejoint comme violoniste de l’orchestre, grĂące Ă  l’appui de La Pompadour ; puis il affirme ses dons de compositeur avec ses spectaculaires Grands Motets qui fusionne style opĂ©ratique et textes religieux : il en Ă©crira 17 au total, de 1734 Ă  1755. L’auteur dĂ©montre un sens exceptionnel de la caractĂ©risation orchestrale, des couleurs et des harmonies qui en associant choeur et orchestre, subliment littĂ©ralement la puissance et l’expressivitĂ© des textes : grandiose majestueux du Dominus regnavit, vivacitĂ© de l’Elevaverunt flumina, impĂ©tuositĂ© dramatique de Jordanis conversus est retrorsum dans le motet (l’un des Ă©lĂ©ments phares de son motet « In exitu Israel »). Mondonville impose un sens flamboyant de la surenchĂšre orchestrale au thĂ©Ăątre avec IsbĂ© (pastorale hĂ©roĂŻque, 1742), surtout Le Carnaval du Parnasse (1748), Titon et l’aurore (pastorale hĂ©roĂŻque de 1753, digne rivale de ZaĂŻs  et NaĂŻs, 1748 de Rameau).

1753 : la Querelle des Bouffons révÚle les tempéraments

Avec Titon, en pleine Querelle des Bouffons, Mondonville se dĂ©marque des dĂ©fenseurs de l’opĂ©ra italien, ses sujets « simples », sa sĂ©duction mĂ©lodique, son accessibilitĂ© ; a contrario, Mondonville entend affirmer la supĂ©rioritĂ© du style français en s’appropriant les codes de la tragĂ©die nationale.

Mondonville est de la mĂȘme gĂ©nĂ©ration que Dauvergne (nĂ© en 1711). Ce dernier remporte un triomphe sans prĂ©cĂ©dent, avec Les Troqueurs (1753), perle comique française et offrande italianisante pendant la dite querelle.

TempĂ©rament original, le Languedocien peut mĂȘme Ă©crire son propre livret et crĂ©er un opĂ©ra dans sa langue natale (Daphnis et Alcimadure, 1754 ; repris en français en 1755). AprĂšs la mort de Pancrace Royer, Mondonville prend la direction du Concert Spirituel.

1758, Paphos : le poùte flamboyant de l’amour

Comme il avait surpris avec Titon et l’aurore, et dans la lignĂ©e du gĂ©nial Rameau, rĂ©formateur du ballet, Mondonville frappe les esprits par sa flamboyante vivacitĂ© et suscite un grand succĂšs avec ses « FĂȘtes de Paphos » crĂ©Ă© en 1758. Le triptyque regroupe 3 actes, chacun ayant son thĂšme spĂ©cifique qu’unifie le prĂ©texte amoureux : VĂ©nus et Adonis, Bacchus et Erigone, L’Amour et PsychĂ© (avec Sophie Arnould)
 L’Ɠuvre, bondissante et Ă  l’ampleur symphonique (ambition ramĂ©lienne) est jouĂ© jusqu’en 1772.  TrĂšs soucieux d’efficacitĂ©, Mondonville n’hĂ©site pas Ă  participer Ă  la rĂ©daction de ses livrets, avec Voisenon, librettiste pour PsychĂ© et l’Amour.

La libertĂ© de l’écriture se joue des rĂ©fĂ©rences italiennes, assimile l’extrĂȘme virtuositĂ© vocale (permise alors par des chanteurs aussi exceptionnels que la haute-contre Pierre JĂ©lyote, plus tard remplacĂ© par Joseph Legros ; ou le dessus Marie Fel, tous interprĂštes vedettes des opĂ©ras Rameau). Avec Dauvergne (Hercule mourant, 1761), Mondonville le pĂ©tillant, l’audacieux, est le meilleur suiveur de Rameau. Il sait s’approprier la vivacitĂ© mĂ©lodique des italiens, tout en prolongeant l’essor symphonique de Rameau.

A l’heure de Mondonville, l’OpĂ©ra de Paris rĂ©actualise les opĂ©ras de l’inĂ©galĂ© Lully, mais en rĂ©Ă©crivant de la musique nouvelle, ajoutĂ© au livret (de Quinault) qui demeure, lui, inchangĂ© (ainsi le languedocien ose reprendre en 1765 le livret du ThĂ©sĂ©e de Quinault et Lully, mais en proposant une nouvelle musique).

Une courte Ă©vocation du gĂ©nie de Mondonville ne saurait insister assez sur ses talents Ă  l’église, en particulier ses Grands Motets oĂč l’écriture impĂ©tueuse et flamboyante pour chƓur et orchestre exprime comme nul autre jusque lĂ , – sauf avant lui Rameau, le sublime des Psaumes, le souffle Ă©poque des Ă©pisodes bibliques : Mondonville aprĂšs Rameau a fait entrer l’opĂ©ra sous la nef. Le Languedocien a libĂ©rĂ© le fort pouvoir sensoriel et spectaculaire de la musique en exploitant comme Ă  l’opĂ©ra, tout ce qu’avait de dramatique, l’évocation du texte sacrĂ©. Cette rĂ©ussite a fait les beaux soirs du Concert Spirituel, alors salle de concert parisienne, incontournable. Le 8 octobre 2022 marque les 250 ans de la mort du compositeur des FĂȘtes de Paphos (dĂ©cĂ©dĂ© le 8 oct 1772 Ă  Belleville / Paris).

CENTENAIRE de la mort du chef ARTHUR NIKISCH (1922 – 2022)

NIKISCH chef maestro centenaire 1922 2022 Arthur_NikischARTHUR NIKISCH : le centenaire de la mort 1922 – 2022  -  NĂ© en 1855, le chef hongrois Arthur Nikisch dĂ©cĂšde Ă  Leipzig le 23 janvier 1922. 2022 marque donc le centenaire de sa disparition. FormĂ© Ă  Vienne (auprĂšs de Josef Hellmesberger II entre autres), Nikisch reste marquĂ© par Wagner, jouant sous sa direction comme violoniste pour le concert de 1872 de la premiĂšre pierre amorçant le chantier du Festspielhaus de Bayreuth. 1er violon Ă  l’OpĂ©ra de Vienne (1874-1877), il se familiarise trĂšs vite avec les chefs compositeurs invitĂ©s Ă  diriger le Philharmonique de Vienne : Verdi et Wagner, Brahms et Liszt. Il rejoint l’orchestre de l’OpĂ©ra de Leipzig en 1878, puis en devient premier chef dĂšs 1882, et jusqu’en 1889. Ainsi il crĂ©e la Symphonie n°7 de Bruckner (1884). De 1889 Ă  1893, il rejoint Boston, pour en diriger l’Orchestre symphonique. La consĂ©cration comme l’hyperactivitĂ© s’impose Ă  partir de 1895 quand il prend la direction des deux orchestres allemands les plus importants : le Gewandhaus de Leipzig et le Philharmonique de Berlin, Ă  40 ans, et ce jusqu’à sa mort en 1922, soit pendant 27 annĂ©es. Lui succĂšde alors Ă  Berlin, le lĂ©gendaire FurtwĂ€ngler. Arthur Nikisch incarne le modĂšle du maestro intĂšgre, travailleur, Ă  la direction claire et simple, admirĂ© en cela par Wilhelm FurtwĂ€ngler qui avouait avoir tout appris de son modĂšle, dont surtout la façon d’obtenir le son. C’est un immense hommage quand on sait avec quel tempĂ©rament hors normes, FurtwĂ€ngler savait sculpter la sonoritĂ© de l’orchestre, produisant ce souffle viscĂ©ral, profond, ancrĂ© qui donne l’impression que chaque Ɠuvre, Ă©lectrisĂ©e dans l’urgence, Ă©tait recrĂ©Ă©e Ă  chaque concert.

LILLE, ON LILLE : BERNSTEIN par BLOCH (6, 7, 8 janvier 2022)

Alexandre_Bloch_orchestre national de lilleLILLE, ON LILLE : Bernstein par Alexandre Bloch, jeu 6 janvier 2022. L’HUMAIN et le FESTIF s’invite au Nouveau SiĂšcle pour cĂ©lĂ©brer la nouvelle annĂ©e 2022. Musicien accompli, Leonard Bernstein avait tous les talents. Pianiste (particuliĂšrement convaincant entre sĂ©duction et virtuositĂ© dans la cĂ©lĂšbre Rhapsody in Blue de Gershwin), il fut aussi chef d’orchestre et compositeur (West Side Story, 1957). Artiste engagĂ© et rĂ©voltĂ©, il lance un cri sincĂšre dans sa bouleversante Symphonie n°1, « Jeremiah » en pleine pĂ©riode nazie ; c’est une priĂšre contre l’holocauste commis en Europe, une prise de conscience aiguĂ« en lien avec sa propre judaĂŻtĂ© et aussi une dĂ©chirante exhortation fraternelle ; la partition crĂ©Ă©e par Koussevitzky en 1944 (la mĂȘme annĂ©e oĂč Copland son aĂźnĂ©, livre « Appalachian Spring » ). Tout chez Bernstein respire une Ă©tonnante sĂ©duction mĂ©lodique et une hypersensibilitĂ© qui touchent aussi par leur profondeur. La Symphonie n°1 rĂ©vĂšle le mĂ©tier solide du jeune compositeur.
C’est cette libertĂ© fantaisiste et si juste qui lui permet d’éblouir Ă  Broadway
 le maestro savait rendre hommage Ă  des amis musiciens comme le violoncelliste Mstislav Rostropovitch. Le programme Ă©voque chacune des facettes d’un musicien aux talents admirables, devenu Ă  juste titre, lĂ©gendaire.

Alexandre Bloch (photo ci dessus), directeur musical de l’ON LILLE, Orchestre National de Lille, dirige le portrait d’un artiste complet. On se souvient de sa formidable lecture de MASS (reportage vidĂ©o – juin 2018), ovni symphonique, lyrique et spirituel hors normes qui relĂšve Ă  la fois d’une grande messe profane et d’un rituel mystique collectif qui synthĂ©tise et fait la critique de toutes les liturgies


Jeudi 6 janvier 2022 — 20hboutonreservation
Lille – Auditorium du Nouveau Siùcle

BERNSTEIN
On the town, Trois danses

GERSHWIN
Rhapsody in Blue

BERNSTEIN
Slava !

BERNSTEIN
Symphonie n°1, « Jeremiah »

ON LILLE / Orchestre National de Lille
Alexandre Bloch, direction‹ / Michelle DeYoung, mezzo-soprano / ‹Wilhem Latchoumia, piano   –   ‚± 1h20 avec entracte

RÉSERVEZ VOS PLACES
directement sur le site de l’ON LILLE
Orchestre National de Lille :
https://www.onlille.com/saison_21-22/concert/bernstein-par-alexandre-bloch/

 

TOURNÉE
Pas de billetterie O.N.L / billetterie extérieure
—
Vendredi 7 janvier 2022 — 20h / ‹Calais, Grand ThĂ©Ăątre
—
Samedi 8 janvier 2022 — 20h30 / ‹Paris, Philharmonie

Concert captĂ© et diffusĂ© le lundi 21 mars Ă  20h sur notre chaĂźne YouTube dans la playlist de l’Audito 2.0. Concert disponible pendant 3 mois.

SCEAUX, La Schubertiade. SCHUBERT, BRAHMS par le Quatuor Taurus

schubertiade-sceaux-leaderboard-18-19-190-800-VIGNETTE-classiquenewsSCEAUX, La Schubertiade, sam 15 janv 2022, 17h30. Le Quatuor Taurus (fondĂ© en 2012 qui regroupe 4 musiciens parmi les plus talentueux de Belgique et des Pays-Bas) jouent le dernier Quatuor de Schubert ; La Schubertiade de Sceaux invite aussi le clarinettiste Ronald Van Spaendonck qui associĂ© au Quatuor Taurus interprĂšte Brahms (Quintette avec clarinette). La Schubertiade de Sceaux commence l’annĂ©e nouvelle avec deux chefs d’Ɠuvre de la musique de chambre, tout en continuant de cĂ©lĂ©brer Ă  chacun de ses concerts du samedi, le gĂ©nie schubertien.
Cette saison de musique de chambre, unique en France par sa qualitĂ© et la carte blanche laissĂ©e aux jeunes instrumentistes les plus prometteurs, programmĂ©e par son directeur artistique Pierre-Kaloyann Atanassov et placĂ©e sous le parrainage de FrĂ©dĂ©ric LodĂ©on, se poursuit ainsi jusqu’en avril 2022.

