CD Ă©vĂ©nement, critique. LA PATIENCE, Gabriel Sivak (1cd KLARTHE records, enregistrements 2010 – 2018)

Patience gabriel sivak cd klarthe critique classiquenewsCD Ă©vĂ©nement, critique. LA PATIENCE, Gabriel Sivak (1cd KLARTHE records, enregistrements 2010 – 2018). Superbe monographie des piĂšces de l’Argentin Gabriel Sivak. C’est un compositeur qui plonge dans les possibles et les ressources du rĂȘve
 qui s’obstine mais avec patience, Ă  dĂ©livrer quelques clĂ©s pour la paix universelle. De tous les mondes sonores enchainĂ©s ici et formant une stimulante monographie sonore, il ressort une qualitĂ© motrice Ă  l’amorce de tout Ă©panouissement musical : l’émerveillement. C’est le cas des espoirs contenus et cristallisĂ©s par le chƓur des enfants de la Patience (qui donne le titre du prĂ©sent cd), rĂ©cit murmurĂ©, enchantĂ© ponctuĂ© par le quatuor Ă  vent, d’une activitĂ© Ă©lectrique onirique ; la piĂšce qui donne le titre de l’album indique clairement un programme divers, faussement Ă©clectique dont la facultĂ© Ă  stimuler l’imagination reste primordial et vitale.
Le caractĂšre de Voyelles d’aprĂšs Rimbaud est plus onirique et atmosphĂ©rique, plus harmonique que vraiment linguistique, d’une ivresse comme aspirĂ©e et verticale, parfaitement dĂ©fendu par les 10 femmes, anciennes chanteuses de la MaĂźtrise de Radio France (qui en a passĂ© commande au compositeur)

ONIRISME en facettes
les mondes enchantés de Gabriel Sivak

sivakPlus sinueux Ă  travers la voix haut percĂ©e et cristalline de la soprano, To my Wife (The Loveless land), Ă©pouse les Ă©thers rĂȘvĂ©s, Ă©chafaudĂ©s par le poĂšte Oscar Wilde, dont la texture comme Ă©trange et mĂȘme parfois inquiĂšte, est tissĂ©e aux deux voix solistes soprano et tĂ©nor sur un piano diaphane, cristallin mais en activitĂ© perpĂ©tuelle. C’est pour nous la piĂšce fugace, Ă©vanescente la plus captivante au sens strict. Car elle mĂȘle avec dĂ©lices et hĂ©donisme formel, la stridence inquiĂšte (qui renvoie Ă  la sexualitĂ© maudite et aux humiliations dont fut victime le poĂšte Ă©crivain britannique) et un caractĂšre Ă©tranger, purement poĂ©tique quasi inaccessible. Entre douleur et abstraction.
Tout aussi Ă©perdus, vrais appels aux rĂȘves ou au songe Ă©veillĂ©s, les trois instants oniriques / « Tres Instantes Oniricos », chantĂ©s en espagnol : s’y joue le combat perpĂ©tuel entre amour et mort (« CreĂ­a yo » / j’y croyais moi), en tensions et dĂ©tentes perlĂ©es et micro cellules musicales qui disent une activitĂ© permanente, souterraine de l’intime
 superbement exprimĂ©e par le trio : Patrick Langot (violoncelle), Romain David (piano) et la soprano Maya Villanueva,
 trois passeurs manifestement touchĂ©s par la grĂące en miniature de ces trois piĂšces dont ils ont passĂ© commande (2016). Distinguons de la mĂȘme façon le caractĂšre scintillant et hyperactif, murmurĂ©, vibratile du dernier Ă©pisode « De los alamos » (Des peupliers) : hymne hallucinĂ© Ă©prouvĂ© sur le motif naturel (Sivak y rĂ©vĂšle et dĂ©ploie une sensibilitĂ© ravĂ©lienne). Superbe Ă©vocation d’une pure expĂ©rience de Nature., avec pour la soliste, la maĂźtrise naturelle de la voix parlĂ©e, dĂ©clamĂ©e, chantante


Comme pour exprimer la matiĂšre des nuages (« Le raboteur des nuages »), Gabriel Sivak inspirĂ© par un poĂšme de Gilles de Obaldia, a recours aux ondes Martenot, et leurs lignes infinies non vibrĂ©es qui crĂ©ent des sons perchĂ©s, mystĂ©rieux, incisifs, d’une grande qualitĂ© onirique lĂ  encore, oĂč s’accrochent le texte chantĂ© et dit par le chƓur (l’homme a la clĂ© de son bonheur).

CLIC_macaron_2014Pour les amateurs de slam, au texte permanent, sur un tapis orchestral ciselĂ©, les deux piĂšces pour chanteur et orchestre (« L’homme-qui-Ă©crit », puis « OĂč est ma muse ? » dit ici par le slameur Ganji) confirment les thĂšmes qui inspirent Sivak : la crĂ©ation expose les sujets du rĂȘve ; le rĂȘve rĂ©alise les aspirations de l’ĂȘtre ; le crĂ©ateur a la capacitĂ© d’ouvrir la grande boĂźte de Pandore et d’exprimer par le chant des instrument, ce langage de rĂ©vĂ©lation
 Pour Sivak, le compositeur ne serait-il pas ce passeur enchantĂ©, grand rĂ©vĂ©lateur des mondes invisibles ? ; il est cette pythie moderne qui dans la matiĂšre du rĂȘve, dĂ©tecte et transmet les clĂ©s d’un monde parfait. Le programme offre un cycle des plus complets des rĂ©centes piĂšces Ă©laborĂ©es par le compositeur contemporain. Les 7 sĂ©quences enregistrĂ©es entre 2010 et 2018 offrent une premiĂšre monographie : corpus Ă©clairant, lumineux, d’une riche vie intĂ©rieure. CLIC de CLASSIQUENEWS avril 2019.

________________________________________________________________________________________________

CD Ă©vĂ©nement, critique. GABRIEL SIVAK : LA PATIENCE, Formes de la voix (1 cd KLARTHE records, enregistrements 2010 – 2018 – 51 mn). illustration : Gabriel Sivak (DR)

________________________________________________________________________________________________

Programme / 7 séquences :

Berceau de nuit
Voix de bébé : Héloïse Sivak

La patience – Commande de l’institut français d’art chorale
ChƓur d’enfants de bourg La reine et quatuor a vents du C.R.R. de Paris / Direction : EmmanuĂšle Dubost et Aude Glatard

Voyelles – Commande de la MaĂźtrise de Radio France
Anciennes chanteuses de la MaĂźtrise de Radio France / Piano : AgnĂšs Bonjean / Direction: EmmanuĂšle Dubost

The loveless land
Soprano : Maya Villanueva / Ténor : Pierre Antoine Chaumien / Piano : François Henry

Tres instantes Oníricos  / Commande de Patrick Langot, Maya Villanueva et Romain David
Soprano : Maya Villanueva / Violoncelle : Patrick Langot / Piano : Romain David

Le raboteur de nuages  /  Commande de ChƓur en scùne
ChƓur en scĂšne sous la direction d’EmmanuĂšle Dubost / Nadia Ratsimandresy : Ondes Martenot / Florence Bourdon : Harpe

Deux piĂšces pour chanteur de Slam et Orchestre
Commande de l’Orchestre de Picardie / Textes : Ganji / Direction : Arie Van Beek / Ganji : Chant
________________________________________________________________________________________________

+ d’infos sur le site du label KLARTHE records
http://www.klarthe.com/index.php/en/records-en/musique-de-chambre/la-patience-detail

QUÉBEC (Canada). FESTIVAL CLASSICA 2019 : BERLIOZ, OFFENBACH, ROUSSEL et les BEE GEES. Du 24 mai au 16 juin 2019 (9Ăšme Ă©dition)

classica-festival-canada-logo-vignette-classiquenews-annonce-concerts-festivals-operaQUÉBEC (Canada). FESTIVAL CLASSICA 2019 : BERLIOZ, OFFENBACH, ROUSSEL et les BEE GEES. Du 24 mai au 16 juin 2019 (9Ăšme Ă©dition). C’est le premier grand festival de musique classique au QuĂ©bec, Ă©clectique, fĂ©dĂ©rateur, populaire, au sens le plus noble du terme, le Festival CLASSICA depuis le cƓur de la ville de Saint-Lambert, au sud de MontrĂ©al, n’en finit pas de croĂźtre et convaincre les publics, proposant une diversitĂ© de spectacles dans plusieurs citĂ©s quĂ©bĂ©coises tout au long du Saint-Laurent.

 

 

classica-festival-quebec-2019-annonce-critique-presentation-sur-classiquenews-festival-CLASSICA-2019
 

 
 

CLASSICA mozart JC Malgoire festuval classica edition 2018 2019 concerts festival critique classiquenews saint lambert quebec canada

 

 

 

Le cocktail est enchanteur : Ă  Saint-Lambert, s’étendre au cƓur du bourg, offrant des scĂšnes en plein air, des concerts en salles (dans les Ă©glises regroupĂ©es en centre ville), pour un pĂ©rĂ©grination urbaine et familiale, inĂ©dite. Rencontrer, dĂ©couvrir les artistes en devenir, ceux expĂ©rimentĂ©s sans omettre la relĂšve et les jeunes talents Ă  suivre et Ă  encourager
 Puis, essaimer au fil des villes satellites oĂč s’inscrivent les concerts les plus divers. Les temps forts ce printemps ci en sont les grandes cĂ©lĂ©brations en plein air (rock symphonique en hommage aux Bee Gees, les 31 mai, 1er, 2 juin), et le RV des amateurs de mĂ©lodies françaises, le CONCOURS INTERNATIONAL DE MELODIES françaises (demi finale le 14 juin, puis finale en rĂ©cital le 16 juin 2019)
 Cette annĂ©e, le festival CLASSICA cĂ©lĂšbre le gĂ©nie des compositeurs français fĂȘtĂ©s en 2019 (anniversaires oblige) : BERLIOZ, OFFENBACH, Albert ROUSSEL
 Parmi les artistes Ă  ne pas manquer : le violoncelliste StĂ©phane TĂ©treault, Le Petite bande de MontrĂ©al, l’Orchestre MĂ©tropolitain, les pianistes Pascal Amoyel, Jean-Philippe Sylvestre, 
 les chanteurs Magali Simard-GaldĂšs, Antonio Figueroa, Marianne Lambert, 
 le violoniste Alexandre Da Costa, Nathalie Choquette (dans un nouveau spectacle pour les enfants, et leurs parents), 


 

 

 

classica-festival-critique-annonce-concerts-classiquenews-festival-classica-saint-lambert-2018
 

 
________________________________________________________________________________________________  

 

  

MĂ©lodies, opĂ©ras, symphonique, sacrĂ©, concerts enfants, musique de chambre, guitare, rock symphonique…

 

CLASSICA 2019
1er FESTIVAL FEDERATEUR au Québec

 

 

 

classica-festival-plein-air-concert-bee-gees-classica-2019-concerts-festivals-annonce-critique-festivals-crtiique-concerts-opera-classiquenews-plein-air

  Les grands concerts en plein air pour tous (DR)

 

 

 

DĂšs le 24 mai, le Festival CLASSICA dĂ©cline le classique Ă  l’adresse du plus grand public ; l’évĂ©nement fĂ©dĂ©rateur a sĂ©duit et convaincu 70 000 festivaliers en 2018. Son lancement et ses premiers concerts marquent le dĂ©but de la belle saison, celle des concerts en partage et des expĂ©riences musicales Ă©tourdissantes jusqu’à l’étĂ©. C’est une immersion et un parcours unique Ă  ce jour qu’il faut vivre absolument
 au QuĂ©bec.

 

 

 
________________________________________________________________________________________________

INFORMATIONS & RESERVATIONS
sur le site du Festival CLASSICA / programme
https://www.festivalclassica.com/programme

OFFRES packagées et abonnements 4 billets, « Familial », Mélomane » :
https://app.beavertix.com/fr/billetterie/achat-de-billet/1034/3912/

 

CLASSICA-festival-2019-classiquenews-annonce-berlioz-bee-gees-festivals-concerts-classiquenews-offres-abonnement-famille

  

________________________________________________________________________________________________  

 

 

 

LIRE AUSSI notre compte rendu gĂ©nĂ©ral de l’Ă©dition 2018 du Festival CLASSICA (25 mai – 16 juin 2018)

  
classica-festival-saint-lambert-plein-air-scene-critique-festival-concerts-classiquenews-Grands-evenements-Festival-Classica-tienne-Boucher-Cazabon2  

 

 
________________________________________________________________________________________________  
 

 

REPORTAGE VIDEO

 

 
COMMENT FONCTIONNE LE FESTIVAL CLASSICA
Ă  Saint-Lambert et en MONTEREGIE ?
En 8 ans, le premier festival quĂ©bĂ©cois du printemps a sĂ©duit 60 000 festivaliers…
 
PLURIDISCIPLINAIRE ET EXIGEANT, POINTU ET GENEREUX,
POURQUOI LE FESTIVAL CLASSICA EST-IL UN SUCCES POPULAIRE ?

 

 

QUEBEC : Festival CLASSICA, la musique pour tous (8è édition, 2018) from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

TEASER VIDEO : Philippe MOURATOGLOU joue FERNANDO SOR (1 cd Vision Fugitive)

fernando-SOR-philippe-Mouratoglou-guitare-cd-critique-classiquenews-musique-classique-guitare-classique-critique-cd-classiquenews-cd-vision-fugitive-Visuel-FERNANDO-SOR-HD---copieTEASER VIDEO : Philippe MOURATOGLOU joue FERNANDO SOR (1 cd Vision Fugitive) - CD Ă©vĂ©nement, annonce. FERNANDO SOR par Philippe Mouratoglou, guitare solo (1 cd Vision Fugitive). Parution Ă©vĂ©nement (ce 26 avril 2019), le nouvel album ciselĂ©, enchanteur, personnel et original dĂ©diĂ© par le guitariste Philippe Mouratoglou à l’Ɠuvre si singuliĂšre du compositeur barcelonais nĂ© en 1778, Fernando SOR. L’écriture y exprime le chemin tracĂ© par un auteur indĂ©pendant, d’une force de caractĂšre et de dĂ©passement admirable, qui ose Ă  l’époque de l’Europe napolĂ©onienne (et de Goya), rĂ©Ă©crire la langue pour guitare. A la chute de l’Empereur (juin 1813), Sor doit fuir l’Espagne et rejoint Paris.

Le guitariste Philippe Mouratoglou mesure les dĂ©fis d’une Ɠuvre originale et souvent inclassable : Ă  l’époque oĂč la guitare depuis Louis XIV est devenu un instrument aristocratique, Sor lui restitue sa puissance de crĂ©ation populaire, sa sincĂ©ritĂ© universelle, une capacitĂ© d’invention et d’expression qui affirme Ă  Paris, un engouement neuf, progressif, irrĂ©sistible. Sor parisien est l’acteur de ce phĂ©nomĂšne pour lequel les tĂ©moins admiratifs et les nĂ©ophytes inventent mĂȘme un terme : « guitaromanie ». Sor, sĂ©duit, touchĂ© comme Chopin, par le Bel Canto et la puissance de la voix, ne souhaite jamais plaire mais toucher. Philippe Mouratoglou, en sĂ©lectionnant plusieurs piĂšces capitales, ressuscite le gĂ©nie d’un Sor Ă©tranger Ă  toute facilitĂ©s, mais touchĂ© par le feu et l’ñme du romantisme le plus authentique. Le raffinement, l’humour, le caractĂšre expĂ©rimental de ses Etudes en tĂ©moignent que Philippe Mouratoglou entre autres sait illuminer de son jeu “dĂ©tachĂ©â€ / articulĂ© / flexible, Ă  la fois Ă©loquent, sĂ©ducteur, intĂ©rieur. Le geste et l’interprĂ©tation du guitariste offrent l’une des lectures les plus personnelles et abouties dĂ©diĂ©es Ă  l’inclassable Fernando Sor. A VENIR : prochaine critique du cd Fernando SOR par Philippe Mouratoglou, guitare solo (1 cd Vision Fugitive) dans le mag cd dvd livre de CLASSIQUENEWS

 

 
TEASER vidéo (30 secondes)

 

________________________________________________________________________________________________

CLIC D'OR macaron 200CD Ă©vĂ©nement, annonce. FERNANDO SOR par Philippe MOURATOGLOU – Guitare Solo – 1 cd Vision Fugitive – Parution : le 26 avril 2019 - CLIC DE CLASSIQUENEWS d’avril 2019

 

 

 

 

 

EN CONCERT

________________________________________________________________________________________________

Jeudi 16 mai 2019 Ă  L’AthĂ©nĂ©e ThĂ©Ăątre Louis-Jouvet (PARIS)
FERNANDO SORPhilippe Mouratoglou : guitare classique

BILLETTERIE
https://bit.ly/2HEnCZe
01 53 05 19 19
Tarifs : PLEIN 20€ / RÉDUIT 12€

INFOS PRATIQUES
16 MAI 20h
Athénée Théùtre Louis-Jouvet
Sq. de l’OpĂ©ra Louis-Jouvet
7 rue Boudreau – 75009 Paris
MĂ©tro : Bonne Nouvelle ou ChĂąteau d’eau
www.athenee-theatre.com

Evénement Facebook 

 

 

 

 

 

APPROFONDIR

________________________________________________________________________________________________

Teaser
Sur Youtube : Philippe Mouratoglou – FERNANDO SOR [Teaser]

Vidéo longue (clip)
Sur Youtube : Philippe Mouratoglou (Guitare Solo) – FERNANDO SOR
Extrait audio : Egalement un morceau de l’album (Etude opus 6 n°9)  dĂ©jĂ  disponible sur Soundcloud : juste ici

 
CLIP vidéo (3mn31) :

 

MOURATOGLOU-philippe-guitare-fernando-sor-cd-evenemnt-critique-annonce-cd-classiquenews-musique-classique-news

 

 

 

 

 

 

 

 

fernando-SOR-philippe-Mouratoglou-guitare-cd-critique-classiquenews-musique-classique-guitare-classique-critique-cd-classiquenews-cd-vision-fugitive-Visuel-FERNANDO-SOR-HD---copie

 

 

LIVRE, Ă©vĂ©nement. Fr. Le Roux : L’OpĂ©ra français : une question de style (Hermann, Musique)

HERMANN livres critique annonce francois le roux romain raynaldy livre critique annonce clic de classiquenews l-opera-francais-une-question-de-styleLIVRE Ă©vĂ©nement, annonce. L’OpĂ©ra français : une question de style / De l’interprĂ©tation lyrique par LE ROUX François, RAYNALDY Romain (Hermann, Musique). Baryton diseur, d’une intelligibilitĂ© exemplaire, chanteur accompli c’est Ă  dire acteur fin et habitĂ©, François Le Roux tĂ©moigne de l’intĂ©rieur : 25 opĂ©ras français qu’il a interprĂ©tĂ©s, trouvent ici un commentaire, une analyse, un regard pertinent qui s’appuie sur l’expĂ©rience. AprĂšs Le chant intime (2004), le baryton français exprime sa passion d’un certain opĂ©ra, celui sublimĂ© quand le style est dĂ©fendu, juste, naturel, pertinent (selon une prosodie naturelle). Il pose la question : comment chanter l’opĂ©ra français ? Et tente (et rĂ©ussit) d’y rĂ©pondre. Un tĂ©moignage d’autant plus prĂ©cieux que, aujourd’hui, le style en question se perd, en particulier au sein de la nouvelle gĂ©nĂ©ration chez laquelle, y compris dans les plus rĂ©centes rĂ©alisations d’opĂ©ras baroques, le français devient inintelligible. Une tendance qu’il faut corriger…

 

 

 

Le chanteur François Le Roux
expose sa conception du beau chant français…

Quel style pour l’opĂ©ra français ?

 

 

 

La sĂ©lection des ouvrages permet d’établir comme un jardin idĂ©al qui forme les piliers de ce que peut ĂȘtre le chant français dont la clartĂ©, l’articulation, le sens des nuances et du phrasĂ©, le naturel et la mesure, seraient les qualitĂ©s essentielles. On y goĂ»te comme peu, l’intelligence des analyses, la prĂ©cision et la finesse des valeurs dĂ©fendues, Ă  travers des thĂ©matiques identifiĂ©es, Ă  travers des ouvrages qui demeurent d’une richesse stimulantes pour l’interprĂšte : « qui sont les librettistes ? », « le couple librettiste-compositeur » 
Parmi les opĂ©ras analysĂ©s, soulignons l’intĂ©rĂȘt des prĂ©sentations et commentaires dĂ©diĂ©s Ă  Alceste de Lully (Lully enfin rĂ©tabli, jamais trop) ; TancrĂšde de Campra ; Castor et Pollux de Rameau ; trois opĂ©ras de Berlioz (effet de l’annĂ©e du centenaire ?) en tout cas beau rĂ©tablissement de l’écriture du grand Hector (Benvenuto Cellini, Damnation de Faust, BĂ©atrice et BĂ©nĂ©dicte) ; deux de Gounod (Faust, RomĂ©o et Juliette) ; les Contes d’Hoffmann d’Offenbach ; Ă©videmment les marronniers et les affiches qui rassurent et qui sĂ©duisent toujours (Manon et Werther de Massenet, Carmen de Bizet
) ; cĂŽtĂ© opĂ©ras du XXĂš, Ă©videmment saluons le choix de PellĂ©as et MĂ©lisande de Debussy (François Le Roux a chantĂ© PellĂ©as puis Golaud), L’Heure espagnole et l’Enfant et les SortilĂšges de Ravel ; Dialogues des carmĂ©lites et La Voix humaine de Poulenc
 et aussi, perles modernes Ă  dĂ©couvrir de toute urgence, Le chĂąteau des Carpates de Philippe Hersant et Verlaine Paul de Georges Boeuf
 Les Ɠuvres choisies forment ainsi comme un panthĂ©on d’oeuvres piliers et fĂ©tiches que l’on (rĂ©)estime avec une nouvelle acuitĂ© et un trĂšs grand plaisir.
Si le style, c’est « l’art d’ennoblir le vrai », il est surtout question de mettre en forme le verbe : seul dĂ©fi du chanteur. Incarner un texte, le rendre vivant et transmettre l’émotion que l’interprĂšte Ă©prouve, 
 tout cela François Le Roux nous le rend tangible, concret, mesurable. Celui qui milite aujourd’hui pour la dĂ©fense du style donc du chant français, s’inquiĂšte des options artistiques, des compromis, des imprĂ©cisions navrantes qui dĂ©naturent l’art au profit du spectaculaire et du divertissement
 jusque sur les planches des plus grandes salles de la planĂšte lyrique. Voici le texte d’un artiste engagĂ©, portĂ© par un idĂ©al admirable. Le combat continue. Lecture incontournable.

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

CLIC D'OR macaron 200LIVRE Ă©vĂ©nement, annonce. L’OpĂ©ra français : une question de style / De l’interprĂ©tation lyrique par LE ROUX François, RAYNALDY Romain (Hermann, Musique).

 

 

 

http://www.editions-hermann.fr/5500-l-opera-francais-une-question-de-style-9782705694982.html

 

 

 

 

 

 

CD événement, annonce. FERNANDO SOR par Philippe Mouratoglou, guitare solo (1 cd Vision Fugitive)

fernando-SOR-philippe-Mouratoglou-guitare-cd-critique-classiquenews-musique-classique-guitare-classique-critique-cd-classiquenews-cd-vision-fugitive-Visuel-FERNANDO-SOR-HD---copieCD Ă©vĂ©nement, annonce. FERNANDO SOR par Philippe Mouratoglou, guitare solo (1 cd Vision Fugitive). Parution Ă©vĂ©nement (ce 26 avril 2019), le nouvel album ciselĂ©, enchanteur, personnel et original dĂ©diĂ© par le guitariste Philippe Mouratoglou Ă  l’Ɠuvre si singuliĂšre du compositeur barcelonais nĂ© en 1778, Fernando SOR. L’écriture y exprime le chemin tracĂ© par un auteur indĂ©pendant, d’une force de caractĂšre et de dĂ©passement admirable, qui ose Ă  l’époque de l’Europe napolĂ©onienne (et de Goya), rĂ©Ă©crire la langue pour guitare. A la chute de l’Empereur (juin 1813), Sor doit fuir l’Espagne et rejoint Paris.
Le guitariste Philippe Mouratoglou mesure les dĂ©fis d’une Ɠuvre originale et souvent inclassable : Ă  l’époque oĂč la guitare depuis Louis XIV est devenu un instrument aristocratique, Sor lui restitue sa puissance de crĂ©ation populaire, sa sincĂ©ritĂ© universelle, une capacitĂ© d’invention et d’expression qui affirme Ă  Paris, un engouement neuf, progressif, irrĂ©sistible. Sor parisien est l’acteur de ce phĂ©nomĂšne pour lequel les tĂ©moins admiratifs et les nĂ©ophytes inventent mĂȘme un terme : « guitaromanie ». Sor, sĂ©duit, touchĂ© comme Chopin, par le Bel Canto et la puissance de la voix, ne souhaite jamais plaire mais toucher. Philippe Mouratoglou, en sĂ©lectionnant plusieurs piĂšces capitales, ressuscite le gĂ©nie d’un Sor Ă©tranger Ă  toute facilitĂ©s, mais touchĂ© par le feu et l’ñme du romantisme le plus authentique. Le raffinement, l’humour, le caractĂšre expĂ©rimental de ses Etudes en tĂ©moignent que Philippe Mouratoglou entre autres sait illuminer de son jeu “dĂ©tachĂ©” / articulĂ© / flexible, Ă  la fois Ă©loquent, sĂ©ducteur, intĂ©rieur. Le geste et l’interprĂ©tation du guitariste offrent l’une des lectures les plus personnelles et abouties dĂ©diĂ©es Ă  l’inclassable Fernando Sor. A VENIR : prochaine critique du cd Fernando SOR par Philippe Mouratoglou, guitare solo (1 cd Vision Fugitive) dans le mag cd dvd livre de CLASSIQUENEWS

 

 
TEASER vidéo (30 secondes)
 

 
 

 
 

________________________________________________________________________________________________

CLIC D'OR macaron 200CD Ă©vĂ©nement, annonce. FERNANDO SOR par Philippe MOURATOGLOU – Guitare Solo – 1 cd Vision Fugitive – Parution : le 26 avril 2019 - CLIC DE CLASSIQUENEWS d’avril 2019

 

 

 

 

 

EN CONCERT

________________________________________________________________________________________________

Jeudi 16 mai 2019 Ă  L’AthĂ©nĂ©e ThĂ©Ăątre Louis-Jouvet (PARIS)
FERNANDO SORPhilippe Mouratoglou : guitare classique

BILLETTERIE
https://bit.ly/2HEnCZe
01 53 05 19 19
Tarifs : PLEIN 20€ / RÉDUIT 12€

INFOS PRATIQUES
16 MAI 20h
Athénée Théùtre Louis-Jouvet
Sq. de l’OpĂ©ra Louis-Jouvet
7 rue Boudreau – 75009 Paris
MĂ©tro : Bonne Nouvelle ou ChĂąteau d’eau
www.athenee-theatre.com

Evénement Facebook 

 

 

 

 

 

APPROFONDIR

________________________________________________________________________________________________

 
 

Teaser
Sur Youtube : Philippe Mouratoglou – FERNANDO SOR [Teaser]
 
 

Vidéo longue (clip)
Sur Youtube : Philippe Mouratoglou (Guitare Solo) – FERNANDO SOR 
 

Extrait audio : Egalement un morceau de l’album (Etude opus 6 n°9)  dĂ©jĂ  disponible sur Soundcloud : juste ici 
 

 

 
 

CLIP vidéo (3mn31) :

 

MOURATOGLOU-philippe-guitare-fernando-sor-cd-evenemnt-critique-annonce-cd-classiquenews-musique-classique-news

 

 

 

 

 

 

 

 

fernando-SOR-philippe-Mouratoglou-guitare-cd-critique-classiquenews-musique-classique-guitare-classique-critique-cd-classiquenews-cd-vision-fugitive-Visuel-FERNANDO-SOR-HD---copie

 

  

 

LIVRE, Ă©vĂ©nement, annonce. D. E. INGHELBRECHT (1880-1965) : MOUVEMENT CONTRAIRE, SOUVENIRS D’UN MUSICIEN (La CoopĂ©rative)

ingelbrecht mouvement contraire editions la cooperative souvenir d'un chef critique annonce livre classiquenews DE Inghelbrecht critique livre classiquenews operLIVRE, Ă©vĂ©nement, annonce. D. E. INGHELBRECHT (1880-1965) : MOUVEMENT CONTRAIRE, SOUVENIRS D’UN MUSICIEN (La CoopĂ©rative). Dans Mouvement contraire ressuscite le Paris lĂ©gendaire de PellĂ©as, des Ballets Russes de Diaghilev puis des Ballets SuĂ©dois de Rolf de MarĂ©, de la crĂ©ation parisienne jalonnant les deux guerres du XXĂš. Les (trĂšs inspirĂ©es) Ă©ditions de La CoopĂ©rative rĂ©Ă©dite un texte majeur (et jusque lĂ  oubliĂ©) dans l’histoire de la musique Ă  Paris au XXĂš, les souvenirs du chef DĂ©sirĂ©-Émile Inghelbrecht, nĂ© en 1880, mort en 1965 et acteur principal Ă  l’OpĂ©ra-Comique, au TCE, Ă  la salle Pleyel, etc
, fondateur du National de France. Une personnalitĂ© du milieu musical Ă  Paris, proche de Debussy et de Ravel : un dĂ©fenseur zĂ©lĂ© et inspirĂ© de la crĂ©ation musicale dans la premiĂšre moitiĂ© du XXĂš siĂšcle, soit pendant la rĂ©volution esthĂ©tique orchestrĂ©e par Ravel et Debussy. Ses souvenirs Ă©ditĂ© Ă  la maturitĂ© et aprĂšs guerre en 1947, jette un regard amusĂ©, dans un style littĂ©raire original, sur les annĂ©es de jeunesse et de formations, les rencontres et les Ɠuvres clĂ©s dĂ©couvertes alors, le milieu des artistes Ă  l’époque d’un « ùge d’or » de la crĂ©ation musicale en France et surtout Ă  Paris. Sa position est privilĂ©giĂ©e : le gendre du peintre des chats Steinlen, et l’époux de la danseuse et chorĂ©graphe suĂ©doise Carina Ari (1897-1970) cĂŽtoie naturellement le tout Paris artistique, la ruche bouillonnante des planches et des salles de concerts. Du prĂ©sent qui le concerne Ă  la parution de l’ouvrage (au mitemps des annĂ©es 1940), Inghelbrecht remonte le fil de son histoire personnelle et artistique jusqu’à l’enfance. C’est une Ă©criture rĂ©trospective, du prĂ©sent aux origines. A rebours.

