VENDÔME. AcadĂ©mie BELLINI, du 1er au 9 aoĂ»t 2018. L’Atelier lyrique dĂ©diĂ© au Bel Canto, unique au monde

academie-vincenzo-bellini-vendome-2018-presentation-par-classiquenews-affiche-concertVENDÔME. AcadĂ©mie BELLINI, du 1er au 9 aoĂ»t 2018. La Vincenzo Bellini Belcanto AcadĂ©mie prend Ă  nouveau ses quartiers d’Ă©tĂ© Ă  VendĂŽme du 1er au 9 aoĂ»t prochains. En rĂ©sidence depuis 2016 au Campus de Monceau Assurances, l’AcadĂ©mie lyrique a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e dans le sillage du prestigieux Concours International de Belcanto Vincenzo Bellini ; cette nouvelle session de formation du chanteur Ă  l’art si dĂ©licat du bel canto, est placĂ©e sous la houlette du chef d’orchestre Marco GUIDARINI et de la cĂ©lĂšbre mezzo-soprano Viorica CORTEZ.

Chaque Ă©tĂ©, dans un cadre calme, propice Ă  la concentration, l’AcadĂ©mie Bellini (atelier lyrique du Concours international Bellini) permet aux jeunes chanteurs (souvent dĂ©jĂ  prĂ©sents sur les scĂšnes internationales ou laurĂ©ats de grands Concours lyriques), de suivre les cours magistraux de Marco GUIDARINI et de Viorica CORTEZ (technique, interprĂ©tation, connaissance et analyse des rĂ©pertoires concernĂ©s : opĂ©ras de Rossini, Bellini, Donizetti…).

Les cours collectifs et individuels ont lieu chaque matin et aprĂšs midi. HĂ©bergement et restauration en demi-pension inclus dans le prix du stage.

 

 

 

Académie BELLINI,
VendÎme (41), du 1er au 9 août 2018

Deux Concerts de clÎture sont prévus les 7 et 8 août 2018
(CloĂźtre de l’Abbaye de la TrinitĂ©
et Parc du ChĂąteau de VendĂŽme)

 

 

Les  bulletins d’inscription pour l’Atelier lyrique / AcadĂ©mie Bellini sont Ă  demander par mail à :

musicarte-org@live.fr

jusqu’au 23 juin 2018

Ou par tél : 06 09 58 85 97
Attention places limitées !

 

Plus d’informations sur
https://www.bellinibelcanto-internationalcompetition.com/l-academie

 

bellini-academie-vendome-1-au-9-aout-2018-presentation-annonce-par-classiquenews

 

 

VOIR notre reportage sur l’AcadĂ©mie BELLINI Ă  VendĂŽme (session 2017)

 

bellini-academie-video-ete-vendome-2016-et-presentation-concert-de-cloture-fin-de-stage-8-aout-2017-par-classiquenews

 

 

Les Timbres jouent Orfeo de Monteverdi (acte I)

xl_orfeo1LUXEUIL (VOSGES). Le 29 avril 2018, 18h. Les Timbres jouent OrphĂ©e. En prĂ©ambule Ă  l’opĂ©ra de Monteverdi qui ouvre la 25 Ăš Ă©dition du festival Musique et mĂ©moire (13 juillet 2018), le collectif associĂ© au Festival des Vosges du sud, propose une immersion inĂ©dite dans l’histoire du poĂšte de Thrace, avec le concours des Ă©lĂšves des Ă©coles de musique. C’est un spectacle inĂ©dit qui allie partage et transmission, tout en permettant aux instrumentistes de travailler et rĂ©pĂ©ter pour le spectacle de cet Ă©té  Avec Marc Mauillon annoncĂ© dans le rĂŽle titre, cette nouvelle lecture pourrait rĂ©gĂ©nĂ©rer notre approche de l’oeuvre, d’autant qu’Ă  Musique et MĂ©moire, Les Timbres, inspirĂ©s par le risque et le dĂ©fi, avaient dĂ©jĂ  abordĂ© l’opĂ©ra (Lully, version inĂ©dite de la trĂšs rare mais sublime Proserpine : voir notre reportage vidĂ©o Proserpine de Lully au Festival Musique et MĂ©moire, Ă©tĂ© 2015)

 

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteur
 

Les Timbres, 3 tempĂ©raments oniriques et complices qui dĂ©voilent la pensĂ©e secrĂšte des partitions. L’ensemble est en rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire.

 

 

 

musique-et-memoire-2018-vignette-carre-classiquenews-coup-de-coeur-festival-evenementC’est tout cela que porte chaque annĂ©e, Fabrice Creux, directeur et fondateur du Festival laboratoire MUSIQUE ET MEMOIRE dans les VOSGES DU SUD (cette annĂ©e, Ă©dition des 25 ans, du 29 juillet 2018 : lire ici toute la – fabuleuse- programmation).
http://www.classiquenews.com/festival-musique-memoire-2018-les-25-ans/

 

orphee-corot-monteverdi-orfeo-classiquenews-582

 

Le mythe raconte le voyage de celui qui a traversĂ© les mondes souterrains, mais avant, a embarquĂ© avec Caron, pour passer le fleuve infernal Styx, puis chanter, Ă©mouvoir, convaincre
 De fait, par son chant incarnĂ©, sa douleur sublimĂ©e, OrphĂ©e est bien le pĂšre de tous les chanteurs et de tous les artistes qui expriment les peines et les tourments de l’ñme tragique, amoureuse, dĂ©sirante
 Si Don Giovanni de Mozart est l’opĂ©ra des opĂ©ras, Orfeo de Monteverdi (1607) est le premier opĂ©ra de l’histoire musicale, certes encore Ă©clectique dans sa forme mi Renaisance (choeur madrigalesques des bergers associĂ©s Ă  la Pastorale) et prĂ©mices baroques (monodie accompagnĂ©e; aria, arioso, lamento,
), mais d’une premiĂšre cohĂ©rence et d’une unitĂ© incontestable dans son plan poĂ©tique (ce malgrĂ© les deux fins possibles : apothĂ©ose d’Orfeo aux cĂŽtĂ©s d’Apollon / ou mort d’OrfĂ©o malheureux, dĂ©chiquetĂ© par les bacchantes).

AuprĂšs des Ă©coles de musiques et avec le concours des bibliothĂšques, Les Timbres qui joueront Orfeo en ouverture du Festival Musique et MĂ©moire 2018 (vendredi 13 juillet 2018 Ă  la basilique de Luxeuil-les-Bains), proposent auparavant un nouveau spectacle dĂ©couverte sur la figure du PoĂšte antique. Y sont sensibilisĂ©s et y participeront, plusieurs Ă©lĂšves des Ă©coles intĂ©ressĂ©s par le sujet, dĂ©sireux de faire partie d’un spectacle
 Le spectacle du 29 avril Ă  Luxeuil, marque l’aboutissement d’une sĂ©rie de sessions et ateliers, organisĂ©e avec les enfants et adolescents depuis le 23 avril
 Ă  Lure, Luxeuil-les-Bains, HĂ©ricourt, Champagney, Fontaine-les-Luxeuil


 

Le mythe d’OrphĂ©eboutonreservation
Dimanche 29 avril 2018, 18 h
Espace Frichet, Luxeuil-les-Bains

INFOS et RESERVATIONS
sur le site du Festival Musique et MĂ©moire
http://www.musetmemoire.com/article.php?id=356

 

 

—————————————

 

 

APPROFONDIR

Le Mythe fondateur de la musique et de l’opĂ©ra

PrĂ©sentation du mythe d’OrphĂ©e sur le site de Musique et MĂ©moire :

 

 

CANOVA-3-ORFEO-e1420620934290Un mythe fondateur et une Ɠuvre maĂźtresse : « Monteverdi se trouve Ă  Milan, et loge chez moi ; [...] Il m’a montrĂ© les vers et fait entendre la musique de la fable que Votre Altesse a fait reprĂ©senter ; tant le poĂšte que le musicien ont si bien dĂ©peint les passions de l’Ăąme qu’il n’est pas possible de faire mieux. La PoĂ©sie est belle dans son invention, encore plus belle dans sa disposition, excellente dans l’Ă©locution ; mais on ne pouvait s’attendre Ă  moins d’un bel esprit comme M. Striggio. Quant Ă  la Musique, tout en respectant ses convenances, elle sert si bien la PoĂ©sie, qu’on ne pourrait en attendre de meilleure. » (22 aoĂ»t 1607, lettre de Cherubino Ferrari, Milan, au Duc Vincenzo Gonzaga, Mantoue). LIRE notre dossier complet l’ORFEO de Monteverdi par Les Timbres

 

 

Illustrations : OrphĂ©e et Eurydice dans un paysage (Corot) – OrphĂ©e par le sculpteur Canovas (DR)

 

 

 

 

PARIS ressuscite La Nonne Sanglante de Gounod

PARIS, OpĂ©ra Comique. GOUNOD : La Nonne Sanglante, 2-14 juin 2018. Sur un livret d’EugĂšne Scribe, Gounod Ă©crit son grand opĂ©ra en 5 actes pour l’OpĂ©ra de Paris (Salle Le Peletier), crĂ©Ă© le 18 octobre 1854. Le sujet renoue avec ce gothique historique, fantastique et lugubre propre Ă  l’Angleterre des annĂ©es 1820 (l’équivalent britannique du style Troubadour, dont l’essor en France est autour de 1825-1830 et dont tĂ©moignent les oeuvres du peintre français Paul Delaroche) : inspirĂ© du Moine de Mathew Greg Lewis (1796), La nonne sanglante illustre la tentative avortĂ©e du directeur de l’OpĂ©ra, Nestor Roqueplan pour renouveler le genre du grand opĂ©ra, alors en crise.

opéra gothique et surnaturel

gounod charles portrait jeune par classiquenews gounod centenaire 2018 par classiquenews portr19Las, le directeur est congĂ©diĂ© et son successeur François-Louis Crosnier annule les reprĂ©sentations en cours (11 reprĂ©sentations auront lieu cependant), traitant le nouvel opĂ©ra de Gounod, d’ordure intolĂ©rable. Rien de moins. Gounod se souvient en rĂ©alitĂ© de Robert le Diable, modĂšle des opĂ©ras mĂ©diĂ©vaux historiques et fantastiques mais copieusement tragique voire terrifiant, Ă©laborĂ© par Meyerbeer plus de 20 annĂ©es auparavant (1831). L’OpĂ©ra Comique rend service Ă  la rĂ©estimation de l’ouvrage et aussi Ă  la meilleure connaissance de Charles Gounod, compositeur acadĂ©micien, surtout connu pour son tragique et sentimental Ă©perdu, RomĂ©o et Juliette (1867), sommet de l’opĂ©ra romantique français.
La Nonne sanglante est une oeuvre de jeunesse, composée aprÚs Sapho (1851), et avant Faust (1859).

 

 

 

PARIS, Opéra Comique.
GOUNOD : La Nonne Sanglante,
7 représentations, du 2-14 juin 2018.

INFOS & RESERVATIONS
https://www.opera-comique.com/fr/saisons/saison-2018/nonne-sanglante

 

 

 

hrodias-paul-delaroche-la-nonne-sanglante-de-gounod-1854-opera-presentation-par-classiquenews-opera-comique-synopsis-la-nonne-sanglante

 

 

Synopsis

La lĂ©gende gothique mĂȘle songe horrifique, suscitant son acte des spectres (II), et amour contrariĂ©, celui du tĂ©nor (Rodolphe) et de la soprano (AgnĂšs). En rĂ©alitĂ©, alors qu’il propose Ă  sa fiancĂ©e promise Ă  son frĂšre ainĂ© (ThĂ©obald) de revĂȘtir la figure du spectre de la Nonne sanglante (Ă  qui toutes les portes sont ouvertes), Rodolphe croyant avoir affaire Ă  sa fiancĂ©e (AgnĂšs), se fiance bel et bien avec une morte : tout l’acte II plonge en pleines noces fantastiques et surnaturelles. Au III, la mort rĂ©elle de son frĂšre Ă©tant advenue, Rodolphe peut envisager d’épouser celle qu’il aime, AgnĂšs de Moldaw. Mais le spectre de la Nonne sanglante lui apparaĂźt Ă  nouveau : l’ayant trompĂ© par ce faux mariage, elle exige qu’il la venge de celui qui se fit honteusement passĂ© pour mort, Ă  cause duquel elle rejoignit les ordres et fut assassinĂ©e dans sa cellule
 par celui lĂ  mĂȘme qui s’était fait passer pour mort. Rodolphe promet nĂ©anmoins de venger l’honneur de la femme sacrifiĂ©e.
Au IV, alors que la cour de Luddorf est rĂ©unie pour cĂ©lĂ©brer ses noces avec AgnĂšs, Rodolphe interrompt la cĂ©rĂ©monie et annule tout engagement : la Nonne vient de lui rĂ©vĂ©ler l’identitĂ© de celui qui l’a trahie : le propre pĂšre du jeune homme, le comte de Luddorf.
L’acte V est celui qui rĂ©soud toutes les intrigues : le voeu de la Nonne d’ĂȘtre vengĂ©e, AgnĂšs qui ne comprend pas pourquoi Rodolphe ne l’a pas Ă©pousĂ©e, Rodolphe sommĂ© de tuer son propre pĂšre pour venger la Nonne
 Ainsi, en un dernier tableau gothique sombre et lugubre, prĂšs du tombeau de la Nonne, le comte de Luddof s’offre aux poignards des meutriers de Rodolphe, venu le tuer pour laver l’affront de la fiancĂ©e AgnĂšs Ă  laquelle il avaitavait rĂ©fusĂ© de s’unir : alors paraĂźt le fantĂŽme aĂ©rien de la Nonne enfin libĂ©rĂ©e : en reconnaissant le sacrifice du comte Luddorf, elle libĂšre Rodolphe de son engagement vis Ă  vis d’elle et dĂ©clare, en une injonction surnaturelle et hautement morale : « la vertu du coupable est dans le repentir ».

gounod la nonne sanglante opera presentation par classiquenewsAlors que Meyerbeer aime tuer ou assassiner ses hĂ©ros amoureux, comme emportĂ©s par le souffle de l’histoire qui les dĂ©passe, Gounod reste fidĂšle au roman gothique heureux, oĂč les coupables sont dĂ©voilĂ©s et punis ; laissant aux jeunes innocents, pourtant empĂȘtrĂ©s dans l’écheveau des intrigues qu’ils subissent, une issue favorable.

 

Illustrations : portrait de Gounod jeune / Paul Delaroche : Herodias (DR)

SAINT-ETIENNE, Opéra. MENUT : FANDO et LIS, création

opera-fando-et-lis-arragal-benoit-menut-opera-par-classiquenews-creation-saint-etienneSAINT-ETIENNE, OpĂ©ra. CrĂ©ation : 2, 4, 6 mai18. FANDO ET LIS de BenoĂźt Menut. L’homme en sociĂ©tĂ© serait-il encore plus abject et finalement condamnĂ© que s’il Ă©tait seul, connectĂ© avec la nature ?En 3 dates Ă©vĂ©nements, BenoĂźt Menut dĂ©voile son nouvel opĂ©ra volontiers barbare, mais si juste quant au cynisme de notre sociĂ©tĂ© ordinaire / orduriĂšre contemporaine. L’humanitĂ© est en souffrance, dans ce conte lyrique post apocalyptique qui livre la derniĂšre femme, LIS, dans une errance incertaine, noire, sans retour. A l’approche du vide – pourtant annoncĂ©, l’homme dĂ©construit et s’aveugle par irresponsabilitĂ©, par faiblesse sur sa propre destinĂ©e, il se dilue lui-mĂȘme
 La partition et le spectacle sont inspirĂ©s de la piĂšce de Fernando Arrabal,
 il en dĂ©coule un ouvrage lyrique en six tableaux, commande de l’OpĂ©ra de Saint-Étienne Ă  BenoĂźt Menut, laurĂ©at du Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (jeune compositeur).

La mise en scĂšne est confiĂ©e Ă  Kristian FrĂ©dric, Ă©galement auteur du livret, et qui entre autres dispositifs originaux, avait en 2010 participer Ă  la crĂ©ation d’OrphĂ©e et Eurydice (jouĂ© 49 fois) dans les sous-sols de la ville de Nuremberg : l’opĂ©ra infernal ne pouvait que se dĂ©rouler dans les entrailles d’une ville au passĂ© musical et culturel, riche. CrĂ©ation majeure Ă  Saint-Etienne.

 

 

 

—————————

 

 

 

GRAND THÉÂTRE MASSENET à Saint-Etienne
MERCREDI 02 MAI 2018 : 20h
VENDREDI 04 MAI 2018 : 20h
DIMANCHE 06 MAI 2018 : 15h

TARIF F – DE 10€ À 36€
Durée : 1H40 environ sans entracte
En français

RÉSERVEZ
VOS BILLETS

 

 

________________

 

 

Distribution
LIVRET DE KRISTIAN FRÉDRIC
D’APRÈS FANDO ET LIS DE FERNANDO ARRABAL
CRÉATION MONDIALE

DIRECTION MUSICALE : DANIEL KAWKA
MISE EN SCÈNE : KRISTIAN FRÉDRIC
DÉCORS : FABIEN TEIGNÉ
COSTUMES : MARILÈNE BASTIEN
LUMIÈRES : NICOLAS DESCOTEAUX

FANDO : MATHIAS VIDAL
LIS : MAYA VILLANUEVA
MITARO : PIERRE-YVES PRUVOT
NAMUR : NICOLAS CERTENAIS
TOSO : MARK VAN ARSDALE

ORCHESTRE SYMPHONIQUE SAINT-ÉTIENNE LOIRE
CHOEUR LYRIQUE SAINT-ÉTIENNE LOIRE

Prochaine critique du spectacle Ă  suivre

 

 

 

TOURS, un somptueux nouveau Songe de Britten


TOURS, OpĂ©ra. Nouvelle production Ă©blouissante du Songe d’une nuit d’étĂ© de Britten, les 13, 15 et 17 avril 2018.
AprĂšs un PhilĂ©mon et Baucis qui a marquĂ© dĂ©finitivement l’annĂ©e du centenaire Gounod 2018 (fĂ©vrier 2018), l’OpĂ©ra de Tours prĂ©sente en cette mi avril, une partition riche, raffinĂ©e, trouble et finalement peu connue de Benjamin Britten : “ A midsummer night’s Dream “/ Le songe d’une nuit d’Ă©tĂ©. Le gĂ©nie de la partition tient Ă  sa culture particuliĂšre d’un onirisme cher au compositeur. La place du rĂȘve et de la nuit lui permet d’aborder les thĂšmes rĂ©currents de son thĂ©Ăątre : l’intimisme de la pudeur, l’innocence qui peut ĂȘtre angĂ©lisme ou insolence facĂ©tieuse, l’amour surtout qui sur les traces de Shakespeare, – source littĂ©raire et dramatique que Britten rĂ©adapte selon le temps musical et les contraintes du genre lyrique, suscite en un labyrinthe vertigineux, un jeu violent et passionnĂ©, qui croise illusion, aveuglement, dĂ©sir et fantasme irrĂ©sistibles. Et finalement 
 cauchemard et folie.

 

 

 

britten-midsummer-night-s-dream-opera-de-tours-critique-presentation-critique-par-classiquenews

 

 

 

Le plus grand mĂ©rite de la partition se concentre sur l’expression poĂ©tique du monde naturel, des enchantements et envoĂ»tement de la nuit. L’opĂ©ra est un nocturne surrĂ©aliste et kafkaĂŻen, essentiellement poĂ©tique qui offre aussi une formidable lecture critique sur la forme thĂ©Ăątrale (avec la tragĂ©die Pyrame et ThisbĂ© – thĂ©Ăątre dans le thĂ©Ăątre, reprĂ©sentĂ©e au III par les artisans d’AthĂšnes et qui fait jaillir la pure veine bouffe et parodique) ; C’est aussi une vision trĂšs sensible de la conscience animale quand au II, Bottom devenu Ăąne, communique avec les fĂ©es. Pas d’Ă©quivalent dans l’histoire lyrique Ă  cette sĂ©quence de pur enchantement poĂ©tique oĂč l’animal touche par sa sensibilitĂ© et sa conscience humaine (sauf dans L’Enfant et les SortilĂšges de Ravel, oĂč les animaux du jardin soignent l’enfant).

Jacques Vincey, directeur du Centre Dramatique rĂ©gional de Tours, en signe la mise en scĂšne, c’est le grand invitĂ© pour cette nouvelle production, de Benjamin Pionnier directeur de l’OpĂ©ra de Tours qui est aussi dans la fosse, veillant avec une extrĂȘme probitĂ©, aux Ă©quilibres et aux couleurs de cette sublime musique de la nuit.

Jacques Vincey signe ainsi sa premiĂšre mise en scĂšne d’opĂ©ra. VoilĂ  un autre argument qui fait de cette nouvelle production Ă  Tours, l’un de nos Ă©vĂ©nements lyrique de cette annĂ©e 2018 (le palmarĂšs classiquenews des meilleures productions lyriques de l’annĂ©e, en sera dĂ©voilĂ© en fin d’annĂ©e le 20 dĂ©cembre 2018)

 

 

————————

 

TOURS, OpĂ©ra. Songe d’une nuit d’étĂ© de Britten, les 13, 15 et 17 avril 2018 – Nouvelle production Ă©vĂ©nement. PrĂ©sentation complĂšte, informations & rĂ©servations

 

 

————————

 

 

 

VOIR notre TEASER Le Songe d’une nuit d’étĂ© de Britten Ă  l’OpĂ©ra de Tours – nouvelle production. Benjamin Pionnier / Jacques Vincey

 

 

VOIR notre grand reportage / Entretiens sur l’oeuvre avec Jacques Vincey et Benjamin Pionnier. A venir…

 

 

 

 

 

TOURCOING. DĂ©cĂšs du chef Jean-Claude Malgoire, Ă  l’ñge de 77 ans


DĂ©cĂšs du chef Jean-Claude Malgoire, dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril 2018, à l’ñge de 77 ans
 Tristesse et regrets endeuillĂ©s… la RĂ©daction de classiquenews a reçu ce matin, un communiquĂ© de l’Atelier Lyrique de Tourcoing qui annonce la mort de son fondateur, le chef Jean-Claude Malgoire. Le maestro Ă©tait hautboĂŻste de formation, musicologue, nĂ© en 1940. Texte du communiquĂ© :
« L’équipe de l’Atelier Lyrique de Tourcoing est au regret de vous annoncer le dĂ©cĂšs de Jean Claude Malgoire, notre directeur artistique. Il est dĂ©cĂ©dĂ© dans la nuit, Ă  l’ñge de 77 ans. »

 

 

 

malgoire_jean_claude

 

 

 

RĂ©cemment, Classiquenews avait suivi la rĂ©ussite de son Paradis perdu, oratorio oubliĂ© de ThĂ©odore Dubois dont Jean-Claude Malgoire, toujours aussi dĂ©fricheur, audacieux et exigeant dans ses choix artistiques, rĂ©vĂ©lait alors (26 novembre 2017), la version retrouvĂ©e  pour orchestre (de surcroĂźt sur instruments d’époque). LIRE notre compte rendu critique / TOURCOING, le 26 novembre 2017. ThĂ©odore DUBOIS : Le Paradis Perdu (recrĂ©ation 2017). Atelier lyrique de Tourcoing. Jean-Claude Malgoire

Plus rĂ©cemment encore, le chef avait pris soin de cĂ©lĂ©brer Ă  la journĂ©e prĂšs, le Centenaire de Claude Debussy 2018, reprenant sa production onirique de PellĂ©as et MĂ©lisande (crĂ©e Ă  Tourcoing en 2015) – Ă©galement sur instruments d’époque (25 mars 2018). LIRE notre annonce du PellĂ©as lĂ©gendaire de JC Malgoire : VOIR notre reportage sur le PELLEAS ET MELISANDE de Debussy par Jean-Claude Malgoire (avril 2015).

 

 

En perdant Jean-Claude Malgoire, la France perd l’un des artisans les plus passionnants de la rĂ©volution baroqueuse, celle qui a rĂ©vĂ©lĂ© la richesse du patrimoine français des XVIIĂš et XVIIIĂš : ses Lully (Alceste) sont encore indĂ©passĂ©s
 son infatigable libertĂ© dans le geste interprĂ©tatif comme son instinct sĂ»r, et un goĂ»t comme une culture rares, ont favorisĂ© aussi l’émergence de nombreux jeunes artistes comme Philippe Jaroussky ou actuellement Sabine Devielhe
 C’est toute une gĂ©nĂ©ration d’artistes et de musiciens français qui lui doivent son regard bienveillant, ses encouragements, sa gĂ©nĂ©rositĂ©, sa fidĂ©litĂ©… Ambassadeur de la verve rossinienne, de la furiĂ  vivaldienne, entre autres, comme dĂ©fenseur de l’opĂ©ra français du XXĂš siĂšcle (Poulenc, Debussy, …), Jean-Claude Malgoire, l’impertinent, l’audacieux, le visionnaire, a fait de l’Atelier Lyrique de Tourcoing, une fabrique lyrique d’une incroyable et exemplaire activitĂ©. Selon la volontĂ© du chef, la compagnie maintient les concerts de la saison en cours.

 

 

Classiquenews prĂ©pare un grand portrait hommage sur le chef. Nos plus sincĂšres condolĂ©ances Ă  ses proches et aux Ă©quipes de l’Atelier Lyrique qui s’en trouvent orphelins.

 

 

malgoire-jean-claude-opera-portrait-par-classiquenews

LILLE PIANO(S) FESTIVAL : 8, 9, 10 juin 2018

lille-pianos-festival-2018-classiquenews-VIGNETTELILLE PIANO(S) Festival : 8, 9, 10 juin 2018. RĂ©servez et organisez dĂšs aujourd’hui votre sĂ©jour Ă  Lille, pour la dĂ©jĂ  15Ăš Ă©dition du festival le plus important destinĂ© au piano, chaque printemps. A l’initiative de l’ONL, Orchestre National de Lille, et de son chef fondateur Jean-Claude Casadesus, Lille devient pendant 3 journĂ©es la capitale du clavier. « Classique, curieux, innovant », le festival sait varier les formes (de la « grande soirĂ©e symphonique concertante »  au rĂ©cital pour piano seul, jusqu’aux dispositifs mis en scĂšne
), combiner les sensibilitĂ© (prĂ©sence de l’Orchestre de Picardie, partenaire familier de l’ONL), croiser les styles et les pĂ©riodes, avec cette annĂ©e une extension remarquable de sa vocation territoriale (du Nouveau SiĂšcle et son formidable Auditorium), le festival s’exporte jusqu’à l’Abbaye de Vaucelles, haut lieu du DĂ©partement du NORD pour un marathon prometteur, Liszt et Debussy, dimanche 10 juin), tout en multipliant les dĂ©couvertes « exotiques » : le festival voyage ainsi par ses choix de rĂ©pertoire, de la MacĂ©doine aux Balkans (Simon Trpčeski et Aleksandar Serdar), Ă  Cuba (cĂ©lĂ©brĂ© par Lille 3000 / concerts de Simon Ghraichy ou Pity Cabrera) ; et mĂȘme,  jusqu’en Espagne, d’oĂč ressuscite le flamenco, sauvage, racĂ©, chaloupĂ©.