 

 

 

Violoncelle en majesté chez Schubert
Reflets irrisés du Notturno de Brahms

 

 

 

SCHUBERT-SCHUBERTIADE-concert-amitie-saison-sceaux-musique-de-chambre-la-schubertide-de-sceaux-concerts-programme-annonce-par-classiquenewsAprĂšs le n°14 « La jeune fille et la mort » (D810, 1824), Schubert achĂšve le cycle de ses quatuors Ă  cordes avec l’ultime n°15 (D 887), Ă©crit en 10 jours (juin 1826). Le Quatuor Schuppenzigh joue le seul premier mouvement du vivant de Schubert, lors du fameux concert qu’il organise le 26 mars 1828. Au rĂ© mineur, inquiet, interrogatif de la Jeune Fille et la mort, qui a suscitĂ© si peu de considĂ©ration, le n°15 rĂ©pond par une espĂ©rance nouvelle, en sol majeur, exaltĂ©, confiant, imposant la certitude sur l’inconfort du doute. Pour autant, Schubert n’écarte pas la profondeur ni la gravitĂ©, atteignant dans le cadre chambriste, une ampleur parfois symphonique. Prolongement d’un processus graduel, le n°15 privilĂ©gie surtout la voix du violoncelle, chantre avant tous, d’une puissance dramatique, d’une Ă©loquence nouvelle, entre rĂ©vĂ©lation mystĂ©rieuse et sourde conscience dĂ©cuplĂ©e. DurĂ©e : circa 42 mn. Plan : Allegro molto moderato. Andante un poco moto. Scherzo : Allegro vivace. Allegro assai.
Les deux derniers mouvements sont les plus impressionnants. Le Scherzo systĂ©matise les tremolos comme agents d’une inquiĂ©tude saisissante, au climat fantastique obsessionnel. Le trio central notĂ© Allegreto, affirme la pleine signification du sol majeur dont le motif mĂ©lodique atteint une abstraction idĂ©ale, manifestation d’une beautĂ© Ă©thĂ©rĂ©e. De forme rondo, le prodigieux Finale (Allegro assai) exprime une course Ă©chevelĂ©e, en cela, prolongement du finale de la Jeune fille et la mort ; la tarentelle frĂ©nĂ©tique, nerveuse, mordante du violoncelle Ă©voque un combat ultime qui finalement s’essouffle en une derniĂšre expiration murmurĂ©e qui renoue avec le climat globalement envoĂ»tĂ©, hallucinatoire du Quatuor entier.

Brahms johannes concertos pianos orchestre par adam laloum nelson freire critique annonce par classiquenewsLe Quintette avec clarinette de Brahms date de l’étĂ© 1891 – jouĂ© Ă  Vienne dĂ©but janvier 1892, soit il y a 130 ans, – par le quatuor RosĂ© et le clarinettiste Steiner ; la partition affirme la maĂźtrise formelle de Brahms, ici digne hĂ©ritier de Haydn. Allegretto, Adagio, Andantino, enfin Con moto ( bĂąti comme une suite de variations). Le chant amoureux rayonne dans l’Adagio, sorte de cantilĂšne rĂȘveuse dĂ©volue Ă  la clarinette ; tandis que les 5 Variations composant le Finale, abordent chacune le motif Ă©noncĂ© par les cordes (avec brĂšves sĂ©quences de la clarinette) puis culmine sur le mi forte, point culminant d’un cycle, uni et cohĂ©rent, tissant Ă©paisseur et sincĂ©ritĂ© pour un Quintette crĂ©pusculaire, aux teintes nocturnes scintillantes, immuables, dans leur tentation de l’intĂ©rioritĂ©.

 

 

 

 

 

 

Samedi 15 janvier 2022boutonreservation
SCEAUX, HĂŽtel de Ville, 17h30
Quatuor Taurus et Ronald Van Spaendonck, clarinette

QUATUOR TAURUS
Wietse Beels (violon), Liesbeth Baelus (violon), Vincent Hepp (alto), Martijn Vink (violoncelle)
et Ronald Van Spaendonck (clarinette)

 

 

 

Schubert : Quatuor n°15 ; Brahms : Quintette avec clarinette.

 

 

 

Concert Ă  17h30, salle de l’hĂŽtel de ville, 122 rue Houdan, 92330 Sceaux – Renseignements : 06 72 83 41 86
Locations : www.schubertiadesceaux.fr (onglet billetterie)
http://www.schubertiadesceaux.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLEANS, les 5 et 6 fĂ©v 2022. RĂȘves et lĂ©gendes

orchestre-symphonique-d-orleans-concert-presentation-critique-concert-opera-classiquenews-concert-reves-et-legendes-saison-2021-2022-comedies-reves-554x1024ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLEANS, les 5 et 6 fĂ©v 2022. COMÉDIES, RÊVES ET LÉGENDES
 La conteuse Florie Dufour et l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans plongent au cƓur des contes et lĂ©gendes pour un concert des plus oniriques
 de quoi sĂ©duire les mĂ©lomanes en herbe comme les amoureux de la musique dans la fleur de l’ñge. Au programme, pour toute la famille, les hĂ©ros et les lĂ©gendes qui bercent l’enfance et excitent l’imagination : Pierre et le Loup, La Belle au bois dormant, Le Petit Poucet, La Belle et la BĂȘte
 L’approche est enchanteresse, et le concert, tout en suivant l’action des hĂ©ros, une excellente invitation Ă  dĂ©couvrir les instruments de l’orchestre. Prokofiev donne vie aux animaux qui croisent la route de Pierre : le chat, le canard, l’oiseau de la forĂȘt, sans omettre le loup et le grand-pĂšre de Pierre ; puis Ravel, gĂ©nie de l’orchestration depuis Rameau, Berlioz et Saint-SaĂ«ns, Ă©blouit tout autant dans l’évocation des contes conçus par Charles Perrault : ses « Contes de ma MĂšre l’Oye » ressuscite tout un monde fantastique aux couleurs du rĂȘve et 
 de l’Orient. Rien n’égale ici la subtilitĂ© poĂ©tique tissĂ©e par Ravel, orfĂšvre des timbres instrumentaux, capable d’alliages aussi savoureux qu’audacieux. La parure de l’orchestre atteint des sommets de voluptĂ© expressive.

ORLEANS, ThĂ©Ăątre d’OrlĂ©ans
Salle Touchard
samedi 5 fĂ©vrier 2022 – 20h30
dimanche 6 fĂ©vrier 2022 – 16h

ComĂ©dies, rĂȘves et lĂ©gendes
Direction : Marius Stieghorst
Narratrice : Florie Dufour

RÉSERVEZ VOS PLACES
http://www.orchestre-orleans.com/concert/comedies-reves-et-legendes-2022/

KABALEVSKY – Les ComĂ©diens
PROKOFIEV – Pierre et le loup
RAVEL – Ma mùre l’Oye

OSO-orchestre-symphonique-orleans-marius-stieghorst-saison-2019-2020-concert-annonce-classiquenews

RÉSERVATIONS
Cat 1 : 30€
Cat 2 : 27/24/13€
Cat 3 : 19€
‱ Les rĂ©servations hors abonnement se font auprĂšs du ThĂ©Ăątre d’OrlĂ©ans, Boulevard Pierre SĂ©gelle – 45000 OrlĂ©ans.
du mardi au samedi de 13h Ă  19h
02 38 62 75 30 (Ă  partir de 14h).
‱ Billetterie en ligne
www.helloasso.com/associations/orleans-concerts

STREAMING concert : Grands Motets de LULLY (Les Epopées / Stéphane Fuguet, 2020)

epopees-stephane-fuguet-grands-motets-lully-critique-video-cd-classiquenewsSTREAMING vidĂ©o : LULLY, Grands motets – Les EpopĂ©es, StĂ©phane Fuguet (Versailles, 2020)  -  Sous la direction de StĂ©phane Fuget, Les EpopĂ©es (fondĂ©s par ce dernier en 2018) interprĂštent trois grands motets de Jean-Baptiste Lully : Dies Irae, De profondis et O Lachrymae fideles. Le Dies Irae et le De profondis ont Ă©tĂ© jouĂ©s en 1683 lors des funĂ©railles de Marie-ThĂ©rĂšse d’Autriche, l’épouse de Louis XIV. En contrepoint Ă  cette gravitĂ©, le O Lachrymae fideles invite quant Ă  lui Ă  la danse. Ensemble, ces trois Ɠuvres soulignent le gĂ©nie de l’un des plus grands compositeurs baroques du XVIIĂš.
En concertation avec les Ă©quipes artistiques du ChĂąteau de Versailles, StĂ©phane Fuget qui a crĂ©Ă© en 2018, « Les EpopĂ©es » entame un parcours spĂ©cifique dĂ©diĂ© Ă  l’Ɠuvre sacrĂ©e de Lully. Focus apprĂ©ciĂ© tant il dĂ©voile l’intensitĂ© de l’inspiration dans le registre non lyrique et opĂ©ratique (oĂč on l’attendrait d’emblĂ©e naturellement) mais sacrĂ© et liturgique. Lully, ce grand faiseur d’opĂ©ras, Ă©tant capable aussi de dĂ©votion et de ferveur d’une noblesse, souple et grave. SincĂšre sous le dĂ©corum louislequatorzien. Car aux cĂŽtĂ©s de l’esprit de grandeur, s’exprime aussi librement, le sentiment d’angoisse individuelle, de terreur incarnĂ©e qui sous les ors de la Chapelle royale, sont comme rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©s par le geste dĂ©taillĂ©, profond du chef Fuget. Le maestro dĂ©montre que la dĂ©votion et l’esprit de lamentation s’accordent Ă  la noblesse, de surcroĂźt dans l’acoustique de la chapelle royale. Lully_versailles_portraitSa vibrante rĂ©sonance, qui crĂ©Ă©e mĂȘme des tourbillons sonores inĂ©dits n’a pas Ă©tĂ© connue de Lully, lequel ne vĂ©cut pas assez longtemps pour assister Ă  l’édification du dernier chantier de Louis XIV Ă  Versailles (la Chapelle royale est livrĂ©e en 1710). Nonosbtant, sous la voĂ»te de l’écrin architectural conçu par Robert de Cotte, les Grands Motets s’imposent dans leur grandeur et leur austĂ©ritĂ©, la justesse des accents fervents, la somptueuse parure orchestral comme chorale de tutti, d’une sincĂ©ritĂ© directe.
Le programme de cette captation vidĂ©o prĂ©sentent des Ɠuvres composĂ©es entre 1660 et 1668, avant que le Florentin ne signe sa premiĂšre tragĂ©die lyrique, Cadmus et Hermione (1673), 1er opĂ©ra français.

Parmi le choeur, des solistes de premiĂšre valeur : Claire LefilliĂątre, Ambroisine BrĂ©, Cyril Auvity, Marc Mauillon, Renaud Delaigue, Marco Angioloni, 
 autant de tempĂ©raments qui dans la mesure et la nuance nĂ©cessaire, requise par la sensibilitĂ© orfĂ©vrĂ©e du chef StĂ©phane Fuget, expriment l’individualitĂ© des croyants assemblĂ©s. Ce sens de l’incarnation distingue l’approche de toutes celles qui l’ont prĂ©cĂ©dĂ©e : collectif certes, surtout rĂ©union de fervents dont l’ardeur personnelle et intime, revendiquent l’émotion, dans les duos, trios alanguis, les sursauts collectifs, rythmiquement intrusifs, comme prĂ©cipitĂ©s, qui leur succĂšdent
 Remarquable comprĂ©hension de la ferveur lullyste et versaillaise.

Programme :

 

 

 

Jean-Baptiste Lully
Dies Irae
O Lachrymae fideles
De Profundis

Direction musicale : StĂ©phane Fuget – Orchestre : Les ÉpopĂ©es
Versailles, Chapelle royale – Les Grands Motets de Lully / Promenade musicale Ă  Versailles – Concert captĂ© en mars 2020 dans la chapelle royale du ChĂąteau de Versailles.