En 29 chapitres et un essai discographique, le texte rĂ©vĂšle un observateur plein d’humour, d’une perspicacitĂ© honnĂȘte et fidĂšle, un esprit libre Ă  la critique affĂ»tĂ©e, Ă  l’analyse facile et souvent juste sur les histoires humaines et le jeu du goĂ»t, sur les humeurs et les tendances du Paris « branché «  d’alors ; on y goĂ»te en particulier, les citations et commentaires concernant les gĂ©nies approchĂ©s, Debussy et Ravel (dont les Ă©lĂ©ments sur la vie sont des plus rares).

En couverture l’ancien Conservatoire de Musique de Paris, rue BergĂšre, en 1900, longuement Ă©voquĂ© par Inghelbrecht. une quarantaine de document iconographique complĂštent cette riche et indispensable Ă©vocation du Paris musical, vĂ©cu en son coeur artistique.

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

LIVRE, Ă©vĂ©nement, annonce. D. E. INGHELBRECHT (1880-1965) : MOUVEMENT CONTRAIRE / SOUVENIRS D’UN MUSICIEN (La CoopĂ©rative) – ISBN 979-10-95066-26-2 – 320 pages, brochĂ©, sous jaquette illustrĂ©e, 21 €.

PLUS D’INFOS sur le site des Ă©ditions de La CoopĂ©rative :

https://www.editionsdelacooperative.com/découvrez-nos-auteurs/d-e-inghelbrecht/

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

ingelbrecht mouvement contraire editions la cooperative souvenir d'un chef critique annonce livre classiquenews DE Inghelbrecht critique livre classiquenews oper

 
 
   
 
 

NOTRE-DAME de PARIS, sauvĂ©e des flammes : aprĂšs l’incendie, la cĂ©lĂ©bration d’une cathĂ©drale martyr

CathĂ©drale NOTRE-DAME, cĂ©lĂ©bration, souvenirs pour la CathĂ©drale NOTRE-DAME de Paris. AprĂšs la sidĂ©ration, les explications… Classiquenews rend hommage Ă  notre cathĂ©drale incendiĂ©e, objet d’un incendie impensable, inacceptable, traumatisant dans l’histoire du patrimoine français. Le temps est Ă  l’émotion et au choc ; il est maintenant Ă  l’analyse et Ă  l’inventaire : souhaitons que l’enquĂȘte nous apporte des Ă©lĂ©ments concrets qui expliquent comment cela s’est passĂ© et la cause de ce drame national. Car il faut absolument que cela ne se reproduise pas. Aujourd’hui, il est urgent de mettre au sec l’ensemble de la nef Ă©ventrĂ©e ; pas de pluie, plus d’eau… car ce qui reste est trop fragilisĂ©. Avec l’Ă©tat de nos connaissance et nos moyens technologiques, comment une telle tragĂ©die a-t-elle pu se produire ? Aurons-nous un jour l’explication ?

 

 

 

NOTRE-DAME de PARIS ” SAUVÉEE ” MAIS MARTYRISÉE ET FRAGILISÉE

 

 

 

notre-dame-de-paris-sauvee-incendie-causes-video-analyse-reportage-video-notre-dame-de-paris-classiquenews
 

 

 

QUESTION : la question majeure reste : comment cela s’est-il passĂ© ? Pourquoi, comment ? Le chĂȘne de la charpente, qui a 800 ans, ne peut pas s’enflammer ainsi, aussi vite. Le phĂ©nomĂšne demeure Ă  ce jour inexplicable et terrifiant. Les rĂ©ponses sont Ă  venir. Le peuple de France les attend. Car la sidĂ©ration est prĂ©sente mais aussi la colĂšre. Apparemment il y a eu un seul dĂ©part de feu mais dans un endroit oĂč il n’y avait pas de chantier de restauration… Qui, comment ? Il est impensable d’accepter cet incendie Ă  notre Ă©poque, en 2019…
 

 

 

NOTRE DAME cathedrale reportage vidéo classiquenews nef rosaces cathedrale classiquenews
 

 

 

v________________________________________________________________________________________________

Notre-Dame-de-Paris-incendie-reconstruction-restauration-hommage-celebration-classiquenews-concert-requiem-de-berliozSuite Ă  l’incendie qui a dĂ©vastĂ© la CathĂ©drale NOTRE-DAME de PARIS lundi 15 avril 2019 en fin de journĂ©e, CLASSIQUENEWS rappelle la valeur et la richesse historique, patrimoniale et artistique de la CathĂ©drale de Paris, Notre-Dame, comme ample vaisseau propice aux Ă©chos et rĂ©sonances de rĂ©flexion, de mĂ©ditation, de recueillement. Un concert assez rĂ©cent nous avait sĂ©duit, prenant en compte la spatialisation particuliĂšre de l’écrin architectural.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

ECOUTEZ le concert
ENREGISTRÉ A NOTRE-DAME de PARIS (2014)

NOTRE-DAME-de-PARIS-celebration-souvenirs-reconstruction-classiquenews-video-incendie-la-rosaceRetour sur le REQUIEM de BERLIOZ, donnĂ© le 22 janvier 2014 sous l’ample voĂ»te et dans la rĂ©sonance du corps architectural de Notre-Dame, par le ChƓur de Radio France, la MaĂźtrise de Note-Dame de Paris, l’Orchestre symphonique Simon Bolivar et l’Orchestre Philharmonique de Radio France, sous la direction du chez vĂ©nĂ©zuĂ©lien Gustavo Dudamel.

ECOUTEZ le concert sur le site de France Musique

 

 

 

Hector Berlioz, Requiem op.5, H75 “Grande Messe des Morts”  (1837) pour tĂ©nor, choeur mixte et orchestre
Requiem et Kyrie
Dies irae – Tuba mirum
Quid sum miser
Rex tremendae
Quaerens me
Lacrimosa
Offertoire
Hostias
Sanctus
Agnus Dei

Andrew Staples, ténor
Alejandro Carreno, violon
Choeur de Radio France
MaĂźtrise de Notre-Dame de Paris
Orchestre Symphonique Simon Bolivar
Orchestre Philharmonique de Radio France
Gustavo Dudamel, dir.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

NOTRE-DAME-DE-PARIS-cathedrale-classiquenews-incendie-celebration-reconstruction-notre-dame-de-paris-insolite-900x500NOTRE DAME EN VIDEO : reportage avec Sir Roger Norrington, dans le choeur de Notre-Dame de Paris Ă  l’occasion du Concert MOZART, Messe en ut, 22 mai 2014. Vues exceptionnelles de la nef, la voĂ»te, les sculptures, les stalles sculptĂ©es du chƓur, l’orgue recouvert aujourd’hui de gravats
, tĂ©moignage aussi poignant que bouleversant, les vitraux et les rosaces
 AprĂšs l’incendie du lundi 15 avril 2019, nos images n’en ont que plus de valeur : elles rĂ©vĂšlent l’unitĂ© et l’équilibre intĂ©rieur d’un Ă©crin architectural unique au monde (Reportage 2014, avec le concours de l’Orchestre de chambre de Paris)
.

Notre-Dame de Paris. L’Orchestre de chambre de Paris et Sir Roger Norrington jouent la Messe en ut de Mozart,les 22,23 mai 2014 – reportage vidĂ©o filmĂ© dans la CathĂ©drale Notre-Dame de Paris from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

notre-dame-cathedrale-reportage-video-norrington-maestro-dans-la-cathedrale-notre-dame-visite-classiquenews-reportage-opera-concert-festival-critique-classiquenews

 

 

 

En 2014, CLASSIQUENEWS rĂ©alisait un reportage vidĂ©o dans le chƓur de la CathĂ©drale Notre-Dame de Paris, Ă  l’occasion de l’annonce du concert dirigĂ© par Sir Roger Norrington : Messe en ut de Mozart, Ă  la tĂȘte de l’Orchestre de chambre de Paris (mai 2014)
 

 

 

CD, coffret événement, critique. Coffret OFFENBACH : The operas & opérettes / operettas Collection (30 cd Warner classics).

offenbach operas & operettas collection 30 cd warner classics centenaire naissance dossier offenbach 2019 classiquenewsCD, coffret Ă©vĂ©nement, critique. Coffret OFFENBACH : The operas & opĂ©rettes / operettas Collection (30 cd Warner classics). AprĂšs un excellent coffret Berlioz, Ă©galement Ă©ditĂ© pour l’anniversaire 2019, voici en 30 cd, l’intĂ©grale Warner OFFENBACH, qui permet de mesurer la verve prolifique du Jacques des Boulevards, roi autoproclamĂ© de la pantalonnade. Esprit canaille, libertin critique, Offenbach a su faire rire et divertir la bonne sociĂ©tĂ© du Second Empire, tout en Ă©pinglant en un savant jeu de miroir, les travers et les abus comme l’immoralitĂ© de son esprit de fĂȘte (comme rameau Ă  son Ă©poque, Ă  la Cour de Louis XV, pour lequel il rĂ©invente le genre lyrique, mĂȘle les registres
 comme Offenbach, un siĂšcle aprĂšs.
Warner classics a pris soin d’équilibrer sa sĂ©lection. Il n’y manque qu’un seul ouvrage de valeur, le premier Les fĂ©es du Rhin, magistralement crĂ©Ă© Ă  l’opĂ©ra de Tours en 2018 (Classiquenews Ă©tait prĂ©sent et a rĂ©alisĂ© un documentaire sur le sujet, jalon majeur de notre connaissance de Jacques Offenbach / VOIR notre reportage Les FĂ©es du Rhin, OpĂ©ra de Tours, oct 2018). Cette opĂ©ra de jeunesse qui rivalise avec Weber et Wagner comme le grand opĂ©ra français Ă©tait jusque lĂ  connu 
 dans sa version allemande car il faut crĂ©Ă© Ă  Vienne et chantĂ© en allemand. Offenbach demeure un compositeur Ă©galement fĂȘtĂ© de chaque cĂŽtĂ© du Rhin, en France et Allemagne. Double tradition que prend en compte intelligemment le coffret Warner classics : y paraissent ainsi dans les deux langues, OrphĂ©e aux enfers, La Belle HĂ©lĂšne, La Vie Parisienne, Les Contes d’Hoffmann, en un jeu de lectures parallĂšles qui nourrit la vision des drames et comĂ©dies et relativise la place de Jacques en France


Bicentenaire OFFENBACH 2019Le coffret Warner est un absolu indispensable. On y retrouve ainsi les premiers ouvrages et les grands standards, les petites perles oubliĂ©es et les opus majeurs (par ordre d’apparition dans le coffret : Ba-ta-clan (Orc JF Paillard, Marcel Couraud), Les Bavards (ORTF, Marcel Couraud), OrphĂ©e aux enfers (Capitole, Plasson avec Rhodes, MesplĂ©, SĂ©nĂ©chal, BerbiĂ©, Lafont
le nec plus ultra du chant français articulĂ© et mordant), auquel rĂ©pond la version en allemand, car Offenbach fut jouĂ© et reste Ă  l’affiche de nombreux thĂ©Ăątres allemands, chantĂ© dans la langue de Goethe (Orpheus in der Unterwelt, Phil. Hungarica, Willy Mattes), La Belle HĂ©lĂšne (Jessye Norman, Bacquier, Lafont, 
 Capitole / Plasson), et donc Die Schöene Elena (MĂŒnchner Rundfunkorchester, Willy Mattes), La Vie Parisienne (Crespin, SĂ©nĂ©chal, MesplĂ©, 
 Capitole, Plasson), Pariser Leben (Anneliese Rothenberger, MĂŒnchner Rundfunkorchester, Willy Mattes)
 ; La fille du Tambour major (Orch StĂ© des Concerts du Conservatoire, FĂ©lix Nuvolone) ; La Grande Duchesse de Gerolstein (extraits, Eliane Lublin, JP Marty), Die Großherzogin von Gerolstein (Enriqueta TarrĂ©s, Kölner RForchester, Pinchas Steinberg) ; La PĂ©richole (Berganza, carreras, Bacquier, SĂ©nĂ©chal
 Capitole, Plasson) ; Les Brigands (Le Roux, E Vidal, 
 OpĂ©ra de Lyon, Gardiner); Pomme d’Api, Monsieur Choufleuri, Mesdames de la Halle (MesplĂ©, Lafont, Trempont
 Orch Philh. Monte Carlo, Manuel Rosenthal). De mĂȘme, fermant la collection, dans une mĂȘme combinaison bilingue complĂ©mentaire : Les Contes d’Hoffmann (Neil Shicoff, Murray, Plowright, Jessye Norman, La Monnaie, S Cambreling) / Hoffmanns ErzĂ€hlungen (Siegfried Jerusalem, Norma Sharp, julia Varady, Dietrich Fischer-Dieskau
 MĂŒnchner RForchester, Heinz Wallberg)

Bonus dĂ©couverte : les cd 29 et 30, respectivement : rĂ©cital Offenbach de Jane Rhodes (Orch Bordeaux, Roberto Benzi), enfin La GaĂźtĂ© Parisienne (Suite orchestrale, par Orch Monte-Carlo, Manuel Rosenthal ; version pour 3 pianos), puis inĂ©dits, Offenbach mĂ©lodiste, auteur de joyaux Ă  redĂ©couvrir, et Ă  goĂ»ter grĂące aux dons du diseur François Le Roux (« 6 fables de la Fontaine », dont le dĂ©lectable « Le Savetier et le financier »,
 trĂšs actuel, avec Jeff Cohen au piano).

CLIC_macaron_2014Parce qu’il souligne la grande tradition du chant français – Ă  une Ă©poque oĂč le chanteur sait articuler et dĂ©fendre non pas une voix, (sa voix) mais un texte, de surcroĂźt s’agissant de grands chanteurs d’opĂ©ras ; parce qu’il dĂ©voile tout autant la tradition outre-Rhin des opĂ©ras d’Offenbach chantĂ©s Ă  Cologne, Ă  Munich
 en allemand (d’autant plus avec le concours de grands chanteurs wagnĂ©riens : Ă©couter Hoffmanns ErzĂ€hlungen)
 ; pour les mĂ©lodies ainsi dĂ©nichĂ©es qui devraient figurer avec Berlioz, Poulenc, Debussy, Ravel ou Chausson, Massenet et Hahn, dans tout concours de mĂ©lodie française qui se respecte
 le coffret OFFENBACH concoctĂ© par Warner classics pour l’annĂ©e Offenbach 2019 est un incontournable / indispensable. CLIC de CLASSIQUENEWS d’avril 2019.

TOURS, Opéra. Les 4, 5 mai 2019. BERLIOZ : Symphonie Fantastique

150 ans de la mort de BERLIOZTOURS, OpĂ©ra. Les 4, 5 mai 2019. BERLIOZ : Symphonie Fantastique. Samuel Jean dirige les musiciens de l’Orchestre Symphonique RĂ©gion Centre-Val de Loire/Tours, cĂ©lĂ©brant l’anniversaire Berlioz en 2019, son gĂ©nie orchestral, sa stature d’architecte capable par les seuls instruments, de composer ainsi un drame passionnel, amour tragique et maudit (le hĂ©ros songe Ă  la belle inaccessible, qu’elle s’appelle dans la vraie vie d’Hector, Estelle, OphĂ©lie, Harriet
), et visions surnaturelles et orgiaques dont les grimaces et les soubresauts emportent toute la partition dans son dĂ©nouement spectaculaire et littĂ©ralement fantastique.

C’est le manifeste de tout un courant d’idĂ©es, un premier aboutissement de la rĂ©volution romantique en France: la Symphonie fantastique, composĂ©e et crĂ©e en 1830, rĂ©tablit sur le genre orchestral, la prĂ©Ă©minence de la France dans l’écriture musicale, majoritairement dominĂ©e par les compositeurs germaniques, dans le sillon des Viennois, Mozart, Haydn, Beethoven, Schubert. Et si la Fantastique Ă©tait outre cet ovni symphonique inclassable dans l’histoire de la musique europĂ©enne, la preuve qu’il existe bien une tradition symphonique en France jamais Ă©teinte depuis
 Rameau?

Symphonie visionnaire

berlioz-150-ans-berlioz-2019-dossier-special-classiquenewsA 27 ans, Berlioz (nĂ© en 1803) s’impose par sa tĂ©nacitĂ© crĂ©ative (son pĂšre le voyait plutĂŽt mĂ©decin comme lui), un sens nouveau du rythme, des mĂ©lodies puissantes oĂč tout est chant (comme chez Chopin). Surtout, le compositeur porte trĂšs loin le relief caractĂ©risĂ© des instruments, la place du timbre, et les ressources des alliances entre pupitres. C’est un orchestrateur qui aprĂšs Rameau, incarne cette exigence française de l’écriture et des combinaisons d’instruments, variant jusqu’à l’infini le chromatisme du paysage sonore. CrĂ©ateur de l’orchestre moderne, Berlioz s’intĂ©resse aussi, en expĂ©rimentateur audacieux, Ă  la forme: il nous laisse 4 cycles symphoniques d’envergure, aussi libres et inventifs que les meilleurs symphonistes ultra-rhĂ©nans:
la Fantastique, Harold en Italie, Roméo et Juliette, la Symphonie funÚbre et triomphale, sans omettre Lelio ou le retour à la vie

Il faudra d’ailleurs restituer le contexte de l’écriture française pour orchestre dont Berlioz porte trĂšs haut la tradition qui ne s’est jamais Ă©teinte en rĂ©alitĂ©. Prenez par exemple l’oeuvre de George Onslow rĂ©cemment rĂ©habilitĂ© par le Centre de musique romantique française (Quatuors Ă©ditĂ© par NaĂŻve par les Diotima), Symphonies redĂ©couvertes lors du premier festival du Palazzetto Bru Zane Ă  Venise, “aux origines du romantisme français”… en octobre 2009, restituant l’écriture de Jadin, Onslow, HĂ©rold).

Episode symphonique
Berlioz en 1830 bouscule les habitudes. Le moins intĂ©grĂ© des compositeurs parisiens interroge, surprend, dĂ©range. Fortement autobiographique, la Fantastique devait Ă  l’origine s’inscrire dans un ensemble en diptyque plus vaste, constituant avec Lelio ou le retour Ă  la vie
 , Episode de la vie d’un artiste (crĂ©Ă© en 1832).
La Fantastique ne peut se comprendre sans la violente action dramatique que sous-tend son dĂ©veloppement. Le fantastique dont il s’agit est le fruit des visions, dĂ©lires, vertiges d’un homme amoureux malheureux, Ă©conduit, suicidaire, sous l’action des drogues hallucinogĂšnes. Si la Fantastique stigmatise l’asservissement de toute force psychique aux pulsions souterraines et noires, le second Ă©pisode (avec Lelio) s’élĂšve vers la lumiĂšre, un retour Ă  la vie oĂč l’ñme Ă©puisĂ©e
mais quasi intacte du jeune homme peut à nouveau espérer 


Le 5 dĂ©cembre 1830, la mĂȘme annĂ©e que la rĂ©volution thĂ©Ăątrale d’Hernani, le public parisien dĂ©couvre la Fantastique, saisi par la violence, la sauvagerie voire l’impudeur du propos; ‘audience parisienne s’insurge et crie au scandale.

PLAN de la Symphonie Fantastique
1. RĂȘveries et passions. EnivrĂ© par l’opium, le poĂšte-musicien rĂȘve de la femme idĂ©ale. A chaque Ă©vocation de l’élue, le hĂ©ros s’abandonne Ă  une vision extatique: c’est l’idĂ©e fixe, aussi irrĂ©sistible qu’obsessionnelle.

2. Au bal, la figure aimĂ©e, prĂ©sente mais inaccessible prend davantage d’importance.

3. ScĂšne aux champs: probablement inspirĂ© par la dĂ©couverte rĂ©cente de la Symphonie n°6 “Pastorale” de Beethoven, Berlioz dĂ©veloppe pour son mouvement lent, une Ă©vocation pastorale (chant et duo du cor anglais et du hautbois), pause bucolique dont le plein air colorĂ© et palpitant voire menaçant (grondements de l’orage sur les pas de la 6Ăš de Beethoven) coupe avec l’introspection des scĂšnes prĂ©alables;

4. Marche au supplice: le lugubre surgit dans une vision sanguinaire et fantastique oĂč le poĂšte pense avoir tuĂ© sa bien-aimĂ©e, comme proie angoissĂ©e et trop soumise aux drogues dont il
est la victime. L’évocation devient aigre et hideuse, objet d’un traitement orchestral d’une exceptionnelle orchestration (en syncopes, soubresauts, dĂ©flagrations.)
 DĂšs sa crĂ©ation, ce morceau fut bissĂ© par l’auditoire, effrayĂ© par tant de justes secousses.

5. Songe d’une nuit de Sabbat
Le poĂšte assiste Ă  ses propres funĂ©railles. L’idĂ©e fixe refait surface mais dĂ©naturĂ©e sous le
prisme d’une sensibilitĂ© grimaçante, tel un air trivial dĂ©sormais dissout dans une orgie satirique.

Atypique, porteuse d’avenir, la Symphonie Fantastique ouvre la musique vers son futur, dans l’audace et l’expĂ©rimentation: ce qu’a immĂ©diatement reconnu Robert Schumann. Tous les grands romantiques, de Wagner Ă  Liszt et jusqu’à Ricahrd Strauss ont une dette envers la
modernité sans égale de Berlioz.

________________________________________________________________________________________________

TOURS, Opéra.
BERLIOZ : Symphonie Fantastique
Samedi 4 mai 2019 – 20h
Dimanche 5 mai 2019 – 17h

Direction musicale : Samuel Jean
Orchestre Symphonique RĂ©gion Centre-Val de Loire/Tours

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.operadetours.fr/fantastique-4-5-mai

Olivier PENARD
Concerto pour Violoncelle et orchestre
Sonia Wieder-Atherton, violoncelle

Co-commande Orchestre Symphonique Région Centre-Val de Loire/Tours Orchestre Régional Avignon-Provence, Orchestre régional de Cannes PACA

Hector BERLIOZ
Symphonie fantastique Op. 14,
Épisode de la vie d’un artiste

________________________________________________________________________________________________

Conférences
Samedi 4 mai – 19h00
Dimanche 5 mai – 16h00
Grand ThĂ©Ăątre – Salle Jean Vilar
Entrée gratuite

Billetterie
Ouverture du mardi au samedi
10h30 Ă  13h00 / 14h00 Ă  17h45

02.47.60.20.20
theatre-billetterie@ville-tours.fr

COFFRET CD, événement. CARLO MARIA GIULINI : The complete recordings on Deutsche Grammophon (42 cd Deutsche Grammophon)

giulini-carlo-maria-complete-recordings-box-set-coffret-cd-classiquenews-cd-review-cd-critique-cd-concerts-opera-Complete-Recordings-On-Deutsche-Grammophon-Decca-Coffret-Edition-LimiteeCOFFRET CD, Ă©vĂ©nement. CARLO MARIA GIULINI : The complete recordings on Deutsche Grammophon (42 cd Deutsche Grammophon). Deutsche Grammophon regroupe ici les tĂ©moignages du travail de Carlo Maria Giulini (1914-2005) ; de 1965 (Symph 40 et 41 de Mozart Ă  Londres) Ă  la 3Ăš de Brahms – Ɠuvre fĂ©tiche, enregistrĂ©e en mai 1990, Ă  Vienne avec les Wiener Philharmoniker, Musikverein, Großer Saal), soit un accompagnement par le disque de 25 ans, un quart de siĂšcle, en compagnie d’un chef exigeant, esthĂšte, mĂ©ditatif, d’une incroyable intelligence dramatique, donc faisant crĂ©piter dans l’élĂ©gance et l’introspection le drame contenu dans opĂ©ras (Ă©videmment) mais aussi pages orchestrales. Giulini dirige ici les plus grands orchestres (sauf français) en Italie, Grande-Bretagne, Autriche, Allemagne et aux USA : Santa Cecilia, Scala de Milan, Philharmonia Orchestra, Wiener Symphoniker, Wierner Philharmoniker, Berliner Philharmoniker, aux USA : Chicago Symphony Orchestra, Los Angeles Philharmonic
 confĂ©rant Ă  tous, une tradition d’excellence grĂące Ă  sa discipline devenue rĂ©fĂ©rentielle (comme peut l’ĂȘtre celle d’un Karajan, d’un Kleiber – Carlos-, Abbado
).

D’abord violoniste puis altiste, CMG / Carlo Maria Giulini se passionne pour la direction d’orchestre en particulier dans le genre lyrique. ExpĂ©rience accomplie par le trentenaire en juin 1944 (la 4Ăš de Brahms, une vocation lyrique et donc symphonique pour un compositeur qu’il servira toute sa vie). Deutsche Grammophon rĂ©Ă©dite en un coffret nĂ©cessaire pour tout mĂ©lomane, les enregistrements du chef nĂ© en 1914 (comme Fricsay ou Kubelik) rĂ©alisĂ©s par la marque jaune et aussi pour Decca, label frĂšre. Il en rĂ©sulte une collection de prises, en studio et live, d’une portĂ©e musicale et spirituelle, incontournable. Car pour le maestro, la musique est avant tout un acte mystique. Son geste ample, profond, fouille chaque partition, lui confĂšre une respiration noble, mĂ©ditative, d’un galbe spĂ©cifique. Il est vrai que c’est Toscanini qui Ă©coutant les tempi du jeune chef dans un ouvrage inconnu alors, Il Mundo della luna de Hyadn, reste mĂ©dusĂ© et prend alors son cadet sous sa protection. Chef lyrique, Giulini dirige La Traviata Ă  la Scala dans la mise en scĂšne de Visconti avec Maria Calas en 1955 : production mythique qui assoit sa stature de trĂšs grand chef d’opĂ©ra. Il a 41 ans. C’est l’artiste esthĂšte qu’engage Walter Legge pour la firme EMI.
Comme Karajan, Giulini choisit toute la distribution, impose le temps des rĂ©pĂ©titions, exige, contrĂŽle
 pour le meilleur. Un idĂ©al sinon rien. Combien d’autres maestros ont su affirmer leur tempĂ©rament et leur pertinence grĂące Ă  cette exigence artistique (les meilleurs : Fricsay, Kubelik, Carlos Kleiber, et jusqu’à Abbado, 
). Giulini incarne donc une façon de travailler, la recherche de la perfection semĂ©e d’élĂ©gance et d’urgence, dĂ©sormais reconnaissable et mĂ©morable. Quand le chef ne trouvera plus les conditions nĂ©cessaires , il renoncera dĂ©finitivement Ă  l’opĂ©ra (en 1968, Ă  la scĂšne mais pas au studio), pour s’intĂ©resser surtout Ă  l’écriture symphonique.

CLIC D'OR macaron 200Le coffret Giulini par Deutsche Grammophon soit 42 cd, permet de suivre l’évolution de son travail, Ă  l’opĂ©ra  : 3 Verdi d’anthologie : Rigoletto (1979, Vienne), Il Trovatore / le TrouvĂšre (Rome, 1984), Falstaff (Los Angeles, 1982), dont l’énergie et le sens du dĂ©tail rĂ©alisent des lectures qui frappent immĂ©diatement par le son hyperĂ©lĂ©gant, fin, subtil, furieusement dramatique de l’orchestre : un modĂšle du genre.

On suit aussi, surtout, l’approfondissement de Giulini dans le domaine symphonique et concertant. RĂ©pertoire germanique (austro-allemand Ă©videment), de Mozart (Concerto pour piano n°23 avec Vladimir Horowitz ; symphonies 40 et 41 : les plus anciennes prises, Ă  Londres avec le New Philharmonia en octobre 1965) et Beethoven (en 1978 : Concertos et Symphonies 1, 3, 5, 6, 9), surtout Brahms (1 et 2 par deux orchestres : Los Angeles Phil et Wiener Phil. ; 3 et 4)
 Le “souffle Giulini”, entre noblesse et profondeur, architecture et intĂ©rioritĂ©, se mesure Ă©galement chez Bruckner (symphonies 7, 8, 9
 aussi nĂ©cessaires, fondamentales que celles par Gunter Wand, son ainĂ© et autre BrucknĂ©rien de poids), et chez SCHUBERT dont il est l’un des pionniers Ă  dĂ©montrer fondamentalement l’introspection et l’ampleur structurelle, c’est Ă  dire le gĂ©nie (Symphonies 4, 8, 9). Giulini fut aussi un malhĂ©rien convaincu bien que trop confidentiel (Symphonie n°9, Das lied von der Erde / Le chant de la terre). ‹‹Le coffret DG Ă©claire aussi ses lectures d’Ɠuvres sacrĂ©es (la spiritualitĂ© et l’éloquence du silence n’étant jamais Ă©loignĂ©es de chaque interprĂ©tation) ; ainsi se distinguent ici les Requiem de FaurĂ©, de Verdi, Ein deutsches Requiem de Brahms ; comme le Stabat Mater de Rossini.