 

 

 

 

Les 8, 9 et 10 juin 2018
En juin, LILLE, capitale du piano

 

 

 

Ne serait-ce que pour le premier jour (d’ouverture), le Festival offre une palette riche et simultanĂ©e de concerts et programmes de tous styles, vendredi 8 juin dĂšs 20h : Nouveau SiĂšcle, Conservatoire, Gare Saint-Sauveur, 
 tous les goĂ»ts sont satisfaits, comme un menu Ă  la carte.
Pendant les 3 jours, les tempĂ©raments foisonnent : NikolaĂŻ Lugansky, Boris Berezovsky, Claire-Marie Le Guay, FrĂ©dĂ©ric Chiu, Jean-François Zygel, Hugues LeclĂšre
 Omri Mor, Stefan Orins, Iddo Bar-ShaĂŻ, David Kadouch, Marie Vermeulen…

L’éclectisme partage une Ă©gale intensitĂ© avec la diversitĂ© des partitions abordĂ©es, dont Ă©videmment les piliers de la littĂ©rature pianistique : Schumann, Chopin, Mozart, Bach, Saint-SaĂ«ns, Ravel… sans omettre, le jazz (toujours d’un Ă©clat vif argent pendant le festival, en 2018 paraissent entre autres : Omri Mor, Avishai Cohen, RenĂ© Urtreger
), comme l’écriture contemporaine grĂące Ă  la prĂ©sence d’HĂšctor Parra, compositeur vivant en rĂ©sidence Ă  l’ONL (et qui achĂšve un remarquable cycle de crĂ©ation pour l’Orchestre Lillois).
La curiositĂ©, l’ouverture, le partage ne sont pas de vains mots : ils prennent tout leur sens chaque mois de juin Ă  Lille pour le Festival de piano, le mieux conçu actuellement.

 

 

lille-pianos-festival-annonce-homepage-classiquenews

 

SĂ©lection non exhaustive :

 

 

 

 

Vendredi 8 juin 2018

Nouveau SiĂšcle, Auditorium, 21h-22h
CONCERT D’OUVERTURE
Schumann, piano seul & Concerto
Arabesque, Concerto pour piano
Claire-Marie Le Guay, piano
ONL Orchestre National de Lille
Jean-Claude Casadesus, direction

 

 

———

 

 

Samedi 9 juin 2018

Conservatoire, Auditorium, 15h-16hh
Andreï KOROBEINIKOV, récital (Prokofiev, Beethoven, Scriabine)

Nouveau SiÚcle, Salle Québec, 16h30-17h30
IntĂ©grale des Ɠuvres d’HĂšctor PARRA
José Minor, piano

Nouveau SiĂšcle, Auditorium, 18h-19h
CONCERTOS
Orchestre de Picardie / Arie van Beek
Mozart : Concerto pour piano n°19 / Iddo Bar-Shaï, piano
Chopin : Concerto pour piano n°1 / Abdel Rahman El Bacha, piano

puis,
Ă  20h, mĂȘme lieu : Nikolai LUGANSKY en solo (Debussy, Chopin, Rachma / pour les afficinados, rĂ©cital Lugansky 2, « en duo » / avec Vadim Rudenko, dimanche 10 juin Ă  18h, mĂȘme lieu)
Ă  22h, mĂȘme lieu : Musique du silence, rĂ©cital par Guillaume Coppola, piano

 

 

———

 

 

Dimanche 10 juin 2018

Nouveau SiĂšcle, Auditorium, 11h-12h10
LE PETIT PRINCE, dĂšs 5 ans
Spectacle en famille
Musiques de Ravel, Debussy, Satie, Tchaikovski

Duo de piano JATEKOK

Abbaye de Vaucelles, salle des moines
11h30 : Debussymania / Jean-François Zygel, piano
13h : Frédéric Chiu, Tanguy Williencourt
14h15 : 4 mains / Vanessa Wagner / Marie Vermeulin (Debussy, Ravel)
Surtout : BORIS BEREZOVSKY, 16h15-17h15, Debussy (Préludes, extraits / Liszt : Années de PÚlerinage, Venezia et Napoli / Mephisto-Valse)

enfin,

Nouveau SiĂšcle, Auditorium, 20h-21h
CONCERT DE CLÔTURE
Concertos n°2
Saint-Saëns : David Kadouch, piano
Liszt : Alexander Ullman
Orchestre de Picardie / Jean-Claude Casadesus, direction

 

 

 

——————————————

 

 

RESERVEZ, ORGANISEZ votre séjour 2018
en consultant le site du LILLE PIANO(S) Festival 2018
Le programme détaillé de chaque journée des 8, 9 et 10 juin 2018
http://lillepianosfestival.fr/2018/

 

 lille-pianos-festival-2018-sur-classiquenews-bandeau

BESTIAIRE : histoires d’animaux

cd bestiaire stephanie humeau sabine revault d allonnes cd critique review cd classiquenews 28576551_1195465910583423_5463063621917155421_nPARIS, le 24 avril 2018 : Concert ” BESTIAIRE ” par Sabine Revault d’Allonnes et StĂ©phanie Humeau. Deux artistes françaises Sabine Revault d’Allonnes (soprano) et StĂ©phanie Humeau (piano) se frottent ici au dĂ©fi des textes et Ă©vocations poĂ©tiques inspirĂ©s par les animaux. Le concert du 24 avril prochain (Mairie du IIIÚ arrdt Ă  Paris, lire en fin d’article, la prĂ©sentation du concert) est aussi le sujet de leur nouveau album discographique. Parcours Ă©tonnant et convaincant, serti de mĂ©lodies mĂ©connues, de piĂšces pianistiques rĂ©enchantĂ©es, grĂące Ă  un trĂšs subtil travail sur le sens des textes et leur enchaĂźnement… En rĂ©alitĂ© c’est davantage qu’un bestiaire choisi … : une collection de piĂšces remarquables et intelligemment associĂ©es. Le programme convoque un jardin animalier aux postures, silhouettes, situations et paysages d’une irrĂ©sistible sĂ©duction. La sincĂ©ritĂ© et la justesse du geste rendent hommage Ă  la multiplicitĂ© des sensibilitĂ©s – compositeurs et poĂštes, retenus.
Ici, chaque piĂšce illustre Ă  sa maniĂšre un comportement ou une attitude animale. Mais l’animalitĂ© identifiĂ©e s’apparente souvent aux sentiments et passions de l’ñme humaine. Que ces oiseaux, animaux (cochons forcĂ©ment « roses ») et petit cheval, sans omettre l’irremplaçable chat sur le toit, 
 et insectes
 ont de raison (et d’enseignements) Ă  nous transmettre (Ă©couter la derniĂšre Coccinelle de Hugo mise en musique et avec quel gĂ©nie par Bizet ! : « les bĂȘtes sont au bon Dieu, mais la bĂȘtise est Ă  l’homme », sagesse hugolienne absolument bouleversante).

 

 

Célébration de la mélodie française
Sublimes portraits animaliers

 

Capture d’écran 2018-03-30 Ă  19.09.19

 

 


TĂȘtes Ă  l’envers (sur le visuel de couverture), mais engagement total et trĂšs juste, les deux interprĂštes suscitent l’adhĂ©sion dans ce programme riche et Ă©quilibrĂ©, dĂ©diĂ© aux incontournables de la mĂ©lodies, comme rĂ©vĂ©lateur de joyaux moins connus
 ; le chant / piano dialogue Ă  juste titre, permettant Ă  chacune d’exprimer dans sa palette expressive Ă©tendue, tout ce qui rapproche l’animal de l’homme : le bestiaire dont il est question servi par d’admirables talents poĂ©tiques et littĂ©raires et non des moindres (Lecomte de Lisle, Hugo, Apollinaire, Jules Renard,
) marque l’esprit et l’écoute car ces bĂȘtes lĂ  – oiseaux, poissons ou insectes (« La cigale » de Chausson / L. de Lisle) sont plus humains que les hommes eux-mĂȘmes (la Coccinelle de Hugo dĂ©jĂ  citĂ©e – en sa morale imprĂ©vue, impertinente et sincĂšre, qui referme le cycle). Le piano seul y creuse des Ă©vocations Ă  la fois lĂ©gĂšres et nostalgiques aux climats rĂȘveurs d’une absolue fantaisie, oĂč jaillissent comme des poĂ©sies uniquement musicales, de purs paysages intĂ©rieurs (les sublimes « Oiseaux tristes » de Ravel dĂ©jĂ  citĂ©s, y rĂ©pondent aux « Poissons d’or » de son contemporain et si proche en pensĂ©e et inspiration, Debussy).

L’immersion poĂ©tique est totale, magnifiquement assumĂ©e, grĂące au soprano riche, ample, incarnĂ© de Sabine Revault d’Allonnes, capable aussi de graves quasi lugubres pour l’Albatros de Chausson (d’aprĂšs Baudelaire, la seule mĂ©lodie originellement destinĂ© Ă  un alto et heureusement transposĂ© pour le rĂ©cital)… LIRE notre critique complĂšte du CD BESTIAIRE

—————————————

CLIC D'OR macaron 200CD, annonce. BESTIAIRE. StĂ©phanie Humeau, piano / Sabine Revault d’Allonnes (soprano). MĂ©lodies françaises, piĂšces pour piano : de Chopin, Chausson, Bizet et Chabrier
 Ă  Poulenc et Ravel – 1 cd ARTIE’S records — enregistrement rĂ©alisĂ© en juillet 2017 (Bourg la Reine) – DurĂ©e : 1h01. CLIC de CLASSIQUENEWS d’avril 2018. Parution : le 9 avril 2018.

 

 

 

 

———————————-

AGENDA / CONCERT

Concert de sortie / Programme du cd ” Bestiaire “, PARIS, Mairie du IIIĂš arrdt – 2, rue EugĂšne Spuller, 75003 PARIS, le 24 avril 2018, 19h30 – INFORMATIONS et RESERVATIONS :
https://www.facebook.com/BestaireMusical/

 

bestiaire leaderboard homepage from 30 mars

CD, CONCERT : “Bestiaire”, des histoires animales enivrantes

cd bestiaire stephanie humeau sabine revault d allonnes cd critique review cd classiquenews 28576551_1195465910583423_5463063621917155421_nCD, critique, compte-rendu : ” BESTIAIRE ” par Sabine Revault d’Allonnes et StĂ©phanie Humeau (1 cd ARTIE’S records — 2017). Deux artistes françaises Sabine Revault d’Allonnes (soprano) et StĂ©phanie Humeau (piano) se frottent ici au dĂ©fi des textes et Ă©vocations poĂ©tiques inspirĂ©s par les animaux. En rĂ©alitĂ© c’est davantage qu’un bestiaire choisi … : une collection de piĂšces remarquables et intelligemment associĂ©es. Le programme convoque un jardin animalier aux postures, silhouettes, situations et paysages d’une irrĂ©sistible sĂ©duction. La sincĂ©ritĂ© et la justesse du geste rendent hommage Ă  la multiplicitĂ© des sensibilitĂ©s – compositeurs et poĂštes, retenus.
Ici, chaque piĂšce illustre Ă  sa maniĂšre un comportement ou une attitude animale. Mais l’animalitĂ© identifiĂ©e s’apparente souvent aux sentiments et passions de l’ñme humaine. Que ces oiseaux, animaux (cochons forcĂ©ment « roses ») et petit cheval, sans omettre l’irremplaçable chat sur le toit, 
 et insectes
 ont de raison (et d’enseignements) Ă  nous transmettre (Ă©couter la derniĂšre Coccinelle de Hugo mise en musique et avec quel gĂ©nie par Bizet ! : « les bĂȘtes sont au bon Dieu, mais la bĂȘtise est Ă  l’homme », sagesse hugolienne absolument bouleversante).

 

 

Célébration de la mélodie française
Sublimes portraits animaliers

 

Capture d’écran 2018-03-30 Ă  19.09.19

 

 


TĂȘtes Ă  l’envers (sur le visuel de couverture), mais engagement total et trĂšs juste, les deux interprĂštes suscitent l’adhĂ©sion dans ce programme riche et Ă©quilibrĂ©, dĂ©diĂ© aux incontournables de la mĂ©lodies, comme rĂ©vĂ©lateur de joyaux moins connus
 ; le chant / piano dialogue Ă  juste titre, permettant Ă  chacune d’exprimer dans sa palette expressive Ă©tendue, tout ce qui rapproche l’animal de l’homme : le bestiaire dont il est question servi par d’admirables talents poĂ©tiques et littĂ©raires et non des moindres (Lecomte de Lisle, Hugo, Apollinaire, Jules Renard,
) marque l’esprit et l’écoute car ces bĂȘtes lĂ  – oiseaux, poissons ou insectes (« La cigale » de Chausson / L. de Lisle) sont plus humains que les hommes eux-mĂȘmes (la Coccinelle de Hugo dĂ©jĂ  citĂ©e – en sa morale imprĂ©vue, impertinente et sincĂšre, qui referme le cycle). Le piano seul y creuse des Ă©vocations Ă  la fois lĂ©gĂšres et nostalgiques aux climats rĂȘveurs d’une absolue fantaisie, oĂč jaillissent comme des poĂ©sies uniquement musicales, de purs paysages intĂ©rieurs (les sublimes « Oiseaux tristes » de Ravel dĂ©jĂ  citĂ©s, y rĂ©pondent aux « Poissons d’or » de son contemporain et si proche en pensĂ©e et inspiration, Debussy).

L’immersion poĂ©tique est totale, magnifiquement assumĂ©e, grĂące au soprano riche, ample, incarnĂ© de Sabine Revault d’Allonnes, capable aussi de graves quasi lugubres pour l’Albatros de Chausson (d’aprĂšs Baudelaire, la seule mĂ©lodie originellement destinĂ© Ă  un alto et heureusement transposĂ© pour le rĂ©cital)… LIRE notre critique complĂšte du CD BESTIAIRE

—————————————

CLIC D'OR macaron 200CD, annonce. BESTIAIRE. StĂ©phanie Humeau, piano / Sabine Revault d’Allonnes (soprano). MĂ©lodies françaises, piĂšces pour piano : de Chopin, Chausson, Bizet et Chabrier
 Ă  Poulenc et Ravel – 1 cd ARTIE’S records — enregistrement rĂ©alisĂ© en juillet 2017 (Bourg la Reine) – DurĂ©e : 1h01. CLIC de CLASSIQUENEWS d’avril 2018. Parution : le 9 avril 2018.

 

 

 

 

———————————-

AGENDA / CONCERT

Concert de sortie / Programme du cd ” Bestiaire “, PARIS, Mairie du IIIĂš arrdt – 2, rue EugĂšne Spuller, 75003 PARIS, le 24 avril 2018, 19h30 – INFORMATIONS et RESERVATIONS :
https://www.facebook.com/BestaireMusical/

 

bestiaire leaderboard homepage from 30 mars

PARIS, ce soir : chambrisme viennois et souper fin au Plaza

Concert exceptionnel de la Philharmonie de Vienne au PLAZA AthĂ©nĂ©ePARIS, PLAZA AthĂ©nĂ©e. Ce soir, mercredi 11 avril 2018. Philharmonie de Vienne. Le Palace parisien, Ă©crin de l’excellence hĂŽteliĂšre et de l’art de vivre français propose le 11 avril, une soirĂ©e exceptionnelle associant musique de chambre et souper gastronomique viennois… La lĂ©gendaire phalange se produit dans l’un des plus beaux palaces de la capitale, le Plaza AthĂ©nĂ©e, avenue Montaigne : ambassadeurs et dĂ©tenteurs d’une tradition musicale renommĂ©e, plusieurs instrumentistes de l’Orchestre Philharmonique de Vienne proposent un programme de musique de chambre exceptionnel, ce mercredi 11 avril 2018. Au programme : deux piĂšces de musique de chambre viennoise signĂ©es Joseph Haydn et Wolfgang Amadeus Mozart, deux joyaux de grĂące et d’équilibre instrumentaux, fleurons de la riche collection des Quatuors et Quintettes viennois de la fin du XVIIIĂš. Entre style galant, classique et prĂ© romantique, les deux Ɠuvres sont dĂ©fendues avec d’autant plus d’évidence et d’éloquence, que les cinq instrumentistes prĂ©sents Ă  Paris, membres actifs des Wiener Philharmoniker, savent articuler et nuancer Haydn et Mozart comme leur langue maternelle. Les musiciens de l’Orchestre Viennois expriment mieux que personne  les qualitĂ©s qui font de l’écriture de Haydn (fondateur du genre du Quatuor) et de son Ă©lĂšve spirituel (comme Beethoven), Mozart, l’emblĂšme du raffinement de la musique concertante Ă  l’époque de LumiĂšres. Les deux partitions choisies pour cette occasion exceptionnelle illustrent une tradition musicale d’excellence qui s’est perpĂ©tuĂ©e jusqu’à nos jours.
VoilĂ  pourquoi ce concert est exceptionnel, d’autant plus unique qu’il a lieu dans l’un des hĂŽtels les plus Ă©lĂ©gants de Paris
 le Plaza AthĂ©nĂ©e, avenue Montaigne.
MUSIQUE DE CHAMBRE ET GASTRONOMIE EN UNE SOIREE INOUBLIABLE... AprĂšs un accueil privilĂ©giĂ©, les convives assistent au concert (salon Haute Couture), puis dĂźnent au restaurant Relais Plaza oĂč le chef Herbert Von Karajan avait ses habitudes. Au programme : menu viennois spĂ©cialement conçu pour l’occasion par le chef Christian Domschitz (du mythique restaurant le VestibĂŒl de Vienne), en collaboration avec le chef exĂ©cutif au Relais Plaza, Philippe Marc.

 

 

 

plaza-athenee-relais-plaza-restaurant-exception-in-PARIS-presentation-concert-venue-by-classiquenews

 

 

Salle du restaurant Relais Plaza – (c) Niall Clutton

Musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Vienne
au Plaza Athénée
avenue Montaigne

Mercredi 11 avril 2018, dĂšs 19h

 

 

Musique de chambre :

Joseph Haydn
Quatuor Ă  cordes opus 77

Wolfgand Amadeus Mozart
Quintette pour clarinettes et cordes KV 581

Déroulement de la soirée
programme

 

 

19h15
Accueil au salon Organza (cocktail d’accueil)

20h
Concert de musique de chambre
dans le Salon Haute

Haydn : Quatuor Ă  cordes opus 77
Mozart : Quintette pour clarinette et cordes KV 581

Instrumentistes de l’Orchestre Philharmonque de Vienne
Cinq musiciens :
Wilfried Hedenborg, premier violon
Harald Krumpöck, deuxiÚme violon
Martin Lemberg, alto
David Pennetzdorfer, violoncelle
Matthias Schorn, clarinette

21h15,
Ă  l’issue de ce concert, dĂźner viennois
au restaurant Relais Plaza
menu rĂ©alisĂ© par les soins du chef Christian Domschitz du mythique restaurant le VestibĂŒl de Vienne, en collaboration avec le chef exĂ©cutif au Relais Plaza, Philippe Marc.`

RESERVATIONS

Réservez votre place pour cette soirée exceptionnelle du 11 avril au Plaza Athénée

 

FORMULE comprenant :

- Le cocktail au salon Organza avec une coupe de champagne
- Le concert d’une heure au salon Haute Couture
- Le diner (entrĂ©e, plat, dessert – boissons et cafĂ© compris) au Relais Plaza
100 places disponibles – Tarif : 235 euros / personne

RĂ©servations au +33 (0)1 53 67 65 97
par email Ă  charlotte.bellini@dorchestercollection.com

 

 

plaza-athene-salle-haute-couture-concert-musique-de-chambre-philharmonie-de-vienne-presentation-annonce-sur-classiquenews

 

 

Salon Haute couture du Plaza Athénée, écrin idéal pour une soirée chambriste exceptionnelle (DR)

 

 

LUXEUIL (VOSGES). L’ORFEO magicien des Timbres

xl_orfeo1LUXEUIL (VOSGES). Le 29 avril 2018, 18h. Les Timbres jouent OrphĂ©e. En prĂ©ambule Ă  l’opĂ©ra de Monteverdi qui ouvre la 25 Ăš Ă©dition du festival Musique et mĂ©moire (13 juillet 2018), le collectif associĂ© au Festival des Vosges du sud, propose une immersion inĂ©dite dans l’histoire du poĂšte de Thrace, avec le concours des Ă©lĂšves des Ă©coles de musique. C’est un spectacle inĂ©dit qui allie partage et transmission, tout en permettant aux instrumentistes de travailler et rĂ©pĂ©ter pour le spectacle de cet Ă©té  Avec Marc Mauillon annoncĂ© dans le rĂŽle titre, cette nouvelle lecture pourrait rĂ©gĂ©nĂ©rer notre approche de l’oeuvre, d’autant qu’Ă  Musique et MĂ©moire, Les Timbres, inspirĂ©s par le risque et le dĂ©fi, avaient dĂ©jĂ  abordĂ© l’opĂ©ra (Lully, version inĂ©dite de la trĂšs rare mais sublime Proserpine : voir notre reportage vidĂ©o Proserpine de Lully au Festival Musique et MĂ©moire, Ă©tĂ© 2015)

 

ENSEMBLE MAGICIEN : Les Timbres, trio enchanteur

 

Les Timbres, 3 tempĂ©raments oniriques et complices qui dĂ©voilent la pensĂ©e secrĂšte des partitions. L’ensemble est en rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire.

 

 

 

musique-et-memoire-2018-vignette-carre-classiquenews-coup-de-coeur-festival-evenementC’est tout cela que porte chaque annĂ©e, Fabrice Creux, directeur et fondateur du Festival laboratoire MUSIQUE ET MEMOIRE dans les VOSGES DU SUD (cette annĂ©e, Ă©dition des 25 ans, du 29 juillet 2018 : lire ici toute la – fabuleuse- programmation).
http://www.classiquenews.com/festival-musique-memoire-2018-les-25-ans/

 

 

orphee-corot-monteverdi-orfeo-classiquenews-582

 

 

Le mythe raconte le voyage de celui qui a traversĂ© les mondes souterrains, mais avant, a embarquĂ© avec Caron, pour passer le fleuve infernal Styx, puis chanter, Ă©mouvoir, convaincre
 De fait, par son chant incarnĂ©, sa douleur sublimĂ©e, OrphĂ©e est bien le pĂšre de tous les chanteurs et de tous les artistes qui expriment les peines et les tourments de l’ñme tragique, amoureuse, dĂ©sirante
 Si Don Giovanni de Mozart est l’opĂ©ra des opĂ©ras, Orfeo de Monteverdi (1607) est le premier opĂ©ra de l’histoire musicale, certes encore Ă©clectique dans sa forme mi Renaisance (choeur madrigalesques des bergers associĂ©s Ă  la Pastorale) et prĂ©mices baroques (monodie accompagnĂ©e; aria, arioso, lamento,
), mais d’une premiĂšre cohĂ©rence et d’une unitĂ© incontestable dans son plan poĂ©tique (ce malgrĂ© les deux fins possibles : apothĂ©ose d’Orfeo aux cĂŽtĂ©s d’Apollon / ou mort d’OrfĂ©o malheureux, dĂ©chiquetĂ© par les bacchantes).

AuprĂšs des Ă©coles de musiques et avec le concours des bibliothĂšques, Les Timbres qui joueront Orfeo en ouverture du Festival Musique et MĂ©moire 2018 (vendredi 13 juillet 2018 Ă  la basilique de Luxeuil-les-Bains), proposent auparavant un nouveau spectacle dĂ©couverte sur la figure du PoĂšte antique. Y sont sensibilisĂ©s et y participeront, plusieurs Ă©lĂšves des Ă©coles intĂ©ressĂ©s par le sujet, dĂ©sireux de faire partie d’un spectacle
 Le spectacle du 29 avril Ă  Luxeuil, marque l’aboutissement d’une sĂ©rie de sessions et ateliers, organisĂ©e avec les enfants et adolescents depuis le 23 avril
 Ă  Lure, Luxeuil-les-Bains, HĂ©ricourt, Champagney, Fontaine-les-Luxeuil


 

 

Le mythe d’OrphĂ©eboutonreservation
Dimanche 29 avril 2018, 18 h
Espace Frichet, Luxeuil-les-Bains

INFOS et RESERVATIONS
sur le site du Festival Musique et MĂ©moire
http://www.musetmemoire.com/article.php?id=356

—————————————

 

 

APPROFONDIR

Le Mythe fondateur de la musique et de l’opĂ©ra

PrĂ©sentation du mythe d’OrphĂ©e sur le site de Musique et MĂ©moire :

 

 

CANOVA-3-ORFEO-e1420620934290Un mythe fondateur et une Ɠuvre maĂźtresse : « Monteverdi se trouve Ă  Milan, et loge chez moi ; [...] Il m’a montrĂ© les vers et fait entendre la musique de la fable que Votre Altesse a fait reprĂ©senter ; tant le poĂšte que le musicien ont si bien dĂ©peint les passions de l’Ăąme qu’il n’est pas possible de faire mieux. La PoĂ©sie est belle dans son invention, encore plus belle dans sa disposition, excellente dans l’Ă©locution ; mais on ne pouvait s’attendre Ă  moins d’un bel esprit comme M. Striggio. Quant Ă  la Musique, tout en respectant ses convenances, elle sert si bien la PoĂ©sie, qu’on ne pourrait en attendre de meilleure. » (22 aoĂ»t 1607, lettre de Cherubino Ferrari, Milan, au Duc Vincenzo Gonzaga, Mantoue). LIRE notre dossier complet l’ORFEO de Monteverdi par Les Timbres

 

 

Illustrations : OrphĂ©e et Eurydice dans un paysage (Corot) – OrphĂ©e par le sculpteur Canovas (DR)

 

 

 

 

OpĂ©ra de Tours : nouvelle production Ă©vĂ©nement du Songe d’une nuit d’Ă©tĂ© de Britten

benjamin_britten_vieuxTOURS, OpĂ©ra. Les 13, 15 et 17 avril 2018. BRITTEN : Songe d’une nuit d’étĂ© (A Midsummer Night’s Dream) plonge au cƓur de l’illusion amoureuse en labyrinthe des coeurs qui Ă©prouvent chaque protagonistes qu’il soit souverain, comĂ©dien, homme ou fĂ©e, voire « rustre » (rustics)
 Entre fable et drame tragique, lĂ©gende onirique et action thĂ©Ăątrale, Benjamin Britten (1913-1976) a conçu une suite musicale Ă  la piĂšce de Shakespeare (crĂ©Ă©e dans les annĂ©es 1590) d’une toute autre inspiration que celle de son prĂ©dĂ©cesseur sur le mĂȘme sujet, Mendelssohn (dont il chantait adolescent la partie d’alto). La comĂ©die amoureuse cible la gravitĂ© de l’amour manipulateur, son oeuvre illusoire ; il ne rend pas heureux, il dĂ©sespĂšre les Ăąmes Ă©prouvĂ©es, trompĂ©es, Ă©garĂ©es. Comme The Rape of Lucrezia (Le Viol de LucrĂšce), Britten approfondit encore sa propre conception de l’opĂ©ra de chambre anglais, viscĂ©ralement thĂ©Ăątral, mais d’une fausse lĂ©gĂšretĂ© dans sa rĂ©alisation : Midsummer a Ă©tĂ© conçu pour le festival d’Aldeburgh, fondĂ© 10 ans auparavant par Britten (1948).