 

 

 

VOIR EN REPLAY jusqu’au 11 nov 2023 :
https://www.arte.tv/fr/videos/098485-004-A/les-grands-motets-de-lully/

 

 

 

 

 

 

CONCERT DU NOUVEL AN 2022 – Daniel Barenboim et les Wiener Philharmoniker jouent JOSEF STRAUSS

new-year-concert-concert-nouvel-an-2022-daniel-Barenboim-wiener-philharmoniker-philhar-vienne-critique-annonce-classiquenewsCONCERT DU NOUVEL AN 2022 – Daniel Barenboim et les Wiener Philharmoniker jouent Josef et Eduard Strauss. Ce devrait ĂȘtre le premier grand moment de bonheur partagĂ© de 2022 pour tous les mĂ©lomanes, l’inusable concert du Nouvel An, ce 1er janvier 2022 (diffusĂ© en direct sur France 2 et France Musique dĂšs 11h), depuis la salle dorĂ©e du Musikverein de Vienne, avec le Philharmonique de Vienne / Wiener Philharmoniker sous la direction (pour la 3Ăš fois) du chef Daniel Barenboim.
Sony classical annonce la sortie du programme dans la foulĂ©e, le 7 janvier 2022 (en streaming et tĂ©lĂ©chargement), puis le 14 janvier 2022 en cd, et le 28 janvier en dvd, blu ray et triple vinyle. Chaque Ă©dition est l’occasion de (re)dĂ©couvrir le raffinement orchestral concoctĂ© par le clan familial Strauss, avec en vedette, l’éblouissante inspiration de Johann josef_strauss_modifiedfils, aux cĂŽtĂ©s de Johann pĂšre ; mais ce cru 2022 s’annonce prometteur en privilĂ©giant aussi les deux autres frĂšres compositeurs, moins connus que leur ainĂ© Johann II ; cette annĂ©e, Josef Strauss, le frĂšre aussi virtuose que Johann II, est Ă  la fĂȘte avec pas moins de 4 opus ainsi restituĂ©es : Marche du Phoenix, opus 105, Polka La SirĂšne opus 248, Polka française La Nymphe opus 50, valse Harmonie des SphĂšres opus 235
 les 3 premiĂšres en crĂ©ation dans le cadre du Concert du Nouvel An. De mĂȘme, Daniel Barenboim a choisi plusieurs partitions du dernier de la fratrie, Eduard dont il joue Petite Chronique, polka rapide, opus 128 et VƓux praguois opus 144
 soit une petite rĂ©volution au pays du clan Strauss. CONCERT incontournable.

LIRE notre présentation du CONCERT DU NOUVEL AN 2022 avec les Wiener Philharmoniker et Daniel Barenboim

ANNIVERSAIRES 2022 : les compositeurs et artistes cĂ©lĂ©brĂ©s en 2022 (de CĂ©sar Franck Ă  SchĂŒtz, de Scriabine Ă  AlfvĂ©n…)

franck cesar portrait classiquenewsANNIVERSAIRES 2022 : les compositeurs fĂȘtĂ©s en 2022 : Franck, Mondonville, Vaughan Williams
 Souhaitons qu’un semblant de « vie normale » revienne rapidement en 2022, utopie bien rĂ©elle qui augure d’un dĂ©but 2022 dĂ©jĂ  entachĂ© par le nouveau variant « Omicron », plus contagieux et sa consĂ©quence concrĂšte dĂšs la fin dĂ©c 2021, le retour aux jauges limitĂ©es pour les salles de spectacle – mesure presque acceptable en France quand en Belgique, le confinement dĂ©cidĂ©, imposĂ©, met Ă  l’arrĂȘt l’ensemble du secteur culturel 
 Nonobstant ces temps d’incertitude, c’est le belge CĂ©sar Franck (pour le bicentenaire de sa naissance) qui sera l’auteur le plus fĂȘtĂ© alors, et sa juste valeur, son apport Ă  la musique, mieux Ă©valuĂ©s ainsi
 en particulier en France, Ă  l’heure du tout Wagner.
Citons aussi les indispensables autant qu’inĂ©vitables SchĂŒtz et Scriabine, le directeur de compagnie Ă  l’infaillible intuition Diaghilev – mentor de Nijinsky ; et aussi ETA Hoffmann, plus connu aujourd’hui comme poĂšte que musicien ; mais aussi les moins connus, Mondonville (qui porte Ă  2, le nombre des figures baroques majeures cĂ©lĂ©brĂ©es en 2022), et Ralph Vaughan Williams ou Hugo AlfvĂ©n, acteurs d’une musique nationale respectivement en Angleterre et en SuĂšde. La nouvelle annĂ©e pourrait ĂȘtre celle des « 150 ans », pointant le curseur sur toute une gĂ©nĂ©ration d’auteurs, tous les 4 nĂ©s en 1872, colonie de contemporains aux profils aussi divers qu’indiscutables : Diaghilev, Scriabine, Vaughan Williams, AlfvĂ©n 
 2022 s’annonce ainsi une annĂ©e passionnante.

_____________________

 

 

 

Heinrich SCHÜTZ (1585-1672) – 350 ans de la mort
Schutz-heinrich-opera-oratorio-classiquenews-dossier-anniversaire-2022-classiquenewsElĂšve de Giovanni Gabrieli Ă  Venise (voire de Monteverdi), Heinrich SchĂŒtz rĂ©invente avant JS Bach, la musique sacrĂ©e germanique Ă  laquelle il ajoute la sensualitĂ© italienne (polychoralitĂ© vĂ©nitienne) le sens de la mĂ©lodie et le relief du rĂ©citatif, les figuralismes expressifs (assimilĂ©s totalement dans ses propres madrigaux). Ses oratorios pour Dresde en particulier oĂč il dirige la chapelle en 1615, et son opĂ©ra Dafne, 1er ouvrage lyrique en allemand (1627, hĂ©las perdu), affirme un tempĂ©rament qui fusionne drame et spiritualitĂ©, mais aussi Ă©pure et gravitĂ© (probable influence du contexte de la Guerre de Trente Ans, cataclysme bouleversant l’histoire europĂ©enne dans la premiĂšre moitiĂ© du XVIIĂš). Parmi les Ɠuvres les plus marquantes du « Monteverdi germanique » : Psalmen Davids, 1619 ; Kleine geistliche Konzerte (Petits concerts spirituels), 1636 ; Musikalische Exequien (ObsĂšques musicales), 1636 ; Die Sieben Worte Jesu Christi am Kreuz, 1662 ; sans omettre les 3 Passions Ă  redĂ©couvrir en urgence, triptyque prĂ©figurant directement la puissance dramatique des drames de JS Bach : Mathieu (1664), Luc (1666) et Jean (1668)

______________________________________________________

 

 

 

Jean-Joseph CassanĂ©a de MONDONVILLE (1711-1772) – 250 ans de la mort
Jean-Joseph_CassanĂ©a_de_Mondonville_(original_replica)_by_Maurice_Quentin_de_La_TourA l’époque oĂč Rameau rĂšgne indiscutablement, Ă  l’opĂ©ra, le narbonnais Jean-Joseph CassanĂ©a de Mondonville, violoniste provincial au tempĂ©rament puissant fait aussi entendre sa voix comme compositeur : ses « grands motets » affirment un sens du drame Ă©poustouflant pour l’époque Ă  l’égal de Rameau. Devenu directeur du Concert Spirituel, Mondonville marque la vie parisienne sous Louis XV et Ă  l’époque des LumiĂšres. C’est un touche Ă  tout d’une indiscutable voire irrĂ©sistible sĂ©duction comme ses opĂ©ras (Titon et l’Aurore), ballets, oratorios l’indiquent clairement.

LIRE notre critique des Grands Motets de Mondonville par György Vashegyi – 2015 / Budapest : György Vashegyi est un dĂ©fricheur au tempĂ©rament gĂ©nĂ©reux, surtout Ă  la vision globale et synthĂ©tique propre aux grands architectes sonores. C’est aussi une affaire de sensibilitĂ© et de goĂ»t : car le chef hongrois goĂ»te et comprend comme nul autre aujourd’hui, Ă  l’égal de nos grands Baroqueux d’hier, la subtile alchimie de la musique française :
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-compte-rendu-critique-mondonville-grands-motets-gyorgy-vasgheyi-2-cd-glossa-2015/

______________________________________________________

 

 

 

Ernst Theodor Amadeus HOFFMANN (1776-1822) – 200 ans de la mort
Juriste de formation et critique acerbe, Ă©crivain et poĂšte renommĂ©, E.T.A. Hoffmann incarne comme ThĂ©ophile Gaultier, Barbey d’Aurevilly et surtout Villiers de l’Isle Adam Ă  sa suite, le gĂ©nie romantique fantastique qu’il marque avant tous, comme pionnier. L’envoĂ»tement, l’emprise, les visions terrifiantes, les tromperies et les illusions traversent son Ɠuvre frappĂ©e sous le sceau du rĂȘve et souvent du cauchemar
 Nombre de ses nouvelles inspirent les compositeurs d’opĂ©ra et les chorĂ©graphes : Cardillac (Paul Hindemith), CoppĂ©lia (LĂ©o Delibes), Casse-Noisette (Tchaikovsky), et bien sĂ»r Offenbach qui met en scĂšne les propres dĂ©boires amoureux du poĂšte Hofmann dans ses Contes d’Hoffmann
Critique musical, Hoffmann ne cache pas son admiration pour Mozart dont il prend le prĂ©nom Amadeus. Son anniversaire permettra-t-il de redĂ©couvrir aussi les opĂ©ras (Ondine), messes, symphonie et Sonates pour piano dont il est l’auteur ?
______________________________________________________

 

 

 

CĂ©sar FRANCK (1822-1890) : 200 ans de la naissance
franck_cesar_symphonie_franckInclassable, organiste virtuose, compositeur non moins gĂ©nial (sa Sonate pour violon et piano aurait inspirĂ© Ă  Proust sa Sonate de Vinteuil, Ă©cho indirect aussi de la Sonate de
 Saint-SaĂ«ns, proche de Franck), le belge CĂ©sar Franck (nĂ© Ă  LiĂšge), eut l’intelligence d’aimer autant Wagner que de proposer une alternative Ă  la musique de l’auteur de Tristan. C’est le plus français des belges, qui meurt Ă  Paris en 1890. AprĂšs avoir subjuguĂ© les parisiens depuis la tribune de Sainte-Clotilde (dĂšs 1859 Ă  37 ans, disposant d’un CavaillĂ©-Coll tout neuf), Franck devient professeur d’orgue au Conservatoire de Paris en 1871. C’est la pĂ©riode oĂč il cofonde avec Saint-SaĂ«ns la SociĂ©tĂ© National de musique, destinĂ©e Ă  favoriser et encourager les compositeurs français contemporains : claire rĂ©ponse au wagnĂ©risme envahissant. Audacieux voire dĂ©fricheur comme Berlioz, Franck fixe de nouveaux modĂšles, dans tous les genres (opĂ©ra, poĂšme symphonique, musique de chambre, symphonie
), soucieux autant de la sĂ©duction formelle que du sens et de la cohĂ©rence architecturale des Ɠuvres (le principe cyclique assure la cohĂ©sion interne de chaque partition, comme le leitmotiv propre Ă  Wagner). Outre sa Sonate, son unique Symphonie (en rĂ© mineur, 1889) est un modĂšle du genre et une expĂ©rience autant spirituelle que musicale pour le chefs et les instrumentistes comme pour tout auditeur. Le 8 dĂ©c 2022 marque le bicentenaire de sa naissance.
LIRE notre dossier spĂ©cial CĂ©sar Franck 1822 – 2022 :
https://www.classiquenews.com/200-ans-de-cesar-franck-1822-2022-dossier-pour-le-bicentenaire-cesar-franck/

LIRE aussi notre critique du CD CLIC de CLASSIQUENEWS :
CĂ©sar Franck par Mikko Franck : Symphonie en rĂ©, Ce que l’on entend sur la montagne, Philharmonique de Radio France (1 cd Alpha). Depuis sa crĂ©ation en 1937, le Philharmonique de Radio France n’a jamais semblĂ© aussi heureux et Ă©panoui que sous la conduite du finlandais Mikko Franck. On se souvient d’une remarquable Tosca Ă  Orange oĂč le chant orchestral produisait une tension dramatique captivante (Ă©tĂ© 2010). On retrouve le mĂȘme engagement et une entente bĂ©nĂ©fique dans ce programme dĂ©diĂ© au symphonisme de CĂ©sar Franck.
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-critique-cesar-franck-par-mikko-franck-symphonie-en-re-ce-que-lon-entend-sur-la-montagne-philharmonique-de-radio-france-1-cd-alpha/
______________________________________________________

