ARTE : Anna Netrebko chante Tosca (Salzbourg, 2021)

TSOCA-ANNA-NETREBKO-SALZBOURG-ARTE-annonce-582

 

ARTE, jeu 16 sept 2021, 23h. PUCCINI : TOSCA. Anna Netrebko. Depuis quelques annĂ©es la voix de la soprano austro russe Anna Netrebko, rĂ©vĂ©lĂ©e en son temps par le chef Gergiev Ă  Saint-Petersbourg, a Ă©voluĂ©, passant d’un soprano lyrique agile voire coloratoure (Traviata) vers un soprano spinto dramatique, d’une ampleur nouvelle, avec un medium qui cultive ses graves (n’ambitionne-t-elle pas de chanter Turandot ?)
 La diva chante Ă  prĂ©sent Verdi dont elle a marquĂ© avouons-le les rĂŽles fĂ©minins les plus expressifs (Leonora du TrouvĂšre, lady Macbeth, Aida, Traviata donc
), mais aussi les femmes de Puccini, entiĂšres, passionnĂ©es, flamboyantes
 C’est assurĂ©ment le cas de Floria Tosca, cantatrice amoureuse qui dans le Rome royaliste, contrĂŽlĂ©e par le prĂ©fet et baron Scarpia, ose tout par loyautĂ© pour son amant, le peintre Mario Cavaradosi. Mais l’artiste est un rĂ©volutionnaire, admiratif alors de Bonaparte : Cavaradosi est l’ennemi de Scarpia, d’autant plus que ce dernier aime aussi passionnĂ©ment 
 Tosca. L’intrigue se noue ainsi autour de la diva, aimĂ© par deux hommes.

A Salzbourg, la diva hyperfĂ©minine Anna Netrebko incarne Tosca, fleuron d’un drame hĂ©roĂŻque, pathĂ©tique et tragique d’aprĂšs la piĂšce Ă©ponyme de Victorien Sardou. Chacun des 3 actes est parfaitement identifiĂ©, se dĂ©roulant dans un site emblĂ©matique de la grandeur romaine : San Andrea delal Valle (acte I) ; Palais Farnese (acte II) ; Chateau Saint-Ange (acte III). Du tableau religieux – choral et diabolique Ă  la fin de l’acte I, au meurtre du baron (II), sans omettre le lyrisme pastoral du tableau qui ouvre le III puis l’ultime scĂšne tragique qui clĂŽt l’action, Tosca est un ouvrage bĂ©ni des metteurs en scĂšne, chefs et interprĂštes. Par sa concision psychologique, le raffinement de l’orchestration, le souffle des sĂ©quences collectives et intimes, la partition dĂ©ploie une unitĂ© cinĂ©matographique d’une puissance et d’un onirisme irrĂ©sistible. La production bĂ©nĂ©ficie Ă©videmment du couple Ă  la ville, Ă  la scĂšne, Anna Netrebko et Yusif Eyvazov, mais aussi de l’excellent Scarpia de Ludovic TĂ©zier dont la maĂźtrise articulĂ©e, nuancĂ©e, intĂ©rieur devrait faire mouche dans le rĂŽle du dĂ©moniaque Scarpia, dĂ©vorĂ© par la jalousie Ă  l’endroit des deux amants
 Captation Ă©vĂ©nement.

 

 

 

Giacomo Puccini (1858 – 1924) : TOSCA
Melodramma in three acts (1900)
Libretto by Luigi Illica and Giuseppe Giacosa d’aprĂšs la piĂšce de Victorien Sardou: « La Tosca » /   sung in Italian, with German and English surtitles

Distribution :

Marco Armiliato Conductor
Michael Sturminger Director
Renate Martin, Andreas Donhauser Sets and Costumes
Urs Schönebaum Lighting

Anna Netrebko, Floria Tosca
Yusif Eyvazov, Mario Cavaradossi
Ludovic TĂ©zier, Il Barone Scarpia
Michael Mofidian, Cesare Angelotti
Matteo Peirone, Sagrestano
Mikeldi Atxalandabaso, Spoletta
Rupert Grössinger, Sciarrone

Salzburger Festspiele und Theater Kinderchor
Wolfgang Götz, Chorus Master
Concert Association of the Vienna State Opera Chorus
Ernst Raffelsberger, Chorus Master

Vienna Philharmonic / Orchestre Philharmonique de Vienne

 

 

Photo : © Vladimir Shirokov
Depuis le large festival Hall, Salzbourg. A l’affiche du dernier Salzburg Festspiel, du 21 au 31 aoĂ»t 2021.

EN REPLAY sur le site d’ARTEconcert, du 15 sept 2021 au 15 oct 2021

 

Comments are closed.