Un opéra anglais, néo baroque (Purcellien)
sur les enchantements de l’amour

BrittenEn 7 mois, le compositeur adapte le livret avec son compagnon (passant de 5 Ă  3 actes), le tĂ©nor Peter Pears ; puis met en musique la trame ainsi rĂ©Ă©crite en octobre 1959. Au printemps 1960, tout est en place pour la crĂ©ation le 11 juin suivant, le nouvel opĂ©ra inaugure la nouvelle salle du festival le Jubilee Hall. L’accueil est mitigĂ©, car la lyre de Britten s’est comme conceptualisĂ©e, sur un mode allĂ©gorique, d’aprĂšs la passion et l’illusion shakespearienne. Sans sujet rĂ©aliste ou historique, par le seul biais du rĂȘve et d’un conte fĂ©erique, Britten aborde un thĂšme qui lui est cher : l’innocence fragilisĂ©e; en l’occurrence celle des elfes ; Ă  la facĂ©tie des fĂ©es et des elfes, d’une insouciance magicienne, Britten oppose le monde des hommes, ici une troupe de comĂ©diens (les mortels impuissants face Ă  l’amour)… LIRE notre prĂ©sentation complĂšte du Songe d’une nuit d’Ă©tĂ© de Britten d’aprĂšs Shakespeare…

 

 

 

 

BRITTEN, Un SONGE D’UNE NUIT D’ETE,
A Midsummer night’s Dream
Nouvelle production

TOURS, Opéra / Grand Théùtre
Vendredi 13 avril 2018 – 20h
Dimanche 15 avril 2018 – 15h
Mardi 17 avril 2018 – 20h

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.operadetours.fr/a-midsummer-night-s-dream

Grand Théùtre de Tours
34 rue de la Scellerie
37000 Tours

02.47.60.20.20
theatre-billetterie@ville-tours.fr

Opéra en trois actes, Op.64
Livret de Benjamin Britten et Peter Pears d’aprĂšs William Shakespeare
CrĂ©Ă© le 11 juin 1960 au Festival d’Aldeburgh

Nouvelle production
Coproduction OpĂ©ra de Tours et Conseil DĂ©partemental d’Indre-et-Loire
PremiĂšre reprĂ©sentation Ă  l’OpĂ©ra de Tours

Direction musicale : Benjamin Pionnier
Mise en scĂšne : Jacques Vincey
DĂ©cors : Mathieu Lorry-Dupuy
Costumes : CĂ©line Perrigon
LumiĂšres : Marie-Christine Soma

 

 
 

 

Oberon : Dimitry Egorov
Tytania : Marie-Bénédicte Souquet
Puck : Yuming Hey
Theseus : Thomas Dear
Hippolyta : Delphine Haidan
Hermia : Majdouline Zerari
Helena : Deborah Cachet
Lysander : Peter Kirk
Demetrius : Ronan Nédélec
Bottom : Marc Scoffoni
Quince : Éric Martin-Bonnet
Flute : Carl Ghazarossian
Snout : Raphaël Jardin
Starveling : Yvan Sautejeau*
Snug : Jean-Christophe Picouleau*

 

 
 

 

puck-oberon-titania-britten-mendelssohn-classiquenews-dossier

 

FUSSLI : Oberon, Titania et Puck face à une ronde des fées (DR), vers 1786

 

 

Publication, événement. Le Carnet de Wolfgang Amadeus MOZART (Editions des Saint-PÚres)

carnet-musical-de-mozartPublication, fac similĂ©, Ă©vĂ©nement. Carnet / VerzeichnĂŒss aller meiner Werke de Wolfgang Amadeus MOZART (Editions des Saint-PĂšres). L’éditeur de manuscrit Saint-PĂšres Ă©dite en grand format le journal personnel de Mozart, son carnet qui contient ses partitions achevĂ©es, de 1784 Ă  sa mort.
Dans son Carnet personnel, autographe exceptionnel, Ă©crit pendant 7 annĂ©es et jusqu’à 3 semaines avant sa mort (de fĂ©vrier 1784 Ă  sa mort en 1791), le divin Mozart nous a laissĂ© un Ă©clairage saisissant sur les derniĂšres annĂ©es de sa vie si courtes et si intenses. Des portĂ©es manuscrites, des sĂ©ries de mĂ©lodies, de partitions annotĂ©es
 Ainsi Wolfgang se dĂ©voile au fil d’une Ă©criture sensible, frĂ©nĂ©tique, sans ratures. Les Ă©ditions des Saint-PĂšres Ă©ditent le fac similĂ© de ce manuscrit personnel qui permet de (re)dĂ©couvrir l’atelier musical du gĂ©nie salzbourgeois, dans l’intimitĂ© de son travail. Jusqu’à sa mort Ă  35 ans en 1791, Mozart regroupe l’essentiel de ses recherches musicales, synthĂ©tise une partie importante de ses rĂ©alisations. C’est un journal de bord Ă  la fois mĂ©ticuleux et emblĂ©matique de son processus de crĂ©ation et de composition.

 

 

 

mozart-carnet-editions-saint-peres-fac-simile-livre-presentaiton-par-classiquenews-livre-evenement

 

 

 

Le Carnet – intitulé VerzeichnĂŒss aller meiner Werke, ou RĂ©pertoire de mon travail – tĂ©moigne de l’ñge d’or, en termes crĂ©atifs, de la vie du musicien. Mozart le tient scrupuleusement Ă  jour, et de façon chronologique; les morceaux connus cĂŽtoient les partitions mineures mais ce sont toutes des compositions achevĂ©es qui y sont dĂ©posĂ©es – c’est la raison pour laquelle le Requiem n’y figure pas.
Deux quatuors dĂ©diĂ©s Ă  son ami Haydn, Les Noces de Figaro en collaboration avec Lorenzo Da Ponte, la sĂ©rĂ©nade Une petite musique de nuit, un Adagio en B mineur pour piano, la Symphonie n°40 en sol mineur (bouleversante apothĂ©ose de son gĂ©nie symphonique, dĂ©jĂ  prĂ©romantique), l’ouverture de La FlĂ»te enchantĂ©e
 ultime chef d’oeuvre lyrique composĂ© simultanĂ©ment Ă  son dernier seria, La Clemnza di Tito.
Le manuscrit provient de la Stefan Zweig Collection – un fond constituĂ© par l’écrivain autrichien, enrichi ensuite par ses hĂ©ritiers Ă  Londres. Le Carnet, achetĂ© par Zweig aux enchĂšres en 1935, fut confiĂ© au British Museum en 1956 puis Ă  la British Library en 1986.

Le pĂšre de Wolfgang, Leopold, qui avait jadis Ă©tabli une liste des compositions de son fils entre ses 7 et 12 ans, et avec lequel Mozart sĂ©journa Ă  Salzburg peu de temps avant de commencer le Carnet, fut probablement Ă  l’origine de cet esprit d’inventaire. À la mĂȘme Ă©poque, Mozart commence aussi Ă  tenir des comptes trĂšs prĂ©cis de ses revenus – issus de concerts, de leçons particuliĂšres, de sĂ©ries symphoniques et des crĂ©ations de ses concertos pour piano, etc. Son train de vie Ă  Salzbourg est bien documentĂ© de cette façon.

 

 

Organisation de l’inventaire autographe

 

MOZART-1790-le-derneir-mozart-photo-de-pedro-par-CLASSIQUENEWS-dossier-special-dernier-Mozart-et-exposition-Mozart-a-parisSur la page de gauche, Mozart indique la date de la composition, son titre et les instruments requis. On y trouve aussi parfois le nom des instrumentistes et des chanteurs auxquels elle est destinĂ©e : Aloysia Lange, dont Mozart fut amoureux ; Josepha Hofer, premiĂšre interprĂšte de la Reine de la Nuit
 Sur la page de droite, l’incipit de la partition qui est notĂ©.
Certaines numĂ©rotations ou signets, Ă  l’encre noire ou marron, sont sans doute des ajouts ultĂ©rieurs de sa femme, Constanze, ou de l’éditeur Johann AndrĂ©.
Quelques entrĂ©es correspondent Ă  des partitions perdues ou dĂ©truites. Enfin, certains incipit diffĂšrent des partitions « officielles » : Mozart s’autorise des corrections tardives, sur partitions (hors Carnet). De mĂȘme que les dates du Carnet sont parfois en dĂ©calage : il arrive Ă  Mozart de faire jouer un morceau avant de le rĂ©pertorier, ou de reprendre des compositions antĂ©rieures Ă  1784 pour les retravailler.

 

 

Le Catalogue / RĂ©pertoire personnel est donc Ă©ditĂ© en fac-simile : s’y dĂ©voile dans son immĂ©diatetĂ© la formidable Ă©criture du compositeur de gĂ©nie, premiĂšre source d’admiration et de renseignement pour les amateurs, chercheurs, historiens, musicologues. La qualitĂ© de l’Ă©dition, le soin apportĂ© Ă  la publication des feuilles originelles du manuscrit britannique sont remarquables.

 

 

 

—————————————

 

 

 

CLIC D'OR macaron 200FAC SIMILE, manuscrit, Ă©vĂ©nement. W.A. Mozart, Carnet 1784-1791, Éditions des Saints-PĂšres. 1000 exemplaires numĂ©rotĂ©s, parution le 26 mars 2018.
Coffret en Français, Allemand, Anglais. Edition fac similĂ© Ă©vĂšnement, CLIC de CLASSIQUENEWS d’avril 2018

JUAN DIEGO FLOREZ chante MOZART

florez juan diego florez _2arte_logo_2013ARTE, dim 6 mai 2018, 18h40. JUAN DIEGO FLOREZ chante MOZART. C’est une vedette dans son pays (PĂ©rou), une sorte « trĂ©sor national vivant », et qui s’est surtout, essentiellement illustrĂ©e dans la maĂźtrise du bel canto romantique italien, c’est Ă  dire dans les opĂ©ras de Rossini, Donizetti, Bellini (les compositeurs avant Verdi). Rossini est son auteur fĂ©tiche, celui qui l’a propulsĂ© au firmament du panthĂ©on des meilleurs chanteurs du XXĂš. AprĂšs les Alfredo Krauss, Niccolai Gedda (qui ont dĂ©frichĂ© cependant un rĂ©pertoire plus Ă©tendu jusqu’à exceller dans l’opĂ©ra français
 ce qu’il ne chante pas ou rarement sur scĂšne), Juan DIEGO FLOREZ se consacre Ă  prĂ©sent, – Ă©volution naturelle de sa carriĂšre et de ses choix artistiques, vers Mozart. L’agilitĂ©, le phrasĂ©, le legato, la subtilitĂ© de l’émission, sans omettre la justesse de l’intonation comme la puretĂ© de l’articulation de la langue, doivent ici ĂȘtre totalement maĂźtrisĂ©s. VoilĂ  pourquoi, souvent, les grands belcantistes en particulier rossiniens, sont aussi de trĂšs bons mozartiens.
Juan Diego Florez a rĂ©cemment Ă©ditĂ© son premier album exclusivement mozartien (enregistrĂ© en 2016, publiĂ© en octobre 2017) : collection d’airs et de hĂ©ros qui par son incarnation, semblent comme rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©s tant son chant est intense, juvĂ©nile, naturel : ainsi en est-il d’Idomeno, Ottavio, Titus (excellent), Belmonte (en allemand)
 De sorte que si aujourd’hui, le munichois Jonas Kaufmann fait figure de heldentenor dans le rĂ©pertoire romantique germanique (Wagner, Schubert
) mais aussi dans les opĂ©ras de Verdi et de Puccini, la grĂące Ă©lĂ©gantissime de Juan Diego Florez brille sans Ă©gal chez Rossini, Bellini et Ă  prĂ©sent Mozart. A suivre.
florez_ cd MOzart cd sony classical review critique cd sony classical par classiquenews nVoici ce qu’écrivait notre rĂ©dacteur dans sa critique du cd Mozart par Juan Diego Florez :
« Son TITUS Ă©blouit par son humanitĂ©, celle d’un cƓur terrassĂ© par l’exemple moral et l’amour transcendant qu’il reçut de BĂ©renice. Soudain ce chant se fait leçon et apprentissage d’un humanisme devenu fraternitĂ© concrĂšte et vivante ; et la vĂ©ritĂ© du dernier opĂ©ra de Mozart prend alors son sens: ce qu’apporte le tĂ©nor au personnage est incomparable. L’idĂ©al politique surgit devant nous   »
LIRE notre critique complĂšte : Juan Diego Florez chante Mozart (1 cd SONY classical)
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-recital-lyrique-compte-rendu-critique-juan-diego-florez-mozart-la-scintilla-minesi-2016-1-cd-sony-classical/

———————————————————-

ARTE, dim 6 mai 2018, 18h40. JUAN DIEGO FLOREZ chante MOZART.

APPROFONDIR
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-recital-lyrique-compte-rendu-critique-juan-diego-florez-mozart-la-scintilla-minesi-2016-1-cd-sony-classical/

FIGEAC, CAHORS : Festival CLASSICoFOLIES

CLASSICOFOLIES-2018-festival-mars-2018-vignetteFestival CLASSICoFOLIES : les 17 et 18 mai (Figeac, Cahors). Dans l’Aveyron et le Lot, (en Occitanie), le festival CLASSICoFOLIES diffuse en 2018, le grand bain symphonique et concertant au plus vaste public, en particulier aux plus jeunes (scolaires), pour lesquels sont organisĂ©es spĂ©cialement deux sessions en aprĂšs midi oĂč un orchestre entier, des solistes jouent les oeuvres du rĂ©pertoire : Ravel, Bizet, Beethoven, Chostakovitch
 Symphonies et Concertos pour piano 
 programmes ambitieux et spectaculaires afin d’éveiller les jeunes oreilles Ă  la magie orchestrale (et Ă  l’écriture concertante puisque le piano, et la trompette, aussi sont conviĂ©s Ă  cette immersion unique en son genre).
Cette annĂ©e, 5 dates, 5 lieux (Rodez, Millau, Figeac, Cahors, SĂ©verac d’Aveyron)  proposent une programmation impressionnante pour laquelle la directrice artistique et soliste Marina di Giorno, joue les Concertos pour piano, en sol de Ravel (les 15 et 16 mars 2018) et n°3 de Beethoven (les 17 et 18 mai), de JS Bach et Chostakovitch (le 1er juin).
Pour les orchestres partenaires, soit deux formations italiennes : l’Orchestra Sinfonica di San Remo (Gian Carlo de Lorenzo, direction), les 15 et 16 mars, puis la Camerata Fiorentina (Giuseppe Lanzetta, direction), c’est un dĂ©fi artistique et musical qui prend des allures de marathon symphonique 
 sans omettre aussi l’Orchestre Mozart de Toulouse (Gian Carlo de Lorenzo, direction) pour deux dates, les 17 et 18 mai : pour chaque date requise, l’orchestre joue Ă  3 reprises, deux fois dans l’aprĂšs midi pour les plus jeunes (14h puis 15h30) ; enfin le soir, Ă  20h30 pour le grand public.
Ainsi aux cĂŽtĂ©s des Concertos pour piano de Ravel et de Beethoven, les jeunes oreilles comme le grand public le soir, pourront Ă©couter les Symphonies de Bizet (unique opus symphonique de l’auteur de Carmen), et la 7Ăš (trĂ©pidante, dansante) de Beethoven, sans omettre la sĂ©rĂ©nade Une petite musique de nuit de Mozart.

classicofoliesConscient des enjeux sociĂ©taux de la culture et de la musique, le festival CLASSICoFOLIES agit pour une sociĂ©tĂ© oĂč le concert est un lieu vital pour l’échange, la dĂ©couverte, le vivre ensemble ; il est ainsi intergĂ©nĂ©rationnel, favorisant surtout la rencontre et la dĂ©couverte entre jeunes publics (scolaires, du Primaire Ă  la Terminale) et artistes, grĂące aux deux sessions (45 mn chacune) rĂ©alisĂ©es l’aprĂšs midi. Depuis sa crĂ©ation, pour chaque nouvelle Ă©dition, le festival aura ainsi sensibilisĂ© plus de 4 000 enfants et adolescents Ă  la musique classique. Une initiative exemplaire d’autant qu’elle est dĂ©fendue dans les territoires, loin des centres urbains qui eux sont riches en Ă©quipements et lieux de spectacles. C’est une initiative exemplaire qui se prĂ©occupe du renouvellement des publics pour le classique, apporte aux moins habituĂ©s, le miracle et l’enchantement de l’orchestre et du jeu de solistes, renforce le lien social, favorise l’enrichissement culturel… A suivre, et Ă  ne pas manquer dĂšs les 15 et 16 mars prochains, en Occitanie. Illustration ci dessus : portrait de la pianiste Marina di Giorno, directrice artistique du Festival CLASSICoFOLIES (DR).

 

 

 

———————————

Le Festival intergénérationnel CLASSICoFOLIES 2018

 

 

FIGEAC, CAHORS, les 17 et 18 mai 2018

 

classicofolies-concert-du-16-mars-programme-annonce-presentation-sur-classiquenewsFIGEAC, Espace François Mitterand
Jeudi 17 mai 2018
14h, 15h30 (jeune public) / 20h30 (tout public)

CAHORS, Espace Valentré
Vendredi 18 mai 2018

MENDELSSOHN : Les HĂ©brides, ouverture
BEETHOVEN : Concerto pour piano n°3
(Soliste : Marina Di Giorno)
Marquez : Danzon n°2 (création de la version piano et percussion)
BEETHOVEN : Symphonie n°7

Camerata Fiorentina / Orchestre de chambre Fiorentina
Giuseppe Lanzetta, direction

Pour les scolaires et le jeune public, présentation, sensibilisation par la comédienne Sarah Pébereau. A 20h30 (pour le concert tout public), lever de rideau avec Sarah Pébereau (extrait de son nouveau spectacle : « K Surprise »). Programme complet lire ici

 

classicofolies-concert-mai-2018-figeac-cahors-17-et-18-mai-2018-presentation-par-classiquenews

 

 

 

 

 

 

 

 

Prochain concert :

SEVERAC D’AVEYRON, le 1er juin 2018

 

SEVERAC D’AVEYRON, Salle d’animationsClassicofolies-15-mars-2018-concert-annonce-presentation-sur-classiquenews
Vendredi 1er juin 2018

14h15, 15h30 (jeune public) / 20h30 (tout public)

 

MOZART : SĂ©rĂ©nade en sol majeur “Petite Musique de nuit” K 525
JS BACH : Concerto pour piano et orchestre BWV 1052
(soliste : Marina Di Giorno)
Marquez : Danzon n°2 (création de la version pour piano et percussion)
CHOSTAKOVITCH : Concerto pour piano, trompette et orchestre (soliste : Marina Di Giorno / René-Gilles Rousselot, trompette)

Orchestre Mozart de Toulouse
Gian Carlo de Lorenzo, direction

Pour les scolaires et le jeune public, prĂ©sentation, sensibilisation par la comĂ©dienne Sarah PĂ©bereau. A 20h30 (pour le concert tout public), lever de rideau / PrĂ©lude au concert :  avec Sarah PĂ©bereau (extrait de son nouveau spectacle : « K Surprise ») — puis en clĂŽture, aprĂšs la “grande musique”, le festival CLASSICoFOLIES s’achĂšve avec le groupe TEENAGERS OZ, jeunes chanteurs de variĂ©tĂ© internationale, parrainĂ©s par le festival et la pianiste Marina Di Giorno (au programme : tubes et chansons avec l’Orchestre Mozart de Toulouse). LIRE le programme complet ici

 

classicofolies-concert-du-1er-juin-2018-annonce-presentation-concert-par-classiquenews-orchestre-mozart-de-toulouse 

CLASSICOLFOLIES
RESERVATIONS ET INFORMATIONS
https://www.classicofolies.com

Festival CLASSICOFOLIES – MUSICARTE, amici della musica
Music’Arte – 06 58 37 74 97
44 bd de l’Ayrolle 12100 MILLAU

____________________

GRAND ENTRETIEN SUR LE FESTIVAL CLASSICoFOLIES :

LIRE aussi notre grand ENTRETIEN avec Caterina MARCEL, PrĂ©sidente declassicofolies-edition-2018-concert-annonce-par-classiquenews l’Association MUSIC’ARTE, qui organise le festival annuel CLASSICoFOLIES :  fonctionnement, enjeux, objectifs
 La musique classique pour tous, pour les nouveaux jeunes mĂ©lomanes, hors des mĂ©tropoles
 Dans plusieurs villes du Lot et de l’Aveyon, en marge des salles de concerts des grands centres urbains, le festival invite orchestres et solistes renommĂ©s, et offre aux scolaires, et au grand public, – souvent Ă  tous ceux pour qui le classique est un genre Ă©litiste et inaccessible, l’immersion inoubliable dans le bain orchestral et instrumental. Effacer les barriĂšres sociales, favoriser le plus grand partage possible, croiser les discipline
 EN LIRE +

 

classicofolies-edition-2018-concert-annonce-par-classiquenews

 

 

 

 

LIRE aussi notre présentation générale du Festival CLASSICoFOLIES 2018 : 5 dates qui font rayonner en Occitanie le grand bain symphonique vers un trÚs large public

 

 

 

VOIR le film CLASICOFOLIES réalisé par France 3 midi pyrénées

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/emissions/jt-local-1920-quercy

 

 

 

 

 

 

CHESSY (77) : Suzanna Klintcharova, 6 siĂšcles de harpe

harpiste-concert-musicales-du-val-d-europe-concert-annonce-classiquenewsCHESSY (77). Le 19 mai 2018 : Concert Suzanna Klintcharova, harpe (programme “6 siĂšcles de harpe”)… Entre Ă©lĂ©gance du style et raffinement expressif, la harpiste Suzanna Klintcharova (nĂ©e Ă  Sofia) propose un parcours Ă©clectique couvrant six siĂšcles du riche rĂ©pertoire Ă©crit pour la harpe, de l’époque Ă©lisabĂ©thaine Ă  nos jours
 D’autant que le jeu de la harpiste sait se nourrir de plusieurs univers : classique Ă©videmment mais aussi impro et jazz. De nombreux compositeurs lui ont Ă©crit une piĂšce contemporaine
 (cf. sa rencontre avec le compositeur et saxophoniste Steve Lacy). Une personnalitĂ© riche et gĂ©nĂ©reuse Ă  dĂ©couvrir absolument.

RESERVEZ VOTRE PLACE

 

Le Concert de harpe Ă  CHESSY par la soliste internationale Suzanna Kilntcharova est proposĂ© par Excellart dans le cadre de sa saison musicale du Val d’Europe (77). Lire ci aprĂšs la prĂ©sentation de la saison globale 2018 : prochain concert, le 10 juin 2018 : “Impressions salves” par le Quatuor TALEA  / sublime programme de musique de chambre Dvorak, Borodine, Janacek, Glazounov…

 

—————————————

 

 

Musicales du Val d’Europe / Concert Six siùcles de harpe
Samedi 19 mai 2018 - Chessy, église Saint-Nicolas
Rue Charles de Gaulle, 77700 Chessy

Avant-concert : 16h30
PrĂ©sentation des Ɠuvres et rencontre avec l’artiste / EntrĂ©e libre

Concert : 20h30

 

 

 

—————————————

 

 

Informations : 09 50 54 66 64 ou contact@excellart.org
Tarifs : plein tarif : 15 € | tarif rĂ©duit :10 € (adhĂ©rents ExcellArt et Fnac, seniors, cast members Disney, handicapĂ©s) | Ă©tudiants 12-25 ans : 5 € | gratuit < 12 ans.

Toutes les infos, réservation, billetterie, accÚs

https://www.excellart.org/les-musicales/avril-lalala/

RESERVEZ VOTRE PLACE
https://www.helloasso.com/associations/excellart/evenements/la-la-la

 

 

—————————————

 

ruxandra-sirli-festival-saison-musicales-du-val-d-europe-presentation-annonce-par-classiquenews-concerts-programmes-festivals-musique-classique-chessy-marne-la-valleeLIRE aussi notre prĂ©sentation gĂ©nĂ©rale de la saison 2018 des Musicales du Val d’Europe - Val d’Europe. Les Musicales : 17 mars – 10 juin 2018. Le Val d’Europe c’est une agglomĂ©ration sise dans le secteur EST de Paris, dĂ©signant la ville nouvelle de MARNE LA VALLÉE (77), Ă  seulement 35 km de la Capitale par le RER A ou la ligne Ă  grande vitesse Interconnexion Est du TGV
, c’est dĂ©sormais (surtout) une offre culturelle et musicale qui rayonne sur le territoire grĂące Ă  la saison « les Musicales du Val d’Europe », soit 7 communes qui ont pour nom Bailly-Romainvilliers, Chessy, Coupvray, Magny-le-Hongre, Serris, Villeneuve-le-Comte, Villeneuve-Saint-Denis. Saison musicale exceptionnelle en Val d’Europe, portĂ©e par la violoniste Ruxandra SIRLI

 

 

ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLEANS : accordez vos violons !

orleans-orchestre-symphonique-accordez-vos-violons-affiche-vignette-concerts-annonce-par-classiquenews-orchestre-symphonique-d-orleans-philippe-aiche-marius-stieghorstAVRIL-AFFICHE-PNG-524x1024ORLEANS, Orchestre Symphonique : concert les 21 et 22 avril 2018. GRIEG, MOZART, TCHAIKOVSKI : accordez vos violons !
 Le programme des 21 et 22 avril 2018 laisse une place privilĂ©giĂ©e aux seules cordes de l’orchestre. Certains ensembles en ont fait une spĂ©cialitĂ© (Orchestre d’Auvergne) : le dĂ©fi est ici relevĂ© par les musiciens de l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans : comment totu dire, tout suggĂ©rer et colorer la palette sonore, uniquement par les cordes (violons, altos, violoncelles, contrebasses) ?
 Elle est dite « dans le style ancien », la Suite Holberg opus 40 du norvĂ©gien Edvard Grieg (1843 – 1907), sĂ©duit immĂ©diatement par l’originalitĂ© de son sujet : Grieg recevant de la ville de Bergen, commande pour une partition cĂ©lĂ©brant le gĂ©nie du philosophe et humoriste danois Ludvig Holgberg dont le bicentenaire Ă©tait marquĂ© par l’annĂ©e 1884. D’abord composĂ©e pour piano, la Suite est orchestrĂ©e par Grieg pour orchestre Ă  cordes en 1885. Grieg aborde le genre de la suite de danses, dans le style des anciens baroques. PrĂ©lude (solennel), Sarabande (douce et moelleuse), Gavotte (lĂ©gĂšre), Musette (facĂ©tieuse), Air (d’une concentration religieuse), enfin Rigaudon, d’une vivacitĂ© presque percutante et terriblement enjouĂ©e (dans l’esprit de ceux de Rameau). Sans innover, Grieg s emontre Ă  la hauteur des dĂ©fis du genre : son approche nĂ©obaroque sait diversifier les prises de paroles instrumentales, varier les formes musicales, et les groupes qui dialoguent et se rĂ©pondent, enfin manie avec une belle Ă©nergie, le relief des contrastes.
L’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans aborde ensuite une oeuvre concertant de Mozart. DatĂ© du 20 dĂ©cembre 1775, le Concerto pour violon et orchestre, n° 5 en la majeur marque un point d’accomplissement dans l’évolution artistique et la maturitĂ© du jeune Wolfgang. De Munich, le compositeur salzbourgeois tire une expĂ©rience nouvelle dont une unitĂ© plus grande dans l’architecture de son concerto, une sensibilitĂ© plus profonde et directe qui Ă©carte toute dĂ©monstration creuse. Trois mouvements : Allegro aperto, Adagio, Rondeau
 Se distingue nettement par sa profondeur et sa grande sincĂ©ritĂ© d’intonation, l’adagio en mi majeur (tonalitĂ© chĂšre Ă  Mozart) : qui dĂ©ploie un onirisme suspendu d’une ineffable tendresse. La partition requiert une intense cohĂ©sion entre tous les pupitres et une complicitĂ© de chaque instant entre le soliste et l’orchestre.

Enfin, un tout autre dĂ©fi est lancĂ© par la SĂ©rĂ©nade de Tchaikovski : la partition a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e lors d’un concert privĂ© au Conservatoire de Moscou, le 21 novembre 1880. Symphonie ou quintette pour cordes ? TchaĂŻkovsky choisit finalement l’orchestre Ă  cordes : il y entend dĂ©montrer l’expressivitĂ© et les couleurs dont sont capables les seules cordes. L’auteur voit grand : non pas un format chambriste mais une ampleur orchestrale ; voilĂ  pourquoi il demande un nombre important de cordes. Comme Grieg, Tchaikovski regarde vers le XVIIIĂš, plus tardivement encore que son confrĂšre nordique, plutĂŽt vers les Viennois du XVIIIĂš nĂ©oclassique. 4 mouvements ou 4 Ă©pisodes trĂšs caractĂ©risĂ©s se succĂšdent : Pezzo in forma di sonatina (dans l’esprit d’une ouverture solennelle, – lullyste-, Ă  la française ; valse (l’une des plus Ă©lĂ©gantes et suaves de Piotr Illiytch) ; ElĂ©gie : d’une retenue quasi sacrĂ©e qui verse ensuite en jubilation dansante ; enfin, Final-Tema russo : deux thĂšmes s’exaltent, issus du catalogue Balakirev ; l’un syncopĂ©, l’autre jubilatoire et conquĂ©rant d’une irrĂ©pressible Ă©nergie. Preuve derechef qu’en traitant le passĂ©, l’inspiration des auteurs romantiques s’en trouve dĂ©cuplĂ©e.