 

 

 

Serge (de) DIAGHILEV (1872-1929) – 150 ans de la naissance
DIAGHILEV-serge-ballets-russes-anniversaire-2022-150-ans-dossier-classiquenewsCertes pas compositeur, mais mĂ©lomane et producteur visionnaire, Serge de Diaghilev fut un directeur de compagnie d’une stature lĂ©gendaire, inĂ©galĂ© mĂȘme aprĂšs lui ; il marque l’histoire de la danse et de la crĂ©ation musicale Ă  Paris, permettant aux crĂ©ateurs français surtout parisiens d’enrichir idĂ©alement leur propre imaginaire ; Paris n’avait connu l’émergence de tels talents Ă©trangers depuis Marie-Antoinette au dĂ©but des annĂ©es 1770 et 1780, invitant pour le plus grand bĂ©nĂ©fice de l’invention française, les Gluck, Piccinni, Sacchini, Salieri Ă  Versailles et Paris ; de son cĂŽtĂ© Diaghilev dirige et assure Ă  Paris le rayonnement des « Ballets Russes », crĂ©Ă©s en 1907 (l’annĂ©e des Demoiselles d’Avignon de Picasso), laboratoire, tremplin qui favorise l’expressivitĂ© des plus grands interprĂštes et compositeurs russes : Chaliapine, Nijinsky, 
 Tamara Karsavina ; sa coopĂ©ration avec le jeune Stravinsky est exceptionnellement fĂ©conde : L’Oiseau de feu (1910), Petrouchka (1911) surtout Le Sacre du printemps, scandale historique qui fait trembler les planches du TCE Ă  Paris en 1913 
 ; Diaghilev produit aussi les piliers de l’opĂ©ra russe dont Boris Godunov de Moussorgski (avec Chaliapine, Ă  l’OpĂ©ra Garnier) influençant jusqu’à l’inspiration et l’orchestration de 
Ravel. S’assurant le concours des danseurs chorĂ©graphes Nijinsky, Balanchine, Lifar, Massine, le ballet et l’art chorĂ©graphique rayonnent alors Ă  Paris grĂące Ă  Diaghilev, dans plusieurs crĂ©ations demeurĂ©es depuis inoubliables, musicalement majeures dans l’histoire de la musique parisienne : Daphnis et ChloĂ© (Ravel), AprĂšs-midi d’un faune (Debussy avec Nijinski), Jeux du mĂȘme Debussy, Parade de Satie (dĂ©cors de Picasso), La lĂ©gende de Joseph (R Strauss), s’associant d’autres noms illustres tels Cocteau, Milhaud, Chabrier, de Falla (Le Tricorne), Prokofiev, Poulenc (Les Biches)
 (Portrait de Diaghilev par Leon Bakst, 1906)
______________________________________________________

 

 

 

Alexandre SCRIABINE (1872-1915) – 150 ans de la naissance
Alexandre ScriabineComme Bruckner, Scriabine est un illuminĂ© dont l’Ɠuvre tĂ©moigne d’une ferveur hors normes inspirant une Ă©criture Ă  la fois sincĂšre comme personnelle (pour ne pas dire intime voire autobiographique). Mais si Bruckner rĂ©invente la symphonie germanique (dans l’admiration de Dieu et de 
 Wagner), Scriabine rĂ©invente totalement le langage pianistique, qu’il sait accorder aussi au tissu orchestral. HabitĂ© par la forme pure et le langage d’une musique surtout spirituelle, elle-mĂȘme porteuse d’un idĂ©al philosophique oĂč le crĂ©ateur dĂ©miurge rend audible l’harmonie cosmique, Scriabine s’intĂ©resse en 1900 Ă  l’écriture symphonique. 2015 marquait le centenaire de sa mort en 1915 (Lire notre dossier centenaire Scriabine, 1915 – 2015), 2022 devrait rĂ©viser notre perception de son Ɠuvre, de ses audaces harmoniques orchestrales Ă  sa conception mystique du jeu pianistique. Ses partitions majeures tels « Vers la flamme », surtout « le PoĂšme de l’extase » (1907) prĂ©cisent la singularitĂ© d’une hypersensibilitĂ© hors normes
 De l’ivresse Ă  l’extase et aux vertiges conscients, toujours parfaitement calibrĂ©s, chaque partition de Scriabine relĂšve d’une transfiguration: l’indice d’une quĂȘte coĂ»te que coĂ»te prĂ©servĂ©e, menant de la danse Ă  la transe.
Jamais dogmatique ni dĂ©monstrative, l’écriture de Scriabine sait devenir pure poĂ©sie a contrario de l’ambition spirituelle qui la soustend. Les titres de ses Ɠuvres majeures (Le divin poĂšme, le PoĂšme de l’extase, vers la flamme, PromĂ©thĂ©e
) disent assez l’absolue exigence de celui qui vĂ©cut la musique tel le couronnement des disciplines spirituelles.

LIRE aussi notre dossier les 6 symphonies de Scriabine
http://www.classiquenews.com/150-ans-de-scriabine-2015-les-6-symphonies-de-scriabine/
LIRE notre critique du Poùme de l’extase par Valery Gergiev :
http://www.classiquenews.com/cd-compte-rendu-scriabine-le-poeme-de-lextase-valery-gergiev-1-cd-lso-live-2014/
LIRE aussi notre dossier centenaire Scriabine 1915-2015 :
http://www.classiquenews.com/centenaire-de-la-mort-de-scriabine-1915-2015/
______________________________________________________

 

 

 

Hugo ALFVÉN (1872-1958) – 150 ans de la naissance
ALFven-symphonie-classiquenews-dossier-anniversaire-2022-classiquenewsLe suĂ©dois Hugo AlfvĂ©n poursuit la flamme musical aprĂšs Martin Kraus, compositeur des LumiĂšres nordiques Ă  la cour de Gustave III mais nĂ© en Allemagne. Comme son prĂ©dĂ©cesseur au XVIIIĂš, AlfvĂ©n renouvelle encore l’idĂ©e d’un symphonisme proprement suĂ©dois. Le professeur au conservatoire de Stockholm qui est aussi chef et violoniste, ne tarde pas Ă  s’affirmer dans le domaine symphonique (succĂšs de la n°2, 1899) par son tempĂ©rament Ă©clectique, formĂ© en Europe, autant que compositeur typiquement suĂ©dois. Aquarelliste chevronnĂ©, AlfvĂ©n sait marier les timbres avec un sens de la couleur et du drame, manifeste. Ses 5 symphonies, sa rhapsodie « Midsommarvaka » / Nuit de la saint-Jean, en tĂ©moignent.
______________________________________________________

 

 

 

Ralph VAUGHAN WILLIAMS (1872-1958) – 150 ans de la naissance
A l’ombre de Britten, Vaughan Williams marque aussi l’histoire de musique anglaise. Il est le compagnon d’étude de Gustav Holst au Royal College of Music Ă  Londres (1895) ; puis il gagne une maturitĂ© artistique grĂące Ă  son bagage et sa culture enrichis par sa formation Ă  Berlin (auprĂšs de Bruch) et Ă  Paris (auprĂšs de Ravel, 1909)
 L’europĂ©en s’ingĂ©nie ensuite Ă  livrer une musique authentiquement britannique, libĂ©rĂ©e des influences continentales (italienne, germanique, française, 
) Ă  partir des airs folkloriques anglais qu’il collecte avec minutie et qu’il intĂšgre dans ses Ɠuvres. Vaughan Williams s’engage dans l’armĂ©e au moment de la Grande Guerre comme brancardier ; de cette Ă©poque date une blessure qui mĂšnera Ă  la fin de sa vie Ă  la surditĂ©. Il meurt en 1958 et est inhumĂ© Ă  Westminster, prĂšs de la tombe de Purcell qu’il admirait.
______________________________________________________

 

 

 

 

 

 

Dossier et prĂ©sentations rĂ©guliĂšrement actualisĂ©s au fur et Ă  mesure de l’annĂ©e 2022

 

 

 

ARTE. PARSIFAL avec Jonas Kaufmann, ElÄ«na Garanča, depuis l’OpĂ©ra de Vienne, avril 2021

wagnerARTE, dim 9 janv 2022, 0h10. WAGNER : PARSIFAL. Production vocalement et orchestralement luxueuse, captĂ© en streaming en avril 2021 Ă  l’OpĂ©ra de Vienne. DiffusĂ© le 18 avril 2021, la nouvelle production associe Kirill Serebrennikov (mise en scĂšne), Philippe Jordan (direction), avec un trio trĂšs solide Jonas Kaufmann, ElÄ«na Garanča et Ludovic TĂ©zier, dans les rĂŽles de Parsifal, Kundry, Amfortas.

ConfinĂ© en Russie, Serebrennikov conduit sa mise en scĂšne pour Vienne
 En avril 2021, le metteur en scĂšne russe Kirill Serebrennikov Ă©tait assignĂ© Ă  rĂ©sidence, persona non grata, accusĂ© de dĂ©tournement de fonds publics; mis Ă  l’index et placĂ© sous haute surveillance par le Kremlin aprĂšs avoir Ă©tĂ© condamnĂ© en juin par le tribunal Mechtchanski de Moscou Ă  3 ans de prison avec sursis ; Ă  distance, il concevait et pilotait (le confinement imposĂ© par la covid Ă©tant passĂ© par lĂ ) sa mise en scĂšne de Parsifal pour l’OpĂ©ra de Vienne (comme il avait fait pour son Cosi destinĂ© Ă  l’OpĂ©ra de Zurich en 2018). L’ultime drame lyrique de Wagner Ă©tait conçu tel un hymne Ă  la libertĂ©, en Ă©cho Ă  sa propre situation d’enfermement.

Le hĂ©ros wagnĂ©rien peut-il ĂȘtre sauvĂ© ? AprĂšs avoir abordĂ© la figure du hĂ©ros sauveur, d’abord pĂ©nitent puis repenti (TannhaĂŒser), mais aussi Ă©lu prĂȘt Ă  sauver toute Ăąme dĂ©sireuse (Lohengrin pour Elsa), Wagner portraiture Parsifal en jeune soldat pur, sans attache ni compromission, promis Ă  « sauver » une communautĂ© de chevaliers, dĂ©munie, maudite ; car leur leader, le Roi-PrĂȘtre Amfortas a pĂ©chĂ©, perdu la lance sacrĂ©e, son existence rĂ©duite Ă  une lente agonie sanguinolente ; Ă  peine a-t-il la force de rĂ©unir les preux pour le rituel salvateur, la prĂ©sentation du calice sacrĂ©, le Graal, Ă  Montsalvat ; il faudra la compassion du jeune Ă©tranger, de Parsifal pour sauver ce qui Ă©tait perdu ; ce malgrĂ© la tentative du magicien Klingsor, le mal incarnĂ©, pour dĂ©vier le jeune sauveur de sa route, tentant de le sĂ©duire pour mieux le perdre, grĂące Ă  la pĂȘcheresse tentatrice, l’insidieuse et maternelle Kundry, personnage clĂ© de l’oeuvre
 qui elle aussi, passe de TĂ©nĂšbres Ă  la lumiĂšre en une mĂ©tamorphose sublime.

Avec Perceval / Parzival / Parsifal, Wagner s’inspire du poĂšme-rĂ©cit de ChrĂ©tien de Troyes et d’Eschenbach ; il inscrit dans la sphĂšre chrĂ©tienne, la lĂ©gende celtique et paĂŻenne ; tout en rĂ©servant Ă  la Nature, son essence transcendante, capable de se rĂ©gĂ©nĂ©rer – ce que ne peut rĂ©ussir Amfortas, le roi blessĂ©, Ă  jamais impuissant : ainsi le rĂ©cit de Gurnemanz qui Ă©voque la renaissance miraculeuse de la vie au printemps lors du Vendredi Saint : « das merkt nun Halm und Blume auf den Auen, / dass heut des Menschen Fuss sie nicht zertritt » (« La fleur des champs le comprend bien / Le pied de l’homme aujourd’hui ne l’écrasera pas »).