Les amateurs de piano symphonique, retrouverons ses lectures des Concertos de Chopin (n°1 avec Zimerman, 1978 avec le Los Angeles Philh.)
Autre volet Ă©loquent, l’écriture française telle qu’elle se dĂ©tache par son sens des couleurs et un Ă©quilibre soignant la transparence : Ravel (Pavane, Ma MĂšre l’Oye, Rhapsodie espagnole), Debussy (La mer), – Ravel et Debussy rĂ©alisĂ©s en 1979 avec le Los Angeles Philh. -, FaurĂ© dĂ©jĂ  citĂ© ; mais aussi Franck (Symphonie en rĂ©)


A Ă©couter aussi parmi ses plus anciens enregistrements ici, la cantate An die Nachgeborenen, de Gottried von Einem – preuve d’une belle ouverture de rĂ©pertoire-, avec Dietrich Fisher-Dieskau (Wiener Symphoniker, Vienne Großer Saal, nov 1975), Tableaux d’une exposition de Moussorgski (1976) et Britten (SĂ©rĂ©nade pour tĂ©nor en 1977, les deux compositeurs avec le Chicago Symph Orch). Toujours, ses respirations qui semblent jaillir du sĂ©pulcre, cette grandeur jamais grandiloquente, cette sincĂ©ritĂ© qui tend Ă  l’introspection (on comprend que Giulini ait pu influencer Myunh Wun Chung… ). Que du trĂšs trĂšs bon. Coffret incontournable. Un must. CLIC de Classiquenews

________________________________________________________________________________________________

CLIC D'OR macaron 200CD, coffret, Ă©vĂ©nement. CARLO MARIA GIULINI : The complete recordings on DEUTSCHE GRAMMOPHON (and DECCA) - 42 cd Deutsche Grammophon : 1965-1990 / CLIC de CLASSIQUENEWS d’avril 2019. RĂ©f.: 0289 483 6224 0.

MOZART MOMENTUM 1785/1786 : LE MOZART du pianiste Leif Ove Andsnes


MOZART MOMENTUM 1785/1786 : LE MOZART du pianiste Leif Ove Andsnes
 Plus romantique et moderne que vraiment « classique », le pianiste Leif Ove Andsnes questionne pendant quatre ans avec les instrumentistes du Mahler Chamber Orchestra, l’écriture concertante de Mozart, Ă  travers son nouveau projet musical intitulĂ© « MOZART MOMENTUM 1785/1786 ».

AprĂšs leur Beethoven Journey, le Mahler Chamber Orchestra et Leif Ove Andsnes se retrouvent pour explorer deux annĂ©es particuliĂšrement remarquables dans la vie de Mozart : 1785 et 1786
 un nouveau projet de concerts et d’enregistrements qui durera quatre ans (2019-2022).

 
 
 
  andsnes-leiv-mozart-concerts-annonces-critique-entretien-mozart-classiquenews

________________________________________________________________________________________________

Voir la vidéo teaser du projet (sous-titres français à sélectionner) :

 
 
 

https://www.youtube.com/watch?v=IZd9zkdBg0o&feature=youtu.be

 
 
 

andsnes-leif-ove-mozart-concertos-critique-reveiw-concerts-classiquenews-MOZART-opera-concert-Leif-ove-andsnes-piano-mozart-concertos-classiquenews

 

VOIR LA VIDEO Mozart Momentum 1785 1786

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

MOZART MOMENTUM 1785/1786

 
 
 

VIENNE, 1785
 MOZART compositeur, pianiste, improvisateur
 Wolfgang Amadeus Mozart est alors Ă  Vienne, donnant libre cours Ă  une crĂ©ativitĂ© inĂ©dite qui rĂ©alise une nouvelle Ăšre pour le concerto pour piano. Au cours des deux annĂ©es 1785 et 1786, il conçoit une sĂ©rie de chefs-d’Ɠuvre qui rĂ©inventent la nature du concerto pour piano, ouvrant la voie aux Romantiques : Ă  Beethoven et Ă  ses successeurs. Mozart redĂ©finit les rĂŽles du soliste et de l’orchestre, en un dialogue rĂ©inventĂ© oĂč chacun se rĂ©ponde et discute. Les interprĂštes soulignent aussi la facilitĂ© de Mozart dans les autres genres musicaux que le Concerto pour piano, dans la musique de chambre, pour l’orchestre. Comme dans Beethoven Journey, Leif Ove Andsnes dirige les instrumentistes du Mahler Chamber Orchestra depuis le piano.

« Quand on se rend compte de la rapiditĂ© avec laquelle Mozart s’est dĂ©veloppĂ© au dĂ©but des annĂ©es 1780, on ne peut que se demander : pourquoi est-ce arrivĂ© ? Que s’est-il passĂ© ? », commente Leif Ove Andsnes. « Et c’est tout l’objet de ce projet. Il s’agit de l’élan de sa crĂ©ativitĂ© Ă  l’époque, qui doit avoir Ă©tĂ© inspirĂ©e par la nĂ©cessitĂ© de ce genre de concerts et de piĂšces dans lesquels il pourrait dĂ©ployer toutes ses capacitĂ©s en tant que compositeur, interprĂšte et improvisateur. (…) Dans le style d’un vĂ©ritable festival, notre projet explore Ă©galement la musique de chambre, et les piĂšces pour soliste, toutes tĂ©moignant de l’extrĂȘme diversitĂ© de la vie crĂ©ative de Mozart Ă  cette Ă©poque. Pour rĂ©sumer, notre projet est destinĂ© Ă  montrer les diffĂ©rentes facettes de Mozart. En rassemblant toutes ces Ɠuvres, nous explorons Mozart en tant que compositeur et interprĂšte, savourant un niveau de crĂ©ativitĂ© que peu d’artistes dans l’histoire ont atteint et qu’aucun ne surpassera », prĂ©cise encore Leif Ove Andsnes.

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

CONCERT ET DISQUE

 
 
 

CONCERTS… DĂ©but de la tournĂ©e des concerts, les 11 et 12 mai 2019 Ă  Francfort (sur deux jours, dans un format festival), le 14 mai Ă  Berlin, le 16 mai Ă  Grenoble, le 17 mai Ă  Evian, le 18 mai Ă  Paris et le 19 mai 2019 Ă  Lisbonne. Le projet culminera en 2022 avec des rĂ©sidences dans le monde entier, notamment Ă  Londres, New York et Tokyo.

CD… MOZART MOMENTUM 1785/1786 sera enregistrĂ© pour une prochaine publication Ă©ditĂ©e chez Sony Classical. Les premiĂšres sessions auront lieu au Rudolfinum de Prague en mai 2020. Le premier volume comprendra les Concertos pour piano n°20, 21 et 22, la Fantaisie pour piano en do mineur, le Quatuor en sol mineur pour piano et cordes, et la Marche funĂšbre maçonnique.

Programme des premiers concerts

Mozart, Maurerische Trauermusik (Musique funÚbre maçonnique)
Mozart, Concerto pour piano n° 20 K 466 en ré mineur
Haydn, Symphonie n° 83 (La Poule)
Mozart, Concerto pour piano n° 21 K 467

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

Les concerts MOZART MOMENTUM 1785 – 1786 en FRANCE

Grenoble MC2 le jeudi 16 mai 2019,
Evian Grange au Lac le vendredi 17 mai 2019
Paris Théùtre des Champs-Elysées le samedi 18 mai 2019.

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

UNBOXING MOZART : JEU DE RÔLES, INTERACTIF ET EDUCATIF

 
 
 

En plus des concerts, MOZART MOMENTUM 1785/1786 comprend un volet Ă©ducatif faisant partie intĂ©grante du projet intitulĂ© UNBOXING MOZART, un Ă©vĂ©nement interactif en direct qui entend « rĂ©volutionner » l’expĂ©rience d’initiation au concert traditionnel.

Invitant le public spectateur, le jeu – sous forme physique et virtuelle – crĂ©e une convergence de la musique classique, de la performance collaborative et du jeu urbain. Les participants d’UNBOXING MOZART expĂ©rimentent directement l’interaction musicale et humaine avec un ensemble musical, le joueur fait alors partie de l’orchestre sous forme de jeu de rĂŽle, joue en solo ou en groupe pour crĂ©er des dialogues au sein d’une communautĂ©. UNBOXING MOZART sera lancĂ© Ă  Francfort le 11 mai 2019, et des projets sont en cours pour prĂ©senter le projet Ă  d’autres pays au fur et Ă  mesure de son dĂ©veloppement.

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
   
 
 

GSTAAD MENUHIN Festival 2019 : Au Bonheur des Dames

gstaad-menuhin-festival-2019-PARIS-annonce-prĂ©sentation-classiquenews-582GSTAAD, Menuhin Festival 2019 : Au Bonheur des Dames. Place Ă  l’excellence de l’interprĂ©tation fĂ©minine Ă  GSTAAD cet Ă©tĂ©, du 18 juillet au 6 septembre 2019. Le Festival MENUHIN surprend chaque annĂ©e par la diversitĂ© de sa programmation mais la cohĂ©rence de sa ligne artistique conçue et dĂ©fendue par Christoph Muller, intendant gĂ©nĂ©ral de l’évĂ©nement en Suisse (cette annĂ©e, PARIS est Ă  l’honneur !). Ambassadrice de charme et de caractĂšre, les artistes femmes occupent le devant de l’affiche estivale Ă  GSTAAD : « Elles s’appellent Sol, Yuja, Gabriela, Khatia, et elles donnent Ă  cette Ă©dition «parisienne» une touche particuliĂšrement Ă©lĂ©gante. »

  
 
 

GSTAAD suisse vaches r faux copyright annonce concert menuhin gstaad festival and academy 2018 classiquenews

  
 
 

GSTAAD-MENUHIN-FESTIVAL-2019-festival-&-academy-annonce-teaser-programme-annonce-critique-par-CLASSIQUENEWS-MUSIQUE-CLASSIQUE-OPERA-CONCERTS-ETE-2019

  
 
 

GSTAAD 2019 : AU BONHEUR DES DAMES

 
 

________________________________________________________________________________________________

QUELQUES CONCERTS des DAMES Ă  GSTAAD
6 profils féminins à ne pas manquer cet été à GSTAAD

  
 
 
 
 

SOL GABETTA
HILARY HAHN
YUJA WANG

 
 

GABETTA-sol-violoncelle-festival-concerts-critique-cd-classiquenews-GSTAAD-festival-MENUHIN-2019-critique-opera

 

Sol Gabetta, Ravel, Fauré et Saint-Saëns

La violoncelliste est prĂ©sente chaque Ă©tĂ© Ă  Gstaad, elle fait partie de la famille, et l’on ne se lasse pas, annĂ©e aprĂšs annĂ©e, de son jeu et de sa prĂ©sence solaire. Cet Ă©tĂ©place aux compositeurs français
 et parisiens
 C’est une artiste gĂ©nĂ©reuse, qui donnera tout dans le DeuxiĂšme concerto de Saint-SaĂ«ns le 21 juillet Ă  Saanen aux cĂŽtĂ©s de Pierre Bleuse et du Kammerorchester Basel. Sans omettre le 25 juillet (Ă©glise de SAanen toujours), temps fort de la semaine française, le programme dĂ©diĂ© au « violoncelle français » en duo avec le pianiste (français) Bertrand Chamayou : vive PARIS ! De mĂȘme elle sera assurĂ©ment une partenaire au-dessus de tout soupçon pour Patricia Kopatchinskaja, Nathan Braude et Polina Leschenko, le 13 aoĂ»t sous les mĂȘmes voĂ»tes de la Mauritiuskirche, dans le Trio de Ravel et le Premier quatuor de FaurĂ©.

 
  
 
 

 

HILARY-HAHN-violon-festival-concerts-critique-opera-critique-classiquenews-annonce-GSTAAD-MENUHIN-festival-2019

 

Hilary Hahn: Bach la suite
Violoniste lumineuse et inspirĂ©e, la jeune Hilary avait marquĂ© les esprit en gravant Ă  tout juste 17 ans trois des six Sonates et Partitas de Jean-SĂ©bastien Bach, suivies deux ans plus tard du non moins stratosphĂ©rique Concerto pour violon de Beethoven. On est heureux, vingt ans plus tard, de revoir Hilary Hahn toujours aussi Ă  l’aise dans Bach – dont elle vient d’ailleurs de graver les trois autres Sonates et Partitas. Le 29 aoĂ»t Ă  Saanen, elle retrouve Omer Meir Wellber et la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen autour des deux concertos de Bach
 what else?

 

 

 

 

 

 

wang-yuja-concert-piano-festival-annonce-critique-cd-yuja-wang-classiquenews-gstaad-MENUHIN-festival-2019
 

Yuja Wang: enfin Ă  Gstaad!
À l’image de Lang Lang quelques annĂ©es plus tĂŽt, elle incarne la vague musicale d’une Chine dĂ©complexĂ©e sur le monde du classique. La jeune dauphine de Deutsche Grammophon fait pour la premiĂšre fois le voyage de Gstaad cet Ă©tĂ©, au grĂ© de deux soirĂ©es contrastĂ©es: le 31 juillet en rĂ©cital avec le clarinettiste Andreas Ottensamer, le 6 septembre dans le Concerto n°3 de Rachmaninov aux cĂŽtĂ©s de Myung-Whun Chung et de la Staatskapelle de Dresde.

 
  
 
 

Khatia Buniatishvili
Gabriela Montero
Vilde Frang

 

Khatia Buniatishvili
C’est l’une des enfants chĂ©ries du Festival, prĂ©sente Ă  Gstaad depuis ses tout dĂ©buts. Artiste adulĂ©e et aussi critiquĂ©e du fait de ses partis trĂšs personnels, Khatia Buniatishvili se voit offrir pour elle toute seule la scĂšne immense de la Tente le 16 aoĂ»t, Ă  la faveur d’un rĂ©cital Schubert-Liszt-Stravinski Ă  la mesure de son talent: monumental! Une forme de consĂ©cration. Kathia est une dĂ©ferlente Ă  elle seule !

 

Gabriela Montero
Gabriela Montero, Improvisatrice saisissante, protégée de Martha Argerich, sera à la Mehrzweckhalle de La Lenk le 6 août pour jouer Bach, Mozart et la DeuxiÚme sonate de Rachmaninov, mais aussi pour improviser sur les images du film muet The Immigrant de Charlie Chaplin. Evénement!

 

Vilde Frang
Depuis le rĂ©cital de Vilde Frang «Jeunes Étoiles» en 2011, la violoniste norvĂ©gienne fait rĂ©guliĂšrement le voyage de Gstaad l’Ă©tĂ©. Le 25 aoĂ»t, elle a rendez-vous avec Lahav Shani et l’Orchestre philharmonique de Rotterdam autour de l’un des plus beaux concertos romantiques: le Premier de Max Bruch.

  

gstaad-menhin-festival-2019-concerts-critique-classiquenews-2019-edition-piano-Khatia-Buniatishvili-MONTERO-gabriela-VILDE-FRANG-violon-critique-cd-concert-opera-musique-classique-news-classiquenews-gstaad-menuhin-festival-2019  
 
 

________________________________________________________________________________________________

RETROUVEZ TOUTE LA PROGRAMMATION du GSTAAD MENUHIN FESTIVAL 2019, ici :
https://www.gstaadmenuhinfestival.ch/fr/programme-and-location/edition-2019

  
 
 

________________________________________________________________________________________________

VOIR notre TEASER VIDEO : PARIS au GSTAAD MENUHIN Festival 2019 :

GSTAAD-MENUHIN-FESTIVAL-2019-festival-&-academy-annonce-teaser-programme-annonce-critique-par-CLASSIQUENEWS-MUSIQUE-CLASSIQUE-OPERA-CONCERTS-ETE-2019

  
 
 

________________________________________________________________________________________________

LIRE AUSSI

  
 
 

Notre dĂ©pĂȘche annonce GSTAAD MENUHIN festival 2019 :
http://www.classiquenews.com/gstaad-menuhin-festival-2019-paris-18-juil-6-sept-2019/

Notre PRESENTATION GENERALE GSTAAD MENUHIN FESTIVAL 2019 : PARIS est une fĂȘte ! Une moisson de tempĂ©raments
 
https://www.classiquenews.com/gstaad-menuhin-festival-academy-2019-18-juil-6-sept-2019-une-edition-en-or/

Notre dĂ©pĂȘche annonce GSTAAD MENUHIN festival 2019 : Focus on SOL GABETTA, ambassadrice for ever in Gstaad
http://www.classiquenews.com/festivals-ete-2019-gstaad-menuhin-festival-focus-sol-gabetta-du-18-juillet-au-6-septembre-2019/

 Â  
 
 

TOURS, Opéra. KURT WEILL : Les 7 péchés capitaux

WEILL kurt opera concert festival concerts annonces critique classiquenews musique classique newsTOURS, OpĂ©ra. KURT WEILL : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux, 26,27, 28 avril 2019. Nouvelle production Ă  l’OpĂ©ra de Tours. Les Ɠuvres de Weill sont marquĂ©es par le sceau du gĂ©nie et de l’invention thĂ©Ăątrale. Kurt Weill (1900 – 1950) est un crĂ©ateur atypique, audacieux, rĂ©volutionnaire et visionnaire. Il a dĂ» quittĂ© l’Allemagne hitlĂ©rienne, rejoint Paris (oĂč sont crĂ©Ă©s les 7 pĂ©chĂ©s capitaux, 
 dans un incomprĂ©hension totale hĂ©las, et suscitant les foudres des antisĂ©mites particuliĂšrement virulents alors). Weill fut un auteur prĂ©coce Ă©crivant ses Quatuor, premier opĂ©ra, lieder) dĂšs l’adolescence. Il s’est formĂ© Ă  Berlin (Musikhoschule), auprĂšs de Ferrucio Busoni (AcadĂ©mie prussienne des arts). Avant son exil, Weill incarne le court Ăąge d’or des arts du spectacle des annĂ©es Weimar (avec Eisler, Krenek, Wolpe ; travaillant avec les plus grands chefs Erich Kleiber, Fritz Busch, Otto Klemperer, Hermann Scherchen
 ), soit pendant une dĂ©cennie, celle des annĂ©es 1920 et le dĂ©but des annĂ©es 1930 (jusqu’en 1933, en mars prĂ©cisĂ©meent oĂč il rejoint la France). A Paris, Les 7 PĂ©chĂ©s prolongent l’intelligence et l’imagination des ouvrages reconnus, cĂ©lĂ©brĂ©s : Der Protagonist, Royal Palace, L’Opera de quat’sous, Celui qui dit oui (Der Jasager)


 

 

 

Nouveau théùtre musical
créé à Paris sur la scÚne du TCE en 1933

Le dessein de Weill est de crĂ©er Ă  la suite de Mozart, un genre populaire, surtout pas Ă©litiste ; pour se faire il croise l’opĂ©ra classique, le ballet, le jazz
 d’oĂč une invention mĂ©lodique sans pareil. Ses lieder sont des tubes, chantĂ©s par tous. Il reste Ă  Paris, deux ans, jusqu’en 1935 (en septembre il quitte Paris pour New York avec le metteur en scĂšne Max Reinhardt, cofondateur avec R Strauss et Hofmannsthal du Festival de Salzbourg en 1922). Pour la scĂšne parisienne, Weill (qui parlait un français magnifique) compose Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux, la Symphonie n°2 et Marie Galante. avant d’accoster en terre amĂ©ricaine, Weil Ă©voque le vertige des villes des Etats-Unis, avec Ă  dĂ©faut d’y avoir encore vĂ©cu, le fantasme de l’imaginaire.

 

 

 

weill-kurt-7-peches-capitaux-opera-de-tours-annonce-critique-opera-classiquenews-avril-2019-opera-musique-classique-concerts-festival-actualites-musique-classique-newsLes 7 pĂ©chĂ©s incarnent cette pause, entre deux mondes, avant que Weill ne se dĂ©die Ă  la comĂ©die amĂ©ricaine Ă  Broadway (il devient citoyen amĂ©ricain en 1943), grĂące aux ouvrages applaudies tels Lady in the Dark (1941), One touch of Venus (1943), Street scene (1947), ou Lost in the Stars (tragĂ©die de 1949). Au final, la culture, le sens critique, et l’imagination fertile de Weill le portent Ă  rĂ©inventer le genre musical et thĂ©Ăątral dans la premiĂšre moitiĂ© du XXĂš.
Face au sĂ©rialisme bon teint d’une Ă©lite pseudo conceptuelle, en mal d’ambition intellectuelle, l’écriture classique, tonale et populaire de Weill reprĂ©sente aujourd’hui cette veine poĂ©tique indiscutable qui tout en recyclant le savant et le mordant, Ă  su conserver un lien profitable avec le grand public. De fait, on ne cesse de reconnaĂźtre aujourd’hui la modernitĂ© et la singularitĂ© de son thĂ©Ăątre : poĂ©tique, dĂ©lirant, satirique, d’une justesse bouleversante. Weill n’est pas l’inventeur de chansons et mĂ©lodies inoubliables (Mack the Knife tirĂ© de l’OpĂ©ra de quat’sous, 1928 ; Surabaya Johnny, Alabama song, Youkali ou My Ship
) : il illustre un genre indĂ©trĂŽnable et inusable dont la saveur et la noirceur, le rĂ©alisme cynique et la grĂące poĂ©tique continuent de toucher le public. Ce n’est pas l’opĂ©ra ballet Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux qui dĂ©mentiront cette qualitĂ©.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

TOURS, Opéra. KURT WEILL : Les 7 péchés capitauxboutonreservation
3 représentations
Vendredi 26 avril 2019 – 20h
Samedi 27 avril – 20h
Dimanche 28 avril – 15h

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.operadetours.fr/les-sept-peches-capitaux

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Les 7 péchés capitaux
CrĂ©Ă© le 7 juin 1933 au ThĂ©Ăątre des Champs-ÉlysĂ©es
Textes de Bertolt Brecht – NOUVELLE PRODUCTION de l’OpĂ©ra de Tours

Précédés de Berliner Kabarett

Direction musicale : Pierre Bleuse
Mise en scĂšne : Olivier Desbordes

Costumes : Patrice Gouron
LumiÚre : Joël Fabing
Décors : Opéra de Tours

Avec

Anna : Marie Lenormand
La MÚre : Frédéric Caton
Le PĂšre : Carl Ghazarossian
Les FrÚres : Jean-Gabriel Saint Martin, Raphaël Jardin
Danseuse et chorégraphe : Fanny Aguado

Orchestre Symphonique RĂ©gion Centre-Val de Loire / Tours

Conférence
Samedi 13 avril 2019 – 14h30
Grand ThĂ©Ăątre – Salle Jean Vilar
Entrée gratuite

 

 

________________________________________________________________________________________________

ACTION : le prix pour la rĂ©alisation d’un rĂȘve immobilier

Pour se payer leur propre maison, les parents deux sƓurs, Anna I et Anna II, les envoient faire un tour des villes amĂ©ricaines : soit pendant 7 ans, une nouvelle citĂ© chaque annĂ©e. Anna II tentĂ©e, sollicitĂ©e manquent de succomber aux 7 pĂ©chĂ©s (la paresse, l’orgueil, la colĂšre, la gourmandise, la luxure, l’avarice et l’envie). Mais plus raisonnĂ©e et mesurĂ©e, Anna I sait la sauver d’une nouvelle passe. Ainsi les parents suivent par articles de journaux interposĂ©s, les frasques de leur progĂ©nitures en mal de sensations : Ă  chaque ville explorĂ©e, sa tentation capitale
 la premiĂšre ville inconnue (la paresse) ; Memphis (l’orgueil) ; Los angeles (la colĂšre) ; Philadelphie (la gourmandise) ; Boston (la luxure) ; Baltimore (l’avarice) ; enfin, San Francisco (l’envie / la jalousie).
Au terme du cycle d’épreuves, aprĂšs sept ans, les deux Annas ont engrangĂ© un beau pactole ; rentrĂ©es en Louisiane, elles permettent que la famille Ă©difie enfin la maison familiale tant espĂ©rĂ©e.

 
 

Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans : SONNERIE D’ORLÉANS

Avril-depuis-plaquette-566x1024ORLÉANS, ORCHESTRE SYMPHONIQUE, les 27, 28 avril 2019. Sonnerie d’OrlĂ©ans. Nouvelle session orchestrale Ă  OrlĂ©ans : l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans poursuit sa riche saison 2018 – 2019 sur le thĂšmes des sonneries. Les cuivres en fanfare sont Ă  l’honneur, indiquant l’esprit de cĂ©lĂ©bration et le goĂ»t de l’ampleur, mais aussi la recherche de timbre, de spatialisation et de couleurs. C’est au regard de la diversitĂ© des Ă©critures et du caractĂšre de chaque piĂšce, un dĂ©fi pour l’orchestre, passant de l’opulence assumĂ©e du jeune Richard Strauss (Fanfare et Suite en si bĂ©mol majeur), Ă  la mĂ©trique si complexe d’un Stravinsky (Symphonies), aux styles plus nuancĂ©s, allusifs de Caplet et de CastĂ©rĂšde.

________________________________________________________________________________________________

Programme SONNERIESboutonreservation
Samedi 27 avril 2019, 20h30
Dimanche 28 avril 2019, 16h
Orléans, Théùtre / Salle Touchard

 

 

 

R. Strauss, Caplet, CastĂ©rĂšde, Stravinsky, D’Addona

Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans
Philippe Ferro, direction
Récitant : Franck Bellucci

 

 

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.orchestre-orleans.com/concert/sonnerie-dorleans/

 

 

 

orchestre symphonique orleans concert annonce critique concerts opera critique musique classique classiquenews

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

Programme :

 

 

RICHARD STRAUSS
Fanfare pour l’ouverture du Festival de Vienne 1924
Strauss compose cinq grandes fanfares, à la maniùre d’une procession solennelle, sous forme de grands chorals.

 

 

ANDRÉ CAPLET
La Suite persane, composĂ©e en 1900 affirme une Ă©criture originale qui sait Ă©viter le kitsh et l’orientalisme de mauvais goĂ»t.

 

 

RICHARD STRAUSS
La crĂ©ation de la Suite en si bĂ©mol majeur (opus 4), Ă  Munich marque un jalon dans la carriĂšre de Strauss, qui assure lui-mĂȘme la direction de l’orchestre. Obtenant un franc succĂšs, il sera appelĂ© comme chef assistant Ă  Meiningen six mois plus tard.

 

 

JACQUES CASTEREDE
Les Fanfares pour les proclamations de NapolĂ©on sont avec ces piĂšces de musique de chambre, les Ɠuvres auxquelles le compositeur tenaient particuliĂšrement. DĂ©cĂ©dĂ© il y a 5 ans (avril 2014), CastĂ©rĂšde fut Prix de Rome en 1953 et enseigna la formation musicale et la composition au CNSMD Paris, et Ă  l’Ecole Normale de musique – Alfred Cortot.

 

 

IGOR STRAVINSKY
Le cycle des Symphonies pour instruments Ă  vent est dĂ©diĂ© Ă  Debussy et crĂ©Ă© par serge Koussevitzky Ă  Londres en juin 1921. Le titre Symphonies est au pluriel pour le diffĂ©rencier de la forme musicale. Ecriture novatrice, rythmique improbable, mĂ©lodie raffinĂ©e
 c’est une des Ɠuvres les plus complexes du compositeur.

 

 

GIANCARLO CASTRO D’ADDONA
D’Addona est un compositeur, chef d’orchestre et trompettiste vĂ©nĂ©zuĂ©lien. InfluencĂ© par la musique d’AmĂ©rique latine, le jazz et la musique de film, il Ă©crit en 2004, parmi ses premiĂšres Ɠuvres, Grand-Fanfare, piĂšce virtuose et entraĂźnante.

 
 

 
 

ferro-christophe-maestro-concert-symphonique-orleans

 

Le chef Philippe FERRO (© Ch Esnault)

 

 

sonnerie-d-orleans-orchestre-symphonique-dorleans-ferro-philippe-concert-annonce-orchestre-symphonique-orleans-critique-concerts-classiquenews

 

 

L’OpĂ©ra de Saint-Etienne ressucite la Cendrillon de “Nicolo” (Isouard)

ISOUARD-opera-creation-critique-opera-critique-concerts-classiquenews-Nicolas_Isouard_par_DucarmeSAINT-ETIENNE, OpĂ©ra. Isoaurd : Cendrillon : 3, 5 mai 2019. AprĂšs Dante, recrĂ©ation majeure de 2019, qui ressuscite le gĂ©nie oubliĂ©, mĂ©sestimĂ© du compositeur romantique Benjamin Godard, rĂ©cemment remis Ă  l’honneur, voici une autre pĂ©pite lyrique que dĂ©voile l’OpĂ©ra de Saint-Etienne : Cendrillon du Français romantique mort en 1818, Ă  44 ans, NICOLAS ISOUARD (1773 – 1818). On lui doit un Barbier de SĂ©ville dĂšs 1796 (d’aprĂšs Beaumarchais) dont la verve et le raffinement mĂ©lodique marquera Rossini : formĂ© Ă  Malte et Ă  Naples, Isouard est un auteur qui maĂźtrise la virtuositĂ© vocale alliĂ© Ă  un sens rĂ©el du drame. Proche de Kreutzer Ă  Paris, dĂšs 1799 : Isouard fonde une maison d’édition avec ce dernier ; il comprend que pour les parisiens mĂ©lomanes, si volages, l’Italie signifie gĂ©nie : devenu « NICOLÓ », il rĂ©ussit sur la scĂšne parisienne avec Michel-Ange (1802) et L’Intrigue aux fenĂȘtres (1805). Il rivalise avec Boieldieu et profitant du sĂ©jour de ce dernier en Russie, illumine par son gĂ©nie raffinĂ© la scĂšne de l’OpĂ©ra-Comique oĂč il prĂ©sente avec grand succĂšs Les Rendez-vous bourgeois (1807), Cendrillon (1810) d’aprĂšs Charles Perrault, La Joconde (1814), Aladin ou la Lampe merveilleuse1 (1822, opus posthume). Son intelligence apporte une vision personnelle sur le thĂšme de Perrault : Isouard cultive la veine onirique et mĂȘme fĂ©erique, apportant une conception du drame lyrique, Ă  la fois puissante et poĂ©tique.