 

 

 

Programme

EDWARD GRIEG
Holberg Suite op.40

WOLFGANG AMADEUS MOZART
Concerto pour violon et orchestre
n°.5, K.219, en la majeur

PYOTR ILYICH TCHAÏKOVSKY
Sérénade, en do majeur, op.48
Par l’esprit, c’est l’Ɠuvre d’un classique du XIXe siĂšcle fĂ©ru de musique baroque et galante, mais qui n’oublie pas pour autant ses origines.

Philippe AÏCHE assure la direction de ce concert et sera Ă©galement soliste pour interprĂ©ter le Concerto pour violon et orchestre, n°.5, en la majeur de Mozart.
Son expĂ©rience de violon solo l’a amenĂ© trĂšs tĂŽt Ă  s’intĂ©resser Ă  la direction d’orchestre. Il a dirigĂ© de nombreux ensembles qui lui ont permis d’aborder un rĂ©pertoire trĂšs diversifiĂ© allant de la petite formation jusqu’à l’orchestre symphonique .

 

 

 

 

samedi 21 avril – 20:30
dimanche 22 avril – 16:00

SALLE TOUCHARD
THÉÂTRE D’ORLÉANS

CATÉGORIE 1 : 28/24/13€ /
CATÉGORIE 2 : 25/22/13€

INFOS et RESERVATIONS :
http://www.orchestre-orleans.com/concert/accordez-vos-violons/

RÉSERVEZ VOS PLACES
Si vous souhaitez réserver votre ou vos place(s) pour le concert de Noël, la réservation se fait du lundi au vendredi de 14h à 18h par téléphone au 02 38 53 27 13

orleans orchestre symphonique Marius Stieghorst concert par classiquenews bain immersion orchestrale

PARIS. La Philharmonie de Vienne au PLAZA Athénée : concert de chambre et repas viennois

Concert exceptionnel de la Philharmonie de Vienne au PLAZA AthĂ©nĂ©ePARIS, PLAZA AthĂ©nĂ©e. Concert mercredi 11 avril 2018. Philharmonie de Vienne. Le Palace parisien, Ă©crin de l’excellence hĂŽteliĂšre et de l’art de vivre français propose le 11 avril, une soirĂ©e exceptionnelle associant musique de chambre et souper gastronomique viennois… La lĂ©gendaire phalange se produit dans l’un des plus beaux palaces de la capitale, le Plaza AthĂ©nĂ©e, avenue Montaigne : ambassadeurs et dĂ©tenteurs d’une tradition musicale renommĂ©e, plusieurs instrumentistes de l’Orchestre Philharmonique de Vienne proposent un programme de musique de chambre exceptionnel, ce mercredi 11 avril 2018. Au programme : deux piĂšces de musique de chambre viennoise signĂ©es Joseph Haydn et Wolfgang Amadeus Mozart, deux joyaux de grĂące et d’équilibre instrumentaux, fleurons de la riche collection des Quatuors et Quintettes viennois de la fin du XVIIIĂš. Entre style galant, classique et prĂ© romantique, les deux Ɠuvres sont dĂ©fendues avec d’autant plus d’évidence et d’éloquence, que les cinq instrumentistes prĂ©sents Ă  Paris, membres actifs des Wiener Philharmoniker, savent articuler et nuancer Haydn et Mozart comme leur langue maternelle. Les musiciens de l’Orchestre Viennois expriment mieux que personne  les qualitĂ©s qui font de l’écriture de Haydn (fondateur du genre du Quatuor) et de son Ă©lĂšve spirituel (comme Beethoven), Mozart, l’emblĂšme du raffinement de la musique concertante Ă  l’époque de LumiĂšres. Les deux partitions choisies pour cette occasion exceptionnelle illustrent une tradition musicale d’excellence qui s’est perpĂ©tuĂ©e jusqu’à nos jours.
VoilĂ  pourquoi ce concert est exceptionnel, d’autant plus unique qu’il a lieu dans l’un des hĂŽtels les plus Ă©lĂ©gants de Paris
 le Plaza AthĂ©nĂ©e, avenue Montaigne.
MUSIQUE DE CHAMBRE ET GASTRONOMIE EN UNE SOIREE INOUBLIABLE... AprĂšs un accueil privilĂ©giĂ©, les convives assistent au concert (salon Haute Couture), puis dĂźnent au restaurant Relais Plaza oĂč le chef Herbert Von Karajan avait ses habitudes. Au programme : menu viennois spĂ©cialement conçu pour l’occasion par le chef Christian Domschitz (du mythique restaurant le VestibĂŒl de Vienne), en collaboration avec le chef exĂ©cutif au Relais Plaza, Philippe Marc.

 

 

 

plaza-athenee-relais-plaza-restaurant-exception-in-PARIS-presentation-concert-venue-by-classiquenews

 

 

Salle du restaurant Relais Plaza – (c) Niall Clutton

Musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Vienne
au Plaza Athénée
avenue Montaigne

Mercredi 11 avril 2018, dĂšs 19h

 

 

Musique de chambre :

Joseph Haydn
Quatuor Ă  cordes opus 77

Wolfgand Amadeus Mozart
Quintette pour clarinettes et cordes KV 581

Déroulement de la soirée
programme

 

 

19h15
Accueil au salon Organza (cocktail d’accueil)

20h
Concert de musique de chambre
dans le Salon Haute

Haydn : Quatuor Ă  cordes opus 77
Mozart : Quintette pour clarinette et cordes KV 581

Instrumentistes de l’Orchestre Philharmonque de Vienne
Cinq musiciens :
Wilfried Hedenborg, premier violon
Harald Krumpöck, deuxiÚme violon
Martin Lemberg, alto
David Pennetzdorfer, violoncelle
Matthias Schorn, clarinette

21h15,
Ă  l’issue de ce concert, dĂźner viennois
au restaurant Relais Plaza
menu rĂ©alisĂ© par les soins du chef Christian Domschitz du mythique restaurant le VestibĂŒl de Vienne, en collaboration avec le chef exĂ©cutif au Relais Plaza, Philippe Marc.`

RESERVATIONS

Réservez votre place pour cette soirée exceptionnelle du 11 avril au Plaza Athénée

 

FORMULE comprenant :

- Le cocktail au salon Organza avec une coupe de champagne
- Le concert d’une heure au salon Haute Couture
- Le diner (entrĂ©e, plat, dessert – boissons et cafĂ© compris) au Relais Plaza
100 places disponibles – Tarif : 235 euros / personne

RĂ©servations au +33 (0)1 53 67 65 97
par email Ă  charlotte.bellini@dorchestercollection.com

 

 

plaza-athene-salle-haute-couture-concert-musique-de-chambre-philharmonie-de-vienne-presentation-annonce-sur-classiquenews

 

 

Salon Haute couture du Plaza Athénée, écrin idéal pour une soirée chambriste exceptionnelle (DR)

 

 

Chefs d’orchestre, nomination. JONAS EHRLER, nommĂ© chef assistant de 3 orchestres du nord : ONL, Picardie, Nat. d’Île de France

Chefs d’orchestre, nomination. JONAS EHRLER, nommĂ© chef assistant de 3 orchestres du nord : ONL, Picardie, Nat. d’Île de France. Dans un communiquĂ© commun, les Orchestres nationaux de Lille, de Picardie et d’Île-de-France – tous trois membres de l’Association Française des Orchestres, confirment avoir nommĂ© un nouveau chef assistant pour la saison 2018-2019.
Suite au protocole d’accord de 3 annĂ©es, signĂ© par les 3 orchestres en 2017, pour favoriser l’insertion professionnelle de jeunes chefs d’orchestre, les 3 formations ont dĂ©cidĂ© au terme d’un concours s’étant dĂ©roulĂ© le 8 mars 2018 que soit nommĂ© au poste de chef assistant :

Jonas EHRLER – 26 ans (nĂ© en 1992), de nationalitĂ© suisse comme chef assistant.
Ses missions, au sein de chacun des orchestres associĂ©s, sont « celles, sans exhaustivitĂ©, d’assistanat artistique Ă  la rĂ©alisation des concerts, Ă  la prĂ©paration des programmes, de direction musicale de rĂ©pĂ©titions, de direction musicale de concerts pĂ©dagogiques et autres programmes ».

 

 

EHRLER-JONAS-maestro-jeune-chef-a-suivre-par-classiquenews-concert-annonce-Jonas-Ehrler-3@DR

 

 

« Les qualités artistiques, techniques et humaines de Jonas EHRLER, sa grande
musicalité, son humilité, son calme intérieur et souverain permettent à sa direction
d’ĂȘtre clairement comprise et efficace afin de faire s’envoler l’orchestre qu’il
dirige » selon Alexandre Bloch, PrĂ©sident du jury, (et directeur musical de l’ONL Orchestre national de Lille). L’intĂ©ressĂ© prendra ses fonctions en septembre 2018. D’emblĂ©e, sa tĂąche s’annonce spectaculaire, au diapason de sa personnalitĂ© et de ses compĂ©tences.

La personnalitĂ© de Jonas EHRLER s’est distinguĂ©e parmi 5 candidats d’excellence durant la finale :
Bertie BAIGENT /
Lucie LEGUAY/
Piero LOMBARDI /
Elmuth REICHEL SILVA

Chacun a pu dirigé les Orchestres nationaux de Lille et de Picardie dans des oeuvres de Bartók, Stravinsky, Haydn et Beethoven durant les 2 tours à Lille et Amiens

167 candidats se sont présentés dont 22 femmes. Le jury était composé de :
Alexandre Bloch,
PrĂ©sident du jury et Directeur musical de l’Orchestre National de Lille,
Ayako Tanaka, Violon super-soliste de l’Orchestre National de Lille,
Arie van Beek, Directeur musical de l’Orchestre de Picardie,
Zbigniew Kornowicz, Violon solo super-soliste de l’Orchestre de Picardie,
Fabienne Voisin, Directrice gĂ©nĂ©rale de l’Orchestre national d’Île-de-France,
Anne-Marie Clech, Conseillùre artistique de l’Orchestre national d’Île-de-France,
Ann-Estelle MĂ©douze, Premier violon supersoliste de l’Orchestre national d’Île-de-France,
Sabine Raynaud, FlĂ»te co-soliste de l’Orchestre national d’Île-de-France,
Robin Paillette, Cor solo de l’Orchestre national d’Île-de-France.

 

 

__________________________________________________________

 

 

 

 

BIOGRAPHIE
EHRLER-Jonas-chef-maestro-jeune-chef-par-classiquenewsLe jeune chef d’orchestre Jonas Ehrler (nĂ© en 1992) achĂšve son Bachelor of Arts in Music Ă  la Haute École des Arts de ZĂŒrich dans la classe de direction d’orchestre de Johannes Schlaefli en 2016. Son projet de Bachelor, dans lequel il a dirigĂ© l’opĂ©ra de chambre The Corridor de Harrison Birtwistle, a Ă©tĂ© rĂ©compensĂ© par le prix de la ZHdK pour le meilleur projet de fin d’Ă©tudes. Jonas continue actuellement ses Ă©tudes en Master of Arts in Music Performance avec Johannes Schlaefli. Il participe Ă  diffĂ©rents workshops et masterclasses oĂč il reçoit de prĂ©cieux conseils de la part , entre autres, de Bernhard Haitink, Esa-Pekka Salonen et David Zinman. En tant que chef invitĂ© il dirige le Sv. Kristoforos kamerinis orkestas Vilnius de mĂȘme que le Berner Symphonieorchester lors de concerts scolaires. Il a Ă©galement Ă©tĂ© directeur artistique de la FricktalerbĂŒhne Ă  Rheinfelden durant deux saisons. Il fait partie des initiateurs du Zeitfestival de ZĂŒrich (avril 2018) pour la deuxiĂšme Ă©dition. CLASSIQUENEWS rendra compte de son travail au sein de l’Orchestre National d’Île de France au moment oĂč l’intĂ©ressĂ© prendra ses fonctions effectives Ă  Lille pour la prĂ©paration des programmes.

MAGNY LE HONGRE (77), TUBES et CHANSONS pour ACCORDEON et QUATUOR A CORDES


excellart-musicales-val-europe-concert-nouvelle-saison-2017-2018-presentation-ruxandra-concerts-programmes-par-classiquenews-saison-concerts-2017-2018MAGNY LE HONGRE (77) : Concert LA LA LA, le 7 avril 2018 (Val d’Europe)

 Sans paroles et sans voix, les seuls instruments rĂ©unis font parler la musique ; dans ce programme « La la la », une collection d’airs et de mĂ©lodies ultra connus, d’autres moins. Autant de thĂšmes entĂȘtants, enivrants, qui ont marquĂ© les grands moments de la vie
 de Brel et Dalida, de Carlos Gardel Ă  Michel Legrand, d’Henri Salvador Ă  Charles Trenet. Le fil rouge de ce voyage en chansons populaires et airs marquants sont les arrangements et compositions d’Anne Niepold, qui sait transposer chaque partition comme une sĂ©quence forte avec finesse, nostalgie, humour, voire dĂ©lire et autodĂ©rision. Pour cette immersion atypique, les Musicales du Val d’Europe osent une combinaison inĂ©dite, imprĂ©vue, prometteuse, celle de l’accordĂ©on d’Anne Niepold, et des cordes du Quatuor Alfama. FondĂ© en 2005 Ă  Bruxelles, le Quatuor Alfama compte dĂ©sormais parmi les jeunes formations chambristes les plus intĂ©ressantes : sonoritĂ© flexible et ciselĂ©e au service des auteurs du rĂ©pertoire comme de formes musicales nouvelles. Les quatre instrumentistes poursuivent un parcours musical Ă©clectique, allant des classiques aux contemporains. Ils ont l’audace de la jeunesse mais l’expĂ©rience et la sensibilitĂ© des plus grands.

 

 

quatuor alfama et anna niepold-accordeon-cordes-concert-musicales-val-d-europe-la-la-la-chanson-airs-presentation-concert-par-classiquenews

 

—————————————

 

 

Musicales du Val d’Europe / Concert LA LA LA
Samedi 7 avril 2018 - Magny le Hongre
place de l’Eglise, 77700 Magny le Hongre

Avant-concert : 16h30
Magny le Hongre, Centre culturel – Espace Club (accùs libre)

Concert : 20h
Magny le Hongre, Salle Goudailler

 

 

 

—————————————

 

 

Informations : 09 50 54 66 64 ou contact@excellart.org
Tarifs : plein tarif : 15 € | tarif rĂ©duit :10 € (adhĂ©rents ExcellArt et Fnac, seniors, cast members Disney, handicapĂ©s) | Ă©tudiants 12-25 ans : 5 € | gratuit < 12 ans.

Toutes les infos, réservation, billetterie, accÚs

https://www.excellart.org/les-musicales/avril-lalala/

RESERVEZ VOTRE PLACE
https://www.helloasso.com/associations/excellart/evenements/la-la-la

 

 

—————————————

 

ruxandra-sirli-festival-saison-musicales-du-val-d-europe-presentation-annonce-par-classiquenews-concerts-programmes-festivals-musique-classique-chessy-marne-la-valleeLIRE aussi notre prĂ©sentation gĂ©nĂ©rale de la saison 2018 des Musicales du Val d’Europe - Val d’Europe. Les Musicales : 17 mars – 10 juin 2018. Le Val d’Europe c’est une agglomĂ©ration sise dans le secteur EST de Paris, dĂ©signant la ville nouvelle de MARNE LA VALLÉE (77), Ă  seulement 35 km de la Capitale par le RER A ou la ligne Ă  grande vitesse Interconnexion Est du TGV
, c’est dĂ©sormais (surtout) une offre culturelle et musicale qui rayonne sur le territoire grĂące Ă  la saison « les Musicales du Val d’Europe », soit 7 communes qui ont pour nom Bailly-Romainvilliers, Chessy, Coupvray, Magny-le-Hongre, Serris, Villeneuve-le-Comte, Villeneuve-Saint-Denis. Saison musicale exceptionnelle en Val d’Europe, portĂ©e par la violoniste Ruxandra SIRLI

 

 

POITIERS, LE CHOEUR ET L’ORCHESTRE DES JEUNES jouent Gluck et BERLIOZ

m_660_370_choeur-et-orchestre-des-jeunes--arthur-pquinPOITIERS, TAP. Sam 5 mai 2018 : LES JEUNES jouent ORPHEE. A nouveau, l’OCE (Orchestre des Champs ElysĂ©es) et le TAP impliquent les plus jeunes (lycĂ©ens, Ă©lĂšves des conservatoires de Poitiers, Niort, AngoulĂȘme, 
) dans l’interprĂ©tation d’un opĂ©ra (Gluck), d’une crĂ©ation
 Transmission, sensibilisation, mĂ©diation culturelle. Le TAP sait ainsi tout au long de sa saison et grĂące Ă  des actions ciblĂ©es Ă  l’adresse des jeunes spectateurs et acteurs culturelles, susciter chez les adolescents, futurs mĂ©lomanes, le goĂ»t voire la passion de la musique et du chant. C’est surtout pour chacun d’entre eux, une formidable expĂ©rience Ă  l’école de l’écoute, du travail collectif, de l’enrichissement culturel
 un exemple d’actions artistiques et transgĂ©nĂ©rationnelles rĂ©ussies.

GLUCKPour sa 5Ăš Ă©dition au TAP de Poitiers (ThĂ©Ăątre Auditorium de Poitiers), le Choeur et l’Orchestre des jeunes, Ă  l’initiative de l’Orchestre des Champs ElysĂ©es dont les membres pilotent les jeunes musiciens, choristes et instrumentistes, interprĂštent des extraits de l’opĂ©ra classique, – tragique et sublime de Gluck : OrphĂ©e et Eurydice, dans la version du romantique Hector Berlioz. Il s’agit de la version française, celle que le grand Hector, admirateur du Chevalier Gluck, cĂ©lĂ©brant son gĂ©nie hĂ©roĂŻque et moral, conçoit en français avec dans le rĂŽle d’OrphĂ©e (le poĂšte et chantre de Thrace) non plus un tĂ©nor mais un contralto (en rĂ©alitĂ© Pauline Viardot, cantatrice, muse et Ă©gĂ©rie du tout Paris branchĂ© de l’époque). Berlioz aimait chez Gluck, sa capacitĂ© Ă  exprimer les sentiments les plus admirables de la passion humaine : l’amour, le deuil, le sacrifice, la loyautĂ© et le courage
 De fait, le poĂšte et chanteur OrphĂ©e, en rĂ©ussissant Ă  inflĂ©chir Pluton aux Enfers, rĂ©ussit Ă  ressusciter sa bien aimĂ©e, pourtant dĂ©cĂ©dĂ©e, Eurydice. MĂȘme s’il Ă©choue dans sa remontĂ©e vers la terre, le poĂšte par sa voix capable d’émouvoir et de convaincre, a montrĂ© la puissance du chant et de la musique.
Sous la direction de Mathias Von Brenndorff, Ă  Poitiers, les Jeunes interprĂštes jouent aussi une partition contemporaine (signĂ©e Emmanuelle Da Costa), et la sublime mĂ©lodie pour chƓur (qui existe dans une version pour soliste et piano), La mort d’OphĂ©lie du mĂȘme Berlioz 
.

 

 

————————————

POITIERS, TAPboutonreservation
Auditorium, samedi 5 mai 2018, 17h
Placement libre

CHOEUR ET ORCHESTRE DES JEUNES
avec l’Orchestre des Champs-ElysĂ©es et le TAP

Mathias Von Brenndorff, direction

 

 

> Christoph Willibald Gluck
OrphĂ©e et Eurydice (version rĂ©visĂ©e par Hector Berlioz en 1859) – Extraits

> Hector Berlioz
La Mort d’OphĂ©lie, MĂ©ditation Religieuse

> Emmanuelle Da Costa
création

 

INFOS & RESERVATIONS :
http://www.tap-poitiers.com/chƓur-et-orchestre-des-jeunes-2215

Illustration : © Arthur Pequin pour le TAP Poitiers 2018

 

 

 

 

APPROFONDIR

LIRE aussi notre dossier prĂ©sentation du mythe d’OrphĂ©e, le poĂšte chanteur qui fut capable d’inflĂ©chir et d’Ă©mouvoir le dieu des Enfers PLUTON…

OpĂ©ra de TOURS : Le Songe d’une nuit d’Ă©tĂ© de Britten

benjamin_britten_vieuxTOURS, OpĂ©ra. Les 13, 15 et 17 avril 2018. BRITTEN : Songe d’une nuit d’étĂ© (A Midsummer Night’s Dream) plonge au cƓur de l’illusion amoureuse en labyrinthe des coeurs qui Ă©prouvent chaque protagonistes qu’il soit souverain, comĂ©dien, homme ou fĂ©e, voire « rustre » (rustics)
 Entre fable et drame tragique, lĂ©gende onirique et action thĂ©Ăątrale, Benjamin Britten (1913-1976) a conçu une suite musicale Ă  la piĂšce de Shakespeare (crĂ©Ă©e dans les annĂ©es 1590) d’une toute autre inspiration que celle de son prĂ©dĂ©cesseur sur le mĂȘme sujet, Mendelssohn (dont il chantait adolescent la partie d’alto). La comĂ©die amoureuse cible la gravitĂ© de l’amour manipulateur, son oeuvre illusoire ; il ne rend pas heureux, il dĂ©sespĂšre les Ăąmes Ă©prouvĂ©es, trompĂ©es, Ă©garĂ©es. Comme The Rape of Lucrezia (Le Viol de LucrĂšce), Britten approfondit encore sa propre conception de l’opĂ©ra de chambre anglais, viscĂ©ralement thĂ©Ăątral, mais d’une fausse lĂ©gĂšretĂ© dans sa rĂ©alisation : Midsummer a Ă©tĂ© conçu pour le festival d’Aldeburgh, fondĂ© 10 ans auparavant par Britten (1948).

Un opéra anglais, néo baroque (Purcellien)
sur les enchantements de l’amour

BrittenEn 7 mois, le compositeur adapte le livret avec son compagnon (passant de 5 Ă  3 actes), le tĂ©nor Peter Pears ; puis met en musique la trame ainsi rĂ©Ă©crite en octobre 1959. Au printemps 1960, tout est en place pour la crĂ©ation le 11 juin suivant, le nouvel opĂ©ra inaugure la nouvelle salle du festival le Jubilee Hall. L’accueil est mitigĂ©, car la lyre de Britten s’est comme conceptualisĂ©e, sur un mode allĂ©gorique, d’aprĂšs la passion et l’illusion shakespearienne. Sans sujet rĂ©aliste ou historique, par le seul biais du rĂȘve et d’un conte fĂ©erique, Britten aborde un thĂšme qui lui est cher : l’innocence fragilisĂ©e; en l’occurrence celle des elfes ; Ă  la facĂ©tie des fĂ©es et des elfes, d’une insouciance magicienne, Britten oppose le monde des hommes, ici une troupe de comĂ©diens (les mortels impuissants face Ă  l’amour) jouĂ©e par les « rustics » Ă  l’occasion du mariage de ThĂ©sĂ©e et d’Hyppolyte qui rĂ©pĂštent une piĂšce sur la passion amoureuse (Pyrame et ThisbĂ©). Effet de mise en abĂźme, – thĂ©Ăątre dans le thĂ©Ăątre : mais c’est bien les crĂ©atures fĂ©eriques, ObĂ©ron et son fidĂšle Puck, qui grĂące Ă  un sortilĂšge, manipulent et enchantent tous ceux qu’ils veulent soumettre et envoĂ»ter. Dont la Reine Titania tombĂ©e amoureuse de l’ñne Bottom (Acte II)
 Sur les traces de Shakespeare, Britten rĂ©alise aussi un fabuleux thĂ©Ăątre entre la nuit et le songe, le monde du rĂȘve et celui de la rĂ©alitĂ© cynique et violente. Barbarie crasse des hommes, agilitĂ© ensorcelante et insouciante des elfes
 tout se passe dans les bois Ă  AthĂšnes. La nature ensorcelante et Ă©nigmatique, impĂ©nĂ©trable garde tout ses mystĂšres, de sorte que ses frondaisons et sa shakespeare william portrait 400 ans 2016 classiquenewsforĂȘt de vĂ©nĂ©rables, dessinent comme un labyrinthe enchantĂ©, rituel de passage pour toute Ăąme qui s’y aventure, et donc s’y perd, pour devenir fou ou se reconstruire. C’est selon. Finalement, sortilĂšges et disputes ayant croisĂ© et mĂȘlĂ© les espĂšces et les genres, se dissolvent, avec en fin d’action, un retour Ă  l’ordre et Ă  l’équilibre : les couples vĂ©ritables (de dĂ©part) se reforment, et la piĂšce dont on avait Ă©voquĂ© les rĂ©pĂ©titions par les acteurs perdus dans les bois, peut en effet ĂȘtre reprĂ©sentĂ©. Pour Britten, la rĂ©alitĂ© c’est donc le thĂ©Ăątre. D’ailleurs il fait de l’acte II, la synthĂšse de sa conception trouble et riche, puissante et onirique Ă  la fois de l’opĂ©ra : entre sommeil, violence, magie


BRITTEN, Un SONGE D’UNE NUIT D’ETE,
A Midsummer night’s Dream
Nouvelle production

TOURS, Opéra / Grand Théùtre
Vendredi 13 avril 2018 – 20h
Dimanche 15 avril 2018 – 15h
Mardi 17 avril 2018 – 20h

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.operadetours.fr/a-midsummer-night-s-dream

Grand Théùtre de Tours
34 rue de la Scellerie
37000 Tours

02.47.60.20.20
theatre-billetterie@ville-tours.fr

Opéra en trois actes, Op.64
Livret de Benjamin Britten et Peter Pears d’aprĂšs William Shakespeare
CrĂ©Ă© le 11 juin 1960 au Festival d’Aldeburgh

Nouvelle production
Coproduction OpĂ©ra de Tours et Conseil DĂ©partemental d’Indre-et-Loire
PremiĂšre reprĂ©sentation Ă  l’OpĂ©ra de Tours

Direction musicale : Benjamin Pionnier
Mise en scĂšne : Jacques Vincey
DĂ©cors : Mathieu Lorry-Dupuy
Costumes : CĂ©line Perrigon
LumiĂšres : Marie-Christine Soma

Oberon : Dimitry Egorov
Tytania : Marie-Bénédicte Souquet
Puck : Yuming Hey
Theseus : Thomas Dear
Hippolyta : Delphine Haidan
Hermia : Majdouline Zerari
Helena : Deborah Cachet
Lysander : Peter Kirk
Demetrius : Ronan Nédélec
Bottom : Marc Scoffoni
Quince : Éric Martin-Bonnet
Flute : Carl Ghazarossian
Snout : Raphaël Jardin
Starveling : Yvan Sautejeau*
Snug : Jean-Christophe Picouleau*

5928Au sommet de cette pyramide onirique, rĂšgnent les fĂ©es et le roi ObĂ©ron dont la noblesse innĂ©e s’exprime dans le choix des airs Ă  numĂ©ro, formes fermĂ©es, nobles et savantes, dignitĂ© formelle Ă  laquelle rĂ©pondent les timbres rares des instruments choisis : clavecin, xylophone, glockenspiel 
 sans omettre la voix de haute-contre du personnage d’Oberon, lui-mĂȘme. Une tessiture racĂ©e, royale qui dit un monde supĂ©rieure non par le pouvoir qu’on lui assigne mais grand par sa vertu imaginative et facĂ©tieuse. Face Ă  la sociĂ©tĂ© des magiciens, Britten expose la rusticitĂ© rustre des « rustics » donc, qui s’expriment en rĂ©citatifs libre ponctuĂ©s de percussions brutes dans des registres plutĂŽt graves. A leurs cĂŽtĂ©s, les amants accordent leurs voix enivrĂ©s aux instruments de l’orchestre classique et romantique (cordes et bois) : Lysander, Demetrius, Hermia, Helena, sont moins comĂ©diens que figures de l’amour contrariĂ©, Ă©prouvĂ©, empĂȘchĂ© puis retrouvĂ©. Chacun dans son errance nocturne et sylvestre, incarne le pion d’un Ă©chiquier qui surclasse toutes les piĂšces (quatuor du II)
Celui qui se distingue par sa malice divine, sa fluiditĂ© spirituelle et habile, le maĂźtre des illusions qui permet au Roi des elfes de rĂ©gner sans partage, c’est son double comique, Puck. RĂŽle parlĂ©, il passe d’un monde Ă  l’autre, sait s’en faire comprendre, associĂ© Ă  un duo sonore trĂšs caractĂ©risĂ© (caisse claire et trompette).