Parsifal (comme son double fĂ©minin, Kundry) est conçu d’aprĂšs l’idĂ©e de la rĂ©demption (Erlösung), thĂšme central chez Wagner ; le salut ne peut venir que du sentiment de compassion, capable de souffrir par sympathie, et de comprendre ce qui doit ĂȘtre sauvĂ© ; Parsifal sauve ainsi Amfortas de sa souffrance Ă©ternelle ; il sauve dans la foulĂ©e, la communautĂ© entiĂšre des croyants, attachĂ©s au rituel de la coupe sacrĂ©e.

Sur la scĂšne de la Staatsoper de Vienne, Kirill Serebrennikov imagine un camp de prisonniers qui fait rĂ©fĂ©rence Ă  sa propre incarcĂ©ration en 2017 comme dissident, opposĂ© au gouvernement de Moscou. Quand enfin, le Graal est rĂ©vĂ©lĂ© aux chevaliers, grĂące Ă  l’action hĂ©roĂŻque de Parsifal, les cellules s’ouvrent, emblĂšme d’une libĂ©ration espĂ©rĂ©e, attendue, collective. Le metteur en scĂšne et dissident politique, Ă©carte toute rĂ©fĂ©rence chrĂ©tienne, privilĂ©giant la vision d’un lent cheminement vers la libĂ©ration des condamnĂ©s. L’univers carcĂ©ral – sĂ©visses physiques, bagarres, terreur psychologique rĂšgne sous le regard ineptes de matons corrompus.

Comme Tcherniakov, Serebrennikov imagine le quotidien sordide de la vie carcĂ©ral (Ă  travers des projections en noir et blanc) ; il imagine que Parsifal (chantĂ© par Jonas Kaufmann) repense Ă  sa vie adolescente (le jeune acteur Nicolaj Sidorenko) qui dĂšs son arrivĂ©e en geĂŽle, Ă©gorge le bellĂątre albinos (rĂ©fĂ©rence au cygne blanc de Wagner) dans la douche commune. Gurnemanz est un vieux roublard qui sauve sa peau en rĂ©alisant les tatouages (aux symboles chrĂ©tiens : lance, croix, calice
) ; Kundry, une journaliste et photographe rĂ©alisant un reportage dans la prison, tout en rĂ©gnant en rĂ©dactrice en chef glamour et people sur une rĂ©daction de reporters uniquement fĂ©minins, en quĂȘte de beaux mĂąles. Amfortas suicidaire se fait saigner par plusieurs prisonniers
 La souffrance, le dĂ©sir s’affrontent ; la culpabilitĂ© aussi (Kundry et Amfortas)
 Dans cet univers kafkaĂŻen, la libĂ©ration finale qui vaut rĂ©demption permet Ă  tous de paraĂźtre en pleine lumiĂšre, y compris l’éphĂšbe albinos prĂ©cĂ©demment tuĂ© dans les douches.

Avec Jonas Kaufmann, Wolfgang Koch, Ludovic TĂ©zier, Georg Zeppenfeld, Elina Garanca
Wiener Staatsoper Orchestra, Philippe JORDAN (direction), Kirill Serebrennikov (mise en scĂšne) – production prĂ©sentĂ©e, filmĂ©e Ă  l’OpĂ©ra de Vienne en avril 2021.

 

 

 

VOIR Parsifal sur ARTE.TV Ă  partir du 9 janv 2022
https://www.arte.tv/fr/videos/102878-000-A/parsifal/

 

 

 

parsifal-garanca-kaufmann-vienne-wienn-opera-ate-classiquenews-critique-opera-Kirill-Serebrennikov

 

 

 

 

 

 

CYCLE MOLIERE au ChĂąteau de VERSAILLES, dĂšs le 4 janvier 2022

VendĂ©e : William Christie joue l'Ă©ternelle comĂ©die de MoliĂšreVERSAILLES, OpĂ©ra royal. CYCLE MOLIERE – 400 ANS : 1622 – 2022. Le 15 janvier 2022 marque les 400 ans de la naissance de M le Magnifique : Jean-Baptiste Poquelin, nommĂ© MoliĂšre en hommage au musicien et danseur Louis de Mollier (mort en 1688) qu’il admirait. Le dramaturge redĂ©finit l’art thĂ©Ăątral et la comĂ©die pour Louis XIV Ă  Versailles, participant de prĂšs Ă  l’édification du mythe versaillais et donc de la propagande monarchique, Ă©levĂ© au rang d’art total. PrĂ©sentĂ© au Roi dĂšs 1658, MoliĂšre participe aux divertissements royaux, mĂȘlant enchantements spectaculaires et nature, oĂč le roi danse en 1664 pour le grand divertissement (Le mariage forcĂ©), oĂč il applaudit la crĂ©ation de Tartuffe dans les jardins. BientĂŽt MoliĂšre et Lully collaborent comme en tĂ©moignent les comĂ©dies-ballets dĂ©sormais emblĂ©matiques du raffinement versaillais : GEORGES DANDIN (1668), LE BOURGEOIS GENTILHOMME (1670), surtout PSYCHÉ, tragĂ©die-ballet de 1671 qui produit aussi leur rupture ; leur duo Ă©labore un genre nouveau expĂ©rimental entre thĂ©Ăątre, chant, danse
 prĂ©figurant le futur opĂ©ra Ă  la française, fixĂ© avec Cadmus en 1673. Mais du seul Lully, quand MoliĂšre avec Charpentier crĂ©e son Malade imaginaire, ultime piĂšce crĂ©Ă©e en 1673. Le ChĂąteau de Versailles propose Ă  partir du 4 janvier, un cycle MoliĂšre incontournable, Ă©voquant les jalons de sa carriĂšre gĂ©niale entre thĂ©Ăątre et musique. SĂ©lection par classiquenews.

 

 

 

VERSAILLES, Opéra royal

Du 4 au 8 janvier 2022, 20hcd-george-dandin-grotte-de-versailles-jarry-marguerite-louise-cd-critique-classiquenews-Versailles-cd-critique
MoliĂšre – Lully : Georges Dandin
Ensemble Marguerite Louise / Gaétan Jarry
Michel Fau, mise en scĂšne
INFOS & RÉSERVATIONS :
https://www.chateauversailles-spectacles.fr/programmation/moliere-lully-george-dandin_e2451

LIRE aussi la critique du CD Georges Dandin par l’Ensemble Marguerite Louise / GaĂ©tan Jarry (1 cd ChĂąteau de Versailles Spectacles – fev 2020 – CLIC de CLASSIQUENEWS)  –  Les musiques des intermĂšdes et de la Pastorale pour la comĂ©die Georges Dandin de MoliĂšre prĂ©cise l’ambition de Lully sur le plan lyrique avant l’élaboration d’un modĂšle pour l’opĂ©ra français. Ici rayonnent dĂ©jĂ  la puissance onirique des instruments, habiles Ă  suggĂ©rer cet accord rĂȘvĂ©, harmonieux entre Nature et bergers ; a contrario de la peine de Dandin, les bergĂšres disent par leur chant, l’empire de l’amour et ce flux tragique qu’il peut susciter (leurs amants semblent noyĂ©s)

 _________________________________________

Vendredi 14 janvier 2022, 20h
Le ballet des Jean-Baptiste
Lully et MoliĂšre
Le PoĂšme Harmonique / Vincent Dumestre
INFOS :
https://www.chateauversailles-spectacles.fr/programmation/moliere-lully-le-ballet-des-jean-baptiste_e2512

 

 _________________________________________

Dim 30 janvier 2022, 15h
Psyché (en version de concert)
MoliĂšre (acte I) / Pierre Corneille et Quinault / Lully
Les Talens Lyriques
INFOS :
https://www.chateauversailles-spectacles.fr/programmation/lully-psyche_e2480

 

  _________________________________________

 

Moliere-582-400-ANS

 

 

 

 

PrĂ©sentation des Ɠuvres

 

 

 

 

GEORGES DANDIN
Comédie en musique en 3 actes créée à Versailles pour le Grand Divertissement royal tenu par Louis XIV en 1668.

C’est le 18 juillet 1668 que MoliĂšre et la Troupe du Roi donnent avec succĂšs George Dandin ou le mari confondu, comĂ©die mĂȘlĂ©e d’une pastorale chantĂ©e pour « le Grand Divertissement Royal de Versailles » offert par Louis XIV Ă  sa cour, pour cĂ©lĂ©brer la paix d’Aix-la-Chapelle conclue avec l’Espagne.
Un paysan riche et odieux « achĂšte » une jeune fille noble
, entre plusieurs intermĂšdes Ă©lĂ©gants oĂč des bergers Ă©changent des galanteries (musique de Lully). Satirique et tendre, mordant et fraternel, MoliĂšre raconte l’histoire cynique d’un mariage devenu marchĂ© dans lequel l’amour n’a pas de part : Dandin en Ă©pousant AngĂ©lique de Sotenville a Ă©changĂ© sa fortune contre un titre ; pourtant le mariĂ© s’acharne Ă  revendiquer l’amour et la fidĂ©litĂ© de sa femme.
Si la piĂšce reste immorale puisque le mal triomphe, elle dit avant tout que l’on peut tout acheter sauf l’amour
 c’est lĂ  qu’elle reste intemporelle. Pour cette fable douloureuse, burlesque et obsessionnelle, Michel Fau cultive une esthĂ©tique baroque et cauchemardesque


 

 

 

 

LE BALLET DES DEUX BAPTISTES
Joyeux anniversaire, MoliÚre ! Le PoÚme Harmonique et Vincent Dumestre célÚbrent MoliÚre, prince des dramaturges français à travers les musiques du Bourgeois gentilhomme, de Monsieur de Pourceaugnac, de La Pastorale comique.
Retour en 1661. Tout juste mariĂ©, le Roi Soleil enterre Mazarin et prend les rĂȘnes du royaume. La mĂȘme annĂ©e, MoliĂšre le Parisien et Lully le Florentin prĂ©sentent chez Fouquet, Ă  Vaux-le-Vicomte, leur premiĂšre comĂ©die-ballet « Les FĂącheux ». La dĂ©cennie amorcĂ©e, celle des plaisirs et des fĂȘtes, est rythmĂ©e par leur duo crĂ©atif. PiĂšces mĂȘlĂ©es de chant et de danse, oĂč se dessine un univers cosmopolite, fantasque : fripons napolitains autour de Pourceaugnac, faux Turcs Ă  la marche cĂ©lĂšbre, qui adoubent en Monsieur Jourdain le nouveau mamamouchi. ScĂšnes carnavalesques, dont la folie appelle chanteurs et baladins au fil de chaconnes et passepieds dĂ©chaĂźnĂ©s. La musique berce aussi la douceur pastorale de George Dandin, avec ses airs de bergers venus de l’Éden, ou les mĂ©andres amoureux de PsychĂ©, qui s’épanchent dans une plainte italienne. Soutenu par la faveur royale, le duo Ă©tend les forces de l’orchestre, unit dans les ensembles jusqu’à cinq ou six voix.

Lully_versailles_portraitRUPTURE
 L’idylle, hĂ©las, succombera Ă  la jalousie, Ă  l’ambition. Envieux des bĂ©nĂ©fices perçus et mal partagĂ©s par MoliĂšre, de son thĂ©Ăątre au Palais-Royal, Lully profite en 1672 de la tuberculose qui frappe son ancien compĂšre pour obtenir l’exclusivitĂ© d’un spectacle nouveau : l’opĂ©ra. LĂ , le Florentin poursuivra l’aventure de l’art lyrique français, commencĂ©e avec son ami dramaturge. Quand celui-ci revient sur scĂšne, il ne peut plus choisir le nombre de ses musiciens. La brouille est consommĂ©e. MoliĂšre mourra sur les planches, pendant un Malade imaginaire mis en musique par Charpentier. Enfonçant le clou dans son cercueil, Lully reprend Ă  sa troupe orpheline la salle du Palais-Royal.

De ces destins dĂ©sunis, ce programme retient la dĂ©cennie dorĂ©e, qu’exaltent l’orchestre complet du PoĂšme Harmonique et un plateau de 5 chanteurs, familiers de MoliĂšre et Lully depuis le triomphe en 2005 du Bourgeois gentilhomme.

 

 

 

 

 

 

PSYCHÉ : la rupture Lully / Moliùre
TragĂ©die lyrique en cinq actes avec prologue sur un livret de Thomas Corneille et Bernard le Bovier de Fontenelle crĂ©Ă©e Ă  l’AcadĂ©mie royale de musique Ă  Paris en 1678.