 
 
 

SYNOPSIS et PRESENTATION :
ISOUARD-cendrillon-saint-etienne-opera-critique-opera-critique-concerts-classiquenews-classique-news-musique-classique-critique-compte-rendu-concerts-agenda-spectacles-operas-festivalsClorinde et TisbĂ©, cruelles demi-soeurs de Cendrillon, la traitent comme une servante. Quand Alidor, travesti en mendiant, implorant la charitĂ©, suscite la gentillesse d’une seule : Cendrillon. Ce geste gĂ©nĂ©reux lui permet d’accĂ©der au bal donnĂ© par le Prince, 
 puis de devenir l’élue de son cƓur, la princesse qu’il recherchait dĂ©sespĂ©rĂ©ment. L’opĂ©ra fĂ©erie d’une grande originalitĂ© onirique, restera Ă  l’affiche plusieurs dĂ©cennies. La chanteuse vedette Mme Saint-Aubin dans le rĂŽle-titre interprĂ©tait avec dĂ©lice ses airs cĂ©lĂšbres dont « Je suis fidĂšle et soumise » (repris comme un tube dans tous les salons parisiens) ; mĂȘme accueil enthousiastes face aux airs acrobatiques des deux demi-sƓurs jalouses et sadiques : Mmes Duret et Regnault y excellaient. Et les hommes, le baron de Montefiascone et l’écuyer Dandini redoublent de boursouflures comiques et dĂ©lirantes. Entre comique de situation, parfois prĂ© offenbachien, et onirisme fĂ©erique, la Cendrillon d’Isoaurd sait marquer les esprits et les auditeurs, grĂące Ă  sa finesse dramatique; Isouard Ă©pingle la fatuitĂ© bruyante, la vanitĂ© burlesque et cocasse qui contrastent avec la figure plus discrĂȘte de Cendrillon. L’Ɠuvre fut louĂ©e par sa subtilitĂ© par Berlioe dans le Journal des DĂ©bats en 1845.

   
 
   
 
 

________________________________________________________________________________________________

Cendrillon de Nicolas ISOUARD
GRAND THÉÂTRE MASSENET
OpĂ©ra fĂ©erie en 3 actes, crĂ©Ă© en fĂ©vrier 1810 Ă  l’OpĂ©ra-Comique
Livret de Charles-Guillaume Étienne, d’aprùs le conte de Charles Perrault.

2 représentations publiques
VENDREDI 03 MAI 2019 : 20hboutonreservation
DIMANCHE 05 MAI 2019: 15h

 

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.opera.saint-etienne.fr/otse/saison-18-19/saison-18-19//type-lyrique/cendrillon/s-496/

   
 
 

OpĂ©ra de Saint-Étienne
RĂ©servations : +33 4 77 47 83 40
opera.saint-etienne.fr
Tarifs de 10 Ă  36,70 euros

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

   
 
 

TARIF F ‱ DE 10 € À 36,70 €
DURÉE 1H30 ENVIRON, SANS ENTRACTE
LANGUE EN FRANÇAIS, SURTITRÉ EN FRANÇAIS

PROPOS D’AVANT-SPECTACLE
PAR CÉDRIC GARDE, PROFESSEUR AGRÉGÉ DE MUSIQUE,
UNE HEURE AVANT CHAQUE REPRÉSENTATION.
GRATUIT SUR PRÉSENTATION DU BILLET DU JOUR.

 
 
 

 ORCHESTRE SYMPHONIQUE SAINT-ÉTIENNE LOIRE

Julien Chauvin, direction musicale
Marc Paquien, mise en scĂšne
assisté de Julie Pouillon
Emmanuel Clolus, décors
Claire Risterucci, costumes
Nathy Polak, maquillages et coiffures
Dominique BruguiĂšre, lumiĂšres
Pierre Gaillardot, assistant lumiĂšres
et directeur technique
Abdul Alafrez, effets spéciaux


Cendrillon, AnaĂŻs Constans
Clorinde, Jeanne Crousaud
Tisbé, Mercedes Arcuri
Ramir, prince de Salerne, Manuel Nuñez Camelino
Alidor, son précepteur, JérÎme Boutillier
Dandini, Ă©cuyer du prince, Christophe Vandevelde
Le Baron de Montefiascone, Jean-Paul Muel

 
 
 

SAInt-AUbin-diva-opera-romantique-francais-cendrillon-1810-isouard-classiquenews-opera-annonce-opera-critique

 
 
 

Illustrations :

Mme Saint-Aubin dans l’acte II de Cendrillon (DR)
Kasimir Malevich, The Wedding, 1903, Museum Ludwig, Cologne © RheinischesBildarchiv (DR)

 
 
   
 
 

Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 2019 : 19 juillet – 4 aoĂ»t 2019

musique-et-memoire-festival-2019-annonce-programmation-concert-opera-festival-concerts-annonce-critiques-classiquenewsVosges du Sud, 26Ăš FESTIVAL MUSIQUE ET MEMOIRE : 19 juillet – 4 aoĂ»t 2019. C’est le festival estival le plus original et le plus passionnant au nord de la Loire (ils ne sont pas nombreux et d’autant plus mĂ©ritants) et dans le grand Est, en Franche-ComtĂ© ou dans les VOSGES DU SUD plus prĂ©cisĂ©ment. Inscrit dans le territoires des 1000 Ă©tangs, un paradis mĂ©connu accordant forĂȘts Ă©ternelles et musique classique, en une Ă©quation inoubliable. Depuis ses dĂ©buts, le Festival Musique et MĂ©moire sait dĂ©velopper l’audace et la fidĂ©litĂ©, rĂ©servant aux ensembles les plus engagĂ©s, une rĂ©sidence de 3 annĂ©es pour approfondir un geste musical, affiner l’interprĂ©tation d’un rĂ©pertoire ou d’un compositeur, ciseler le travail chambriste, l’écoute et l’expĂ©rimentation entre musiciens, et surtout le partage Ă  l’adresse du public, heureux de participer Ă  l’élaboration des programmes, stimulĂ© Ă  suivre ainsi la maturation des sensibilitĂ©s. L’édition 2019 de Musique et MĂ©moire rĂ©pond Ă  tout cela, rĂ©pondant avec dĂ©lices et souvent de maniĂšre surprenante aux attentes du public. Car l’esprit de dĂ©couverte et la curiositĂ© sont toujours lĂ , intactes et prĂ©servĂ©es aprĂšs plus de 25 annĂ©es de programmation.

 

 

Musique et Mémoire 2019 se déroule ainsi autour de 3 WEEK ENDS : 20-21 puis 27-28 juillet, enfin 3-4 août 2019 : une occasion idéale pour organiser votre séjour en Franche-Comté.

 

 

 

 

 

NOS 4 TEMPS FORTS 2019

________________________________________________________________________________________________

 

 

Parmi les temps forts 2019, distinguons entre autres :

 

 

 

1 – VENDREDI 19 JUILLET 2019

 

Concert d’ouverture de la Fenice avec un programme haut en couleursmonteverdi claudio portrait
COURONNEMENTS A VENISE / Incoronazione a Venezia
Messe de couronnement dans la Venise des Doges (Ven 19 juillet, Eglise St-martin de Lure, 21h). Ensemble La Fenice, Jean Tubéry.
Musiques des Gabrieli et de Monteverdi à Venise en 1615

A 17h, répétition ouverte au public

 
 
 

2 – SAMEDI 20 JUILLET 2019
 
SUBLIME ORGUE DE GRANDVILLARSCollaboration Jean-Charles Ablitzer (orgue) / Vox Luminis pour une valorisation du merveilleux orgue espagnol de Grandvillars / SOL Y SOMBRA (soleil et ombre) : un programme en clair obscur, aux contrastes caravagesques, l’orgue de Jean-Charles Ablitzer et les voix Ă©thĂ©rĂ©es, allusives, magiciennes de l’ensemble Vox Luminis (Lionel Meunier, direction), dĂ©jĂ  invitĂ© au Festival l’an dernier (Eglise St-Martin de Grandvillars, sam 20 juillet, 18h et 21h). Musiques de Victoria et Arauxo.

 

 

3 – VENDREDI 26 et SAMEDI 27 JUILLET 2019
 
spilmont-olivier-by-nicolas-maget-classiquenews-festival-musique-et-memoire-juillet-2017-JS-BACHPoursuite du parcours Jean-SĂ©bastien Bach par Alia Mens
Vendredi 26 et samedi 27 juillet 2019 (3Ú année de résidence).
RĂ©cital d’Olivier Spilmont, clavecin (Suites Françaises, le 26 juil, Gd Salon de l’HĂŽtel de Ville de Lure, 21h)
Labyrinthe : Cantates de Leipzig en un labyrinthe de 3 cantates, un chanteur par partie, oĂč rĂšgne, Ă©nigmatique et mystĂ©rieuse la plus doloriste et inquiĂ©tante « Meine Seufzer, meine TrĂ€nen » (Sam 27 juil, Basilique St-Pierre de Luxeuil-les-Bains, 21h)

 

 

 

4 – WEEK END LES TIMBRES : 2,3,4, 5 AOÛT 2019

 

Enfin, le meilleur pour la fin, la derniĂšre annĂ©e de rĂ©sidence (2 dans l’histoire dules-timbres-portrait-noi-et-blanc-classiquenews festival, pour un campagnonage unique) du jeune ensemble envoĂ»tant LES TIMBRES, ven 2, sam 3, dim 4 aoĂ»t 2019. C’est un miracle musical de pĂ©osie chambriste et d’entente collective comme il en existe peu ailleurs. Ainsi le joyeux trio enchanteur : Yoko Kawakubo, Myriam Rignol, Julien Wolfs (violon, viole de gambe, clavecin) propose What is life (William Byrd, le ven 2 aoĂ»t, Eglise luthĂ©rienne d’HĂ©ricourt, 21h) ; Inventions Ă  2 violons (avec Maite Larburu, 2Ăš violon), et Inventions avec 2 violes de gambe (avec Pau Marcos Vicens, 2Ăš viole de gambe), Inventions Ă  4 mains (avec Marie-Anne Dachy, clavecin), puis L’art de la fugue qui rĂ©unit les 6 instrumentistes solistes, sam 3 aoĂ»t, Chapelle Saint-Martin de Faucogney, 15h.
Le dimanche 5 aoĂ»t, place aux individualitĂ©s : Suites par Myriam Rignol (11h, chƓur roman de Melisey), Sonate et Partita par Yoko Kawakubo (15h, Eglise ND de l’Assomption de ChĂąteau-Lambert), enfin Variations Goldberg pr Julien Wolfs – enfin, rĂ©union des 3 solistes des Timbres dans Sonates en trio (17h30, Eglise ND de l’Assomption de Servance).

 

 

 

RESERVEZ VOTRE PLACE
: boutonreservation

 

 

VOSGES DU SUD : le Festival Musique & MĂ©moire diffuse l'excellence au Pays des 1000 Ă©tangs


VIDEO TEASER
Ă©vasion dans les VOSGES DU SUD

https://www.youtube.com/watch?v=vW50y5VJwiY 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Toutes les infos, les modalités de réservations
sur le site du festival MUSIQUE & MEMOIRE 2019 :

https://musetmemoire.com

musique et memoire festival 2019 programmation annonce critique coup de coeur temps forts festivals musique classique classiquenews

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

MUSIQUE ET MÉMOIRE EN VIDÉO :

 

 

 

REPORTAGE VIDEO Festival Musique & Mémoire 2018 : Pour les 25 ans du Festival, Vox Luminis réalise la Messe en si de Jean-Sébastien Bach

 

REPORTAGE. JS BACH : Messe en si par VOX LUMINIS / Festival Musique et MĂ©moire 2018 from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Les éditions précédentes :

 

 

 

Festival 2013

 

Festival Musique et MĂ©moire 2013 : Les 20 ans from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Festival 2015 : Les Timbres, l’opĂ©ra dans tous ses Ă©tats

 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et MĂ©moire 2015 / Les Timbres from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2016 : Les 400 ans de FROBERGER

 

REPORTAGE. Le Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 2016 : les 400 ans de Froberger from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2017 : ALIA MENS interprĂšte Cantates et Concertos de JS BACH

 

REPORTAGE, vidĂ©o. Festival MUSIQUE & MÉMOIRE : ALIA MENS joue JS BACH (juil 2017). from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

JEWELS de Balanchine en direct de Munich (Staatsoper)

Internet en direct. BALANCHINE : JEWELS, le 11 avril 2019, 19h30. STAATSOPER.TV, Munich, Bayerische Staatsoper. L’opĂ©ra de BaviĂšre Ă  Munich crĂ©Ă© l’évĂ©nement avec la retransmission du Ballet JEWELS de George Balanchine (1967) / Music: Gabriel FaurĂ©, Igor Strawinsky, Peter I. Tschaikowsky / Soloists and ensemble of the Bayerisches Staatsballett. Dans l’ordre, Emeraude, Rubis, Diamants

LIVE STREAM, JEUDI 11 avril 2019 Ă  19h30 (7.30 pm CEST)

+ d’infos : https://www.staatsoper.de/en/staatsopertv.html?no_cache=1&utm_campaign=advertisement&utm_medium=display&utm_source=bachtrack.com

 

 

 

L’élĂ©gance Balanchine

 

Joyaux (Jewels), triptyque chorĂ©graphique conçu par le maĂźtre du ballet nĂ©oclassique, Balanchine est crĂ©Ă© en 1967 Ă  New York et devient l’emblĂšme de la compagnie fondĂ©e par le chorĂ©graphe russe expatriĂ©, le New York City Ballet. C’est un hymne autobiographique aux 3 Ă©coles de danses que le maĂźtre Ă  danser a approchĂ© et marquĂ© de son empreinte personnelle sertie d’élĂ©gance, de subtilitĂ© et d’équilibre atemporelle, entre l’école parisienne (Emeraude sur la musique de FaurĂ©), l’école amĂ©ricaine (rubis sur celle de Stravinsky), enfin l’école russe de danse (diamant rĂ©alisĂ© Ă  partir de la 3Ăš Symphonie en rĂ© majeur de TchaĂŻkovsky)


 

balanchine28NĂ© en 1904, George Balanchine reste l’une des figures les plus novatrices de la danse du XXĂšme siĂšcle. DĂ©cĂ©dĂ© en 1983, ce produit de l’école classique russe, ayant fait ses classes au conservatoire de Saint-PĂ©tersbourg (cours de composition et de danse), fait dĂ©jĂ  la une des magazines par son esprit visionnaire et moderniste, grĂące aux soirĂ©es du jeune ballet, dĂšs 1922. Trois ans plus tard, il quitte le sol natal pour l’Europe, en particulier pour la France, oĂč devenu maĂźtre de ballet de Diaghilev, il se voit proposer un poste permanent Ă  l’OpĂ©ra de Paris, alors thĂ©Ăątre privĂ©, dirigĂ© par Jacques RouchĂ©. Mais son intĂ©gration sur la scĂšne parisienne ne se fera pas Ă  cause d’une maladie et c’est l’un des ses danseurs, Serge Lifar qui rayonnera sur l’institution parisienne
 Fondateur de sa propre compagnie en 1933, Balanchine gagne les Etats-Unis et devient directeur-fondateur du New York City Ballet qu’il pilote jusqu’à sa mort. Balanchine outre une exigence technique phĂ©nomĂ©nale, entreprend la rĂ©forme en profondeur du vocabulaire classique, Ă©largissant sensiblement le rĂ©pertoire des pas et de la gestuelle, afin d’exprimer au plus prĂšs, l’activitĂ© rythmique de la musique.


Jewels
ou joyaux est un ballet crĂ©Ă© en 1967 Ă  New York, inspirĂ© par les vitrines des joaillers de la CinquiĂšme avenue, en particulier des modĂšles de la maison Van Cleef & Arpels. ComposĂ© en triptyque, la chorĂ©graphie cĂ©lĂšbre les trois Ă©coles de danses et les 3 villes qui ont comptĂ© dans la carriĂšre et l’expĂ©rience musicale du chorĂ©graphe: Emeraudes (Paris, romantisme Ă  la fois tendre et tragique de la grĂące française, sur la musique de FaurĂ©), Rubis (New York, vitalitĂ© rythmique et parodie jazzy Ă  la façon des comĂ©dies musicales amĂ©ricaines sur la partition de Stravinsky), enfin Diamants (Saint-PĂ©tersbourg, hymne Ă  la tradition romantique russe, dans le sillon tracĂ© par Marius Petipa). Balanchine rĂȘvait de produire son ballet en sollicitant pour chaque partie, le corps de ballet des trois maisons d’opĂ©ra concernĂ©es.

 

 

 

 

Cd événement,annonce. Josek SUK : ASRAEL, Pohådka / Jiri Belohlåvek, Czech Philarmonic (2 cd DECCA).

suk-josef-asrael-fairy-tale-cd-critique-classiquenews-annonce-cd-review-classiquenews-opera-concert-symphonique-decca4834781v1Cd Ă©vĂ©nement,annonce. Josek SUK : ASRAËL, PohĂĄdka / Jiri BelohlĂĄvek, Czech Philarmonic (2 cd DECCA). Un chef tchĂšque sensible POUR DES PARTITIONS INTIMES ET DRAMATIQUES. L’écoute intĂ©rieure du premier dĂ©voile le ligne poĂ©tique de deux cycles symphoniques de Josek Suk, classique et romantique, expressionniste et lyrique. Decca poursuit ainsi son cycle posthume, dĂ©diĂ© au travail du chef tchĂšque (nĂ© et mort Ă  Prague) Jiri Belohlavek, Ă©lĂšve de Cilibache , ici Ă  la tĂȘte du CZECH PHILHARMONIC, qu’il a dirigĂ© dĂšs 1990. ASRAËL
 Gendre de Dvorak (son professeur de composition Ă  Prague) dont il Ă©pousa la fille Otilia, Suk est contemporain de Ravel. Membre (second violon) du Quatuor tchĂšque (jusqu’en 1933), Suk subit de plein fouet, les griffes d’un destin tragique, perdant coup sur coup Dvorak (1904), puis son Ă©pouse (en 1905) ; il sombre dans un pessimisme noir dont tĂ©moigne une Ă©criture lyrique souvent Ă©perdue, d’une grande fluiditĂ© malgrĂ© son intensitĂ© sombre. En tĂ©moigne particuliĂšrement sa symphonie monumenale AsraĂ«l de 1906. Les uns y retrouveront des principes malhĂ©riens. D’un froid rĂ©alisme, formellement somptueux, orchestralement passionnant, AsraĂ«l exprime le souffle et l’ombre de l’Ange de la mort. Le deuil est inscrit dans la genĂšse de la partition : des 3 mouvements Ă©crits au moment de la disparition de Dvorak son maĂźtre, Suk ajoute aprĂšs la perte de son Ă©pouse, 2 autres mouvements.

suk-josef-portrait-concert-orchestre-symphonie-critique-cd-critique-opera-concert-par-classiquenews-musique-classique-newsLe cycle des 5 Ă©pisodes suit un parcours semĂ© de visions et d’épreuves : Andante sostenuto (essor du thĂšme de la mort, empruntĂ© Ă  la suite Radusz et Mahulena) ; Andante (dĂ©solation et terreur d’aprĂšs une citation du Requiem de Dvorak) ; Vivace (danse macabre hallucinĂ©e, sarcastique) ; Adagio (solo de violon Ă©voquant sa dĂ©funte Ă©pouse Otilia) ; Adagio e mesto (l’homme dĂ©fait tient en Ă©chec la mort par sa rĂ©sistance Ă  l’adversitĂ© coĂ»te que coĂ»te
 ). De format gigantesque mais sans chƓur ni soliste, l’Ɠuvre de Suk dĂ©peint un itinĂ©raire mortifĂšre qui regroupe comme chez Gustav, toutes les forces vitales du hĂ©ros. AsraĂ«l constitue le premier volet de la tĂ©tralogie symphonique de Suk, inspirĂ©e de sa propre existence : suivront Conte d’étĂ©, Maturation, enfin Epilogue. AprĂšs le Stabat Mater de Dvorak, Decca Ă©dite ce premier volet symphonique conçu par Josef Suk sur sa propre vie, par le chef tchĂšque Jiri Belohlavek disparu le 31 mai 2017. On ne saurait concevoir plus bel Ă©quilibre entre l’intensitĂ© expressive et le chant intĂ©rieur, voire l’urgence viscĂ©rale qui porte tout l’édifice orchestral. L’ñpretĂ© de la partition trouve un interprĂšte tendre et langoureux qui Ă©coute l’activitĂ© secrĂšte, la part dĂ©sespĂ©rĂ©e et dĂ©truite de l’endeuillĂ©.
A LA SOURCE d’AsraĂ«l, il y eut quelques annĂ©es auparavant la musique de ce drame personnel, la musique de scĂšne pour la piĂšce de Julius Zeier, Radusz et Mahulena en 1898. Avant AsraĂ«l, Suk en dĂ©duit une « Suite » intitulĂ© « Pohadka » / Conte (Fairy Tale). Le motif principal du premier tableau (l’amour fidĂšle des amants) est repris dans le premier mouvement de AsraĂ«l. Ainsi sont reliĂ©s les deux cycles de ce passionnant coffret SUK par Belohlavek. Grande critique Ă  venir dans le mag cd dvd livres de classiquenews

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Cd événement,annonce. Josek SUK : ASRAEL, Pohådka / Jiri Belohlåvek, Czech Philarmonic (2 cd DECCA). Parution : le 5 avril 2019.

EXPOSITION. PARIS, un air d’Italie (Palais Garnier : 28 mai – 1er septembre 2019)

opera-incendie-hubert-robert-1781-exposition-air-d-italie-annonce-critique-classiquenews-musique-classique-opera-annocne-critique-musqiue-classique-news-concerts-critiqueExposition. PARIS, « Un air d’Italie », Palais Garnier, BibliothĂšque-MusĂ©e de l’OpĂ©ra : L’OpĂ©ra de Paris de Louis XIV Ă  la RĂ©volution : 28 mai – 1er septembre 2019. OrganisĂ©e par la BnF et l’OpĂ©ra national de Paris, l’exposition souligne le 350e anniversaire de l’OpĂ©ra de Paris ; elle interroge l’histoire, souvent tumultueuse, de la premiĂšre scĂšne lyrique française, sous un angle inĂ©dit : celui du dialogue continu entre les modĂšles français et italien. De 1669 Ă  1791, l’OpĂ©ra de Paris tente d’incarner sa propre continuitĂ© entre rĂ©fĂ©rence Ă  un modĂšle transalpin et affirmation d’une ambition nationale. 130 piĂšces (manuscrits, dessins de costumes, maquettes de dĂ©cor, estampes, partitions
) rĂ©capitulent les annĂ©es flamboyantes de l’OpĂ©ra, oĂč paraissent et questionnent Louis XIV, Lully, Rameau, Gluck, Rousseau, Beaumarchais, 
 quand Paris s’affirme peu Ă  peu telle la capitale musicale de l’Europe.

 

 

 

EXPO. PARIS, BibliothĂšque-MusĂ©e de l’OpĂ©ra : 28 mai – 1er septembre 2019.  Pour les 350 ans de l’OpĂ©ra de Paris. 

 

 

 

 opera-incendie-hubert-robert-1781-exposition-air-d-italie-annonce-critique-classiquenews-musique-classique-opera-annocne-critique-musqiue-classique-news-concerts-critique

 

 Incendie de l’OpĂ©ra en 1781 par Hubert Robert (DR)

______________________________________________

 

 

 

__________________________________________________

Parcours muséographique :

Aux origines : le ballet de cour et l’opĂ©ra italien (1600-1669)
NĂ© en Italie au dĂ©but du xviie siĂšcle, l’opĂ©ra rĂ©unit tous les arts : musique, chant, danse, poĂ©sie dramatique, peinture, architecture. La reprĂ©sentation du premier opĂ©ra occidental dont la musique est conservĂ©e, Euridice, a lieu Ă  Florence le 6 octobre 1600, jour des noces du roi Henri IV avec Marie de MĂ©dicis. Si la nouvelle reine s’emploie Ă  faire la promotion du spectacle italien dĂšs son arrivĂ©e en France, c’est seulement quelques annĂ©es plus tard, sous l’impulsion de Mazarin, que les premiers opĂ©ras italiens sont donnĂ©s Ă  Paris. Pour les acclimater au goĂ»t français, on y ajoute des danses spectaculaires, qui ont les faveurs d’un public friand de ballets de cour oĂč le roi lui-mĂȘme se produit. De cette hybridation des cultures française et italienne, naĂźt alors l’opĂ©ra français.

Les crĂ©ateurs de l’opĂ©ra français (1669-1695)
Les fameuses lettres patentes par lesquelles le roi Louis XIV et son ministre Colbert accordent en 1669 un privilĂšge d’opĂ©ra au poĂšte et entrepreneur de spectacles Pierre Perrin illustrent Ă  merveille la pĂ©rennitĂ© de l’influence italienne sur les arts du spectacle en France. Bien qu’établies « Ă  l’imitation des Italiens », les acadĂ©mies d’opĂ©ra doivent promouvoir, Ă  Paris comme en province, des « reprĂ©sentations en musique et en vers français ». C’est donc Ă  la fois en rĂ©ponse Ă  une forme thĂ©Ăątrale venue de l’étranger et sous l’emprise d’un modĂšle italien toujours dominant qu’une rĂ©Ă©laboration dans un style national naĂźt en France dans la seconde moitiĂ© du xviie siĂšcle. Le Florentin Jean-Baptiste Lully en est la figure la plus marquante. En 1672, il rachĂšte le privilĂšge de Perrin, rebaptise l’OpĂ©ra de Paris « AcadĂ©mie royale de musique » et invente une forme dramatique spĂ©cifiquement française – la tragĂ©die en musique – promise Ă  une grande fortune jusqu’à la RĂ©volution.

L’opĂ©ra-ballet (1695-1715)
De la mort de Lully, en 1687, jusqu’à la RĂ©gence, s’ouvre une pĂ©riode d’expĂ©rimentations impliquant de nombreux compositeurs et chorĂ©graphes, notamment AndrĂ© Campra et Guillaume-Louis PĂ©cour qui contribuent Ă  l’éclosion d’un nouveau genre lyrique, l’« opĂ©ra-ballet », dans lequel la danse conquiert un statut Ă©gal Ă  celui du chant. Dieux et hĂ©ros de l’AntiquitĂ© cĂšdent leur place Ă  des personnages modernes, Français, Italiens, Espagnols, Turcs, Chinois, et tout le personnel comique Ă©cartĂ© de la scĂšne lyrique par Lully rĂ©apparaĂźt Ă  travers les figures dansantes d’Arlequin et Polichinelle, issues de la commedia dell’arte.

L’ùre des controverses (1715-1781)
Gagnant en prestige et en renommĂ©e dans toute l’Europe, l’OpĂ©ra de Paris devient, au xviiie siĂšcle, le terrain de nombreuses controverses, tant musicales et chorĂ©graphiques qu’esthĂ©tiques. L’une des plus cĂ©lĂšbres est la querelle des Bouffons, qui fait rage en 1752 suite Ă  l’arrivĂ©e Ă  Paris d’une troupe de chanteurs italiens interprĂ©tant La Serva padrona de PergolĂšse. FĂ©roce, cette polĂ©mique oppose les partisans de l’opĂ©ra napolitain, regroupĂ©s derriĂšre Rousseau, Ă  ceux de la musique française qui, choquĂ©s de voir des « histrions ultramontains » profaner ce temple du goĂ»t qu’est l’OpĂ©ra de Paris, en appellent Ă  Rameau, vu comme le garant du grand genre de la tragĂ©die. Pendant tout le siĂšcle, alternent ainsi des pĂ©riodes de restauration de l’ancien rĂ©pertoire musical national et des moments d’ouverture aux influences Ă©trangĂšres, comme en 1778, lorsque le directeur de l’OpĂ©ra programme une saison d’opere buffe et souffle Ă  dessein sur les braises d’une nouvelle querelle franco-italienne, celle des Gluckistes et des Piccinnistes.

À l’aube de la RĂ©volution (1781-1791)
L’incendie de la salle du Palais-Royal contraint l’OpĂ©ra Ă  se dĂ©placer dans une nouvelle salle, prĂšs de la porte Saint- Martin, oĂč il subit la concurrence des thĂ©Ăątres bordant les boulevards de Paris. Devant renouveler son rĂ©pertoire, ainsi que son fonds de dĂ©cors et costumes, il continue d’accueillir des Italiens, parmi lesquels Salieri qui s’emploie Ă  consolider le modĂšle de la tragĂ©die en musique, mis Ă  mal aprĂšs le dĂ©part de Gluck. En 1787, Tarare, sur un livret de Beaumarchais au parfum rĂ©volutionnaire, embrase la capitale. MalgrĂ© ce succĂšs, l’OpĂ©ra accumule les dettes et doit ĂȘtre cĂ©dĂ© Ă  la ville de Paris. Si la loi du 13 janvier 1791 proclamant la libertĂ© des thĂ©Ăątres et la fin du systĂšme des privilĂšges sonne comme un coup de grĂące pour l’OpĂ©ra, un rapport remis au corps municipal prĂ©conise d’en assurer la sauvegarde, ainsi que le rayonnement pour de nombreuses annĂ©es encore.

Une dizaine de bornes musicales et trois interludes ponctuent le parcours de la visite : un intermĂšde lyrique d’une part, avec une leçon de chant de StĂ©phanie d’Oustrac et des extraits vidĂ©os de spectacles du rĂ©pertoire de l’AcadĂ©mie royale de musique Ă©voquant ces deux siĂšcles de vie musicale ; un intermĂšde chorĂ©graphique, d’autre part, avec une projection audiovisuelle d’un travail de recherche expĂ©rimental montrant l’évolution des pas de danse du xviiie siĂšcle au tout dĂ©but du xixe siĂšcle.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

EXPOSITION : « Un air d’Italie ». L’OpĂ©ra de Paris de Louis XIV Ă  la RĂ©volution – 28 mai – 1er septembre 2019

BibliothĂšque-musĂ©e de l’OpĂ©ra, Palais Garnier
EntrĂ©e Ă  l’angle des rues Scribe et Auber, Paris 9e ardt

Tous les jours 10h > 17h et jusqu’à 18h à partir du 15 juillet 2019.
Fermetures exceptionnelles le 17 juin et à partir de 13h : les 16, 30 juin , 6 et 14 juillet et jusqu’à14h le 23 juin.