Outre une caractĂ©risation instrumentale de chaque personnage raffinĂ©e Ă  l’extrĂȘme, Britten cite souvent celui qui est son modĂšle pour l’opĂ©ra, Purcell.

Obéron, Titania et Puck avec des fées
par le peintre William Blake, vers 1786 (DR)

SYNOPSIS

Acte I
Dans un bois prĂšs d’AthĂšnes, Puck, interrompt le chant des fĂ©es : il annonce l’arrivĂ©e d’ObĂ©ron et de Titania, qui se disputent : en effet ObĂ©ron souhaite prendre Ă  son service un jeune indien dont Titania a fait son page, mais elle le lui refuse. Leur querelle Ă©branle l’harmonie qui rĂ©gnait jusque lĂ . Oberon dĂ©voile son arme d’e soumission massive ; il missionne Puck d’utiliser une herbe magique dont le suc, versĂ© sur les paupiĂšres d’une personne endormie, la rendra amoureuse de la premiĂšre crĂ©ature qu’il verra.

Les amants : les fiancĂ©s Lysandre et Hermia fuient AthĂšnes et trouvent refuge dans les bois : Hermia refuse d’épouser DĂ©mĂ©trius, imposĂ© par son pĂšre. DĂ©mĂ©trius les poursuit, suivi par HĂ©lĂšne qui est amoureuse de lui (et qu’il Ă©carte toujours).
Puck a trouvĂ© la fleur magique ; obĂ©issant au vƓu d’ObĂ©ron; il versera le suc sur les yeux de Titania et d’un « jeune dĂ©daigneux » (DĂ©mĂ©trius) que Puck identifie Ă  son costume d’AthĂ©nien.
CHASSÉ-CROISÉ
 De leurs cĂŽtĂ©s, les acteurs prĂ©parent les rĂ©pĂ©titions de la piĂšce Pyrame et ThisbĂ© pour cĂ©lĂ©brer le mariage de ThĂ©sĂ©e : Bottom jouera Pyrame. Les fuyards Lysandre et Hermia se reposent dans les bois. Puck prend Lysandre endormi pour DĂ©mĂ©trius : il verse le suc sur ses yeux. HĂ©lĂšne qui s’approche de Lysandre, le rĂ©veille ; il tombe aussitĂŽt amoureux d’elle. Elle s’enfuit, poursuivie par Lysandre. Hermia s’Ă©veille Ă  son tour et recherche Lysandre qui a disparu.

De son cĂŽtĂ©, profitant du coucher et de l’endormissement de la Reine des fĂ©es Titania, Oberon verse lui-mĂȘme le suc fatidique sur les yeux de la jeune femme : la souveraine rivale et ennemie se rĂ©veillera quand un « vil s’approchera ».

—————————

Acte II

OBERON TITANIA BOTTOM opera de Britten par classiquenews midsummer night dreamAprĂšs un prĂ©lude qui plonge dans le mystĂšre de la nuit et du rĂȘve de la forĂȘt, les comĂ©diens rĂ©pĂštent leur piĂšce. Puck surgit et affuble sans qu’il ne s’en aperçoive, une tĂȘte d’ñne Ă  Bottom, – toujours satisfait de lui-mĂȘme : Titania qui se rĂ©veille le voit et tombe amoureuse de lui. La reine ordonne Ă  ses servantes fĂ©es de servir son nouveau favori : les deux s’endorment sereinement (Fussli a peint leur Ă©treinte : l’élan de la reine, l’ivresse de l’ñne Bottom qui ne sait pas bien ce qu’il lui arrive).

ObĂ©ron qui s’aperçoit que Puck s’est trompĂ©, verse le suc magique sur les yeux de DĂ©mĂ©trius endormi. Paraissent Lysandre et HĂ©lĂšne : rĂ©veillĂ©, DĂ©mĂ©trius voit HĂ©lĂ©na et en tombe Ă  nouveau amoureux. S’en suit une violente dispute entre les amants : Oberon et Puck ont semĂ© le vent du dĂ©sordre amoureux. Puck reverse le suc sur les yeux de Lysandre.

—————————

Acte III
AnimĂ© par la culpabilitĂ© face au chaos qu’il a suscitĂ©, ObĂ©ron dĂ©cide de libĂ©rer Titania du sortilĂšge : elle Ă©carte immĂ©diatement l’ñne de sa vue, horrifiĂ©e : ObĂ©ron la console et les souverains se rĂ©concilient. Idem pour les amants qui rient en se racontant leurs rĂȘves respectifs, cependant que Bottom, ayant recouvrĂ© sa vrai tĂȘte, rejoint ses partenaires comĂ©diens.
Le duc annonce ses noces avec Hippolyte : les quatre amants confessent leur faute et seront mariĂ©s dans le mĂȘme temps. Puis aprĂšs le souper, les comĂ©diens jouent la tragĂ©die de Pyrame et ThisbĂ©. ComblĂ© le duc refuse l’idĂ©e d’un Ă©pilogue. Les fĂ©es concluent l’opĂ©ra, cĂ©lĂ©brant la paix revenue.

Cordes en majesté à ORLEANS

orleans-orchestre-symphonique-accordez-vos-violons-affiche-vignette-concerts-annonce-par-classiquenews-orchestre-symphonique-d-orleans-philippe-aiche-marius-stieghorstAVRIL-AFFICHE-PNG-524x1024ORLEANS, Orchestre Symphonique : concert les 21 et 22 avril 2018. GRIEG, MOZART, TCHAIKOVSKI : accordez vos violons !
 Le programme des 21 et 22 avril 2018 laisse une place privilĂ©giĂ©e aux seules cordes de l’orchestre. Certains ensembles en ont fait une spĂ©cialitĂ© (Orchestre d’Auvergne) : le dĂ©fi est ici relevĂ© par les musiciens de l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans : comment totu dire, tout suggĂ©rer et colorer la palette sonore, uniquement par les cordes (violons, altos, violoncelles, contrebasses) ?
 Elle est dite « dans le style ancien », la Suite Holberg opus 40 du norvĂ©gien Edvard Grieg (1843 – 1907), sĂ©duit immĂ©diatement par l’originalitĂ© de son sujet : Grieg recevant de la ville de Bergen, commande pour une partition cĂ©lĂ©brant le gĂ©nie du philosophe et humoriste danois Ludvig Holgberg dont le bicentenaire Ă©tait marquĂ© par l’annĂ©e 1884. D’abord composĂ©e pour piano, la Suite est orchestrĂ©e par Grieg pour orchestre Ă  cordes en 1885. Grieg aborde le genre de la suite de danses, dans le style des anciens baroques. PrĂ©lude (solennel), Sarabande (douce et moelleuse), Gavotte (lĂ©gĂšre), Musette (facĂ©tieuse), Air (d’une concentration religieuse), enfin Rigaudon, d’une vivacitĂ© presque percutante et terriblement enjouĂ©e (dans l’esprit de ceux de Rameau). Sans innover, Grieg s emontre Ă  la hauteur des dĂ©fis du genre : son approche nĂ©obaroque sait diversifier les prises de paroles instrumentales, varier les formes musicales, et les groupes qui dialoguent et se rĂ©pondent, enfin manie avec une belle Ă©nergie, le relief des contrastes.
L’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans aborde ensuite une oeuvre concertant de Mozart. DatĂ© du 20 dĂ©cembre 1775, le Concerto pour violon et orchestre, n° 5 en la majeur marque un point d’accomplissement dans l’évolution artistique et la maturitĂ© du jeune Wolfgang. De Munich, le compositeur salzbourgeois tire une expĂ©rience nouvelle dont une unitĂ© plus grande dans l’architecture de son concerto, une sensibilitĂ© plus profonde et directe qui Ă©carte toute dĂ©monstration creuse. Trois mouvements : Allegro aperto, Adagio, Rondeau
 Se distingue nettement par sa profondeur et sa grande sincĂ©ritĂ© d’intonation, l’adagio en mi majeur (tonalitĂ© chĂšre Ă  Mozart) : qui dĂ©ploie un onirisme suspendu d’une ineffable tendresse. La partition requiert une intense cohĂ©sion entre tous les pupitres et une complicitĂ© de chaque instant entre le soliste et l’orchestre.

Enfin, un tout autre dĂ©fi est lancĂ© par la SĂ©rĂ©nade de Tchaikovski : la partition a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e lors d’un concert privĂ© au Conservatoire de Moscou, le 21 novembre 1880. Symphonie ou quintette pour cordes ? TchaĂŻkovsky choisit finalement l’orchestre Ă  cordes : il y entend dĂ©montrer l’expressivitĂ© et les couleurs dont sont capables les seules cordes. L’auteur voit grand : non pas un format chambriste mais une ampleur orchestrale ; voilĂ  pourquoi il demande un nombre important de cordes. Comme Grieg, Tchaikovski regarde vers le XVIIIĂš, plus tardivement encore que son confrĂšre nordique, plutĂŽt vers les Viennois du XVIIIĂš nĂ©oclassique. 4 mouvements ou 4 Ă©pisodes trĂšs caractĂ©risĂ©s se succĂšdent : Pezzo in forma di sonatina (dans l’esprit d’une ouverture solennelle, – lullyste-, Ă  la française ; valse (l’une des plus Ă©lĂ©gantes et suaves de Piotr Illiytch) ; ElĂ©gie : d’une retenue quasi sacrĂ©e qui verse ensuite en jubilation dansante ; enfin, Final-Tema russo : deux thĂšmes s’exaltent, issus du catalogue Balakirev ; l’un syncopĂ©, l’autre jubilatoire et conquĂ©rant d’une irrĂ©pressible Ă©nergie. Preuve derechef qu’en traitant le passĂ©, l’inspiration des auteurs romantiques s’en trouve dĂ©cuplĂ©e.

 

 

 

Programme

EDWARD GRIEG
Holberg Suite op.40

WOLFGANG AMADEUS MOZART
Concerto pour violon et orchestre
n°.5, K.219, en la majeur

PYOTR ILYICH TCHAÏKOVSKY
Sérénade, en do majeur, op.48
Par l’esprit, c’est l’Ɠuvre d’un classique du XIXe siĂšcle fĂ©ru de musique baroque et galante, mais qui n’oublie pas pour autant ses origines.

Philippe AÏCHE assure la direction de ce concert et sera Ă©galement soliste pour interprĂ©ter le Concerto pour violon et orchestre, n°.5, en la majeur de Mozart.
Son expĂ©rience de violon solo l’a amenĂ© trĂšs tĂŽt Ă  s’intĂ©resser Ă  la direction d’orchestre. Il a dirigĂ© de nombreux ensembles qui lui ont permis d’aborder un rĂ©pertoire trĂšs diversifiĂ© allant de la petite formation jusqu’à l’orchestre symphonique .

 

 

 

 

samedi 21 avril – 20:30
dimanche 22 avril – 16:00

SALLE TOUCHARD
THÉÂTRE D’ORLÉANS

CATÉGORIE 1 : 28/24/13€ /
CATÉGORIE 2 : 25/22/13€

INFOS et RESERVATIONS :
http://www.orchestre-orleans.com/concert/accordez-vos-violons/

RÉSERVEZ VOS PLACES
Si vous souhaitez réserver votre ou vos place(s) pour le concert de Noël, la réservation se fait du lundi au vendredi de 14h à 18h par téléphone au 02 38 53 27 13

orleans orchestre symphonique Marius Stieghorst concert par classiquenews bain immersion orchestrale

Bestiaire : programme lyrique enchanteur

Capture d’écran 2018-03-30 Ă  19.09.19PARIS. CD, CONCERT, annonce. BESTIAIRE : R. D’ALLONNES / HUMEAU, le 24 avril 2018. Deux artistes françaises se frottent ici au dĂ©fi des textes et Ă©vocations poĂ©tiques inspirĂ©s par les animaux. En rĂ©alitĂ© c’est davantage qu’un bestiaire choisi, une collection de piĂšces remarquables et intelligemment associĂ©es. Le programme convoque un jardin animalier aux postures, silhouettes, situations et paysages d’une irrĂ©sistible sĂ©duction. La sincĂ©ritĂ© et la justesse du geste rendent hommage Ă  la multiplicitĂ© des sensibilitĂ©s – compositeurs et poĂštes, retenus.

 

 

 

 

Bestiaire par Sabine Revault d’Allonnes et StĂ©phanie Humeau
Surprises et enchantement d’un jardin animalier

 

 

cd bestiaire stephanie humeau sabine revault d allonnes cd critique review cd classiquenews 28576551_1195465910583423_5463063621917155421_nTĂȘtes Ă  l’envers (sur le visuel de leur cd « Bestiaire »), mais engagement total et trĂšs juste, les deux interprĂštes Sabine Revault d’Allones (soprano) et StĂ©phanie Humeau (piano) suscitent l’adhĂ©sion dans ce programme riche et Ă©quilibrĂ©, aux incontournables de la mĂ©lodies comme rĂ©vĂ©lateur de joyaux moins connus
 ; le chant piano dialogue Ă  juste titre, permettant Ă  chacun d’exprimer sur sa palette expressive Ă©tendue, tout ce qui rapproche l’animal de l’homme : le bestiaire dont il est question servi par d’admirables talents poĂ©tiques et littĂ©raires et non des moindres (Lecomte de Lisle, Hugo, Apollinaire, Jules renard,
) marque l’esprit et l’écoute car ces bĂȘtes lĂ  – oiseaux, poissons ou insectes (« La cigale » de Chausson / L. de Lisle) sont plus humains que les hommes eux-mĂȘmes (la Coccinelle de Hugo – en sa morale imprĂ©vue, impertinente et sincĂšre, qui referme le cycle). Le piano seul y creuse des Ă©vocations Ă  la fois lĂ©gĂšres et nostalgiques aux climats rĂȘveurs d’une absolue fantaisie, oĂč jaillit comme des poĂ©sies uniquement musicales, de purs paysages intĂ©rieurs (les sublimes « Oiseaux tristes » de Ravel par exemple y rĂ©pondent aux « Poissons d’or » de son contemporain et si proche en pensĂ©e et inspiration, Debussy).
L’immersion poĂ©tique est totale, magnifiquement assumĂ©e, grĂące au soprano riche, ample, incarnĂ© de Sabine Revault d’Allonnes, capable aussi de graves quasi lugubres pour l’Albatros de Chausson (d’aprĂšs Baudelaire).
Le choix des piĂšces souligne aussi ce goĂ»t trĂšs sĂ»r des textes, souvent des raretĂ©s intenses et dramatiques -(tristement tragiques : Les Alcyons de Massenet), ou pittoresques attendries (« Pastorale des cochons roses » de Chabrier). La prosodie naturelle et souple s’accorde idĂ©alement au gĂ©nie mĂ©lodique de Reynaldo Hahn (« Le rossignol des lilas »), et l’on rend justice au talent dĂ©fricheur des deux interprĂštes de nous dĂ©voiler la magie du fugace et du vivace telle qu’elle s’exprime dans l’évocation du chat de Mel Bonis (« Le chat sur le toit »). Tout cela est bien dit, Ă©voquĂ©, suggĂ©rĂ© : sens du mot, complicitĂ© piano / voix
 le cocktail et l’art des enchaĂźnements (Du Papillon de Grieg, pour piano seul, au « Papillon et la fleur » de FaurĂ©/Hugo) captivent de bout en bout. Chapeau bas : le programme ainsi conçu est Ă  la fois divers, puissant, original.

 

 

 

 

—————————————

 

 

CLIC_macaron_2014CD, annonce. BESTIAIRE. StĂ©phanie Humeau, piano / Sabine Revault d’Allonnes (soprano). MĂ©lodies françaises, piĂšces pour piano : de Chopin, Chausson, Bizet et Chabrier
 Ă  Poulenc et Ravel – 1 cd ARTIE’S records — enregistrement rĂ©alisĂ© en juillet 2017 (Bourg la Reine) – DurĂ©e : 1h01. CLIC de CLASSIQUENEWS d’avril 2018. Parution : le 9 avril 2018.

 

 

 

 

CONCERT
Concert de sortie du cd BESTIAIRE, mardi 24 avril 2018, 19h30, Mairie du 3ùme ardt, suivi d’un cocktail — 2 rue Eugùne Spuller, 75003 Paris — informations : 06 84 22 23 38
sabine_revault@hotmail.com / shumeau@gmail.com

 

 

 

 

APPROFONDIR

 

 

Facebook
https://www.facebook.com/BestaireMusical/

Artie’s records
https://www.arties-group.com/discographie

 la page dĂ©diĂ©e du site de SABINE REVAULT D’ALLONNES
http://sabinerevaultdallonnes.com/bestiaire

Qobuz
https://www.qobuz.com/lu-fr/album/bestiaire-sabine-revault-dallonnes-and-stephanie-humeau/trip89t0455kc

Fnac
https://musique.fnac.com/a11560205/Frederic-Chopin-Bestiaire-CD-album

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-03-30 Ă  19.09.19

 

 

AVIGNON, récital de Justin Taylor, le clavecin enchanté

Taylor justin clavecin baroque portrait annonce concerts saison programmes prĂ©sentation par classiquenewsAVIGNON, Dim 15 avril 2018 : Justin Taylor, clavecin. La Chapelle de l’Oratoire accueille un jeune interprĂšte douĂ© au clavecin d’une sensibilitĂ© filigranĂ©e, intĂ©rieure, habitĂ©e; une conception avant tout Ă©motionnelle qui s’affranchit du tremplin Ă  performances chez certains de ses confrĂšres
 y compris les plus reconnus aujourd’hui. Sans avoir la profondeur naturelle et l’élĂ©gance millimĂ©trĂ©e d’un Julien Wolfs, ni la posture romantique de l’ébouriffĂ© Jean Rondeau, Justin Taylor fait partie de la nouvelle colonie des jeunes clavecinistes parmi les plus douĂ©s de sa gĂ©nĂ©ration. Mais ici le talent ne signifie par unique dĂ©monstration d’une virtuositĂ© qui si elle n’est pas investie d’un surcroĂźt d’ñme, peut sonner
 creuse et limitĂ©e. A 26 ans, le claviĂ©riste marque les esprits Ă  chaque nouveau programme. Lui qui est venu du piano, maĂźtrise incontestablement la langue du clavecin qu’il a apprise auprĂšs de sa professeur François Marmin, – cordes pincĂ©es donc plutĂŽt que frappĂ©es. Amateur de ce Ă©clat si fin quand le bec en tige de plume pince la corde vibratile, Julien Taylor a dĂ©butĂ© sa carriĂšre discographique par un album Forqueray, puis Mozart, ce programme soliste en Avignon, permet de retrouver le claveciniste en terres familiĂšres, Ă  la fois virtuoses et intĂ©rieures : Bach et Rameau, Sweelinck et Domenico Scarlatti


Le spectateur auditeur avignonais sera tout autant sĂ©duit, saisi par le fandango andalou, lascif, licencieux de Soler, jouĂ© en conclusion du programme (avec quel chien et tempĂ©rament faisant surgir dans l’imaginaire d’un jeu foisonnant, nuancĂ© : castagnettes, guitare, frappes des talons chaloupĂ©s.
). Auparavant, c’est l’énergie audacieuse et l’essence expĂ©rimentale de l’écriture de Scarlatti qui s’affirme en un jeu libre comme improvisĂ©. MĂȘme profondeur raffinĂ©e pour un Sweelinck qui a su revivifier l’esprit des danses Renaissance dont il s’inspire. Ce que savait avant Taylor exprimer Gustav Leonhardt.

 

 

 

——————————-

 

 

 

 

 

Dimanche 15 avril 2018, 17hboutonreservation
AVIGNON, Chapelle de l’Oratoire
Dans le cadre de la saison Musique baroque en Avignon

Récital de Justin TAYLOR, claveciniste
Elu «Révélation» aux victoires de la musique 2017

RESERVEZ VOTRE PLACE
https://www.musiquebaroqueenavignon.com

 

 

 

 

 

 

 

Programme « Chromatismes » :

Bach : Toccata en mi mineur
Rameau : Suite en la mineur (nouvelles suites de piĂšces de clavecin)
Bach : fantaisie chromatique
Rameau : Suite en sol mineur (nouvelles suites de piĂšces de clavecin)
Sweelinck : Fantasia chromatica
Scarlati : Sonate
Soler : Fandango

RĂ©servation Ă  la billetterie de l’OpĂ©ra Grand Avignon :

Espace Vaucluse Place de l’Horloge Avignon
au téléphone  04 90 14 26 40 ,
télécopie 04 90 14 26 43 ou
www.operagrandavignon.fr
En co-rĂ©alisation avec l’OpĂ©ra Grand Avignon

 

 

 

 

 

 

LIRE aussi notre critique du concert de JUSTIN TAYLOR (Dijon, Fandango, le 19 janv 18)
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-critique-recital-dijon-le-19-janv-2018-fandango-par-justin-taylor-clavecin/

 

 

 

PARIS. La Philharmonie de Vienne au PLAZA Athénée : concert et repas viennois

Concert exceptionnel de la Philharmonie de Vienne au PLAZA AthĂ©nĂ©ePARIS, PLAZA AthĂ©nĂ©e. Concert mercredi 11 avril 2018. Philharmonie de Vienne. Le Palace parisien, Ă©crin de l’excellence hĂŽteliĂšre et de l’art de vivre français propose le 11 avril, une soirĂ©e exceptionnelle associant musique de chambre et souper gastronomique viennois… La lĂ©gendaire phalange se produit dans l’un des plus beaux palaces de la capitale, le Plaza AthĂ©nĂ©e, avenue Montaigne : ambassadeurs et dĂ©tenteurs d’une tradition musicale renommĂ©e, plusieurs instrumentistes de l’Orchestre Philharmonique de Vienne proposent un programme de musique de chambre exceptionnel, ce mercredi 11 avril 2018. Au programme : deux piĂšces de musique de chambre viennoise signĂ©es Joseph Haydn et Wolfgang Amadeus Mozart, deux joyaux de grĂące et d’équilibre instrumentaux, fleurons de la riche collection des Quatuors et Quintettes viennois de la fin du XVIIIĂš. Entre style galant, classique et prĂ© romantique, les deux Ɠuvres sont dĂ©fendues avec d’autant plus d’évidence et d’éloquence, que les cinq instrumentistes prĂ©sents Ă  Paris, membres actifs des Wiener Philharmoniker, savent articuler et nuancer Haydn et Mozart comme leur langue maternelle. Les musiciens de l’Orchestre Viennois expriment mieux que personne  les qualitĂ©s qui font de l’écriture de Haydn (fondateur du genre du Quatuor) et de son Ă©lĂšve spirituel (comme Beethoven), Mozart, l’emblĂšme du raffinement de la musique concertante Ă  l’époque de LumiĂšres. Les deux partitions choisies pour cette occasion exceptionnelle illustrent une tradition musicale d’excellence qui s’est perpĂ©tuĂ©e jusqu’à nos jours.
VoilĂ  pourquoi ce concert est exceptionnel, d’autant plus unique qu’il a lieu dans l’un des hĂŽtels les plus Ă©lĂ©gants de Paris
 le Plaza AthĂ©nĂ©e, avenue Montaigne.
MUSIQUE DE CHAMBRE ET GASTRONOMIE EN UNE SOIREE INOUBLIABLE... AprĂšs un accueil privilĂ©giĂ©, les convives assistent au concert (salon Haute Couture), puis dĂźnent au restaurant Relais Plaza oĂč le chef Herbert Von Karajan avait ses habitudes. Au programme : menu viennois spĂ©cialement conçu pour l’occasion par le chef Christian Domschitz (du mythique restaurant le VestibĂŒl de Vienne), en collaboration avec le chef exĂ©cutif au Relais Plaza, Philippe Marc.

 

 

 

plaza-athenee-relais-plaza-restaurant-exception-in-PARIS-presentation-concert-venue-by-classiquenews

 

 

Salle du restaurant Relais Plaza – (c) Niall Clutton

Musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Vienne
au Plaza Athénée
avenue Montaigne

Mercredi 11 avril 2018, dĂšs 19h

 

 

Musique de chambre :

Joseph Haydn
Quatuor Ă  cordes opus 77

Wolfgand Amadeus Mozart
Quintette pour clarinettes et cordes KV 581

Déroulement de la soirée
programme

 

 

19h15
Accueil au salon Organza (cocktail d’accueil)

20h
Concert de musique de chambre
dans le Salon Haute

Haydn : Quatuor Ă  cordes opus 77
Mozart : Quintette pour clarinette et cordes KV 581

Instrumentistes de l’Orchestre Philharmonque de Vienne
Cinq musiciens :
Wilfried Hedenborg, premier violon
Harald Krumpöck, deuxiÚme violon
Martin Lemberg, alto
David Pennetzdorfer, violoncelle
Matthias Schorn, clarinette

21h15,
Ă  l’issue de ce concert, dĂźner viennois
au restaurant Relais Plaza
menu rĂ©alisĂ© par les soins du chef Christian Domschitz du mythique restaurant le VestibĂŒl de Vienne, en collaboration avec le chef exĂ©cutif au Relais Plaza, Philippe Marc.`

RESERVATIONS

Réservez votre place pour cette soirée exceptionnelle du 11 avril au Plaza Athénée

 

FORMULE comprenant :

- Le cocktail au salon Organza avec une coupe de champagne
- Le concert d’une heure au salon Haute Couture
- Le diner (entrĂ©e, plat, dessert – boissons et cafĂ© compris) au Relais Plaza
100 places disponibles – Tarif : 235 euros / personne

RĂ©servations au +33 (0)1 53 67 65 97
par email Ă  charlotte.bellini@dorchestercollection.com

 

 

plaza-athene-salle-haute-couture-concert-musique-de-chambre-philharmonie-de-vienne-presentation-annonce-sur-classiquenews

 

 

Salon Haute couture du Plaza Athénée, écrin idéal pour une soirée chambriste exceptionnelle (DR)

 

 

CD, coffret, compte rendu. The CHRISTA LUDWIG edition (12 cd DG Deutsche Grammophon)

ludwig-christa-mezzo-soprano-legende-opera-lyriqueCD, coffret, compte rendu. The CHRISTA LUDWIG edition (12 cd DG Deutsche Grammophon). L’amplitude expressive et stylistique de la mezzo diva, star interprĂšte chez Universal fait l’objet de ce coffret plus qu’allĂ©chant de 12 cd, oĂč l’éditeur a pris soin de sĂ©lectionner quelques pages parmi les plus emblĂ©matiques de la carriĂšre de la cantatrice, dans le fonds des archives maison, soit les bandes enregistrĂ©es pour Decca, Philips, Deutsche Grammophon. Dans un style aujourd’hui dĂ©passĂ© sur le plan de la rĂ©alisation instrumentale et des Ă©quilibres sonores, voici Bach version Richter (Saint-Matthieu) et Karajan (Messe en si) ; dĂ©jĂ  la trĂšs subtile musicienne vif argent y dĂ©livre une leçon de legato et de nuance expressive au service de la ferveur du Cantor de Leipzig (cd1). Puis une sorte de focus est rĂ©servĂ© Ă  sa collaboration avec 3 chefs d’importance : Karajan, Böhm, Bernstein. Le grand rĂ©pertoire lyrique et romantique : R. Strauss (La femme sans ombre / Die Frau ohne Schatten), Der Rosenkavalier (Le Chevalier Ă  la rose / Octavian, Quinquin), Tristan und Isolde de Wagner (Brangaine), mais aussi Cosi fan tutte (Dorabella), sans omettre des lieder avec orchestre de Mahler, ou le fameux Candide de Bernstein
 sont des accomplissements devenus (Ă  juste titre) lĂ©gendaires.