 

 

Les-rois-de-France-a-table-Louis-XIV-adorait-la-salade

 

En 1671, MoliĂšre s’attĂšle Ă  la plus fastueuse commande de Louis XIV : la « tragĂ©die-ballet » PsychĂ©, chorĂ©graphie de Beauchamp et dĂ©cors Ă  machine de Vigarani. Il en Ă©tablit le plan mais, pris par le temps, n’écrivit que le premier acte, laissant Ă  Pierre Corneille la rĂ©daction des suivants, et Ă  Quinault celle des intermĂšdes mis en musique par Lully. Les 340 exĂ©cutants de la crĂ©ation triomphale restent mythiques, comme les 700 tambours et 80 canons rĂ©unis par Louis XIV pour interprĂ©ter le Prologue et le dernier intermĂšde dans le Bastion Royal des fortifications de Dunkerque, alors Ă  peine achevĂ© par Vauban.

MoliĂšre remonte la piĂšce au Palais Royal sans l’accord de Lully, provoquant leur rupture dĂ©finitive. En 1678, c’est Lully qui reprit ses intermĂšdes, et fit composer par Thomas Corneille les liens nĂ©cessaires pour unifier une nouvelle tragĂ©die lyrique (sans utiliser le texte de MoliĂšre). Au final, l’Ɠuvre de Lully donne le plus vibrant reflet de l’ultime crĂ©ation commune du duo des Baptistes
 mais sans plus un mot de MoliĂšre !

Photo : Portrait de MoliÚre dans le rÎle de Pompée (La mort de pompée de Pierre Corneille). Lully, Louis XIV, MoliÚre (DR)

Vendée : William Christie joue l'éternelle comédie de MoliÚre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1er janvier 2022. VIENNE sur FRANCE MUSIQUE pour fĂȘter la nouvelle annĂ©e 2022

NOUVEL AN Ă  Vienne : Daniel Barenboim dirige pour la 3Ăš foisFRANCE MUSIQUE, sam 1er janvier 2022. Pour fĂȘter la nouvelle annĂ©e, France Musique se dĂ©place Ă  Vienne, Ă  11h pour le Concert du Nouvel An au Musikverein, puis Ă  20h, Ă  l’OpĂ©ra (Staatsoper) pour le Don Giovanni de Mozart dirigĂ© par le directeur musical, Philippe Jordan
 Nouvel an & opĂ©ra Ă  Vienne le 1er janvier 2022


11h en direct de Vienne
CONCERT DU NOUVEL AN
Philharmonique de Vienne / Daniel Barenboim

strauss-johann-II-petit-portrait-298-294-640px-Johann_Strauss_II_by_August_Eisenmenger_1888Pour dĂ©buter l’annĂ©e 2022, France Musique passe le 1er janvier Ă  Vienne ! DĂšs 11 heures et sous les ors de la grande salle du Musikverein, place aux excellents musiciens de l’Orchestre philharmonique de Vienne pour le traditionnel concert du Nouvel An. Daniel Barenboim est Ă  la baguette : c’est la troisiĂšme fois que le chef dirige cet Ă©vĂ©nement, ses dĂ©buts Ă  la tĂȘte des Viennois datant de 1989, et comme pianiste beaucoup plus tĂŽt encore puisque la premiĂšre apparition de Barenboim aux cĂŽtĂ©s de cette prestigieuse phalange remonte Ă  1956.

Au programme, valses et polkas affirmant le gĂ©nie de toute la famille Strauss - Johann fils, compositeur du cĂ©lĂ©brissime Beau Danube Bleu, et ses frĂšres Josef et Eduard. Sans omettre son pĂšre Johann I, auteur de la Marche de Radetzky. L’occasion d’envoyer aux auditeurs du monde entier les vƓux de bonne annĂ©e dans un esprit d’espoir, d’amitiĂ©, de paix. Concert en direct sur France Musique et France 2.

A 20h,
MOZART : Don Giovanni
Philippe Jordan, direction musicale

Mozart-portrait-chevalier-clemence-de-titus-idomeneo-mozartDe l’autre cĂŽtĂ© du Ring (le boulevard qui entoure le centre historique de la ville), cap sur l’OpĂ©ra de Vienne, pour dĂ©couvrir une nouvelle production du Don Giovanni de Mozart, seconde collaboration avec le librettiste Da Ponte,
 Sous la direction de Philippe Jordan, le nouveau directeur musical maison – Avec l’AmĂ©ricain Kyle Ketelsen (rĂŽle-titre), Philippe Sly (Leporello), Kate Lindsay (Donna Elvira), Stanislas de Barbeyrac (Ottavio), Hanna-E MĂŒller (Anna)


Don Giovanni marque le dĂ©but d’un nouveau cycle Mozart / Da Ponte Ă  Vienne, spectacle dont le premiĂšre a Ă©tĂ© enregistrĂ©e sans public, Ă  l’heure oĂč Vienne devait se reconfiner
 (jusqu’à la mi dĂ©cembre 2021). Les spectateurs ont repris depuis (sous certaines conditions…) le chemin des salles de concert.

https://www.wiener-staatsoper.at/
A l’affiche de l’OpĂ©ra de Vienne / Wiener Staatsoper, les 13, 14, 17, 20 dĂ©cembre 2021. Mise en scĂšne : Barrie Kosky
https://www.wiener-staatsoper.at/

______________________________

GAVEAU. RĂ©cital CHOPIN par GASPARD DEHAENE, piano (” A la Mazur “)

gaspard-dehaene-piano-concert-gaveau-9-fevrier-piano-classiquenews-1001-NOTES-CHOPINPARIS, Salle Gaveau, Mer 9 fĂ©v 2022. RĂ©cital Gaspard Dehaene, piano. Chopin : Mazurkas, PolonaisesGaspard Dehaene a mis de cĂŽtĂ© sa carriĂšre de Champion de Tennis pour Ă©pouser l’habit de concertiste (comme sa mĂšre Anne Queffelec), aprĂšs avoir eu le choc de Chopin, un compositeur qui a dĂ©cidĂ© ainsi de sa vocation artistique. Le pianiste nous avait fait partager sa sensibilitĂ© Ă  part ; riche de filiations intimes. En un geste explorateur, osant des passerelles enivrantes entre Schubert, Liszt et la piĂšce contemporaine de Rodolphe Bruneau-Boulmier, dans son prĂ©cĂ©dent cd au titre emblĂ©matique « Vers l’Ailleurs ». Son dernier cd (juin 2021, intitulĂ© «À la Mazur » ) est dĂ©diĂ© au Polonais. Le concert de Gaveau ce 9 fĂ©vrier 2022 prolonge la promesse et la rĂ©ussite de cet album discographique. L’artiste sait nous surprendre car pour lui, l’expĂ©rience de la scĂšne, stimulĂ© par la prĂ©sence du public, amĂšne l’interprĂšte Ă  se libĂ©rer de la rĂ©pĂ©tition solitaire ; face au public, il s’agit de se libĂ©rer et de s’affranchir de toutes les contraintes liĂ©es Ă  la prĂ©paration du pianiste.

 

 

 

PARIS, Salle Gaveauboutonreservation
Mercredi 9 février 2021, 20h

Gaspard Dehaene, piano

 

 

Frédéric CHOPIN
Nocturne op. posthume en do diĂšse mineur
Mazurkas op. 24, Barcarolle op. 60, 4 Mazurkas op. 30
Polonaise op. 44, 3 Mazurkas op. 63, Ballade n° 4 op. 52
Fantaisie-impromptu op. 66, Berceuse op. 57

 

 

INFOS et RÉSERVATIONS
https://festival1001notes.com/agenda/evenement/gaspard-dehaene-salle-gaveau

 

 

 

 

 

APPROFONDIR
Lire l’entretien avec Gaspard Dehaene sur le site du Festival 1001 NOTES dont le pianiste est un complice depuis de longues annĂ©es. Le pianiste y dĂ©voile sa passion de la musique et du tennis (son admiration pour Nadal, pour sa probitĂ©, sa dĂ©fense de l’éducation – son yacht s’appelle « le Beethoven », 
), ses livres prĂ©fĂ©rĂ©s, ses derniĂšres Ă©coutes musicales saisissantes (Chopin par Cortot, PellĂ©as et MĂ©lisande de Debussy, Symphonie n°5 de Mahler par Abbado), 

https://festival1001notes.com/blog/linterview-dilemme-gaspard-dehaene

 

CD A la Mazur. Chopin par Gaspard Dehaene (juin 2021, label 1001 NOTES).
VISITEZ la Boutique 1001 NOTES
https://festival1001notes.com/collection

 

gaspard-dehaene-piano-concert-gaveau-9-fevrier-piano-classiquenews-1001-NOTES-CHOPIN

 

 

 

LIRE notre critique du CD A LA MAZUR / CHOPIN : Mazurkas par Gaspard Dehaene :

dehaene-gaspard-cd-piano-chopin-critique-cd-concert-classiquenewsCRITIQUE, cd Ă©vĂ©nement. GASPARD DEHAENE : CHOPIN, « A la mazur » (1 cd 1001 Notes) – Entre ombre et lumiĂšre, sur l’aile de phrasĂ©s pudiquement expressifs, Gaspard Dehaene livre son Chopin, Ă  l’énoncĂ© sobre et clair, d’une vivacitĂ© immĂ©diatement touchante. Ce qu’apporte le pianiste, c’est une comprĂ©hension naturel et libre de l’élĂ©gance passionnĂ©e du grand exilĂ©, de sa pudeur secrĂšte, de ses miroirs crĂ©pusculaires (Nocturne en do diĂšse mineur), de ses soupirs suspendus tels qu’ils se dĂ©ploient avec toute la noblesse de l’intimitĂ© prĂ©servĂ©e dĂšs la Ballade premiĂšre (opus 52 n°4), celle qui a dĂ©cidĂ© le tennisman Dehaene Ă  se dĂ©dier dĂ©sormais au piano. La piĂšce saisit par son ampleur enivrĂ©e, sobrement dĂ©ployĂ©e tel le manifeste personnel d’une passion indĂ©fectible pour la musique. CLIC de CLASSIQUENEWS janvier 2022.

 

 

 
____________________________________________________

Précédent cd de Gaspard Dehaene, critiqué sur CLASSIQUENEWS
« Vers l’Ailleurs »
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-piano-poetique-de-gaspard-dehaene-1-cd-1001-notes-vers-lailleurs/

PIANO POÉTIQUECD, critique. VERS L’AILLEURS. GASPARD DEHAENE, piano. Schubert, Liszt, Bruneau-Boulmier (1 cd Collection 1001 Notes – nov 2018). ITINERANCES POETIQUES
 Le pianiste Gaspard Dehaene confirme une sensibilitĂ© Ă  part ; riche de filiations intimes. C’est un geste explorateur, qui ose des passerelles enivrantes entre Schubert, Liszt et la piĂšce contemporaine de Rodolphe Bruneau-Boulmier. Ce 2Ăš cd est une belle rĂ©ussite. AprĂšs son premier (Fantaisie – Ă©galement Ă©ditĂ© par 1001 Notes), le pianiste français rĂ©cidive dans la poĂ©sie et l’originalitĂ©. Il aime prendre son temps ; un temps intĂ©rieur pour concevoir chaque programme ; pour mesurer aussi dans quelle mesure chaque piĂšce choisie signifie autant que les autres, dans une continuitĂ© qui fait sens. La cohĂ©rence poĂ©tique de ce second cd Ă©blouit immĂ©diatement par sa justesse, sa sobre profondeur et dans l’éloquence du clavier maĂźtrisĂ©, sa souple Ă©lĂ©gance. Les filiations inspirent son jeu allusif : la premiĂšre relie ainsi Schubert cĂ©lĂ©brĂ© par Liszt. La seconde engage le pianiste lui-mĂȘme dans le sillon qui le mĂšne Ă  son grand pĂšre, Henri QueffĂ©lec, Ă©crivain de la mer, et figure inspirant ce cheminement entre terre et mer, « vers l’Ailleurs ». En somme, c’est le songe mobile de Schubert, – le wanderer / voyageur, dont l’errance est comme rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©e et superbement rĂ©investis, sous des doigts complices et fraternels.