Plein tarif : 14€ – Tarif rĂ©duit : 10€ – EntrĂ©e gratuite pour les moins de 12 ans et les demandeurs d’emploi

 

 

Catalogue
Sous la direction de MickaĂ«l Bouffard, Christian Schirm et Jean-Michel Vinciguerra Co-Ă©dition BnF Éditions / RMN
22 x 27 cm, 192 pages, 110 illustrations environ, 39 euros

bnf.fr / operadeparis.fr

PARIS. RĂ©cital de piano : Jean-Nicolas DIATKINE Ă  GAVEAU

Jean-Nicolas Diatkine Ă  GaveauPARIS, Gaveau. 3 avril 2019, 20h. RĂ©cital JN DIATKINE, piano. Classiquenews avait dĂ©jĂ  remarquĂ© le jeu facĂ©tieux mais prĂ©cis, imaginatif mais juste du pianiste Jean-Nicolas Diatkine (Ă  Gaveau aussi en nov 2014 : programme Ravel, Chopin
). C’est un lutin Ă©clairĂ© et cultivĂ© qui lui-mĂȘme cherche et trouve des filiations poĂ©tiques secrĂštes d’un musicien l’autre, d’une partition Ă  un Ă©crivain (ainsi Proust parlant de Chopin
). L’éclectisme des programmes nourrit en rĂ©alitĂ© une riche rĂ©flexion sur le jeu des inspirations, sur la construction des Ă©difices poĂ©tiques… C’est Ă©videmment le cas de ce nouveau rĂ©cital qui marie Mozart (gluckiste, et d’une gravitas enfin apaisĂ©e dans l’Adagio k540), Beethoven (passionnĂ©, conquĂ©rant, inflexible) et Chopin (mĂ©lancolique et langoureux mais surtout vif, nerveux, fier
).

Diatkine jean nicolas piano gaveau JNDDans l’Appassionnata, Beethoven alors au service du Prince Lichnowsky, refuse de jouer pour les Français de NapolĂ©on qui occupent son palais : Lichnowsky fait enfoncer la porte de la chambre du compositeur qui s’y Ă©tait rĂ©fugiĂ© ; mais Beethoven fier comme un paon, s’obstine et quitte les lieux (et son protecteur Ă  Vienne). Dans une lettre demeurĂ©e fameuse, il exprime comme Mozart, l’unicitĂ© et l’indĂ©pendance non serviles de son gĂ©nie : « « Prince, ce que vous ĂȘtes, vous l’ĂȘtes par le hasard de la naissance. Ce que je suis, je le suis par moi-mĂȘme. Des princes, il y en a et il y en aura des milliers. Il n’y a qu’un seul Beethoven – signé : Beethoven ». JN Diatkine saura souligner entre chaque note musicale, cette assurance qui n’est pas arrogance mais suprĂȘme conscience de la puretĂ© de son art. Inflexible Beethoven et tellement naĂŻf aussi.

Puis la main preste, allĂ©gĂ©e, s’accorde Ă  la pensĂ©e fugace des PrĂ©ludes, ceux de Chopin : 24 esquisses dont l’acuitĂ© critique du pianiste rĂ©vĂ©lera surtout le fourmillement des idĂ©es, jaillissantes, fulgurantes. Mais le gĂ©nie de Chopin tient surtout Ă  sa relecture du genre emblĂ©matique de la dignitĂ© de sa nation, occupĂ©e, meurtrie, martyrisĂ©e : dans la Polonaise opus 53, il y a certes le souvenir de la marche noble des princes en reprĂ©sentation ; il y a surtout l’expression intime d’une blessure qui sublime la souffrance en 
 grĂące. Magie de l’acte crĂ©ateur et poĂ©tique.

________________________________________________________________________________________________

RĂ©cital Jean-Nicolas DIATKINE, piano

PARIS, Salle Gaveau
Mercredi 3 avril 2019, 20h30

RESERVEZ VOTRE PLACE
https://www.sallegaveau.com/spectacles/jean-nicolas-diatkine-piano

________________________________________________________________________________________________

Programme: 

Mozart :
Adagio K. 540 et Variations sur un thĂšme de Gluck K. 455

Beethoven :
Sonate n°23 op.57 « Appassionata”

Chopin :
24 Préludes (1839)
Polonaise op. 53 “HĂ©roĂŻque” (1842)

________________________________________________________________________________________________

Salle Gaveau Ă  PARIS
45-47 rue La Boétie
75008 PARIS
01.49.53.05.07

SONNERIES par l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans

Avril-depuis-plaquette-566x1024ORLÉANS, ORCHESTRE SYMPHONIQUE, les 27, 28 avril 2019. Sonnerie d’OrlĂ©ans. Nouvelle session orchestrale Ă  OrlĂ©ans : l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans poursuit sa riche saison 2018 – 2019 sur le thĂšmes des sonneries. Les cuivres en fanfare sont Ă  l’honneur, indiquant l’esprit de cĂ©lĂ©bration et le goĂ»t de l’ampleur, mais aussi la recherche de timbre, de spatialisation et de couleurs. C’est au regard de la diversitĂ© des Ă©critures et du caractĂšre de chaque piĂšce, un dĂ©fi pour l’orchestre, passant de l’opulence assumĂ©e du jeune Richard Strauss (Fanfare et Suite en si bĂ©mol majeur), Ă  la mĂ©trique si complexe d’un Stravinsky (Symphonies), aux styles plus nuancĂ©s, allusifs de Caplet et de CastĂ©rĂšde.

________________________________________________________________________________________________

Programme SONNERIESboutonreservation
Samedi 27 avril 2019, 20h30
Dimanche 28 avril 2019, 16h
Orléans, Théùtre / Salle Touchard

 

 

 

R. Strauss, Caplet, CastĂ©rĂšde, Stravinsky, D’Addona

Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans
Philippe Ferro, direction
Récitant : Franck Bellucci

 

 

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.orchestre-orleans.com/concert/sonnerie-dorleans/

 

 

 

orchestre symphonique orleans concert annonce critique concerts opera critique musique classique classiquenews

________________________________________________________________________________________________

 

 

Programme :

RICHARD STRAUSS
Fanfare pour l’ouverture du Festival de Vienne 1924
Strauss compose cinq grandes fanfares, à la maniùre d’une procession solennelle, sous forme de grands chorals.

ANDRÉ CAPLET
La Suite persane, composĂ©e en 1900 affirme une Ă©criture originale qui sait Ă©viter le kitsh et l’orientalisme de mauvais goĂ»t.

RICHARD STRAUSS
La crĂ©ation de la Suite en si bĂ©mol majeur (opus 4), Ă  Munich marque un jalon dans la carriĂšre de Strauss, qui assure lui-mĂȘme la direction de l’orchestre. Obtenant un franc succĂšs, il sera appelĂ© comme chef assistant Ă  Meiningen six mois plus tard.

JACQUES CASTEREDE
Les Fanfares pour les proclamations de NapolĂ©on sont avec ces piĂšces de musique de chambre, les Ɠuvres auxquelles le compositeur tenaient particuliĂšrement. DĂ©cĂ©dĂ© il y a 5 ans (avril 2014), CastĂ©rĂšde fut Prix de Rome en 1953 et enseigna la formation musicale et la composition au CNSMD Paris, et Ă  l’Ecole Normale de musique – Alfred Cortot.

IGOR STRAVINSKY
Le cycle des Symphonies pour instruments Ă  vent est dĂ©diĂ© Ă  Debussy et crĂ©Ă© par serge Koussevitzky Ă  Londres en juin 1921. Le titre Symphonies est au pluriel pour le diffĂ©rencier de la forme musicale. Ecriture novatrice, rythmique improbable, mĂ©lodie raffinĂ©e
 c’est une des Ɠuvres les plus complexes du compositeur.

GIANCARLO CASTRO D’ADDONA
D’Addona est un compositeur, chef d’orchestre et trompettiste vĂ©nĂ©zuĂ©lien. InfluencĂ© par la musique d’AmĂ©rique latine, le jazz et la musique de film, il Ă©crit en 2004, parmi ses premiĂšres Ɠuvres, Grand-Fanfare, piĂšce virtuose et entraĂźnante.

 

 

ferro-christophe-maestro-concert-symphonique-orleans

 

Le chef Philippe FERRO (© Ch Esnault)

 

 

sonnerie-d-orleans-orchestre-symphonique-dorleans-ferro-philippe-concert-annonce-orchestre-symphonique-orleans-critique-concerts-classiquenews

PARIS, Cortot. Le 5 avril 2019 : Albert ROUSSEL. ConfĂ©rence, concert pour les 150 ans d’Albert Roussel

roussel-photo-lipnitzki-1936PARIS, Cortot. Le 5 avril 2019 : A ROUSSEL. ConfĂ©rence et concert pour commĂ©morer les 150 ans d’Albert Roussel, compositeur aussi gĂ©nial que tristement mĂ©connu
 ConfĂ©rence par le spĂ©cialiste français de Roussel, Damien TOP Ă  18h, puis concert rĂ©vĂ©lant une raretĂ© symphonique par les musiciens de l’école normale de musique sous la direction d’un autre Rousselien de la premiĂšre heure, Daniel Kawka… 2019 marque le 150Ăš anniversaire de la naissance du compositeur français nĂ© Ă  Tourcoing en 1869. Sa sensibilitĂ© instrumentale rejoint Berlioz, Ravel et Debussy ; son imagination les plus grands auteurs français.
Pour preuve, ses ballets, symphonies (4), son opĂ©ra orientaliste PadmĂąvatĂź (qui recueille les sensations rĂ©elles Ă©prouvĂ©es sur le motif aprĂšs un sĂ©jour en Inde ; crĂ©Ă© en 1923)
 d’une Ă©loquence rare, surtout d’un feu trĂ©pidant dans accentuations rythmiques et mĂ©lodies raffinĂ©es, comme son gĂ©nie de l’orchestration
 attestent d’un tempĂ©rament aussi exigeant et perfectionniste que Ravel ou Sibelius pour le grand Ɠuvre orchestral.

ROUSSEL-dossier-2019-albert-roussel-2019-Albert-Roussel-resize-3b« Roussel semble vivre une odyssĂ©e moderne Ă  la Conrad. A la fin de sa vie, l’homme usĂ© et malade, saura cultiver sa propre vision toujours allusivement fĂ©condĂ©e face Ă  la mer, sa source et son destin finalement (comme l’astre solaire) : un poĂšte pour l’éternitĂ© qui transmet dans son oeuvre unique, une part d’invisible. Le texte Ă©claire aussi l’homme, capable d’une conscience supĂ©rieure Ă  son Ă©poque, et pourtant si pudique et discret, rĂ©publicain et patriote, humaniste de premier plan qui suscita l’admiration des privilĂ©giĂ©s qui comprirent quel ĂȘtre exceptionnel Albert Roussel demeure », Ă©crit notre rĂ©dacteur Hugo Papbst, chroniqueur de la riche et biographie essentielle rĂ©digĂ©e par un spĂ©cialiste du compositeur, le tĂ©nor Damien Top (fondateur du festival international Albert Roussel / Centre international Albert Roussel / CIAR)

________________________________________________________________________________________________

ConfĂ©rence sur l’écriture et l’oeuvre d’Albert ROUSSEL
PARIS, SALLE CORTOT
Vendredi 5 avril 2019 Ă  18h
“L’Univers poĂ©tique d’Albert Roussel”
ConfĂ©rence par Damien TOP, biographe et grand spĂ©cialiste d’Albert ROUSSEL, directeur du CIAR Centre International Albert Roussel

________________________________________________________________________________________________

puis concert Ă  19h30
Le Marchand de sable qui passe, sérénade opus 30
Textes de G. Jean-Aubry et poĂšmes de Henri de RĂ©gnier
avec Michel Favory, sociĂ©taire honoraire de la ComĂ©die Française‹Ensemble Instrumental : École Normale de Musique de Paris‹Direction : Daniel Kawka
(auteur de «   …Un marin-compositeur Albert Roussel, Le Carnet de bord »)

________________________________________________________________________________________________

/ et aussi :
Exposition Albert Roussel dans le hall de la Salle Cortot

________________________________________________________________________________________________

Renseignements, salle Cortot – Ecole normale de musique:
http://www.sallecortot.com/concert/concert_du_150eme_anniversaire_du_compositeur_albert_roussel.htm?idr=26330

________________________________________________________________________________________________

ROUSSEL-conference-concert-classiquenews-annonce-critique-concert-et-conference-albert-roussel-affiche-concert-Roussel

LILLE, ONL. Alexandre BLOCH dirige la 3Ăš Symphonie de Mahler

INTEGRALE MAHLER Ă  LILLELILLE, le 3 avril 2019. MAHLER : Symphonie n°3. Alexandre Bloch pilote l’orchestre National de Lille, son orchestre puisqu’il en est le directeur musical, dans une Ă©popĂ©e Ă  risques, mais spectaculaire et singuliĂšre : les 9 symphonies de Gustav Mahler, architecte visionnaire dont le souffle, le goĂ»t des timbres, et le sens des Ă©tagements s’avĂšrent sous la baguette du maestro
 passionnants Ă  suivre. Jusqu’en juin 2019, le premier objectif est de jouer les 5 premiĂšres symphonies. Un marathon qui expose les musiciens Ă  de multiples dĂ©fis. AprĂšs les Symphonies 1 et 2, voici venir les 3 et 4 avril prochains, la symphonie n°3, moins connue car moins jouĂ©e. Un nouvel Ă©difice dont les dimensions correspondent manifestement Ă  l’Orchestre lillois que la grande forme ne fait pas fuir, bien au contraire. On l’a rĂ©cemment vu en fin de saison derniĂšre dans la flamboyance fraternelle, dĂ©jantĂ©e, humaniste de la partition Mass de Leonard Bernstein, formidable expĂ©rience humaine et artistique par laquelle chef et orchestre fĂȘtaient le centenaire Bernstein 2018. Un dispositif regroupant de nombreuses phalanges locales (orchestres d’harmonies, chorales et chƓurs, sans compter les chanteurs acteurs « jouant » leur partie sur la scĂšne de ce rituel paĂŻen polymorphe
 Et si la maestro savait mieux qu’aucun autre, rĂ©tablir l’humain au cƓur de partitions pourtant colossales ?
Entretien avec Alexandre Bloch à propos de la Symphonie n°3 de Gustav Mahler, à l’affiche du Nouveau Siùcle à Lille le 3 avril (concert repris le 4 avril à la Maison de la culture d’Amiens). Propos recueillis en mars 2019.

 

 

 

Alexandre Bloch et l’Orchestre National de Lille poursuivent leur cycle MAHLER 2019 

Les enjeux de la Symphonie n°3 de Gustav Mahler

 

bloch-alexandre-mahler-symphonie-n°2-resurrection-chef-de-face-concert-critique-classiquenews-compte-rendu-concert-symphonique-critique

 

 

QUELQUES CLÉS DE COMPRÉHENSION
 POUR LA 3Ăšme de MAHLER. En 2019, cap sur Mahler : un nouvel eldorado dont les promesses ciblent le grand frisson symphonique. Pour mieux comprendre la structure et le sens de ce nouvel opus, nous avons posĂ© quelques questions au Maestro, qui venait de diriger en Allemagne, la symphonie la plus sombre et bouleversante de Tchaikovski, le 6Ăš (« PathĂ©tique », le 18 mars dernier Ă  la Tonhalle de DĂŒsseldorf, Ă  la tĂȘte du DĂŒsseldorfer Symphoniker).
« C’est un Ă©cart total d’une symphonie Ă  l’autre”, nous prĂ©cise Alexandre Bloch. « Si la 6Ăš et derniĂšre symphonie de Tchaikovski est des plus tragiques, la 3Ăš de Mahler s’achĂšve dans l’espĂ©rance, mais Ă  la diffĂ©rence de la 2Ăš, RĂ©surrection, il n’y est pas question de la souffrance ni des peines inĂ©vitables qui sont le prĂ©alable nĂ©cessaire Ă  la rĂ©surrection finale. Dans la 3Ăš Symphonie, Mahler exprime son admiration pour la Nature, pour toutes les crĂ©atures terrestres. Et comme les prĂ©cĂ©dentes, la 3Ăš prĂ©pare au dernier mouvement qui incarne un fabuleux message d’optimisme et de sĂ©rĂ©nité ».

Parmi les temps forts de l’opus achevĂ© Ă  l’étĂ© 1896 (mais qui ne sera crĂ©Ă© qu’en
 1902), le chef distingue l’ampleur du premier mouvement : « c’est l’un des plus longs et des plus dĂ©veloppĂ©s jamais Ă©crits par Mahler ; c’est un monde Ă  lui seul, et terminĂ© en dernier, comme une piĂšce Ă  part, distinct des 5 autres parties. Le souffle emporte cette premiĂšre et vaste fresque prĂ©liminaire dans laquelle le compositeur affirme si l’on en doutait, son gĂ©nie du contrepoint. La force d’évocation y est spectaculaire. »

 

 

Mahler_gustav_profilLABORATOIRE INSTRUMENTAL et VISION PANTHÉISTE
 Notez-vous d’autres points importants ? « L’intelligence de la construction est comme pour les symphonies prĂ©cĂ©dentes, captivante. Mahler est un architecte : les 3 premiers mouvements s’inscrivent dans la terre (d’oĂč leurs couleurs graves et sombres) ; les 3 derniers expriment une Ă©lĂ©vation progressive, jusqu’à l’Adagio final, – en rĂ© majeur, vaste chant d’amour. J’aimerai aussi souligner le champs des expĂ©rimentations que dĂ©veloppe Mahler sur le plan instrumental : je retrouve comme dans la 2Ăš Symphonie, des alliages souvent remarquables par leur pertinence, leur justesse, entre autres, dans l’évocation des espĂšces terrestres, vĂ©gĂ©tales et animales (2Ăš et 3Ăš mouvements) mais il ne s’agit pas de simples descriptions car le langage de Mahler va au delĂ  de l’illustration (
) ; Enfin, la 3Ăš est traversĂ©e par une hauteur de vue phĂ©nomĂ©nale : la 2Ăš nous parlait du destin de l’homme ; ici, il s’agit d’un hymne Ă  la Nature, de la place de l’homme ; la vision est trĂšs large et bien sĂ»r l’on peut parler du panthĂ©isme de Mahler, lequel s’accomplit dans le sublime Adagio final ».

 

orchestre-national-de-lille-alexandre-Bloch-cycle-mahler-2019-critique-annonce-par-classiquenews-

________________________________________________________________________________________________

LILLE, les 3 et 4 avril 2019. MAHLER : Symphonie n°3. Alexandre Bloch et l’Orchestre National de Lille. 20h. RESERVEZ VOTRE PLACE ICI

 

resurrection-symph-2-mahler-ONL-alexandre-bloch-face-chef

 

Illustrations : Alexandre Bloch (© Ugo Ponte / ONL) – Gustav Mahler

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

LIRE notre prĂ©sentation du concert : Symphonie n°3 de Gustav Mahler par Alexandre Bloch et l’Orchestre National de Lille :
http://www.classiquenews.com/lille-3eme-symphonie-de-mahler-par-lorchestre-national-de-lille/

 

VISITER le site de l’Orchestre National de Lille
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/symphonie-n-3/

 

 

 

VISIONNER les Symphonies de Mahler par Alexandre Bloch et l’Orchestre National de Lille sur la chaüne Youtube de l’ONL / Orchestre National de Lille
https://www.youtube.com/user/ONLille/videos
(Accessibles : les symphonies n°1 Titan, n°2 RĂ©surrection, de nombreux entretiens et explications sur les symphonies par les musiciens de l’orchestre, par Alexandre Bloch

 

 

 

 

 

VOIR la Symphonie n°3 de Mahler par Leonard Bersntein / Wiener Philharmoniker / VIENNE 1973
https://www.youtube.com/watch?v=1AwFutIcnrU

 

GSTAAD MENUHIN FESTIVAL & academy 2019 : 18 juil – 6 sept 2019 : une Ă©dition en OR

gstaad-menuhin-festival-2019-PARIS-annonce-prĂ©sentation-classiquenews-582MENUHIN GSTAAD Festival 2019 (Suisse), LOCATION OUVERTE. Le premier festival musical estival en Suisse (Ă  Saanen et Ă  Gstaad lĂ  mĂȘme oĂč Yehudi Menuhin avait repĂ©rĂ© des lieux propices Ă  la musique et aux concerts) ouvre sa billetterie : il est enfin possible de rĂ©server ses places, ce pour tous les concerts de l’édition 2019 : une foison de programmes servis par les meilleurs artistes et interprĂštes de la scĂšne actuelle : chefs, pianistes, chanteurs, orchestres
 Le 63Ăš festival Menuhin allie comme Ă  son habitude l’excellence et aussi l’audace, sans omettre aux cĂŽtĂ©s de l’équilibre de ses propositions, la sensibilisation du classique Ă  tous les publics.

PARIS, JE T’AIME !! Le programme dĂ©taillĂ© de l’ensemble des concerts du 63e Gstaad Menuhin Festival est dĂ©sormais en ligne : assurez-vous les meilleurs places en rĂ©servant directement sur le site du Menuhin Gstaad Festival 2019, ou par tĂ©lĂ©phone au 033 748 81 82.
Du 18 juillet au 6 septembre 2019 : 60 CONCERTS Ă  l’affiche pendant presque 2 mois. Les concerts ont lieu dans les Ă©glises du canton (Ă©crins intimistes du Saanenland), ou sous la tente Ă  Gstaad,  ample vaisseau rĂ©servĂ© aux grandes cĂ©lĂ©brations symphoniques, opĂ©ratiques, Ă©vĂ©nementielles
 Il y a pour tous les goĂ»ts Ă  Gstaad chaque Ă©tĂ©.

 

 

 

le GSTAAD MENUHIN FESTIVAL 2019 fĂȘte PARIS !

 

 

 

GSTAAD-MENUHIN-FESTIVAL-2019-festival-&-academy-annonce-teaser-programme-annonce-critique-par-CLASSIQUENEWS-MUSIQUE-CLASSIQUE-OPERA-CONCERTS-ETE-2019

 

 

 

GSTAAD suisse vaches r faux copyright annonce concert menuhin gstaad festival and academy 2018 classiquenews

 

 

GSTAAD MENUHIN Festival 2018

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

gstaad-menuhin-festival-2019-paris-gd-format-artistes-petibon-say-gabetta-annonce-location-par-classiquenewsMOISSON DE TEMPERAMENTS… Cette annĂ©e le Festival suisse fĂȘte PARIS, son thĂšme fĂ©dĂ©rateur. De nombreux artistes français sont prĂ©sents mais pas seulement :
L’Ă©glise de Saanen accueille cette annĂ©e HervĂ© Niquet et son Concert Spirituel dans le «Te Deum» de Charpentier (20.7), Sol Gabetta dans le 2e Concerto de Saint-SaĂ«ns (21.7), Patricia Petibon dans des airs de Mozart et de Gluck (27.7), l’organiste de Notre-Dame de Paris Olivier Latry (28.7), le trompettiste GĂĄbor Boldoczki (29.7), Andreas Ottensamer et Yuja Wang en duo (31.7), Fazil Say dans le «Clair de lune» de Debussy (2.8), Ute Lemper dans des chansons françaises et de cabaret (10.8), Bertrand Chamayou dans le 23e Concerto de Mozart (11.8), Cecilia Bartoli (23.8) ou encore Hilary Hahn dans les deux concertos pour violon de Bach avec la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen (29.8). On pourra entendre sinon David Guerrier Ă  ChĂąteau-d’ƒx (22.7), Nuria Rial (5.8), Isabelle Faust (9.8), L’Arpeggiata (15.8) et Maurice Steger (4.9) Ă  Zweisimmen, l’Ensemble Janoska et BirĂ©li LagrĂšne (8.8), Christophe Rousset (20.8) et Francesco Piemontesi (26.8) Ă  Rougemont, le Quatuor Chiaroscuro (23.7) et Christian Bezuidenhout (27.8) Ă  Lauenen. Quelques-uns parmi les plus de 60 concerts proposĂ©s en 2019


 

 

gstaad-menuhin-festival-2019-jeunes-talents-concerts-annonce-festivals-musique-classique-actualites-classiquenews

 

________________________________________________________________________________________________

FOCUS GRANDES FORMATIONS :Vous prĂ©fĂ©rez les grands effectifs? RĂ©servez aussi vos soirĂ©es sous la Tente de Gstaad avec Seong-Jin Cho et Manfred Honeck dans «L’Empereur» de Beethoven et la «PathĂ©tique» de TchaĂŻkovski (17.8), «Carmen» en version de concert (24.8), Vilde Frang dans Bruch (25.8), Gautier Capuçon et Mikko Franck dans Haydn et la «Symphonie fantastique» de Berlioz (31.8), Klaus Florian Vogt dans Wagner (1.9), Yuja Wang et Myung-Whun Chung dans le 3e Concerto de Rachmaninov (6.9), qui sont en vente depuis le 20 dĂ©cembre dĂ©jĂ !

 

 

 

gstaad-menuhin-festival-2019-orchestre-tente-annonce-classiquenews-location-ouverte

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Depuis 2 ans, le GSTAAD Menuhin Festival enrichit son offre numĂ©rique proposant Ă  la relecture et au visionnage permanent, de nombreux contenus vidĂ©os, au sein de son offre « GSTAAD DIGITAL FESTIVAL » – Actuellement, reportage sur l’un des laurĂ©ats de l’AcadĂ©mie de direction d’orchestre, organisĂ©e chaque Ă©tĂ© sous la tente / le jeune maestro Joseph Bastian, laurĂ©at du Neeme JĂ€rvi 2016 explique le fonctionnement de la «Gstaad Conducting Academy»

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

RESERVEZ VOS PLACES

boutonreservation

directement sur le site du 63Ăš MENUHIN GSTAAD FESTIVAL :

https://www.gstaadmenuhinfestival.ch/fr/programme-and-location/edition-2019

 

 

 

 

gstaad-menuhin-festival-2019-paris-gd-format-artistes-petibon-say-gabetta-annonce-location-par-classiquenews

 

et aussi les concerts symphoniques spectaculaires
sous la tente de Gstaad

TOUT ANKH AMON : la derniĂšre enquĂȘte

toutankhamon-le-tresor-redecouvert-dvd-video-documentaire-arte-critique-annonce-exposition-par-classiquenewsARTE, Sam 27 avril 2019, 20:50 : TOUTANKHAMON, documentaire inĂ©dit. Toute la vĂ©ritĂ© sur les conditions de la dĂ©couverte en novembre 1922 de la tombe quasi intacte du jeune souverain Ă©gyptien du Nouvel Empire (XVIIIĂš dynastie) : Toutankhamon. Personne jusqu’alors n’avait supposĂ© l’emplacement de sa sĂ©pulture dans un site que l’on croyait avoir sondĂ© : la VallĂ©e des Rois.
Inconnu, non documentĂ© jusqu’à sa dĂ©couverte, le roi de l’Ancien Egypte ressuscite ainsi grĂące aux objets en or de sa sĂ©pulture, retrouvĂ© presque par hasard par l’égyptologue Howard Carter (financĂ© par Lord Carnavon).  On sait depuis quelques dĂ©cennies, grĂące aux derniĂšres trouvailles, que Toutankhamon Ă©tait loin d’ĂȘtre aussi beau et bien portant que son masque funĂ©raire et ses reprĂ©sentations multiples (sculptures, bas reliefs
) le laissent accroire. Il est mort Ă  19 ans, probablement assassinĂ©, et dĂ©jĂ  boiteux, d’une contexture plutĂŽt fragile. Effet de la consanguinitĂ© des souverains d’Egypte, Toutankhamon avait Ă©pousĂ© sa propre sƓur, laquelle Ă©tait dĂ©jĂ  l’épouse de leur pĂšre, l’hĂ©rĂ©siarque Akhenaton (le fou d’Aton)
 Son fils devenu Toutankhamon fut l’alibi des prĂȘtres d’Amon qui prirent soin de restaurer le culte du dieu cachĂ©, Amon. Remarquable enquĂȘte archĂ©ologique et historique qui lĂšve le voile sur l’un des souverains d’Egypte aussi mĂ©connu que fascinant


CD, annonce. Clara & Robert Schumann : Marie Vermeulin, piano (1cd PARATY – 2018)

SCHUMANN clara cd critique review cd annonce classiquenews Paraty_219218_Vermeulin_Schumann_HM_COUVCD, annonce. Clara & Robert Schumann : Marie Vermeulin, piano (1cd PARATY). EnregistrĂ© par Hugues Deschaux, le prĂ©sent album confirme la sensibilitĂ© suggestive de la pianiste Marie Vermeullin qui signe ici son 2Ăš cd chez le label Paraty. SymptĂŽme de notre Ă©poque en mal (justifiĂ©) d’égalitĂ© et de paritĂ©, l’interprĂšte inspirĂ©e, met dans la balance Ă  Ă©galitĂ©, l’écriture pianistique de Clara et de Robert Schumann, couple Ă  la ville comme Ă  la scĂšne
 mais Ă  la diffĂ©rence de maintenant, c’est la pianiste renommĂ©e Clara qui Ă©tait plus connue que son mari de compositeur. VoilĂ  un programme qui pourrait ĂȘtre repris dans tous les festivals de France et de Navarre pour rĂ©pondre Ă  la question dĂ©licate de la paritĂ© et du 
talent, car Clara (SoirĂ©es musicales opus 6 de 1836) est loin de dĂ©mĂ©riter face Ă  l’éloquence ambivalente, une face EusĂ©bius, l’autre Florestan / entendez contemplative / fougueuse-, de Robert.