 

 

 

cd review classiquenews The-Christa-Ludwig-Edition

 

 

 

 

Chez Wagner, l’anthologie permet les comparaisons dans un mĂȘme rĂŽle : Waltraute (pour Solti en 1964, ou Karajan en 1969), Fricka (Solti en 1965, ou plus proche de nous, Levine en 1987)
 Le veloutĂ© ambrĂ©, ourlĂ©, somptueux de la mezzo berlinoise enchante ici et lĂ , avec une intelligence musicale et une qualitĂ© d’émission exceptionnelle. Parmi les autres pĂ©pites de ce coffret complet – vĂ©ritable synthĂšse rĂ©capitulative pour une grande dame du chant, soufflant ainsi ses 90 ans en 2018, citons aussi Le Chateau de Barbe-Bleue (Kertesz), et Ă©videmment, sujet des 4 derniers cd : l’art millimĂ©trĂ©, nuancĂ© de la diseuse, interprĂšte lĂ©gendaire dans le lied. Il faut encore et toujours Ă©couter ses Schubert (Winterreise), Schumann et surtout Wolf auquel elle offre une clartĂ© mĂ©lancolique qui dĂ©passe la sophistication trop maniĂ©rĂ©e de sa consoeur soprane Schwarzkopf (Ă  tort cĂ©lĂ©brĂ©e tant et tant chez Wolf).
11 cd Ă  possĂ©der d’urgence.

 

 

__________________

 

 

CD, coffret, compte rendu : critique. The Art of Edith Mathis (7 cd DG Deutsche Grammophon)

 

 

 

Publication, fac similĂ©, Ă©vĂ©nement. Carnet / VerzeichnĂŒss aller meiner Werke de Wolfgang Amadeus MOZART (Editions des Saint-PĂšres)

carnet-musical-de-mozartPublication, fac similĂ©, Ă©vĂ©nement. Carnet / VerzeichnĂŒss aller meiner Werke de Wolfgang Amadeus MOZART (Editions des Saint-PĂšres). L’éditeur de manuscrit Saint-PĂšres Ă©dite en grand format le journal personnel de Mozart, son carnet qui contient ses partitions achevĂ©es, de 1784 Ă  sa mort.
Dans son Carnet personnel, autographe exceptionnel, Ă©crit pendant 7 annĂ©es et jusqu’à 3 semaines avant sa mort (de fĂ©vrier 1784 Ă  sa mort en 1791), le divin Mozart nous a laissĂ© un Ă©clairage saisissant sur les derniĂšres annĂ©es de sa vie si courtes et si intenses. Des portĂ©es manuscrites, des sĂ©ries de mĂ©lodies, de partitions annotĂ©es
 Ainsi Wolfgang se dĂ©voile au fil d’une Ă©criture sensible, frĂ©nĂ©tique, sans ratures. Les Ă©ditions des Saint-PĂšres Ă©ditent le fac similĂ© de ce manuscrit personnel qui permet de (re)dĂ©couvrir l’atelier musical du gĂ©nie salzbourgeois, dans l’intimitĂ© de son travail. Jusqu’à sa mort Ă  35 ans en 1791, Mozart regroupe l’essentiel de ses recherches musicales, synthĂ©tise une partie importante de ses rĂ©alisations. C’est un journal de bord Ă  la fois mĂ©ticuleux et emblĂ©matique de son processus de crĂ©ation et de composition.

 

 

 

mozart-carnet-editions-saint-peres-fac-simile-livre-presentaiton-par-classiquenews-livre-evenement

 

 

 

Le Carnet – intitulé VerzeichnĂŒss aller meiner Werke, ou RĂ©pertoire de mon travail – tĂ©moigne de l’ñge d’or, en termes crĂ©atifs, de la vie du musicien. Mozart le tient scrupuleusement Ă  jour, et de façon chronologique; les morceaux connus cĂŽtoient les partitions mineures mais ce sont toutes des compositions achevĂ©es qui y sont dĂ©posĂ©es – c’est la raison pour laquelle le Requiem n’y figure pas.
Deux quatuors dĂ©diĂ©s Ă  son ami Haydn, Les Noces de Figaro en collaboration avec Lorenzo Da Ponte, la sĂ©rĂ©nade Une petite musique de nuit, un Adagio en B mineur pour piano, la Symphonie n°40 en sol mineur (bouleversante apothĂ©ose de son gĂ©nie symphonique, dĂ©jĂ  prĂ©romantique), l’ouverture de La FlĂ»te enchantĂ©e
 ultime chef d’oeuvre lyrique composĂ© simultanĂ©ment Ă  son dernier seria, La Clemnza di Tito.
Le manuscrit provient de la Stefan Zweig Collection – un fond constituĂ© par l’écrivain autrichien, enrichi ensuite par ses hĂ©ritiers Ă  Londres. Le Carnet, achetĂ© par Zweig aux enchĂšres en 1935, fut confiĂ© au British Museum en 1956 puis Ă  la British Library en 1986.

Le pĂšre de Wolfgang, Leopold, qui avait jadis Ă©tabli une liste des compositions de son fils entre ses 7 et 12 ans, et avec lequel Mozart sĂ©journa Ă  Salzburg peu de temps avant de commencer le Carnet, fut probablement Ă  l’origine de cet esprit d’inventaire. À la mĂȘme Ă©poque, Mozart commence aussi Ă  tenir des comptes trĂšs prĂ©cis de ses revenus – issus de concerts, de leçons particuliĂšres, de sĂ©ries symphoniques et des crĂ©ations de ses concertos pour piano, etc. Son train de vie Ă  Salzbourg est bien documentĂ© de cette façon.

 

 

Organisation de l’inventaire autographe 

 

MOZART-1790-le-derneir-mozart-photo-de-pedro-par-CLASSIQUENEWS-dossier-special-dernier-Mozart-et-exposition-Mozart-a-parisSur la page de gauche, Mozart indique la date de la composition, son titre et les instruments requis. On y trouve aussi parfois le nom des instrumentistes et des chanteurs auxquels elle est destinĂ©e : Aloysia Lange, dont Mozart fut amoureux ; Josepha Hofer, premiĂšre interprĂšte de la Reine de la Nuit
 Sur la page de droite, l’incipit de la partition qui est notĂ©.
Certaines numĂ©rotations ou signets, Ă  l’encre noire ou marron, sont sans doute des ajouts ultĂ©rieurs de sa femme, Constanze, ou de l’éditeur Johann AndrĂ©.
Quelques entrĂ©es correspondent Ă  des partitions perdues ou dĂ©truites. Enfin, certains incipit diffĂšrent des partitions « officielles » : Mozart s’autorise des corrections tardives, sur partitions (hors Carnet). De mĂȘme que les dates du Carnet sont parfois en dĂ©calage : il arrive Ă  Mozart de faire jouer un morceau avant de le rĂ©pertorier, ou de reprendre des compositions antĂ©rieures Ă  1784 pour les retravailler.

 

 

Le Catalogue / RĂ©pertoire personnel est donc Ă©ditĂ© en fac-simile : s’y dĂ©voile dans son immĂ©diatetĂ© la formidable Ă©criture du compositeur de gĂ©nie, premiĂšre source d’admiration et de renseignement pour les amateurs, chercheurs, historiens, musicologues. La qualitĂ© de l’Ă©dition, le soin apportĂ© Ă  la publication des feuilles originelles du manuscrit britannique sont remarquables.

 

 

 

—————————————

 

 

 

CLIC D'OR macaron 200FAC SIMILE, manuscrit, Ă©vĂ©nement. W.A. Mozart, Carnet 1784-1791, Éditions des Saints-PĂšres. 1000 exemplaires numĂ©rotĂ©s, parution le 26 mars 2018.
Coffret en Français, Allemand, Anglais. Edition fac similĂ© Ă©vĂšnement, CLIC de CLASSIQUENEWS d’avril 2018

 

 

 
 

 

 

CD, CONCERT : ” BESTIAIRE ” par Sabine Revault d’Allonnes et StĂ©phanie Humeau

Capture d’écran 2018-03-30 Ă  19.09.19PARIS. CD, CONCERT, annonce. BESTIAIRE : R. D’ALLONNES / HUMEAU, le 24 avril 2018. Deux artistes françaises se frottent ici au dĂ©fi des textes et Ă©vocations poĂ©tiques inspirĂ©s par les animaux. En rĂ©alitĂ© c’est davantage qu’un bestiaire choisi, une collection de piĂšces remarquables et intelligemment associĂ©es. Le programme convoque un jardin animalier aux postures, silhouettes, situations et paysages d’une irrĂ©sistible sĂ©duction. La sincĂ©ritĂ© et la justesse du geste rendent hommage Ă  la multiplicitĂ© des sensibilitĂ©s – compositeurs et poĂštes, retenus.

 

 

 

 

Bestiaire par Sabine Revault d’Allonnes et StĂ©phanie Humeau
Surprises et enchantement d’un jardin animalier

 

 

cd bestiaire stephanie humeau sabine revault d allonnes cd critique review cd classiquenews 28576551_1195465910583423_5463063621917155421_nTĂȘtes Ă  l’envers (sur le visuel de leur cd « Bestiaire »), mais engagement total et trĂšs juste, les deux interprĂštes Sabine Revault d’Allones (soprano) et StĂ©phanie Humeau (piano) suscitent l’adhĂ©sion dans ce programme riche et Ă©quilibrĂ©, aux incontournables de la mĂ©lodies comme rĂ©vĂ©lateur de joyaux moins connus
 ; le chant piano dialogue Ă  juste titre, permettant Ă  chacun d’exprimer sur sa palette expressive Ă©tendue, tout ce qui rapproche l’animal de l’homme : le bestiaire dont il est question servi par d’admirables talents poĂ©tiques et littĂ©raires et non des moindres (Lecomte de Lisle, Hugo, Apollinaire, Jules renard,
) marque l’esprit et l’écoute car ces bĂȘtes lĂ  – oiseaux, poissons ou insectes (« La cigale » de Chausson / L. de Lisle) sont plus humains que les hommes eux-mĂȘmes (la Coccinelle de Hugo – en sa morale imprĂ©vue, impertinente et sincĂšre, qui referme le cycle). Le piano seul y creuse des Ă©vocations Ă  la fois lĂ©gĂšres et nostalgiques aux climats rĂȘveurs d’une absolue fantaisie, oĂč jaillit comme des poĂ©sies uniquement musicales, de purs paysages intĂ©rieurs (les sublimes « Oiseaux tristes » de Ravel par exemple y rĂ©pondent aux « Poissons d’or » de son contemporain et si proche en pensĂ©e et inspiration, Debussy).
L’immersion poĂ©tique est totale, magnifiquement assumĂ©e, grĂące au soprano riche, ample, incarnĂ© de Sabine Revault d’Allonnes, capable aussi de graves quasi lugubres pour l’Albatros de Chausson (d’aprĂšs Baudelaire).
Le choix des piĂšces souligne aussi ce goĂ»t trĂšs sĂ»r des textes, souvent des raretĂ©s intenses et dramatiques -(tristement tragiques : Les Alcyons de Massenet), ou pittoresques attendries (« Pastorale des cochons roses » de Chabrier). La prosodie naturelle et souple s’accorde idĂ©alement au gĂ©nie mĂ©lodique de Reynaldo Hahn (« Le rossignol des lilas »), et l’on rend justice au talent dĂ©fricheur des deux interprĂštes de nous dĂ©voiler la magie du fugace et du vivace telle qu’elle s’exprime dans l’évocation du chat de Mel Bonis (« Le chat sur le toit »). Tout cela est bien dit, Ă©voquĂ©, suggĂ©rĂ© : sens du mot, complicitĂ© piano / voix
 le cocktail et l’art des enchaĂźnements (Du Papillon de Grieg, pour piano seul, au « Papillon et la fleur » de FaurĂ©/Hugo) captivent de bout en bout. Chapeau bas : le programme ainsi conçu est Ă  la fois divers, puissant, original.

 

 

 

 

—————————————

 

 

CLIC_macaron_2014CD, annonce. BESTIAIRE. StĂ©phanie Humeau, piano / Sabine Revault d’Allonnes (soprano). MĂ©lodies françaises, piĂšces pour piano : de Chopin, Chausson, Bizet et Chabrier
 Ă  Poulenc et Ravel – 1 cd ARTIE’S records — enregistrement rĂ©alisĂ© en juillet 2017 (Bourg la Reine) – DurĂ©e : 1h01. CLIC de CLASSIQUENEWS d’avril 2018. Parution : le 9 avril 2018.

 

 

 

 

CONCERT
Concert de sortie du cd BESTIAIRE, mardi 24 avril 2018, 19h30, Mairie du 3ùme ardt, suivi d’un cocktail — 2 rue Eugùne Spuller, 75003 Paris — informations : 06 84 22 23 38
sabine_revault@hotmail.com / shumeau@gmail.com

 

 

 

 

APPROFONDIR

 

 

Facebook
https://www.facebook.com/BestaireMusical/

Artie’s records
https://www.arties-group.com/discographie

 la page dĂ©diĂ©e du site de SABINE REVAULT D’ALLONNES
http://sabinerevaultdallonnes.com/bestiaire

Qobuz
https://www.qobuz.com/lu-fr/album/bestiaire-sabine-revault-dallonnes-and-stephanie-humeau/trip89t0455kc

Fnac
https://musique.fnac.com/a11560205/Frederic-Chopin-Bestiaire-CD-album

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2018-03-30 Ă  19.09.19

 

 

LIVRE, événement, critique: Jacques Offenbach : Voyage en Amérique (Le Castor Astral)

offenbach voyage en amerique livre annonce critique livre par classiquenewsLIVRE, Ă©vĂ©nement. Jacques Offenbach : Voyage en AmĂ©rique (Le Castor Astral). Dans sa collection « Les Inattendus », L’Ă©diteur inspirĂ©, Le Castor Astral surprend trĂšs favorablement en publiant un texte que l’on connaissait par bribes ou par fragments contextualisĂ©s ; ici, place au texte intĂ©gral, soit une narration qui renforce l’acuitĂ© de l’observateur Offenbach, dont le monocle acĂ©rĂ© dĂ©voile durant l’annĂ©e 1876, un esprit affĂ»tĂ©, prĂȘt Ă  croquer les faits et gestes de ses contemporains, habile Ă  repĂ©rer rĂ©pliques, formules, mouvements et figures reprĂ©sentatifs de la « bonne » sociĂ©tĂ© dont il est un tĂ©moin mordant, critique, explorateur. Le texte est d’autant plus rĂ©vĂ©lateur qu’il s’inscrit dans la derniĂšre partie de la vie du compositeur : celui qui a fait danser le Second Empire dans les annĂ©es 1850 / 1860, a donc livrĂ© ses meilleures comĂ©dies bouffes (le sommet en serait La Grande Duchesse de Gerolstein, de 1867), et aprĂšs Sedan et la chute de l’Empire français, songe Ă  se faire oublier. Peu voyageur et guĂšre mobile, Offenbach rĂ©pond cependant Ă  l’invitation de deux imprĂ©sarios de New York qui lui offrent une pension de 1000 dollars par soirĂ©e s’il accepte l’idĂ©e d’une tournĂ©e en AmĂ©rique du nord, soit 30 concerts en 2 mois pendant l’exercice 1876. Or le fondateur des Bouffes-Parisiens (1855), doit se refaire : il a beaucoup perdu avec l’invention d’un nouveau genre, successeur de l’opĂ©ra bouffe, « l’opĂ©ra bouffe fĂ©erie » (Le voyage dans la lune) car la sauce ne prend pas au prĂšs d’un public de plus en plus volage, inconstant, oublieux ; aprĂšs 1870, Offenbach reste considĂ©rablement endettĂ©.

Le journal de ce voyage-tournĂ©e indique le tempĂ©rament analyste d’un Offenbach qui s’il a transmis une bonne part de sa crĂ©ativitĂ© lyrique, n’en a pas pour autant Ă©puisĂ© sa verve ni son sens de la facĂ©tie critique. Plus d’une fois dans ce pĂ©riple, le compositeur se montre narrateur espiĂšgle et amusĂ© par ce qu’il observe : autant de situations et de pittoresque qui renvoient Ă  sa propre crĂ©ation sur les planches. Le voyageur se plaĂźt Ă  dĂ©velopper et affiner de page en page, d’épisode en situation, la finesse de sa curiositĂ© aventureuse. Les compositeurs Ă©crivains aux cĂŽtĂ©s de Berlioz ou de Debussy sont suffisamment rares pour  ĂȘtre signalĂ©s et amplement apprĂ©ciĂ©s : reportez vous donc Ă  la propre prose d’un Offenbach enfin rĂ©vĂ©lĂ©. L’écrivain croque le monde amĂ©ricain avec l’appĂ©tit et la drĂŽlerie que le compositeur aime Ă  intĂ©grer dans sa forge opĂ©ratique. Humour et gĂ©nĂ©rositĂ©.

————————

CLIC D'OR macaron 200LIVRE, Ă©vĂ©nement. Jacques Offenbach : VOYAGE EN AMERIQUE, (1876) – PrĂ©face de Pierre BrĂ©vignon – titre originel : « Notes d’un musicien voyageur » / Editions La Castor Astral / Collection : « les Inattendus » (avril 2018) —
EAN13 – 9791027801589 / ISBN : 979-1-02-780158-9
Éditeur : Le Castor Astral / Date de publication : 05/04/2018
Collection « LES INATTENDUS »
304 Nombre de pages – Dimensions : 19 x 12 x 1 cm – Poids : 215 g

PARIS, Nouveau Parsifal Ă  Bastille

parsifal opera bastille richard jones par classiquenews annonce prĂ©sentation opĂ©raPARIS, Bastille. Nouveau Parsifal de Wagner, 27 avril – 23 mai 2018. On se souvient de productions parsifaliennes mĂ©morables vues Ă©coutĂ©es Ă  l’OpĂ©ra Bastille : celle signĂ©e Herbert Wernicke, d’une Ă©pure pictural qui savait citer en une succession de tableaux oniriques et abstraits, le monde flamand de Memling ; celle plus thĂ©Ăątrale et Ă©corchĂ©e de Warlikowski
 le nouveau spectacle que nous promet l’OpĂ©ra national de Paris prĂ©sente quelques arguments sĂ©rieux : l’Amfortas solide du baryton Peter Mattei (hier excellent OnĂ©guine et Don Giovanni) ; comme le Gurnemanz de GĂŒnther Groissböck. Les autres chanteurs seront des dĂ©couvertes, – grandes ou petites : Evgeny Nikitin en Klingsor (le baryton avait eu Ă  s’expliquer pour ses tatouages dont certains nazis
), comme Andreas Schager dans le rĂŽle central clĂ© du Sauveur : Parsifal
 Reste la Kundry d’Anja Kampe : une interogation qui devrait ĂȘtre levĂ©e lors des reprĂ©sentations.
JONES richard director opera de paris parsifal covent garden ring 1994 presentation classiquenewsLa direction musicale devrait elle affirmer les affinitĂ©s wagnĂ©riennes – extatiques, suspendues et instrumentalement flamboyantes
 du directeur des lieux : Philippe Jordan ; cependant que la mise en scĂšne demeure une inconnue de poids, conçue par le britannique Richard Jones, bien peu documentĂ© Ă  l’OpĂ©ra de Paris
 auquel on doit un Ring rĂ©compensĂ© au Royal Opera Covent Garden Londres (1994) et aussi une mise en scĂšne des MaĂźtres-chanteurs de Nuremberg
 (pour laquelle il a dĂ©crochĂ© un Olivier Awards). L’homme de thĂ©Ăątre, musicien de jazz Ă  ses dĂ©buts, n’en est donc pas Ă  son premier Wagner. Mais ce Parsifal parisien sera sa premiĂšre lecture du dernier ouvrage de Wagner


DESTINS CROISES : dans Parsifal, dernier opĂ©ra de Wagner, le spectateur suit la lente transformation de deux protagonistes clĂ©s du dĂ©but Ă  la fin de l’Ɠuvre. Le souffle et la profondeur expressive et spirituelle en sont assurĂ©s par l’écriture orchestrale l’une des plus spectaculaires qui soient en 1882. La notion de l’espace-temps se rĂ©alise ici Ă  travers la seule activitĂ© des instruments. Les PrĂ©ludes dilatent et raccourcissent le temps rĂ©el, pour un cortex psychologique et Ă©motionnel d’une force absolue. Dans ce vaste labyrinthe, la musique et le chant sont les piliers et rouages d’une vaste machinerie qui emporte le spectateur
 et les personnages vers leur destin.
Le Roi Amfortas meurent et agonise en faux prophĂšte qui a pĂȘchĂ© ; Parsifal devient ce hĂ©ros que personne n’attendait, porteur du seul sentiment qui vaut humanitĂ©, l’amour (au sens de compassion) ; enfin la pĂȘcheresse, d’une dĂ©votion animale absolu pour le diable Klingsor, se transforme peu Ă  peu au contact de Parsifal (qu’elle voulait outrageusement sĂ©duire), en pĂ©nitente embrasĂ©e, rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©e et fraternelle dĂ©sormais, prĂȘte Ă  aimer pour sauver l’autre, et ne plus le perdre. Rare les opĂ©ras, capables d’une telle opĂ©ration psychologique, que le spectateur suit et accompagne avec une telle poĂ©sie, recevant lui aussi un peu de ce miracle moral qui s’accomplit sous ses yeux. Le pouvoir corrompu, le miracle de la rĂ©surrection, l’amour fraternel
 Wagner nous dit tout pour que rĂ©ussisse enfin l’avĂšnement d’une nouvelle sociĂ©tĂ© digne de ce nom. Une mĂȘme espĂ©rance s’affirme encore Ă  la fin de sa TĂ©tralogie, L’anneau du Nibelung, quand aprĂšs la mort du hĂ©ros trop naĂŻf, Siegfried, BrĂŒnnehilde, la Walkyrie devenue mortelle, se sacrifie pour l’avenir d’une humanitĂ© radieuse


 

___________

WAGNER : Parsifal
BĂŒhnenweihfestspiel en trois actes
Paris, Opéra Bastilleboutonreservation
Du 27 avril au 23 mai 2018
8 représentations
Les 27 et 30 avril 2018
Les 5, 10, 13, 16, 20, 23 mai 2018

 

___________

RĂ©servations et informations
https://www.operadeparis.fr/saison-17-18/opera/parsifal

5h10 (dont 2 entractes de 20 mn chacun)
Spectacle retransmis sur France Musique le 27 mai 2018 Ă  20h.

 

 

___________

LUXEUIL (VOSGES).ORFEO par Les Timbres

xl_orfeo1LUXEUIL (VOSGES). Le 29 avril 2018, 18h. Les Timbres jouent OrphĂ©e. En prĂ©ambule Ă  l’opĂ©ra de Monteverdi qui ouvre la 25 Ăš Ă©dition du festival Musique et mĂ©moire (13 juillet 2018), le collectif associĂ© au Festival des Vosges du sud, propose une immersion inĂ©dite dans l’histoire du poĂšte de Thrace, avec le concours des Ă©lĂšves des Ă©coles de musique. C’est un spectacle inĂ©dit qui allie partage et transmission, tout en permettant aux instrumentistes de travailler et rĂ©pĂ©ter pour le spectacle de cet Ă©té 

 

 

MISE AU POINT
Le propre des festivals visionnaires, c’est leur capacitĂ© Ă  s’inscrire durablement dans leur territoire, Ă  innover des formes inĂ©dites de concerts, aller chercher et surprendre les publics isolĂ©s, 
 fĂ©dĂ©rer et susciter les curiositĂ©s, crĂ©er ce lien avec les spectateurs locaux
 rien de plus artificiel qu’un festival parachutĂ© dans un lieu mĂ©connu, certes enchanteur (et encore), « envahi » par quelques happy few parisiens ou mĂ©tropolitains, venus s’encanailler dans le « terroir » et le joli bocage, l’espace d’un week end
 NON ! le vĂ©ritable travail en profondeur et pĂ©renne, – osons dire « écologique & responsable », est celui qui respecte surtout les singularitĂ©s du lieu et des habitants. DĂ©velopper un festival c’est donc inventer des Ă©vĂ©nements hors de l’étĂ©, pendant l’annĂ©e, oĂč public local, de tout profil, artistes, se retrouvent et partagent autour d’un programme qui enrichit chacun, tisse des liens vitaux, cultive le goĂ»t de l’ouverture, de la rencontre, de l’expĂ©rience artistique, nourrit de façon critique la rĂ©alitĂ© d’une culture locale.

 

 

musique-et-memoire-2018-vignette-carre-classiquenews-coup-de-coeur-festival-evenementC’est tout cela que porte chaque annĂ©e, Fabrice Creux, directeur et fondateur du Festival laboratoire MUSIQUE ET MEMOIRE dans les VOSGES DU SUD (cette annĂ©e, Ă©dition des 25 ans, du 29 juillet 2018 : lire ici toute la – fabuleuse- programmation).
http://www.classiquenews.com/festival-musique-memoire-2018-les-25-ans/

Les Timbres rĂ©enchantent Prosperpine de LullyPour PĂąques, un nouveau spectacle s’annonce prometteur d’ici lĂ . AprĂšs Les TĂ©nĂšbres enivrantes et mystiques de Lambert, – emblĂšme de la ferveur du Grand SiĂšcle (XVIIĂš), le festival et Fabrice Creux explorent davantage de nouvelles formes de concert, sur un sujet qui est un pilier de la musique baroque et de l’opĂ©ra : OrphĂ©e / Orfeo. Mythe fondateur du chant, de la musique
 L’exploration se rĂ©alisera grĂące Ă  la complicitĂ© entretenue et dĂ©veloppĂ©e avec l’ensemble associĂ© Les TIMBRES, collectif dont la collĂ©gialitĂ© complice enchante, Ă  l’esprit dĂ©fricheur / audacieux, bien en lien avec la ligne du Festival vosgeois. D’ailleurs, du sacrĂ© au profane, les spectateurs cet Ă©tĂ© retrouveront Ă  Musique et MĂ©moire ce mĂȘme diptyque enchanteur, grĂące Ă  2 temps forts distinguĂ©s par la RĂ©daction de classiquenews : l’Orfeo de Monteverdi en ouverture puis la Messe en si de JS BACH
 (rien de moins).