Livre Ă©vĂ©nement, critique. Karoll Beffa : « Saint-SaĂ«ns au fil de la plume » (Éditions PremiĂšres Loges, nov 2021) -

BEffa-livre-critique-classiquenews-CLIC-de-CLASSIQUENEWS-saint-saens-au-fil-de-la-plumeLivre Ă©vĂ©nement, critique. Karoll Beffa : « Saint-SaĂ«ns au fil de la plume » (Éditions PremiĂšres Loges, nov 2021) – CAMILLE SAINT-SAËNS (1835-1921), lĂ©gende vivante, comme compositeur et surtout pianiste virtuose, fut comme D’Indy, un Ă©crivain affĂ»tĂ©, Ă  la plume acĂ©rĂ©e quand il fallait dĂ©fendre son goĂ»t 
 comme le goĂ»t français en gĂ©nĂ©ral. Le compositeur Karol Beffa, biographe apprĂ©ciĂ© de Ligeti entre autres, interroge l’implication et l’engagement de Saint-SaĂ«ns dans la dĂ©finition du style français telle qu’elle pourrait se prĂ©ciser Ă  travers ses commentaires et Ă©crits, parfois polĂ©miques, toujours trĂšs personnels et argumentĂ©s en vĂ©ritable homme d’esprit, de culture, de synthĂšse
 Le fondateur de la SociĂ©tĂ© national de Musique (avec Bussine en 1871) a continument cultivĂ© la dĂ©fense de la musique française, ancienne et contemporaine (de Charpentier Ă  Rameau Ă  FaurĂ©, Debussy, Ravel
). Le voyageur rĂ©gulier qui n’aimait la sociĂ©tĂ© et le milieu musical que s’il pouvait mieux s’en dĂ©tacher, en longues pauses solitaires salvatrices, se livre ici grĂące Ă  la sĂ©lection opĂ©rĂ©e par Karol Beffa, lecteur attentif, critique, lui aussi trĂšs affĂ»tĂ©.
La correspondance dĂ©voile une pensĂ©e universaliste, qui se pique de curiositĂ© et d’ouverture, concernant Ă©videmment les arts et la musique mais aussi l’astronomie, la zoologie et la botanique (la cĂ©citĂ© des escargots, l’intelligence des abeilles
), la psychologie, sans omettre le catholicisme britannique.

beffa karol talisman cd klarthe records critique review cd critique classiquenews annonce CLIC classiquenewsL’acuitĂ© de la plume et du goĂ»t se libĂšrent dans la dĂ©fense de Berlioz, Bizet, Gounod, Liszt (qui fut son ami et celui qui dĂ©fendit le mieux son Ɠuvre et ses opĂ©ras, dont surtout Samson et Dalila), Massenet, Rossini, Pauline Viardot qui lui inspire la fameuse dĂ©claration « elle n’était pas belle, elle Ă©tait pire »  Provocateur certes, Saint-SaĂ«ns fut surtout un querelleur argumentĂ© qui mesure ses pointes, nuance les critiques avec une finesse qui valent par leur franchise et leur sincĂ©ritĂ©. Le regard et la complicitĂ© qui s’invite dans cet examen confraternel, conduisent Beffa le compositeur Ă  rendre le plus bel hommage Ă  son prĂ©dĂ©cesseur Saint-SaĂ«ns ; le premier souligne la pertinence du second, son esprit, son ouverture. Mort en 1921 – il y a 200 ans ce 16 dĂ©cembre dernier, Camille affirme une longĂ©vitĂ© qui lui permet d’embrasser le XIXĂš et aussi le premier XXĂš, Ă  l’aune du PellĂ©as de Debussy ou du Sacre de Stravinsky
 Ses Ă©crits sur Wagner (entre fascination et rĂ©serve), sa spĂ©cificitĂ© cultivĂ©e entre classicisme (au sens que Berlioz Ă  son Ă©poque lui donnait) et modernitĂ© recrĂ©ative ressuscite un auteur majeur dont on redĂ©couvre Ă  juste titre les opĂ©ras (La Princesse Jaune, surtout Ascanio
) comme ses 5 symphonies, rĂ©cemment jouĂ©es et enregistrĂ©es par le National de France et dont l’acuitĂ© sensible du geste interprĂ©tatif rĂ©tablit le raffinement de l’écriture. Quelle joie ici de lire Saint-SaĂ«ns par lui-mĂȘme. Un auteur atypique et dĂ©finitivement inclassable, qui se prĂ©senta au Prix de Rome (1852 puis 1864), soit 2 fois Ă  12 ans d’intervalle sans dĂ©crocher aucune distinction (!) ; comme Ravel, autre gĂ©nie inclassable de la musique française que l’institution poussiĂ©reuse et conservatrice ne sut pas distinguer : erreur fatale. Saint-SaĂ«ns ne peut donc ĂȘtre considĂ©rĂ© comme « acadĂ©mique », terme plus conforme Ă  Massenet et ses Ă©lĂšves. Karol Beffa permet de comprendre tout cela. Passionnant.

 

 

 

_______________________________________________________

Livre Ă©vĂ©nement, critique. Karoll Beffa : « Saint-SaĂ«ns au fil de la plume ». SĂ©lection de textes par Karol Beffa. Éditions PremiĂšres Loges. 300 pages. 21 €. Parution fin novembre 2021

 

 

 

Approfondir

 

 

Ascanio / G Tourniaire / CLIC de CLASSIQUENEWS
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-critique-saint-saens-ascanio-1890-tourniaire-3-cd-b-records-geneve-2017/

 

 

5 symphonies de Saint-SaĂ«ns par l’Orchestre national de France / Cristian Macelaru / CLIC de CLASSIQUENEWS
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-saint-saens-integrale-des-5-symphonies-cristian-macelaru-national-de-france-3-cd-warner-classics/

 

 

 

 

NoĂ«l 2021, Nouvel an 2022 : OFFENBACH en majestĂ© (La Vie Parisienne, Les Contes d’Hoffmann…)

FÊTES 2021 : entre NoĂ«l et le jour de l’an, passez les festivitĂ©s avec Offenbach – Arte met les petits plats dans les grands et a la juste intuition de choisir le divin Jacques Offenbach comme guide de nos divertissements pour les fĂȘtes de fin de l’annĂ©e 2021, et celles du dĂ©but de l’annĂ©e 2022


 

 

olympia-contes-hoffmann-opera-hamburg-peretyatko-critique-opera-review-classiquenews

 

 

 

OFFENBACH en fĂȘte sur Arte
ARTE cĂ©lĂšbre le gĂ©nie de Jacques Offenbach Ă  travers 2 piĂšces lyriques de premier choix, son ultime : Les Contes d’Hoffmann et son opĂ©ra bouffe parisien, La Vie Parisienne, dans une nouvelle production qui ressuscite (enfin) la version originale de 1866 (en 5 actes, plutĂŽt que les 3 actes selon la version tronquĂ©e dĂ©naturĂ©e pour la troupe du Palais Royal) : ainsi sont recrĂ©Ă©s 16 morceaux inĂ©dits, des dialogues primitifs, un nouveau finale pour l’acte III et pour l’acte IV
 (la recrĂ©ation tient l’affiche du TCE du 21 dĂ©c 2021 au 9 janv 2022, dans le regard second empire et cafĂ© berlinois du couturier Ch Lacroix qui en assure la mise en scĂšne). La partition mĂȘle le cocasse et le militaire, le panache et la nostalgie, la grĂące et le dĂ©lire romantique, poussĂ© Ă  l’extrĂȘme
 il y faut une Ă©lĂ©gance toute française pour rĂ©ussir cette Ă©quation des plus complexes.

 

antonia contes hoffmann offenbach opera critique review classiquenews

 

Puis Arte diffuse les Contes d’Hoffmann, perle ultime des Ɠuvres de Jacques l’ensorceleur, son dernier opĂ©ra, le plus poĂ©tique et le plus noir aussi ; d’aprĂšs ETA Hoffmann, le « Mozart des Champs ElysĂ©es, aborde le fantastique tenĂ©breux qui met en scĂšne les rĂ©cits amoureux et dĂ©sabusĂ©s du PoĂšte Hoffmann, rĂ©digĂ©s entre 1814 et 1822 : en quĂȘte d’amour, et de la femme idĂ©ale, le hĂ©ros se perd dĂ©finitivement Ă  chaque rencontre Olympia, Stella, Antonia, Giuletta
 La partition est quasiment achevĂ©e quand Offenbach meurt en 1881. L’OpĂ©ra de Hambourg en proposait (sept 2021) la version intĂ©grale, reconstituĂ©e d’aprĂšs les esquisses laissĂ©es par l’auteur. Y brillent entre autres, le tĂ©nor français Benjamin Bernheim dans le rĂŽle d’Hoffmann, et la soprano coloratoure russe Olga Peretyatko qui incarne ici les 4 visages de l’amour au fĂ©minin ; et aussi Luca Pisaroni dans le rĂŽle du Diable, lequel apparaĂźt Ă  chaque acte sous des masques diffĂ©rents pour mieux tromper Hoffmann, selon un schĂ©ma faustĂ©en
 (Lindorf, Coppelius, Dr Miracle, Dapertutto) – Mise en scĂšne : Daniele Finzi Pasca. DurĂ©e 2h52 – Philharmonisches Staatsorchester Hamburg.

 

 

 

 

 

 

Les contes d’Hoffmann (1881)
Depuis l’opĂ©ra de Hambourg
Arte, mer 29 déc 2021, 23h
Arte concert, du 28 déc 2021 au 27 janv 2022
VOIR les Contes d’Hoffmann depuis l’OpĂ©ra d’Hambourg avec Olga Peretyatko (sept 2021) :
https://www.youtube.com/watch?v=Q-P84vi6lCQ
Sur ARTEconcert :
https://www.arte.tv/fr/videos/105765-000-A/les-contes-d-hoffmann-de-jacques-offenbach/

 

 

 

La vie parisienne (1866)La Vie Parisienne d'Offenbach sur Arte : Bonne année 2022 !
Version originelle complĂšte en 5 actes [1866] – recreation
Arte, Dim 2 janv 2022, 16h40
Arte concert, du 27 dec 2021 au 27 dec 2023
BasĂ© sur le drame du mĂȘme nom de Jules Barbier et Michel CarrĂ© Ă©ditĂ© par Michael Kaye et Jean-Christophe Keck.
 

 
VOIR La vie Parisienne sur ARTEconcert
https://www.arte.tv/fr/videos/106197-000-A/la-vie-parisienne-de-jacques-offenbach/

 

 
 LIRE aussi notre critique de La Vie Parisienne d’Offenbach dans la mise en scĂšne de Christian Lacroix, dĂ©jĂ  prĂ©sentĂ©e Ă  l’OpĂ©ra de TOURS, le 3 dĂ©c 2021 …

Opera-de-tours-critique-vie-parisienne-offenbach-classiquenews-critique-operaCRITIQUE, opĂ©ra. TOURS, Grand-ThĂ©Ăątre, le 3 dĂ©c 2021. Jacques OFFENBACH : La Vie parisienne (version originale en 5 actes, 1866). Christian Lacroix / Romain Dumas. AprĂšs Rouen en novembre (et avant le ThĂ©Ăątre des Champs-ElysĂ©es pour les fĂȘtes de fin d’annĂ©es), c’est le public de l’OpĂ©ra de Tours qui avait la chance de dĂ©couvrir cette nouvelle version de La Vie parisienne de Jacques Offenbach (en 5 actes) mise en images par rien moins que le couturier star Christian Lacroix (qui signe lĂ  sa premiĂšre mise en scĂšne lyrique). C’est Ă  l’indispensable Palazetto Bru Zane que l’on doit cette nouvelle mouture qui se veut au plus prĂšs de la version originale de 1866, et qui ne comporte pas moins de 16 numĂ©ros inĂ©dits, dont il faudra citer l’inĂ©narrable scĂšne dans laquelle une armada de bottiers germaniques opposĂ©e aux gantiĂšres marseillaises rĂ©clamant de la bouillabaisse (!), le trio militaire du III, ou encore cette apparition du Commandeur de Don Giovanni au dernier acte


 

 
 

 
 

 

 

documentaire
L’OdyssĂ©e Offenbach

___________________________________________________

 

 

JouĂ© dans le monde entier, inventeur de l’opĂ©rette (ou “opĂ©ra bouffe”), Jacques Offenbach (1819-1880) fusionne l’humour et la musique. Sa fantaisie masque en vĂ©ritĂ© une dimension subversive : son antimilitarisme (La grande-duchesse de Gerolstein), sa satire du pouvoir (Barkouf), ses rĂŽles de femme audacieux (La Belle HĂ©lĂšne, La grande Duchesse de GĂ©rolstein, surtout La PĂ©richole
) et l’Ă©rotisme allĂšgre, dĂ©jantĂ© (OrphĂ©e aux enfers), la sensualitĂ© onirique, noire et nostalgique (Les Contes d’Hoffmann) qui parcourt son oeuvre. Un portrait foisonnant.