Marie Vermeulin retrouve la complicitĂ© et l’entente du jeu dialoguĂ© entre Clara et Robert

Le couple SCHUMANN, en conversation

 

 

 

Ses SoirĂ©es conçues par une jeune compositrice interprĂšte de 15 ans, sont jouĂ©es par un Liszt aussi engagĂ© qu’admiratif. Lui « rĂ©pond » en un dialogue retrouvĂ© deux ans aprĂšs (1838), les ScĂšnes d’enfants / Kinderszenen opus 15 de Robert, pĂšre manifestement enchantĂ©, inspiré  qui s’adresse aux petits enfants, Ă©tant lui-mĂȘme un « grand enfant »  ces mĂȘmes piĂšces, jaillissement et chant fiĂ©vreux de l’innocence, que joue Liszt pour sa propre fille de 3 ans. 9 ans sĂ©parent Robert de Clara ; et toujours dans leur correspondance, leur journal surtout Ă©crit Ă  4 mans surgit la claire activitĂ© de deux Ă©critures portĂ©es par le respect et la connivence.

L’acuitĂ© du propos, l’enivrement poĂ©tique, la courbure rythmique, cette passion qui coule comme une eau trĂ©pidante et nerveuse
 s’entendent ici de l’une Ă  l’autre crĂ©ateur/trice. Marie Vermeulin exploite et explore les resources expressives du piano viennois Bösendorfer 280. Le couple incarne un idĂ©al artistique et humain, malheureusement fauchĂ© par la maladie psychique de l’époux et complice, lequel laisse une Ɠuvre inouĂŻe par sa lumiĂšre et son inspiration dramatique. Mais le piano est ce lieu des confessions et des conversations que Marie Vermeulin sait questionner et Ă©clairer d’une vitalitĂ© personnelle, passionnante.

Robert Schumann, d’une inspiration bouillonnante et spontanĂ©e, Ă©crit en 1838: “Vois-tu, j’ai quelquefois l’impression que je vais finir par Ă©clater de musique, tant les idĂ©es se pressent et bouillonnent en moi quand je songe Ă  notre amour.
Avant son mariage avec Robert, Clara Wieck note dans son journal en 1839: “Une femme ne doit pas prĂ©tendre composer, aucune n’a Ă©tĂ© encore capable de le faire, pourquoi serais-je une exception?”. Cette phrase est terrible car elle souligne les prĂ©jugĂ©s de cette Ă©poque, auxquels font Ă©chos les prĂ©conçus de la nĂŽtre. Les chemins de l’égalitĂ© sont encore sinueux. Mais le progrĂšs avance. Ce programme intelligent et cohĂ©rent en tĂ©moigne. A suivre.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

CD, annonce. Clara & Robert Schumann : Marie Vermeulin, piano (1cd PARATY – enregistrement dĂ©c 2018, PARIS).

 

 

 

 

 

 

QUÉBEC (Canada), Festival CLASSICA, du 24 mai au 16 juin 2019 (9Ăš Ă©dition)

classica-festival-canada-logo-vignette-classiquenews-annonce-concerts-festivals-operaQUÉBEC (Canada). FESTIVAL CLASSICA 2019 : BERLIOZ, OFFENBACH, ROUSSEL et les BEE GEES. Du 24 mai au 16 juin 2019 (9Ăšme Ă©dition). C’est le premier grand festival de musique classique au QuĂ©bec, Ă©clectique, fĂ©dĂ©rateur, populaire, au sens le plus noble du terme, le Festival CLASSICA depuis le cƓur de la ville de Saint-Lambert, au sud de MontrĂ©al, n’en finit pas de croĂźtre et convaincre les publics, proposant une diversitĂ© de spectacles dans plusieurs citĂ©s quĂ©bĂ©coises tout au long du Saint-Laurent.

 
 

CLASSICA mozart JC Malgoire festuval classica edition 2018 2019 concerts festival critique classiquenews saint lambert quebec canada

 
 

Le cocktail est enchanteur : Ă  Saint-Lambert, s’étendre au cƓur du bourg, offrant des scĂšnes en plein air, des concerts en salles (dans les Ă©glises regroupĂ©es en centre ville), pour un pĂ©rĂ©grination urbaine et familiale, inĂ©dite. Rencontrer, dĂ©couvrir les artistes en devenir, ceux expĂ©rimentĂ©s sans omettre la relĂšve et les jeunes talents Ă  suivre et Ă  encourager
 Puis, essaimer au fil des villes satellites oĂč s’inscrivent les concerts les plus divers. Les temps forts ce printemps ci en sont les grandes cĂ©lĂ©brations en plein air (rock symphonique en hommage aux Bee Gees, les 31 mai, 1er, 2 juin), et le RV des amateurs de mĂ©lodies françaises, le CONCOURS INTERNATIONAL DE MELODIES françaises (demi finale le 14 juin, puis finale en rĂ©cital le 16 juin 2019)
 Cette annĂ©e, le festival CLASSICA cĂ©lĂšbre le gĂ©nie des compositeurs français fĂȘtĂ©s en 2019 (anniversaires oblige) : BERLIOZ, OFFENBACH, Albert ROUSSEL
 Parmi les artistes Ă  ne pas manquer : le violoncelliste StĂ©phane TĂ©treault, Le Petite bande de MontrĂ©al, l’Orchestre MĂ©tropolitain, les pianistes Pascal Amoyel, Jean-Philippe Sylvestre, 
 les chanteurs Magali Simard-GaldĂšs, Antonio Figueroa, Marianne Lambert, 
 le violoniste Alexandre Da Costa, Nathalie Choquette (dans un nouveau spectacle pour les enfants, et leurs parents), 


 
 

classica-festival-critique-annonce-concerts-classiquenews-festival-classica-saint-lambert-2018  
 
 

________________________________________________________________________________________________  
 
 

MĂ©lodies, opĂ©ras, symphonique, sacrĂ©, concerts enfants, musique de chambre, guitare, rock symphonique…

CLASSICA 2019
1er FESTIVAL FEDERATEUR au Québec

 
 
 

classica-festival-plein-air-concert-bee-gees-classica-2019-concerts-festivals-annonce-critique-festivals-crtiique-concerts-opera-classiquenews-plein-air

  Les grands concerts en plein air pour tous (DR)

 
 

DĂšs le 24 mai, le Festival CLASSICA dĂ©cline le classique Ă  l’adresse du plus grand public ; l’évĂ©nement fĂ©dĂ©rateur a sĂ©duit et convaincu 70 000 festivaliers en 2018. Son lancement et ses premiers concerts marquent le dĂ©but de la belle saison, celle des concerts en partage et des expĂ©riences musicales Ă©tourdissantes jusqu’à l’étĂ©. C’est une immersion et un parcours unique Ă  ce jour qu’il faut vivre absolument
 au QuĂ©bec.

________________________________________________________________________________________________  
 
 

INFORMATIONS & RESERVATIONS
sur le site du Festival CLASSICA / programme
https://www.festivalclassica.com/programme

OFFRES packagées et abonnements 4 billets, « Familial », Mélomane » :
https://app.beavertix.com/fr/billetterie/achat-de-billet/1034/3912/

 
 
 

CLASSICA-festival-2019-classiquenews-annonce-berlioz-bee-gees-festivals-concerts-classiquenews-offres-abonnement-famille

 
 
  
 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 

LIRE AUSSI notre compte rendu gĂ©nĂ©ral de l’Ă©dition 2018 du Festival CLASSICA (25 mai – 16 juin 2018)

 
 
 

classica-festival-saint-lambert-plein-air-scene-critique-festival-concerts-classiquenews-Grands-evenements-Festival-Classica-tienne-Boucher-Cazabon2  
 
 

CD Ă©vĂ©nement, annonce. DUEL, Porpora and Handel in London (Le Concert de l’HOSTEL DIEU, Franck Emmanuel Comte (1cd Arcana 2018)

duel-concert-de-l-hostel-dieu-franck-emmanuel-comte-giuseppina-bridelli-opera-cd-evenement-critique-cd-cd-review-opera-musique-classique-news-classiquenewsCD Ă©vĂ©nement, annonce. DUEL, Porpora and Handel in London (Le Concert de l’HOSTEL DIEU, Franck Emmanuel Comte (1cd Arcana 2018). Dans les faits, la rivalitĂ© entre les compagnies d’opĂ©ra dirigĂ©es par Handel et Porpora Ă  Londres (1734-1737) s’expose outrageusement. La rĂ©alitĂ© est autres, car sur le plan strictement musical, il est plus appropriĂ© de parler d’estime rĂ©ciproque car chacun d’eux admirait la musique de l’autre. Leur rivalitĂ© produit des effets artistiques majeurs : les opĂ©ras nouveaux Ariodante de Handel et Polifemo de Porpora sont des sommets lyriques (mĂȘme si le second est moins jouĂ© que le premier
). Les compositeurs rivalisent de trouvailles et de nouvelles formes pour renouveler le genre et sĂ©duire le public londonien. Chacun peut s’appuyer sur le talent des chanteurs de sa troupe dont les fameux castrats (Farinelli, Senesino, Carestini
).

Le nouvel enregistrement du Concert de l’Hostel Dieu, dirigĂ© par Franck-Emmanuel Comte Ă©voque les mĂ©andres et les apports d’une relation intellectuelle et artistique complexe : plus qu’un duel, l’équation Handel / Porpora prĂ©cise une Ă©tonnante Ă©mulation qui a profitĂ© Ă  l’expressivitĂ© du genre lyrique; les interprĂštes proposent plusieurs exemples Ă©loquents de chaque style (restituant aussi la vocalisation d’époque dans les reprises) ; offrent un tour d’horizon Ă©loquent et superbement caractĂ©risĂ© de l’art vocal et lyrique au dĂ©but du XVIIIĂš dans le genre seria. Chef et instrumentistes s’associent au mezzo-soprano ductile, expressif, articulĂ© de Giuseppina Bridelli qui relĂšve les dĂ©fis de partitions aussi intenses dramatiquement que virtuoses sur le plan technique. Prochaine grande critique dans le mag cd dvd livres de classiquenews.com

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Tracklisting :

George Frideric Handel (1685-1759)
1. Sta nell’ircana pietrosa tana – Alcina HWV 34 (London, 1735)
Nicola Porpora (1686-1768)
2. Nume che reggi ’l mare – Arianna in Naxo (London, 1733 )
3. Dolce Ăš su queste alte mie logge a sera – David e Bersabea (London, 1734)
4. Fu del braccio onnipotente – David e Bersabea (London, 1734)
5-7. Ouverture – Polifemo (London, 1735)
8. A questa man verrĂ  – Calcante e Achille (London, 1735)
George Frideric Handel
9. Scherza infida – Ariodante HWV 33 (London, 1735)
Nicola Porpora
10. Il gioir qualor s’aspetta – Polifemo (London, 1735)
George Frideric Handel
11-14. Suite de ballet – Ariodante HWV 33
Nicola Porpora
15. Alza al soglio i guardi – Mitridate (London, 1736)
George Frideric Handel
16. Inumano fratel, barbara madre – Tolomeo HWV 25 (London, 1728)
17. Stille amare, giĂ  vi sento – Tolomeo HWV 25 (London, 1728)
18. Quando piomba improvvisa saetta – Catone in Utica HWV A7 (London, 1732)

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

DUEL : PORPORA ET HANDEL À LONDRES
Giuseppina Bridelli, mezzo-soprano
LE CONCERT DE L’HOSTEL DIEU
Franck-Emmanuel Comte, direction
1 CD ARCANA – A 461 – 1 CD TT : 1h05mn

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

LA VIDEO du cd DUEL

https://youtu.be/5RWzXj5y6Nw

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

CONCERTS 2019
Duel, Handel vs Porpora :

Felicia Blumental International Festival, Tel Aviv (30 mars) I
Salle MoliĂšre, Lyon (7 avril) |
Handel Festival, Londres (8 avril) |
Handel-Festspiele, Halle (9 juin)
Festival Bach de Saint-Donat (11 août)

Folia : Theaterhaus, Stuttgart (2-3 juillet) |

Festival 1001 Notes en Limousin, Zenith de Limoges (20 juillet)
Sinfonia en Périgord, Périgueux (24 août)

 

 

+ d’infos sur le site du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Le Quatuor Elmire Ă  la Schubertiade de Sceaux

ELMIRE quatuor schubertiade sceaux annonce critique concert quatuor musique classiquenews musique classiqueSCEAUX, La Schubertiade. Le 30 mars 2019, Quatuor Elmire. Fin de saison mais somptueuse affiche pour son dernier concert
 La Schubertiade de Sceaux nous a rĂ©galĂ© depuis octobre dernier, faisant de la salle de rĂ©union de l’HĂŽtel de Ville de Sceaux, un haut lieu de musique de chambre, volet aprĂšs volet. Pour la derniĂšre, voici les quatre musiciens du Quatuor Elmire, jeune phalange instrumentale en pleine ascension, donc Ă  suivre. AprĂšs la Quatuor Modigliani rĂ©cemment, les Elmire cultivent eux aussi la lyre intimiste et passionnel
  En rĂ©sidence Ă  ProQuartet, le Quatuor, fondĂ© en 2016, est 2Ăš prix du concours europĂ©en de la FNAPEC Ă  Paris en 2018 et la mĂȘme annĂ©e 2Ăšme Prix et Prix SpĂ©cial « Adolfo Betti » au Concours international « Luigi Boccherini ». A Sceaux, les Elmire interprĂštent l’un des premiers quatuors de Beethoven, le Quatuor op. 18 n°3. L’art des contrastes expressifs, la subtilitĂ© des couleurs et des dialogues entre instruments indiquent le gĂ©nie, la fougue, le tempĂ©rament du bouillonnant Ludwig van, encore fortement marquĂ© par la maĂźtrise et l’élĂ©gance de ses aĂźnĂ©s Ă  Vienne, Mozart et Haydn. En compagnie de Sarah Sultan violoncelle, leur programme prĂ©sente ensuite le Quintette Ă  deux violoncelles de schubert-franz-schubertiade-concert-annonce-par-classiquenewsSchubert,  intense et tragique, « testament musical » composĂ© pendant l’étĂ© 1828, deux mois avant la mort du compositeur. Rajouter au quatuor Ă  cordes un deuxiĂšme violoncelle enrichit la texture sonore du Quatuor, en un souffle quasi orchestral ; il permet Ă  Schubert une expressivitĂ© plus solide, plus grave, d’une profondeur qui traverse la mort, et repousse encore et encore, les champs de l’expĂ©rience et de la conscience humaine. Au dĂ©but confidentielle, la part du violoncelle, Ă  travers les Quatuors de Schubert prend une importance croissante, au point de surdimensionner le cadre originel et permettre un nouveau travail musical d’exploration. Jusqu’à sa mort, Schubert ne cesse d’interroger la forme et le sens de la musique.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

SCEAUX, HĂŽtel de ville, 17h30boutonreservation
Samedi 30 mars 2019,
Quatuor Elmire.

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.schubertiadesceaux.fr/quatuor-elmire-30-mars-2019/

________________________________________________________________________________________________

Répétition publique  / 30 mars 2019 à 11h45
Une rĂ©pĂ©tition gratuite ouverte au public est proposĂ©e ‹par le quatuor Elmire et Sarah Sultan pour des instants privilĂ©giĂ©s au plus prĂšs des musiciens et des oeuvres interprĂ©tĂ©es.‹ Ouvert Ă  tous, petits et grands (en coproduction avec Proquartet – Centre EuropĂ©en de Musique de Chambre).

TOURS, Opéra. KURT WEILL : Les 7 péchés capitaux, 26,27, 28 avril 2019

WEILL kurt opera concert festival concerts annonces critique classiquenews musique classique newsTOURS, OpĂ©ra. KURT WEILL : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux, 26,27, 28 avril 2019. Nouvelle production Ă  l’OpĂ©ra de Tours. Les Ɠuvres de Weill sont marquĂ©es par le sceau du gĂ©nie et de l’invention thĂ©Ăątrale. Kurt Weill (1900 – 1950) est un crĂ©ateur atypique, audacieux, rĂ©volutionnaire et visionnaire. Il a dĂ» quittĂ© l’Allemagne hitlĂ©rienne, rejoint Paris (oĂč sont crĂ©Ă©s les 7 pĂ©chĂ©s capitaux, 
 dans un incomprĂ©hension totale hĂ©las, et suscitant les foudres des antisĂ©mites particuliĂšrement virulents alors). Weill fut un auteur prĂ©coce Ă©crivant ses Quatuor, premier opĂ©ra, lieder) dĂšs l’adolescence. Il s’est formĂ© Ă  Berlin (Musikhoschule), auprĂšs de Ferrucio Busoni (AcadĂ©mie prussienne des arts). Avant son exil, Weill incarne le court Ăąge d’or des arts du spectacle des annĂ©es Weimar (avec Eisler, Krenek, Wolpe ; travaillant avec les plus grands chefs Erich Kleiber, Fritz Busch, Otto Klemperer, Hermann Scherchen
 ), soit pendant une dĂ©cennie, celle des annĂ©es 1920 et le dĂ©but des annĂ©es 1930 (jusqu’en 1933, en mars prĂ©cisĂ©meent oĂč il rejoint la France). A Paris, Les 7 PĂ©chĂ©s prolongent l’intelligence et l’imagination des ouvrages reconnus, cĂ©lĂ©brĂ©s : Der Protagonist, Royal Palace, L’Opera de quat’sous, Celui qui dit oui (Der Jasager)


 

 

 

Nouveau théùtre musical
créé à Paris sur la scÚne du TCE en 1933

Le dessein de Weill est de crĂ©er Ă  la suite de Mozart, un genre populaire, surtout pas Ă©litiste ; pour se faire il croise l’opĂ©ra classique, le ballet, le jazz
 d’oĂč une invention mĂ©lodique sans pareil. Ses lieder sont des tubes, chantĂ©s par tous. Il reste Ă  Paris, deux ans, jusqu’en 1935 (en septembre il quitte Paris pour New York avec le metteur en scĂšne Max Reinhardt, cofondateur avec R Strauss et Hofmannsthal du Festival de Salzbourg en 1922). Pour la scĂšne parisienne, Weill (qui parlait un français magnifique) compose Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux, la Symphonie n°2 et Marie Galante. avant d’accoster en terre amĂ©ricaine, Weil Ă©voque le vertige des villes des Etats-Unis, avec Ă  dĂ©faut d’y avoir encore vĂ©cu, le fantasme de l’imaginaire.

 

 

 

weill-kurt-7-peches-capitaux-opera-de-tours-annonce-critique-opera-classiquenews-avril-2019-opera-musique-classique-concerts-festival-actualites-musique-classique-newsLes 7 pĂ©chĂ©s incarnent cette pause, entre deux mondes, avant que Weill ne se dĂ©die Ă  la comĂ©die amĂ©ricaine Ă  Broadway (il devient citoyen amĂ©ricain en 1943), grĂące aux ouvrages applaudies tels Lady in the Dark (1941), One touch of Venus (1943), Street scene (1947), ou Lost in the Stars (tragĂ©die de 1949). Au final, la culture, le sens critique, et l’imagination fertile de Weill le portent Ă  rĂ©inventer le genre musical et thĂ©Ăątral dans la premiĂšre moitiĂ© du XXĂš.
Face au sĂ©rialisme bon teint d’une Ă©lite pseudo conceptuelle, en mal d’ambition intellectuelle, l’écriture classique, tonale et populaire de Weill reprĂ©sente aujourd’hui cette veine poĂ©tique indiscutable qui tout en recyclant le savant et le mordant, Ă  su conserver un lien profitable avec le grand public. De fait, on ne cesse de reconnaĂźtre aujourd’hui la modernitĂ© et la singularitĂ© de son thĂ©Ăątre : poĂ©tique, dĂ©lirant, satirique, d’une justesse bouleversante. Weill n’est pas l’inventeur de chansons et mĂ©lodies inoubliables (Mack the Knife tirĂ© de l’OpĂ©ra de quat’sous, 1928 ; Surabaya Johnny, Alabama song, Youkali ou My Ship
) : il illustre un genre indĂ©trĂŽnable et inusable dont la saveur et la noirceur, le rĂ©alisme cynique et la grĂące poĂ©tique continuent de toucher le public. Ce n’est pas l’opĂ©ra ballet Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux qui dĂ©mentiront cette qualitĂ©.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

TOURS, Opéra. KURT WEILL : Les 7 péchés capitauxboutonreservation
3 représentations
Vendredi 26 avril 2019 – 20h
Samedi 27 avril – 20h
Dimanche 28 avril – 15h

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.operadetours.fr/les-sept-peches-capitaux

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Les 7 péchés capitaux
CrĂ©Ă© le 7 juin 1933 au ThĂ©Ăątre des Champs-ÉlysĂ©es
Textes de Bertolt Brecht – NOUVELLE PRODUCTION de l’OpĂ©ra de Tours

Précédés de Berliner Kabarett

Direction musicale : Pierre Bleuse
Mise en scĂšne : Olivier Desbordes

Costumes : Patrice Gouron
LumiÚre : Joël Fabing
Décors : Opéra de Tours

Avec

Anna : Marie Lenormand
La MÚre : Frédéric Caton
Le PĂšre : Carl Ghazarossian
Les FrÚres : Jean-Gabriel Saint Martin, Raphaël Jardin
Danseuse et chorégraphe : Fanny Aguado

Orchestre Symphonique RĂ©gion Centre-Val de Loire / Tours

Conférence
Samedi 13 avril 2019 – 14h30
Grand ThĂ©Ăątre – Salle Jean Vilar
Entrée gratuite

 

 

________________________________________________________________________________________________

ACTION : le prix pour la rĂ©alisation d’un rĂȘve immobilier

Pour se payer leur propre maison, les parents deux sƓurs, Anna I et Anna II, les envoient faire un tour des villes amĂ©ricaines : soit pendant 7 ans, une nouvelle citĂ© chaque annĂ©e. Anna II tentĂ©e, sollicitĂ©e manquent de succomber aux 7 pĂ©chĂ©s (la paresse, l’orgueil, la colĂšre, la gourmandise, la luxure, l’avarice et l’envie). Mais plus raisonnĂ©e et mesurĂ©e, Anna I sait la sauver d’une nouvelle passe. Ainsi les parents suivent par articles de journaux interposĂ©s, les frasques de leur progĂ©nitures en mal de sensations : Ă  chaque ville explorĂ©e, sa tentation capitale
 la premiĂšre ville inconnue (la paresse) ; Memphis (l’orgueil) ; Los angeles (la colĂšre) ; Philadelphie (la gourmandise) ; Boston (la luxure) ; Baltimore (l’avarice) ; enfin, San Francisco (l’envie / la jalousie).
Au terme du cycle d’épreuves, aprĂšs sept ans, les deux Annas ont engrangĂ© un beau pactole ; rentrĂ©es en Louisiane, elles permettent que la famille Ă©difie enfin la maison familiale tant espĂ©rĂ©e.

 

 
 

 

LA VRAIE VIE DE VINTEUIL
 Entretien avec JĂ©rĂŽme Bastianelli

proustLA VRAIE VIE DE VINTEUIL
 Entretien avec JĂ©rĂŽme Bastianelli. Grasset Ă©dite en mars 2019, une fiction musicale plus vraie que la rĂ©alitĂ© et dĂ©diĂ©e Ă  l’élucidation d’un mythe autant littĂ©raire qu’instrumental : la Sonate de Vinteuil, invention romantique et romanesque que Proust utilise pour donner vie Ă  sa recherche personnelle et enrichir l’étoffe romanesque de ses personnages. L’auteur JĂ©rĂŽme Bastianelli « ose » reconstruire Ă  partir de sa propre connaissance du texte proustien, la vie supposĂ©e du compositeur le plus fameux et le plus mystĂ©rieux de la littĂ©rature française VINTEUIL dont le prĂ©nom serait Georges. En dĂ©coule son roman inĂ©dit « La vraie vie de Vinteuil ». Un texte fictionnel, manifeste romanesque qui cristallise tous les caractĂšres du romantisme musicale entre le XIXĂš et le XXĂš et fusionne selon un esthĂ©tisme prĂ©cis les figures de Castillon, FaurĂ©, surtout CĂ©sar Franck, icĂŽne centrale de cette Ă©vocation poĂ©tique majeure. Et si, sous Vinteuil, se cachait le secret du romantisme français le plus « authentique » ? Entretien exclusif pour classiquenews avec JĂ©rĂŽme Bastianelli, premier biographe de Georges V.

________________________________________________________________________________________________

CLASSIQUENEWS : Pour nourrir la vie supposĂ©e de Georges Vinteuil, de quels compositeurs rĂ©els vous ĂȘtes vous inspirĂ© ?

vinteuil-livre-georges-la-vraie-vie-de-livre-critique-par-classiquenews-clicl-de-classiquenews-BASTIANELLI-CJEROME BASTIANELLI : Afin d’ĂȘtre cohĂ©rent avec ce que nous raconte Proust sur son personnage, je fais mourir Vinteuil Ă  la fin du XIXe siĂšcle (en 1895, plus prĂ©cisĂ©ment), Ă  l’ñge de 77 ans. Il a donc traversĂ© tout le XIXe siĂšcle et a pu nouer des relations, voire des amitiĂ©s, avec la plupart des compositeurs de son Ă©poque, et notamment avec CĂ©sar Franck (Proust disait lui-mĂȘme, dans l’une de ses lettres, « Vinteuil symbolise le grand musicien genre Franck »). On croise aussi Saint-SaĂ«ns (bien sĂ»r !), FaurĂ©, Berlioz, Gounod, Liszt, Wagner, Bizet, et mĂȘme Alexis de Castillon (qui aurait Ă©tĂ© l’élĂšve de Vinteuil
), Ă  la fois parce que le concerto pour piano de celui-ci est une Ɠuvre formidable, Ă  redĂ©couvrir, et aussi parce qu’il Ă©tait originaire de Chartres, oĂč Vinteuil Ă©tait Ă©tabli. Certaines critiques de journaux aprĂšs la crĂ©ation d’Ɠuvres de Vinteuil m’ont Ă©tĂ© inspirĂ©es par de vraies critiques d’Ɠuvres de Bizet (notamment Djamileh), et la supposĂ©e phrase de Vladimir JankĂ©lĂ©vitch sur les dissonances tolĂ©rĂ©es dans l’Ɠuvre de Vinteuil s’applique en rĂ©alitĂ© Ă  la musique de Mompou. Mais la vie de Vinteuil est une vie originale, qui n’est pas directement inspirĂ©e par tel ou tel artiste.

________________________________________________________________________________________________

CLASSIQUENEWS : Pour vous, quelle esthétique incarne Georges Vinteuil dans le paysage romantique français ?

JEROME BASTIANELLI : On comprend Ă  lire Proust que la musique de Vinteuil est audacieuse, mĂ©lodiquement et harmoniquement. Il faut donc imaginer une esthĂ©tique en rupture avec ce qui a prĂ©cĂ©dĂ©, ainsi qu’un goĂ»t pour les questions formelles, les formes cycliques, qui semblent avoir retenu l’attention de Proust. Par-delĂ  leurs grandes diffĂ©rences, toutes les sonates qui ont pu inspirer Proust pour dĂ©crire celle de Vinteuil, de Franck Ă  Lekeu en passant par Saint-SaĂ«ns, FaurĂ© voire PiernĂ©, montrent une esthĂ©tique commune, reprĂ©sentative du goĂ»t des compositeurs français, Ă  cette Ă©poque, pour le duo violon/piano. C’est aussi, naturellement, l’esthĂ©tique que l’on doit prĂȘter Ă  Vinteuil.

________________________________________________________________________________________________

CLASSIQUENEWS : Que représente la Sonate de Vinteuil ? Est ce la quintessence de la musique française du XIXe ?

JEROME BASTIANELLI : Comme elle consiste en une sorte d’amalgame de plusieurs sonates Ă©crites entre 1870 et 1910, la Sonate de Vinteuil peut en effet ĂȘtre vue comme la quintessence virtuelle de la musique française du XIXe siĂšcle. Mais on sait que Proust citait aussi Wagner (prĂ©lude de Lohengrin), Beethoven (Arietta de l’Opus 111) et mĂȘme Schubert comme compositeurs lui ayant inspirĂ© telle ou telle description de la Sonate, donc la notion de « musique française » doit ĂȘtre prise avec prĂ©caution


________________________________________________________________________________________________

CLASSIQUENEWS : En tant que lecteur de Proust, pouvez vous nous préciser le sens des épisodes liés à Vinteuil et sa Sonate dans A la recherche de temps perdu ?

JEROME BASTIANELLI : La Sonate de Vinteuil illustre d’abord une forme d’idolĂątrie de l’un des personnages, Swann, qui va la considĂ©rer comme « l’hymne national » de son amour pour Odette de CrĂ©cy (Proust nous dit par exemple que « la petite phrase de la Sonate continuait Ă  s’associer pour Swann Ă  l’amour qu’il avait pour Odette »). C’est-Ă -dire qu’il va s’intĂ©resser Ă  cette Ɠuvre non pas pour ses qualitĂ©s intrinsĂšques, mais parce qu’elle lui rappelle son amour pour une jeune femme. C’est prĂ©cisĂ©ment ce que Proust appelle de l’idolĂątrie, comportement qui peut nous empĂȘcher de bien saisir la portĂ©e d’une Ɠuvre d’art, son enseignement.

Elle est Ă©galement le symbole de l’individualitĂ© de tout grand artiste, le fait qu’il porte un regard forcĂ©ment nouveau sur le monde, son propre regard. Pour expliquer la singularitĂ© de Vinteuil, Proust nous dit en effet que « chaque artiste semble comme le citoyen d’une patrie inconnue, oubliĂ©e de lui-mĂȘme, diffĂ©rente de celle d’oĂč viendra, appareillant pour la Terre, un autre grand artiste ». C’est l’idĂ©e de Schopenhauer, reprise Ă©galement par Ruskin (deux maĂźtres Ă  penser de Proust), selon laquelle « l’artiste nous prĂȘte ses yeux pour regarder le monde ».