Au jeu de la dĂ©couverte et du partage, les instrumentistes ajoutent aussi les vertus de la mĂ©ditation artistique et de la transmission, car il s’agit aussi de sensibiliser de nouveaux publics et de transmettre ce goĂ»t de la recherche et du plaisir musical. DĂ©couvrir et surprendre. Rien de plus fascinant que la figure d’OrphĂ©e, poĂšte (de Thrace, une rĂ©gion de la GrĂące antique), surtout chanteur, qui aprĂšs la mort de son aimĂ©e, la belle Eurydice, entend la sauver des Enfers, et par sa lyre et son chant envoĂ»tants, inflĂ©chir le dieu infernal Pluton. En rĂ©alitĂ©, c’est l’épouse de ce dernier, Proserpine, qui compatit Ă  la douleur du mari endeuillĂ© et accompagne OrphĂ©e dans sa reconquĂȘte


 

 

orphee-corot-monteverdi-orfeo-classiquenews-582

Le mythe raconte le voyage de celui qui a traversĂ© les mondes souterrains, mais avant, a embarquĂ© avec Caron, pour passer le fleuve infernal Styx, puis chanter, Ă©mouvoir, convaincre
 De fait, par son chant incarnĂ©, sa douleur sublimĂ©e, OrphĂ©e est bien le pĂšre de tous les chanteurs et de tous les artistes qui expriment les peines et les tourments de l’ñme tragique, amoureuse, dĂ©sirante
 Si Don Giovanni de Mozart est l’opĂ©ra des opĂ©ras, Orfeo de Monteverdi (1607) est le premier opĂ©ra de l’histoire musicale, certes encore Ă©clectique dans sa forme mi Renaisance (choeur madrigalesques des bergers associĂ©s Ă  la Pastorale) et prĂ©mices baroques (monodie accompagnĂ©e; aria, arioso, lamento,
), mais d’une premiĂšre cohĂ©rence et d’une unitĂ© incontestable dans son plan poĂ©tique (ce malgrĂ© les deux fins possibles : apothĂ©ose d’Orfeo aux cĂŽtĂ©s d’Apollon / ou mort d’OrfĂ©o malheureux, dĂ©chiquetĂ© par les bacchantes).

AuprĂšs des Ă©coles de musiques et avec le concours des bibliothĂšques, Les Timbres qui joueront Orfeo en ouverture du Festival Musique et MĂ©moire 2018 (vendredi 13 juillet 2018 Ă  la basilique de Luxeuil-les-Bains), proposent auparavant un nouveau spectacle dĂ©couverte sur la figure du PoĂšte antique. Y sont sensibilisĂ©s et y participeront, plusieurs Ă©lĂšves des Ă©coles intĂ©ressĂ©s par le sujet, dĂ©sireux de faire partie d’un spectacle
 Le spectacle du 29 avril Ă  Luxeuil, marque l’aboutissement d’une sĂ©rie de sessions et ateliers, organisĂ©e avec les enfants et adolescents depuis le 23 avril
 Ă  Lure, Luxeuil-les-Bains, HĂ©ricourt, Champagney, Fontaine-les-Luxeuil


 

 

 

 

 

 

Le mythe d’OrphĂ©eboutonreservation
Dimanche 29 avril 2018, 18 h
Espace Frichet, Luxeuil-les-Bains

INFOS et RESERVATIONS
sur le site du Festival Musique et MĂ©moire
http://www.musetmemoire.com/article.php?id=356

—————————————

 

 

APPROFONDIR

Le Mythe fondateur de la musique et de l’opĂ©ra

PrĂ©sentation du mythe d’OrphĂ©e sur le site de Musique et MĂ©moire :

 

 

 

 

CANOVA-3-ORFEO-e1420620934290

 
Un mythe fondateur et une Ɠuvre maĂźtresse : « Monteverdi se trouve Ă  Milan, et loge chez moi ; [...] Il m’a montrĂ© les vers et fait entendre la musique de la fable que Votre Altesse a fait reprĂ©senter ; tant le poĂšte que le musicien ont si bien dĂ©peint les passions de l’Ăąme qu’il n’est pas possible de faire mieux. La PoĂ©sie est belle dans son invention, encore plus belle dans sa disposition, excellente dans l’Ă©locution ; mais on ne pouvait s’attendre Ă  moins d’un bel esprit comme M. Striggio. Quant Ă  la Musique, tout en respectant ses convenances, elle sert si bien la PoĂ©sie, qu’on ne pourrait en attendre de meilleure. » (22 aoĂ»t 1607, lettre de Cherubino Ferrari, Milan, au Duc Vincenzo Gonzaga, Mantoue)

 

 

FABLE EN MUSIQUE : L’Orfeo de Monteverdi est une « Favola in musica » (fable en musique) en un prologue et cinq actes. Le livret, d’Alessandro Striggio, s’appuie sur le mythe d’OrphĂ©e tel qu’il est racontĂ© dans les MĂ©tamorphoses d’Ovide et sur des passages des Georgiques de Virgile. L’Ɠuvre est crĂ©Ă©e au Palais Ducal de Mantoue le 24 fĂ©vrier 1607.
La Fable de Monteverdi connut un succĂšs retentissant Ă  sa crĂ©ation. La partition est imprimĂ©e en 1609 et rĂ©Ă©ditĂ©e en 1615 par Monteverdi lui-mĂȘme Ă  Venise, ce qui est exceptionnel.
AprĂšs deux siĂšcles de repos, la premiĂšre reprĂ©sentation moderne fut donnĂ©e en 1904 dans une adaptation abrĂ©gĂ©e de Vincent d’Indy Ă  la Schola Cantorum de Paris ! Drame lyrique, L’Orfeo est considĂ©rĂ© comme l’un des premiers opĂ©ras de l’histoire de la musique (le premier serait Dafne de Jacopo Peri), Ă  la frontiĂšre du madrigal, dont il est en quelque sorte un dĂ©veloppement, mis en scĂšne. NDLR Classiquenews : Monteverdi a pu concevoir et produire ce premier ouvrage lyrique en en affinant peu Ă  peu la forme dramatique grĂące Ă  l’écriture de ses 8 Livres de madrigaux, dont les jalons permettent l’élaboration progressive de la forme opĂ©ratique qui en est l’aboutissement.

Illustrations : OrphĂ©e et Eurydice dans un paysage (Corot) – OrphĂ©e par le sculpteur Canovas (DR)

 

 

 

 

AVIGNON, récital de Justin Taylor, prince du clavecin

Taylor justin clavecin baroque portrait annonce concerts saison programmes prĂ©sentation par classiquenewsAVIGNON, Dim 15 avril 2018 : Justin Taylor, clavecin. La Chapelle de l’Oratoire accueille un jeune interprĂšte douĂ© au clavecin d’une sensibilitĂ© filigranĂ©e, intĂ©rieure, habitĂ©e; une conception avant tout Ă©motionnelle qui s’affranchit du tremplin Ă  performances chez certains de ses confrĂšres
 y compris les plus reconnus aujourd’hui. Sans avoir la profondeur naturelle et l’élĂ©gance millimĂ©trĂ©e d’un Julien Wolfs, ni la posture romantique de l’ébouriffĂ© Jean Rondeau, Justin Taylor fait partie de la nouvelle colonie des jeunes clavecinistes parmi les plus douĂ©s de sa gĂ©nĂ©ration. Mais ici le talent ne signifie par unique dĂ©monstration d’une virtuositĂ© qui si elle n’est pas investie d’un surcroĂźt d’ñme, peut sonner
 creuse et limitĂ©e. A 26 ans, le claviĂ©riste marque les esprits Ă  chaque nouveau programme. Lui qui est venu du piano, maĂźtrise incontestablement la langue du clavecin qu’il a apprise auprĂšs de sa professeur François Marmin, – cordes pincĂ©es donc plutĂŽt que frappĂ©es. Amateur de ce Ă©clat si fin quand le bec en tige de plume pince la corde vibratile, Julien Taylor a dĂ©butĂ© sa carriĂšre discographique par un album Forqueray, puis Mozart, ce programme soliste en Avignon, permet de retrouver le claveciniste en terres familiĂšres, Ă  la fois virtuoses et intĂ©rieures : Bach et Rameau, Sweelinck et Domenico Scarlatti


Le spectateur auditeur avignonais sera tout autant sĂ©duit, saisi par le fandango andalou, lascif, licencieux de Soler, jouĂ© en conclusion du programme (avec quel chien et tempĂ©rament faisant surgir dans l’imaginaire d’un jeu foisonnant, nuancĂ© : castagnettes, guitare, frappes des talons chaloupĂ©s.
). Auparavant, c’est l’énergie audacieuse et l’essence expĂ©rimentale de l’écriture de Scarlatti qui s’affirme en un jeu libre comme improvisĂ©. MĂȘme profondeur raffinĂ©e pour un Sweelinck qui a su revivifier l’esprit des danses Renaissance dont il s’inspire. Ce que savait avant Taylor exprimer Gustav Leonhardt.

 

 

 

——————————-

 

 

 

 

 

Dimanche 15 avril 2018, 17hboutonreservation
AVIGNON, Chapelle de l’Oratoire
Dans le cadre de la saison Musique baroque en Avignon

Récital de Justin TAYLOR, claveciniste
Elu «Révélation» aux victoires de la musique 2017

RESERVEZ VOTRE PLACE
https://www.musiquebaroqueenavignon.com

 

 

 

 

 

 

 

Programme « Chromatismes » :

Bach : Toccata en mi mineur
Rameau : Suite en la mineur (nouvelles suites de piĂšces de clavecin)
Bach : fantaisie chromatique
Rameau : Suite en sol mineur (nouvelles suites de piĂšces de clavecin)
Sweelinck : Fantasia chromatica
Scarlati : Sonate
Soler : Fandango

RĂ©servation Ă  la billetterie de l’OpĂ©ra Grand Avignon :

Espace Vaucluse Place de l’Horloge Avignon
au téléphone  04 90 14 26 40 ,
télécopie 04 90 14 26 43 ou
www.operagrandavignon.fr
En co-rĂ©alisation avec l’OpĂ©ra Grand Avignon

 

 

 

 

 

 

LIRE aussi notre critique du concert de JUSTIN TAYLOR (Dijon, Fandango, le 19 janv 18)
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-critique-recital-dijon-le-19-janv-2018-fandango-par-justin-taylor-clavecin/

 

 

 

TOURS, Nouvelle production d’A Midsummer Night’s Dream de Britten

benjamin_britten_vieuxTOURS, OpĂ©ra. Les 13, 15 et 17 avril 2018. BRITTEN : Songe d’une nuit d’étĂ© (A Midsummer Night’s Dream) plonge au cƓur de l’illusion amoureuse en labyrinthe des coeurs qui Ă©prouvent chaque protagonistes qu’il soit souverain, comĂ©dien, homme ou fĂ©e, voire « rustre » (rustics)
 Entre fable et drame tragique, lĂ©gende onirique et action thĂ©Ăątrale, Benjamin Britten (1913-1976) a conçu une suite musicale Ă  la piĂšce de Shakespeare (crĂ©Ă©e dans les annĂ©es 1590) d’une toute autre inspiration que celle de son prĂ©dĂ©cesseur sur le mĂȘme sujet, Mendelssohn (dont il chantait adolescent la partie d’alto). La comĂ©die amoureuse cible la gravitĂ© de l’amour manipulateur, son oeuvre illusoire ; il ne rend pas heureux, il dĂ©sespĂšre les Ăąmes Ă©prouvĂ©es, trompĂ©es, Ă©garĂ©es. Comme The Rape of Lucrezia (Le Viol de LucrĂšce), Britten approfondit encore sa propre conception de l’opĂ©ra de chambre anglais, viscĂ©ralement thĂ©Ăątral, mais d’une fausse lĂ©gĂšretĂ© dans sa rĂ©alisation : Midsummer a Ă©tĂ© conçu pour le festival d’Aldeburgh, fondĂ© 10 ans auparavant par Britten (1948).

Un opéra anglais, néo baroque (Purcellien)
sur les enchantements de l’amour

BrittenEn 7 mois, le compositeur adapte le livret avec son compagnon (passant de 5 Ă  3 actes), le tĂ©nor Peter Pears ; puis met en musique la trame ainsi rĂ©Ă©crite en octobre 1959. Au printemps 1960, tout est en place pour la crĂ©ation le 11 juin suivant, le nouvel opĂ©ra inaugure la nouvelle salle du festival le Jubilee Hall. L’accueil est mitigĂ©, car la lyre de Britten s’est comme conceptualisĂ©e, sur un mode allĂ©gorique, d’aprĂšs la passion et l’illusion shakespearienne. Sans sujet rĂ©aliste ou historique, par le seul biais du rĂȘve et d’un conte fĂ©erique, Britten aborde un thĂšme qui lui est cher : l’innocence fragilisĂ©e; en l’occurrence celle des elfes ; Ă  la facĂ©tie des fĂ©es et des elfes, d’une insouciance magicienne, Britten oppose le monde des hommes, ici une troupe de comĂ©diens (les mortels impuissants face Ă  l’amour) jouĂ©e par les « rustics » Ă  l’occasion du mariage de ThĂ©sĂ©e et d’Hyppolyte qui rĂ©pĂštent une piĂšce sur la passion amoureuse (Pyrame et ThisbĂ©). Effet de mise en abĂźme, – thĂ©Ăątre dans le thĂ©Ăątre : mais c’est bien les crĂ©atures fĂ©eriques, ObĂ©ron et son fidĂšle Puck, qui grĂące Ă  un sortilĂšge, manipulent et enchantent tous ceux qu’ils veulent soumettre et envoĂ»ter. Dont la Reine Titania tombĂ©e amoureuse de l’ñne Bottom (Acte II)
 Sur les traces de Shakespeare, Britten rĂ©alise aussi un fabuleux thĂ©Ăątre entre la nuit et le songe, le monde du rĂȘve et celui de la rĂ©alitĂ© cynique et violente. Barbarie crasse des hommes, agilitĂ© ensorcelante et insouciante des elfes
 tout se passe dans les bois Ă  AthĂšnes. La nature ensorcelante et Ă©nigmatique, impĂ©nĂ©trable garde tout ses mystĂšres, de sorte que ses frondaisons et sa shakespeare william portrait 400 ans 2016 classiquenewsforĂȘt de vĂ©nĂ©rables, dessinent comme un labyrinthe enchantĂ©, rituel de passage pour toute Ăąme qui s’y aventure, et donc s’y perd, pour devenir fou ou se reconstruire. C’est selon. Finalement, sortilĂšges et disputes ayant croisĂ© et mĂȘlĂ© les espĂšces et les genres, se dissolvent, avec en fin d’action, un retour Ă  l’ordre et Ă  l’équilibre : les couples vĂ©ritables (de dĂ©part) se reforment, et la piĂšce dont on avait Ă©voquĂ© les rĂ©pĂ©titions par les acteurs perdus dans les bois, peut en effet ĂȘtre reprĂ©sentĂ©. Pour Britten, la rĂ©alitĂ© c’est donc le thĂ©Ăątre. D’ailleurs il fait de l’acte II, la synthĂšse de sa conception trouble et riche, puissante et onirique Ă  la fois de l’opĂ©ra : entre sommeil, violence, magie


BRITTEN, Un SONGE D’UNE NUIT D’ETE,
A Midsummer night’s Dream
Nouvelle production

TOURS, Opéra / Grand Théùtre
Vendredi 13 avril 2018 – 20h
Dimanche 15 avril 2018 – 15h
Mardi 17 avril 2018 – 20h

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.operadetours.fr/a-midsummer-night-s-dream

Grand Théùtre de Tours
34 rue de la Scellerie
37000 Tours

02.47.60.20.20
theatre-billetterie@ville-tours.fr

Opéra en trois actes, Op.64
Livret de Benjamin Britten et Peter Pears d’aprĂšs William Shakespeare
CrĂ©Ă© le 11 juin 1960 au Festival d’Aldeburgh

Nouvelle production
Coproduction OpĂ©ra de Tours et Conseil DĂ©partemental d’Indre-et-Loire
PremiĂšre reprĂ©sentation Ă  l’OpĂ©ra de Tours

Direction musicale : Benjamin Pionnier
Mise en scĂšne : Jacques Vincey
DĂ©cors : Mathieu Lorry-Dupuy
Costumes : CĂ©line Perrigon
LumiĂšres : Marie-Christine Soma

Oberon : Dimitry Egorov
Tytania : Marie-Bénédicte Souquet
Puck : Yuming Hey
Theseus : Thomas Dear
Hippolyta : Delphine Haidan
Hermia : Majdouline Zerari
Helena : Deborah Cachet
Lysander : Peter Kirk
Demetrius : Ronan Nédélec
Bottom : Marc Scoffoni
Quince : Éric Martin-Bonnet
Flute : Carl Ghazarossian
Snout : Raphaël Jardin
Starveling : Yvan Sautejeau*
Snug : Jean-Christophe Picouleau*

5928Au sommet de cette pyramide onirique, rĂšgnent les fĂ©es et le roi ObĂ©ron dont la noblesse innĂ©e s’exprime dans le choix des airs Ă  numĂ©ro, formes fermĂ©es, nobles et savantes, dignitĂ© formelle Ă  laquelle rĂ©pondent les timbres rares des instruments choisis : clavecin, xylophone, glockenspiel 
 sans omettre la voix de haute-contre du personnage d’Oberon, lui-mĂȘme. Une tessiture racĂ©e, royale qui dit un monde supĂ©rieure non par le pouvoir qu’on lui assigne mais grand par sa vertu imaginative et facĂ©tieuse. Face Ă  la sociĂ©tĂ© des magiciens, Britten expose la rusticitĂ© rustre des « rustics » donc, qui s’expriment en rĂ©citatifs libre ponctuĂ©s de percussions brutes dans des registres plutĂŽt graves. A leurs cĂŽtĂ©s, les amants accordent leurs voix enivrĂ©s aux instruments de l’orchestre classique et romantique (cordes et bois) : Lysander, Demetrius, Hermia, Helena, sont moins comĂ©diens que figures de l’amour contrariĂ©, Ă©prouvĂ©, empĂȘchĂ© puis retrouvĂ©. Chacun dans son errance nocturne et sylvestre, incarne le pion d’un Ă©chiquier qui surclasse toutes les piĂšces (quatuor du II)
Celui qui se distingue par sa malice divine, sa fluiditĂ© spirituelle et habile, le maĂźtre des illusions qui permet au Roi des elfes de rĂ©gner sans partage, c’est son double comique, Puck. RĂŽle parlĂ©, il passe d’un monde Ă  l’autre, sait s’en faire comprendre, associĂ© Ă  un duo sonore trĂšs caractĂ©risĂ© (caisse claire et trompette).

Outre une caractĂ©risation instrumentale de chaque personnage raffinĂ©e Ă  l’extrĂȘme, Britten cite souvent celui qui est son modĂšle pour l’opĂ©ra, Purcell.

Obéron, Titania et Puck avec des fées
par le peintre William Blake, vers 1786 (DR)

SYNOPSIS

Acte I
Dans un bois prĂšs d’AthĂšnes, Puck, interrompt le chant des fĂ©es : il annonce l’arrivĂ©e d’ObĂ©ron et de Titania, qui se disputent : en effet ObĂ©ron souhaite prendre Ă  son service un jeune indien dont Titania a fait son page, mais elle le lui refuse. Leur querelle Ă©branle l’harmonie qui rĂ©gnait jusque lĂ . Oberon dĂ©voile son arme d’e soumission massive ; il missionne Puck d’utiliser une herbe magique dont le suc, versĂ© sur les paupiĂšres d’une personne endormie, la rendra amoureuse de la premiĂšre crĂ©ature qu’il verra.

Les amants : les fiancĂ©s Lysandre et Hermia fuient AthĂšnes et trouvent refuge dans les bois : Hermia refuse d’épouser DĂ©mĂ©trius, imposĂ© par son pĂšre. DĂ©mĂ©trius les poursuit, suivi par HĂ©lĂšne qui est amoureuse de lui (et qu’il Ă©carte toujours).
Puck a trouvĂ© la fleur magique ; obĂ©issant au vƓu d’ObĂ©ron; il versera le suc sur les yeux de Titania et d’un « jeune dĂ©daigneux » (DĂ©mĂ©trius) que Puck identifie Ă  son costume d’AthĂ©nien.
CHASSÉ-CROISÉ
 De leurs cĂŽtĂ©s, les acteurs prĂ©parent les rĂ©pĂ©titions de la piĂšce Pyrame et ThisbĂ© pour cĂ©lĂ©brer le mariage de ThĂ©sĂ©e : Bottom jouera Pyrame. Les fuyards Lysandre et Hermia se reposent dans les bois. Puck prend Lysandre endormi pour DĂ©mĂ©trius : il verse le suc sur ses yeux. HĂ©lĂšne qui s’approche de Lysandre, le rĂ©veille ; il tombe aussitĂŽt amoureux d’elle. Elle s’enfuit, poursuivie par Lysandre. Hermia s’Ă©veille Ă  son tour et recherche Lysandre qui a disparu.

De son cĂŽtĂ©, profitant du coucher et de l’endormissement de la Reine des fĂ©es Titania, Oberon verse lui-mĂȘme le suc fatidique sur les yeux de la jeune femme : la souveraine rivale et ennemie se rĂ©veillera quand un « vil s’approchera ».

—————————

Acte II

OBERON TITANIA BOTTOM opera de Britten par classiquenews midsummer night dreamAprĂšs un prĂ©lude qui plonge dans le mystĂšre de la nuit et du rĂȘve de la forĂȘt, les comĂ©diens rĂ©pĂštent leur piĂšce. Puck surgit et affuble sans qu’il ne s’en aperçoive, une tĂȘte d’ñne Ă  Bottom, – toujours satisfait de lui-mĂȘme : Titania qui se rĂ©veille le voit et tombe amoureuse de lui. La reine ordonne Ă  ses servantes fĂ©es de servir son nouveau favori : les deux s’endorment sereinement (Fussli a peint leur Ă©treinte : l’élan de la reine, l’ivresse de l’ñne Bottom qui ne sait pas bien ce qu’il lui arrive).

ObĂ©ron qui s’aperçoit que Puck s’est trompĂ©, verse le suc magique sur les yeux de DĂ©mĂ©trius endormi. Paraissent Lysandre et HĂ©lĂšne : rĂ©veillĂ©, DĂ©mĂ©trius voit HĂ©lĂ©na et en tombe Ă  nouveau amoureux. S’en suit une violente dispute entre les amants : Oberon et Puck ont semĂ© le vent du dĂ©sordre amoureux. Puck reverse le suc sur les yeux de Lysandre.

—————————

Acte III
AnimĂ© par la culpabilitĂ© face au chaos qu’il a suscitĂ©, ObĂ©ron dĂ©cide de libĂ©rer Titania du sortilĂšge : elle Ă©carte immĂ©diatement l’ñne de sa vue, horrifiĂ©e : ObĂ©ron la console et les souverains se rĂ©concilient. Idem pour les amants qui rient en se racontant leurs rĂȘves respectifs, cependant que Bottom, ayant recouvrĂ© sa vrai tĂȘte, rejoint ses partenaires comĂ©diens.
Le duc annonce ses noces avec Hippolyte : les quatre amants confessent leur faute et seront mariĂ©s dans le mĂȘme temps. Puis aprĂšs le souper, les comĂ©diens jouent la tragĂ©die de Pyrame et ThisbĂ©. ComblĂ© le duc refuse l’idĂ©e d’un Ă©pilogue. Les fĂ©es concluent l’opĂ©ra, cĂ©lĂ©brant la paix revenue.

CONCOURS de Bel Canto VINCENZO BELLINI : prochaines auditions FRANCE le 9 juin 2018

vincenzo-bellini-1CONCOURS de Bel Canto VINCENZO BELLINI : prochaines auditions / SĂ©lection FRANCE. Dans la perspective de sa nouvelle Ă©dition 2018 (8Ăš Ă©dition), les 16 et 17 novembre prochains Ă  VendĂŽme (41), – Ă  40 mn de Paris en tgv-, le CONCOURS BELLINI, seul concours distinguant les meilleurs talents bel cantistes au monde, organise ses prochaines auditions afin de sĂ©lectionner les candidats FRANCE : attention, changement de date. A prĂ©sent, le 9 juin au lieu du 2 juin initialement annoncĂ©.

« En raison d’une importante grĂšve nationale des transports prĂ©vue en  France  Ă  partir du  2 avril, menaçant probablement la date du 2 juin, les auditions de sĂ©lection des candidats France du concours BELLINI 2018 est reportĂ©e au 9 juin prochain » a prĂ©cisĂ© le bureau du Concours dans un communiquĂ© datĂ© du 29 mars 2018.
 