 

 

portrait-offenbach-odyssee-classiquenews-critique-annonce-opera-classiquenews-ARTE

 

 

NĂ© en 1819 en Allemagne, le jeune Jacob apprend le violoncelle en cachette de son pĂšre, chantre de la synagogue de Cologne. Cette petite rĂ©bellion, premiĂšre d’une longue sĂ©rie, rĂ©ussit au jeune virtuose, qui se dĂ©couvre, Ă  13 ans, des dons de compositeur. La Prusse offrant peu d’opportunitĂ©s aux juifs, Offenbach pĂšre veut que son fils fasse carriĂšre Ă  Paris. SubjuguĂ© par l’animation de la capitale française qu’il restituera plus tard dans La vie parisienne, Jacob s’y installe dĂšs 1833 et se rebaptise vite “Jacques”. AprĂšs un bref passage au Conservatoire, il devient violoncelliste Ă  l’OpĂ©ra-Comique. En 1858, il lance triomphalement le genre de l’opĂ©rette avec l’Ă©bouriffant OrphĂ©e aux enfers, attaque en rĂšgle contre l’acadĂ©misme. MalgrĂ© ce succĂšs, Offenbach, tour Ă  tour honni et applaudi, subira toute sa vie un violent ostracisme, rejet qui s’intensifie durant la guerre de 1870, Ă©poque oĂč il est traitĂ© d’espion par les Français et de traĂźtre par les Allemands.

Folie contagieuse
Richement illustrĂ©e, la biographie foisonnante rĂ©vĂšle les nombreuses facettes d’un compositeur prolifique, conscient de son art, trĂšs cultivĂ©, pour lequel le geste lyrique, dans toutes les veines expressives, est un acte engagĂ©, marquĂ© par l’exigence, le raffinement et la volontĂ© de dĂ©noncer aussi certains travers de la sociĂ©tĂ© (du Second Empire). Pour le docu de vrais chanteurs d’opĂ©ra jouent dans les scĂšnes de reconstitution – StĂ©phanie d’Oustrac compose, notamment, une pĂ©tillante Hortense Schneider, diva Ă  l’humeur changeante, muse et cause de bien des tourments d’Offenbach. Des extraits de spectacles, morceaux de bravoure menĂ©s Ă  un train d’enfer et d’une folie contagieuse, ponctuent ce rĂ©jouissant portrait.

 

 

 

Portrait du gĂ©nie français de l’opĂ©ra bouffe et onirique et d’un chef d’oeuvre, Les Contes d’Hoffmann


ARTE, mer 29 déc 2021, 23h30
Sur Arteconcert en replay, du 28 déc 2021 au 27 janv 2022
VOIR le portrait d’OFFENBACH sur Arteconcert
https://www.arte.tv/fr/videos/085417-000-A/l-odyssee-offenbach/

 

 

 

 

 
 

  

 
 

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE : Le Carnaval des animaux, sur Youtube, le 20 déc 2021

carnaval-vizorek-pochette-album-328x328ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE : Le Carnaval des animaux, sur Youtube, le 20 dĂ©c 2021, 20h. EnregistrĂ© pour un cd (superbe rĂ©alisation distinguĂ©e par le CLIC de CLASSIQUENEWS et intĂ©grĂ© dans notre sĂ©lection cd de NoĂ«l 2021) et jouĂ© en concert rĂ©cemment Ă  l’Auditorium du Nouveau SiĂšcle Ă  Lille (11 dĂ©c), le Carnaval des Animaux de Camille Saint-SaĂ«ns cĂ©lĂšbre le centenaire de Camille Saint-SaĂ«ns en 2021.
Le concert du Carnaval des animaux est accessible dans l’Audito 2.0, la salle virtuelle de l’ON LILLE Orchestre National de Lille, depuis sa chaĂźne Youtube, ce lundi 20 dĂ©cembre dĂšs 20h. Un concert streaming Ă©vĂ©nement pour les fĂȘtes de fin d’annĂ©e et les vacances scolaires.

Orchestre National de LilleORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenews
Lucie Leguay, direction
Duo Jåtékok : Adélaïde Panaget et Naïri Badal, Pianos
Alex Vizorek, Texte et narration

 

ORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenewsDIFFUSION : Concert captĂ© et diffusĂ© le 20 dĂ©cembre Ă  20h sur  la chaĂźne YouTube  de l’Orchestre National de Lille / ON LILLE, dans la playlist de l’Audito 2.0. Concert disponible pendant 3 mois.

 

LIRE aussi notre prĂ©sentation du concert du 11 dĂ©cembre 2021 : Le Carnaval des animaux par l’ON LILLE Orchestre National de Lille / Lucie Leguay : http://www.classiquenews.com/saint-saens-le-carnaval-des-animaux-par-lorchestre-national-de-lille/

 

________________________________________________________________________________________________

carnaval-vizorek-pochette-album-328x328FABULEUSE GALERIE DE PORTRAITS ANIMALIERS
 Le « dĂ©lire drĂŽle et poĂ©tique » prend forme, et surtout mille visages en un bestiaire trĂšs habilement portraiturĂ© ; ainsi la marche royale du Lion, les poules inquiĂštes, l’hĂ©mione (le divin Ăąne sauvage en course folle), la tortue, lente au bal masquĂ© « une feignasse bien molasse », qui cĂšde sa place Ă  l’escargot (marche pianistique sur tapis de cordes), sans omettre aprĂšs les poissons magiciens dans leur aquarium donc, le baudet qui brait Ă  faire tordre les cordes
 sans omettre les Kangourous et l’élĂ©phant ; surtout dans sa danse finale, le Cygne, d’une noblesse onirique qui s’alanguit, sublimĂ© par la langueur voluptueuse et grave du violoncelle. Puis le merveilleux album se referme avec le Carnaval proprement dit, ultime sĂ©quence oĂč tous les animaux ainsi Ă©voquĂ©s, sublimĂ©s, s’en donnent Ă  cƓur joie. Il rit dans sa barbe, Camille Saint-SaĂ«ns, gĂ©nie d’une facĂ©tie dĂ©lirante mais si Ă©lĂ©gante, oĂč l’orchestre se joue de lui-mĂȘme en complicitĂ© avec le piano virtuose, son instrument favori qu’il savait maĂźtriser comme peu.
Pour cĂ©lĂ©brer Saint-SaĂ«ns, mort il y a cent ans en 1921 (LIRE notre dossier CENTENAIRE SAINT-SAËNS), le Duo JĂĄtĂ©kok prĂ©sente Ă©galement un autre de ses tubes, la Danse macabre, dans sa version pour deux pianos.

 

 

carnaval-vizorek-pochette-album-328x328CD Carnaval des animaux de Saint-SaĂ«ns par l’Orchestre National de Lille, paru en aoĂ»t 2021 (1 cd Alpha Classics, en vente Ă  la boutique et sur le site internet www.onlille.com/saison_21-22/disques-dvd-livres/

L’Orchestre National de France joue SAINT-SAËNS pour son centenaire 2021

Centenaire Saint-SaĂ«ns 2021FRANCE MUSIQUE, en direct ce soir 20h. Saint-SAËNS : Requiem, Symphonie n°3 avec orgue. 2021 marque le centiĂšme anniversaire de la mort du compositeur français CAMILLE SAINT-SAËNS : 1921 – 2021, le 16 dĂ©c prĂ©cisĂ©ment. AprĂšs avoir cĂ©lĂ©brĂ© cet anniversaire majeur en 2021, – prĂšs de 10 concerts incluant des Ɠuvres de Saint-SaĂ«ns : la  Symphonie n° 3, Le Carnaval des animaux, le Concerto pour violon n° 3, les deux Concertos pour violoncelle et les Concertos pour piano n° 2, n° 4 et n° 5, le National de France couronne ce cycle festif le jour anniversaire de la mort du compositeur, ce jeudi 16 dĂ©cembre, avec le Requiem et la Symphonie n°3 avec orgue (Olivier Latry, soliste).

Concert diffusé dÚs 20h en direct sur France Musique et disponible en vidéo sur Arte Concert.

PLUS d’infos sur le site de Radio France / Orchestre National de France

 

 

 

CAMILLE SAINT-SAËNS
Requiem
Symphonie n° 3 avec orgue

VÉRONIQUE GENS, soprano
ALIÉNOR FEIX, mezzo soprano
JULIEN BEHR, ténor
NICOLAS TESTÉ, basse
OLIVIER LATRY, orgue

CHƒUR DE RADIO FRANCE
MARTINA BATIČ, chef de chƓur
ORCHESTRE NATIONAL DE FRANCE
CRISTIAN MĂCELARU, direction

 

 

 

saint saens symphonies cristian macelaru critique cd review classiquenewsEn parallĂšle, l’Orchestre National de France a enregistrĂ© et publiĂ© une nouvelle intĂ©grale des symphonies de Saint-SaĂ«ns sous la direction du directeur musical de l’orchestre Cristian Măcelaru (enregistrĂ©e “studio” pour l’occasion Ă  l’Auditorium de Radio France entre 2020 et 2021 / 3 cd Warner Classics, distinguĂ©s par un rĂ©cent CLIC de CLASSIQUENEWS)

 

 

 

 

 

 

LIRE notre dossier CENTENAIRE CAMILLE SAINT-SAËNS 1921 – 2021

 

 

 

VIDEO
Centenaire Camille Saint-SaĂ«ns par l’Orchestre national de France :

France Musique. 75 ans de la Tribune des critiques de disques, dim 19 déc 2021

vivladi portrait visage de face antonio-vivaldi-magic-violin_d_jpg_720x405_crop_upscale_q95FRANCE MUSIQUE : dim 19 dĂ©c 2021, 16h. 75 ans de la Tribune des critiques de disques 
 AprĂšs un appel Ă  candidatures pour sa 1Ăšre « Tribune des Critiques de disques Junior » (12-16 ans)
 France Musique conçoit une Tribune avec les jeunes mĂ©lomanes, discophiles et autres mordus du classique. Pour ses 75 ans, La Tribune des critiques de disques, pilier de ddla grille, a lancĂ© un appel Ă  candidatures destinĂ© aux jeunes de 12 Ă  16 ans en les invitant Ă  ĂȘtre critique musical le temps d’une Ă©mission. Au programme : Les Quatre Saisons de Vivaldi, diffusĂ© ce 19 dĂ©c Ă  16h. Quels chefs et ensembles susciteront-ils l’adhĂ©sion des jeunes mĂ©lomanes ? Pour nous, au sein de la rĂ©daction de classiquenews, il n’y a guĂšre que 3 versions Ă©ligibles au sommet, voire au panthĂ©on des meilleurs enregistrements jamais rĂ©alisĂ©s : celui Ă©videmment de Fabio Biondi, au dĂ©but de la rĂ©volution baroque, au dĂ©but des annĂ©es 1990 ; puis celle d’Amandine Beyer et ses « Incogniti », enfin la plus rĂ©cente version de la pulpeuse et rayonnante violoniste italienne Nicola Benedetti


L’émission enregistrĂ©e le jeudi 28 octobre Ă  Radio France est diffusĂ©e le dimanche 19 dĂ©cembre Ă  16h sur France Musique. 4 auditeurs sont tirĂ©s au sort et viendront Ă  la Maison de la Radio et de la Musique Ă  Paris, pour Ă©couter, dĂ©battre, Ă©lire la version discographique reine de cette grande Ɠuvre de Vivaldi.

La Tribune des critiques de disques – 75 ans de succĂšs radiophonique

FondĂ©e en 1946 par Armand Panigel et Jean Roy, La Tribune des critiques de disques est la doyenne des Ă©missions de radio. Elle est diffusĂ©e chaque dimanche de 16h Ă  18h sur France Musique et capitalise l’une des meilleures audiences de la chaĂźne