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre critique du livre : La Vraie vie de Vinteuil (Grasset)
http://www.classiquenews.com/livre-critique-jerome-bastianelli-la-vraie-vie-de-vinteuil-grasset/

PARIS, Cortot. Le 5 avril 2019 : A ROUSSEL. ConfĂ©rence et concert pour commĂ©morer les 150 ans d’Albert Roussel

roussel-photo-lipnitzki-1936PARIS, Cortot. Le 5 avril 2019 : A ROUSSEL. ConfĂ©rence et concert pour commĂ©morer les 150 ans d’Albert Roussel, compositeur aussi gĂ©nial que tristement mĂ©connu
 ConfĂ©rence par le spĂ©cialiste français de Roussel, Damien TOP Ă  18h, puis concert rĂ©vĂ©lant une raretĂ© symphonique par les musiciens de l’école normale de musique sous la direction d’un autre Rousselien de la premiĂšre heure, Daniel Kawka… 2019 marque le 150Ăš anniversaire de la naissance du compositeur français nĂ© Ă  Tourcoing en 1869. Sa sensibilitĂ© instrumentale rejoint Berlioz, Ravel et Debussy ; son imagination les plus grands auteurs français.
Pour preuve, ses ballets, symphonies (4), son opĂ©ra orientaliste PadmĂąvatĂź (qui recueille les sensations rĂ©elles Ă©prouvĂ©es sur le motif aprĂšs un sĂ©jour en Inde ; crĂ©Ă© en 1923)
 d’une Ă©loquence rare, surtout d’un feu trĂ©pidant dans accentuations rythmiques et mĂ©lodies raffinĂ©es, comme son gĂ©nie de l’orchestration
 attestent d’un tempĂ©rament aussi exigeant et perfectionniste que Ravel ou Sibelius pour le grand Ɠuvre orchestral.

ROUSSEL-dossier-2019-albert-roussel-2019-Albert-Roussel-resize-3b« Roussel semble vivre une odyssĂ©e moderne Ă  la Conrad. A la fin de sa vie, l’homme usĂ© et malade, saura cultiver sa propre vision toujours allusivement fĂ©condĂ©e face Ă  la mer, sa source et son destin finalement (comme l’astre solaire) : un poĂšte pour l’éternitĂ© qui transmet dans son oeuvre unique, une part d’invisible. Le texte Ă©claire aussi l’homme, capable d’une conscience supĂ©rieure Ă  son Ă©poque, et pourtant si pudique et discret, rĂ©publicain et patriote, humaniste de premier plan qui suscita l’admiration des privilĂ©giĂ©s qui comprirent quel ĂȘtre exceptionnel Albert Roussel demeure », Ă©crit notre rĂ©dacteur Hugo Papbst, chroniqueur de la riche et biographie essentielle rĂ©digĂ©e par un spĂ©cialiste du compositeur, le tĂ©nor Damien Top (fondateur du festival international Albert Roussel / Centre international Albert Roussel / CIAR)

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

ConfĂ©rence sur l’écriture et l’oeuvre d’Albert ROUSSEL
PARIS, SALLE CORTOT
Vendredi 5 avril 2019 Ă  18h
“L’Univers poĂ©tique d’Albert Roussel”
ConfĂ©rence par Damien TOP, biographe et grand spĂ©cialiste d’Albert ROUSSEL, directeur du CIAR Centre International Albert Roussel

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

puis concert Ă  19h30
Le Marchand de sable qui passe, sérénade opus 30
Textes de G. Jean-Aubry et poĂšmes de Henri de RĂ©gnier
avec Michel Favory, sociĂ©taire honoraire de la ComĂ©die Française‹Ensemble Instrumental : École Normale de Musique de Paris‹Direction : Daniel Kawka
(auteur de «   …Un marin-compositeur Albert Roussel, Le Carnet de bord ») 
 
 

________________________________________________________________________________________________

/ et aussi :
Exposition Albert Roussel dans le hall de la Salle Cortot

 
 
 
 
 
 

________________________________________________________________________________________________

Renseignements, salle Cortot – Ecole normale de musique:
http://www.sallecortot.com/concert/concert_du_150eme_anniversaire_du_compositeur_albert_roussel.htm?idr=26330

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

ROUSSEL-conference-concert-classiquenews-annonce-critique-concert-et-conference-albert-roussel-affiche-concert-Roussel

 
 
 
 
 
 

COFFRET événement, annonce. ALBERT ROUSSEL edition (intégrale Albert Roussel 2019, 11 cd ERATO) 

roussel-photo-lipnitzki-1936-albert-roussel-portrait-bio-classiquenews-582COFFRET Ă©vĂ©nement, annonce. ALBERT ROUSSEL edition (intĂ©grale Albert Roussel 2019, 11 cd ERATO). La couverture retenue pour illustrer ce coffret Ă©vĂ©nement Ă  de quoi surprendre
 Il a l’air d’un entomologiste, Ă  l’affĂ»t sous les arbres, prĂȘt Ă  dĂ©masquer l’espĂšce de colĂ©optĂšres, ou plutĂŽt d’arachnĂ©ides, digne de sa recherche
 Il n’en est rien car Albert ROUSSEL est d’abord un officier de la marine, qui avait la passion de la composition musicale. Ses voyages en mer auront inspirĂ© l’un des crĂ©ateurs les plus puissamment original pour l’orchestre
 Et sa quĂȘte Ă  la loupe pourrait ĂȘtre celle des nuances et alliages de timbres puissants et poĂ©tiques, ciselĂ©s pour son Ɠuvre symphonique.

2019 marque le 150Ú anniversaire de la naissance du compositeur français né à Tourcoing en 1869. Sa sensibilité instrumentale rejoint Berlioz, Ravel et Debussy ; son imagination les plus grands auteurs français.
Pour preuve, ses ballets, symphonies (4), son opĂ©ra orientaliste PadmĂąvatĂź (qui recueille les sensations rĂ©elles Ă©prouvĂ©es sur le motif aprĂšs un sĂ©jour en Inde ; crĂ©Ă© en 1923)
 d’une Ă©loquence rare, surtout d’un feu trĂ©pidant dans accentuations rythmiques et mĂ©lodies raffinĂ©es, comme son gĂ©nie de l’orchestration
 attestent d’un tempĂ©rament aussi exigeant et perfectionniste que Ravel ou Sibelius pour le grand Ɠuvre orchestral.

roussel Albert-Roussel-resize-1-500x450
 « Roussel semble vivre une odyssĂ©e moderne Ă  la Conrad. A la fin de sa vie, l’homme usĂ© et malade, saura cultiver sa propre vision toujours allusivement fĂ©condĂ©e face Ă  la mer, sa source et son destin finalement (comme l’astre solaire) : un poĂšte pour l’éternitĂ© qui transmet dans son oeuvre unique, une part d’invisible. Le texte Ă©claire aussi l’homme, capable d’une conscience supĂ©rieure Ă  son Ă©poque, et pourtant si pudique et discret, rĂ©publicain et patriote, humaniste de premier plan qui suscita l’admiration des privilĂ©giĂ©s qui comprirent quel ĂȘtre exceptionnel Albert Roussel demeure », Ă©crit notre rĂ©dacteur Hugo Papbst, chroniqueur de la riche et biographie essentielle rĂ©digĂ©e par un spĂ©cialiste du compositeur, le tĂ©nor Damien Top (fondateur du festival international Albert Roussel / Centre international Albert Roussel / CIAR)

http://ciar.e-monsite.com/pages/festival/festival-2019/

Le coffret Ă©ditĂ© par ERATO pour l’anniversaire ROUSSEL 2019 sans ĂȘtre rĂ©ellement intĂ©grale, rĂ©unit les pages les plus significatives du compositeur français : ses Symphonies, les piĂšces orchestrales majeures (comme Le Festin de l’AraignĂ©e), ses principaux ballets (dont les plus fameux Bacchus et Ariane, Aeneas), et cerise apprĂ©ciable, son opĂ©ra PadmĂąvatĂź (sous la direction de Michel Plasson avec Maryline Horne, Nicolai Gedda, JosĂ© Van Dam). La musique de chambre (Sonate violon / Piano; Trio pour flĂ»te, alto, violoncelle ; Trio pour cordes ; Quatuor Ă  cordes
) n’est pas Ă©cartĂ©e comme les mĂ©lodies, ni les Ɠuvres concertantes, de premiĂšre valeur (Concerto pour piano ; Concertino pour violoncelle et orchestre). BONUS apprĂ©ciable : le cd11 regroupe les enregistrements « historiques » et aussi un trĂšs court entretien avec Albert Roussel
 qui prĂ©sente
CLIC D'OR macaron 200UnknownL’argument princeps de cette Ă©dition est la prĂ©sence de chefs français capables d’éloquence et de sensualitĂ© au service des partitions d’un Roussel, conteur enchantĂ© : ainsi AndrĂ© Cluytens, surtout Jean Martinon (Bacchus et Ariane, Aeneas, Symphonie n°2, Le Festin de l’AraignĂ©e), sans omettre l’indiscutable Charles Munch (Symphonies n °3, 4). COFFRET Ă©vĂ©nement. CLIC de CLASSIQUENEWS de mars 2019

________________________________________________________________________________________________

LIVRE Ă  relire
LIVRES, compte rendu critique. ALBERT ROUSSEL par Damien Top (Bleu Nuit Ă©diteur). Collection « horizons ». Voici enfin un texte rĂ©capitulatif et d’un style argumentĂ© autant que poĂ©tique sur la figure spĂ©cifique du plus grand orchestrateur en France aprĂšs Berlioz, Ravel, Stravinsky : Albert Roussel (1869-1937) ; On oublie combien dans la premiĂšre moitiĂ© du XXĂš, Roussel incarne l’un des sommets de la sensibilitĂ© pour la couleur, le raffinement rythmique, une Ă©loquence remarquablement suggestive dont le dramatisme est aussi exceptionnellement sensuel. Toutes les facettes du puissant tempĂ©rament crĂ©ateur de Roussel sont abordĂ©es dans cette biographie remarquablement conçue, fruit d’une rĂ©flexion sensible permise par une exploration de longue date dans l’Ɠuvre du formidable compositeur : le lecteur apprend Ă  saisir l’aventure humaine et musicale de Roussel


 

 

 

LIRE aussi

Notre prĂ©sentation du FESTIN DE L’ARAIGNEE d’Albert Roussel
http://www.classiquenews.com/le-festin-de-laraignee-de-roussel/
L’opus 17, est rarement jouĂ© intĂ©gralement aujourd’hui, alors que sa savante et trĂšs cohĂ©rente architecture rend hommage Ă  la journĂ©e de travail et de capture d’une araignĂ©e besogneuse : l’admiration de Roussel pour l’insecte n’a rien de terrifiant ni de chaotique, c’est plutĂŽt par son activitĂ©, sa vitalitĂ© rythmique (fait saillant de l’ écriture roussĂ©lienne), un portrait grandiose et trĂšs ambitieux, confiant Ă  l’épopĂ©e de l’intelligence arachnĂ©enne. Le prĂ©texte animalier verse dans une fĂ©erie entomologique oĂč dans le ballet original, l’image de danseurs pris au piĂšge de la toile tissĂ©e verticalement fit grande impression. Qui se souvient aujourd’hui de la rĂ©alisation chorĂ©graphique de la partition ? MĂȘme si elle est surtout jouĂ©e sous forme d’une rĂ©duction en forme de « Suite », la partition du Festin s’impose Ă  chaque Ă©coute par sa science instrumentale et sa perfection orchestrale : un modĂšle de dĂ©veloppement certes Ă  programme, donc d’une certaine façon descriptive, mais pourtant a contrario de son sujet fĂ©dĂ©rateur, c’est surtout le souffle poĂ©tique en tant que musique pure qui saisit immĂ©diatement.

 

UN CHEF SUPERLATIF chez ROUSSEL : JEAN MARTINON
martinon jean maestro chefCD, coffret Ă©vĂ©nement. Jean Martinon : the late years : 1968 – 1975. Roussel, Dukas, Lalo, Berlioz, Falla, Poulenc, Ibert, Honegger, Schumann, Tchaikovski, Brahms
 14 cd. CLIC de classiquenews de septembre 2015. Erato Ă©dite les archives lĂ©gendaires contenant le testament artistique du chef Jean Martinon (1910-1976), baguette gĂ©nialement dĂ©taillĂ©e et d’une transparence idĂ©ale qui a fait vibrer et palpiter comme peu avant lui, les joyaux du symphonisme français, ceux signĂ©s Albert Roussel en particulier (le chef qui Ă©tait aussi compositeur a Ă©tudiĂ© la composition avec Roussel justement, d’oĂč sa profonde admiration / connaissance de l’écriture rousselienne). Directeur musical du National de France de 1969 Ă  1973, Martinon enregistre plusieurs sommets orchestraux qui aujourd’hui rĂ©vĂšlent l’acuitĂ© incandescente de son geste
 D’ailleurs les 3 premiers cd abordent ballets et Symphonies de Roussel, transfigurĂ©s par une direction exemplaire en tout point. Un accomplissement rare qui demeure une rĂ©alisation mythique (et qui fait donc l’attrait particulier du coffret ERATO 2015).
http://www.classiquenews.com/cd-coffret-evenement-jean-martinon-the-late-years-1968-1975-roussel-dukas-lalo-berlioz-falla-poulenc-ibert-honegger-schumann-tchaikovski-brahms-14-cd-clic-de-classiquenews-de-se/

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi Chronique du 15Ăš Festival Albert ROUSSEL 2015

Dieppe. Ecole de musique C. Saint-Saëns, le 22 octobre 2011. 15Ú festival international A. Roussel. Delvincourt, Thiriet, Goué, Castéra, Roussel
 Orchestre Symphonique de Dieppe. Damien Top, direction
Alors qu’à Venise, le Palazzetto Bru Zane Centre de musique romantique française s’engage avec mĂ©rite et regard visionnaire pour la rĂ©surrection des compositeurs laurĂ©ats du Prix de Rome, une autre institution fait entendre sa voix, celle du festival international Albert Roussel dont 2011 marque dĂ©jĂ  la 15Ăš Ă©dition. Festival singulier au nord de la France rayonnant depuis le Mont Cassel entre Nord Pas de Calais, Normandie et Belgique, la programmation dĂ©fend elle aussi les laurĂ©ats du Prix mĂ©dicĂ©en: Pour le centenaire de son Prix 1911, Paul Paray est Ă  l’honneur au dĂ©but de la programmation; surtout Claude Delvincourt, grand vainqueur du Prix de Rome en 1913, ex aequo avec Lili Boulanger dont la Cantate Faust et HĂ©lĂšne profiterait Ă  ĂȘtre rĂ©Ă©valuĂ©e en comparaison avec celle Ă©ponyme de sa consoeur, protĂ©gĂ©e de FaurĂ©.
http://www.classiquenews.com/dieppe-ecole-de-musique-c-saint-sans-le-22-octobre-2011-15-festivalinternational-a-roussel-delvincourt-thiriet-gou-castraroussel-orchestre-symphonique-de-dieppe/

LIRE aussi PADMAVATI au ChĂątelet en mars 2008
http://www.classiquenews.com/vido-padmvat-chtelet-mars-2008sylvie-brunet-chante-padmvat/

VISITER aussi le site du CENTRE INTERNATIONAL ALBERT ROUSSEL / CIAR
http://ciar.e-monsite.com

________________________________________________________________________________________________

FESTIVAL international Albert ROUSSEL 2019 : 21 sept – 25 novembre 2019
http://ciar.e-monsite.com/pages/festival/festival-2019/
Les concerts du Festival International Albert-Roussel, inscrits dans la campagne du Nord-Pas de Calais, se dĂ©roulent dans les lieux patrimoniaux du territoire qu’a connu Albert Roussel : Dieppe, Cassel, . Le patrimoine musical de la rĂ©gion Nord/Pas de Calais demeure encore trĂšs largement mĂ©connu : le festival et son directeur artistique, Damien Top, Ɠuvrent depuis plusieurs annĂ©es Ă  le rĂ©habiliter et Ă  le diffuser. Seule manifestation culturelle Ă  promouvoir rĂ©guliĂšrement les compositeurs issus de la Flandre française ou de la RĂ©gion, la 23Ăšme Ă©dition un cycle d’une douzaine de manifestations (concerts, confĂ©rences, expositions) pour fĂȘter le cent-cinquantiĂšme anniversaire de la naissance d’Albert Roussel, inscrit aux CommĂ©morations Nationales ainsi que les 90 ans de la compositrice Pierrette Mari. Le Festival International Albert-Roussel 2019 accueillera des artistes prestigieux venus de tous horizons : Diane Andersen, Eliane Reyes (Belgique), DaniĂšle Laval, Renaud Fontanarosa, Alain RaĂ«s, Nicolas Delabaere, le Quatuor Ă  cordes de l’ArmĂ©e de terre (France), 
 Diverses animations pĂ©dagogiques auront lieu dans les Ă©coles et collĂšges
Aperçu de la programmation 2019 : http://ciar.e-monsite.com/pages/festival/festival-2019/

 

 

________________________________________________________________________________________________

AGENDA 2019

ConfĂ©rence sur l’écriture et l’oeuvre d’Albert ROUSSEL
PARIS, SALLE CORTOT
Vendredi 5 avril 2019 Ă  18h
“L’Univers poĂ©tique d’Albert Roussel”
ConfĂ©rence par Damien TOP, biographe et grand spĂ©cialiste d’Albert ROUSSEL, directeur du CIAR Centre International Albert Roussel

puis concert Ă  19h30
roussel albert portrait biographie classiquenewsAlbert_Roussel_1923Le Marchand de sable qui passe, sérénade opus 30
Textes de G. Jean-Aubry et poĂšmes de Henri de RĂ©gnier
avec Michel Favory, sociĂ©taire honoraire de la ComĂ©die Française‹Ensemble Instrumental : École Normale de Musique de Paris‹Direction : Daniel Kawka
(auteur de «   …Un marin-compositeur Albert Roussel, Le Carnet de bord »)

/ et aussi :
Exposition Albert Roussel dans le hall de la Salle Cortot

Renseignements : salle Cortot – Ecole normale de musique
http://www.sallecortot.com/concert/concert_du_150eme_anniversaire_du_compositeur_albert_roussel.htm?idr=26330

 

 

 

 

CD Ă©vĂ©nement, critique. HALEVY : Le Dilettante d’Avignon : Marzorati / Piquemal (2 cd Klarthe records – 2014)

CD Ă©vĂ©nement, critique. HALEVY : Le Dilettante d’Avignon : Marzorati / Piquemal (2 cd Klarthe records – 2014). L’auteur de cette dĂ©licieuse pochade satirique se moque et cĂ©lĂšbre Ă  la fois, les qualitĂ©s de la musique italienne, et les travers du milieu parisien prĂȘt Ă  l’idolĂątrer
HalĂ©vy excelle Ă  railler ce qui a fait justement le succĂšs de Rossini dans le Paris de la premiĂšre moitiĂ© du XIXù

Halevy opera annonce critique opera dilettante d avignon piquemal halevy KLARTHE records  cd opera critique KLA073couv_lowQuand le directeur de thĂ©Ăątre Maisonneuve devenu par passion Casanova s’émeut de la langue italienne, c’est comme si sur la scĂšne ressuscitait Mr Jourdain apprenant la langue française. NaĂŻf et touchant par la sincĂ©ritĂ© de son goĂ»t italien, Maisonneuve (excellent Renaud Marzorati) dĂ©sespĂšre car le français n’a pas d’accent mais sait s’enthousiasmer en invitant une troupe de chanteurs italiens sur les planches de son thĂ©Ăątre. La situation est cocasse : elle renvoie Ă  toute l’histoire de l’opĂ©ra et de la musique europĂ©enne, scandĂ©e par la rivalitĂ© des cultures et des styles et surtout comme ici, la volontĂ© de fusion des deux Ă©coles.
On ne louera pas assez cette initiative discographique : exhumer des pĂ©pites lyriques, qui allie une intrigue resserrĂ©e dans une mise en forme raffinĂ©e, subtilement dĂ©lirante ; c’est assurĂ©ment le cas de cette comĂ©die drĂŽlatique signĂ© d’un auteur qui fit l’ñge d’or du grand opĂ©ra Ă  l’OpĂ©ra de Paris : Fromental HalĂ©vy (Prix de Rome 1819), mentor d’Offenbach dans la Capitale.
La finesse se moque ici des styles italiens (Rossini) et français (couplets de Valentin) : ainsi le « duo Ă  trois voix », CD2 oĂč brillent aux cĂŽtĂ©s d’Arnaud Marzorati, Mathias Vidal (Dubreuil, compositeur parisien qui singe les italiens) et Virginie Pochon (Marinette), Ă  la fois sincĂšres et satiriques. Le jeu thĂ©Ăątral est finement polissĂ© et restitue Ă  ce mini opĂ©ra, sa nature de pochade enlevĂ©e, hyperĂ©lĂ©gante. Fromental HalĂ©vy s’y dĂ©lecte Ă  exprimer son amour du genre lyrique (le Dilettante c’est lui). Le compositeur tort le cou aux codes d’un systĂšme Ă©culĂ© : Ă  l’époque oĂč rĂšgne Rossini Ă  Paris, il suffit de se dire italien pour ĂȘtre jouĂ© dans les thĂ©Ăątres parisiens (c’est donc le cas de Dubreuil imposteur gĂ©nial, Ă  Paris et Ă  Avignon)

Dans ce joyau opĂ©ratique et comique, toutes les Ă©quipes de l’OpĂ©ra d’Avignon savourent les degrĂ©s mĂȘlĂ©s d’une partition souvent dĂ©lirante.

CLIC D'OR macaron 200Le label Klarthe jamais en reste pour la dĂ©fense duHALEVY Fromental_Halevy_by_Etienne_Carjat-crop patrimoine français dĂ©voile ainsi une pĂ©pite lyrique qui succĂ©da de quelques mois au triomphe du Guillaume Tell de Rossini(1829). La rĂ©vĂ©lation est totale, nuançant l’hĂ©gĂ©monie de Rossini dans les annĂ©es 1820, servie par l’engagement gĂ©nĂ©rale d’une troupe allumĂ©e. La rĂ©ussite de cet enregistrement live (avec applaudissements, OpĂ©ra Grand Avignon, avril 2014), vĂ©ritable recrĂ©ation depuis l’époque romantique est assurĂ© par le choix des solistes et l’engagement des instrumentistes de l’orchestre choisi : Orchestre RĂ©gional Avignon-Provence sous la direction, articulĂ©e, pĂ©tillante de Michel Piquemal. VoilĂ  une nouvelle rĂ©alisation majeure pour la redĂ©couverte de l’opĂ©ra romantique français. Qui connaĂźt cette veine comique du trĂšs sĂ©rieux HalĂ©vy, rĂ©putĂ© pour La Juive, ou Clari (ressuscitĂ© par Cecilia Bartoli) et rĂ©cemment La Reine de Chypre ?

________________________________________________________________________________________________

CD Ă©vĂ©nement, critique. HALEVY : Le Dilettante d’Avignon (1829). 2cd Klarthe records – enregistrĂ© en avril 2014 Ă  l’OpĂ©ra d’Avignon) – CLIC de CLASSIQUENEWS

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre prĂ©sentation annonce du Dilettante d’Avignon de HalĂ©vy par Arnaud Marzorati et Mathias Vidal Ă  l’OpĂ©ra d’Avignon (2014):
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-annonce-halevy-le-dilettante-davignon-piquemal-2-cd-klarthe-2014/

CD, critique. ÉCLATS ROMANTIQUES. David Walter, hautbois / Magdalena Dus, piano
 (1 cd Dux 2018)

eclats_romantiques_prop3 + franckCD, critique. ECLATS ROMANTIQUES. David Walter, hautbois / Magdalena Dus, piano
 (1 cd Dux 2018). EnregistrĂ© en Pologne, mars 2018 – avec la pianiste polonaise Magdalena Dus, l’enregistrement se prĂ©sente tel « un voyage romantique », partant de la Sonate de CĂ©sar Franck, emblĂšme romantique français. Les autres compositeurs sont Chopin, Schubert, FaurĂ©, Dranishnikova, Pasculli et Verroust. Un Ă©clectisme apparent car « chaque Ă©pisode illustre la qualitĂ© d’intĂ©rioritĂ© de l’instrument Ă  vent ». Le propre du soliste David Walter est de renouveler notre Ă©coute par la transcription qu’il en propose : l’instrumentiste Ă©claire de l’intĂ©rieur les partitions ainsi rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©es, repensĂ©es, rĂ©investies avec une acuitĂ© et une intelligence, rares.

La Sonate de Franck originellement pour violon et piano revĂȘt des charmes autres et d’une mordante voluptĂ© grĂące aux timbres trĂšs nettement caractĂ©risĂ©s du hautbois (I), et du cor anglais (II) – plus rond et plus caressant encore. L’instrument Ă  hanche Ă©claire la Sonate de feux plus mĂ©lancoliques encore que le violon, l’inscrivant rĂ©solument dans ses filiations littĂ©raires, surtout proustiennes. OĂč la fragilitĂ© et la sincĂ©ritĂ© de l’intonation produisent ce surgissement involontaire de la mĂ©moire, entre souveraine sĂ©rĂ©nitĂ© et acuitĂ© de souvenirs irrĂ©pressiblement prĂ©sents, prenants
. Le piano de Magdalena Dus rĂ©alise un Ă©cho filigranĂ©, arachnĂ©en, jouant sur toutes les facettes allusives de la partition, avec une activitĂ© souple, marquĂ©e par l’urgence (II).

WALTER david hautbois portraitSoliste de premier plan, David Walter s’impose comme un transcripteur de premier plan Il capte l’essence poĂ©tique et le sens profond des partitions choisies ; souhaitant moins faire dĂ©monstration de l’expressivitĂ© de ses instruments, que ciseler et colorer diffĂ©remment chaque partition plus connue dans un dispositif instrumental autre. L’éloquence de son jeu, sa musicalitĂ© naturelle expose chaque thĂšme et sa variation en une fragilitĂ© secrĂšte, parfois saisissante (3Ăš mouvement : le soliste amplifie la profondeur de la blessure et la faille de la langueur inscrite dans la musique ; avant la tendresse insouciante et simplement chantante du dernier mouvement.

Puis, la mĂ©lancolie apaisĂ©e s’écoule des Berceaux de FaurĂ© (en son cri poli, avec ardeur), au chant intĂ©rieur, viscĂ©ralement pudique mais chantant de l’Impromptu de Schubert opus 142 n°3 dont David Walter propose une transcription particuliĂšrement convaincante, du badinage insouciant Ă  la variation en si bĂ©mol majeur, plus Ă©quivoque et trouble

PoĂšte du timbre, David Walter choisit l’instrument selon sa couleur et sa diction naturelle dans la transcription du PrĂ©lude n°15 de Chopin dit la « goutte d’eau » : avec le cor anglais, plus dramatique et sombre dans la partie centrale (do diĂšse mineur). La douceur pourtant proche du glas, cette gravitas se dĂ©ploie alors grĂące au chant du cor anglais dont le caractĂšre mĂ©ditatif et suspendu ajoute considĂ©rablement Ă  l’intensitĂ© poĂ©tique de la piĂšce. C’est peut-ĂȘtre l’apport le plus le plus significatif de la collection de transcriptions (plage 9) .
CLIC D'OR macaron 200Volubile et d’une ivresse nostalgique, la priĂšre d’Amelia pour cor anglais (Pasculli) d’aprĂšs Un Bal masquĂ© de Verdi : on y dĂ©tecte la sincĂ©ritĂ© d’une Ăąme atteinte et tiraillĂ©e, dans la priĂšre de l’hĂ©roĂŻne qui ne sait choisir entre l’amour pour son mari Riccardo, et celui de son amant Renato (ami de ce dernier). Les volutes et arabesques dĂ©duites de cet air d’opĂ©ra produisent un festival de virtuositĂ© bien Ă©trangĂšre au recueillement tendu du dĂ©but. Mais lĂ  encore le musicien accorde une attention dĂ©lectable Ă  chaque registre expressif. RĂ©cital somptueusement dĂ©fendu et de surcroĂźt audacieux dans les transcriptions mises en avant. VoilĂ  un programme plein de risques et d’audaces rĂ©ussies qui honorent l’école toujours active du hautbois français.

________________________________________________________________________________________________

Cd critique. ECLATS ROMANTIQUES. David Walter, hautbois / Magdalena Dus, piano
 (1 cd Dux 1546 – 2018). VISITEZ le site de David Walter : http://www.davidwalter.fr/David_2/Recordings.html
CLIC de CLASSIQUENEWS d’avril 2019.