 

 

bellini-concours-competition-presentation-announce-annonce-par-classiquenews

 

 

 

Auditions

sélection des candidats France

CONCOURS BELLINI 2018 (8Ăšme Ă©dition)
samedi 9 juin 2018

Inscriptions ouvertes jusqu’au 20 mai 2018, 20h (heure de Paris),
et dans la limite des places disponibles : chaque candidature est enregistrĂ©e par ordre d’arrivĂ©e. RĂ©ception des candidatures par email :  musicarte-org@live.fr

 

 

 

 

CONDITIONS :
- auditions rĂ©servĂ©es aux chanteurs professionnels – Toutes tessitures acceptĂ©es
- répertoire belcantiste uniquement (compositeurs préverdiens : Rossini, Bellini, Donizetti
)
- 1 air de Mozart (de préférence en italien) accepté si besoin pour la sélection
- LIMITE D’AGE : 35 ans pour les femmes / 38 ans pour les hommes
Dossier d’inscription envoyĂ© sur demande par email / joindre un CV

 

 

 

Infos supplémentaires :
www.CONCOURS de Bel Canto VINCENZO BELLINI

contact : musicarte-org@live.fr
TĂ©l: +33 (0)6 09 58 85 97

 

 

 

——————————

 

 

 

 

CONCOURS INTERNATIONAL DE BEL CANTO VINCENZO BELLINI

InitiĂ© en France en 2009 par le chef d’orchestre Marco Guidarini et Youra Simonetti, le CONCOURS BELLINI est devenu dĂšs sa crĂ©ation la compĂ©tition d’excellence capable de discerner et rĂ©compenser les meilleurs chanteurs aptes Ă  maĂźtriser l’art du bel canto (italien romantique), celui liĂ© Ă  l’interprĂ©tation de Rossini, Bellini, Donizetti.
Les lauréats du Concours Bellini sont entre autres, les sopranos Pretty Yende, Anna Kassian, le ténor coréen Song Sung Min (2015)

http://www.classiquenews.com/concours-international-de-bel-canto-vincenzo-bellini-2015-palmares-le-coreen-song-sung-min-grand-vainqueur/

 

 

 

 

VOIR notre grand reportage dédié au CONCOURS BELLINI (éditions 2012, 2014)
http://www.classiquenews.com/reportage-video-concours-international-vincenzo-bellini-2014/

 

 

 

 

Le Concours organise chaque Ă©tĂ© Ă  VendĂŽme, une AcadĂ©mie lyrique. VOIR notre reportage vidĂ©o l’AcadĂ©mie BELLINI
http://www.classiquenews.com/video-opera-belcanto-stage-de-chant-lyrique-par-la-vincenzo-bellini-belcanto-academie/

 

 

 

 

Le Concours est partenaire du festival à GSTAAD (Suisse) : New Year Music Festival. Lire notre compte rendu du concert à Gstaad, en janvier 2018 / avec le ténor argentin : Santiago Martinez
http://www.classiquenews.com/gstaad-suisse-new-year-music-festival-2018-saanen-theatre-le-7-janvier-2018-recital-lyrique-de-lacademie-concours-bellini/

 

 

 

 

VOIR aussi ANNA KASSIAN chante ImogĂšne de l’opĂ©ra Il Pirata de Bellini en remporte le Premier Prix du Concours Bellini 2013
http://www.classiquenews.com/video-anna-kassian-chante-imogene-du-pirate-de-bellini-grand-prix-du-concours-bellini-2013/

 

 

 

 

LIMOUSIN. Festival 1001 NOTES 2018

festival-1001-notes-juilet-2018-hendricks-jaroussky-zygel-presentation-annonce-festival-evenement-concerts-par-classiquenewsLIMOUSIN. Festival 1001 Notes 2018 : 18 juillet – 9 aoĂ»t 2018. En 3 semaines d’évĂ©nements musicaux et artistiques, le premier festival classique en Limousin se dĂ©place et rayonne sur le territoire en mettant en avant « Excellence, crĂ©ation, dĂ©couverte et originalité », comme maĂźtres mots inspirant. 1001 notes au diapason de son titre, est un festival Ă©clectique, qui assume la diversitĂ© polymorphe de son offre musicale, qu’il s’agisse des genres et des formes (musique traditionnelle, grand rĂ©pertoire, blues
), des Ă©poques et des styles (du mĂ©diĂ©val au contemporain), des personnalitĂ©s et tempĂ©raments invitĂ©s : Barbara Hendricks, Philippe Jaroussky, Jean-François Zygel, Rosemary Standley
 Au total 11 soirĂ©es et programmes bĂątis autour de personnalitĂ©s fortes, Ă©lectrisantes, dans des crĂ©ations souvent audacieuses qui repoussent les lignes, pour que le concert soit surtout une expĂ©rience sensorielle, spirituelle, mĂ©morable. RESERVEZ dĂšs Ă  prĂ©sent vos places ici

 

 

 

 

Quelques temps forts de l’édition 2018 :

 

 

 

1001-notes-festival-2018-vignette-homepageEn ouverture, le 18 juillet (Limoges, Ă©glise St-Michel des lions, 20h), le pianiste -compositeur Jean-François Zygel aborde Ligeti, Mozart, Bach Poulenc
 associĂ© au choeur Spirito (Nicole Corti) en un voyage funĂšbre et personnel, mĂȘlant impros au piano, et Ɠuvres sacrĂ©es de Purcell, Mozart, Bach, FaurĂ©, Poulenc, Rachmaninov, Stravinsky, Ligeti ou DuruflĂ©, ainsi qu’un grand Kaddish en aramĂ©en qu’il a composĂ© pour la circonstance
 (programme donnĂ© en crĂ©ation).
En lire +

https://festival1001notes.com/agenda/evenement/jean-francois-zygel-et-spirito

 

 

 

1001-notes-festival-2018-vignette-homepageLe 28 juillet 2018 (Brive la Gaillarde, ThĂ©Ăątre Municipale, 20h) : Maria Mirante (mezzo soprano) et Paul Beynet (piano) interprĂštent le spectacle Le Pianiste qui m’aimait, Ă©crit et mis en scĂšne par Zazon Castro. C’est un autre Ă©vĂ©nement en crĂ©ation, nouvelle offrande artistique mĂȘlant musique, thĂ©Ăątre et cinĂ©ma inspirĂ©e par l’univers de James Bond
 Le fil conducteur en est l’univers de l’espion gentleman, Ă  travers un concert thĂ©ĂątralisĂ© qui cite les musiques ou les compositeurs prĂ©sents dans la filmographie de OO7. L’intrigue signĂ©e par les deux auteurs, place la musique classique au centre de l’action : « Paul, le pianiste et Maria, la chanteuse, donnent un concert. Maria vient d’ĂȘtre victime d’une tentative d’assassinat. Elle mĂšne son enquĂȘte quitte Ă  perturber le concert qu’ils sont en train de donner. Sur scĂšne ou en coulisses (par l’intermĂ©diaire de vidĂ©os projetĂ©es sur un Ă©cran), Maria interroge toutes les personnes qu’elle croise pour dĂ©masquer son assassin
 Jusqu’à se demander si son pire ennemi ne serait-il pas elle-mĂȘme ? ». Au programme entre autres, Chopin, John Barry (Ă©videmment), Debussy, Piazzolla, Kurt Weil (et la sublime mĂ©lodie « je ne t’aime pas »).
En lire +

https://festival1001notes.com/agenda/evenement/maria-mirante-paul-beynet-le-pianiste-qui-maimait

 

 

 

1001-notes-festival-2018-vignette-homepageLe 3 aoĂ»t 2018 (Ambazac, la Grange aux Moines, 20h) : RĂ©cital Chopin par le pianiste Olivier Korber. Trader et pianiste : Olivier Korber propose une soirĂ©e FrĂ©dĂ©ric Chopin, autour des Etudes opus 25, une fresque poĂ©tique qui anime une myriade de doubles notes, et dont la clĂ© de voĂ»te est un bouleversant duo (Etude n°7) 

En lire +

https://festival1001notes.com/agenda/evenement/olivier-korber-festival

 

 

 

1001-notes-festival-2018-vignette-homepageLe 7 aoĂ»t 2018 (Solignac, abbatiale, 20h30), le Concert de L’Hostel-Dieu et son chef fondateur Franck-Emmanuel Comte s’associent au contralto Ă©ruptif, expressif d’Anthea Pichanick dans un flamboyant rĂ©cital Vivaldi. GrĂące Ă  l’impressionnante vĂ©locitĂ© de sa voix grave et profonde, la contralto française ressuscite ce mordant agile et Ă©motionnel d’Anna Giro, qui fut la muse, la confidente et la chanteuse prĂ©fĂ©rĂ©e du Pretre Rosso. A l’étĂ© 2017, l’ensemble baroque crĂ©ait l’évĂ©nement et un sacrĂ© succĂšs au festival 1001 Notes, avec leur nouveau programme MARCO POLO, aujourd’hui sujet d’un cd passionnant ; cet Ă©tĂ© 2018, C’est un Vivaldi mĂ©connu et inĂ©dit qui inspire le programme estival : piĂšces instrumentales oubliĂ©s, ou extraits d’opĂ©ras perdus (Argippo, Tieteberga
) voire airs cĂ©lĂ©brissimes
 mais rĂ©Ă©crits, transposĂ©s, et validĂ©s par le compositeur lui-mĂȘme (ainsi l’Automne des Quatre Saisons, transcrits Ă  l’époque pour solistes, cordes et continuo par le danois Karl Aage Rasmussen 


En lire +

https://festival1001notes.com/agenda/evenement/anthea-pichanick-concert-de-lhostel-dieu

 

 

 

1001-notes-festival-2018-vignette-homepageEn clĂŽture, le 9 aoĂ»t 2018 (St-Priest-Taurion, Festiv’Halle, 20h) : rĂ©cital blues avec Barbara Hendricks (et son Blues Band). Elle avait dĂ©butĂ© en 1994 Ă  Montreux dans son premier concert jazz
 la fille de pasteur dans l’Arkansas, propose cet Ă©tĂ©, le programme «  Road to freedom (Le Chemin vers la LibertĂ©) », fin mĂ©lange de swing, gospel, medley et blues, dont les piĂšces et leurs textes sont inspirĂ©s par l’enseignement quotidien de Martin Luther King dans les annĂ©es 1950 et 1960 aux USA, militant pour l’égalitĂ© des droits civiques, appelant Ă  cette fraternisation universelle et la solidaritĂ© collective qui fait tant dĂ©faut encore de nos jours
 En lire +

https://festival1001notes.com/agenda/evenement/barbara-hendricks-blues-band

 

 

 

 

 

 

TOUTES les infos et les modalités de réservations, les lieux du festivals, le détail des programmes et les horaires sur le site du FESTIVAL 1001 NOTES

 

 

 

 

 

 

 DSC0559-815x545

 

 

 

 

PARIS. SOIREE exceptionnelle au PLAZA Athénée : concert et repas viennois

Concert exceptionnel de la Philharmonie de Vienne au PLAZA AthĂ©nĂ©ePARIS, PLAZA AthĂ©nĂ©e. Concert mercredi 11 avril 2018. Philharmonie de Vienne. Le Palace parisien, Ă©crin de l’excellence hĂŽteliĂšre et de l’art de vivre français propose le 11 avril, une soirĂ©e exceptionnelle associant musique de chambre et souper gastronomique viennois… La lĂ©gendaire phalange se produit dans l’un des plus beaux palaces de la capitale, le Plaza AthĂ©nĂ©e, avenue Montaigne : ambassadeurs et dĂ©tenteurs d’une tradition musicale renommĂ©e, plusieurs instrumentistes de l’Orchestre Philharmonique de Vienne proposent un programme de musique de chambre exceptionnel, ce mercredi 11 avril 2018. Au programme : deux piĂšces de musique de chambre viennoise signĂ©es Joseph Haydn et Wolfgang Amadeus Mozart, deux joyaux de grĂące et d’équilibre instrumentaux, fleurons de la riche collection des Quatuors et Quintettes viennois de la fin du XVIIIĂš. Entre style galant, classique et prĂ© romantique, les deux Ɠuvres sont dĂ©fendues avec d’autant plus d’évidence et d’éloquence, que les cinq instrumentistes prĂ©sents Ă  Paris, membres actifs des Wiener Philharmoniker, savent articuler et nuancer Haydn et Mozart comme leur langue maternelle. Les musiciens de l’Orchestre Viennois expriment mieux que personne  les qualitĂ©s qui font de l’écriture de Haydn (fondateur du genre du Quatuor) et de son Ă©lĂšve spirituel (comme Beethoven), Mozart, l’emblĂšme du raffinement de la musique concertante Ă  l’époque de LumiĂšres. Les deux partitions choisies pour cette occasion exceptionnelle illustrent une tradition musicale d’excellence qui s’est perpĂ©tuĂ©e jusqu’à nos jours.
VoilĂ  pourquoi ce concert est exceptionnel, d’autant plus unique qu’il a lieu dans l’un des hĂŽtels les plus Ă©lĂ©gants de Paris
 le Plaza AthĂ©nĂ©e, avenue Montaigne.
MUSIQUE DE CHAMBRE ET GASTRONOMIE EN UNE SOIREE INOUBLIABLE... AprĂšs un accueil privilĂ©giĂ©, les convives assistent au concert (salon Haute Couture), puis dĂźnent au restaurant Relais Plaza oĂč le chef Herbert Von Karajan avait ses habitudes. Au programme : menu viennois spĂ©cialement conçu pour l’occasion par le chef Christian Domschitz (du mythique restaurant le VestibĂŒl de Vienne), en collaboration avec le chef exĂ©cutif au Relais Plaza, Philippe Marc.

 

 

 

plaza-athenee-relais-plaza-restaurant-exception-in-PARIS-presentation-concert-venue-by-classiquenews

 

 

Salle du restaurant Relais Plaza – (c) Niall Clutton

Musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Vienne
au Plaza Athénée
avenue Montaigne

Mercredi 11 avril 2018, dĂšs 19h

 

 

Musique de chambre :

Joseph Haydn
Quatuor Ă  cordes opus 77

Wolfgand Amadeus Mozart
Quintette pour clarinettes et cordes KV 581

Déroulement de la soirée
programme

 

 

19h15
Accueil au salon Organza (cocktail d’accueil)

20h
Concert de musique de chambre
dans le Salon Haute

Haydn : Quatuor Ă  cordes opus 77
Mozart : Quintette pour clarinette et cordes KV 581

Instrumentistes de l’Orchestre Philharmonque de Vienne
Cinq musiciens :
Wilfried Hedenborg, premier violon
Harald Krumpöck, deuxiÚme violon
Martin Lemberg, alto
David Pennetzdorfer, violoncelle
Matthias Schorn, clarinette

21h15,
Ă  l’issue de ce concert, dĂźner viennois
au restaurant Relais Plaza
menu rĂ©alisĂ© par les soins du chef Christian Domschitz du mythique restaurant le VestibĂŒl de Vienne, en collaboration avec le chef exĂ©cutif au Relais Plaza, Philippe Marc.`

RESERVATIONS

Réservez votre place pour cette soirée exceptionnelle du 11 avril au Plaza Athénée

 

FORMULE comprenant :

- Le cocktail au salon Organza avec une coupe de champagne
- Le concert d’une heure au salon Haute Couture
- Le diner (entrĂ©e, plat, dessert – boissons et cafĂ© compris) au Relais Plaza
100 places disponibles – Tarif : 235 euros / personne

RĂ©servations au +33 (0)1 53 67 65 97
par email Ă  charlotte.bellini@dorchestercollection.com

 

 

plaza-athene-salle-haute-couture-concert-musique-de-chambre-philharmonie-de-vienne-presentation-annonce-sur-classiquenews

 

 

Salon Haute couture du Plaza Athénée, écrin idéal pour une soirée chambriste exceptionnelle (DR)

 

 

SAINT-DENIS, Université PARIS 8. Exposition « MARIA CALLAS, inconnue » du 5 au 27 avril 2018

expo callas inconnue paris 8 saint denis presentation classiquenewsSAINT-DENIS, Exposition « MARIA CALLAS, inconnue » du 5 au 27 avril 2018. L’universitĂ© PARIS 8 Ă  Saint-Denis accueille un cycle d’évĂ©nements dĂ©diĂ©s Ă  Maria Callas, le 5 avril prochain, suivi d’une exposition MARIA CALLAS, inconnue, ouverte au public du 6 au 27 avril 2018. On pensait tout connaĂźtre de la diva lĂ©gendaire, icĂŽne lyrique mais aussi vedette mĂ©diatique, ambassadrice de la mode, de l’élĂ©gance parisienne propre aux annĂ©es 1950 et 1960. Le cycle d’évĂ©nements et l’exposition d’avril 2018 ont Ă©tĂ© conçus par Jean-Jacques Hanine-Roussel, historien de l’opĂ©ra, biographe et doctorant du LER (Laboratoire d’Etudes Romanes, Paris 8). Jean-Jacques Hanine-Roussel est aussi l’un des spĂ©cialistes français de maria Callas parmi les plus passionnĂ©s et les mieux documentĂ©s sur le sujet. La journĂ©e du 5 avril s’articule autour d’un concert, d’une confĂ©rence, enfin du lancement d’une exposition commĂ©morant les 40 ans de la disparition de l’artiste, dont les cimaises seront ouvertes au public du 6 jusqu’au 27 avril 2018.

” Maria Callas, inconnue ”
Journée événement le 5 avril,
puis exposition du 6 au 27 avril 2018

40 ans aprĂšs sa disparition (2017), Maria Callas, la femme et l’artiste, continuent de nous interpeller par sa singularitĂ©, son intemporalité  et ses mystĂšres. Biographe Ă©ditĂ© de la Diva la plus cĂ©lĂšbre de l’art lyrique, et lĂ©gende lĂ©gitime du beau chant, bel canto, interprĂšte fine et subtile de Bellini (Norma), Donizetti, puis Verdi (Leonora, Lady Macbeth, Violetta ValĂ©ry de La Traviata
) et Puccini (Tosca), Jean-Jacques Hanine-Roussel, nous livre ses considĂ©rations les plus rĂ©centes sur sa vie et son Ɠuvre. Pour l’auteur biographe, il s’agit de rĂ©tablir Ă  sa juste vĂ©ritĂ© l’image (selon lui dĂ©formĂ©e) de Maria Callas que les media continuent de diffuser, 40 ans aprĂšs la disparition de l’étoile du chant lyrique.
La biographie qu’il lui a consacrĂ© est le fruit de vingt-huit annĂ©es de recherches et contient de nombreuses informations, des tĂ©moignages ainsi qu’une iconographie inĂ©dits, d’oĂč le titre de la manifestation « Maria Callas, inconnue ».

 

 

——————-

 

 

Calendrier du cycle
Maria Callas, inconnue

 

 

 

 

Le 5 avril 2018, 17h
Concert donnĂ© par 8 artistes, florilĂšge (d’extraits) d’opĂ©ras italiens, français et russes le 5 avril 2018 (Amphi X, UniversitĂ© Paris 8)

Conférence de Jean-Jacques Hanine-Roussel, 18h30
La vie de Maria Callas, un portrait vĂ©ridique qui va l’encontre de celui diffusĂ© par les medias (Amphi X, UniversitĂ© Paris 8)

 

 

 

Maria Callas, inconnue

Exposition de 34 panneaux de photos consacrĂ©s Ă  Maria Callas en privĂ©, Ă  ses diffĂ©rents rĂŽles Ă  l’opĂ©ra.

L’exposition se tiendra le 5 avril 2018 sur le BĂątiment-Pont de l’universitĂ© de 10h Ă  19h30. Puis du 6 au 27 avril 2018 Ă  la BibliothĂšque de l’universitĂ© de 9h Ă  20h.

 

 

 

PARIS universite paris 8 saint denis vincennes logo concert annonce maria callas par classiquenewsUniversité Paris 8
2 rue de la libertĂ© – 93 200 Saint-Denis
www.univ-paris8.fr

 INFOS sur l’exposition, modalitĂ©s d’accĂšs, horaires

 

 

———————-

 

 

 

Approfondir : programme du concert du 5 avril 2018

 

 

Canzonetta sull’aria, duo de la comtesse et de Suzanne Les Noces de Figaro, W.A. Mozart, Acte III
Annabelle Cardron-Bastard, Stéphanie Mugnier

Oh vin, dissipe la tristesse, air d’Hamlet
Hamlet, A. Thomas, Acte II
Jean-Michel Sereni

Kuda, kuda, air de Lenski
EugÚne Onéguine, P.I. Tchaikovsky, Acte II, second tableau, scÚne 17
Jean-Jacques Hanine-Roussel

Morro ma prima in grazia, air d’AmĂ©lia
Un Ballo in maschera, G.Verdi, Acte III, premier tableau
Stéphanie Mugnier

Ecco la sconsolata donna, air de SĂ©nĂšque
Le Couronnement de Poppée, C. Monteverdi, Acte I, scÚne 6
Andrij Gnatiuk

Una voce poco fa, air de Rosine
Le Barbier de SĂ©ville, G. Rossini, Acte I, deuxiĂšme tableau
Mathilde Legrand

Hai gia vinta la causa, air du Comte
Les Noces de Figaro, W.A. Mozart, Acte III
Jean-Michel Sereni

Qui la voce, air d’Elvira
Les Puritains, V. Bellini, Acte II
Annabelle Cardron-Bastard

Unis dĂšs la plus tendre enfance, air de Pylade
Iphigénie en Tauride, C.W. Gluck, Acte II
Jean-Jacques Hanine-Roussel

Per questa bella mano, air de concert K. 612, W.A. Mozart
Andrij Gnatiuk

Vois sous l’archet frĂ©missant, air de Nicklausse
Les Contes d’Hoffmann, J. Offenbach, Acte III, scĂšne 6, numĂ©ro 13
Mathilde Legrand

Parigi o cara, duo Violetta et Alfredo
La Traviata, G. Verdi, Acte III
Stéphanie Mugnier, Jean-Jacques Hanine-Roussel
Non piu andrai, farfallone amoroso, air de Figaro
Les Noces de Figaro, W.A. Mozart, Acte I
Jean-Michel Sereni

DivinitĂ©s du Styx, air d’Alceste
Alceste, C.W. Gluck, Acte I
Annabelle Cardron-Bastard

La ci darem la mano, duo Zerline, Don Juan Don Juan, W.A. Mozart,
Acte I, scĂšne 3
Mathilde Legrand, Andrij Gnatiuk

PrĂšs des remparts de SĂ©ville, air de Carmen
Carmen, G. Bizet, Acte 1, numéro 10
Olga Gurkovska

Plus grand dans son obscurité, air de Balkis
La Reine de Saba, C. Gounod, Acte III
Stéphanie Mugnier

Quanto Ăš bella, quanto Ăš cara, air de Nemorino
L’élixir d’amour », G. Donizetti, Acte I
Jean-Jacques Hanine-Roussel

Cruda sorte, air d’Isabelle
L’italienne à Alger, G. Rossini, Acte I
Olga Gurkovska

Ves’ tabar spit’, air d’Aleko
Aleko, S. Rachmaninov, Acte I, numéro 10
Andrij Gnatiuk

Soave sia il vento, trio de Fiordiligi,
Dorabella et Alfonso
Cosi fan tutte, W.A. Mozart, Acte I
Annabelle Cardron-Bastard, Mathilde Legrand, Jean-Michel Sereni

 

 

 

—————

 

 

Université Paris 8
2 rue de la liberté
93 200 Saint-Denis

www.univ-paris8.fr

+ d’INFOS : https://www.bu.univ-paris8.fr/actualites/maria-callas-inconnue

 

 

PARIS, récital événement du violoniste GILLES APAP

APAP Gilles violon enchanteur concert presentation actualites par classiquenews salel gaveau paris concert 28 mars 2018PARIS, Gaveau. Gilles APAP, le 28 mars 2018, 20h30. VIOLON ECLECTIQUE et LIBRE
 GILLES APAP, « MUSICIEN DU XXIĂš SIECLE » : le compliment est du lĂ©gendaire Yehudi Menuhin qui aura aussi permis au jeune Apap de se rĂ©vĂ©ler Ă  lui-mĂȘme en se dĂ©passant sur la scĂšne. Entre rĂ©pertoire classique, musiques contemporaines et songs traditionnelles, le violoniste Gilles Apap est un Ă©lectron libre de la scĂšne actuelle ; un voyageur Ă©clairĂ©, un lutin atypique qui dans ses concerts manie l’archer comme le pinceau du peintre : en esthĂšte et en frĂšre, s’adressant au public sans entraves ni dĂ©corum. Dans la beautĂ© du geste, la franchise du son. Son sens de l’impro confĂšre Ă  ses interprĂ©tations une fraĂźcheur et une sincĂ©ritĂ© absolues qu’il faut vivre et Ă©prouver d’urgence en concert.

 

APAP-Gilles-Apap-violon--concert-annonce-evenemnt-sur-classiquenews-mars-2018-gaveau-paris-28-marsAvec son complice, le pianiste Itamar Golan, le violoniste hors normes, Gilles APAP, prĂ©sente un concert atypique, entre jazz et classique, romantisme et impro, salle Gaveau Ă  Paris, le 28 mars prochain. Homme de contact, douĂ© d’un charisme communicatif, Gilles Apap a depuis longtemps croiser les genres et les styles, rĂ©aliser des associations musicales Ă©clectiques et Ă©lectriques, Ă©largi l’imaginaire de la musique classique, osant et rĂ©ussissant des combinaisons, alliances, complicitĂ©s souvent irrĂ©sistibles. De Janáček à Gershwin et Enesco en passant par les fiddles irlandais et les mĂ©lodies tziganes, son jeu passionnĂ© rĂ©tablit la place de l’incandescence et de la pulsion, du souffle et de l’énergie vitale dans chaque approche.
Bien avant la polyvalence tant recherchĂ©e aujourd’hui au sein des nouvelles gĂ©nĂ©rations d’instrumentistes, Gilles APAP marie et fusionne ce qui avant lui paraissait Ă©tranger, voire inconciliables. Pourtant grĂące Ă  la virtuositĂ© libre et audacieuse qui est la sienne, jazz et classique s’exaltent dans un programme oĂč la pulsion premiĂšre, le sens du rythme et la maĂźtrise de l’improvisation, – en complicitĂ© totale avec son partenaire pianiste, Itamar Golan, rĂ©alisent le succĂšs du programme. LIRE NOTRE PRESENTATION COMPLETE du concert Ă©vĂ©nement de Gilles APAP Ă  Gaveau, le 28 mars 2018

 

 

 

 

 

———————————

 

 

Salle Gaveau, PARISboutonreservation
Mercredi 28 mars 2018, 20h30

RESERVEZ
http://www.sallegaveau.com/spectacles/gilles-apap-violon

Gilles Apap, violon
Itamar Golan, piano

Programme :

JAZZ session
BRAHMS : Scherzo de la Sonate F-A-E
GERSHWIN : 3 Préludes
(arrangement pour violon et piano)

STRAVINSKY : Duo concertant
FIDDLE TUNES
JANACEK : Sonate pour violon et piano
SARASATE: Gypsy Airs

———————————

SALLE GAVEAU
45-47 rue La Boétie
75008 PARIS
01.49.53.05.07
contact@sallegaveau.com

———————————

 

 

GILLES APAP : le violon funambule !

 

 

 

BELFORT : TĂ©nĂšbres baroques de Michel Lambert

tĂ©nĂšbresBELFORT. Concert LAMBERT, le 28 mars 2018. La CathĂ©drale St-Christophe de Belfort accueille un programme baroque prometteur : Ă  l’honneur les Leçons de TĂ©nĂšbres de Michel Lambert, 
 soit l’une des expressions les plus poignantes de la spiritualitĂ© française au XVIIĂš, illustrĂ©e par un compositeur de l’intime Ă  la vocalitĂ© touchante de simplicitĂ© comme d’Ă©lĂ©gance. En Ă©cho au cycle de Lambert, les oeuvres de Guillaume-Gabriel Nivers tĂ©moignent de l’influence de cet art du chant sur la musique d’orgue du Grand SiĂšcle. Michel Lambert a participĂ© Ă  l’éclosion de l’opĂ©ra français sous Louis XIV, nouveau genre bientĂŽt pilotĂ© par privilĂšge exclusif par le Florentin incontournable Lully.

Michel Lambert est bien connu des amateurs de musique baroque française. En effet, ses Airs de cour sont des chefs-d’Ɠuvre absolus, dĂ©sarmants de simplicitĂ© et de grĂące, d’une finesse de prosodie et d’ornementation extraordinaires, portant ce genre Ă  son apogĂ©e. Le compositeur a su comme nul autre maĂźtriser l’art de la prosodie, fusionnant Ă©troitement le mot et la note.

concert-LAMBERT-belfort-presentation-classiquenews-coup-de-coeur-CLIC-de-classiquenews-flyer-Lambert-RLes deux cycles de Leçons de TĂ©nĂšbres sont moins connus. D’oĂč l’intĂ©rĂȘt du concert Ă  Belfort ce 28 mars 2018. L’Office des TĂ©nĂšbres connaĂźt en France Ă  la fin du XVIIe siĂšcle un engouement considĂ©rable. Pendant le CarĂȘme, les thĂ©Ăątres Ă©tant fermĂ©s, on accourt Ă  l’église, seul lieu oĂč l’on peut Ă©couter de la musique.. Le texte de ces Leçons, extrait des Lamentations de JĂ©rĂ©mie, est trĂšs expressif et passionnĂ©, donc un matĂ©riau trĂšs inspirant pour les compositeurs. Au final, il s’agit d’un opĂ©ra miniature dans le registre sacrĂ©. Appel et priĂšre introspective. La musique comme la peinture au XVIIĂš favorise le culte du fragile, de l’instable, de l’éphĂ©mĂšre. Tableaux en clair-obscur, les Leçons des TĂ©nĂšbres de Lambert (comme celles plus tard de Couperin) expriment l’intense ferveur du XVIIĂš oĂč l’humain, sincĂšre en son dĂ©pouillement, cristallise et sublime en mĂȘme temps, l’angoisse et l’espĂ©rance face Ă  la mort. Parmi les interprĂštes de ce concert Ă©vĂ©nement, la viole de gambe de Myriam Rignol (cofondatrice de l’ensemble Les Timbres), et Marc Mauillon, barytĂ©nor au verbe incarnĂ©, voluptueux.

 

 

 

__________________

 

 

boutonreservationMercredi 28 mars, 20 h 30
Cathédrale Saint-Christophe de Belfort

 

 

Leçons de TénÚbres
Michel Lambert ((1610-1696)

Marc Mauillon, voix
Myriam Rignol, viole de gambe
Thibaut Roussel, théorbe
Marouan Mankar, clavecin et orgue positif

Oeuvres pour orgue
Guillaume-Gabriel Nivers (1632-1714)
Jean-Charles Ablitzer, grand-orgue

BenoĂźt Colardelle, lumiĂšres

 

Concert proposĂ© par Les Amis de l’Orgue et de la Musique de Belfort et le festival Musique et MĂ©moire avec le soutien spĂ©cifique du DĂ©partement du Territoire de Belfort et de la Ville de Belfort

12 € (normal) 10 € (adhĂ©rents AOMB, Musique et MĂ©moire)

5 € (moins de 18 ans, Ă©tudiants, demandeurs d’emploi, allocataires du RSA)

sur présentation des justificatifs correspondants

 

Réservation conseillée :

06 40 87 41 39 / festival@musetmemoire.com