Symphonie n°1 de Sibelius (1899)

arte_logo_2013ARTE, jeudi 11 avril 2019, 5h. SIBELIUS : Symphonie n°1. Concert symphonique enregistrĂ© en 2015, l’annĂ©e des 150 ans de Jean Sibelius (1865-1957), le plus grand compositeur symphonique en Europe, dans la premiĂšre moitiĂ© du XXĂš, avec Ravel et Debussy, R Strauss et Mahler.
sibelius-jeune-portrait-classiquenewsL’opus 39 de Sibelius est l’oeuvre d’un jeune compositeur de 34 ans qui achĂšve son premier opus symphonique dĂ©but 1899, suscitant une admiration telle qu’il obtient une rente de l’état finnois Ă  vie. Heureux crĂ©ateur, reconnu pour son talent
 DĂ©jĂ  dans la forme classique de ce premier coup de gĂ©nie, s’affirment des ruptures de ton, des Ă©clairs romantiques fulgurants qui bousculent l’écoulement tranquille. L’Adagio initial (premier volet du mouvement I, prĂ©cĂ©dant l’Allegro energico) fait valoir de superbes effets de timbres, emblĂšmes d’une orchestration raffinĂ©e et puissante. L’Andante qui suit, exprime une mĂ©lodie particuliĂšrement orginale et mĂ©lancolique, avec dans l’alliance frĂ©missante des cors et des cordes, une claire rĂ©fĂ©rence Ă  la forĂȘt magique de Wagner (Siegfried : murmures de la forĂȘt), mĂȘme si Sibelius s’est toujours prĂ©cautionneusement Ă©cartĂ© du compositeur germanique. L’Allegro est un scherzo oĂč triomphe et s’embrase la voluptĂ© du trio central (pour les vents). A la façon d’une rhapsodie (« quasi una fantasia »), le Finale en mi mineur cumule les contrastes de rythmes et de caractĂšres avec une irrĂ©pressible Ă©nergie, celle d’une conclusion enfin Ă©noncĂ©e qui dĂ©livre sa vĂ©ritĂ© comme la clĂ© d’un rĂ©bus enfin rĂ©solu. Toute l’oeuvre de Sibelius tend Ă  quesitonner la forme et le dĂ©veloppement symphonique ; comment (orchestration / couleurs), vers oĂč ? (sens, architecture)
 Sibelius cherche la clĂ© d’un dĂ©roulement essentiel et organiquement cohĂ©rent. C’est pourquoi, dĂšs ce premier essai de 1899, il ouvre des perspectives aussi personnelles qu’un Mahler. Mais Ă  l’inverse de ce dernier, et par tempĂ©rament, Sibelius se replie de plus en plus vers un schĂ©ma serrĂ©, court, synthĂ©tique, au point que sa derniĂšre symphonie, enchaĂźnant les mouvements (crĂ©Ă©e en 1923 Ă  Helsinki), totalise moins de 30 mn


________________________________________________________________________________________________

arte_logo_2013LIRE aussi notre critique de la Symphonie n°1 de Jean Sibelius, récemment enregistrée par Santtu-Maias ROUVALI :
http://www.classiquenews.com/cd-critique-sibelius-symphonie-n1-en-saga-gothenburg-symphony-santtu-matias-rouvali-1-cd-alpha-2018/

CD, événement, ANNONCE. JS BACH : Markus Passion BWV 247 (1744) : Capella Reial Catalunya, Concert des Nations, Jordi Savall (2 cd Alia Vox, mars 2018).

JS-BACH-markus-passion-cd-alia-vox-jordi-savall-critique-cd-critique-review-opera-concert-musique-classique-news-actualites-infos-opera-classiquenewsCD, Ă©vĂ©nement, ANNONCE. JS BACH : Markus Passion BWV 247 (1744) : Capella Reial Catalunya, Concert des Nations, Jordi Savall (2 cd Alia Vox, mars 2018). Aux cĂŽtĂ©s des sommets musicaux que sont les plus connues Passion selon Saint-Mathieu et surtout, celle plus dense, resserrĂ©e, contrastĂ©e, selon Saint-Jean, Jordi Savall et ses troupes s’intĂ©ressent ici Ă  la troisiĂšme Passion de Bach basĂ©e sur l’évangile de Saint-Marc. JS Bach l’a bien prĂ©sentĂ©, pour le Vendredi Saint de 1731, sur un texte de Picander, que celui-ci Ă©dite une annĂ©e plus tard en mĂȘme temps que le troisiĂšme tome de ses poĂ©sies. En 2009, une version plus tardive du livret utilisĂ© pour une nouvelle exĂ©cution de l’Ɠuvre en 1744, est dĂ©couverte Ă  Saint-PĂ©tersbourg. Par rapport au livret de 1732, elle comporte certaines modifications des textes, ainsi que des emplacements diffĂ©rents des chorals et des airs, et aussi l’ajout de deux nouveaux airs.

 
 
 

NOUVELLE RECONSTITUTION
DE LA PASSION SELON SAINT-MARC

 
 
 

bach jean sebastian sebastien portrait vignette par classiquenews bach_js-jean-sebastianCette version offre un Ă©clairage plus complet de la troisiĂšme Passion de Bach. Mais la musique que composa Bach demeure introuvable
 pas de partition autographe, ni de copie, pas de partie sĂ©parĂ©e 
 il serait donc raisonnable de penser que le compositeur, comme il le fit souvent, a rĂ©utilisĂ© du matĂ©riel musical prĂ©cĂ©dent pour cette nouvelle Passion, selon le principe du « pasticcio », ou parodie. Le gĂ©nie de Bach est d’assembler d’anciennes partitions, tout en prĂ©servant la grande cohĂ©sion Ă  la fois musicale et spirituelle de l’ensemble ainsi rebĂąti.

Dans cette nouvelle approche de la Passion, Jordi Savall dĂ©voile les sources qui lui ont permis de reconstituer l’architecture musical et le contenu poĂ©tique du cycle selon Saint-Marc.
D’aprĂšs le Dr. Alfred DĂŒrr, Bach rĂ©utilise ainsi une bonne partie des ChƓurs et des Airs de son Trauerode (Ode FunĂšbre) BWV 198, donnĂ©e Ă  Leipzig le 17 octobre 1727, en hommage funĂšbre Ă  la princesse Christiane Eberhardine, Reine de Pologne et Princesse de Saxe; Laß FĂŒrstin, laß noch einen Strahl (Laisse, princesse, laisse encore un rayon ) se transformant en Geh, Jesu, geh zu deiner Pein (Va, JĂ©sus, va Ă  ton supplice !).
Savall Ă©carte tout matĂ©riel Ă©tranger Ă  Bach (dont chƓurs de foule /turbae, et rĂ©citatifs de la Passion selon saint Marc de son contemporain et collaborateur  Reinhard Keiser : 1674-1739).

RĂ©alisant une rĂ©vision globale pour unifier les parties diverses choisies pour la reconstruction, Jordi Savall suit Ă  la lettre le texte de la version de 1744, – commentaires des chapitres 14 et 15 de l’évangile de Marc, depuis l’onction Ă  BĂ©thanie jusqu’à l’ensevelissement-. Pour respecter la progression du livret de Picander, le chef catalan rĂ©unit ainsi plusieurs groupes de musiques antĂ©rieures, toutes signĂ©es JS Bach : l’Ode funĂšbre, la Passion selon Saint Matthieu, diffĂ©rentes versions de la Passion selon Saint Jean et de certaines cantates
 Grande critique Ă  venir dans le mag cd dvd livres de classiquenews.

 
 
 
 
 
 

________________________________________________________________________________________________

CLIC_macaron_2014CD, Ă©vĂ©nement, ANNONCE. JS BACH : Markus Passion BWV 247 (1744) : Capella Reial Catalunya, Concert des Nations, Jordi Savall (2 cd Alia Vox, mars 2018 – AVSA9931). CLIC de CLASSIQUENEWS

 
 
 
 
 
 

CD Ă©vĂ©nement, annonce. ERNEST CHAUSSON : PoĂšme de l’amour et de la Mer, Symphonie opus 20 (Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch / VĂ©ronique Gens – 1 cd Alpha)

chausson poeme amour et mer alexandre bloch gens orchestre national de lille cd annonce critique cd review cd classiquenewsCD Ă©vĂ©nement, annonce. ERNEST CHAUSSON : PoĂšme de l’amour et de la Mer, Symphonie opus 20 (Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch / VĂ©ronique Gens – 1 cd Alpha). Entre Berlioz et CĂ©sar Franck dont il fut l’élĂšve, Ernest Chausson (mort Ă  44 ans en juin 1899) impose aujourd’hui un gĂ©nie Ă  part d’autant qu’il reste mĂ©connu. A l’époque du wagnĂ©risme europĂ©en et bientĂŽt du premier Debussy symboliste, Chausson compose sur une dĂ©cennie (1882 – 1892) un cycle sans Ă©quivalent dans la littĂ©rature romantique française : Le PoĂšme de l’Amour et de la Mer (1882 – 1892), qui est Ă  la fois cycle de mĂ©lodies ou cantate profane, poĂšme symphonique ou symphonie. C’est un creuset bouillonnant d’idĂ©es mĂ©lodiques et harmoniques dont il extrait en 1886, le dernier volet, Le Temps des lilas, jouĂ© depuis comme une mĂ©lodie Ă  part (pour voix et piano).

gens veronique melodies duparc hahn chausson alpha cd critique compte rendu review account of CLASSIQUENNEWS CLIC de classiquenews octobre 2015La soprano française VĂ©ronique Gens enregistre ce cycle pour la premiĂšre fois, ayant dĂ©jĂ  gravĂ© Le Temps des Lilas (avec Susan Manoff au piano pour son disque NĂ©Ăšre / ALPHA 215, clic de classiquenews en octobre 2015 : LIRE ici notre critique du cd NĂ©Ăšre / VĂ©ronique Gens),un recueil pleinement abouti, qui « hypnotise par la justesse des couleurs, la prĂ©cision allusive de chaque mot vocal » Ă©crivait notre rĂ©dacteur Ernst Van Beck 


 

 

 

 

resurrection-symph-2-mahler-ONL-alexandre-bloch-face-chef

 

 

 

 

Dans ce nouveau cd Ă©ditĂ© par Alpha dĂ©but mars 2019, VĂ©ronique Gens retrouve ici un orchestre familier, l’Orchestre National de Lille, sous la direction de son directeur musical, Alexandre Bloch (qui poursuit en 2019, un cycle Ă©vĂ©nement dĂ©diĂ© aux 9 symphonies de Mahler). Plus rare encore et de caractĂšres proches, la Symphonie en si bĂ©mol majeur (1891) complĂšte ce programme : c’est le sommet du rĂ©pertoire français, jalon aussi dĂ©cisif que la Symphonie en rĂ© mineur de Franck dont Chausson bien qu’élĂšve de Massenet, partage le mysticisme et l’idĂ©alisme esthĂ©tique. ConcrĂštement la Symphonie de Chausson prolonge la voie tracĂ©e par Franck, en faisant une Ă©tonnante et trĂšs originale synthĂšse entre les couleurs et l’ampleur de Wagner, son dramatisme noir, l’élĂ©vation françkiste et dĂ©jĂ  dans les couleurs et la transparence, la voluptĂ© allusive de l’impressionnisme Ă  venir. On y dĂ©tecterait presque aussi, cette clartĂ© faurĂ©enne qui Ă©claire la Suite PellĂ©as et MĂ©lisande 
 de FaurĂ© (alors Ă©crite Ă  la mĂȘme pĂ©riode). La Symphonie de Chausson, crĂ©Ă©e Ă  Paris en 1891 (SociĂ©tĂ© nationale de musique, salle Erard) est un jalon essentiel du romantisme français : elle s’inscrit dans le sillon des opus rĂ©volutionnaires et de synthĂšse comme la Fantastique de Berlioz (1830), la Symphonie avec orgue de Saint-Sans (1886) et Ă©videmment la Symphonie en rĂ© de son maĂźtre CĂ©sar Franck (composĂ©e peu avant et crĂ©Ă©e en … 1889). L’accueil est un triomphe que confirme la reprise en 1897 au Cirque d’hiver, par la Philharmonie de Berlin sous la direction de son directeur musical d’alors, Arthur Nikisch. Grand amateur d’art et collectionneur de tableaux (impressionnistes et symbolistes, sans omettre Degas et Manet…), Chausson a dĂ©diĂ© sa seule symphonie qui nous soit parvenue, au peintre Henry Lerolle (son beau-frĂšre). Prochaine grande critique du cd CHAUSSON par l’orchestre National de Lille / Alexandre Bloch dans le mag cd dvd livres de classiquenews

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

CD Ă©vĂ©nement, annonce. ERNEST CHAUSSON : PoĂšme de l’amour et de la Mer, Symphonie opus 20 (Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch / VĂ©ronique Gens – 1 cd Alpha)

 

 

 

 

 

 

 

 

DVD, BLU RAY, critique. COPPELIA : Bolshoi Ballet HD collection (Vikharev, Sorokin 2018 – 1 dvd BelAir classiques)

coppelia-delibes-bolshoiballet-critique-danse-compte-rendu-review-dvd-ballet-classiquenews-musique-classique-classiquenews-bac163-cover-coppliarectoDVD, BLU RAY, critique. COPPELIA : Bolshoi Ballet HD collection (Vikharev, Sorokin 2018 – 1 dvd BelAir classiques). Depuis 2012, le Ballet du Bolshoi ressuscite une nouvelle version plus romantique, assurĂ©ment plus traditionnelle (dĂ©cors, costumes, pantomime trĂšs inscrits dans l’esthĂ©tique d’un XVIIĂš repensĂ© par la France des classes du XIXĂš, au dĂ©but des annĂ©es 1870). Ainsi dans cette chorĂ©graphie repensĂ©e par le moderne Sergey Vikharev, d’aprĂšs Enrico Cecchetti et Marius Petipa, la vision sociĂ©tale est simpliste parfois sommaire : les villageois dont font partie Swanilda (et son blĂ© proclamĂ©), et son fiancĂ©, un temps volage, Frantz. La soldatesque d’autre part, celle qui fait l’admiration du jeune homme, qui chahute un tantinet le vieux Coppelius au dĂ©but du II ; puis devant le seigneur, le spectacle, apothĂ©ose de la ballerina, la fiancĂ©e qui a su dĂ©masquer la poupĂ©e sĂ©ductrice, la naĂŻvetĂ© de Frantz, et aussi tuer le piĂšge dans lequel le professeur Coppelius souhaitait emporter jusqu’à l’ñme du jeune amoureux transi.

 
 
 

Coppelia version Vikharev (2009)

Le BolshoĂŻ, un certain Classicisme nostalgique

 
 
 

bolshoi-ballet-coppelia-vikharev-dvd-blu-ray-critique-dvd-ballet-review-critique-classiquenews-danse-musique-classique-opera

 
 
 

L’astuce de Swanilda, sa loyautĂ© pour Frantz, son dĂ©sir de rompre l’enchantement dont est victime ce dernier, sa compĂ©tence pour faire Ă©chouer l’Ɠuvre machiavĂ©lique et mĂ©canique de Coppelius, tout en le trompant, 
 triomphent dans l’acte III. AprĂšs la scĂšne oĂč la danseuse prend la place de la poupĂ©e – tableau d’une ambivalence dĂ©licieuse oĂč la jeune fiancĂ©e illusionne la naĂŻvetĂ© du pseudoscientifique (en lui faisant croire qu’une mĂ©canique pouvait atteindre la vie elle-mĂȘme, et donc la grĂące d’une danseuse rĂ©elle), l’acte III est un tremplin somptueux oĂč rayonne cette mĂȘme Ă©lĂ©gance d’une Swanilda, jeune Ă©pouse victorieuse. Petipa rĂ©vise le conte originel d’ETA HOFMANN dont le fantastique noir et tragique rĂ©servait un destin diffĂ©rent au jeune couple amoureux.

La production filmĂ©e par Bel Air classiques a Ă©tĂ© diffusĂ©e en juin 2018 en direct au cinĂ©ma, depuis la scĂšne du Bolshoi. En voici la trace. Vikharev a dĂ©jĂ  traitĂ© parmi les grands ballets du XIXĂš : La Belle au bois dormant, La BayadĂšre, Raymonda
 en s’inspirant des tĂ©moignages d’époque, en particulier les usages et la pratique dansante Ă  Saint-PĂ©tersbourg. On se dĂ©lecte ainsi du ballet des heures totalement restituĂ© en dĂ©ploiement collectif et force groupes de danseurs.

La magie de la partition de Delibes concourt beaucoup Ă  la rĂ©ussite de ce spectacle : les danses Czardas, Mazurka (dĂ©but du II) – Ă©lĂ©ments du folklore d’Europe de l’Est, en gagnent une vivacitĂ© rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©e. PortĂ©s par le tapis orchestral, d’un raffinement inouĂŻ, et d’une trĂšs belle tendresse mĂ©lodique (proche des valses de Strauss), les deux rĂŽles principaux brillent par un naturel Ă©lastique, aussi acrobatique qu’élĂ©gant : Margarita Shrayner dans le rĂŽle de la courageuse Swanilda captive par sa grĂące constante : lĂ©gĂšre, sincĂšre, presque naĂŻve au I ; puis astucieuse et plus dramatique au II ; impĂ©riale et souveraine au III. L’intelligence de la danseuse suit pas Ă  pas l’évolution de son caractĂšre selon les pĂ©ripĂ©ties de l’action
 laquelle est beaucoup moins dĂ©corative qu’il n’y paraĂźt. Loin d’ĂȘtre nunuche, Swanilda ose dĂ©niaiser les mĂąles en prĂ©sence : l’amoureux transi et pĂąlot Frantz, le fou laborantin Coppelius, convaincu qu’il peut donner vie Ă  une mĂ©canique en lui transfĂ©rant l’ñme d’un mortel
 La victoire de la danseuse passe au III par la sublimation de sa chorĂ©graphie qui en fait une hĂ©roĂŻne de chair, une Ăąme valeureuse qui pense et agit.  Un modĂšle du genre. L’interprĂšte requise sait ciseler ses pas et ses figures avec une flexibilitĂ© admirable et un naturel qui rompt avec la pure technicitĂ©, ailleurs, froide et glacĂ©e. A ses cĂŽtĂ©s, malgrĂ© la fragilitĂ© et la minceur psychologique du personnage de Frantz, Artem Ovcharenko, habituĂ© de l’Ɠuvre, convainc lui aussi, comme le rĂŽle de comĂ©dien moins de danseur, de Coppelius dont le mĂ»r Alexey Loparevich fait une figure de caractĂšre, cependant parfois un peu caricaturale.
La volontĂ© de Vikharev est d’exalter le patrimoine russe quitte Ă  manquer parfois de lĂ©gĂšretĂ© ou d’équilibre dans costumes et dĂ©cors. Pour ĂȘtre concret, l’étalage de dĂ©tails et d’accessoires comme de couleurs dans l’essor des costumes brouille souvent la lisibilitĂ© des mouvements. Ce culte nostalgique d’un Ăąge d’or de la danse au BolshoĂŻ marque les esprits par cet hyper classicisme de la forme, auquel la souplesse naturelle des deux solistes (Swanilda et Frantz) apporte une sincĂ©ritĂ© salvatrice. A connaĂźtre indiscutablement.

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

Delibes : Coppélia [DVD & Blu-ray]
Ballet en trois actes

Musique : LĂ©o Delibes (1836-1891)
Livret : Charles Nuitter & Arthur Saint-LĂ©on d’aprĂšs les contes fantastiques de E.T.A. Hoffmann

Swanilda : Margarita Shrayner
Frantz Artem : Ovcharenko
Coppélius : Alexey Loparevich
Huit amies : Xenia Averina, Daria Bochkova, Bruna Cantanhede Gaglianone, Antonina Chapkina, Anastasia Denisova, Elizaveta Kruteleva, Svetlana Pavlova, Yulia Skvortsova
Coppélia (Automate) : Nadezhda Blagova
Seigneur du manoir : Alexander Fadeyechev
Bourgmestre : Yuri Ostrovsky
Chronos : Nikolay Mayorov
Mazurka : Oksana Sharova, Alexander Vodopetov, Ekaterina Besedina, Dmitry Ekaterinin
Czardas : Kristina Karasyova, Vitali Biktimirov
Aurore : Anastasia Denisova
PriĂšre : Antonina Chapkina
Travail : Daria Bochkova, Ksenia Averina, Maria Mishina, Stanislava Postnova, Tatiana Tiliguzova
Folie : Elizaveta Kruteleva

Corps de Ballet, Acteurs et Actrices du Théùtre Bolchoï
ÉlĂšves de l’AcadĂ©mie ChorĂ©graphique de Moscou

Orchestre et ChƓur du ThĂ©Ăątre BolchoĂŻ
Direction musicale : Pavel Sorokin

Chorégraphie Marius Petipa, Enrico Cecchetti
Nouvelle version chorégraphique Sergey Vikharev
Scénographie : Boris Kaminsky
Costumes : Tatiana Noginova
LumiĂšres : Damir Ismagilov

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

Enregistrement HD : Théùtre du Bolchoï, 06/2018
RĂ©alisation : Isabelle Julien
Date de parution : 12 avril 2019 / 1 dvd, Blu ray Bel Air classiques

 
 
 

coppelia-delibes-bolshoiballet-critique-danse-compte-rendu-review-dvd-ballet-classiquenews-musique-classique-classiquenews-bac163-cover-coppliarecto

 
 
 
 
 
 

LILLE, 3Ăšme Symphonie de Mahler par l’Orchestre National de Lille

cycle-mahlerLILLE, ONL : MAHLER : Symph n°3, les 3 et 4 avril 2019. Suite de l’épopĂ©e des symphonies de Gustav Mahler par l’ONL Orchestre National de Lille sous la direction de l’impĂ©tueux et introspectif Alexandre Bloch, pilote majeur de ce cycle orchestral Ă©vĂ©nement Ă  Lille. AprĂšs les Symphonies n°1 « Titan », n°2 « RĂ©surrection, voici la 3Ăš, moins connue, moins jouĂ©e. C’est pourtant l’un des volets orchestralement les plus riches, expression libre d’un sentiment de communion avec la Nature


AprĂšs avoir atteint le sentiment d’éternitĂ© et l’expĂ©rience de la RĂ©surrection, ni plus ni moins, dans l’ultime mouvement de sa deuxiĂšme symphonie (Finale en apothĂ©ose et lĂ©vitation oĂč le ciel s’ouvre enfin
), Mahler pour sa TroisiĂšme symphonie, conservant la nostalgie des hauteurs cĂ©lestes, compose un partition qui logiquement se place Ă  l’échelle du cosmos. L’exaltation spirituelle et mystique dĂ©veloppĂ©e dans la DeuxiĂšme symphonie, « RĂ©surrection », le laisse Ă  la mĂȘme altitude, un Ă©tat d’ascension vertigineux, cultivĂ©e ici avec une plĂ©nitude exceptionnelle (en particulier dans le Minuetto)
MAHLER_GUSTAV_UNE_veranstaltungen_gustav_mahler_musikwochen_024_gustav_mahler_musikwochen_bigA 34 ans, l’homme qui se sent asphyxiĂ© par son activitĂ© comme directeur d’opĂ©ra, – Ă  Hambourg-, ne disposant que d’un temps trop comptĂ© pour composer (l’étĂ©), la seule activitĂ© qui compte rĂ©ellement, veut en se mesurant Ă  l’échelle universelle, dĂ©montrer sa pleine maturitĂ© de compositeur. Avec lui, le cadre symphonique gagne de nouveaux horizons, des perspectives jusque lĂ  inconnues. Affirmation d’un dĂ©miurge symphonique, la TroisiĂšme approfondit davantage le rapport unissant l’homme et la nature.

________________________________________________________________________________________________

LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcleboutonreservation
Orchestre National de Lille
Mercredi 3 avril 2019, 20h

 

MAHLER
Symphonie n°3
ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE  /  ‹CHRISTIANNE STOTIJN, mezzo soprano
ALEXANDRE BLOCH, direction

CHƒURS PHILHARMONIA CHORUS‹CHEF DE CHƒUR : GAVIN CARR
CHƒUR MAÎTRISIEN DU CONSERVATOIRE DE WASQUEHAL‹CHEF DE CHƒUR : PASCALE DIEVAL-WILS
CHEF ASSISTANT : JONAS EHRLER

RESERVER VOTRE PLACE
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/symphonie-n-3/

__________________

Concert repris jeudi 4 avril 2019
Ă  Amiens, Maison de la culture
Infos et réservations
au 03 22 97 79 77 ou sur maisondelaculture-amiens.com

________________________________________________________________________________________________

LA NATURE, source Ă©ternelle, apaisante


MAHLER-gustav-et-alma-symphonie-classiquenews-Gustav-MahlerGENESE
 A l’étĂ© 1895, Mahler retrouve son ermitage au bord du lac d’Attersee. La solitude recherchĂ©e, le dĂ©sir de faire communion avec l’élĂ©ment naturel, la contemplation de la nature lui inspirent le goĂ»t vital de l’immensitĂ©. La proche vĂ©gĂ©tation entourant sa cabane de compositeur marque le climat du menuet BlumenstĂŒck (morceau de fleurs), dĂ©jĂ  citĂ©. La contemplation lui ouvre un univers de sensations inĂ©dites, en particulier le sentiment d’une pure jubilation suscitĂ©e par le motif naturel. A la maniĂšre des impressionnistes qui ont renouvelĂ© la perception du plein air et transformĂ© radicalement les modes et rĂšgles du paysage, en recherchant toujours plus loin et plus intensĂ©ment la vĂ©ritable perception rĂ©tinienne sur le motif naturel, Mahler emprunte des chemins similaires. Rien ne compte davantage que cette retraite au sein du cƓur vĂ©gĂ©tal, dans la captation directe des Ă©lĂ©ments.
Conscient de l’immensitĂ© de la tĂąche Ă  venir, il couche d’abord le dĂ©roulement d’un programme : le titre en est : « songe d’un Matin d’été ». C’est l’époque oĂč il lit Nietzsche (le Gai savoir). Ses lectures lui donne des pistes formulĂ©es dans de nouveaux titres : « l’arrivĂ©e de l’été » ou « l’éveil de Pan » (dont le sujet annonce la trame de sa future 7Ăšme symphonie, la plus personnelle de ses Ɠuvres et intimement liĂ©e Ă  sa propre expĂ©rience de la Nature). Finalement son premier mouvement, s’intitulera « le CortĂšge de Bacchus » : l’aspect dyonisiaque de l’élĂ©ment naturel le touche infiniment plus que la vision ordonnĂ©e d’une nature maĂźtrisĂ©e, Ă  l’échelle humaine. L’univers mahlĂ©rien plonge dans le mystĂšre et l’équilibre Ă©ternellement recommencĂ© des forces en prĂ©sence.
Au final, Mahler compose Ă  l’étĂ© 1895, son premier mouvement ou partie I, de loin le plus ample et long prĂ©lude symphonique jamais Ă©crit (plus de trente minutes), poussant plus loin le gigantisme de la DeuxiĂšme Symphonie, en son final spectaculaire et mystique.
 C’est que le point de vue des deux symphonies prĂ©cĂ©dentes, est totalement diffĂ©rent : Mahler semble se placer Ă  la droite de Dieu, contempler, embrasser, exprimer la grandeur indicible de la CrĂ©ation. Il compose ensuite les quatre mouvement qui suivent et qui constituent les trois quart de la Seconde partie.
A l’étĂ© 1896, Mahler affine les Ă©bauches de 1895


________________________________________________________________________________________________

LIRE la suite de la genÚse de la symphonie n°3 de Gustav Mahler ici
(Symphonie n°3 de Gustav MAHLER par le chef mahlérien Rafael KUBELIK)
http://www.classiquenews.com/gustav-mahler-3-eme-symphonie-rafael-kubelik/

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

En direct sur la chaüne YOUTUBE de l’Orchestre National de Lille / ONL
Ă  partir de 20h
https://bit.ly/2Sjlo6M

Et pendant tout le cycle, jusqu’au 30 avril 2020, l’intĂ©gralitĂ© des 9 symphonies sera accessible la chaĂźne You Tube ONLille:
https://bit.ly/2Sjlo6M

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

APPROFONDIR
________________________________________________________________________________________________

LIRE AUSSI notre prĂ©sentation du cycle GUSTAV MAHLER par Alexandre BLOCH et l’Orchestre National de Lille 
 

LIRE aussi notre critique de la Symphonie TITAN par Alexandre BLOCH

LIRE aussi notre critique de la Symphonie  Résurrection par Alexandre BLOCH

 

 

LIRE aussi notre compte rendu de la Symphonie TITAN par Ph Herreweghe et le JOA (Saintes, 2013, sur instruments d’époque)
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-saintes-abbatiale-festival-le-13-juillet-2013-gustav-mahler-symphonie-n1-titan-joa-jeune-orchestre-atlantique-philippe-herreweghe-direction/

VIDEO : prĂ©sentation vidĂ©o des symphonies de Gustav Mahler par Alexandre Bloch, directeur musical de l’Orchestre National de Lille

https://www.youtube.com/channel/UCDXlku0a3rJm7SV9WuQtAdw 

https://www.youtube.com/watch?v=ACFvSpBDXV0&feature=youtu.be

 

 

 

lille-orchestre-national-ONL-Alexandre-Bloch-mahler-resurrection-lille-concert-annonce-critique-classiquenews

 

 

 

Illustration : © Ugo Ponte / ONL – Orchestre National de Lille 2019

 

________________________________________________________________________________________________

 

9Ăšme Symphonie de Gustav Mahler Ă  l'OpĂ©ra de ToursVOIR notre reportage VIDEO : Le JOA, Philippe Herreweghe jouent (sur instruments d’époque) la Symphonie n°1 de Gustav Mahler (Ă©tĂ© 2013, Saintes)
http://www.classiquenews.com/reportage-video-le-joa-jeune-orchestre-atlantique-interprete-la-titan-de-mahler-sous-la-direction-de-philippe-herreweghe-juillet-2013/
Le JOA Jeune Orchestre atlantique interprĂšte la Symphonie Titan de Gustav Mahler. Le festival de Saintes 2013 s’ouvre avec un rendez vous symphonique incontournable : jouer Mahler sur instrument d’époque. Philippe Herreweghe pionnier des relectures historiques conquiert les sonoritĂ©s Ă©tranges et familiĂšres, Ă  la fois autobiographiques donc intĂ©rieures et aussi cosmiques soit flamboyantes, si spĂ©cifiques aux univers de Mahler, en assurant aux jeunes instrumentistes choisis du JOA Jeune Orchestre Symphonique, une approche trĂšs attendue des textures et Ă©tagements malhĂ©riens. A Saintes, lieu de rĂ©sidence habituelle du collectif de jeunes musiciens, le travail se rĂ©alise sur une partition majeure du 
 XXĂšme siĂšcle. L’oeuvre date de 1889, ses espaces, horizons, perspectives qu’elle trace immĂ©diatement, ainsi au diapason d’une subjectivitĂ© Ă  l’échelle du cosmos, Ă©tablissent de nouvelles rĂšgles qui abolissent les limites de l’espace, du temps, du son 
 en route pour la modernitĂ© complexe et si riche, captivante et vertigineuse du XXĂšme siĂšcle ! Concert incontournable. Grand reportage vidĂ©o CLASSIQUENEWS.COM

—————